Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Deux personnes âgées meurent dans la salle d’attente des urgences

Logique néolibérale

Après la mort de Naomi Musenga, dont l’appel n’a pas été pris au sérieux par une opératrice du Samu, les témoignages et récits d’incidents tragiques se succèdent. Deux cas sont ainsi rapportés par France Bleu Touraine vendredi 18 mai. Le décès de deux femmes de 90 ans, respectivement dans la nuit du 11 au 12 avril dernier et le 3 mai. Les deux personnes âgées, atteintes de pathologies graves et en fin de vie, sont mortes dans la salle d’attente des urgences de Tours.

 

L’une des patientes est restée plus de six heures sur un brancard, quatre heures pour la deuxième malade. En cause « des cas plus graves à gérer » ces jours-là, explique le professeur Pierre-François Dequin, responsable médical du pôle urgences du CHRU Trousseau qui précise tout de même que « c’est un phénomène exceptionnel ».

 

« C’est la saturation tous les jours » : le personnel à bout de souffle

Le professeur Dequin confie à France Bleu que « les équipes sont meurtries, choquées, blessées par ces décès indignes ». Une soignante du service des urgences témoigne aussi, anonymement, et explique que

« ce qui a choqué le plus l’équipe, c’est que nous n’avons pas eu, en tant que soignants, la possibilité de les accompagner dans leur décès. Elles sont décédées dans une salle d’attente bondée, au milieu d’autres patients qui attendaient d’être vus. »

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 


 

Mort de Naomi : les pompiers démentent les propos de Buzyn

Le ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé ce matin que l’opératrice des pompiers avait indiqué à l’opératrice du Samu qu’il s’agissait « encore de quelqu’un qui croyait mourir d’une grippe ». Les pompiers démentent.

 

JPEG - 21.9 ko
Naomi Musenga

 

Le ministre de la Santé Agnès Buzyn, interrogée par nos soins ce vendredi matin [18 mai 2018] sur Public Sénat, a demandé au ministre de l’Intérieur Gérard Collomb de lancer une enquête sur l’appel passé par Naomi Musenga fin décembre 2017 au 18, qui a précédé sa mise en liaison avec le Samu.

« Madame Naomi Musenga a d’abord appelé les pompiers. Les pompiers ont prévenu le Samu et en passant l’appel ont dit à l’opératrice du Samu : "C’est une grippe, elle pense qu’elle va mourir" »

(Buzyn fait sa « com » à 1’18 mais la question sérieuse arrive à 1’43)

 

Lire l’article entier sur lalsace.fr

L’impact du libéralisme sur la santé, à lire chez Kontre Kulture

 

Libéralisme et santé publique ne font pas bon ménage, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

60 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1968775

    Autrefois on veillait le mourant chez lui entouré de ses proches. Il recevait l’Extrême onction. De nos jours ils sont "pris en charge".
    Les vieillards meurent quand leur heure est venue. Les familles de ces personnes n’ont qu’a assumer leur devoir plutôt que de pointer du doigt les “dysfonctionnements” d’un État en bout de course.

     

    • Bossuet écrivait ce qu’on sait :"Dieu se rit des hommes..."

      La république a remplacé la monarchie de droit divin, et tous les secteurs de la vie sont devenus "marchands", "grâce aux lumières". Dès lors, comment peut-on s’étonner de ce que les services de soins qui sont "marchands" comme tous les autres, soient défectueux ?

      Sous l’Ancien Régime, les soins aux plus humbles de même que l’instruction était assurée gratuitement par l’Eglise Catholique, et notamment par certains ordres de religieuses qui se vouaient corps et âme aux soins et à la charité, et ce,quelque soit la confession des malades,raison de son exonération à l’impôt.

      Aujourd’hui le corps médical ne compte plus que des "professionnels" et il faut bien sûr il faut surtout entendre par cela, des non bénévoles...


    • #1968829
      le 19/05/2018 par narcissique pervers dernier stade
      Deux personnes âgées meurent dans la salle d’attente des urgences

      C’est la société permissive. On se permet de délaisser notre famille à des experts pour éviter de se faire chier que çà soit l’enfant ou le vieux : nounou, école, médecin, psychiatre, hôpital, hospice, bref des "experts" qui disent "nous ferons çà mieux que vous".

      Ces pratiques qu’on croit anodines sont entrées dans les moeurs, et personne ne les remet en cause c’est çà le plus grave. La liberté de mon cul avant tout !


    • J’ai eu le privilège d’assister à l’accompagnement à l’ancienne d’une mourante, une vieille dame qui était entourée de ses enfants, petits enfants, lui tenant la main, lui caressant les cheveux...pas de pleurniche, pas de hurlement...que de l’affection, de l’amour et de la dignité. Mais je dois préciser que j’ai vu ça au fin fond de l’Asie...en France les vieux on les fout à l’écart en attendant qu’ils claquent et ensuite en se précipite pour voir ce qu’il y a à ramasser...


    • Poussez la logique argumentaire jusqu’au bout...
      Ce n’est pas la famille qui n’assume plus leur "devoir" mais bien parce qu’elle ne peut plus voire on lui interdit de le faire dans certaines circonstances.

      Et oui pourquoi elle ne le fait plus : obligation de travail, desertion du travail pour "assumer un devoir" = pas de rémunération, donc pas de moyen pour assumer les soins dans un système de moins en moins universel et complet (lui même d’ailleurs financé par le travail), sans compte bien évidemment la continuité des frais normaux (loyer, entretien de ses propres enfants s’il y a, assurances etc...).

      Donc on délègue la "prise en charge" pour assurer le travail dans un système capitaliste où si vous n’êtes pas performant vous êtes éliminé...On a complexifié également la prise en charge et les "responsabilités" dans les chaines de décision médicale qui fait que la famille est exclue et considérée comme incompétente et débile dans tout domaine.
      Changer une compresse devient limite une compétence médicale sanctionnée par l’académie de médecine.
      A contrario, on a tant débilisé la population et soustrait ces notions de l’éducation en général que forcément, juste le fait de se moucher pour éviter une otite devient un conseil aberrant pour certains.

      De plus prenez en compte aussi la sociologie, autrefois, la famille c’était souvent 5, 6 enfants aujourd’hui c’est plutôt 2 ou 3 maximum. Ceux ci aujourd’hui une fois en couple (s’ils se mettent en couple) bougent géographiquement souvent à 30, 40km voire a l’autre bout de la France.

      Bref Bien beau aussi de cibler les famille ou leur éventuelle lâcheté...n’y ont -il pas été poussé comme dans un piège ?
      Assurez le maintien des revenus constant aux personnes assumant "leur devoir" et vous verrez, d’un coup beaucoup vont le faire car la lâcheté n’est pas là ou on le pense !


  • Respect à ces gens décédés et leurs familles , mais ils n’ambaucheront pas d’avantage de personnel , non , ils préfèrent berner les employés existants au maximum , en exploitant toute leur sensibilité humaine !


  • "... le nombre de passages aux urgences augmente d’environ 3% par an."

    Cette augmentation n’est-elle pas proportionnelle à l’augmentation du nombre d’immigrés clandestins d’une année à l’autre ?


  • De quoi est morte Naomi ? Tous ses organes ont lâché les uns après les autres, ont dit les médecins. Son lit était souillé, a dit sa famille, qui n’était pas là pour l’assister, et prétend que d’autres le fassent à sa place.
    L’ebola ?
    Une maladie tropicale rare ?
    C’est à coup sûr ce qui a tué Naomi, qui aurait peut-être vécu une heure de plus, si le Samu l’avait prise en charge une heure plus tôt. Elle disait elle-même : je suis en train de mourir. Elle était seule. Une telle maladie, qui n’a pas dû lui tomber dessus d’un seul coup, ne lui permettait pas de vivre seule.
    Personne n’en parle. Ce pourrait être plus important qu’un retard de soins d’urgence pour cause de saturation ; elle a d’ailleurs été prise en charge, et on lui a donné un numéro d’urgence où elle a reçu une écoute de médecin. Les opérateurs reçoivent tout le temps des appels pressants, parfois injustifiés, et ne sont pas médecins, pour poser des questions. Trop facile d’accuser le petit personnel, en déviant les raisons de la mort.
    Trop de monde en France.
    Pour les deux vieilles dames, elles avaient l’âge de mourir. La mécanique lâche, qu’on essaie de la relancer ou non. C’est triste qu’elles soient mortes dans la solitude d’une foule, sans assistance d’un prêtre ou de proches, dans leur pays et pourtant à l’étranger.


  • Aujourd’hui 19 mai 2018, deux nouvelles :
    "Bourses, Apl, Autonomie, Handicap, une réduction des aides sociales étudiées par Bercy."
    (LCI, 20 Minutes)

    "Brigitte Macron en Gironde pour parler du handicap."
    (Paris Match, Sud Ouest)

    Foutage de gueule ?...


  • Commençons déjà par trier entre la vraie et la fausse urgence !
    Combien s’y rende juste pour ne rien payer ?
    Combien pour des bobos ?
    Il y a des personnes qui connaissent les urgences par cœur, d’autres qui n’y vont jamais.
    Donnons des amendes aux mecs bourré, et a tout ceux qui profitent.
    Je crois que c’est déjà le cas dans d’autres pays.

     

    • #1968835

      Exactement d’accord. Beaucoup vont au médecin dès qu’ils ont un furoncle au cul, les vieux qui se font chier, çà leur fait une sortie... Je confirme çà existe.


    • arrêtez vos conneries, vous croyez peut être que c’est pour le plaisir qu’on se tape 5 heures d’attente pour une consultation aux urgences parce qu’en campagne, à partir de 6 heures du soir, il n’y a plus un médecin de garde dans tout le département. pas trop le choix que d’aller aux urgences où on retrouve la mère et son bébé qui a 40 de fièvre, le vieux qui a fait une mauvaise chute, le pochtron blessé ou l’aliéné mental ramené par les pompiers et qui part en couille avec un personnel qui se résume à deux personnes pour l’accueil, (j’ai été obligé d’en ceinturer un la dernière fois que j’ai amené ma femme pour une cystite) c’est çà les urgences à l’hôpital de Draguignan, un médecin de garde ( indien ou marocain selon les jours, pas mauvais cela dit mais totalement débordés avec plus de trente patients plus ou moins amochés).
      Un accident de la route ? on essaie d’envoyer sur Frejus ou dans le privé car le temps qu’un chirurgien pointe le bout de son museau, cela a toutes les chances de décéder dans le couloir au milieu des vieux qui gémissent et font sous eux car personne pour leur filer un pot. et le plus drôle c’est quand on croise un touriste, celui là il s’en rappelera de son indigestion aux moules (5 heures d’attente à dégueuler dans le couloir dans un seau qui déborde pour une facture de trois cent cinquante euros).
      Alors remettez des médecins de garde et des pharmacies de garde et vous verrez que les urgences retrouveront un semblant d’efficacité.


    • Salut Paramesh, tu décris bien la situation en province, plus de toubib, les urgences font le tampon, des hôpitaux qui fonctionnent comme des dispensaires africains, avec des spécialistes en consultation un jour par semaine et en opération un jour par mois...


    • @laurent71
      Je ne sais pas de quelle province vous parlez...A reims se construit un projet de clinique qui va ouvrir la semaine prochaine...
      Une vraie usine !
      Spécialiste en consultation un jour/semaine opération 1jour par mois ??? vous confondez avec le public je crois...
      Les opérateurs se disputent les vacations de bloc opératoire et n’arrêtent pas de s’en rajouter, des programmes a rallonge, a se demander d’où ils sortent leurs patients et s’ils dorment. Le personnel est obligé de se braquer et de revendiquer le droit de se reposer pour les arrêter

      Certes cela n’est pas représentatif, car beaucoup d’autres centres ferment, de moins en moins de médecins de garde. En même temps on ne motive pas les futurs médecins a s’installer en libéral (charges...) sauf en maison médicale (ce qui ne les intéresse pas)

      Et en parallèle, les gens pour un pet de travers en effet s’ingurgitent des quantité de médoc. Les médias on tellement relayés toute sorte de compagne de prévention que maintenant pour avoir juste roté après avoir bu une binouze les gens paniquent et demandent à passer une gastroscopie (on ne sait jamais, Helicobacter, polype, début de cancer, intolérance...)


  • La ’’démocratie’’ qui tue...On n’inverse pas les valeurs sans passer de vie à trépas. Heureusement la mort est indépassable même pour les organisations sociales les plus pernicieuses. On n’accumule pas les aberrations sans engendrer le marsasme. Voilà où en est cet endroit.


  • Tout ira mieux une fois que tout sera privatisé. Ils vont bien essayer de nous le faire gober. Salauds de pauvres.

     

  • Au nom de la rentabilité !!!
    La pire des mort après celle accidentelles à souhaité à quelqu’un !
    Mourire seul dans un couloir : quelle détresse cela devait être et quel horreur !!!
    Cela était la pire des chose au moyen âge
    Quand la peste s’était abattu sur l’Europe, les gens qui l’attrapaient dans la rue, préféraient aller contaminer leur famille et mourir parmi eux que de mourir seul dans la rue : c’était la pire des mort pour l’époque que de mourir seul loi de sa famille !!!

     

    • Ha bon il y a des gens qui meurent en famille ? Je croyais que face à la mort on etait seul. À part pour le suicide assisté, la mort on choisi pas où ni comment ni avec qui. Et quand un vieux meurt dans son sommeil, même si sa famille est présente dans la maison quand ça existe encore, le vieux meurt seul. Nous naissons tout nus et seul, avant d’être couvé par maman, nous mourrons nus et seul, avant d’être couvés par Dieu... Amen


  • C’est pour ça qu’il est impératif d’imposer par la loi l’euthanasie comme le préconise le prophète Jacques Attali afin que tout ces vieux meurent dans la dignité plutôt que sur un brancard aux urgences ! Elles auraient du être amenées dans une chambre spécialement aménagée avec musique classique en ambiance de fond, lumière tamisée, diffusion d’huiles essentielles et une perfusion progressive et massive de morphine. Voilà la dignité et le progrès !

     

    • à partir de 65 ans précisons, car à cet âge l’on coûte plus que l’on rapporte.


    • Sauf pour Jacques qui n’a jamais rien rapporté ...
      mais bon ... ai-je le droit de le dire ????


    • #1969134

      Elles auraient dû surtout être prises en charge mais malheureusement il y a un manque de personnel pour le nombre de patients aux urgences.
      Trop de patients qui n’ont pas la nationalité française et qui se font soigner dans nos hôpitaux ce qui implique une charge de travail supplémentaire pour le personnel médical. Ce n’est pas normal.
      Quant à l’euthanasie, il y a beaucoup à réfléchir. Vous parlez de musique classique et si elles n’aiment pas ce genre de musique ? (Bien évidemment c’est de l’humour noir).
      Le film "Soleil vert" a dû vous inspirer.
      Pour finir et si c’était une personne de votre famille qui ai terminé de la sorte ?
      Pour ma part, ça me fait mal.
      Cordialement.


    • Mort sur les civières et euthanasie pour les "de souches" et allocs, soins de santé et logement au Château pour les faux réfugiés africains.

      Nos maitres trouvent que le grand remplacement ne vas pas assez vite alors ils suggèrent l’euthanasie pour accélérer le processus.


    • @Juju : ne soyez pas mauvaise langue la retraite sera bientôt à 75 ans


  • "...de remettre le SAMU face à ses responsabilités...", y a des tartes dans la gueule qui se perdent sans déconner !!!! Et la responsabilité de tout ces gouvernements successifs qui on intégralement détricoté notre système de santé qui fonctionnait très bien auparavant. Je me souviens, dans ma jeunesse, lorsque l’on arrivait aux urgences, de personnels aux petits soins pour les patients, d’une prise en charge immédiate et d’un règlement à posteriori de tout le volet administratif. La dernière fois que j’ai été aux urgences, c’était pour un pneumothorax, et ben j’ai attendu 2h30 dans une salle d’urgence pleine à craquer, ceci s’explique peut-être par le fait qu’à ce moment là j’étais bénéficiaire de la CMU (c’est la PREMIÈRE chose que l’on m’a demandée lorsque je suis arrivé, comme aux States !!!).
    Le système de santé est en train de se barrer complètement en sucette et c’est au personnel qui est en sous-effectif dans la plupart des services de se remettre en question, faites plus avec moins semble être devenu la nouvelle devise de la France !!!!


  • Je viens de croiser un camarade de moins de 40 ans. Il se faisait prescrire un médicament appelé "ritaline" (phonétique). Tout ça pour "mieux se concentrer sur des projets culturels". Du genre ateliers d’écriture pour taulards et migrants. Sans compter un groupe de rock sans doute génial.
    Il a fait une crise cardiaque (la mauvaise bouffe a du jouer un rôle). Arrivé aux urgences, il s’entend dire : " Vous avez l’air stressé, ce doit ètre psychosomatique"...
    La vie moderne... Comment dire... Les gens ont tous tout compris, ils comprennent tout... jusqu’à ce qu’ils se fassent bien enc... et là, vous vous rendez-compte qu’ils persistent.


  • Vous oubliez de mentionner que tous les clandestins viennent se soigner gratuitement dans les hôpitaux d’où le manque de place pour des concitoyens français et régularisés.
    Vous n’en parlez jamais de ce problème. Une famille de ROM qui réside en toute illégalité sur le territoire français profite de la CMU pour soigner un membre de la famille atteint d’un cancer du poumon. Un lit occupé = un lit de moins pour un résident légal en France !


  • Pensez donc que ces incidents gravissimes viendront agrémenter le plan politique mis en place pour la santé.


  • #1968931

    il y a aussi dernièrement une femme enceinte qui est morte et l’enfant aussi. Mr SORAL faites des recherches sur TRAFIC D’ORGANES vous trouverez les réponses...
    Chrétiens réveillez vous ! Ces gens au pouvoir sont en train de nous tuer par des poisons dans l’alimentation, par les chemtrails, par le faux terrorisme, par le trafic d’organes, par le chomâge (suicides), par les vaccins, par les médicaments, par les ondes, par les punaises de lit... etc... bref PAR LE MENSONGE ! PUTAIN réveillez vous ! Ils sont en train de vous tuer !!!

     

  • Je cite : "L’une des patientes est restée plus de six heures sur un brancard, quatre heures pour la deuxième malade. En cause « des cas plus graves à gérer » ces jours-là"...

    Ben non, puisque ces deux personnes en sont mortes.

     

    • Dans l’urgence, les nonagénaires ne sont pas prioritaires ... nous en sommes là.


    • Et c’est tout à fait normal. Le cycle naturel fait mourir d’ordinaire bien avant 90 ans, le nonagénaire qui veut parasiter une place en hôpital pour une maladie de toute façon incurable qui l’emmènerait dans la tombe quelques semaines plus tard ne fait qu’ajouter son hochet de 68ard "j’ai le droit !".

      Il faut faire des arbitrages. Les nonagénaires doivent rester dans leur maison avec leur famille.


  • Beaucoup de "responsables" au pouvoir doivent rêver de remplacer le système français de couverture santé par un système façon US.

     

    • N’est-ce pas déjà le cas ?
      Exemple de remboursement d’une consultation chez un spécialiste :

      - Consultation : 50 Euros
      - Tarif de convention : 23 Euros
      - Remboursement : 16 Euros
      - Déduction forfaits
      précédents : 3 Euros
      - Remboursement
      effectif : 13 Euros

      13 Euros sur 50 Euros déboursés, le reste, soit 37 Euros, à prendre en charge par la complémentaire santé (qui est une assurance privée), si vous en avez une, et en bout de course, le reste à charge.
      Cet exemple concerne un petit montant.
      Si vous devez affronter des interventions chirurgicales à plusieurs milliers d’euros, il vous reste les yeux pour pleurer.
      On vante du matin au soir, le modèle français, mais il n’a rien à envier aux modèles étrangers.


    • En France la sécu prend en charge tout un tas de traitement vendus plusieurs dizaines de milliers d’euros. Nous sommes à des années lumières du système de santé américain.


    • Non, notre situation est bien pire que celle des américains. Les américains ont l’assurance privée. Beaucoup (sauf ceux qui ne peuvent se le permettre) payent leur assurance privée 400 euros par mois, et cas de pépin elle soigne.

      L’assurance privée existe enSuisse, en Belgique, au Luxembourg, au Danemark, en Allemagne, en Norvège. Les adhérents payent et sont soignés en conséquences. En France, nous payons déjà la sécu avec nos retenues sur salaires (qui dépassent largement les 400 euros / mois) sans bénéficier d’aucun soin.

      Brandir le "c’est pire chez les américains" c’est un mensonge justement, parce que les américains souscrivant à leurs assurances privées sont intégralement remboursés. Et même pas besoin d’aller outre Atlantique pour voir l’assurance privée exister : elle existe dans toute l’Europe. La sécurité sociale coûte cher et est inefficace.


    • Il me semble qu’il y a confusion. En France il est possible de bénéficier de la sécu sans travailler. Il suffit d’être résident français. Donc les plus pauvres, ceux qui ne travaillent pas et n’ont pas l’ARE peuvent être soignés. Et ce droit a été renforcé par le dispositif PUMA. Donc rien de comparable avec une protection privée.
      Le modèle social de protection santé est fondamentalement différent des pays que vous cités. Après il y a effectivement des prises en charge plus intéressantes (je penses à la Suisse et l’AI principalement), mais qui causent des inégalités.


  • Plein d’autres cas similaires sont à déplorer, faut avoir de la chance s’il arrive quelque chose de grave à certaines
    périodes, mais non , on ne va pas aux urgences avec plaisir, moi j’ai emmené ma mère de 83 ans au lendemain des fêtes de fin d’année, car aucun médecin aux alentours, on a attendu environ cinq heures, elle sur un brancard dans un couloir bondé, si je ne l’avais pas emmenée, elle pouvait mourir, mais il n’y a plus de médecin de famille comme avant qui se déplaçait jour et nuit ou le dimanche pour se rendre auprès de leurs patients et qui connaissaient bien les antécédents de la famille etc... c’est le vrai sens de ce métier, et non d’avoir des horaires de fonctionnaire et des vacances, d’où la pénurie des généralistes, et la ruée vers l’hôpital !


  • Le système de santé était un des meilleurs au monde, seulement le problème c’est que tout le monde en a profité je dirais même abusé .À force d’avoir voulu jouer les bons samaritains, terre d’accueil etc. etc. etc . voilà le résultat ,on aurait tendance à ne plus pouvoir s’occuper de nos propres patients, voir les plus vulnérable, où il y a réellement urgence, au détriment de malades qui ne payent rien, sans jamais avoir cotisé, avec une urgence tout à fait relative .Le personnel de santé n’est pas à accuser de malveillance, mais est complètement dépassé, et en sous-effectif .En plus pour améliorer la chose, ils ferment les hôpitaux dit "non rentable", c’est comme cela qu’on finit sa vie dans une salle d’attente en surcharge. Et, la cerise sur le gâteau, ils augmentent les cotisations d’assurance maladie et diminuent les remboursements, normal on ne peut faire de cadeaux au monde entier gratuitement .


  • Si ces 2 patientes étaient en fin de vie possibilité de mourir dignement au domicile avec la HAD et la famille sinon soins palliatifs, service de fin de vie quelle était leur pathologie respective ? Bref, la prise en charge initiale de fin de vie était inadmissible parce que si bien faite ces 2 patientes ne se retrouvent pas aux urgences mais en soins palliatifs ou soins de fin de vie au domicile.
    Si elles étaient médecins ou issues de familles de médecins rien de tout ça ne le serait arrivé ! Système de santé à 2 vitesses.
    Quant aux urgences, ils auraient dû évidemment les installer dans une chambre ou transfert dans un service pour mourir dignement... pays en voie de développement vous dites ?!


  • PS : la prise en charge médicale aux urgences est fonction de la gravité du malade et non administrative (CMU ou etc..).
    Donc le personnel médical s’est dit 2 femmes âgées qui vont clamser pourquoi monopoliser un lit alors qu’un transfert dans un service avec lits disponibles aurait été plus humain.
    Personnel médical de plus en plus incompétent et INHUMAIN.

     

  • Cette histoire n’a rien de scandaleux. Staline résume bien la situation : "La mort d’un homme est une tragédie, la mort d’un million d’hommes est une statistique."

    "Analyse à l’émotionnelle" : c’est comme pour les attentats "terroristes" : condoléances aux familles, soutien psychologique sur place, le fameux "plus jamais ça !", un rapport administratif inter-ministériel sur la lutte contre (à compléter selon la convenance), des peluches, des fleurs, une plaque commémorative ...

    "Analyse en mode "non-déni" " : Les Français sont des putains de corporatistes. Leur seul réflexe c’est : "Dans ma corporation, il faut plus de moyens humains, matériels et financiers, bla, bla, bla". Ils sont incapables de raisonner à l’échelle NATIONALE pour comprendre que ce n’est pas à la France de faire quelque chose pour les Français, mais c’est aux Français de faire quelque chose pour la France. La nation est une "chose" NON-MARCHANDE, si tu n’est pas patriote alors tu acceptes de facto la PRIVATISATION de tout ce qui constitue ce pays. La qualité et la quantité de "service public" diminuent mais pas les impôts afférents, étonnant, non ? En bons intermédiaires, les politiciens et les lobbyistes captent la différence, c’est le fonctionnement NATUREL de notre république (tu piges mieux l’entourloupe des dernières élections ?) Tant que l’on entendra pas dans les rues de France "mort à la république !" La situation continuera d’empirer.

    La prochaine fois, il y aura un suicide dans une autre corporation (agriculteurs, esthéticiennes, garagistes ...), ça hurlera encore au scandale mais l’analyse restera valable. Soyez patriote ou allez VENDRE votre âme au plus offrant.

     

  • etant médecin régulateur dans un centre 15 , je peux vous dire que les appels surtout la nuit c’est la cour des miracles , les bas fonds de la société , on en voit de toute sorte et des plus incroyables
    quand aux insultes ca pleut sur nous quand on ne donne ce que les gens exigent
    je peux vous dire qu’a la sortie d’une nuit de régulation de 12 h je suis rincé physiquement et moralement
    et quand je vois cette madame la ministre Buzin qui vient nous donner des leçons comme quoi nous sommes des incompétents c’est a hurler car que la nuit nous
    n’avons aucune réponse à donner autre que d’aller aux urgences attendre 6 h
    nous n’avons droit a aucune faute , aucune c’est très stressant et je pense arreter bientot

     

    • Vous avez raison... L’aide à la personne est le deuxième secteur professionnel le plus touché par les suicides (après le secteur commercial), pour éviter le burn-out lâchez l’affaire, c’est mon conseil.
      Les gens sont de bonne volonté mais le système fait tout pour les enfoncer, et avec Buzyn qui ne porte pas la charité dans son coeur, c’est mission suicide. Enfin je vous comprends quoi.
      J’ai un parent, plus de 55 ans, qui bosse encore de nuit secteur hospitalier, à son âge, pour la santé c’est pas conseillé, on n’est pas loin du zombie. Mais il continue à cause des finances quoi.


    • Je rebondis sur votre message étant moi aussi medecin urgentiste. J’ai de plus en plus de mal à comprendre les patients. Ils passent leur temps à nous dénigrer mais son incapable de prendre la responsabilité de prendre un simple doliprane ou de s’enlever une écharde sans avis médical... Je pense qu’il existe un réel manque de bon sens. Les patients se comportent de plus en plus en client-roi : « j’ai droit donc je veux ». Pour revenir aux deux pauvres femmes qui sont décédés dans une salle d’attente, je poserais simplement une question où était leur famille ??? Je ne compte plus le nombre de personnes âges adressées aux urgences pour maintien à domicile impossible ou altération de l’etat général qui sont complètement délaissées et pour qui personne ne prend de nouvelle... ou alors leurs enfants sont injoignables ou trop occupés... Mais que faisait leur maman quand ils souillaient leur lange en pleine nuit ???


    • Je rebondis également a votre commentaire.
      Qui concrètement est aussi responsable de cette infantilisation de la population ?
      Qui d’un argumentaire pour retrouver autorité affirme en disant "vous n’êtes pas médecin" ou "je suis médecin" tout en se plantant ? (car oui erreur de diagnostic c’est triste cela existe aussi...les médecins restent des humains, pas des dieux). Je parle d’expérience pas d’accusation.

      C’est toute la logique du corps médico-social à revoir. Les médecins déjà à revoir leurs égos donc leurs "pouvoirs". En gros certes ils peuvent exercer la médecine, mais remettre en doute leur diagnostic ne doit pas être considéré comme un sacrilège y compris dans un même hôpital.
      Ils doivent aussi ne pas oublier qu’ils n’ont pas forcément des crétins débiles en tant que patients. Ils ne sont ni leur père, ni leur supérieur, ni leur dieu. Ils ne sont pas plus intelligent (un médecin qui ne sait pas faire une multiplication, ça existe !).
      Demander à voir les radios et dire "tient là..." et entendre "nooon c’est rien et depuis quand vous êtes radiologue ?" et au final avoir tapé en plein dans le mille.

      Ce sont les médecins eux mêmes depuis des décennies qui se sont incarnés dans cette posture de "MOI j’ai raison et à ce titre j’ai droit DE prescrire, interner, hospitaliser, faire sortir, opérer, garder, etc...". Le problème c’est que maintenant que le collet se resserre sur les responsabilités, sur les erreurs de diagnostics, la complexité finalement du corps, les demandes de rentabilité, oups là ça devient plus dur à gérer, surtout avec des examens cliniques plus précis (scanner, irm,)
      Cela se renforce par le fait du vieillissement de population, la revendication du droit (je paye mes impots donc...), les obligations de santé (certificats, vaccins, visites d’enfants sinon menace d’être de mauvais parents...), la baisse du maillage de médecin de garde...

      Le paradoxe, c’est que le corps médical est tellement ancré dans cette position egocentrique et déifiée du "saint médecin qui sait tout" qu’il apprécie tant et de l’autre dans cette position épuisante où lui demande de plus en plus des comptes (alors qu’autrefois cela faisait partie de "l’erreur humaine" , la fatalité).

      Un choix se fera c’est certain...soit celui de la déresponsabilisation totale du médecin où service d’un avocat sera systèmatique, soit un retour à une médecine plus humble...
      A mon sens, le chemin est déjà tracé


    • En réponse à Peg

      vous semblez avoir eu une mauvaise expérience avec le corps médical. J’en suis désolé pour vous. J’ai été également victime d’un aléa thérapeutique étant jeune et cela n’en m’a pas empêché de devenir médecin. La décision avait été prise bien avant.
      Cependant, je pense que votre vision n’est pas complète. C’est un médecin de province qui écrit et cela bien loin du CHU. Quand vous évoquer le « saint médecin » je suis bien loin de cela dans mon quotidien. Je vous assure ne pas avoir fait 11 ans d’etude pour me faire insulter régulièrement pour ne pas dire quotidiennement.
      Les médecins français ne sont certainement pas les plus mauvais avec une approche clinique peut-être moins présente qu’il y a quelques décennies. Judiciarisation obligeant à multiplier les examens complémentaires parfois irradiants... Mais n’ayant plus le droit à l’erreur, il faut bien se couvrir.
      Alors, je me pose parfois la question de continuer à exercer la médecine, à me fatiguer à faire des nuits... En me consolant , je me dis que les médecins étrangers qui sont de plus en plus nombreux dans les petits CH de province me remplaceront sans problème et que l’administration devrait réussir à fournir des interprètes pour permettre au patient de communiquer avec son médecin qui présente malheureusement souvent une maîtrise plus que partielle du français ! Alors, oui bon courage aux générations futures ! Et une pensée émue à tout mes camarades recaler en première année à cause d’un numerus clausus d’une autre époque. Camarade qui auraient fait sans aucun doute d’excellent médecin de famille en campagne !
      À bon entendeur salut !


  • PS bis : beaucoup de membres du personnel hospitalier est vraiment pas net d’où mon pseudo, mais une telle négligence à ce stade ce n’est même plus de la négligence mais de l’INCOMPÉTENCE et de la barbarie.
    Aux familles de porter plainte.


  • #1969263

    Bonjour a tous,
    Le 29 mai 2017 je me suis cassé le tibia gauche et le péroné ( fracture ouverte).
    Les pompiers sont intervenus très vite par contre, à l’hôpital d’Aubenas (Ardèche) j’ai attendu 5h30 sur un brancard et ils ne m’ont donné aucun antalgique !!!
    Ce n’était pas faute d’avoir supplié, et je les voyais discuter et traînés dans les couloirs...
    Bref j’ai littéralement peter un câble et je leur ai demander une attèle et j’ai signé une décharge car il ne pouvait pas me garder contre mon grès car ce n’était pas une urgence vitale.
    J’ai appelé un ami qui est venu me chercher et m’as emmené à Valence aux urgences où ils m’ont opéré 45 minutes après !
    Cette histoire est véridique, si vous venez en vacances en Ardèche, et que vous vous faite le moindre petit bobo, n’allez surtout pas a l’hôpital d’Aubenas, recousez vous tout seul LOL

     

  • Exactement comme d’autres sujets de société les médias s’emparent des faits, les montent en épingles’ font croire à l’opinion qu’un dysfonctionnement est général alors qu’il est isolé, et qu’il faut, sans vraiment prononcer le mot, réformer. Qui dit réformer dit détruire. C’est la tendance, sncf, hopital.... Ils sont en train de détruire le pays et ses institutions pour mettre à genou le peuple. Vous verrez dans 10 piges la gueule du pays. Ces gens sont des FDP.


  • Pourquoi , les personnes âgées n’ont pas de nom !


  • améliorer le système de santé en france ? simple supprimer la sécu et mettre des systèmes d’assurance intelligent et tout le monde y gagnera et payerons moins cher
    et ca va venir c’est obligatoire , petit a petit insidieusement


  • Si les étres humains cessaient de se débarrasser de leurs futurs descendants génants , de leur ascendants lorsqu’ils ne sont plus productifs ,de leurs animaux pour partir se choper un cancer de la peau sur les plages polluées, ,le monde serait un lieu moins sinistre .


Commentaires suivants