Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dimanche de Pâques : des jeunes catholiques français témoignent de leur foi

En ce dimanche de Pâques, Hadrien, Anne-Flore, Victor et Colombe, quatre « cathos » âgés de 15 à 30 ans, ont accepté d’évoquer leur foi. Portraits.

 

Ils sont jeunes, ils croient en Dieu, ils prêchent sans compter la bonne nouvelle. Et surtout, ils se démarquent au sein d’un clergé très grisonnant et d’une communauté hexagonale de millions de fidèles vieillissante. En ce dimanche de Pâques, Hadrien, Anne-Flore, Victor et Colombe, quatre « cathos » âgés de 15 à 30 ans qui ont accepté d’évoquer leur foi et leur parcours parfois éloigné des clichés, vont partager la « joie du Christ ressuscité ».

Le pape François compte beaucoup sur ces figures engagées qui incarnent l’Église de demain. En octobre au Vatican, un synode (assemblée d’évêques) leur sera consacré. L’ex-cardinal de Buenos Aires dont le dernier ouvrage sorti il y a mois s’intitule Dieu est jeune, vient aussi d’appeler la jeunesse du monde entier à « oser », à « prendre des risques » et à aider les chapelles à se rajeunir à l’heure, notamment, de la crise des vocations. « Nous avons besoin de vous, les jeunes, pierres vivantes d’une Église au visage jeune mais pas lifté », a-t-il martelé. Portraits de quatre d’entre eux.

 

Hadrien, 23 ans, le séminariste

Hadrien, 23 ans, en première année au séminaire à Paris, se remet sans cesse en question. « J’ai posé des fondations solides, je sais où je veux aller. Mais je sais aussi que le chemin est long. Alors j’ai un peu de mal à me projeter comme prêtre », concède-t-il. Il lui arrive d’avoir « peur de ne pas être à la hauteur ». « J’ai l’impression que la charge est immense. Je me demande souvent : est-ce que j’en serai vraiment capable ? Et si un SDF a besoin d’aide mais que je suis fatigué, est-ce que j’aurai la force de faire le pas de plus pour montrer l’exemple ? », confie le candidat au sacerdoce.

Il lui reste au moins 5 ans de formation pour répondre à toutes ses interrogations. Ce qui est sûr, c’est qu’il y croit. « Depuis que je suis tout petit, je ressens en moi cet appel de Dieu à vivre avec lui », résume-t-il. Ce matin, il sera, un cierge dans la main, dans le chœur de l’église Saint-Séverin à Paris pour « fêter l’amour du Christ, sa victoire sur la mort ».

Même si « Jésus a toujours compté » pour lui, le jeune homme originaire de Massy (Essonne) n’a été baptisé qu’en 2014. Une démarche très personnelle, avec cette volonté de « ne pas brader » le sacrement. Ses parents ingénieurs, « de culture chrétienne », n’ont jamais été de fervents pratiquants. « Mais enfant, il m’est arrivé de voir ma maman brûler un cierge ou d’aller au cimetière pour nettoyer les tombes », se remémore-t-il. C’est durant ces moments-là qu’il ressentait cet étrange « appel de Dieu ».

Après une année en fac d’histoire à la Sorbonne, il a décidé de « réorienter » son cœur, de se « projeter vers les autres ». D’abord lors d’un service civique aux côtés de personnes handicapées avant de prendre le chemin du séminaire. « Ce choix a un peu surpris mes parents mais ils m’ont dit : Si c’est ça que tu veux… », relate-t-il. Il étudie désormais l’Ancien et le Nouveau Testament, la philosophie de Platon ou Nietzsche…

Entre deux cours au collège des Bernardins, il assure le catéchisme des enfants du cm2. Et encense la fraternité, le dialogue interreligieux, lui qui a grandi en banlieue et qui avait « plus d’amis musulmans que chrétiens ». Parfois, ces valeurs sont malmenées par la haine, par les attaques terroristes islamistes. « Je le vois avec mon propre cœur, ça peut générer une envie de repli. Mais pour avancer, il ne faut pas vouloir la vengeance. J’ai découvert dans le message chrétien l’importance du pardon des ennemis », souligne-t-il.

Il a conscience également qu’un fossé s’est creusé entre une bonne partie des citoyens et certains catholiques sur des thèmes comme l’homosexualité ou l’avortement. « La fracture, elle vient du fait qu’on n’arrive pas à s’écouter », analyse-t-il. Sans pour autant rompre avec la doctrine, il préconise l’approche au cas par cas. « Les dogmes sont le fruit de siècles de réflexion. L’Église est exigeante pour faire grandir les fidèles. Mais il y a une nuance entre ce qu’elle peut dire et ce que l’on peut faire. Le message, c’est que Dieu aime chacun de nous », loue-t-il.

 

 

Sœur Anne-Flore, 30 ans

Un gamin qui participe à ses opérations de soutien scolaire dans le quartier défavorisé de Lille Sud (Nord) lui a fait un jour une drôle de remarque : « Mais vous êtes trop jeune pour être sœur ! » Sœur Anne-Flore, 30 ans est pourtant bel et bien religieuse, membre de la congrégation des Sœurs salésiennes de Don Bosco. Elle a fait sa profession, ses premiers vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance le 5 août dernier.

« J’ai trouvé ce qui me manquait, je suis encore plus heureuse », s’émerveille celle qui s’investit dans l’aide aux devoirs et l’aumônerie des collégiens. « Ma jeunesse me permet de casser des clichés. Pas de mettre le bazar mais de faire entendre autre chose », décrit-elle.

 

 

Lire la suite de l’article sur leparisien.fr

Sur le christianisme, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’église conciliaire, celle où Soeur Anne-Flore ne "comprenait pas, plus jeune, pourquoi les femmes ne pouvaient pas être prêtres"...

    Eh bien tout simplement parce que Notre-Seigneur a choisi 12 apôtres mâles, à qui il a envoyé l’Esprit Saint pour aller enseigner les Nations.

    Si elle veut être prêtre, qu’elle devienne protestante.
    Quoique, si elle suit le pape François, elle est, hélas, sur le bon chemin.

    Prières pour l’Eglise, que le Pape retrouve le sens de la foi catholique, pour "tout restaurer dans le Christ".


  • Je n’ai pas l’impression que cette jeunesse catholique soit le véritable avenir du christianisme... Les derniers siècles ont été trop ravageurs envers le catholicisme.

    Mais d’un autre coté, j’ai l’impression qu’aujourd’hui, la plupart des jeunes Français "de souche" et "réinformés" comprennent la nécéssité de reconnaitre ses racines chrétiennes. Je crois que c’est de plus en plus clair pour eux (nous) que le rapport de force doit-être réinstallé :
    - Pour les jeunes d’E&R, afin de lutter contre un talmudisme politique et mondialiste et bien-sur méssianique
    - Pour les ceux de la "fachospère", afin de lutter contre l’islamisation de l’hexagone qu’ils redoutent tant.

    Mais si le catholicisme séculaire est dévoyé depuis longtemps (Révolution, lumières, Franc-Mac, Vatican2,.... ) voir même irrécupéable... Je pense que la naissance d’un nouveau schisme Chrétien n’est pas à exclure.

    Conserver le dogme de Jésus, mais pourquoi pas avec une doctrine Soralienne... ? Une conversion pour faire chier le "Système" en somme... Un Schisme Soralo-Chrétien... ^^

     

    • En effet, je ne pense pas que cette jeunesse soit l’avenir de l’Eglise... entre la sœur pas capable de rétorquer au journaleux que l’Eglise soit-disant "en retard" sur l’opinion n’a pas à suivre les modes et la chienlit actuelle, et la lycéenne qui prie juste "quand elle en a besoin" et pense que l’Eglise c’est bien juste pour vendre des oranges pour les chrétiens d’Orient... par respect je préfère ne pas commenter le jeune prêtre qui boude la soutane et préfère le jean... Bon je suis déjà heureuse pour eux qu’ils aient la foi, mais je me permets de penser qu’il leur reste du chemin à faire. Quant au Parisien, il n’y avait pas mieux à attendre de ce torchon.


  • Insupportable Le Parisien...

    Cette guimauve qu’ils appellent article ne nous apprend rien, leur seul angle d’analyse étant de nous faire passer ces jeunes catholiques pour des gens "modernes", qui écoutent le Pape, mettent des jeans, sont sur leur smartphone, se "marrent", "font la fête", bref des gens sans intérêt sauf qu’ils ont "sacrément" la foi.

    Je ne parle même pas de la qualité des commentaires...

     

    • C’est vrai cela : ce torche cul nous fait vomir.

      Je suis sûr que la dame pipi du Parisien est franc mac, même là : pour la sécurité idéologique.

      Et la Cause.

      C’est un organe de propagande pour démoraliser les troupes , une 5° colonne de la revanche du Sanhédrin sur la Croix, par la défaite et l’humiliation de la Croix devant le Sanhédrin,

      Le Parisien c’est la Cigale de Troie pour les catholiques :

      "dormez bonnes gens, Troie ne court aucun danger, ses portes ont bien été REfermées ! "

      Dormez tranquilles catholiques, vous n’êtes pas en danger d’extinction à force de compromissions : vous étiez 39 000 prêtres sous le Directoire et aux jours du Concordat, un par village, malgré la vendée et les massacres de septembre, soit pour une nation deux fois moindre qu’aujourd’hui, vous formiez 1 000 séminaristes par an, bilingues Français latin.

      Mais aujourd’hui, pas plus de 120 par an, pour un pays deux fois celui de 1801, tous bilingues Francais vivrensembleu et ,hormis cette poignée, tout le clergé a les cheveux
      blancs, obligé de célébrer la messe en chaise roulante.

      Hier, Pie VII se battait pied à pied devant le Franc mac Napoléon, aujourd’hui, nos papes invitent les tabliers, le Croissant et le Chandelier aux noces de la religion universelle.

      Une NOUVELLE religion où le diable est au paradis puisque l’enfer n’existe pas.

      Faut-il y mettre les couleurs pour reconnaitre le dessin ?

      C’est Marie, notre Reine des Cieux, et Reine mère de France, qui a raison :" l’Eglise est eclipsée".

      La lune interne de Vatican II l’empêche de briller.
      La Lune externe du Croissant l’empêche de réchauffer le monde.

      L’éclipse, interne et externe ne dureront pas
      Et le Soleil qui n’a besoin de personne pour s’éclairer ne disparait jamais.
      La lune, qui ne chauffe rien et tient sa lumière du soleil, si

      PS et NB ;
      Pour l’utilisation du Parisien (anciennement libéré mais plus depuis 1986)
      Devenu "Aujourd’hui en France" (p’tain, le jargon)
      Ne l’utilisez jamais pour votre cul.
      Il vaut mieux que cela
      Car lui, ne vous a jamais trahi.


  • Vendredi, lors du Chemin de Croix entre Saint-Séverin et Saint-Etienne-du-Mont, sous la protection d’une vingtaine de policiers et d’une poignée de voitures de police, des étudants en droit nous interpellaient en riant : “extrémistes !”
    Bien sûr, “ils ne savent pas ce qu’ils font”...mais nous-mêmes, que faisons et cautionnons-nous, troupeau clairsemé encadré par les agents du Ministère de l’Intérieur et des Cultes ?!, lui-même dépendant du Président ex[?]-banquier Macron, qui lui-même est une Créature officielle d’Attali, qui...

    Autour de Notre-Dame, les ouailles, en gentil troupeau, doivent ouvrir leurs sacs et leurs vêtements avant d’entrer par centaines, par milliers ces derniers jours, sur un parvis changé en enclos bétailler, en camp retranché par les barrières, les gros blocs de pierre qui désormais encombrent la piste des artistes en rollers, et les véhicules de police et de gendarmerie anti-voiture-bélier...
    Pas facile, cette année, d’aller savoir si le Christ est ressuscité...


  • Que de belles personnes.
    J’ai toujours apprécié les "vrais" catholiques pas les transfuges, mais j’en ai rencontré très peu, ils respectent l’homme, l’individu et ce quelque soit sa croyance.
    Quelle maturité ce jeune Hadrien.
    Enfin un peu même pas mal d’humanité dans ce monde de brut.


  • C’est étrange, ce futur prêtre qui, quand il pense à la difficulté de sa future tâche, évoque l’aide à un SDF.
    Il y a un problème : aider un SDF, c’est bien, mais c’est son devoir d’homme, pas de prêtre.

     

    • Quand il devrait être terrorisé au fait de donner l’absolution à qui ne la mérite pas ou frileux devant la Vérité en sermon (homélie disent-ils). Mais sont ils prêtres du vrai sacerdoce ou bien des pasteurs protestants qui n’ont pas le droit au mariage. Du coup ils ne sont ni mariés, ni prêtre, et les évèques ne seront pas évèques. et oui le châtiment est tombé. Seul un tout petit nombre subsiste. C’est des plus certain.


  • Tiens de la foi pasteurisée qui ne soulève rien...à part des églises.


  • La semaine dernière prière publique avec l’association SOS Tout Petits contre l’avortement en plein centre de Nantes, gauchisée à mort comme toute cette foutue Bretagne. Et à chaque fois les mêmes nanas hystériques gauchistes crades aux cheveux violets méga-top-tolérants-cool-attitude qui hurlent gorgées de haine "fachos enculéééés !!!!!" devant des vieux respectables et des gosses en poussettes.

    Aujourd’hui en France être catholique, traditionnaliste en plus, c’est de la pure dissidence. Incroyable pour l’ex fille aînée de l’Eglise n’est ce pas ?...


  • Bien fades ces nouveaux catholiques, conciliaires sûrement, conciliants certainement. Pourtant, ce n’est pas la haine (folle et destructrice) qui doit l’emporter mais tout de même la colère, le Christ s’est mis en colère, il a chassé les marchands du Temple. ça n’a jamais autant été d’actualité et d’ailleurs des non croyants partagent ce constat. C’est une colère en fait pleine d’amour, l’amour n’étant pas de la guimauve et des gentillettes citations partagées sur les réseaux sociaux... Là il s’agit d’un amour bien pensant qui ne dérange absolument pas les "marchands" !


  • Catholiques quand vous priez dans vos églises-synagogues presque toutes orientées vers Jérusalem avez-vous une petite pensée pour les Palestiniens qui se font massacrer ? Pensez-vous que votre "divin rabbi" (ressuscité bien sûr) va intervenir pour faire cesser la tuerie ?

     

    • C’est orienté vers l’est une eglise et même des fois vers le nord etc.., pas forcément vers Jerusalem (sud-est de chez nous).
      C’est par rapport au lever du soleil du saint protecteur de l’église, exemple : à la saint Georges l’église saint Georges sera baigné de lumière, et les cathedrale construite par rapport aux constellations comme celle du Nord de la France (enfin les églises et cathedrales du moyen-age).


  • On a fait entrer dans la tète des aspirants catholiques que la mission n’était que d’ordre humanitaire avec son fardeau d’obligations terre-à-terre fastidieuses mais bien loin de tout désir de réelle transcendance éternelle. D’où la réticence bien légitime de ce séminariste.
    Cette religion, ce qu’elle est devenue avec le temps ne vivote que grâce à la modernité de ses aspirations au goût du jour.


  • Concernant la Religieuse, j’ai une remarque à (lui) faire : NON la question de la prêtrise des femmes n’est PLUS en suspens... Le Pape Saint Jean Paul II avait tranché (et engagé sa responsabilité papale à ce sujet, donc y revenir serait une hérésie) : Non les femmes ne seront pas prêtres mais ont déjà beaucoup de responsabilités.

    J’ai surtout l’impression (à lire ses réponses notamment sur le mariage gay) qu’elle cède à la facilité : elle n’a pas envie de "batailler" et d’affirmer les positions de Dieu.... mais c’est humain, ne lui en voulons pas de sa faiblesse.


Commentaires suivants