Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

Le sermon de Mgr Lefebvre

Illustration : Jean Restout, La Pentecôte, 1732 (détail)

 

 

À l’heure où le laïcisme continue son oeuvre de destruction et où la civilisation chrétienne s’effondre, il est bon de se rappeler les Vérités qu’implique la venue du Saint Esprit sur les apôtres le jour de la Pentecôte. Vous trouverez ci-dessous un sermon prononcé par Mgr Lefebvre le 17 mai 1975, qui met bien en lumière les forces et les erreurs à l’oeuvre dans la destruction de l’Église et de nos sociétés. À lire jusqu’au bout.

 

« Nous profiterons de ces quelques instants pour évoquer ce que cette fête de la Pentecôte nous suggère. Essayons de nous représenter ce que pouvait être ce jour de l’Ascension et le moment pendant lequel Notre Seigneur est monté au Ciel. Les apôtres voyant Jésus monter au Ciel et disparaître dans les nuées, avaient les yeux fixés sur le Ciel.

Et nous les comprenons bien, eux qui avaient vécu avec Notre Seigneur devaient éprouver ce sentiment – et cet instinct si l’on peut dire – de savoir et de comprendre qu’ils avaient eu auprès d’eux le Ciel. Car qu’est-ce que le Ciel, sinon Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même, le Verbe de Dieu ? Ils avaient donc, en définitive, le Ciel dans leurs mains en quelque sorte. Ils le goûtaient et cette présence de Notre Seigneur auprès d’eux devait leur donner un charme, une paix, une sérénité inaltérable ; une confiance absolue.

Or voici que Notre Seigneur s’échappe de leurs regards et disparaît. Et c’est pourquoi leurs yeux restaient fixés vers le Ciel. Voici que les anges leur disent : Mais que faites-vous là ? Pourquoi attendez-vous ? Un jour Jésus reviendra comme Il est monté.

Et les apôtres se sont donc réunis au Cénacle pour attendre la venue de l’Esprit Saint. Car c’était cela que Notre Seigneur voulait leur donner. Le Ciel avait disparu de leurs yeux et presque de leurs coeurs, or précisément c’était le Ciel que Notre Seigneur voulait leur donner et leur donner par l’Esprit Saint.

Car ce n’est pas autre chose que l’Esprit Saint dans nos coeurs ; c’est le Ciel dans nos coeurs. C’est le Paradis commencé dans nos âmes. Si nous comprenons bien ce qu’est le Saint-Esprit et la grâce que le Bon Dieu nous donne par l’Esprit Saint dès le jour de notre baptême et par tous les sacrements que nous recevons et particulièrement dans la Sainte Communion, nous comprendrions que c’est le Ciel que nous recevons.

Les apôtres ont été remplis de l’Esprit de Jésus au moment de la Pentecôte et donc le Ciel a pris possession de leurs âmes et de leurs cœurs et jamais plus ils ne sont séparés de cet Esprit Saint et de Jésus. Ils ont compris tout ce que Jésus leur avait dit. Ils ont compris ce qu’était le Ciel par rapport à la terre ; ce qu’était l’esprit par rapport à la chair ; ce qu’étaient ces biens ineffables, ces biens éternels, devant les choses temporelles. Ils ont compris. Jusque là ils n’avaient pas compris.

Et quelle fut l’influence du Saint-Esprit dans leurs âmes ? C’est saint Paul qui nous le décrit par deux fois. Une fois lorsqu’il énumère les différents fruits du Saint-Esprit dans nos âmes. Je ne pourrai vous les énumérer tous, mais il parle de la patience, de la bénignité, de la mansuétude, de la paix, fruits du Saint-Esprit dans les cœurs. Et il le redit lorsqu’il parle des avantages de la charité, des qualités de la charité :

Caritas patiens est, benigna est, caritas omnia suffert, omnia crédit, omnia sperat (1 Co 13, 4 et la suite) : « La charité est patiente, la charité souffre, la charité croit, la charité espère, la charité aime, la charité demeure toujours. »

Voilà ce que saint Paul énumère et décrit de la charité, décrit de l’Esprit Saint. Et c’est cela l’Esprit Saint. C’est à cela que nous reconnaîtrons si nous avons l’Esprit Saint en nous. Si nous sommes humbles, doux, charitables, paisibles. Voilà les fruits que Notre Seigneur donne à ceux qui reçoivent le Saint-Esprit.

