Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Musique sacrée pour ce dimanche de Pentecôte : cantate BWV 183 de Jean-Sébastien Bach

Le dimanche de Pentecôte est le 7e dimanche après celui de Pâques, qui est tombé le 21 avril cette année (2019), ou 50 jours après, Pentecôte volant dire « cinquantième jour » en grec. À cette occasion, nous avons découvert – on en apprend tous les jours – que France Musique avait un onglet « Sacrées musiques » animé par Benjamin François. Une sorte de survivance de la musique sacrée dans le giron globalement très anticlérical du groupe Radio France. Difficile de tirer un trait sur le Classique ou le Baroque, qui nous rattachent à nos racines chrétiennes mais qui sont le socle de la culture musicale européenne.

 

Il y a trois ans, Benjamin proposait la cantate BWV 183 de Bach, inutile de préciser le prénom, même si l’insolent génie a eu une sacrée descendance musicale. Avis aux amateurs de hautbois ! Pour ceux qui n’auraient pas le temps d’écouter les 113 minutes de l’émission, voici la cantate en vidéo (avec une image fixe) :

 

 

Pour les ignorants, Jean-Seb est ce musicien extraordinaire à cheval sur les 17 et 18e siècles qui a laissé une œuvre (amputée d’un bon tiers) colossale qui a influencé tous les grands musiciens qui sont passés derrière. Bach, pour résumer, c’est le croisement entre une virtuosité sans égal (une brute en violon, clavecin, alto et orgue) et une foi chrétienne en acier (allemand). Sa musique exprime la pureté de l’âme, l’élévation, la foi en Jésus Christ. Écouter Bach, c’est entendre le chœur des anges qui interprètent des partitions de Dieu.

Mais il n’y a pas que Bach, même si c’est le roi des messes (en Si), des Passions (Saint Jean, Saint-Matthieu) et des oratorio (Noël). Il y a aussi Haendel, et un lecteur nous a envoyé ce Dixit Dominus de toute beauté :

 

 

On est un peu sortis de la Pentecôte mais on reste dans l’esprit chrétien (même si Haendel était luthérien) et bien sûr le sacré. À 12 ans, ses qualités impressionnent le futur roi de Prusse Frédéric 1er. On peut dire que Haendel est le secondant de Bach, dont il était le contemporain, dans le domaine de la musique baroque.

Mais ne nous égarons pas, brebis que nous sommes : le dimanche de Pentecôte n’est pas qu’un concert de musique, fût-elle sacrée, mais la célébration du moment où les apôtres reçoivent l’Esprit saint, 50 jours après la Résurrection :

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. » (Actes 2:1-4v 3)

Autour de l’Esprit sain, sur E&R :

 






Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Seigneur, faites que l’Esprit Saint souffle sur notre France ...

    - https://youtu.be/H3v9unphfi0

    Et pour la première des saintes patronnes :

    - https://youtu.be/LVBGGOSm4jc

     

    Répondre à ce message

  • Quand le hard rock et le classique se côtoient. "Bach onto this" du regretté Jon Lord, (ex Deep Purple).

    Un journaliste : "Quel est votre projet, Jon Lord" ?
    "Mon projet ? Faire tout pour que mes gosses ne soient pas pourris par le blé que je gagne".

    https://www.youtube.com/watch?v=l9O...

     

    Répondre à ce message

  • pour ce qui est du dixit dominus, je suis allé voir le texte et ce qu’il veut dire. Euh, plus guerrier et génocidaire on fait pas. Pas vraiment "chrétien". La musique est belle, mais il vaut mieux ne pas comprendre les paroles !

     

    Répondre à ce message

    • Il ne faut pas lire les textes sacrés sans les lumières de l’Église et sans méditer profondément pour les comprendre. Le Christ se réfère Lui-même à ce psaume (110), il ne faut pas le lire comme les Juifs mais comme les Chrétiens.

      On lit dans l’évangile selon saint Matthieu au chapitre 22 :

      41 Les Pharisiens étant rassemblés, Jésus leur fit cette question :
      42" Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il fils ? " Ils lui disent : " De David. —
      43 Comment donc, leur dit-il, David (inspiré) par l’Esprit l’appelle-t-il Seigneur, quand il dit :
      44 Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis sous tes pieds ? *
      45 Si donc David l’appelle Seigneur, comment est-il son fils ? "
      46 Et nul ne pouvait lui répondre mot, et, depuis ce jour, personne n’osa plus l’interroger.

      La résolution de l’énigme, c’est que le Messie attendu était bel et bien fils de David par son père adoptif et par sa sainte mère (cf. généalogie dans Matthieu, chapitre 1) et dans l’Annonciation par l’ange (Luc, chapitre 1) :
      31 Voici que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus.
      32 Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
      33 il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin. "

      Et il était en même temps fils de Dieu :

      34 Marie dit à l’ange : " Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais point l’homme ? "
      35 L’ange lui répondit : " L’Esprit-Saint viendra sur vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. C’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.

      Ce psaume conservé pieusement par les Juifs depuis David, qui en était l’auteur, affirmait avec 1000 ans d’avance la double nature divine et humaine du Christ.

      Ce psaume est donc une des preuves de la vérité des textes saints Ancien et Nouveau Testament réunis.

      Texte génocidaire ? On pourrait le croire...

      5 Le Seigneur, est à droite,
      Il brisera les rois au jour de sa colère.
      6 Il exerce son jugement parmi les nations :
      tout est rempli de cadavres ;
      il brise les têtes de la terre entière.

      Le Seigneur est Dieu et il est mort sur la Croix pour sauver les hommes. Il a donc tout fait pour les sauver mais ceux qui se moquent de Son sacrifice et veulent vivre à leur guise sans se préoccuper des préceptes de Dieu et de l’Église, quel sera leur sort au jour de la colère ?
      Le sort qu’ils méritent en toute justice.

       
  • Jean-Seb, ce gars que j’entendais tout le temps chez ma grand mère, elle qui ma refilé la flamme catholique, que je n’aurai pas pu avoir avec mes parents.

     

    Répondre à ce message

    • Voyez* comme c’est beau et comme il existe de possibles conjonctions entre toutes les branches religieuses, lesquelles n’arrêtent pas de se fumer depuis la nuit des temps : le type était protestant luthérien... et vous voilà catholique d’un coup de « Flûte enchantée »...
      Et pourtant, entre les catholiques et les protestants, on sait ce que ce fut : même les protestants entre eux, qui de Luther ou de Calvin : à noter sur le calepin.
      Comble des temporalités et comme pour la télé d’aujourd’hui, en France, le "gendarme" politique - pour qui était protestant - était à table... aux frais du "récalcitrant" (comme une forme de redevance, en somme) : jusqu’à la Saint-Barthélemy ; Glin-glin leur faisant trop loin.
      Protestant, dissident, cela me rappelle vaguement quelque chose... ;-)

      * Voyez, employé ici comme interpellation générale, loin du vous personnifiant.

       
    • #2215643

      Fela,
      _ « Jean-Seb », Bordel ! Éclat de rire, merci...

       
  • Pourquoi Bach me frustre et me rigidifie ?
    .... II y a quelque chose chez vivaldi, handel et tant d’autres de plus fluide et de plus apaisant :
    Mais allez savoir pourquoi

     

    Répondre à ce message

    • La musique de JSB est bien rigide pour moi aussi. Une petite Passion selon St Mathieu de temps en temps, ça me suffit.

      Heureusement pour lui, Vivaldi a réussi a populariser un bon nombre de ses thèmes.

      Il y a un de leurs contemporains dont on n’entend quasi jamais rien et qui pourtant a eu une production importante, c’est Telemann. Il y a des merveilles.

      Pour des choses un peu plus digestes, on peut se tourner vers d’autres italiens comme Caldara, Da Vinci (un autre...)...

       
    • Affaire personnelle , d’âme peut-être...Bach me rassemble, me concentre, et pour moi est indépassable.

       
  • #2215318

    Il n’y a plus que sur ER que l’on trouve pour chaque fête ces références à la religion Catholique. De surcroît, c’est toujours fait avec talent. Merci pour ces merveilles ici ponctuellement rappelées. Et, Merci pour tout.

     

    Répondre à ce message

    • Je plussoie, c’est précieux, et je remercie aussi pour la découverte de cette cantate BWV 183, j’en ai repris trois fois (j’ai à peine entamé l’exploration, il y a plusieurs années, l’exploration du continent Bach).

      J’ajoute que je suis juste un français ultra moyen, à globalement classer comme gaucho par mes choix électoraux, mais croyant sans pratique cultuelle sociale (pas de messe : le mystère liturgique m’échappera toujours je crois) mais individuelle (prière - aux saints y compris, lecture, ce que je comprends d’un potentiel chemin d’imitation du Christ).

      Que l’Esprit saint soit sur nous tous.

       
  • La version d’Haendel est intéressante au niveau des passages des choeurs. Par contre, les passages solo ne sont pas toujours justes, mis à part l’alto, qui lui chante parfaitement.

     

    Répondre à ce message

  • Cela reste de la musique profane.

     

    Répondre à ce message

  • Et Voltaire toujours aussi vachard :""S’il y en a un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu !" Bach n’était pas catholique mais protestant écrivant des messes pour des commanditaires catholiques. Bach c’est le rythme...

    N’empêche. ! la voix est l’instrument parfait.....Monteverdi et surtout Palestrina...

     

    Répondre à ce message

  • Pas un mot sur le ce jour sacré dans la presse, par contre ils savent bien rappeler la date du ramadan.
    Merci à ER défendre la tradition catholique et la foi.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents