Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des spécialistes de l’Iran ridiculisent BHL et sa "nazification de la Perse"

Vous souhaitez savoir si les propos tenus par Bernard-Henri Lévy au sujet du changement de nom de l’Iran dans l’émission On n’est pas couché diffusée sur France 2 le 7 avril 2018 sont corrects ?

 

Voici ce que le philosophe a répondu à Laurent Ruquier, qui voulait en savoir plus sur cet épisode :

Je crois que c’est une histoire surtout incroyable et en effet que très peu de gens savent. En tout cas, je ne l’ai lue nulle part et je la raconte en détail. Je l’ai découverte d’ailleurs au Kurdistan.

Le 21 mars 1935, la Perse décide de changer de nom et de s’appeler l’Iran sur ordre de l’Allemagne. Et pourquoi ? Parce que Iran ça veut dire en persan, en farsi, ça veut dire le pays des Aryens. Et l’Allemagne nazie, qui est à l’époque en pleine ascension propose aux Persans le deal du siècle. L’Allemagne nazie dit aux Persans : On va faire de vous les Aryens de l’Est. Nous on fera les Aryens de l’Ouest. On va faire une chouette aventure commune, on va dominer le monde. Et les Iraniens acceptent le deal. Et on a cet espèce de coup d’État sémantique incroyable, où ce pays parce que la Perse c’est pas rien. La Perse c’est une poésie, c’est des porcelaines, c’est un art extraordinaire. C’est tellement de choses, c’est une civilisation immense, c’est la civilisation achéménide. La Perse décide ce jour-là de tirer un trait sur ce passé là pour s’allier à l’Allemagne nazie.

 

 

Pour vérifier les propos de BHL (rapportés du Kurdistan et qu’il dit n’avoir jamais lu ailleurs), CheckNews a contacté plusieurs chercheurs du laboratoire pluridisciplinaire « Mondes Iranien et Indien », qui relève des tutelles du CNRS, de l’Université Sorbonne nouvelle, de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Institut National de Langues et Civilisations Orientales. Nous avons pu joindre les historiens Yann Richard, Florence Hellot, Denis Hermann ainsi que le géographe Bernard Hourcade.

Tous nous ont fait part de leur surprise, voire de leurs ricanements en découvrant l’histoire racontée par Bernard-Henri Lévy sur France 2. Aucun n’estime que le changement de nom de Perse en Iran, qui a bien eu lieu en 1935, n’est lié à un « ordre de l’Allemagne » nazie.

Par mail, l’historienne Florence Hellot indique :

L’appellation Iran est très ancienne et, au 19e siècle, sur les en-têtes des correspondances officielles diplomatiques, lors de la reprise des relations franco-iraniennes et de l’ouverture des légations à Téhéran et à Paris (au cours des années 1850) les termes persans utilisés par les Iraniens pour évoquer leur légation étaient « Légation d’Iran à Paris » et non « Légation de Perse à Paris »... Mais leur traduction française était « Légation de Perse à Paris ». Les Occidentaux avaient pris l’habitude de se référer à la Perse de Darius ou à d’autres pages du passé et désignaient ce pays comme la Perse. Le terme « Iran » renvoyait lui-même à l’ancien pays des Aryens ... mais pas forcément les Aryens de Gobineau (ou des nazis). En 1935 Rezâ Shâh a imposé le seul terme « Iran ».

Lire la suite de l’article sur liberation.checknews.fr

En lien, sur E&R :

Sur BHL agent du sionisme,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

79 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La perse et les élus, c’est une longue histoire... le livre d Esther est dédié à cela , et est célèbré par la fête de pourim :

    La morale de l’histoire est que la communauté juive, en état de minorité dans un pays hôte, a le droit de tuer ses pretendus ennemis (70 000 personnes), de façon preemptive, y compris tous les fils de son opposant Amman. D’autres comme les espagnols d’Isabelle la catholique ou l’horrible hitler n’ont pas droit au même code moral. Non seulement de tuer ses ennemis mais de célébrer tous les ans le massacre...

    Et on voit que les tactiques sont éternelles. L’ascension d’esther est interessante : la reine légitime est répudiée par le roi (et remplacée par esther), car elle refuse de se présenter "avec sa seule couronne" (c’est à dire à poil) en public. Qui donc à pu mettre dans la tête de la société de l’époque (et du roi en particulier), qu’il était normal de se trimballer nu en public ? Et que l’on pouvait l’exiger dune reine ? Et que si la reine refusait elle devait être remplacée car cela montrait une faiblesse de la part du roi ?

    Sous quelle forme cela s’est-il produit ? Y avait il un équivalent à la télé, aux sitcoms, à la publicité, aux femme... pour aboutir à ce changement de normes ?...en tout cas le modus operandi demeure. Il n’est pas dit qu esther se soit présentée nue en public quant à elle. Mais à elle on n’a pas eu à faire ce genre de demande ? Ou peut être cela ne la contrariait elle pas ?

     

  • Sur E&R, - article précédent à ce sujet -, les commentaires avaient déjà donné la même analyse que ces experts.Quelle nullité ce philosophe auto-proclamé de Botul !
    Mais, encore plus navrant, les « interrogateurs » à plat-ventre qui n’ont pas relevé sur le moment...


  • Il s’est dit c’est assez trouble pour fabuler sur le mot Arya . Tant que le mensonge de l’histoire et la spéculation des linguistes s’ordonnent sur l’idée d’un peuple aryen , (ce qui est de force accoler une racialité a un mot qui désigne tout autre chose) , venant de Perse et ayant envahie l’Inde qui auraient été jusque là habitée par des dravidiens , il demeurera un grand flou ou toute une partie de l’histoire est tronquée .


  • C’est du même tonneau que l’histoire du rabbin du Moyen-Age qui aurait "inventé" le Français...

    Il faudra un jour trouver un moyen de lui faire payer tous ses mensonges !


  • Il pourrait bien y avoir un problème de sénilité qui confinerait à l’hystérie. Bernihenrilévar voir des nazis partout sauf là où se produisent vraiment des évènements rappellant ceux dans lesquels ils étaient impliqués (fanatisme, hyperviolences, tortures, camps, spoliations...) et c’est précisément dans le pays dont il défend hystériquement les intérêts par tous les moyens. Au point qu’on pourrait dire que le premier nazi que bernihenrilévard voit le matin, c’est quand il passe devant le miroir de son cabinet de toilette. Mettez-lui une casquette d’obersturmfürer, filmez-le en noir et blanc pendant ses gesticulations et vous aurez un remake de ’’nuit et brouillard’’vu d’en face...


  • Point n’est besoin d’être un spécialiste pour savoir que dans la titulature des rois perses Achéménides (Darius, Xerxès) ils sont désignés comme "Rois des Aryens" et cela il y a 2500 ans !


  • C’est certainement Mr Botul qui lui à appris cela au cours d’un déjeuner , où, au fond de la salle , à une table un peu retirée , Mr Kadhafi devorait à pleine dents des petits enfants arrachés quelques minutes plus tôt, à coups de sabre , du ventre de leurs mères , sabre offert par Mr Assad qui le tenait d’un arabe qui l’avait volé à un descendant direct du prophète, cette arme , contenait , graver sur la lame , une croix gammée , un voile islamique , le numéro de téléphone de Sarkozy et une quenelle de belle facture ! Et ceux qui refuse de croire ce fait , tombent sous le couperet de la loi Fabius -le CRIF et puisqu’il faut un prête- nom bien soumis à cette loi de bouffons, ont va dire au hasard " Gayssot " !!

