Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Deux scientifiques révèlent l’identité de Jack l’Éventreur

Antisémites !

À partir de fragments d’ADN et de tests génétiques, des scientifiques britanniques ont pu résoudre l’un des plus grands mystères de l’histoire criminelle : l’identité du tueur de Whitechapel.

 

 

Le mystère durait depuis plus de 130 ans. L’identité de celui qui se serait lui-même surnommé « Jack The Ripper » (Jack l’Éventreur), pour avoir égorgé et éventré plusieurs femmes dans un quartier de Londres en 1888, a enfin été dévoilée. Il s’agirait de Aaron Kosminski, barbier et émigré polonais, âgé de 23 ans au moment des faits. Deux scientifiques britanniques, Jari Louhalainen de l’université de Liverpool et David Miller de l’université de Leeds, travaillaient sur l’identification du plus célèbre tueur en série depuis 2007. Leur travail vient d’être publié par la revue Journal of Forensic Sciences et accuse donc celui qui était déjà considéré comme le principal suspect.

[...]

En 1888, entre la fin du mois d’août et le début du mois de novembre, cinq prostituées avaient été assassinées dans le quartier de Whitechapel, à Londres. Cinq meurtres tous imputables à la même personne car présentant plusieurs similitudes. Jack l’Éventreur agissait toujours la nuit, tuait ses victimes en les égorgeant, puis les éventrait en leur ôtant certains organes comme l’utérus ou les reins. La légende raconte que le tueur écrivait ensuite à la police et aux journaux pour raconter ses crimes et signait lui-même « Jack The Ripper ».

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Un autre reportage donne des conclusions différentes mais tout aussi antisémites.

    On nous y raconte que ce serait un boucher qui, camouflé par sa tenue de travail pleine de sang, aurait pu user du surin aussi efficacement, ceci expliquerait aussi la précision de son geste pour les dissections.
    Et le bistouri, il l’avait connu tout petit, lors de son "baptême"...

     

  • Le grand débat : HANTISES & MYTHES.

     

  • #2165288

    Intéressant, ce barbier polonais devait sûrement prendre des cours du soir d’anatomie et de chirurgie. Enfin on imagine que pour charcuter un utérus, le rasoir ça fait juste, reste à savoir s’il épilait les touffes...

     

    • Oui en effet, une précision chirurgicale qui ne laisse aucun doute sur l’habileté.
      (Il n’y a jamais eu aucun précédent qui laisse penser à une expérience progressivement acquise).
      Sans parler de son parfait anglais pour un émigré, reste encore selon les descriptions, son haut-de-forme et sa cape doublée sur épaules, qui sont les signes vestimentaires d’une haute classe sociale aisée... et particulièrement les médecins.


    • (J’ai fini par trouver le nom du vêtement qui semblerait s’appeler "la Cape Dickens")


  • Émigré Polonais ? Et il écrivait parfaitement en anglais ? En général ,un émigré, surtout jeune, n’écrit pas de longues lettres sans à un moment ou un autre trahir une origine étrangère...je suis sceptique...

     

    • Hé les menteurs mon cher Watson ! Peut être les faisait-il rédiger par une tierce personne ? Elle-même en incapacité de le dénoncer plus tard pour cause de démembrage intempestive....


    • A ceux qui m’ont répondu...
      Si un émigré Polac avait traîné dans les lieux, à la date des crimes, et sachant que l’assassin a loué au moins une fois une chambre d’hôtel, sachant que cet assassin a envoyé des lettres à la police, soyez sûr qu’il se serait trouvé au moins un témoin pour évoquer l’accent étranger du bonhomme ; de même qu’un non anglophone ne peut masquer très longtemps son origine étrangère , même s’il maîtrise très bien l’oral comme l’écrit...
      Réflechissez un peu, bon sang...


    • « Réflechissez un peu, bon sang »
      Même si c’est involontaire, vous êtes drôle !
      Merci pour votre humour @VIVACHAVEZ.


    • On apprend l’anglais dans tous les pays.
      Que faisait l’ADN de cet immigré sur le châle de la victime ?


    • @titus
      Oh, étant donné que les femmes assassinées étaient toutes des prostituées, je vois bien un moyen de semer un peu d’ADN sur elles sans pour autant être un tueur...Vous l’avez, ou je vous bricole un dessin vite fait ? Argument invalide.


    • A Titus...
      si c’était une prostituée, ça s’explique que c’etait un client. Encore une fois, même s’il était doué pour apprendre l’anglais, il ne pouvait pas, tout jeune émigré, parler et écrire aussi bien qu’un londonien de naissance...


    • A Rita Chavez, Erica et les autres...

      Avant de hurler avec les loups, mettez-vous dans la peau d’un enquêteur de police de l’époque : celui-ci aurait interrogé les taverniers du quartier de Whitechapel, les voituriers, les prostituées etc. Si ce Polac avait traîné dans le coin, plus d’un témoin aurait mentionné sa présence ( notamment les prostituées) et noté son accent étranger. Et puis, la chambre où fut retrouvé le cadavre de l’une des filles : le Tavernier qui a loué la chambre n’a jamais mentionné la nationalité ni le caractère étranger du bonhomme. À l’époque, on relevait la présence d’un étranger plus sûrement qu’aujourd’hui...


    • @Kong, conseil pour conseil, mais bon celui-là, arrêtez de vous la raconter sur tous les sujets et de la ramener comme si vous voyagiez dans le temps en DeLorean. On croirait l’inspecteur Clouseau ou le lieutenant Drebin se prenant pour Sherlock Holmes. Sans déconner, on n’est pas obligé d’avoir un avis sur tout. La qualité plutôt que la quantité, vous devriez essayer de temps en temps histoire d’arrêter de vous ridiculiser aussi régulièrement. Et travailler un peu votre sens de l’humour parce que ce n’est pas ça non plus !


    • A Erica...
      J’ai émis un avis que je crois pertinent. Êtes-vous vous là pour l’appuyer ou pour l’infirmer ? Sinon, pourquoi votre commentaire ?


    • Vous croyez votre avis pertinent @kong ? Comme c’est étonnant ! Retour à la case départ.


  • #2165309

    si j’me trompe pas le livre « la mafia juive » d’Hervé Ryssen en parle de jack l’éventreur.


  • Il existe une autre version cinématographique ;Un lord anglais,demeurant à la cours d Angleterre,vérolé par une prostituée,se vengeait de cette manière ?

     

    • Peu probable. Ça aurait donné UNE victime, pas cinq, quelle raison aurait il eu de se venger DES prostituées en général, et pas juste celle qui lui aurait refilé la chtouille ? Et ça aurait sûrement donné une exécution au flingue dans la rue, pas de la dissection détaillée...
      C’est traiter le mode opératoire d’un psychopathe avec le logiciel d’un mec normal...vous avez peut être eu envie de tuer quelqu’un un jour, mais de lui sortir la vessie pour jouer avec ou ce genre de truc ? On est sur un autre terrain là.


  • La thèse de Sophie Herfort est pour moi, de loin, la plus séduisante.



  • En 1910, Robert Anderson, assistant commissaire du bureau d’investigation criminelle de Scotland Yard, écrit dans ses mémoires, The Lighter Side of My Official Life, que l’Éventreur était un juif polonais de basse classe13,14. Selon des notes écrites à la main dans un exemplaire du livre d’Anderson par l’inspecteur en chef Donald Swanson, qui avait été le subordonné d’Anderson dans l’enquête de la police, ce juif polonais, non nommé par Anderson, était Aaron Kosminski et si le témoin qui l’avait reconnu refusait de l’accuser, c’est parce que ce témoin, lui-même juif, ne voulait pas faire condamner un autre juif à mort.




    Source : Wikipedia

    Je dis ça, je dis rien, hein.

     

  • Il me semble qu’une version très crédible a été donné par Sophie Herfort, qui a mené l’enquête. Il s’agirait d’une personne de Scotland yard

     

  • Jack l’éventreur était Sir Melville Macnaghten. C’est une universitaire française, Sophie Herfort, qui après une enquête de plusieurs années - elle était obsédée par Jack l’éventreur depuis sa plus tendre enfance - a révélé l’identité de l’assassin. Qui pour le coup était déjà connu des services de Scotland Yard. Cette institution était toute jeune à l’époque et pour éviter un scandale qui l’aurait fait éclater en mille morceaux, elle a protégé Macnaghten qui n’était autre qu’un de ses membres évincés.

    Les travaux remarquables de Sophie Herfort ont été salué par l’accadémie de police du Royaume Uni comme étant la thèse la plus probable et aboutie à ce jour.

    Sophie Herfort explique aussi pourquoi la thèse de l’ADN ne tient pas, étant même la plus ridicule à ce jour.
    Il n’y avait à l’époque, aucune connaissance de l’ADN ni de police scientifique et 120 ans plus tard, l’ADN étant trop pollué pour une analyse, cette piste est inexploitable. Puis quelle ADN utiliser ? on en trouve plusieurs dizaines de traces sur les lettres reçues par Scotland Yard au moment des faits. Ce qui balaie les travaux de Cornwell et invalide la thèse de cette dernière.

    D’autant plus dans les lettres reçues par Scotland Yard, Sir Melville Macnaghten signe son crime, donnant des détails à couper le souffle.

    Sophie Herfort pousse l’analyse très loin, allant jusqu’à éplucher le passé de Macnaghten. Elle démontre avec brio qu’il était un pervers et non un psychopathe. Le pervers tue pour satisfaire son ego et peut s’arrêter à tout moment. Le contraire d’un psychopathe qui lui tue sur pulsion et ne pourra jamais s’arrêter de tuer.

    Il y a une émission de TEPA TV avec Sophie Herfort qui est excellente.
    Et celle de son passage chez Jacques Pradel que je vous mets en lien ci-dessous :

    https://www.youtube.com/watch?v=-p8...

     

  • Quelqu’un sait si les enfants, petits enfants, arrière petits enfants, etc, ont reçu un dédommagement en tant que victimes héritières de cette violence inouïe ??


  • Foireux !
    L’ ADN mitochondrial ne constitue pas du tout une preuve, juste une possibilité.

    La theorie inculpant Charles Lechmere me semble beaucoup plus cohérente.
    https://www.youtube.com/watch?v=29C...

     

    • Non, Jack n’habitait pas le quartier Whitechapel.
      Ce n’est que son terrain de chasse.
      Généralement, quand on habite un tel quartier, on se sent proche des gens que l’on côtoie au quotidien.
      Ensuite, Aaron Kosminski émigre en Angleterre en 1882 avec sa sœur et ses deux frères, pour fuir les pogroms en Russie.
      Ce qui lui laisse un peu moins de 6 ans pour apprendre l’anglais, ses subtilités et ses tournures de phrases humoristiques.


    • A Drago...
      c’est ce que j’ai expliqué plus tôt : impossible d’écrire des lettres sans laisser paraître , à un moment ou un autre, une main étrangère si l’auteur n’est pas un anglophone...


  • Pffff Le Figaro...j avais entendu parler de ca y’a 10 ans...quand j’habitais a Brixton,sud de Londres,dans une documentaire de ....Channel 4....


  • #2165384
    le 23/03/2019 par The Médiavengers Zionist War
    Deux scientifiques révèlent l’identité de Jack l’Éventreur

    Cette version ne tient pas la route.


  • Ces analyses avaient déjà été pratiquées en 2014 par le fameux Russel Edwards mais tout cela avait finalement été démenti puisque le châle qui appartenait soi disant à Catherine Eddowes datait en fait de l’ère Edwardienne et non Victorienne, soit à partir de 1900 et je ne sais pourquoi, ils recommencent le même bide en 2019.

    Plus sérieuse, la thèse de la culpabilité de l’inspecteur chef de Scotland Yard Sir Melville Macnaghten développée par Sophie Herfort qui laisse découvrir une possible cabale purement policière de l’affaire et donc, un probable "complot du silence" de certains pontes des autorités de l’époque.
    L’écriture de Macnaughten a aussi été comparée à l’écriture de l’assassin de la lettre "from hell" (celle envoyée avec le morceau de rein de Eddowes), écriture analysée par Suzanne Shmidt qui travaillait sur l’affaire Grégory et effectivement, Macnaughten aurait bel et bien écrit cette lettre (analyse disponible dans l’ouvrage suivant : Sir Melville chasse le fantôme de Jack l’éventreur).

    Ou encore la thèse du logeur John McCarthy développée par Michel Moatti, un peu légère mais qui se tien plutôt bien elle aussi !

     

    • #2165712
      le 24/03/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Deux scientifiques révèlent l’identité de Jack l’Éventreur

      Oui, la thèse développée par Sophie Herfort dans Jack L’Éventreur démasqué, éditions Tallandier, 2007, réédition Points Seuil, 2008 est très plausible.

      Elle s’est sérieusement attaqué au marronnier (en journalisme, article ou reportage d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible).


  • C’est une version parmis d’autres, nombreuses ont été évoquées par des spécialistes dans ce domaine, historiens et criminologues.

    L’identité de Aaron Kosminski était déja évoquée dès les premieres semaines de l’enquête menée par Scotland Yard.

    Qu’on ait trouvé son ADN ne prouve en rien qu’il ait pu être l’assassin.. Il n’était peut être qu’un simple client en réalité, n’oublions pas que toutes les victimes de Jack L’éventreur étaient des prostituées...


  • L’ADN n’est pas une preuve mais il y a d’autres éléments. Il y aurait eu des rituels.
    Kosminski était barbier. Il s’y connaissait en lames de précision.
    https://www.youtube.com/watch?v=eaf...
    On a du mal à imaginer le chef de Scotland Yard Macnaghten s’amuser à faire des découpages de torse ou d’abdomen dans la rue.
    https://www.jack-the-ripper.org/mac...
    Macnaghten est décrit comme affable, bosseur, responsable, apprécié de ses subordonnés. Il a des yeux d’homme bon et intelligent. Il s’appuyait sur la presse pour faire avancer l’enquête. Il disait que le criminel s’était suicidé, du moment qu’il n’y avait plus d’assassinats. Il était passionné par son métier.
    Difficile de faire coller une telle personnalité avec celle du pervers ou du psychopathe. Facile en revanche de la faire coller avec le bouc émissaire pour masquer le véritable criminel.
    Macnaghten pensait que le criminel avait un corps malade. Il pensait qu’il était l’un de ces trois-là : : .M. J. Druitt, Kosminski ou Michael Ostrog.
    Il était considéré par les officiers de police judiciaire comme une sorte de Sherlock Holmes, avec un cerveau mathématique.

     

    • J’ajoute que le criminel a une intelligence le plus souvent limitée. Les délinquants ont le QI plus bas que les bulots. Ils sont souvent émotionnellement très abîmés, avec un sacré complexe, des haines et envies mal digérées, compliquées, sans intérêt.
      Traiter une femme en bête de boucherie révèle une intelligence basse.
      Monsieur Macnaghten avait un excellent QI et une bonne santé générale, une histoire familiale normale, aucune raison d’avoir des complexes ni de haïr l’esprit ou l’humanité.


  • lors de l’affaire Villemin , parait que les traces ADN étaient trop dégradées sur les lettres pour trouver l’assassin
    La technologie anglo saxonne doit etre au top pour déceler les ADN 140 ans plus tard

    envoyons les lettres du corbeau aux scientifiques de l’affaire de l’éventreur


  • La thèse la plus probable la plus aboutie qui soit vient de Sophie Herfort .Elle est passée sur Metatv , je suis convaincue du coupable désigné par cette jeune femme. Tout s’imbrique parfaitement ! Cocorico !


Commentaires suivants