Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Procédure de destitution contre Trump : les démocrates ont-ils perdu la tête ?

Le lanceur d’alerte dont les informations ont poussé les démocrates à lancer une procédure de destitution contre Donald Trump a expliqué n’avoir pas eu connaissance directe de l’appel. Or sa retranscription exonère le président américain...

 

Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, c’est un euphémisme de dire que la politique américaine est devenue hystérique. Après avoir essuyé pendant trois ans d’incessantes accusations sur sa supposée proximité avec la Russie – finalement balayée dans le rapport Mueller – le milliardaire est désormais cloué au pilori par l’opposition démocrate pour avoir « sollicité l’ingérence » de l’Ukraine dans sa campagne de réélection, en demandant lors d’un appel téléphonique au président Volodymyr Zelensky d’enquêter sur le fils du favori à l’investiture démocrate, Joe Biden. Point essentiel, les démocrates soutiennent que le président américain a conditionné une aide de 400 millions de dollars d’aide destinée à Kiev à la réouverture de cette enquête.

Alors qu’au plus fort de la crise sur « l’ingérence russe » elle s’était refusée à le faire, la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi a cette fois cédé à la pression de l’aile gauche de son parti, et lancé le 24 septembre une procédure de destitution contre Donald Trump. Une démarche effectuée avant même la publication de la retranscription de l’appel téléphonique en question et qui s’appuyait uniquement sur les informations publiées dans la presse et fournies par le « lanceur d’alerte » en question.

 

Un « lanceur d’alerte » avec des informations de seconde main

Si les guillemets sont de rigueur, c’est que la publication du rapport du « lanceur d’alerte » – membre de la CIA, selon de nombreux médias américains, l’agence de renseignement avec laquelle Donald Trump entretient des relations notoirement difficiles – apporte un nouvel éclairage au dossier. Bien loin des Julian Assange, Chelsea Manning ou Edward Snowden qui ont révélé des secrets d’État à partir de documents officiels, dans ce rapport rendu public, le « lanceur d’alerte » explique ne pas avoir été témoin direct de l’appel, et n’avoir obtenu des informations sur son contenu que par des tiers.

En d’autres termes, une procédure de destitution du président américain a été lancée sur la base d’une rumeur, non étayée de preuves. Plus inquiétant encore pour la bonne santé démocratique de l’Oncle Sam, la retranscription de la conversation téléphonique entre le président américain et son homologue ukrainien – seule preuve tangible dans le dossier – ne montre rien d’illégal. Si Donald Trump demande bien à Volodymyr Zelensky de se pencher sur l’enquête concernant le fils de Joe Biden, il ne fait aucun chantage à l’aide américaine en contrepartie, comme cela avait pourtant été évoqué dans la presse.

Une version par ailleurs confirmée par Kiev, comme l’a souligné Donald Trump dans un tweet : « Le président ukrainien a dit que je ne l’avais pas contraint à faire quoi que ce soit de mal. Il ne peut y avoir de meilleur témoignage que ça. » Pour le chef d’État américain, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une énième attaque contre sa présidence. « Nous sommes en guerre », a-t-il ainsi confié face à des diplomates dans une intervention dont l’agence Bloomberg a publié une vidéo, estimant que la personne qui avait donné au lanceur d’alerte ces informations erronées, était « proche d’un espion ».

Lire l’article entier sur francais.rt.com

Les démocrates n’ont jamais digéré leur défaite, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Radio-québec explique bien ce qui se passe : de l’inversion accusatoire pur jus.

    En fait, c’est "creepy Joe" Biden qui est corrompu a la moelle. Les demoncrates sont désespérés, ils ont perdu et la purge se prépare...

     

  • Les Démocrates pissent dans un violon :Trump ayant la majorité à la Chambre des Représentants, il n’y aura jamais de destitution possible.

    Ils tentent une énième fois de le bloquer car Trump est entrain de nettoyer les écuries d’Augias en ayant mis 80 000 personnes en accusation pour la tentative de coup d’état avortée contre sa personne et la présidence avec l’affaire des fausses compromissions russes et des vrais cercles élitistes pédophiles et satanistes.

    Pas de bol, les démocrates soutiennent la Cabale du Nouvel Ordre Mondial à l’intérieur du Deep State qui contrôle le complexe militaro industriel et nombreux sont ceux qui font à la fois partie de la Cabale et du parti Démocrate (Clinton).

    Trump ne vient il pas de dire devant l’ONU que les dangers pour la démocratie sont le Socialisme et le Communisme, qui mettent en place des fonctionnaires d’état qui ne travaillent que pour leurs intérêts en s’appuyant sur une dictature ? Or, aux USA, le Socialisme et le Communisme, ce sont les Démocrates.

    God bless Trump et QAnon, God bless America et les Patriotes, et qu’ils nous débarassent ensemble de cette pourriture Démocrate.

     

    • je suis dans l’ensemble d’accord. Par contre, POTUS est minoritaire au congrès et légèrement majoritaire au Sénat. 31 sénateur conservateurs voteraient cependant l’impeachment contre lui. Rien n’est gagné. Mais cela n’est pas l’important. l’important c’est de voir comment ce grand stratège de trump fait prendre la tasse à l’état profond en se mettant lui même en appât. L,hameçonage a fonctionné !


    • En fait, je subodore plutôt une manipulation de ce vieux renard de Trump pour faire tomber les démocrates, excédés et à fleurs de peau (donc aisés à manipuler), dans un traquenard juridico-médiatique qui ne peut que les faire passer, à un an des élections présidentielles, pour des incompétents notoires, incapables d’avoir la peau d’un président qu’ils ne cessent de marteler comme "illégal".

      Ces rumeurs sur les liaisons téléphoniques soit-disant illégales entre Trump & le président Ukrainien : elles viennent d’où ? De qui ?
      Dès qu’ils ont brandi l’accusation Trump a promis de communiquer sur ce qu’il disait au président ukrainien.

      Les démocrottes ne cessent d’affirmer que Trump est destituable, or : s’ils n’y arrivent pas, cela signifiera, au regard de l’électeur indécis, que les démocrates sont soit mal-informés, soit des menteurs (en plus d’être incapables d’accepter le résultat des urnes de 2016) ... Donc, si on transpose cela à une situation de crise, cela montre les Biden / Gabbard et consort comme des gens qui seraient dans l’incapacité totale de gérer quoi que ce soit.

      De plus, si Trump arrive encore à échapper à cet énième traquenard : cela pourrait porter un coup au moral des démocrates ("On est les gentils, mais on y arrive pas !")

      Quand on fait des promesses, on les tient ! Ils ont tous promis d’avoir la peau de Trump et ils n’ont rien tenu ! Et ça, ne pas tenir ses promesses quand on est PAS ENCORE élu ... c’est signer son arrêt de mort politique !

      Il faut bien comprendre que chaque jour de présidence Trump au cœur du système occidental : c’est une souffrance morale inimaginable pour un gauchiste ! On a souffert quotidiennement du mandat d’un Hollande ou d’un Obama, le mandat Macron reste une infamie intolérable ... Et pourtant imaginez ce que ça doit être pour ces gens qui jouent leur vie à chaque élection, qui pleurent comme des enfants lors du second tour des élections de 2002 ou de la victoire du Brexit. Eux, pour qui quelqu’un qui refuse quelque droit/privilège que ce soit à n’importe quelle minorité est pire qu’un nazi ... les 3 dernières années ont été un calvaire ... et franchement ! Rien que pour ça : ça valait le coup que Trump soit élu !


    • Les Démocrates pissent dans un violon :Trump ayant la majorité à la Chambre des Représentants, il n’y aura jamais de destitution possible.

      La chambre des Représentants est contrôlée par les Démocrates, dont le chef y est Nancy Pelosi. Et ce sont eux qui lance l’Impeachment.


    • attention, une faible majorite au senat ca veut dire que quelques enveloppes,quelques promesses peuvent faire passer le vote qui destituerait trump avant les elections : ca ne serait pas la premiere fois que des parlementaires trahiraient la volonté d’un peuple...


