Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

Le sermon de Mgr Lefebvre

Illustration : Jean Restout, La Pentecôte, 1732 (détail)

 

 

À l’heure où le laïcisme continue son oeuvre de destruction et où la civilisation chrétienne s’effondre, il est bon de se rappeler les Vérités qu’implique la venue du Saint Esprit sur les apôtres le jour de la Pentecôte. Vous trouverez ci-dessous un sermon prononcé par Mgr Lefebvre le 17 mai 1975, qui met bien en lumière les forces et les erreurs à l’oeuvre dans la destruction de l’Église et de nos sociétés. À lire jusqu’au bout.

 

« Nous profiterons de ces quelques instants pour évoquer ce que cette fête de la Pentecôte nous suggère. Essayons de nous représenter ce que pouvait être ce jour de l’Ascension et le moment pendant lequel Notre Seigneur est monté au Ciel. Les apôtres voyant Jésus monter au Ciel et disparaître dans les nuées, avaient les yeux fixés sur le Ciel.

Et nous les comprenons bien, eux qui avaient vécu avec Notre Seigneur devaient éprouver ce sentiment – et cet instinct si l’on peut dire – de savoir et de comprendre qu’ils avaient eu auprès d’eux le Ciel. Car qu’est-ce que le Ciel, sinon Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même, le Verbe de Dieu ? Ils avaient donc, en définitive, le Ciel dans leurs mains en quelque sorte. Ils le goûtaient et cette présence de Notre Seigneur auprès d’eux devait leur donner un charme, une paix, une sérénité inaltérable ; une confiance absolue.

Or voici que Notre Seigneur s’échappe de leurs regards et disparaît. Et c’est pourquoi leurs yeux restaient fixés vers le Ciel. Voici que les anges leur disent : Mais que faites-vous là ? Pourquoi attendez-vous ? Un jour Jésus reviendra comme Il est monté.

Et les apôtres se sont donc réunis au Cénacle pour attendre la venue de l’Esprit Saint. Car c’était cela que Notre Seigneur voulait leur donner. Le Ciel avait disparu de leurs yeux et presque de leurs coeurs, or précisément c’était le Ciel que Notre Seigneur voulait leur donner et leur donner par l’Esprit Saint.

Car ce n’est pas autre chose que l’Esprit Saint dans nos coeurs ; c’est le Ciel dans nos coeurs. C’est le Paradis commencé dans nos âmes. Si nous comprenons bien ce qu’est le Saint-Esprit et la grâce que le Bon Dieu nous donne par l’Esprit Saint dès le jour de notre baptême et par tous les sacrements que nous recevons et particulièrement dans la Sainte Communion, nous comprendrions que c’est le Ciel que nous recevons.

Les apôtres ont été remplis de l’Esprit de Jésus au moment de la Pentecôte et donc le Ciel a pris possession de leurs âmes et de leurs cœurs et jamais plus ils ne sont séparés de cet Esprit Saint et de Jésus. Ils ont compris tout ce que Jésus leur avait dit. Ils ont compris ce qu’était le Ciel par rapport à la terre ; ce qu’était l’esprit par rapport à la chair ; ce qu’étaient ces biens ineffables, ces biens éternels, devant les choses temporelles. Ils ont compris. Jusque là ils n’avaient pas compris.

Et quelle fut l’influence du Saint-Esprit dans leurs âmes ? C’est saint Paul qui nous le décrit par deux fois. Une fois lorsqu’il énumère les différents fruits du Saint-Esprit dans nos âmes. Je ne pourrai vous les énumérer tous, mais il parle de la patience, de la bénignité, de la mansuétude, de la paix, fruits du Saint-Esprit dans les cœurs. Et il le redit lorsqu’il parle des avantages de la charité, des qualités de la charité :

Caritas patiens est, benigna est, caritas omnia suffert, omnia crédit, omnia sperat (1 Co 13, 4 et la suite) : « La charité est patiente, la charité souffre, la charité croit, la charité espère, la charité aime, la charité demeure toujours. »

Voilà ce que saint Paul énumère et décrit de la charité, décrit de l’Esprit Saint. Et c’est cela l’Esprit Saint. C’est à cela que nous reconnaîtrons si nous avons l’Esprit Saint en nous. Si nous sommes humbles, doux, charitables, paisibles. Voilà les fruits que Notre Seigneur donne à ceux qui reçoivent le Saint-Esprit.