     

  • Tout le monde aura compris qu’il nous a encore fait une botulerie

     

    • @Saladin,

      Dans ce cas précis, il serait possible de parler de "faribole", mot français qui vient du verbe persan "fariftan" (forme au présent simple "faribam, faribi....) et qui signifie "tromper".
      (voir "Les verbes persans" de Mohsen Hafezian publié chez L’Harmattan).

      Et nous pourrions qualifier bhl de "farseur" pour confondre avec une telle ignorance et une telle mauvaise foi "Fars" (la Perse en persan) et "Iran" (Iran aussi bien en français qu’en persan).

      Pour les curieux, je mets en lien ci-dessous la fiche Wikipedia en français de la dynastie kadjare (1786-1925), qui démontre qu’à l’époque déjà le pays était appelé "Iran" en persan :
      la transcription en lettres latines du nom en persan est "Dowlat-e Elliye-ye Iran" alors que la version française parle "d’Etat sublime de Perse".
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Dynas...

      Alors que la France a compté et compte tellement d’iranistes distingués (Corbin, Grousset, Massé, Massignon, Lescot, Monteil, Jean-Paul Roux et beaucoup d’autres), cela fait de la peine de savoir que bhl a été étaler ses pitreries à la BNF.


  • Pourquoi BHL, amoureux du Faux et de la Guerre, est l’un des invités préférés des médias dominants ? Sans doute en raison de la plus grande Tragédie humaine qui domine l’Histoire depuis l’ Antiquité la plus lointaine... non ne vous précipitez pas à répondre... il s’agit du nombre incalculable d’idiots qui l’écoutent, lui et ses pairs.


  • MANARATA mon petit bernard


  • BHL porte un collier d’asservissement, un lien qui l’attache, l’attache à la fois à ses privilèges, mais qui l’empêche d’être totalement libre. Il a quelques libertés puisqu’il court dans des espaces délimités par son maître. On pourrait dire que dans son enfermement, il reçoit quelques libertés contrôlées, précisément pour servir les plans de son maître.

    Le loup et le Chien, poème de Jean de La Fontaine
    Un Loup n’avait que les os et la peau,
    Tant les chiens faisaient bonne garde.
    Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
    Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
    L’attaquer, le mettre en quartiers,
    Sire Loup l’eût fait volontiers ;
    Mais il fallait livrer bataille,
    Et le Mâtin était de taille
    A se défendre hardiment.
    Le Loup donc l’aborde humblement,
    Entre en propos, et lui fait compliment
    Sur son embonpoint, qu’il admire.
    "Il ne tiendra qu’à vous beau sire,
    D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
    Quittez les bois, vous ferez bien :
    Vos pareils y sont misérables,
    Cancres, hères, et pauvres diables,
    Dont la condition est de mourir de faim.
    Car quoi ? Rien d’assuré : point de franche lippée :
    Tout à la pointe de l’épée.
    Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
    Le Loup reprit : "Que me faudra-t-il faire ? »
    - Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
    Portant bâtons, et mendiants ;
    Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
    Moyennant quoi votre salaire
    Sera force reliefs de toutes les façons :
    Os de poulets, os de pigeons,
    Sans parler de mainte caresse. "
    Le Loup déjà se forge une félicité
    Qui le fait pleurer de tendresse.
    Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
    "Qu’est-ce là ? Lui dit-il. - Rien. - Quoi ? Rien ? - Peu de chose.
    - Mais encore ? - Le collier dont je suis attaché
    De ce que vous voyez est peut-être la cause.
    - Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
    Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu’importe ?
    - Il importe si bien, que de tous vos repas
    Je n’en veux en aucune sorte,
    Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
    Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

     

  • Ce n’est pas Lévy qui a écrit cette connerie, c’est son nègre, comme celui qui a fourré dans son texte le fameux canular Botul : voilà ce qui arrive quand on est trop fainéant pour relire les écrits de son esclave .


  • On sait aujourd’hui que le principal effet secondaire des psychostimulants est outre la fabulation, la paranoïa. Les effets sont bien évidemment décuplés quand le produit est introduit dans le pif d’un usager qui est prédisposé au syndrome de persécution chronique de par sa nature anxieuse ou par sa religion. Dans les cas les plus extrêmes, l’usager élaborera des scénarios très complexes au point d’écrire et de faire publier le sujet de ses délires qui paraitront même crédibles à première vue aux yeux du profane. Seul un examen minutieux mettra à jour l’usage de citations fantaisistes et burlesques, connu aujourd’hui sous l’appellation de "botulisme littéraire". Les dommages à long terme incluent l’accumulation de tampons israéliens dans le passeport de l’usager ainsi que des dépôts calcifiés de crème chantilly sur le cuir chevelu.

    Extrait du Guide sur les drogues destiné aux parents publié par l’Association mondiale de la santé du simple goy.


  • BHL, tout le monde le sait est un farceur...Il adore raconter des histoires, c’est un grand manipulateur d’opinion et malheureusement trop de gens se laissent berner par ses mensonges...


  • Ah ce Bernard quel satané complotiste !


  • "Iran"... "Arien" (ou "aryen"), son sang n’a fait qu’un tour.. Hébreu, hébraïque, israélite, israélien, sémite, israélien, arabe, feuj, sémite... son sang est resté calme.

    Pour les changements de noms, ce sont des chefs. Ils seront toujours les plus forts (voir les Journaux Officiel et de République française du second empire à nos jours). Et surtout faire sonner bien français et bien catholique ! C’est bon pour la carrière et les affaires. Cela fait mieux que s’appeler "Loeb"

    Exemple : Jean-Claude Servan-Schreiber est mort à Paris mercredi dernier. Cet ancien résistant et homme politique dit "de presse" (réclamier assommant et richissime et "publicitaire" c’est plus chic donc) Député gaulliste, figure discrète de la dynastie qui s’est illustrée dans la politique et le journalisme, est décédé le jour de ses 100 ans. Sa mère, Suzanne Crémieux (nom de ville), a été vice-présidente du Parti radical et sénatrice. Commandeur de la légion d’honneur ; croix de guerre (5 palmes et étoile) ; médaille militaire ; médaille des déportés ; des évadés etc.
    Jean-Claude Servan-Schreiber présidera ensuite la Régie française de publicité et sera député UNR (Union pour la Nouvelle République) de la Seine de 1965 à 1967.

    Il rappelait dans « Tête haute » que « Servan » fut utilisé pour la première fois en 1917 par Emile qui signa sous ce pseudo (inspiré par le village (sic) breton de Saint-Servan) un essai sur les États-Unis et l’Europe. Ce nom, qui « plut à toute la famille », sera plus tard accolé à Schreiber.

    Changer de nom quand c’est possible (mais pourquoi ? Ils ont honte de leur nom hébraïque ?) et prendre le nom "d’un saint breton" ! "Saint Servan" ! Pauvre saint qui devrait protester et leur foutre son saint pied au cul. Ils se foutent du monde. Ils allaient se faire bronzer en famille près de Saint-Malo et piquent le nom de la plage. Comme cela ! Du "village" où ils allaient acheter des bouées gonflables et des filets à crevettes ! Saint Servan n’est pas un "village", messieurs Schreiber, mais une ville civilisée qui vaut bien Tel-Aviv.

    Ils reprochent au plus ancien peuple du monde de "changer de nom" ! C’est trop !

     

    • On peut aussi évoquer la fameuse Anne "Sinclair" ; Anne-Élise Sinclair, juive, est la fille unique de Micheline Nanette Rosenberg et de Joseph-Robert Schwartz (devenu Sinclair en 1949) Son grand-père maternel Paul Rosenberg est un célèbre marchand d’art parisien, londonien puis new-yorkais, dont elle est l’une des héritières (elle possède une partie de sa collection de tableaux d’une valeur de plusieurs dizaines de millions d’euros).

      Saint Clair (Sanctus Clarus du latin clarus = clair, qui désigne plusieurs saints chrétiens. Ils sont assez nombreux et le dénommé Schwartz venu de son Europe centrale et échoué à New-York où il fit une immense fortune, a dû hésiter à en choisir un, ce qui aurait été une démarche un peu chrétienne, de se vouer à un saint précis.

      Donc il fit un contraction de Saint-Clair en "Sinclair", joli à l’oreille, et tintant aryen, sauf à celles de ceux qui s’y entendent un peu en matière d’onomastique juive, et savent discriminer entre l’or et le clinquant, mais cet exercice est un sport de combat, avec chausses trappes et attrape-nigaud.. Mais amusant comme tout.


    • Je note une inversion sémantique radicale du nom "Schwarz" qui signifie "Lenoir" transmué en "Sinclair" !!


    • A Sankara : très exact. Les patronymes israélites font souvent des galipettes pour à la fois être un signe de reconnaissance entre coreligionnaires mais aussi pour rester planqué des méchants goyims qui veulent évidemment leur extermination. On s’y perd souvent. Il faut un peu exercice et on s’y fait.

      "Schwarz" donne en effet "noir". On trouve aussi "rouge" qui donne Roth-schild, "blanc" donne "Weiss", mais surtout "Gold" (or) qui donne Goldenberg (montagne d’or) et Silver ou silber, qui donne Silberberg (montagne d’argent). Là, on a pas besoin d’être très érudit pour les détecter.

      Paradoxalement, et dans votre sens, comme vous le relevez, Gelg (jaune en allemand) n’est pas trop utilisé dans leurs patronymes probablement parce qu’il renvoie à une couleur qui les caractérisait, justement. Pour vivre heureux, restons planqués.

      A se procurer "par tous les moyens même légaux" comme disait Maurras, "l’Ethnie Française" de Georges Montandon qui évoque la question des changements de noms et ’"Les Juifs" de Roger Peyrefitte. Ce dernier ouvrage paru dans la collection "J’ai Lu" et dûment alors référencé a été retiré des catalogues et des librairies sous la pression de la famille Rothschild. Il a créé la notion intéressante de "juif inconnu", c’est à dire des descendants de juifs ayant du sang juif mais qui ont perdu conscience de l’être tout en étant conditionné par un lourd atavisme.


  • Le Roi de l’amalgame. Tactique connue pour accoler à quelqu’un ou à quelque chose une opinion défavorable on lui associe une chose effroyable sans que ceus qui recevoient cette info puisse verifier ou s’en s’offusquer par manque de culture. C’est juste ordurier, il croit ainsi conditionner les esprits goys en cas de guerre. Une belle ordure en somme.


  • Bjr
    Si je comprends bien BHL dit que ce sont les perses en 1935 qui se sont inspirés des Nazis pour raison politique alors que tout porte à croire que ce serait plutot Hitler qui a utilisé l’histoire Perse pour construire son symbole de race pur et aussi la croix gammée d’une autre culture encore il s’est approprié.
    Donc BHL fait un contresens niais en inversant , il prend B et le place à la place de A.Il switche le mec et c’est une tactique qu’ils aiment bien on retrouve ce truc aussi à la télé " switcher " les gens , les choses ..
    Pourtant jme suis fait avoir chez ruquier , j’ai cru qu’il disait le vrai parce que ça semblait véridique et c’était tellement bien raconté en plus le mec semble vraiment dire la vérité c’est ça qui est dingue.
    ER c’est devenu indispensable , ça devrait être remboursé par la sécu , ou obligatoire comme le pinard !


  • L’Allemagne et la Perse qui veulent dominer le Monde.
    Non mais quelle horreur !!!

    C’est comme si les USA et Israël voulaient dominer le Monde, ce contre quoi BHL se bat tous les jours de sa vie.

    Vous pouvez lui faire confiance, il ne ment jamais en cela il est le parfait clone de la Fourest.
    Ils auraient fait un bon couple tous les deux.


  • Les mecs sont obsédés par les nazis au point d’en voir partout ,
    alors qu’il suffirait qu’ils regardent dans leur miroir .

     

    • Clair net précis ... J’aurai pas pu mieux écrire. C’est tellement grotesque que effectivement cela prête à rire mais, il faut reconnaître qu’il est pince sans rire tout de même, l’habitude certainement. Mais là c’est peut être un poil trop voyant, monsieur est acculé dans sa rhétorique ? Quant aux textes en référence pris dans son droit de réponse ils ne viennent pas de n’importe qui, mais est ce une surprise ? Reste un oubli de taille tout de même, le Sixième Royaume et pas le moindre ... la poutre dans l’oeil ... quelle négligence.


  • au fait , aryen en sanskrit (qui est une forme de l’avestique perse)veut dire honnête homme, les iraniens étant aussi des indo européens par la langue. l’aryen du sanskrit ou de l’avestique se distingue par sa force morale et non par son sang

     

    • Le sens du terme a peut être glissé vers "honnête homme" dans la tradition spirituelle hindouiste mais il désigne, que ce soit dans les Rig Veda ou dans l’Avestique, avant tout un peuple.
      Il y a une grande controverse en Inde où les nationalistes hindous refusent de reconnaître que les Aryens ont envahi l’Inde et essayent de faire passer le terme pour quelque chose de spirituel pour des raisons de fierté et de politique intérieure.
      Malgré leur dénégation, en accord avec la tradition, l’historicité et la génétique, il ne fait aucun doute que les pasteurs nomades Aryens ont bien envahi le sous continent au 2ème millénaire AJC.