    • Tous les scenari sont possibles, mais n’oubliez pas que Trump a le Pentagone à ses côtés, qu’il est soutenu par les plus grands généraux américains, qui n’hésiteront pas à intervenir le cas échéant. Si Trump est toujours au pouvoir, voir vivant même, c’est qu’il a les moyens de sa politique. Pour ma part, je pense qu’il enverra les Clinton, Obama, Bush jr et une grande partie des Démocrates en prison. 80 000 mises en accusation ! Il est entrain de faire le vide autour de la Cabale et de son élite dans le complexe militaro industriel en s’appuyant sur les forces armées. Le peuple américain l’adore et dit déjà delui qu’il est "le plus grand président américain" depuis Lincoln. Si Macron commence à se coucher c’est qu’il a bien préssenti le danger. Si Trump réduit la Cabale et l’empêche de nuire, je le vois d’avantage comme un sauveur de l’Humanité.


    • @bayinnaug
      cela montre les Biden / Gabbard et consort comme des gens qui seraient dans l’incapacité totale de gérer quoi que ce soit.

      Que voulez-vous dire ? Gabbard a explicitement dit qu’elle désapprouvait la tentative d’Impeachment. Googlez "gabbard impeachment transcript"


    • @ JP

      Elle pourra dire ce qu’elle veut : elle restera associée aux démocrates dans l’esprit des gens (à tort ou à raison), si elle était élue : elle dirigerait avec les mêmes démocrates qui se fourvoient (ces braves et immondes petites alliances qui font le socle de la politique).
      A moins qu’elles ne fasse dissidence et crée un autre parti démocrate dont elle serait la seule chef, un peu comme Trump qui n’a pas fait campagne avant 2016 que contre les démocrates mais aussi contre une bonne partie des républicains.
      La mode, à l’heure actuelle, est à l’éclatement des partis traditionnels : en Angleterre, on va avoir le parti du Brexit contre le nouveau parti euro-libéral (ou je ne sais plus quel autre nom) sur les cendres des tories et des travaillistes.
      En Allemagne, l’AFD et les Grünen à la place du SPD et des chrétiens démocrates.
      En France, on a pris de l’avance avec le déplacement de l’axe d’opposition "RPR vs socialistes" à "En Marche vs R.N.".

      On ne mesure pas la haine que beaucoup d’américains ont en ce moment à l’égard des démocrates (notamment chez les noirs-américains) ... et Gabbard serait intelligente, elle quitterait le bateau avant qu’il ne coule totalement et créerait son propre parti (ou rejoigne les socialistes américains, à la limite).

      @ calal

      C’est hélas une chose à craindre, j’en ai peur.
      Comme en Angleterre où une poignée de vieilles barbes bloquent l’inéluctable marche en avant du brexit, les peuples occidentaux découvrent que leur libération risque fort de passer bientôt par l’antiparlementarisme. Faire ce que le peuple de France a échoué à faire en 1793 : anéantir les thermidoriens avant qu’ils n’asservissent le peuple. Ce n’est pas gagné, mais j’admets qu’une nouvelle révolution anglaise (ou plutôt une contre-révolution) avec cette fois-ci, les têtes-rondes, dans le rôle des tyrans à abattre serait, non seulement possible mais, également, assez jouissive.

      L’avenir en occident sera à la dictature anti-parlementaire ou bien il n’y aura pas d’avenir. Quand j’emploie le mot dictature : ça n’est pas au sens péjoratif, bien-sûr.
      Mieux vaut un Kemal, un Staline ou un Assad qu’un Macron ou un Trudeau.


    • @Bayinnaug
      Elle pourra dire ce qu’elle veut : elle restera associée aux démocrates dans l’esprit des gens (à tort ou à raison), si elle était élue : elle dirigerait avec les mêmes démocrates qui se fourvoient (ces braves et immondes petites alliances qui font le socle de la politique).