Cet Esprit Saint que nous avons en nous, que nous donne-t-il ? Que nous inspire-t-il ? Écoutons ce que racontent les Actes des Apôtres. Les Actes des Apôtres disent que dès que les apôtres ont reçu le Saint-Esprit, ils ont parlé. Ils avaient reçu des langues de feu, qui les désignaient, qui les marquaient, qui manifestaient la descente du Saint-Esprit en eux. Mais ces langues de feu ne signifiaient pas autre chose que désormais, ils avaient un coeur de feu. Un coeur de feu qui les ferait parler, qui les ferait prêcher. Parler de qui, de quoi ? De Notre Seigneur Jésus-Christ. Car c’est l’Esprit de Jésus qu’ils ont reçu : « Je vous enverrai mon Esprit. » C’est donc l’Esprit de Notre Seigneur et ils ont parlé de Notre Seigneur.

Et la phrase peut être la plus caractéristique des discours de saint Pierre alors que rempli du Saint-Esprit, il ne pouvait s’empêcher de parler, de prêcher déjà l’Évangile, de prêcher Notre Seigneur à tous ceux qui l’entouraient, il a dit :

Et non est in alio aliquo salus (Ac 4,12) : « Il n’y a pas de salut en dehors de Lui. »

Nec enim aliud nomen est sub cælo datum hominibus in quo oporteat nos salvos fieri (Ac 4,12) : « II n’y a pas d’autre nom par lequel nous devons être sauvés. »

Il n’y a pas d’autre nom que celui-là par lequel tous les hommes doivent recevoir le salut. Voilà la vérité essentielle, la vérité capitale. La vérité qui résume toute la vérité de l’Église. L’Église n’a été fondée que pour cela, pour donner le salut aux âmes par Notre Seigneur Jésus-Christ, en Notre Seigneur Jésus-Christ.

Et par conséquent, c’est le devoir de l’Église et ce sera votre devoir, mes bien chers amis, vous tous, lorsque vous serez prêtres, lorsque vous aurez comme mission de prêcher l’Évangile, de prêcher le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est cela que le Saint-Esprit a inspiré aux apôtres : le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est Roi. Il a le droit de régner. Il a le droit. Et c’est un fait historique. Sa présence, entrée dans l’Histoire, ne peut plus être ignorée des hommes. Aucun homme ne peut ignorer que Notre Seigneur Jésus-Christ est venu pour les sauver. Et les hommes qui savent que Notre Seigneur est venu et par conséquent que Dieu est venu parmi eux pour les sauver, doivent accepter son règne, le règne de Notre Seigneur. Pas seulement le règne dans les individus et dans les personnes ; pas seulement le règne en chacun d’entre nous, mais le règne dans les familles, dans les foyers et le règne dans la Cité.

Ah voici qui est beaucoup plus difficile ! Admettre que Notre Seigneur doit régner sur les nations. Il est le Roi des nations. Il est Celui qui jugera, qui jugera tous les princes et les rois. Cela est inscrit déjà dans les psaumes. Et par conséquent, nous, nous devons être les hérauts du royaume de Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est cela que nous devons prêcher partout. Qu’il n’y aura pas de bonheur ici-bas, sans le royaume de Notre Seigneur Jésus-Christ. Que rien ne se fera de bien ici-bas sans Notre Seigneur Jésus-Christ. On ne peut rien faire sans la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est Lui qui est la source de tous nos actes méritoires. Nous ne pouvons pas mériter quoi que ce soit pour le Ciel, si nous n’avons pas en nous la grâce et l’Esprit de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Voilà des vérités qui sont évidentes pour les chrétiens, évidentes pour l’Église, mais que l’on ne veut pas recevoir et que beaucoup de catholiques aujourd’hui ne veulent plus recevoir.

On trouve inadmissible qu’il n’y ait pas de salut en dehors de l’Église. Qu’il n’y a pas de salut en dehors de Notre Seigneur Jésus-Christ. Et tout dernièrement encore je lisais dans le compte-rendu d’un synode épiscopal, que l’on pouvait estimer qu’il y avait des valeurs de salut dans toutes les religions.

Ceci est absolument faux, contraire à toute la doctrine de l’Église. Il n’y a pas de valeur de salut dans une religion fausse, dans une religion erronée. Il n’y a de valeur de salut que dans la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ et par conséquent dans l’Église catholique. Et tous ceux qui se sauvent se sauveront toujours par l’Église catholique, même s’ils sont dans d’autres religions, même s’ils ont vécu dans d’autres religions. Ils ne peuvent se sauver, ils ne peuvent entrer au Ciel que par Notre Seigneur Jésus-Christ. Il n’y aura rien d’autre au Ciel que le Corps mystique de Notre Seigneur, c’est évident.

Quelqu’un qui n’est pas membre du Corps mystique de Notre Seigneur pourra-t-il aller au Ciel, puisque Notre Seigneur Jésus-Christ c’est le Ciel, Il est Dieu et Dieu c’est le Ciel. Par conséquent quiconque n’est pas rattaché à Notre Seigneur Jésus-Christ ne sera pas dans le Ciel. Il n’y aura au Ciel personne qui ne soit membre du Corps mystique de Notre Seigneur.

Voilà des vérités que nous devons nous rappeler. Et je pense pouvoir dire d’une manière certaine que si l’on poursuit malheureusement notre séminaire et notre œuvre ici, c’est précisément parce que nous affirmons ces vérités.

Parce que le monde ne veut plus entendre ces vérités. Et qu’il faut se conformer à l’homme moderne, qu’il faut écouter l’homme moderne. Qu’est-ce que cet homme moderne ? Qui est-il ? Que représente-t-il ? Sinon bien souvent celui qui ne croit pas en Notre Seigneur Jésus-Christ et qui ne veut pas croire en Notre Seigneur Jésus-Christ ; qui refuse le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui refuse sa grâce. On ne veut plus croire au surnaturel. On ne veut plus croire à la grâce de Notre Seigneur. On ne croit plus qu’à l’homme, à l’homme qui maintenant par sa science semble devoir gouverner le monde à la place de Dieu.

Eh bien, nous affirmons au contraire le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous voulons qu’il règne. C’est pourquoi nous L’adorons et nous cherchons à L’adorer d’une manière qui soit digne de Lui, digne de Notre Seigneur Jésus-Christ, digne de sa présence dans la Sainte Eucharistie. C’est pourquoi nous aimons nos cérémonies et que nous sommes attachés à cette liturgie qui, elle, exprime vraiment ce que nous pensons dans nos coeurs, ce que nous pensons dans le fond de nos âmes. Que Jésus est présent dans la Sainte Eucharistie et que nous L’honorons comme Dieu. Il est notre Roi. Il a droit à nos hommages. Il a droit à nos génuflexions. Il a droit à nos inclinations. Il a droit à des chants qui sont dignes de Lui, dignes du Ciel, qui rappellent le chant des anges. Voilà ce que nous voulons.

Nous voulons aussi L’honorer de notre foi, dans la doctrine que nous enseignons à ces jeunes gens qui sont venus ici pour la recevoir, pour recevoir la vraie foi. La doctrine qui nous apprend que Dieu est tout, que l’homme n’est rien. Que Notre Seigneur Jésus-Christ est le seul moyen de salut et qu’il est le seul moyen de salut qu’il faut prêcher à tous ceux qui veulent se sauver. Voilà ce que nous affirmons, voilà ce que nous croyons.

Mais cela est contraire à ce que veut l’oecuménisme moderne qui veut précisément niveler toutes les religions. Niveler notre religion catholique au niveau de la religion protestante et des autres religions. Cela nous ne l’accepterons jamais. Il n’y a de Dieu que Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous ne connaissons pas Luther, ni Bouddha, ni les autres chefs des religions qui ont été tout simplement inspirées par le diable pour détourner les hommes de la Vérité, de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Nous voulons considérer Notre Seigneur comme notre Roi. Nous voulons qu’il règne dans nos maisons, dans nos familles, dans nos cités. Nous n’accepterons jamais que dans les cités, les religions soient mises sur le même pied.

Sans doute c’est impossible à vouloir immédiatement. Mais nous voulons garder le principe. Sinon il n’y a plus de droit public de l’Église. Le droit public qui donne à l’Église des pouvoirs dans les Sociétés. L’Église est une société qui a des pouvoirs dans la société civile, qui doit être reconnue par la société civile.