Cet Esprit Saint que nous avons en nous, que nous donne-t-il ? Que nous inspire-t-il ? Écoutons ce que racontent les Actes des Apôtres. Les Actes des Apôtres disent que dès que les apôtres ont reçu le Saint-Esprit, ils ont parlé. Ils avaient reçu des langues de feu, qui les désignaient, qui les marquaient, qui manifestaient la descente du Saint-Esprit en eux. Mais ces langues de feu ne signifiaient pas autre chose que désormais, ils avaient un coeur de feu. Un coeur de feu qui les ferait parler, qui les ferait prêcher. Parler de qui, de quoi ? De Notre Seigneur Jésus-Christ. Car c’est l’Esprit de Jésus qu’ils ont reçu : « Je vous enverrai mon Esprit. » C’est donc l’Esprit de Notre Seigneur et ils ont parlé de Notre Seigneur.

Et la phrase peut être la plus caractéristique des discours de saint Pierre alors que rempli du Saint-Esprit, il ne pouvait s’empêcher de parler, de prêcher déjà l’Évangile, de prêcher Notre Seigneur à tous ceux qui l’entouraient, il a dit :

Et non est in alio aliquo salus (Ac 4,12) : « Il n’y a pas de salut en dehors de Lui. »

Nec enim aliud nomen est sub cælo datum hominibus in quo oporteat nos salvos fieri (Ac 4,12) : « II n’y a pas d’autre nom par lequel nous devons être sauvés. »

Il n’y a pas d’autre nom que celui-là par lequel tous les hommes doivent recevoir le salut. Voilà la vérité essentielle, la vérité capitale. La vérité qui résume toute la vérité de l’Église. L’Église n’a été fondée que pour cela, pour donner le salut aux âmes par Notre Seigneur Jésus-Christ, en Notre Seigneur Jésus-Christ.

Et par conséquent, c’est le devoir de l’Église et ce sera votre devoir, mes bien chers amis, vous tous, lorsque vous serez prêtres, lorsque vous aurez comme mission de prêcher l’Évangile, de prêcher le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est cela que le Saint-Esprit a inspiré aux apôtres : le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est Roi. Il a le droit de régner. Il a le droit. Et c’est un fait historique. Sa présence, entrée dans l’Histoire, ne peut plus être ignorée des hommes. Aucun homme ne peut ignorer que Notre Seigneur Jésus-Christ est venu pour les sauver. Et les hommes qui savent que Notre Seigneur est venu et par conséquent que Dieu est venu parmi eux pour les sauver, doivent accepter son règne, le règne de Notre Seigneur. Pas seulement le règne dans les individus et dans les personnes ; pas seulement le règne en chacun d’entre nous, mais le règne dans les familles, dans les foyers et le règne dans la Cité.

Ah voici qui est beaucoup plus difficile ! Admettre que Notre Seigneur doit régner sur les nations. Il est le Roi des nations. Il est Celui qui jugera, qui jugera tous les princes et les rois. Cela est inscrit déjà dans les psaumes. Et par conséquent, nous, nous devons être les hérauts du royaume de Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est cela que nous devons prêcher partout. Qu’il n’y aura pas de bonheur ici-bas, sans le royaume de Notre Seigneur Jésus-Christ. Que rien ne se fera de bien ici-bas sans Notre Seigneur Jésus-Christ. On ne peut rien faire sans la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est Lui qui est la source de tous nos actes méritoires. Nous ne pouvons pas mériter quoi que ce soit pour le Ciel, si nous n’avons pas en nous la grâce et l’Esprit de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Voilà des vérités qui sont évidentes pour les chrétiens, évidentes pour l’Église, mais que l’on ne veut pas recevoir et que beaucoup de catholiques aujourd’hui ne veulent plus recevoir.

On trouve inadmissible qu’il n’y ait pas de salut en dehors de l’Église. Qu’il n’y a pas de salut en dehors de Notre Seigneur Jésus-Christ. Et tout dernièrement encore je lisais dans le compte-rendu d’un synode épiscopal, que l’on pouvait estimer qu’il y avait des valeurs de salut dans toutes les religions.

Ceci est absolument faux, contraire à toute la doctrine de l’Église. Il n’y a pas de valeur de salut dans une religion fausse, dans une religion erronée. Il n’y a de valeur de salut que dans la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ et par conséquent dans l’Église catholique. Et tous ceux qui se sauvent se sauveront toujours par l’Église catholique, même s’ils sont dans d’autres religions, même s’ils ont vécu dans d’autres religions. Ils ne peuvent se sauver, ils ne peuvent entrer au Ciel que par Notre Seigneur Jésus-Christ. Il n’y aura rien d’autre au Ciel que le Corps mystique de Notre Seigneur, c’est évident.

Quelqu’un qui n’est pas membre du Corps mystique de Notre Seigneur pourra-t-il aller au Ciel, puisque Notre Seigneur Jésus-Christ c’est le Ciel, Il est Dieu et Dieu c’est le Ciel. Par conséquent quiconque n’est pas rattaché à Notre Seigneur Jésus-Christ ne sera pas dans le Ciel. Il n’y aura au Ciel personne qui ne soit membre du Corps mystique de Notre Seigneur.

Voilà des vérités que nous devons nous rappeler. Et je pense pouvoir dire d’une manière certaine que si l’on poursuit malheureusement notre séminaire et notre œuvre ici, c’est précisément parce que nous affirmons ces vérités.

Parce que le monde ne veut plus entendre ces vérités. Et qu’il faut se conformer à l’homme moderne, qu’il faut écouter l’homme moderne. Qu’est-ce que cet homme moderne ? Qui est-il ? Que représente-t-il ? Sinon bien souvent celui qui ne croit pas en Notre Seigneur Jésus-Christ et qui ne veut pas croire en Notre Seigneur Jésus-Christ ; qui refuse le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui refuse sa grâce. On ne veut plus croire au surnaturel. On ne veut plus croire à la grâce de Notre Seigneur. On ne croit plus qu’à l’homme, à l’homme qui maintenant par sa science semble devoir gouverner le monde à la place de Dieu.

Eh bien, nous affirmons au contraire le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous voulons qu’il règne. C’est pourquoi nous L’adorons et nous cherchons à L’adorer d’une manière qui soit digne de Lui, digne de Notre Seigneur Jésus-Christ, digne de sa présence dans la Sainte Eucharistie. C’est pourquoi nous aimons nos cérémonies et que nous sommes attachés à cette liturgie qui, elle, exprime vraiment ce que nous pensons dans nos coeurs, ce que nous pensons dans le fond de nos âmes. Que Jésus est présent dans la Sainte Eucharistie et que nous L’honorons comme Dieu. Il est notre Roi. Il a droit à nos hommages. Il a droit à nos génuflexions. Il a droit à nos inclinations. Il a droit à des chants qui sont dignes de Lui, dignes du Ciel, qui rappellent le chant des anges. Voilà ce que nous voulons.

Nous voulons aussi L’honorer de notre foi, dans la doctrine que nous enseignons à ces jeunes gens qui sont venus ici pour la recevoir, pour recevoir la vraie foi. La doctrine qui nous apprend que Dieu est tout, que l’homme n’est rien. Que Notre Seigneur Jésus-Christ est le seul moyen de salut et qu’il est le seul moyen de salut qu’il faut prêcher à tous ceux qui veulent se sauver. Voilà ce que nous affirmons, voilà ce que nous croyons.

Mais cela est contraire à ce que veut l’oecuménisme moderne qui veut précisément niveler toutes les religions. Niveler notre religion catholique au niveau de la religion protestante et des autres religions. Cela nous ne l’accepterons jamais. Il n’y a de Dieu que Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous ne connaissons pas Luther, ni Bouddha, ni les autres chefs des religions qui ont été tout simplement inspirées par le diable pour détourner les hommes de la Vérité, de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Nous voulons considérer Notre Seigneur comme notre Roi. Nous voulons qu’il règne dans nos maisons, dans nos familles, dans nos cités. Nous n’accepterons jamais que dans les cités, les religions soient mises sur le même pied.

Sans doute c’est impossible à vouloir immédiatement. Mais nous voulons garder le principe. Sinon il n’y a plus de droit public de l’Église. Le droit public qui donne à l’Église des pouvoirs dans les Sociétés. L’Église est une société qui a des pouvoirs dans la société civile, qui doit être reconnue par la société civile.

Certes actuellement, par la malice des hommes, ses pouvoirs ne sont plus reconnus ou très peu reconnus. Et hélas même dans les pays où ils sont reconnus, ces pays sont persécutés par ceux qui devraient les défendre.

Qui a armé la main qui a assassiné le chancelier autrichien Schuschnigg ? Qui a armé la main qui a tué Garcia Moreno ? Qui poursuit Franco et qui a poursuivi Salazar lorsqu’ils étaient dans leur pays des hommes d’État chrétiens ? Qui voulaient que Notre Seigneur règne dans leur pays. Ceux-là sont persécutés. Ceux-là on les recherche. Ceux-là on essaye de les assassiner. Parce qu’ils veulent que Notre Seigneur règne dans leur pays.

Pourquoi Jeanne d’Arc a-t-elle été brûlée ? Parce qu’elle voulait rétablir le règne de Notre Seigneur dans le pays de France.

Voilà ce que nous devons penser. Voilà ce que nous devons croire. Et cette persécution que nous subissons aujourd’hui, n’est pas autre chose que celle-là. Il ne faut pas la placer sur un autre plan. Ce n’est pas sur des détails que nous sommes attaqués. Nous sommes attaqués parce que nous voulons le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, le règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ, parce que nous voulons l’affirmer, que nous ferons tout pour que ce règne arrive, pour que le règne de Dieu, le règne de Notre Seigneur arrive, le règne de la très Sainte Vierge Marie.

C’est pour cela que nous sommes persécutés. Nous le savons bien. Et particulièrement par ceux qui dans l’Église, pactisent avec l’ennemi. Malheureusement parmi ceux qui pactisent avec l’ennemi, il y en a désormais qui occupent des postes importants dans l’Église et par ces postes importants s’efforcent de nous faire passer aussi dans ce pacte avec l’ennemi et essayent de nous entraîner dans des compromis qui sont absolument inadmissibles ; qui sont contraires à Notre Seigneur Jésus-Christ, contraires à l’honneur de Dieu, contraires à l’honneur de Notre Seigneur et de la très Sainte Vierge Marie. Et cela nous ne le voulons pas.

Dans les inter-communions, dans les hospitalités eucharistiques comme on les appelle maintenant, tout cela ce sont des blasphèmes, des sacrilèges que nous ne pouvons pas accepter. Quis ut Deus ? Voilà ce que nous devons dire : Quis ut Deus Jesus-Christus ? Qui est comme Notre Seigneur Jésus-Christ ? Voilà ce que nous devons croire. C’était le cri de Jeanne d’Arc. C’est le cri qu’elle répétait de saint Michel Archange.

Eh bien, c’est celui-là que nous devons répéter. C’est celui-là que nous devons garder dans nos coeurs pour toujours. Quelles que soient les persécutions que nous puissions subir. Nous devons être unis à Notre Seigneur, unis à la très Sainte Vierge Marie, unis à notre très Saint-Père le pape, unis à tous les évêques de l’Église.

Mais peut-être quelquefois en étant unis avec eux, unis contre eux d’une certaine manière, s’ils disent des choses qui ne sont pas admissibles. Mais si d’une part ils disent des choses admissibles, d’autre part ils disent des choses qui ne sont pas admissibles, nous serons avec eux lorsqu’ils diront des choses admissibles, mais nous serons contre eux quand ils diront des choses inadmissibles. Parce qu’ils se détruisent eux-mêmes, ils détruisent alors l’Église. Et nous, nous voulons au contraire construire l’Église, la construire sur les bases de toujours, pas sur des bases qui nous seraient propres, sur les bases comme celles dont je viens de vous entretenir, celles qui sont inspirées par l’Esprit Saint. Voilà notre désir. Notre but n’est pas autre que celui-là.

Nous demandons aujourd’hui à l’Esprit Saint et à la très Sainte Vierge Marie qui a été remplie de l’Esprit Saint, de nous garder toujours dans l’Esprit Saint, dans cet amour, dans cette charité, dans cette humilité. Nous ne voulons pas nous croire plus que les autres.

Si le Bon Dieu nous donne la grâce de suivre la Tradition, la grâce de demeurer dans la lumière du Saint-Esprit, nous ne nous en glorifions pas, mais nous prierons pour que le Bon Dieu fasse que cette lumière s’étende à nouveau comme autrefois sur tous les pays de l’Europe et sur le monde entier. »

Mgr Marcel Lefebvre, vigile de la Pentecôte, le 17 mai 1975

 

Voir aussi, sur E&R :

Le christianisme, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1191560
    le 24/05/2015 par Soldat du Christ...
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Il était important, primordial, obligé, pour tout Catholique, de sanctifier ce jour et d’aller à la messe (comme tous les dimanches d’ailleurs, mais NS Jésus Christ-Roi, n’est plus ni dans les cœur, ni dans les pensées, pas plus dans les prières de ces nouveau-catholiques-libéraux, aujourd’hui...)
    Pour les autres .....


  • #1191578

    La civilisation chrétienne s’effondre ?, non en fait elle fait place à une autre civilisation, comme les civilisations antiques ont cédé le terrain à la civilisation chrétienne. Faut pas croire que les fables chrétiennes sont des vérités absolues et pérennes. Le christianisme est l’ avatar plus ou moins bien fisselé d’un culte oriental, il a fait son temps, c’est tout...

     

    • #1191657

      Oui, la faute à la fatalité, c’était inévitable, et pas du tout désiré.

      Après tout ce n’est pas comme si depuis plus de deux siècles on cherchait à ternir le catholicisme, le faire crever, le dévoyer de sa nature première ( Vatican II ), de ringardiser et taire le spirituel pour faire croire à l’homme ( pardon, l’Homme ), qu’il est le centre de l’univers.
      La civilisation chrétienne fait place à une autre civilisation sans Dieu, sans valeurs, sans repères, mais encore une fois, c’est la fatalité qu’il faut blâmer, rien de tout cela n’a jamais été voulu bien sur, et, si la manière dont l’homme est façonné aujourd’hui est une aubaine pour le système libéral qui peut ainsi mieux l’assujetir et le broyer, on peut supposer que c’est le fait du hasard.

      Je t’en foutrais moi des "fables" chrétiennes.


    • #1191690

      Le christianisme a peut - être fait son temps mais il est éternel ; comme le seigneur’ il n’a ni début ni fin. Alors, vos misérables considérations bien connues déjà bien avant Saint Paul ne resterons qu’ aboiements dérisoires face à la splendeur de la Vérité du Christ.


    • C’est parce que nous voyons le problème depuis l’europe que l’on pense ça. Mais l’europe ce n’est pas le monde.
      Je rappelle tout de meme que statistiquement le christianisme reste de loin la première religion mondiale avec plus de 2.4 milliards de croyants (1 personne sur 3 dans le monde) et que l’europe ne représente que 15% des croyants. Dans certains coins d’Asie elle progresse à une grande vitesse, et sur le continent Africain elle est devenu la première religion vers 2010.
      Pour une religion dite en fin de cycle, il y a pire...


    • #1192035

      C’est la civilisation occidentale qui s’effondre entrainant sa religion avec elle.

      Avec l’instruction, le progrès industriel et social mais sans ses dérives, on aurait pu concevoir une civilisation athée, juste et bienveillante, mais la nature de l’homme est viciée et corruptible à souhait et quand il ne croit plus à un être supérieur capable de l’envoyer au paradis ou en enfer, il n’emploie son intelligence qu’à tout détruire et à se détruire lui même.

      Dans quelques décennies, on repartira de zéro, avec le christianisme, l’islam ou autre et ça recommencera pour un ou plusieurs millénaires sans qu’on n’en ait tiré la moindre leçon.


    • #1192570

      Bien-sûr, il a fait son temps... Il a duré environ 1950 ans, (le vrai début de la sécularistation : la Révolution française) maintenant on passe à autre chose, la mode a passé... n’est-ce pas ? C’’est la première fois depuis la venue du Christ qu’on assiste à une telle déchristianisation ! N’oublions pas que le christianisme est la première religion mondiale et on assiste aujourd’hui, à une véritable apostasie généralisée.

      Alors, posez-vous la question, c’est les hommes de notre époque qui sont dans l’erreur ou tous les autres ? J’ai trouvé par hasard, dans les affaires de ma famille, un petit carnet de prières datant de 1946. Que de trésors ! Comme ces prières étaient belles ! Déjà, pour les oraisons du matin, il fallait au moins plus d’une demi-heure... (à l’époque on prenait le temps de prier en se levant) Ensuite, il y avait les horaires des messes journalières et, stupéfaction, en semaine, il y avait trois messes matinales espacées d’une heure dans le même village ! Incroyable ! Aujourd’hui pour avoir une seule messe en semaine, dans le quartier ou la région, il faut faire des kilomètres ! À cette époque, l’athéisme était minoritaire, aujourd’hui, la tendance s’est largement inversée et même d’une manière terrifiante. Une apostasie indispensable pour l’arrivée de l’Antéchrist... Soyons prêts...

      Pour en revenir à l’Esprit Saint, voici Ses 7 dons :
      le don de Sagesse, d’Intelligence, de Conseil, de Force, de Science, de Piété, de Crainte de Dieu.

      Lorsqu’on reçoit l’effusion du Saint-Esprit c’est, souvent, un moment très fort et inoubliable (Il se manifeste de diverses manières, pas le temps ici de vous expliquer mais une rapide recherche sur internet vous renseignera). À la suite de quoi, ces personnes peuvent parler une langue qu’ils n’ont jamais apprise, souvent l’araméen, chantent des magnifiques chants inconnus, peuvent recevoir une réponse précise pour un inconnu dans l’assemblée qui ne s’y attendait pas etc. Oui, il faut vraiment demander les dons de l’Esprit Saint !


    • #1192823

      Le problème est qu’elle ne fait pas place à une autre civilisation mais à une contre-civilisation et ceci de manière délibérée. C’est inédit dans l’histoire de l’humanité. C’est l’essence même de la doctrine luciférienne, remplacer tout ce qui existe par son inverse.


    • #1195628
      le 29/05/2015 par Soldat du Christ...
      Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

      @OTOOSAN
      Tes débilités blasphématoires, tu peux les écrire sur le site de Caroline Fourest, ici tu es sur un site français nationaliste le respect des traditions cela s’apprend, tu n’es pas sur un site pro-Israël...E&R pas JSS-newz ou la règle du jeux (sioniste)...
      « Hors de l’Église pas de Salut »



      https://www.youtube.com/watch?v=t5K...



      Que tu sois athée, cela te regarde, mais venir déverser ton apostasie, juste par plaisir, c’est très irrespectueux (tu as du manquer de coup de pied au c... plus jeune)


  • #1191687
    le 24/05/2015 par nouvelle du ciel
    Dimanche de Pentecôte : l’action du Saint-Esprit

    Pardonne-nous nos illusions, Père, et aide-nous à accepter notre véritable relation avec Toi, dans laquelle il n’est pas d’illusion et où nulle jamais ne pourra entrer. Notre sainteté est la Tienne. Que peut-il y avoir en nous qui ait besoin de pardon quand la Tienne est parfaite ? Le sommeil de l’oubli n’est que l’indésir de nous souvenir de Ton pardon et de Ton Amour. Ne nous laisse pas nous égarer en tentation, car la tentation du Fils de Dieu n’est pas Ta Volonté. Et laisse-nous recevoir uniquement ce que Tu as donné, et n’accepter que cela dans les esprits que Tu as créés et que Tu aimes. Amen.


  • La Pentecôte marque la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres et la naissance de l’Église. Ainsi, nous fêtons la Pentecôte comme le don de l’Esprit Saint fait à l’Église, ce don étant définitif.

    Cet événement, survenu cinquante jours après Pâques (en grec, pentêkostê signifie « cinquantième »), ne peut être compris qu’en lien avec les Pâques et l’Ascension.

    Mort pour le salut du monde (le Vendredi Saint), ressuscité (le jour de Pâques) et parti rejoindre le Père (à l’Ascension), le Christ envoie aux hommes son Esprit (à la Pentecôte).

    C’est pourquoi cette fête clôt le temps pascal, qui dure sept semaines, et dont elle est le couronnement.

    « Comme le jour de la Pentecôte était arrivé, ils étaient tous ensemble au même (lieu). Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. Et ils virent paraître des langues séparées, comme de feu ; et il s’en posa (une) sur chacun d’eux. Et tous furent remplis d’Esprit-Saint, et ils se mirent à parler en d’autres langues, selon ce que l’Esprit leur donnait de proférer. » – Actes des Apôtres 2 :1-4.

    Ainsi se réalisait la promesse faite par le Christ aux apôtres au moment de son Ascension, une dizaine de jours plus tôt : « lorsque le Saint-Esprit descendra sur vous, vous recevrez de la force, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’à l’extrémité de la terre. » – Actes des Apôtres 1:8

    Les apôtres, ayant reçu la force de l’Esprit, sont sorti de la salle du Cénacle où ils étaient craintivement enfermés et ont commencé à témoigner de la Résurrection du Christ, à faire connaître son enseignement et à baptiser.

    Bonne fête de la Pentecôte !


  • #1192163

    Suspecte la vogue actuelle pour le christianisme...assiste-t-on à un renouveau de la foi, ou bien, et c’est mon opinion, est-ce plutôt le désespoir qui a gagné les coeurs ? devant la chute inexorable de la civilisation européenne, j’ai le sentiment que les gens ont tendance à se retrouver dans les églises pour conjurer leurs peurs...il s’agit, d’après moi, d’un retour à l’âge d’or - la France éternelle des clochers, des frontières contrôlées, du Franc, des prénoms qui sonnaient encore français etc.

    Et en face, on assiste au même cirque : les musulmans jouent, se jouent la même comédie d’un retour à l’âge d’or...partout, je sens les gens paniqués à l’idée de ce qui nous attend - et je panique avec eux ; seulement, je ne crois pas qu’un retour vers le passé nous sauvera ou nous soulagera de quoi que ce soit ...

     

    • #1192954

      Ah bon ? Et quand tu es malade tu n’aimerais pas retourner en arrière pour recouvrer ta santé ?
      L’Homme a un esprit, il est normal qu’il ait une spiritualité. La foi est anthropologique. Et Jésus-Christ, quant à lui, est venu témoigner de sa Vérité surnaturelle dans le monde, c’est une réalité historique et factuelle.


    • #1193883

      à Pythie,

      Je crois très sincèrement qu’il n’y a ni "vogue" ni "cirque", il y a la Vie tout simplement, & la vie fait partie de Dieu Créateur de toutes choses sur Terre. Pour comprendre ce monde, notre monde L’Esprit Saint justement nous aide. Il "suffit" très simplement de lui demander : la Sainte Trinité.
      Bien que baptisé & confirmé, j’ai "tourner le dos à la "Bondieuserie" car celle-ci ne me donnait pas de réponses satisfaisante pour donner un sens à ma vie, à la Vie. J’ai recherché des réponses dans les sciences , les philosophies les arts. Mais je n’arrivais pas à synthétiser une réponse convenable pour mon esprit, plus précisément pour mon "Entendement" du pourquoi la Vie. En parallèle je suivais du coin de l’œil Jean-Paul II, puis avec attention BenoitXVI. Tout en prenant de plus en plus de recul avec les "nouvelles idées" destructrices que véhicule avec de plus en plus de pressions, d’insistance voire d’une nouvelle forme de terrorisme "intellectuelle" que certaines nomment l’ingenerie sociale : nouvelle arme de destruction massive.
      Puis est arrivé François, & en parallèle j’ai écouté les prédications du Père Zanotti Sorkine et il y a eu un électro-choc entre mes idées cultivées sur plusieurs décennies & la Parole du Christ. Tout devenait clair, compréhensible, cohérent, abordable, vivable car acceptable.
      J’eus une irrésistible besoin de rentrer à nouveau dans une église pour me retrouver Dieu & communier de temps à autre avec Lui.
      Je lis au quotidien les Homélies de Pape François & je prie car j’ai la Foi & l’Espérance viscéralement "chevillées" en moi, dans mon fort intérieur. C’est un fort que que nul personne avec tous les cyniques moyens qu’elle aura su développer, ne pourra pénétrer. Pourquoi, non pas que le peur (légitime) du "comment va le monde" me guide, non non je ressens justement depuis mon for-intérieur que notre réalité est d’une certaine façon illusoire, presque inconséquente. C’est une forme embryonnaire de ce que nous serons dans l’Après, mais dans nos Après, tous différents mais semblables dans leur "conception". Tout cela me réjouit le cœur & l’esprit. Il suffit d’Entendre ce que Jésus Christ est venu nous dire & chaque jour l’Entendre par le biais de notre chemin personnel. Si vous "entendez", vous priez avec joie, même si notre monde mène une terrible guerre mondiale que Dieu "ou ce qui en tient lieu" surveille, je n’ai aucun doute là-dessus.
      On arrive peut-être à la fin de l’Histoire, alors Né-En ou Néant ?


  • Alléluia, mes frères, vive le Royaume de Dieu !!