      Ca vous n’en savez rien. Elle a montré à plus d’une reprise qu’elle était différente, depuis plusieurs années. Exemple : elle a quitté la direction du DNC en 2016 pour protester contre la mise à l’écart de Sanders au profit de Clinton pendant cette primaire là.
      Autre point, le régime est présidentiel, le Président recrute qu’il veut. Et si vous regardez tant le staff de Trump que celui d’Obama, vous verrez que ça ne marche pas toujours comme vous croyez. Exemple Obama garde le Secrétaire à la Défense de Bush.

      A moins qu’elles ne fasse dissidence et crée un autre parti démocrate dont elle serait la seule chef, [...] . et Gabbard serait intelligente, elle quitterait le bateau avant qu’il ne coule totalement et créerait son propre parti (ou rejoigne les socialistes américains, à la limite).

      Mais les socialistes, c’est Warren, sanders, Occasio-Cortez. Ils sont dans (ou avec) les Démocrates. Et c’est parti pour être Warren à l’issue des primaires. Donc ça n’aurait pas de sens de quitter en ce moment le parti Démocrate, si le but c’était de larguer le swamp Démocrate et rejoindre les socialistes.

      Ensuite rejoindre les socialistes n’est pas du tout la bonne stratégie pour Gabbard. Premièrement, ils ont déjà leur chef, Warren, ou à défaut Sanders. Deuxièmement, les US ne sont pas murs pour élire un socialiste, l’oligarchie contrôle indirectement encore une bonne part des votes.

      Quant à une stratégie en solo, oui, mais au centre, par exemple avec un VP Républicain propre sur lui et rassurant. C’est l’hypothèse que j’avais suggérée il y a trois mois com #2231402 du 03/07/2019
      https://www.egaliteetreconciliation...


    • @ JP



      Quant à une stratégie en solo, oui, mais au centre, par exemple avec un VP Républicain propre sur lui et rassurant. C’est l’hypothèse que j’avais suggérée il y a trois mois com #2231402 du 03/07/2019
      https://www.egaliteetreconciliation...



      C’est un peu l’inconvénient des commentateurs de la e-dissidence ... croire que leur opinion compte, aura une influence ou mérite d’être (re)lue.
      On attend toujours des arguments concernant l’anti-Trumpisme.
      Sinon, je vois que le boulot de psy laisse pas mal de temps libre, à moins que... (humour)



    • Ca vous n’en savez rien. Elle a montré à plus d’une reprise...



      On croit les promesses de politicien(ne)s et on traite les autres de naïfs.
      Par exemple : rien ne dit que Gabbard ne se soumettra pas aux lobby pro-guerre.
      Obama a quand-même été élu, en partie, sur des promesses pacifistes (mise en valeur de son opposition à la guerre en Irak, promesse de ramener les boys (quitte à terminer la guerre en Irak sur un échec sans le dire trop haut, etc.)). On voit ce que ça a donné ensuite.



      Exemple : elle a quitté la direction du DNC en 2016...



      Démission qui ne mange pas de pain quand on sait à l’avance que Clinton avait de grandes chances, soit de ne pas être élue et de couler, soit d’être élue et d’enfoncer encore plus le parti démocrate au sortir de son mandat.



      Autre point, le régime est présidentiel, le Président recrute qu’il veut...



      Qui il veut ou qui on lui impose de prendre : je ne pense pas que Bolton ait été réellement choisi par Trump ; mais plutôt un nom dans une liste proposée par les néo-cons et qu’il fallait prendre pour calmer ceux-ci.



      Mais les socialistes, c’est Warren, sanders, Occasio-Cortez...



      Je pensai plutôt aux socialistes non-médiatisés (certes, peu populaires maintenant mais idéaux pour préparer les élections de 2024) comme Soltysik ou Walker (s’ils comptent continuer toujours la politique) ou à des déçus des démocrates.
      On meurt toujours plusieurs fois en politique.



      l’oligarchie contrôle indirectement encore une bonne part des votes.



      hum...ce contrôle a quelque peu foiré avec l’élection de Trump.