Certes actuellement, par la malice des hommes, ses pouvoirs ne sont plus reconnus ou très peu reconnus. Et hélas même dans les pays où ils sont reconnus, ces pays sont persécutés par ceux qui devraient les défendre.

Qui a armé la main qui a assassiné le chancelier autrichien Schuschnigg ? Qui a armé la main qui a tué Garcia Moreno ? Qui poursuit Franco et qui a poursuivi Salazar lorsqu’ils étaient dans leur pays des hommes d’État chrétiens ? Qui voulaient que Notre Seigneur règne dans leur pays. Ceux-là sont persécutés. Ceux-là on les recherche. Ceux-là on essaye de les assassiner. Parce qu’ils veulent que Notre Seigneur règne dans leur pays.

Pourquoi Jeanne d’Arc a-t-elle été brûlée ? Parce qu’elle voulait rétablir le règne de Notre Seigneur dans le pays de France.

Voilà ce que nous devons penser. Voilà ce que nous devons croire. Et cette persécution que nous subissons aujourd’hui, n’est pas autre chose que celle-là. Il ne faut pas la placer sur un autre plan. Ce n’est pas sur des détails que nous sommes attaqués. Nous sommes attaqués parce que nous voulons le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, le règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ, parce que nous voulons l’affirmer, que nous ferons tout pour que ce règne arrive, pour que le règne de Dieu, le règne de Notre Seigneur arrive, le règne de la très Sainte Vierge Marie.

C’est pour cela que nous sommes persécutés. Nous le savons bien. Et particulièrement par ceux qui dans l’Église, pactisent avec l’ennemi. Malheureusement parmi ceux qui pactisent avec l’ennemi, il y en a désormais qui occupent des postes importants dans l’Église et par ces postes importants s’efforcent de nous faire passer aussi dans ce pacte avec l’ennemi et essayent de nous entraîner dans des compromis qui sont absolument inadmissibles ; qui sont contraires à Notre Seigneur Jésus-Christ, contraires à l’honneur de Dieu, contraires à l’honneur de Notre Seigneur et de la très Sainte Vierge Marie. Et cela nous ne le voulons pas.

Dans les inter-communions, dans les hospitalités eucharistiques comme on les appelle maintenant, tout cela ce sont des blasphèmes, des sacrilèges que nous ne pouvons pas accepter. Quis ut Deus ? Voilà ce que nous devons dire : Quis ut Deus Jesus-Christus ? Qui est comme Notre Seigneur Jésus-Christ ? Voilà ce que nous devons croire. C’était le cri de Jeanne d’Arc. C’est le cri qu’elle répétait de saint Michel Archange.

Eh bien, c’est celui-là que nous devons répéter. C’est celui-là que nous devons garder dans nos coeurs pour toujours. Quelles que soient les persécutions que nous puissions subir. Nous devons être unis à Notre Seigneur, unis à la très Sainte Vierge Marie, unis à notre très Saint-Père le pape, unis à tous les évêques de l’Église.

Mais peut-être quelquefois en étant unis avec eux, unis contre eux d’une certaine manière, s’ils disent des choses qui ne sont pas admissibles. Mais si d’une part ils disent des choses admissibles, d’autre part ils disent des choses qui ne sont pas admissibles, nous serons avec eux lorsqu’ils diront des choses admissibles, mais nous serons contre eux quand ils diront des choses inadmissibles. Parce qu’ils se détruisent eux-mêmes, ils détruisent alors l’Église. Et nous, nous voulons au contraire construire l’Église, la construire sur les bases de toujours, pas sur des bases qui nous seraient propres, sur les bases comme celles dont je viens de vous entretenir, celles qui sont inspirées par l’Esprit Saint. Voilà notre désir. Notre but n’est pas autre que celui-là.

Nous demandons aujourd’hui à l’Esprit Saint et à la très Sainte Vierge Marie qui a été remplie de l’Esprit Saint, de nous garder toujours dans l’Esprit Saint, dans cet amour, dans cette charité, dans cette humilité. Nous ne voulons pas nous croire plus que les autres.