    • interessez vous vraiment au problème et vous constaterez que la soi disante invasion n’a jamais vraiment eu lieu (aucune preuve archéologique), il s’agit plutôt d’une pénétration qui a duré plusieurs millénaires (on a retrouvé par exemple des os de chevaux sur des sites des civilisations de l’Indus soit bien avant la soit-disante invasion).
      en sanskrit,aryen se dit très exactement honorable donc on est plus sur la noblesse d’âme que sur la morale. d’ailleurs les aryens ne sont pas une race mais des peuples pratiquant le même langage. cela est d’autant plus clair quand on s’interesse à l’apparition du sanskrit (la soi disant langue des vedas alors que l’alphabet sanskrit apparait bien après les Vedas, le proto sanskrit s’écrivant dans les divers alphabets autochtones (l’opposé du chinois où l’idéogramme unifie les différentes langues autour d’un même symbole écrit.
      De plus, le proto sanskrit utilise les hauteurs de ton comme les langues dravidiennes (cela se retrouve dans la récitation traditionnelle des védas alors qu’il n’y a aucun graphe dans le sanskrit "moderne" pour les identifier. tout cela implique une pratique de cette langue bien avant les supposées invasions aryennes. la civilisation d’Harrapa connaissait aussi le sacrifice du feu (une pratique purement vedique. tout ça pour dire que la trace indo européenne en Inde remonte à bien plus loin que l’idée que s’en font idéologiquement les anglo-saxons


    • @Paramesh
      Il y a bien eu invasion, même s’il y a pu y avoir différentes vagues successives à des époques plus ou moins reculées. Les Rig-Véda parlent bien des "dâsas" ennemis des "Arya" et de guerres entre eux. Les "Arya" étaient eux-aussi en guerre entre eux. Il est vrai aussi qu’on ne sait pas ce qui a précipité la chute de la civilisation de l’Indus, changement climatique ? Lent déclin ? Ou invasion violente Aryenne ?. Il semblerait qu’elle décline bien avant l’invasion (ou migration) des Indo-Aryens.

      Le reste de votre commentaire cher Paramesh est de l’anachronisme :
      - Si aujourd’hui le terme "Arya" peut faire référence à "honnête homme" etc et renvoyer à une spiritualité, il est historiquement un ethnonyme auto-proclamé . C’est à dire qu’il y a eu un peuple qui se définissait et s’appelait ainsi, il a d’ailleurs donné son nom à plusieurs endroits de cette région : Iran, Arie, Hérat, Haryana. Ce n’était, cela dit, bien entendu pas une race et il a "aryanisé" bien des peuples dans cette région.
      - Le Sanskrit et l’Avestique formaient il y a longtemps une seule langue : le proto-indo-iranien.
      - Le Sanskrit a pu emprunter l’alphabet ou d’autres particularités au Dravidien cela ne prouve absolument pas qu’il était parlé avant l’invasion ou la migration Indo-Aryenne. Pour le sacrifice du feu et si la pratique Védique a été emprunté aux peuples Dravidiens ?
      Lorsque les linguistes, les historiens... parlent d’"Aryens" ils parlent bien entendu d’"Indo-Iraniens" sous entendu que ce peuple parlait la langue ancestrale à l’Avestique Iranien et au Sanskrit Indien, le proto-Indo-Iranien, il y a donc parfaite corrélation entre invasion/migration et langue parlée.
      Enfin, la génétique et les haplogroupes (R1a partagé avec les Européens de l’est) confirment tout ceci, les hautes castes Hindous Indo-aryennes sont majoritairement R1a contrairement aux basses castes.


    • Et portant le R1a se retrouve aussi en pourcentage conséquent dans les sépultures des cités de l’Indus, (j’avais oublié ce détail). de plus en Inde brahmanique aryen ne définit pas une race mais des classes sociales (brahmanes et éventuellement kshatriyas. Dès l’apparition des civilisations gangétiques il y a une mixité sociale et raciale avérée. ce que vous appelez invasion n’est qu’en fait la longue prise de contrôle culturelle et politique des aryens sur les dravidiens alors qu’ils cohabitaient depuis les débuts des civilisations de l’Indus.
      quant au sacrifice du feu il est d’origine aryenne et non dravidienne et l’autel du Yajna est présent à chaque carrefour dans toutes les cités de l’Indus. plus on remonte dans le temps plus on s’aperçoit que les civilisations de l’Indus ont leurs racines culturelles à l’ouest, l’origine étant le haut plateau iranien. le vrai problème n’est pas d’identifier les aryens mais plutôt les dravidiens qui ne sont pas non plus de véritables autochtones même s’ils ont précédé les aryens (les vrais autochtones indiens étant des négritos)


    • Il n’y a pas de R1a connu dans les sépultures d’Harappa ou autre, les Indo-Aryens pénètrent dans le sous-continent entre -1700 et -1500 soit bien après l’apogée d’Harappa. C’est pour cela que je vous dis que les historiens et archéologues ne savent pas exactement ce qui a causé le déclin de la civilisation de l’Indus. Les "Arya" n’étaient pas une race bien entendu, ils étaient à l’instar des autres Indo-européens un mélange entre nomades de la steppe et d’Iraniens/Caucasiens.
      Les castes et les classes sociales se sont construites justement sur la différence ethnico-raciale entre ses membres, c’est en gros, une discrimination des autochtones australoides par les caucasiens (Iranien pré-aryen et indo-aryen). A noter que lorsque les Indo-Aryens sont venus, il étaient très majoritairement des hommes, ils ont donc dû prendre des femmes autochtones, le métissage ne concernait pratiquement que les femmes. C’est pour cela que l’on retrouve R1a très majoritairement chez les Brahmanes et les Kshatriyas guerriers et pas d’haplogroupes Y "australoide".

      Quant à la civilisation de l’Indus, elle est très majoritairement le fait de gens venus d’Iran effectivement, je pense que les Dravidiens originaux sont venus eux aussi d’Iran et se sont métissés avec les australoîdes d’Inde. Les langues austroasiatiques sont certainement les langues originelles d’Inde.


  • On n’est pas couché, mais on ferait mieux d’y aller.


  • Toujours la même rengaine.
    Pays méchant = Allemagne nazi
    Iran = pays méchant
    Donc Iran = Allemagne nazi

     

  • Et bien docteur, c’est grave ?
    A n’en pas douter, nous avons affaire à un cas de glandulisme botulique.


  • ONPC est une émission qui promeut volontiers, côté "grosse culture", des comiques troupiers. BHL a un spectacle à vendre : "Y’a des nazis dans mon lit !".

     

  • Il faut vraiment souligner que Reza Shah n’a pas "changé le nom" du pays en 1935 mais a tout simplement exigé des pays tiers une traduction exacte de son nom dans leurs langues respectives, nom en usage pour la période moderne depuis le début de la dynastie kadjare et déjà utilisé pendant la période sassanide.

    Il semble qu’au moment de la constitution de la SDN, l’Iran avait déjà demandé à ses partenaires d’utiliser dans leurs langues le nom Iran. Mais cela devrait être confirmé par un spécialiste.

    Un commentaire avait déjà rappelé sur ce site la place de l’Iran dans la grande épopée de Ferdowsi, le "Shah Nameh" (Le livre des rois) traduite intégralement en français au XIXème siècle par Jules Mohl. Pour ceux qui n’ont pas encore lu ce livre, voici un court extrait tiré d’une version publiée en 1924 par l’Edition d’Art H. Piazza . Il s’agit du partage de ses terres que le héros Feridoun effectue entre ses trois fils, Selm, Tour et Iradj :
    "Feridoun divisa le monde en trois parties. L’une comprenait le pays de Roum et l’Occident ; l’autre le Turkestan et la Chine, la dernière le pays des héros de l’Iran".
    Selm reçut Roum et tout l’Occident, Tour reçut "le Touran, pays des Turcs et de la Chine" et Iradj reçut "le pays d’Iran avec le désert, des guerriers armés de lances, le trône de la royauté et la couronne de la suprématie". (p. 90).


  • Nous verrons si, par honnêteté intellectuelle parce cette fake new (ou connerie, au choix) a été balancée dans son émission, le pauvre inverti revendiqué à lunettes, rectifiera cette erreur...


  • Perse est un mot grec,Iran un mot farsi....Il semblerait que le shah se soit inspirer de la politique d’Attaturk en Turquie pour ce qui est de traduire en langue nationale les dénominations géographiques du pays....Et puis,en 1935,l’Allemagne ne comptait pas encore sur la scène internationale.... !!!
    Sinon,oui,le terme d’Iran existe depuis fort longtemps mais les français ont ,depuis Montesquieu et ses lettres persanes, l’habitude de s’en tenir au terme venue de la Grèce antique...Plus poétique sans doute voire Hellastique... !!!!

     

    • @spirit,

      La langue persane (en persan zaban-e farsi) a aussi un nom pour désigner la Perse (la province
      autour de Shiraz et Persepolis) ; "Fars" dont les Grecs ont fait la Perse.
      L’Iran (utilisé en persan ou dans d’autres langues), le "pays des Aryens" revêt une autre signification beaucoup plus large.

      L’aire culturelle de la langue persane a été autrefois très étendue : des Balkans jusqu’au nord de l’inde, et même jusqu’à Canton, certaines oasis du Xin Kiang, la Thailande sans oublier une bonne partie de l’Asie centrale et de la Transcaucasie.
      Selon les historiens de la littérature, la dynastie samanide qui avait ses centres à Boukhara (en Ouzbekistan aujourd’hui) et à Herat (en Afghanistan aujourd’hui) ainsi que dans une partie du Khorassan iranien a joué un rôle majeur durant les IXème et Xème siècle dans la renaissance de la langue et de la culture persanes après l’invasion arabe.


  • S’il pouvait les prendre par les dattes ou le poisson séché il le ferait.
    Vivement la loi fakenews, BHL est bon pour un procès.


  • "Ah ! ah ! Monsieur est Persan ? c’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être Persan ?"

    Réponse : Je ne suis pas "persan". Je suis iranien". Réponse : Donc nazi. Corrigeons d’urgence les suspectes " Lettres persanes" de Montesquieu en "Lettres nazies.."

    "Ah ! ah ! Monsieur est nazi ? c’est une chose bien extraordinaire ! Comment n’êtes vous pas encore réduit en poussière par sentence du tribunal militaire international de Nuremberg ?"


  • Il est péremptoirement admis que le partage des peuples entre orientaux et occidentaux est la clé de notre histoire et qu’à cette division géographique correspond une double frontière ethnique et linguistique,qui est celle des Indo-européens,appelés parfois Aryens,et des Sémites.Tous les bons esprits ont jusqu’à ce jour plié le genou devant cette invention née de l’imagination de philologues allemands.Les historiens de demain s’étonneront du triomphe paradoxal de la crédulité et du conformisme en une époque,la nôtre,qui s’affirme sceptique,rationaliste et contestataire.En effet,à partir des documents et des matériaux dont dispose le savant,il est rigoureusement impossible de prouver l’existence de peuples sémites et aryens,à plus forte raison d’en donner les frontières et les particularités propres ;de même qu’est fausse tant dans ses principes que dans ses énoncés la doctrine selon laquelle Orient et Occident trouvent leur définition et leur différence en des langues indo-européennes et sémitiques.Dans l’état actuel de nos connaissances nous n’avons pas le droit d’avancer de tels concepts.Les termes de Sémites et d’Aryens ne sont rien,ne signifient rien.Pour qu’ils acquièrent quelque réalité et servent de points d’histoire il aurait fallu d’abord que des peuples en aient pris intérieurement possession et se soient reconnus aryens ou sémites.Jamais personne,aucune culture ni société ne s’est encore réclamée du destin sémite ou aryen.Mais notre monde est devenu tellement théorique qu’il se complait à demeurer dans les formes imaginaires où l’on installé les intellectuels.La dimension universelle des théories qu’ils enseignent,la solidarité(pour ne pas dire la complicité) qui les lient,l’appareil doctoral dont ils s’entourent donnent à leurs paroles une autorité qui en impose à l’opinion et la séduit ;tant il est vrai que l’homme est ainsi fait que les fictions l’impressionnent plus que la vérité.Or la la vérité n’a rien à voir avec la distinction naïve ou suspecte entre "Aryens" et "Sémites". De ces deux termes le premier est une invention pure et simple,le second un néologisme dérivé de Sem,fils de Noé et personnage mythique s’il s’en fut.De plus,pour respecter la tradition biblique c’est "Japhetites" et non "Aryens" qu’il conviendrait de dire,puisque parmi les trois fils de Noé,Japhet aurait engendré les Grecs,les Anatoliens et nos parents européens.L’imposture est immense,le temps presse et l’espace est restreint.

     

    • La stupide dichotomie "Aryens/Sémites" des racialistes du 19ème siècle n’est fondée sur aucune source historique ou anthropologique, il s’agit clairement d’un détournement de ces termes au profit d’une idéologie farfelue. Les Indianistes,dont Max Müller, et d’autres Iranologues de cette époque subjugués par les cultures Indienne et Iranienne ont popularisé le terme "Aryen" en Occident. Par la suite dans un contexte colonial, les Européens se considérant (à juste titre) tout comme les Aryen, eux-aussi, Indo-européens, ont instrumentalisé ce terme pour faire accepter leur domination aux Indiens notamment.
      Néanmoins ces termes ne sont pas "imaginaires", on nomme Sémites un ensemble de peuplades du proche-orient (Hébreux, Arabes, Araméens, Cananéens, Akkadiens...) qui parlent des langues étroitement apparentées et qui partagent,plus lointainement, une origine commune, ce qui ne fait pas d’eux une race spécifique bien entendu.
      L’Iran et d’autres parties du moyen-orient n’étaient pas Sémites, avant l’invasion aryenne par exemple. Même s’il n’a jamais existé un peuple Sémite unique on peut parler de peuples Sémites pour souligner une certaine parenté entre eux.
      Le terme Aryen désigne un peuple Indo-européen nomade qui s’est auto-désigné ainsi , originaire du sud de la Russie/Kazakhstan qui a envahi l’Iran et l’Inde au 2ème millénaire av jc, là aussi il n’est nullement question d’une race et encore moins d’une race "supérieure" aux autres, (surtout lorsque l’on sait qu’ils se sont fait balayer à de nombreuses reprises par les Turco-Mongols). Il y a donc bien eu un peuple qui s’est désigné ainsi.
      Ces 2 termes sont donc pertinents pour qualifier des anciens peuples spécifiques et non des races et encore moins des peuples modernes.
      Seule une partie des moyen-orientaux étaient et sont Sémites et aucun Européen n’est Aryen.


    • je suis entièrement d’accord avec vous, parce que les dénominations changent tout le temps. Prenant seulement les Américains, les peuples autochtone sont appelé Amérindiens alors que ce sont les vrais Américains et les autres qui sont de différentes descendances se disent Américains à leur place. Peut-être un jour, il n’y aurait plus d’Autochtones et tout le monde sera considéré comme autochtone. Quant aux intellectuels, ils sont plus néfastes qu’on puisse jamais le croire excepté quelques-uns qui ne sont jamais bien vus de leur temps.


    • Le partage du monde s’est fait autour de la mer Egée. La guerre de Troie est la première guerre orient-occident et elle n’est toujours par terminée d’ailleurs. A l’orient "l’Asia", en fait la péninsule anatolienne et qui a une histoire riche et compliquée (Mèdes, Perses, Séleucides, Romains, Byzance, Trébizonde etc) et qu’on ne connait pas, jusqu’à aujourd’hui la Turquie et qu’o n connaît aussi très mal, et à l’ouest les "grecs", très fragmentés comme chacun sait mais ayant pris conscience de leur unité culturelle à l’époque des guerres médiques. Ces grecs traitaient tous ceux qui ne parlaient pas leur langue de "barbares". Bref.C’est à l’origine de cette notion d’occident, lequel a tellement vaincu qu’il se dissous dans l’espace.

      Mais pour orienter, "cardinaliser" le monde, il faut une mer ! La mer Égée a été la première mer centrale, la méditerranéenne la seconde, l’atlantique la troisième et maintenant, avec ces cons d’américains qui pataugent dans toutes les mers et océans du globe et s’y vautrent, les gens civilisés ne s’y retrouvent plus.


  • si même Libé se fout de sa gueule...


  • J’aimerai que notre ami Hervé Ryssen fasse un commentaire sur cette dernière sortie chutzpatèque de BHL... Hervé si tu me lis, à toi l’honneur.


  • Le titre est une inversion. C’est BHL qui s’est, une fois de plus, ridiculisé. A noter qu’il faut au moins 4 experts pour prouver le mensonge. Et encore.


  • #1943189

    L’intérêt de ces déclarations ne tient pas tant à l’inévitable "reductio ad hitlerum" auquel nous ont habitués les meneurs sionistes chargés d’inciter l’OTAN à une nième guerre d’agression pour le compte "Israël", mais d’abord à ce qu’elles ont de révélatrices sur le détail des stratégies concrètes conçues à cet effet par le régime de Tel Aviv, auteur probable des grandes lignes d’un discours communiqué de façon simultanée et coordonnée par BHL et toute une myriade d’acteurs des réseaux d’influence et du militantisme sionistes.

    - Par son insistance sur un événement historique marginal, correctement rapporté ou non, BHL occulte à dessein les faits essentiels :

    1) Le débat auquel ses propos renvoient ne concernait que le nom du pays à l’international, son nom à usage extérieur. Car les Iraniens depuis l’Antiquité désignent leur pays par le nom d’Iran. L’emploi de "Perse" en Occident trouve ses racines dans les sources grecques antiques, mais ne reste qu’une exo-appellation.

    2) Par conséquent, le nom Iran ne date évidemment pas du 20e siècle et n’est certainement pas une invention allemande, contrairement à ce que laissent penser les paroles de BHL. Que les Allemands aient encouragé le chah à en exiger l’utilisation à l’échelle internationale n’y change strictement rien.

    L’usage du terme Eran (Iran), ou Eranshahr signifiant "pays des Aryens", est attesté en effet dans les titres d’Ardeshir Ier, fondateur de l’Empire sassanide. Nous sommes en l’an 224 et non pas en 1935.

    Tandis qu’au 6e siècle av. J-C, la nomenclature de l’empire Perse achéménide distinguait un ensemble de provinces dites "Terres aryennes" (Aryâ Daenhâuâ) des "Terres non-aryennes", ce qu’on trouve reflété dans la notion d’Airyânâ Vaejâ présente dans les écrits zoroastriens.

    Le nom exact d’Iran est donc très ancien, et le concept d’Iran comme terre commune des différents groupes de populations indo-iraniens (Perses, Mèdes, Parthes etc) encore plus ancien.

    L’Encyclopedia Iranica, que BHL évoque dans son droit de réponse à Libération, est pourtant parfaitement claire sur ce point : http://www.iranicaonline.org/articl...

    (à suivre...)

     

    • Merci pour le lien avec l’article de l’Encyclopedia iranica. BHL s’était bien gardé de le donner et se contente dans sa réponse d’une affirmation vague.

      Je suppose que les esprits curieux qui fréquent ce site vont s’intéresser de près aux ouvrages cités par BHL de Charles Bloch, F. Sallée, Antoine Fleury et Rubin.


    • @Révolutionnaire khomeyniste

      En fait l’article de l’Encyclopaedia Iranica auquel fait référence bhl est peut-être celui-ci :
      http://www.iranicaonline.org/articl...

      Mais cet article dit très clairement que le changement de nom de 1935 de Perse en Iran n’a affecté que la traduction dans les langues occidentales. Il ne parle pas d’une influence nazie non plus, si j’ai bien lu. Donc cet article est plutôt un élément à charge contre bhl, surtout annexé à celui que vous avez mis en lien.

      Les autres références documentaires de bhl ont l’air bien fragiles également, ce qu’il faudra prouver par des documents bien étayés.

      Je me demande aussi si ces historiens ou les journalistes de l’époque n’ont pas fait des confusions avec les événements de la Turquie voisine. A en croire Wikipedia, la communauté internationale a reconnu en 1936 le changement de nom de Constantinople en Istanbul, le changement de nom en Turquie même datant de 1930 et la capitale ayant été transférée à Ankara dès 1923.

      Merci à ER d’avoir relayé cette polémique et à tous ceux qui ont laissé des contributions informées. Quand on pense que la bibliothèque de Venise posssède un dictionnaire de persan qui a appartenu à Pétraque et que l’ambassadeur de Henri IV à Budapest, Savary de Brèves, faisait traduire des manuscrits persans, il n’y a plus qu’à se lamenter sur la décadence des temps.


    • #1944246

      @bergamotte : nous avons effectivement renvoyé à l’autre article issu du même ouvrage collectif afin d’illustrer notre propos sur l’ancienneté avérée et documentée de l’usage de la dénomination Iran, et que c’est par ce nom que les Iraniens et l’Etat iranien se sont auto-désignés depuis l’Antiquité.

      De toute façon, les sources que cite BHL ne servent en rien son argument et le contredisent même littéralement : BHL affirmant que l’exigence iranienne à la communauté internationale d’employer le nom local du pays, aurait été faite "sur ordre" de l’Allemagne nazie alors que les citations qu’il produit font toutes sans exception état d’une "suggestion" de représentants du Reich. La nuance n’est pas négligable parce que cet imprécision revient à occulter, comme le fait BHL, que l’idée trouve son origine dans l’administration iranienne de l’époque, qu’elle émane d’un débat interne iranien antérieur à et totalement indépendant des efforts diplomatiques d’un gouvernement allemand en quête de partenaires économiques.


    • @Cher Rev. Kh.
      Merci pour vos précieuses indications.
      Le lecteur occidental lambda devine confusément les arnaques de bhl mais est bien en peine de les démonter avec précision.
      J’espère que les divagations de bhl sur l’Iran seront mises à plat avec le même brio qui avait animé autrefois Pierre Vidal Naquet pour démolir "Le testament de Dieu".
      N’ayant pas accès à une bibliothèque universitaire, j’ai fait qlq recherches préliminaires sur internet en ce qui concerne les livres cités par bhl : peu, sinon aucun, des auteurs concernés ne semble parler persan ou avoir effectué des séjours dans le pays.
      La table des matières de l’ouvrage du professeur genevois incluant des chapitres sur la propagande nazie en Iran et en Afghanistan pendant les années 1930 éveille en revanche une forte curiosité.

      Sinon il est étonnant de constater que bhl, qui s’était vanté d’avoir recueilli des infos de première main lors de son séjour au Kurdistan irakien (ce qui aurait été plausible si l’on s’est un peu intéressé à la saga de la famille Barzani et à l’histoire de la République de Mahabad (-moins connue que la secession de l’Azerbaidjan iranien en 1946 avec le soutien de l’URSS-), ne fait que produire pour sa défense des ouvrages un peu défraîchis ou de très grande vulgarisation (pour ne pas dire propagandistes avant une étude détaillée).


    • #1963698

      (suite)

      Sur la "nazification" abusive et imaginaire de l’histoire politique iranienne opérée par BHL, nous conseillons très vivement à tous ceux que cela intéresse de se référer à la conférénce passionnante de Jennifer Jenkins, la spécialiste des relations irano-allemandes, organisée en avril 2016 à l’Université de Stanford sous le titre Hjalmar Schacht, Reza Shah and the Nazi New Order in Iran, 1933-1941, dont il existe fort heureusement une présentation vidéo en ligne :

      http://www.youtube.com/watch?v=I6PN...

      Elle nous apprend ou nous rappelle des points essentiels qui à eux seuls suffisent à démonter l’ensemble de l’édifice d’incohérences divulgué par BHL, comme par exemple que :

      - L’intérêt de l’Allemagne nazie pour l’Iran était avant tout d’ordre économique, conformément au plan Schacht visant à neutraliser les effets des embargos commerciaux contre l’Allemagne. Il n’y eut aucun complot pour l’imposition d’un "Lebensraum" aryen commun en Asie occidentale (autre invention de BHL). La relation est comparable à celle qu’entretenait Berlin avec tous les exportateurs indépendants de matières premières (Turquie, Brésil etc).

      - Les efforts allemands de propagande pro-nazie obéïssaient à cette même logique portée avant tout par des considérations économiques, et ne touchaient in fine qu’une couche excessivement mince parmi les intellectuels et les citadins iraniens, seuls à avoir accès à des postes radio ou encore à l’éducation nécessaire pour suivre la presse écrite. Environ 80% des Iraniens étaient alors ruraux et illéttrés. Il n’y avait pas de mouvement ou de parti analogue à la NSDAP en Iran.

      En revanche, il se formera en Iran un parti néo-nazi, le SUMKA, dans l’immédiat après-guerre, qui sera utilisé par la Cour de Mohammad-Reza Chah et ses puissances tutélaires britannique et étasunienne pour le lancer contre les communistes pro-soviétiques du parti Toudeh. Ce n’est pas un hasard si BHL n’en dit mot, puisqu’il s’agit là de "bons" nazis instrumentés par l’OTAN, à l’image d’un Otto Skorzeny recruté par le Mossad ou des néo-nazis ukrainiens si chers à notre grand philosophe. BHL ferait mieux de chercher des congruences entre nazisme et sionisme / atlantisme.

      - Les frictions étaient courantes dans la relation germano-iranienne. Berlin offrira même, dans le cadre des négotiations préalables au Pacte germano-soviétique de 1939, de livrer l’Iran aux Soviétiques pour qu’ils l’occupent ou la fassent entrer dans leur orbite.


    • #1963700

      (suite)

      - Le régime impérial britannique, qui avait placé Reza Khan sur le trône, poursuivait son influence sur le gouvernement iranien tout au long de cette période. Nous n’étions pas en présence d’un Etat satellite allemand, loin s’en faut.

      - Les autorités iraniennes et allemandes propagaient des conceptions très différentes de l’aryanisme, tant au niveau de leur rapport au racialisme (a fortiori biologique, absent des discours iraniens) que par rapport à la question de la définition même du terme Aryen et de ce qu’il recoupe.

      - L’Iran observa une neutralité parfaite pendant la Deuxième Guerre mondiale. Au point de refuser à l’Allemagne l’utilisation de son territoire pour acheminer des armes et autres ressources au rebelle irakien Rashid Ali, qui dirigeait un soulèvement populaire contre l’occupation britannique de son pays. L’Allemagne ne surréagit pas et s’inclina au souhait du gouvernement iranien. Les Britanniques et Soviétiques, eux, ne manifestèrent pas le même tact et, face à la volonté iranienne de préserver la neutralité à tout prix, divisèrent le pays en deux zones et l’occupèrent de force dès 1941, afin d’approvisionner l’Armée Rouge en matériel de guerre (essentiellement étasunien) depuis le Golfe Persique, se servant du réseau de chemins de fer trans-iranien fraîchement inauguré sous Reza Chah...

      - Ouvrons une paranthèse personnelle pour ajouter que si l’Iran s’était rapprochée de l’Allemagne, c’est surtout en raison du traitement que lui a infligé le Royaume-Uni dans les décennies précédentes, marquées par la faiblesse de la dynastie régnante des Qajar et similaires au "siècle des humiliations" chinois. Ce traitement inclut non moins qu’un génocide en règle contre le peuple iranien au cours de la Grande Guerre, par famine induite à dessein, coûtant la vie à environ 10 milions d’Iraniens, soit 50% de la population ! Voir l’ouvrage The Great Famine and Genocide in Persia, 1917-1919 de l’universitaire Mohammad-Gholi Majd.

      - Mais c’est un autre point soulevé par Mme. Jenkins qui assène le "K.O. technique" aux déclarations de BHL : pour légitimer son discours aryen et sa mise en valeur de l’Iran antique, le régime de Chah Reza Pahlavi enrôlait et s’appuyait sur les travaux d’un archéologue allemand de confession protestante converti du... judaïsme, Ernst Herzfeld. Alors, vu sa méthodologie, BHL pourrait tout aussi absurdement argumenter que c’est sous "influence juive" que Reza Chah fit changer le nom du pays à l’international.


    • #1963706

      (suite)

      - Dernier détail ignoré par BHL, concernant la shoah (car c’est bien le point de focalisation du mal absolu qu’incarnerait le national-socialisme dans l’esprit de ce dernier) : c’est précisément en raison ou grâce à l’aryanisme promu par le régime de Reza Chah que les Iraniens de confession juive furent sauvés résidant en Europe (que ce soit à Paris ou à Hambourg parmi la communauté de commerçants iraniens établis de longue date). Car l’Allemagne déclarera dès 1936 que les Iraniens, y compris juifs, seraient exempts des lois de Nuremberg du fait de l’aryanité du peuple iranien ! Un diplomate iranien en poste à Paris, Abdol Hossein Sardari, s’engagea particulièrement auprès des autorités allemandes pour obtenir cette concession. Mais il y a plus encore : la diplomatie iranienne, par l’intermédiaire de Sardari, procédera en outre à délivrer des centaines de passeports iraniens à des Juifs qui n’étaient pas ressortissants iraniens, afin de les mettre à l’abri de toute persécution. Près de sept décennies plus tard, nuls autres que les services audiovisuels publics de la République islamique consacreront un feuilleton télévisé à Sardari, où ce dernier vest présenté sous un jour très favorable.

      Conclusion : Mr. BHL, vous n’avez pas de leçons d’humanité ou d’anti-judéophobie à donner à l’Etat ou à la nation iraniens. Méditez plutôt de manière critique sur les conséquences en termes humains et matériels de vos engagements successifs pour les guerres d’agression de l’OTAN et d’"Israel", s’il vous reste un minimum de droiture.


  • BHL ignore donc que les véritables Aryens sont les Indo-européens d’Asie (et pas du tout les Allemands) ? Je pensais qu’il avait plus de culture.


  • Faudrait savoir, soit on relativise l’odeur de souffre que serait une "nazification", soit on se laisse impressionner. D’après son droit de réponse, BHL n’a pas inventé ses propos à part le "sur ordre de", donc de même qu’on veut expliquer pourquoi l’antisémitisme existe, on peut aussi vouloir expliquer pourquoi l’iranophobie existe.
    Donc BHL sur le fond de son propos a raison (le changement a bien eu lieu dans un contexte de bonne relation avec le pouvoir nazi), c’est juste que :
    - oui, et alors, où est le problème, qu’est-ce que tu essayes de démontrer ou d’obtenir ?
    - c’est si extraordinaire et important que ça ?
    - tu veux vraiment qu’on sorte une liste de ceux qui ont eu de la sympathie pour le nazisme, vu que tu t’es lancé ? Tu seras bien obligé de revenir à la raison.


  • Ruquier à BHL : "Merci d’avoir accepté notre invitation".
    Belle inversion !

     

  • BHL est un ignare de la pire espèce qui n’impressionne que les sots...

    "Les dénominations d’Iran et de Turan, dont on a voulu faire des désignations de races, représentent en réalité respectivement les peuples sédentaires et les peuples nomades ; Iran ou Airyana vient du mot arya (d’où ârya par allongement), qui signifie « laboureur » (dérivé de la racine ar, qui se retrouve dans le latin arare, arator, et aussi aryum, « champ ») ; et l’emploi du mot ârya comme désignation honorifique (pour les castes supérieures) est, par suite, caractéristique de la tradition des peuples agriculteurs."
    René Guénon Le règne de la quantité

     

    • Lisez mes commentaires plus haut, les infos de l’article, et accessoirement renseignez vous plus sur le sujet. Pour le coup René Guénon raconte n’importe quoi !
      "Arya" ne veut pas dire "laboureur" historiquement mais est un ethnonyme d’un peuple qui se désignait ainsi, sa signification se rapproche plus de "noble", ce peuple, à l’origine, n’est pas sédentaire et agriculteur mais nomade et pasteur.
      De la même manière, les Indianistes modernes se trompent en essayant de coller à ce terme une qualification avant tout spirituelle, morale.


  • Ce monsieur BHL est un imposteur farfelu arrogant et paranoïaque, se faisant passer pour un philosophe et un écrivain, sans compter les tentatives de pièces de théâtre tout aussi bidonnées que le reste .Ce Mr se pavane sur les plateaux télé et radio, dont les propriétaires sont de bons amis, ce qu’il lui donne ses droits d’entrées, ou peut-être aurait-il le doublent des clefs de ses différents studios pour lui faciliter l’audience .Mais tout le monde sait que ce Mr n’a pas fait sa fortune avec sa sueur, mais avec celle des autres,et rien des secrets de l’achat et la vente de bois n’échappe au philosophe, pas même les montages fiscaux via la Suisse, qui caractérisent l’entreprise à cette ... L’intervention de Bernard-Henri Lévy auprès d’Arnaud Lagardère pour censurer l’enquête sur la Becob. Ce monsieur est un farceur conscient et dangereux .


  • "Casus Belli", ici, d’ingénierie psycho-sociale visant à fabriquer du mythe, de la rumeur politicienne, celle consistant à ajouter une fine couche superposée à "l’Iran Bashing" médiatique ambiant, ce dernier étant pourtant déjà bien épais (agenda mondialiste unipolaire...) .

    Drapé d’apparente éruditsion et filant l’anecdote "capilotractée", notre Dandy Bobo interNational "narcisso-cathodigénique" ("cathogénique", c’est autre chose... padamalgam !), tire de son chapeau melon un de ces numéros dont lui seul a le secret.

    Ah ! la dialectique sournoise et sophistiquée du PAF/Ministère de la Vérité... que ne sert-elle pas à fabriquer l’opinion, à des fins que le public captif est à des lieux de soupçonner... car "toujours" pour son bien(-être) !

    Alors, "nazification de la Perse" par BHL ?

    En tout cas flag’ de diabolisation... "affirmatif" aurait dit feu S. Gainsbourg, mais Point G.odwin*, dans ce cas d’espèce bien analysé, non !

    * "G" pour Gnose, évidemment, n’est-ce pas Bernard ?


  • Son bouquin est quand même 33ème des ventes sur Amazon, et les avis 100% positifs !? Gloups.

     


  • L’Allemagne nazie dit aux Persans : On va faire de vous les Aryens de l’Est. Nous on fera les Aryens de l’Ouest. On va faire une chouette aventure commune, on va dominer le monde. Et les Iraniens acceptent le deal.



    Donc si j’ai bien capté, pour résumer le deal selon BHL, ça donne à peu près ça :

    - Tiens moktar, t’es chaud pour une chouette aventure commune ? ça te dit de dominer le monde avec moi ? Allez, je vais faire de toi un bon aryen de l’est...

    - Ah bah ouais carrément ! Faut faire quoi ?

    - T’as juste à changer le nom de ton pays,

    - Ok ça marche, top là !

    @BHL Quand tu mens essaye au moins d’être crédible sale bouffon !


  • Si n’importe qui appelait à la dėzanication de "l’état" sionistes , je vous laisse imaginer la fronde à l’accusation suprême de notre siècle....


  • La vérité c’est qu’il y a un tas d’iraniens aux yeux bleus et certains au cheveux blonds, cela remonte à des temps très lointain.
    C’est tout simplement du fait des migrations des peuples aryens (en fait, hyper boréen, ou "viking" peu importe comme on les appelle) vers le Sud suite à grande glaciation et au cours des millénaires qui ont suivi.

    On retrouve des peuples semblables avec par exemple les Thokariens en Chine.

    Par conséquent, prendre le nom de Iran, non seulement historiquement ça a un sens comme l’on souligné les historiens qui ont démonté BHL, mais génétiquement parlant aussi. Inconsciemment ou consciemment, cela fait référence à leur genèse.

    En souhaitant tout rapprocher à tout bout de champ à "l’Allemagne nazie", les imbéciles souhaitent que nous oublions notre histoire multi millénaire.


  • La racaille nazisioniste BHL persiste et signe :

    https://laregledujeu.org/2018/04/16...

    Comme toujours l’inversion accusatoire est en marche :

    https://www.agoravox.tv/culture-loi...

    Pour éviter au monde de voir le cordon ombilicale liant les idéologie nazi et sioniste qui sont les 2 faces d’une même pièce historique que l’iran cherche à renvoyer à la poubelle.


  • Quel bouffon ce type... Ça pourrait être risible sauf que lui, mène à la mort.


Commentaires suivants