    • @Bayinnaung
      >Ca vous n’en savez rien. Elle a montré à plus d’une reprise...
      On croit les promesses de politicien(ne)s et on traite les autres de naïfs

      Et bien, sachez que je n’ai pas de temps pour ces discussions de cour de récréation, à la manière de vos échanges avec leKing. Et ce sera ma dernière réponse sur ce fil, puisque vous en venez à l’attaque personnelle construite sur la substitution malhonnête de la question

      Car vous avez malhonnêtement fait comme si j’avais exprimé ma confiance dans les promesses de Gabbard, en effaçant la question à laquelle je répondais : votre affirmation selon laquelle "elle restera associée aux démocrates dans l’esprit des gens".
      Donc :
      - 1) je parlais de ce qu’elle avait montré aux gens, et non de ce que j’en jugeais
      - 2) et de toutes façons, si vous aviez fait attention à tout ce que je disais au lieu de chercher un prétexte pour vous croire plus intelligent, vous auriez mémorisé mon hypothèse, qu’elle est le vrai candidat du deep state, et vous auriez évité de fabuler sur ma naïveté.

      rien ne dit que Gabbard ne se soumettra pas aux lobby pro-guerre.
      Obama [..] élu [...] sur des promesses pacifistes[...]

      Et Bush fils également. Figurez vous que c’est bien ce qui m’avait fait commencer à la soupçonner. com 1881926 du 17/01/2018 https://www.egaliteetreconciliation... Donc merci bien de vos lumières, bayinnaug, elles n’ont que 2 ans de retard.

      >Exemple : elle a quitté la direction du DNC en 2016...
      Démission qui ne mange pas de pain

      Hors-sujet, la question était ce qu’en pense l’électeur

      > Autre point, le régime est présidentiel, le Président recrute qu’il veut...
      Qui il veut ou qui on lui impose de prendre : je ne pense pas que Bolton [...]

      Sans fondement. Votre mémoire très sélective néglige que, par contre, mon analyse sur Bolton a été validée par ma prédiction sur la circonstance de son départ. Faites en autant...

      [...]

      >l’oligarchie contrôle indirectement encore une bonne part des votes.
      hum...ce contrôle a quelque peu foiré avec l’élection de Trump.

      L’envie d’avoir raison vous aveugle. 1)leur enjeu ici est d’empêcher l’arrivée du socialisme. 2)L’élection de Trump fut soutenue par des milliardaires, il en est un, et il en a pris à la maison Blanche


    • Relever une forme de naïveté chez ceux qui croient les arguments d’une politicienne (démocrate, qui plus est) n’a rien d’une attaque ad hominem.

      Gabbard est certes moins pire que nombre de démocrates, mais elle reste présente dans un parti qui est plus susceptible d’être victime des lobbyistes quand on voit que le parti républicain a su laisser émerger (contre vents, marées et groupes de pression) un candidat qui n’était pas du sérail (Trump) là où le parti démocrate a écarté un Sanders sans que ça ne chose grand monde (les démocrates, même pro-Sanders, ont massivement voté Clinton qu’on le veuille ou non).



      Hors-sujet, la question était ce qu’en pense l’électeur



      Ben l’électeur qui se pose justement des questions se dira la même chose que quelqu’un comme toi ou moi. Donc, réponse totalement en symbiose avec le sujet.



      Sans fondement... mémoire très sélective ... mon analyse sur Bolton...



      Le problème c’est que tes analyses et tes prédictions ne valent pas plus que les miennes ou celles de n’importe qui d’autre qui publie anonymement ses analyses sur internet. Il faut redescendre sur terre : regarder 3 vidéos de géopolitique sur youtube ou lire 2 articles pêchés je ne sais où ne vous transforme pas en expert de géopolitique et ce n’est pas parce que tu as écrit quelque chose dans un obscur post que tout le monde va le retenir. Il n’en reste pas moins que le sujet du lobbyisme reste prégnant et que le parti démocrate sera tout autant sinon plus soumis à lui que qui que ce soit d’autre.

      Pour le reste

      1) Le système s’oppose à l’avènement du socialisme, certes ... mais qui nous dit que les socialistes américains ne soient pas comme les socialistes français au final ?

      2) On notera que Trump a beau être un méchant milliardaire : il ne faut pas se laisser aveugler par son envie d’avoir raison et accepter le fait qu’il applique une politique bien plus "de gauche" que celle de "la gauche".


  • En passant, le surnom de Pelosi est "skeletor", je vous laisse deviner pourquoi.

    De plus, elle est complètement barge. La représentation démocrate, leur cheptel, est la plus faible liste jamais proposée à un électorat, c’est incroyable : escrocs,tarlouzes,migrants illégaux, le tout mobilisant une bande de jeunes idiots(vegans,...tarlouze,migrants illégaux.. ;-)

    C’est dingue. Tout ça alors que, je vous le confirme, Trump reçoit un soutien massif, dans le réel.

    Si jamais "quelque chose" arrive... c’est la guerre civile assurée.

    Oseront ils ? C’est la dernière carte qu’il leurs reste.

     

  • Depuis l’élection de Trump les démocrates n’ont toujours pas avalé la pilule .


  • Ils n’ont toujours pas digéré que Trump, parti dernier fut arrivé premier et fut élu DÉMOCRATIQUEMENT !

    Ni pardon ni oubli... vengeance ! dit la vieille bique.

    Il nous faut la mère Clinton, elle, ira faire la guerre à l’Iran pour nos intérêts !


  • L’Etat Profond tente le tout pour le tout pour éliminer Trump, mais je suis certain qu’il a encore des cartes dans sa manche ! Vivement qu’il soit réélu pour qu’il puisse être en totale roue libre, j’ai hâte.


  • Sérieusement, ces gens-là veulent-ils la guerre civile ?
    Une destitution de Trump amènerait tout droit à ça...

     

  • Les démocrates n’ont pas perdu la tête : ils jouent leur avant-dernière carte, tout en sachant sans doute que c’est une brêle. Ils sont conscients du fait qu’ils auront beaucoup de mal à empêcher la réélection de Trump en 2020, et sa destitution serait la solution idéale. Leur dernière carte pourrait être l’arrivée de Michelle Obama dans la campagne, laquelle ne s’est pas déclarée pour le moment. Je m’abstiens d’évoquer leur joker, auquel tout le monde aura pensé ici.

     

  • Je rejoins le commentaire de ’Le Malicieux’ et complète un peu :

    Tout ça commence avec Biden qui se vante début 2018 d’avoir obtenu (quand il était vice président d’Obama) de l’ancien président ukrainien le limogeage d’un procureur qui enquêtait sur son fils (qui touche 600000 USD/an de Burisma Holdings alors qu’il n’a aucune compétence dans le gaz) en faisant un chantage sous 6 heures contre le versement de l’argent que les USA donnent officiellement à l’Ukraine.

    Ce qui représente un cas accablent de quid pro quo où un politicien utilise l’argent publique pour faire du chantage et régler ses affaires privées.

    Vidéo ici (si elle n’est pas virée par YouTube) !

    Récemment, Trump s’enquiert de cette affaire avec le président ukrainien actuel, ce qu’il a évidemment le droit de faire à moins de se faire appeler ’Papa Schultz’ qui ne voit ni n’entend rien, et les démocrates affirment qu’il a fait du chantage sur un pays étranger pour dégager un candidat aux présidentielles de 2020 !

    Du coup, ils lancent la procédure d’impeachment sur le témoignage de seconde main d’un agent qui n’avait en réalité rien entendu de la conversation.

    Vous avez même un salopard de première qui s’appelle Schiff qui raconte non pas ce qui est dit dans la conversation, mais comment il interpréte et il faut comprendre ce qui est dit ! (vidéo ici)

    Cela n’est pas sans rappeler les procédés contre A. Soral où il est condamné pour des interprétations et des intentions avancées par la partie adverse.

    Quand c’est Hillary Clinton qui pue, c’est Trump sur la photo (dossier Mueller vide après presque 3 ans d’enquête).

    Quand c’est Epstein qui pue, c’est Trump sur la photo.

    Quand c’est Biden qui pue, c’est Trump sur la photo.

    En bref : l’État profond ou la mafia internationale qui démontre la saloperie dont elle peut faire preuve.

    Une fois de plus, les USA partent en couille quand ils n’ont pas d’ennemi extérieur à se mettre sous la dent.

    A noter que tous les médias français bouffent la version démocrate sans se poser la moindre question. Il n’y a pas de chômeurs dans ces bordels.

     

    • Adam Schiff qui ment à longueur de journée ne prétendant avoir des preuves que l’on n’a jamais vues est le président de la commission du renseignement à la Chambre des Représentants. Son compère Ralph Nader, président de la commission juridique, représentant d’un district à New York, qui mène la procédure d’impeachment, ne sont ni chrétien, ni musulman, ni bouddhiste.....


  • Inversion accusatoire la plus satanique de l’année .


  • Attention, c"’est Soros qui est visé là par l,administration de Trump, un gros coup. Biden a fait démissioner le procureur ukrainien parce qu’il enquêtait sur le fils Biden et Soros. L’agent du FBI qui travaillait en collaboration avec l’ambassadrice corrompue des uSA est repartie travailler chez Soros. C’est de l’ukraine qu’est partie toute la fausse affaire de collusion avec la russie par une officine financée par Soros. C’est du gros poisson au bout de la ligne. Après Epstein et le Mossad, voici Soros.


  • Nos amis québécois Pitt, Cosette-Trudel, Ken Pereira sur "Le Stu-Dio" (YouTube), méritent d’être écoutés sur bien des sujets qui touchent à la guerre menée contre Donald Trump par le pouvoir profond.
    Et en prime leur impayable accent toujours agréable à entendre et à imiter.
    On réapprend beaucoup de chose avec eux sur l’hystérie de la " Gaugauche " planétaire, pour utiliser le surnom que l’un d’entre-eux lui affecte.


  • Evidemment, tous les commentateurs trumpistes crient en coeur à la persécution de Trump par les Démocrates et/ou par l "état profond". Le bon gros schéma pas compliqué, "à la Cossette", avec un héros en lutte contre le camp du Mal.

    Certes, le "whistleblower" sort de la CIA. Mais la CIA/Pentagone/NSA ne sont pas si bêtes, ils savent très bien que Trump ne risque rien, d’abord parce que Trump n’est pas vraiment coupable (disons qu’il faudrait interpréter ses paroles, ça fait pas un dossier très lourd), et ensuite parce que c’est le Sénat, contrôlé par les Républicains qui aura le dernier mot.

    Donc l’état profond ne vise pas Trump. Il manipule les Démocrates, car il vise Biden, pour l’éjecter de la primaire Démocrate.
    La corruption de Biden n’est pas un scoop récent, mais les 20% ou 30% de Démocrates qui allaient voter Biden à la primaire n’ont pas envie d’en entendre parler. Or, en faisant miroiter l’Impeachment aux Démocrates, on les force indirectement à prendre connaissance de la corruption de Biden. Ce sera le seul effet concret de cette tentative d’Impeachmment, donc c’est probablement le vrai but de ce whistleblower sorti de la CIA.

    Ma prédiction : Trump sortira de l’affaire à peine touché. Mais Biden aura disparu d’ici quelques mois de la primaire Démocrate.

    Ensuite, logiquement, Warren avec Sanders sembleront partis pour emporter la primaire haut la main s’ils fusionnent d’une manière ou l’autre. Cela provoquera une réaction effrayée de l’establishment, qui accourra pour soutenir sans discuter le candidat qu’avait préparé le deep state CIA/Pentagone/NSA.

     

    • @ jp

      Sachant que le simplisme est surtout présent côté anti-trumpiste ...

      C’était couru que Biden serait disqualifié, avec ou sans cette affaire : il sent trop l’odeur des administrations précédentes, donc pas besoin d’être grand clerc 2.0 pour prendre ce genre de pari ... en revanche : son échec n’arrange pas tant que ça l’état profond puisqu’il était celui dont le profil était le plus Clintono-compatible dans les méthodes et les relations internationales.

      Le seul moyen aujourd’hui pour un démocrate d’être encore élu : c’est de faire du Trumpisme.


  • Ils sont paniqués à l’idée que Trump soit à nouveau élu, et aux dégâts qu’il va faire au sein de leur réseau....


  • De tels agissements,inqualifiables du reste,depuis que la bête monstrueuse mondialiste a pris l’humanité en otage,rappellent une réflexion de haut vol du brillant écrivain portugais,Saramago : "La peur rend aveugle. Nous étions déjà aveugles au moment où nous avons été frappés de cécité. La peur nous a aveuglés,la peur fera que nous continuerons à être aveugles."
    D’aucun diraient : mais de qui nous avons peur,et de quoi "ils" pourraient nous menacer...À ce questionnement débordant d’évidence,et surtout d’indignation,il ne pourrait y avoir qu’une seule réponse : si en plus de la cécité,nous perdons la simple faculté de bon sens,c’est que c’en est fini pour nous,puisque nous ne mourrons que de peur,née de nos propres peurs,et rien de plus...

     

  • Le niveau d agitation des democrates et les pretextes invoques pour nuire a Trump en disent longs sur la febrilite de ces raclures !
    Procedure ou pas, pour qu elle aille a terme il faut qu elle soit validee par le senat a majorite republicaine autant dire que les chances que ca aboutisse sont maigres !
    Il me semble que le temps joue en faveur de Trump, les ricains se rendent compte que ce qu invoquent les democrates a son encontre releve de l esbrouffe et que sur tous les sujets ils sont bien pire que celui qu ils denoncent !


  • Les démocrates se moquent comme d’une guigne de la crédibilité de leurs accusations : une enquete devrait plomber Biden, mais devrait surtout permettre de plomber Trump. En effet, au-delà de l’enquete qui ne donnera rien comme celle sur la pseudo-collusion Russe, cette procédure permettra par des biais légaux de fouiller dans la vie de Trump en pleine campagne électorale, et d’alimenter la machine médiatique à vrais ou faux scandales.


  • Peut-être que les démocrates agissent ainsi parce qu’ils pensent qu’ils n’ont aucune chance de battre Trump.


  • je decouvre qu’il y a aux USA, des fonctionnaires politiquement neutres, chargés de surveiller les paroles, faits et gestes du pouvoir politique, y compris le président et qui doivent dénoncer les dérives du pouvoir . D’où ce lanceur d’alerte, qui a dénoncé le coup tordu de Trump, avec le president ukrainien. C’est certes une vacherie, mais çà ne met pas en péril la sécurité des USA .
    Curieusement aucun de ces fonctionnaires, n’a dénoncé la main mise du lobby sioniste sur l’éxécutif et le législatif américain, alors que ce lobby met en péril depuis des décennies la sécurité des américains .

    Est ce qu’on a les mêmes fonctionnaires controleurs en France ?


  • C’est marrant comment un grand nombre de français suivent les émissions de radio Québec "à la cossette" sur le sujet….
    L’objectif actuel de Trump est de faire sauter Biden pour mettre les démocrates à poil et les obliger à un an des élections à se dévoiler.
    Le deep state CIA/Pentagone/NSA aurait choisi son poulain démocrate ?
    Qui est-ce ?

     

  • Les Democrates sont aux abois, ce qui n’empêchent pas le Washington Post, CNN, MSNBC, etc... d’être à chaque fois suspendus à chaque tentative de destitution (relayée comme des perroquets par nos journalopes Obamalâtre en Erope de l’Ouest), alors que la montagne accouche à chaque fois d’une souris ("Nothing Burger").


  • Depuis son élection et celle de notre énième gauleiter, l’imposture démocratique bourgeoise montre enfin son vrai visage de ploutocratie proche d’une dictature en marche vers le totalitarisme. Plus personne ne croit véritablement aux élections vraisemblablement truquées partout et pas seulement en Afrique ou AMSUD. Même la présence d’observateurs onusiens hélas n’est pas une garantie, dans de nombreux pays ils sont menacés et la validité du scrutin s’en ressent.


  • Le profil parfait de l’hystérie de la démocrate incarné par Nancy Pelosi. Elle représente bien le poste pour lequel elle a été payée. Une vraie hystérique.


Commentaires suivants