Si le Bon Dieu nous donne la grâce de suivre la Tradition, la grâce de demeurer dans la lumière du Saint-Esprit, nous ne nous en glorifions pas, mais nous prierons pour que le Bon Dieu fasse que cette lumière s’étende à nouveau comme autrefois sur tous les pays de l’Europe et sur le monde entier. »

Mgr Marcel Lefebvre, vigile de la Pentecôte, le 17 mai 1975

 

Voir aussi, sur E&R :

Le christianisme, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1739469
    Le 4 juin à 13:08 par Sardanapal
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Pour le moment on a guère rencontré de forme de vie dans la stratosphère ,alors un esprit "saint " ouch ! Peut étre dans la 23eme dimension ? Vu l’état du monde, je me demande si cet esprit saint a une réelle efficacité ou si c’est juste du marketing publicitaire ?
    ( maman,j’ai peur des Inquisiteurs !)

     

    Répondre à ce message

  • #1739480
    Le 4 juin à 13:32 par réGénération
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    2/2
    Autrement dit : le Paradis n’est pas un lieu, mais un état d’esprit.

     

    Répondre à ce message

    • #1739569
      Le 4 juin à 15:54 par Crux Fidelis
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      Un Royaume.

       
    • #1739599
      Le 4 juin à 16:51 par réGénération
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      1/2
      J’ai eu une sorte de révélation ce matin-même, suite à mes nombreuses recherches, et suite aussi à l’explication de l’Abbé Billecocq concernant le protestantisme.

      Notre soumission tacite, notre volonté malgré tout à s’intégrer à ce système capitaliste ne relève pas simplement de la nécessité matérielle, l’appât du gain, ou encore la recherche du "pouvoir".

      En fait je crois que ce système, qui s’étend sur presque toute la planète maintenant, repose sur le consentement non-dit qu’il n’y a pas de vie au-delà.
      Je m’explique : cela donne une vision du monde, partagée par presque tous, qui est profondément PESSIMISTE !

      C’est de dire que, conformément à Luther en 1517 (naissance du protestantisme), comme l’homme est mauvais, qu’il se tourne vers Dieu ou non, çà ne changera rien - et qu’on peut se passer de Lui.
      Or, c’est justement la coopération entre Dieu et ses créatures, qui mène ses dernières vers Lui et par conséquence à leur salut !

      Pour répondre à Michel Drac, je pense qu’on peut faire le parallèle entre des gens qui se soumettent à un système industriel et avoir en contre-partie le loisir de dépenser leur salaire, et un djihadiste qui va se faire sauter parce qu’on lui a dit qu’il aurait des compensations "arrivé chez Allah".

      Pour moi la logique est la même : la soumission à une idéologie plus ou moins guerrière, parce que c’est la seule qui nous donne une raison de vivre, par dépit d’avoir perdu de vue l’existence de Notre Sauveur.

      Les deux valeurs du christianisme, qu’il soit catholique ou orthodoxe, sont les mêmes :
      - l’Amour (divin), qui ne se connaît pas par l’intellect, donc ni par la raison, mais par le coeur (le Sacré-Coeur), Il est de l’ordre du ressenti ;
      - la Joie, qui en découle, car une fois qu’on a compris notre erreur, la compréhension acquise par l’esprit est définitive.

      Cette compréhension que ce pessimisme, qui est que l’homme est sa propre fin, fait naître la peur de la mort, et que pour échapper à cette peur, nous sommes prêts à tous les sacrifices - que çà soit une vie fade de salarié ou de manière plus expéditive, au sacrifice violent de sa propre vie au nom de Daech.

      Or les mots "peur" et "pessimisme" ont la même racine.
      La bonne nouvelle, c’est que nous devons être foncièrement optimistes pour changer notre vision du monde dans un premier temps, car notre salut en dépend, car le Paradis EST un lieu d’amour et de joie.

      Les idées ensuite, découleront d’elles-mêmes, mais changeons prioritairement notre état d’esprit.

       
  • #1739483
    Le 4 juin à 13:34 par taratata
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Si je ne m’abuse le Mgr Lefebvre en question à lui -même quitté l’Église Catholique hors laquelle il n’y a point de salut selon ses dires.

     

    Répondre à ce message

    • #1739556
      Le 4 juin à 15:22 par Crux Fidelis
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      C’est l’inverse, c’est l’église de Vatican II qui l’a quitté. Car la Sainte église ne peut errer ou divaguer en matière de foi et de moeurs, c’est impossible. Le Saint Esprit l’assiste, pas celle de Vatican II, c’est pour cela qu’on l’appelle "secte conciliaire" car c’est une énième fausse religion pour le combattre et amener les âmes comme un cheveu sur la soupe au démon.
      En voyant les commentaires, ça marche nickel ;-)

       
    • #1739655
      Le 4 juin à 19:01 par Magnus MARTEL
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      En lisant les différents commentaires, on voit d’emblée qui a la foi véritable chevillée au coeur et qui erre... J’invite tous ceux qui se posent des questions à bien relire ce texte.
      Maintenant, à ceux qui me rétorqueront que les catholiques français ont voté de façon totalement incohérente lors de la dernière élection présidentielle, je ne pourrai que leur donner raison. Hélas ! Mais sont-ils vraiment catholiques ? Beaucoup de ceux qui se prétendent catholiques ne le sont en vérité pas. Ou plus. À commencer par les prêtres et évêques modernistes. Prenez François FILLON, par exemple, n’est-il pas l’archétype du parfait tartuffe dont la religion est en fait celle de la shoah ? À ceux qui ne croient pas, à ceux qui doutent, je demanderai de ne pas tirer exemple de tous ces faux dévots et faux prophètes pour tirer des conclusions hâtives. Certains catholiques, quoi que pécheurs valent en fait bien mieux qu’eux.

       
    • #1739935
      Le 5 juin à 09:10 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      @taratata Nagui
      Mon pauvre homme tu insultes un des derniers Mgr Catholique de cette terre !
      L’eglise conciliaire n’est pas catholique Extra Ecclesiam nulla Salus

       
  • #1739494
    Le 4 juin à 13:53 par Herold
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Ce genre d’article est typiquement ce qui m’éloigne d’E&R.

    Le mouvement s’enferme dans cette sorte de bigoterie militante qui attirera peut être 3 allumés mais qui fera fuir tous les autres. Ça ne mène nulle part.

    Et les commentaires qui suivent confirment mon impression.

     

    Répondre à ce message

    • #1739575
      Le 4 juin à 16:08 par Crux Fidelis
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      Vous ne connaissez pas votre pays, il vous manque certains livres. A priori, vous n’êtes pas en état de grâce non plus, c’est pourtant ce qu’à exiger Sainte Jeanne d’Arc de ses soldats. Tant que vous y êtes, malgré la torture que cela vous inflige en ce jour de pentecôte, typiquement catholique et français, finissez-vous avec la dernière vidéo de SACR TV : " Combattre pour la vraie France ". Là, tout ce qui fait de vous un français c’est le langage, c’est à peu près tout ce qu’il vous reste. Dieu soit loué vous avez l’air de le maîtriser encore mais ce n’est plus le cas des jeunes. Après que reste-t-il ? Heureusement, la république satanique vous guidera tout du long. Ouf ! On est pris en charge.

       
    • #1739616
      Le 4 juin à 17:24 par Mariana
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      @Herold

      Il me semble en effet que la nostalgie d’une église catholique corrompue, fière d’avoir été le bras droit de dictatures comme celles de Salazar et de Franco est irrecevable.

      Les catholiques sincères ne peuvent que regretter de telles prises de position.

      Le front de la foi ne peut être qu’un front spirituel, pas un front séculier et encore moins un front armé sous peine de tomber dans le piège du fanatisme aveugle.

       
    • #1740735
      Le 6 juin à 13:50 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      @Mariana @Herold
      Vous avez oublié de grands noms de notre Sainte Eglise Catholique :
      Mgr Mayol de Lupé, les ligues, Géréon Goldmann, Torquemada, Léon Degrelle, Carl Schimtt , etc... êtes-vous encore un peu sain d’esprit ou c’est juste un oubli kamarade !
      Vive la Sainte Eglise Catholique



      Pape Paul IV en 1559
      - craignant qu’un protestant soit élu au trône pontifical, décréta que si la personne élue pape avait dévié de la foi catholique ou était tombée dans une hérésie, son élection devrait être considérée comme nulle, juridiquement invalide, et non avenue. Il décréta en outre que cette personne ne devrait pas être considérée comme pape, même si elle avait pris possession de l’office, avait été intronisée, et avait reçu la vénération et l’obéissance de tous les fidèles. Constitution Apostolique “CUM EX APOSTOLATUS”




      « La Sainte Eglise Catholique (seule et unique celle de NS Jésus Christ-Roi) ne peut ni se tromper ni nous tromper ! »
      De l’humour peut-être, non ?
      Kamarde tu te trompes et la raie-publique doit-être satisfaite de son travail de destruction avec toi !
      Salazar, chef d’état catholique (Abbé Beauvais)
      L’Eglise seule religion toléré en Espagne sous Francisco Franco !
      Même seule religion inscrite dans leur constitution !
      Franco & Salazar de bons Catholiques
      Bien à vous

       
    • #1740853
      Le 6 juin à 19:14 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      @ Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande

      Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils disent (et comprennent encore moins de quoi il retourne puisqu’ils confondent allègrement le fait religieux -frelaté de surcroît- et la spiritualité authentique).
      C’est l’une des limites de l’Internet, avant, les cuistres et les ignorants n’avaient fort heureusement pas voix au chapitre (je le fais exprès, ce registre leur est de toute manière étranger, il ne feront pas la différence entre une mosquée et un prieuré) et restaient confinés chez eux dans le confort de leur bêtise crasse. Chez eux donc, métaphores et allégories sont reléguées au même rang que l’ésotérisme de pacotille et triangulé des frérots aux trois points ! Parions qu’ils verront au tympan du narthex de Vézelay un délire de moines sous LSD ou un œdipe mal résolu, vive le psychologisme, merde, quand même !
      Cela dit, il faut remonter au XIIème siècle si l’on veut comprendre le déclin spirituel de l’Eglise et pourquoi il a commencé à cette époque. C’est donc par la compréhension de ce qu’est la connaissance profonde que nous gagnerons le combat gnoséologique et produirons ainsi une véritable élite capable d’arracher la masse à ses bas instincts.
      C’est par la science pure (la vraie) que nous nous rapprocherons de la vérité et que nous pourrons lutter contre les scientistes qui ne savent pas ce qu’ils font.
      Ce n’est rien d’autre que le projet porté par l’Evangile et l’Eglise primitive, celui qui devait in fine produire une humanité adulte... mais nous en sommes très loin !
      Aucune complaisance, donc, envers le Vatican ni même envers ceux qui ont choisi la facilité (médiocrité en fait) et n’ont pas entendu que le Christ était venu apporter le glaive.
      Seuls ceux qui produisent un effort et adoptent la bonne attitude sont éligibles au progrès véritable, c’est peut-être cruel, mais c’est le droit naturel.

       
  • #1739505
    Le 4 juin à 14:09 par Jean Le Chevalier
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Pas besoin de l’Eglise pour prier Jésus Christ et le Père. C’était le sens de la démarche du Christ. Dieu est dans notre coeur et il nous soutient si nous faisons appel à lui.

     

    Répondre à ce message

  • #1739535
    Le 4 juin à 14:56 par Montel
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    « Mais cela est contraire à ce que veut l’oecuménisme moderne qui veut précisément niveler toutes les religions. Niveler notre religion catholique au niveau de la religion protestante et des autres religions. Cela nous ne l’accepterons jamais. Il n’y a de Dieu que Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous ne connaissons pas Luther, ni Bouddha, ni les autres chefs des religions qui ont été tout simplement inspirées par le diable pour détourner les hommes de la Vérité, de Notre Seigneur Jésus-Christ. »

    Est-ce vraiment une bonne chose de déclarer que toutes les religions autre que le christianisme sont des religions du diable ? Beaucoup ont trouvé la Voie sans être Chrétien, bien que cette Voie est similaire, voire en tout point identique à celle d’un bon Chrétien.

    Je ne comprends pas l’intérêt et le message de ce passage.

    Joyeuse fête de la Pentecôte à tous mes amis Chrétiens.

     

    Répondre à ce message

    • #1739666
      Le 4 juin à 19:25 par Magnus MARTEL
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      La réponse à la mort... La Vérité lors du jugement dernier. Ne sera-t-il alors pas trop tard ? C’était précisément le sens du "pari de Pascal"... Une chose est néanmoins certaine : La France ne serait pas la France sans l’Église catholique. Et sans l’Église catholique, la France n’est plus la France.
      Beaucoup, y compris ici, ne comprennent pas d’où vient le malheur qui les frappe. Lorsqu’on est dans l’erreur, pourtant, cela se voit tout de suite. Pourquoi alors ce refus et cet entêtement ?

       
    • #1739801
      Le 4 juin à 23:00 par Montel
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      Lire ce passage avec le lien entre l’Eglise catholique et la France en tête est en effet la bonne chose à faire. J’avais lu ce passage à premier abord avec une pensée plus globale et universelle.

       
  • #1739612
    Le 4 juin à 17:15 par Godefroi de Javron
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    La Saint-esprit n’est pas une religion, ni Christ (Messie), ni Dieu..
    Et nous sommes constitué de 3 parties "Esprit, Âme et Corps" "l’âme et le corps" seulement, est une vision platonicienne, philosophique et hellénistique "une âme immortelle dans un corps mortel" et non biblique  : "Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ !" l’apôtre Paul aux thessaloniciens (5:23) - le Saint-Esprit vient dans notre esprit, logique, puisque son rôle est de régénérer l’esprit qui lui était éteint, "mort" pour Dieu, dès la naissance à cause du péché "selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, Pas même un seul.." (Romains 3:10) - Les esprits "non régénérés" (ceux des païens) sont sous l’emprise du péché, l’esprit c’est aussi la conscience, ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, et pourtant c’est notre véritable être. L’âme, c’est l’intelligence, les pensées, les émotions etc.. Le rôle du Saint-Esprit c’est de convaincre le pécheur, de péché, de justice et de jugement (Jean 16).
    Donc, quand nous recevons l’Esprit de Dieu dans notre esprit, celui-ci se diffuse dans l’âme et le corps, de manière plus ou moins vite selon notre foi, et notre connaissance des écritures "désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut" (1Pierre2), d’ou le passage biblique plus haut des Thessaloniciens. Recevoir le Saint-Esprit c’est "être né de nouveau" (Jean 3) comme le disait Jésus à Nicodème, il faut naître d’eau et d’Esprit sinon personne ne pourra voir le royaume de Dieu. Pour recevoir l’Esprit de Dieu il faut se repentir sincèrement, passer dans les eaux du baptême, plongé tout le corps, car le mot "baptême" veut dire "immergé", comme c’était la tradition à l’époque, c’est aussi ça "naître d’eau" (l’eau d’en haut, la matrice) comme le bébé sort du ventre de la mère (il sort de l’eau, la matrice, la mère) et ensuite vous recevez le Saint-Esprit (le miracle de la nouvelle naissance) comme Jésus le jour de son baptême avec Jean le Baptiste.

     

    Répondre à ce message

  • #1739803
    Le 4 juin à 23:03 par Jean le marxtien
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    En pratique Jésus nous dit essentiellement :
    - boutez les marchands hors du TEMPLE afin qu’il n’est plus voix au chapitre et partagez ainsi vous n’aurez plus peur du manque .
    Bref , un gros missile dans le flanc de la bête qui l’a éliminé pour ce blasphème inadmissible .
    Seulement on peut tuer un homme mais pas le Logos qui est au milieu de tout homme et qui doit faire son ascension vers sa conscience . Jésus ne faisait qu’un avec le Logos qui n’est d’autre que le saint Esprit sous une autre forme sémantique , en se sens il est donc bien immortel , rescucitant à travers ses apôtres et nous pouvons TOUS le devenir à travers lui .
    Bonne fête de la Pentecôte à tout les chrétiens

     

    Répondre à ce message

  • #1739863
    Le 5 juin à 01:07 par Fabien
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Quand vous verrez la lumière, vous sentirez l’amour,le vrai, le pur...
    il vous viendra des larmes car vous comprendrez
    .......

     

    Répondre à ce message

  • #1740039
    Le 5 juin à 12:02 par marcm60
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    J’ai parfois du mal à voir la différence entre les commentaires de certaines personnes qui suivent ER et ceux qui sont faits depuis pas mal de temps par les franc-macs et les arnarco-antifas... En tapant sur l’Eglise vous ne faites que le jeu du Grand Orient. Votre dissidence athée ou dépourvu de spiritualité traditionnelle ne va pas aller bien loin... Et pour ceux qui ne le savent peut-être pas, la dissidence et la résistance ont notamment été engagées par Mgr Lefebvre il y a plus de 50 ans, alors les arrivistes qui critiquent ayez au moins un peu de respect pour les vétérans, on va voir combien de temps vous allez tenir.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents