Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Discours intégral du général De Gaulle le 25 août 1944

 

 

 

L’extrait le plus célèbre :

 

Le discours en intégralité :

Découvrir l’histoire de France avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #943846

    25 Aout 1944, début des promotions sur les tondeuses ?

     

  • Un peu d’histoire !

    Charles de Gaulle connaissait parfaitement le profil des judéo-bolcheviques, et les dangers qu’ils représentaient pour l’Europe. En effet, le capitaine de Gaulle a combattu dans les années 1919/1920 aux cotés de l’armée polonaise ! De toutes évidences, il a eut tout le temps, aux cotés des polonais, de comprendre l’idéologie judéo-bolchevique.

    Quatorze des 18 membres du cabinet londonien de De Gaulle appartenaient à la communauté israélite ! De Gaulle s’était engagé à rétablir cette communauté dans leurs positions et privilèges d’avant 39".

    Leur aide ne pouvait être sans contrepartie.
    L’une des premières décisions de De Gaulle fût donc de rétablir la Franc-maçonnerie que Pétain et Laval avait interdite pour le plus grand bien de la France.

    Ce n’est donc pas un hasard si de Gaulle a nationalisé en 1946 la Banque de France et les principales banques françaises en "omettant" curieusement de nationaliser les banques israélites Rothschild et la banque Lazare. Cet "oubli" correspondait certainement à l’une des contreparties.

    Ce n’est pas le hasard si les ministres des finances choisis par De Gaulle appartenaient à la communauté organisée tels le déserteur Mendes France, sous le gouvernement provisoire de 1944 et en 1945. Mais aussi Baumgartner et Debré. Giscard d’Estaing, quant à lui représentait de la maison Rothschild dont il était le fidèle factotum. De même que la nomination de premiers ministres "sionistes " durant son premier mandat tels Débré, Couve de Murville (apparenté) ou encore Pompidou qui n’était autre que l’ancien directeur général de la banque Rothschild constituaient des garanties données à la finance cosmopolite

    Il est évident que la communauté et la franc-maçonnerie ont retourné leurs alliances après que le général ait recouvré un peu de lucidité patriotique et ait pris, à leurs yeux, de regrettables initiatives telles que :

    - Affirmation de l’indépendance de la France. Retrait des forces américaines du sol français.

    - Adoption de l’étalon "or" plutôt que l’étalon dollar.

    - Remboursement anticipé de la dette de l’état français pour affirmer l’indépendance de la France et éviter aux français le paiement d’intérêts ruineux.

    - Hostilité envers la construction de l’usine de Dimona et du transfert technologique concernant la fabrication de l’arme nucléaire israélienne.

    - Embargo sur les armes et pièces détachées à destination d’Israël

    .......Il a donc fallut, alors, inventer "Mai 68"

     

    • #944022

      Bien d’accord avec vous et raison de plus de ne pas faire la promotion du Général "Micro". Il faut que les gents prennent cette réalité là, plus que celle des manuels d’histoire et des légendes urbaines sur les bienfaits du Gaullisme. Il ne faut pas oublier les "purges" de l’après guerre ou De Gaulle en fermant les yeux et les oreilles (a cause du bruit des balles des pelotons d’exécutions...) a laisser condamner tant de patriotes (Brasillach entre autre).


    • Message intéressant, je vais creuser...
      C’est marrant comme certains des messages postés peuvent être aussi intéressants que les articles.



    • - Adoption de l’étalon "or" plutôt que l’étalon dollar.



      mais qui détient les réserves d’or ? rothschild !!

      vive l’étalon heure de travail !



      Il ne faut pas oublier les "purges" de l’après guerre ou De Gaulle en fermant les yeux et les oreilles (a cause du bruit des balles des pelotons d’exécutions...) a laisser condamner tant de patriotes (Brasillach entre autre).



      et encore, ceux qui ont tété fusillés ont eu de la chance par rapport a ceux qui ont finis brûlés vifs, obligés de s’assoir sur une baïonnette, écartelés entre deux tracteurs, sodomisés avec une bouteille de rouge, ect... méthodes probablement copiés sur celles des ordures de la rue lauriston. et c’est pas toujours les collabos les plus compromis qui ont le plus morflés !

      Ces faits "liés à la libération du territoire" seront amnistiés. Chose étrange, l’amnistie a couru jusqu’au 1er janvier 1946, les Allemands ayant dû prolonger subrepticement leur séjour après décembre 1944.

      au fait, quasiment tous les amiraux d’alors furent très lourdement condamnés au tribunal (34 sur 37 il me semble). Plusieurs moururent en prison de froid ou des mauvais traitements infligés. pas de gestapo en indochine ou a alger, donc qu’avaient donc à se reprocher les amiraux des Antilles ou d’Indochine ? Rien, si ce n’est d’avoir conservé la cohésion des territoires et mis à l’abri l’or de la Banque de France... Voilà, ils n’avaient pas donné l’argent à de Gaulle.


    • ivan le terrible :

      Que les choses soient claires, je suis contre la peine de mort, et de fait je condamne les exécutions après la guerre ; mais comment pouvez vous dire que Robert Brasillach était un patriote ! Je vous rappelle qu’il dirigeait le journal je suis partout dans lequel il indiquait à l’occupant les gens à arrêter ; vous savez, je pense que cet homme homme, comme Pétain du reste, était des gens qui préféraient la soumission au III ème Reich, la soumission de la France - en pensant bien faire - à une République, certes rongée par certains francs-maçons et leur vices, qui était prête, malgré ses défauts, à se battre ; et pour beaucoup, de tous bords politiques, la germanophobie a pris le dessus : le colonel de la Rocque, voilà un patriote ! L’homme de 1934 a préféré la résistance, et ce malgré son admiration pour Pétain ; ce ne fut pas le cas de Maurras, qui, à mon sens, a commis là sa plus lourde erreur...

      Regardez l’excellent exposé d’Henri Guillemin concernant Pétain ; ce dernier, voulait le bien de la France, certes, mais pour cela, il voulait surtout la défaite de la France, et, derrière, sa soumission, et ce dans le but de mettre en place son propre régime.

      Quant au rétablissement de Franc-maçonnerie par de Gaulle, il faut comprendre le contexte ; ceux ci ayant subi des persécutions, il eût été très mal vu de prolonger son interdiction, d’autant plus que tous les Francs-mac ne sont pas totalement pourris et mauvais ; ceux du haut le sont en grande partie, mais en bas, je pense que l’on peut trouver des gens intéressant.


    • Le commentaire d’Alburi me semble inexact ! S’appuyer sur Henri Guillemin pour affirmer que Pétain voulait la défaite de la France est injuste. Les entrées en guerre de 1914 et de 1939 impliquaient déjà la défaite de la France, ravalée au rang de suiviste et de soldat continental des banques régnant sur le monde anglo-saxon. Il y avait une guerre entre d’une part ces banques, alliées pour l’occasion au communisme soviétique et mondial, et d’autre part le fascime et le national-socialisme continental menés par Hitler. Certains suivirent leur cœur et leur raison, d’autres leur cœur contre leur raison, d’autres encore leur raison contre leur cœur, le reste louvoya dans la tourmente, et à la fin il y eut des vainqueurs et des vaincus partout. Céder à la force n’est pas collaborer : Pétain ne souhaitait pas la victoire allemande et ne collabora qu’en paroles, et lorsqu’il donna l’ordre de saborder la flotte de Toulon Churchill le salua en proclamant que jamais les Français n’oublieraient ce que le maréchal avait fait pour eux ! Il ne connaissait pas Aliburi ! Laval, lui, avait déclaré : "Je souhaite la victoire de l’Allemagne car autrement le bolchévisme s’installerait partout." Pourtant de Gaulle lui-même reconnut cette vérité : "C’est une justice à leur rendre : ceux qui, en très petit nombre, choisirent le chemin de la boue n’y renièrent pas la patrie. Porte ouverte sur le pardon." Il ne faut point être plus gaulliste que de Gaulle.
      La vision d’Aliburi sur Brasillach est une pure caricature. De grâce, товарищ, lisez au moins Bilger ! Sur les 15 000 à 20 000 tués de l’Épuration, presque tous étaient innocents puisque seuls 768 avaient été jugés, souvent monstrueusement comme, justement, Brasillach et Laval.
      Où donc Aliburi a-t-il pris que les francs-maçons auraient été "persécutés" par Vichy ? Si une interdiction de réunion était une persécution, alors l’Œuvre française, les J.N.R., et demain, à Dieu ne plaise, É&R seraient persécutées par la Ve République ! Et encore ne manquait-il pas de francs-maçons à Vichy, alors qu’on chercherait vainement des soraliens à l’Élysée !
      Je terminerais en exprimant mon regret que ceux qui se prononcent contre la peine de mort ne le fassent que lorsqu’il s’agit de violeurs et d’assassins dûment jugés et consentent, en fait, aux assassinats politiques : "Au moment de l’épuration, nous avons fermé les yeux, parce que nous sommes contre la peine de mort !" C’est ainsi, je crois, que Nimier faisait parler ces tartuffes.


    • ouais, pas mal de rappeler que personne n’est blanc ou noir, il y a de l’opportunisme chez De Gaulle, mais aussi une "certaine idée de la France" .
      personellement, je préfère me poser la question, et s’il n’avait pas existé ? :
      c’est très simple, les américains débarquaient en France avec des francs imprimés made USA et plaçaient à la tête du pays quelques guignols à leur solde, c’est ce qui était prévu, comme pour (l’Allemagne et l’Italie).
      Résultat : on avait un hybride Hollande/Giscard dès 45
      De Gaulle s’est battu contre les Américains, contre l’europe imposée par Washington, a eu une vraie politique arabe et prôné un rapprochement avec la Russie,il a bâti une industrie aéronautique, spatiale, electronique etc etc.
      Bien sûr, il a finit par échouer, bien sûr il a trahi l’Algérie (je dis bien l’Algérie, pas seulement les Français d’Algérie) bien sûr il y a des zones d’ombre, mais pour sa défense il a toujours été trahi par les hommes en qui il avait confiance,
      Toujours est-il que géopolitiquement, c’était un cador et si on avait suivi sa politique après son départ, on serait loin de la merde noire dans laquelle nous pataugeons.

      Dommage que l’histoire ne soit plus enseignée à l’école, on en voit le résultat dans beaucoup trop de messages,
      donc petit rappel sur une idée gaullienne bien oubliée et qui lui a valu toutes les trahisons et donc sa chute :
      http://www.charles-de-gaulle.org/pa...


    • 3888 :

      Je ne vois pas en quoi il est "injuste" de s’appuyer sur Guillemin. Je tiens d’ailleurs à remercier ER qui me l’a fait découvrir. Pour ceux qui aimeraient écouter son exposé sur Pétain, voici le lien :

      http://www.rts.ch/archives/dossiers...

      Il me semble qu’il n’y ai pas vraiment de guerre entre les banques du continent et celles anglo-saxonnes : l’oligarchie de la City et de Wall Street a soutenu Hitler.

      pour revenir au maréchal, je pense que la phrase la plus révélatrice est celle que Guillemin prononce dans l’une des dernières vidéos de son exposé en reprenant les mots de Bernanos : "Vichy c’est le triomphe d’une minorité impopulaire qui depuis 20 ans cherchait en vain électoralement sa chance et qui l’avait trouvé dans le désastre de la nation." Le destin de la France n’était pas scellé dans l’entre-deux-guerres. Certains hommes prônaient des réformes militaires ; lui-même y était favorable dans les années 20 et le début des années 30. pourtant ce même Pétain change totalement d’avis peu avant la guerre, défendant l’immobilisme... Il dit le contraire de ce qu’il disait en 34 - 35 ! Il voulait - il pensait bien faire - la défaite de la France pour mettre en place son régime ; alors oui, beaucoup de choix furent douloureux ; quelque soit leur bord politique, certains, pensant qu’il fallait faire avec et qu’il n’y avait pas d’autres solutions, défendirent ce nouveau régime là ou d’autres, ne voulant rien lâcher, s’engagèrent dans la résistance. Mais la plupart des français voulait avant tout survivre, survivre dans un France ultra-rationnée et appauvrie... Alors bien sûr l’épuration fut un drame ! Bien sûr des innocents périrent ! Bien sûr des procès furent bâclés ! Personne ne le nie et je suis d’accord qu’il est important de le rappeler ; le ressentiment prend souvent le dessus sur la raison. Certes le procès de Brasillach fut sans doute honteux, tout comme la peine ; mais cela ne doit pas nous faire oublier ses actes : son comportement ressemblait, sous Vichy, à celui de JSS news aujourd’hui.
      Concernant le sabordage de Toulon, c’est Laborde, suivant les ordres de Darlan, qui saborde la flotte ; je ne connais pas la responsabilité du maréchal dans cet épisode et j’aimerais bien que vous me donniez votre source lorsque vous affirmez que c’est Pétain qui a donné l’ordre. En outre, Hitler aussi était satisfait de ce sabordage : il était certain que la flotte ne pût rejoindre les alliés.


    • Bonjour, Alburi. "La Science est bâtie avec des faits comme une maison est bâtie avec des pierres, mais un ensemble de faits n’est pas plus la Science qu’un tas de pierres n’est une maison." Henri Poincaré, le vrai auteur de la théorie de la relativité. L’Histoire n’est pas une science exacte, au contraire des maths, mais elle est une science humaine, elle est un savoir ordonné : je ne vous l’apprends certes pas. Guillemin est passionnant, il a, comme M. Éric Zemmour, un point de vue rationnel, de sorte qu’il nous en apprend même lorsqu’il se trompe. Sur Jeanne d’Arc, je lui avais compté 6 ou 7 erreurs, parfois grossières, et à la fin il avait raison ! Sur Pétain, son travail interprétatif me paraît injuste, je ne crois pas à la thèse de la volonté défaitiste du maréchal. Me voici en porte-à-faux, coincé entre les interprétations de Guillemin et les ouvrages de Le Groignec... Si vous les avez lus mais préférez Guillemin, je suis désarmé. Si Guillemin a raison, qui est responsable de la défaite de 40 ? Cedant armæ togæ ! "Ici on parle, là on écoute !" Cicéron et Clemenceau condamnent donc celui qui commandait, donc la République maçonnique ; incapable de supporter sa laideur ? Votre vision de Pétain en ferait un républicain euthanasieur par compassion ! Toulon ? Je cite Churchill, voyez ensuite avec l’ADMP.
      JSS News donne des listes de paisibles quenelliers, la LDJ suit. Être enlevé est comparable à un viol ou des tortures. De 39 à 45, la violence fut-elle aussi unilatérale, selon vous ?
      Je n’ai pas opposé les banques anglo-saxonnes à celles du continent mais au populisme fasciste du continent. Oui, Hitler fut porté par la City et Wall-Street, mais leur échappa, comme Poutine avec les oligarques. Voyez ces citations d’une créature des banquiers, Winston Churchill. 33/35 : "J’admire l’Allemagne pour son Führer." "Si mon pays devait connaître un jour une grande défaite, j’aimerais qu’il se trouve un homme comme Hitler pour le relever." 35/38 : "Nous acculerons Hitler à la guerre, qu’il le veuille ou non." "Si l’Allemagne devient trop puissante, elle sera détruite, comme en 1914." Croyez-vous que de Gaulle aurait appelé Hitler "le titan qui s’efforce à soulever le monde" si celui-ci avait conservé le soutien de la £ et du $ ? Même Trotsky le reconnaissait ! Voyez : cité (et non interprété !) par... Guillemin : http://m.youtube.com/watch?v=b0qCZeDLhjo


    • Bonjour, Alburi. "La Science est bâtie avec des faits comme une maison est bâtie avec des pierres, mais un ensemble de faits n’est pas plus la Science qu’un tas de pierres n’est une maison." Henri Poincaré, le vrai auteur de la théorie de la relativité. L’Histoire n’est pas une science exacte, au contraire des maths, mais elle est une science humaine, elle est un savoir ordonné : je ne vous l’apprends certes pas. Guillemin est passionnant, il a, comme M. Éric Zemmour, un point de vue rationnel, de sorte qu’il nous en apprend même lorsqu’il se trompe. Sur Jeanne d’Arc, je lui avais compté 6 ou 7 erreurs, parfois grossières, et à la fin il avait raison ! Sur Pétain, son travail interprétatif me paraît injuste, je ne crois pas à la thèse de la volonté défaitiste du maréchal. Me voici en porte-à-faux, coincé entre les interprétations de Guillemin et les ouvrages de Le Groignec... Si vous les avez lus mais préférez Guillemin, je suis désarmé. Si Guillemin a raison, qui est responsable de la défaite de 40 ? Cedant armæ togæ ! "Ici on parle, là on écoute !" Cicéron et Clemenceau condamnent donc celui qui commandait, donc la République maçonnique ; incapable de supporter sa laideur ? Votre vision de Pétain en ferait un républicain euthanasieur par compassion ! Toulon ? Je cite Churchill, voyez ensuite avec l’ADMP.
      JSS News donne des listes de paisibles quenelliers, la LDJ suit. Être enlevé est comparable à un viol ou des tortures. De 39 à 45, la violence fut-elle aussi unilatérale, selon vous ?
      Je n’ai pas opposé les banques anglo-saxonnes à celles du continent mais au populisme fasciste du continent. Oui, Hitler fut porté par la City et Wall-Street, mais leur échappa, comme Poutine avec les oligarques. Voyez ces citations d’une créature des banquiers, Winston Churchill. 33/35 : "J’admire l’Allemagne pour son Führer." "Si mon pays devait connaître un jour une grande défaite, j’aimerais qu’il se trouve un homme comme Hitler pour le relever." 35/38 : "Nous acculerons Hitler à la guerre, qu’il le veuille ou non." "Si l’Allemagne devient trop puissante, elle sera détruite, comme en 1914." Croyez-vous que de Gaulle aurait appelé Hitler "le titan qui s’efforce à soulever le monde" si celui-ci avait conservé le soutien de la £ et du $ ? Même Trotsky le reconnaissait ! Voyez : cité (et non interprété !) par... Guillemin : http://m.youtube.com/watch?v=b0qCZeDLhjo


    • ERRATUM
      Alburi m’a demandé quelle était ma source pour Toulon, et j’ai répondu Churchill, croyant, étourdi, qu’il me demandait confirmation de l’auteur du jugement sur l’importance du sabordage. Diable d’erreur ! J’avais écrit que c’était Pétain qui en avait donné l’ordre, ce qu’on ne comprend guère, bien sûr, que comme un ordre DIRECT... c’est FAUX, et c’est ce qu’il me faisait remarquer. Mea culpa ! J’aurais dû rappeler que Pétain était chef du gouvernement (depuis le 17) lorsque fut signé l’armistice de Compiègne (le 22 mai 1940 ; entra en vigueur le 25) dont un article (le 8e ?) assurait la neutralité de la flotte, DONC qu’il porte, pour le pire et le meilleur, la responsabilité de la neutralisation, puis que doté des pleins pouvoirs (10 juillet 1940) bla bla bla... et qu’à la fin, le sabordage eût été impossible contre son expresse volonté... Viendrait ensuite la discussion sur la version d’Auphan, celle d’Isorni... Ouf ! De grâce ! C’est comme la question de l’ordre de Darlan à l’armée d’A.F.N., vient-il ou non de Pétain ? On n’en sort pas ! Deux points sont sûrs : 1°) La thèse d’un sabordage profitable aux Allemands, entièrement, est IDIOTE, et qu’Alburi y croie montre sa soumission aveugle aux mensonges de notre temps. Churchill savait bien quelle importance cela avait (et aussi que le refus de Pétain eût empêché le sabordage !) lorsqu’il déclara que JAMAIS les Français n’oublieraient ce que le maréchal avait fait pour eux (et surtout pour l’Angleterre, hé ! hé !). Sauf Alburi ! Aucun Français n’a plus fait pour la victoire alliée que par ce geste, dont Pétain, chef, porte la responsabilité finale. 2°)Pour autant, on ne doit pas employer une formule suggérant, et moins encore disant, comme celle que j’ai employée, que Pétain ordonna directement ce sabordage.
      Un autre point révélant l’aveuglement d’Alburi est qu’il croit que les modifications du point de vue militaire de Pétain révèleraient sa duplicité, son désir de défaite : c’est un conte à dormir debout... Voyons, camarade, si c’était vrai, aucun stratège ne s’en serait rendu compte à l’époque ? Mais des profanes l’auraient DEVINÉ... après la guerre ? Y croyez-vous, ou n’acceptez-vous cette thèse que par conformisme ? Aucun adulte ne saurait ajouter foi à pareille farce.
      Pour qui veut vraiment savoir qui fut Pétain, il faut lire un auteur "anti", peu ou prou (Ferro, Paxton...) ET de Gaulle ET un "pro" (Isorni, Venner, Le Groignec...) ET Emmanuel Berl, sur le procès. Ou Céline, vif, vrai.


    • Concernant Toulon, je suis désolé mais il vaut mieux pour Hitler que la flotte soit détruite, plutôt qu’elle ne tombe entre les mains des alliés ! Et inversement ! C’est pour cela qu’Hitler restait tout de même satisfait des opérations ; l’hypothèse de voir la flotte rallier l’ennemi s’évapore ainsi. Ensuite, la responsabilité revient à celui qui a donné l’ordre ; dès lors, il me semble que c’est Darlan le responsable et dans une certaine mesure, ceux qui ont exécuté les ordres - Laborde et, je crois, Auphan. Et encore son ordre datait de Juin ! Il avait même lancé un message pour que la flotte rejoigne les alliés, en vain. La maréchal dans tout ça...
      Alors pour son changement de cap concernant l’armé, je ne pense pas que les gens, à l’époque avaient le recul nécessaire pour y voir une volonté de défaitisme ; ensuite cette thèse, comme vous le savez est d’Henri Guillemin ; ce n’est pas un profane - contrairement à moi. Je ne sais pas qui d’autre la soutient, si ce n’est semble-t-il Bernanos. Bien sûr, j’ai peut être tord, mais j’aimerais vous demander ; d’après vous, pourquoi Pétain a-t-il changé d’avis de manière radicale concernant sa vision de la guerre en 1935 ? Pourquoi veut il revenir à une guerre immobile, ancienne, alors qu’il a pris connaissances des thèses de la mobilité, qu’il les a partagé ? et pourquoi ce virage est-il si rapide ? Il y a indéniablement quelque chose d’étrange dans son comportement...
      Et lorsque vous parlez de sabordage profitable aux allemands, Pétain pensait avant tout à un sabordage de la république, donc forcément favorable à la France ; mais ce sabordage passait par la défaite et donc, derrière, la soumission. Et quand vous dites que je suis soumis aux mensonges de notre temps, je tiens à préciser que je n’ai jamais entendu la thèse que je défends une seule fois à la TV ou à l’école...
      Mais je vous remercie tout de même pour m’avoir indiqué des ouvrages à lire sur la question.


    • Croyez ce que vous voulez croire, je n’y puis rien, face à un "pontifieur" qui ignore que la responsabilité maçonnique en 39 n’est pas moindre qu’en 14 et qui même est le seul ici à ignorer que notre pire boucherie, la Révolution, fut exclusivement une œuvre maçonnique ("Oui, mais Danton c’est pas Robespierre" Et Clemenceau c’est pas Jaurès, et mon oncle c’est pas ma tante) ... je capitule et vous laisse raconter tout ce que vous voulez. Il n’est que trop évident qu’un vieux con comme moi n’a rien à vous apprendre, ô brillant successeur du fils d’Oloros.


  • Curieux : on nous sucre souvent le passage où l’aéroport (je parle de Charles de Gaulle, pour ceux qui n’auraient pas compris), où l’aéroport, je disais, continue de parler... mais tout d’un coup sur un fond d’hymne britannique... Il est donc bien sûr porteur de signification (et ironique) qu’on entende cet hymne dans les alentours alors que simultanément l’aéroport parle d’une France "libérée par elle-même" (sans mention du monde anglo-saxon)... et alors que deux ans plus tard, en 1946, se produisent les accords Blum-Byrnes...

    La France "libérée par elle-même", la France "qui se bat", est une France qui se bat, oui... mais contre certaines invasions et pas contre certaines autres, elles, plus subtiles mais pas pour autant moins néfastes au regard de ses intérêts supérieurs.

     

    • #944001

      Tu préfères les boches ?


    • @ vive de gaulle : plutôt avec que parmi, mais grand oui.


    • Entre les boches, et toute la racaille importé après de gaulle , le choix est vite fait.


    • Avec les boches nous n’aurions pas eu l’immigration de masse extra-européenne.
      Des fois j’en viens presque à regretter tonton Adolf.


    • @Vive de Gaulle
      Remarque stupide !
      Les boches eux, ne nous ont rien fait contrairement à la judéo-maçonnerie et aux républicains qui ont poussée la France dans la guerre en déclarant la guerre à l’Allemagne après avoir désarmé le pays par une politique pacifiste. Ceci explique pourquoi nous avons été envahi. Quand on déclare une guerre, on fait en sorte qu’elle soit gagnable, à moins qu’il ne s’agisse là d’une stratégie pour détruire la France...
      Je rappelle que Pétain a permis que la France ne soit complètement envahi par l’Allemagne et que la politique de collaboration nous permettais de lutter contre ceux qui nous avait jeter dans la guerre. L’honneur d’un homme, c’est de refuser de se battre contre l’Allemagne et de s’unir avec elle contre l’ennemi commun.


    • A "Vive De Gaulle"

      Moi oui, je préfère les Allemands.
      En tout cas, vu l’état du pays des grenouilles je rigole doucement quand on me parle de "Grande Nation". Un peuple qui porte au pouvoir des Sarkozy et des Hollande, qui aurait voté Strauss-Khan sans l’incident de la bite baladeuse, ce pays mérite de disparaître et va disparaître.


    • « Tu préfères les boches ? »

      Beaucoup, ici, préfèrent les français...

      Donc, "Vive De Gaule", d’accord, et surtout "Vive la France" !


    • #944526

      Bah, les Américains, les saxons et les Israeliens ou bien les Allemands... C’est un choix qui n’est pas si évident pour tout l’monde... De un et de deux, que je sache l’Allemagne vous imposent toujours ses diktats...


    • Je trouve beaucoup de commentaires juste ridicules... A tous ceux qui affirment préférer les Allemands allez plutôt poser la questions à vos parents/grands-parents qui ont vécu à cette époque ; bien sûr qu’il y a une des crimes alliés en France (bombardements alliés dans le nord de la France par exemple), il est important de le souligner, mais la proportion de ceux-ci était quand même bien différente entre de celle des Allemands - je parle pour la France. Et puis à mon sens, tout est question de degré : il y a eu une forte influence anglo-saxone et sioniste en France durant les 30 glorieuses ; mais le degré de cette influence était totalement inférieur à celle d’aujourd’hui ! N’oublions pas le discours de de Gaulle en 1967 ; c’est sous sa présidence que la France à connu l’acmé de sa grandeur et de son insoumission dans la seconde moitié de XXème siècle. Enfin, n’oubliez pas qu’aujourd’hui, toute la racaille Hollande Valls Jupé et compagnie collabore avec l’Empire, s’y soumet de la même manière que Brasillach, Laval ou Doriot le faisait vis à vis de l’Allemagne.


    • Alburi, vous racontez n’importe quoi. Laval et Doriot ? De Gaulle vous a répondu : "C’est une justice à leur rendre : ceux qui, en très petit nombre, choisirent le chemin de la boue n’y renièrent pas la patrie. Porte ouverte sur le pardon." Ne vous cachez pas derrière de Gaulle, patriote malgré ses défauts, pour nous répéter des mensonges sionistes et francs-maçons imposés dans les années du mitterrandisme cancéreux. Si vous étiez gaulliste, vous fleuririez la tombe de Pétain et reconnaîtriez le patriotisme incontestable des collaborateurs. Sur la trahison de nos chefs actuels en regard de Vichy, un discours de M. Bruno Gollnisch vous a depuis longtemps répondu : de plus grands abandons de souveraineté, sans force d’occupation ! Sur l’excuse des horreurs de l’Épuration (1944-1946) par les efforts gaullistes d’indépendance nationale (1958-1969) l’anachronisme saute aux yeux ! Les échecs de cette seconde page du gaullisme, d’ailleurs, furent causés par la soumission maçonnique et sioniste de la IVe République, soumission causée par les monstruosités de l’Épuration, donc, en fin de compte, par cette première page du gaullisme que vous défendez !
      J’ai eu du mal à croire mes yeux lorsque j’ai lu que vous disiez que les bombardements allemands sur la France auraient été pires que ceux des alliés : !?!?!?!!! Menteur ou affabulateur ! Zéro ! Sur vingt ! Pour mémoire, sur 41,8 M de Français, 535 000, soit 1,3%, périrent entre 1939 et 1945. 205000 combattants contre l’Axe, de 50 000 à 60 000 combattants contre lesAlliés, 70 000 civils sous les bombes alliées, 40 000 (?) sous leurs obus, et de 15 000 à 20 000 innocents (seuls 768 avaient été jugés) lynchés, massacrés ou torturés à mort à l’Épuration ! Les Alburis fermaient les yeux, ils étaient contre la peine de mort... et tout contre l’assassinat ?
      1,3% de Français tués en 39/45 ; combien en 14/18 ? Sur 39,5M : 1,3M de combattants + 0,21M de civils + grippe espagnole, soit près de 5%. Et sous la Révolution ? Sur 27M de Français, 600 000 combattants et 800 000 civils, soit 5,2% ! Vive la franc-maçonnerie, Alburi, hein ?


    • 3888

      Mais beaucoup de collaborateurs aimaient sans doute bien leur pays, d’accord ! Mais ils pensaient que le seul moyen de sauver le pays, c’était de passer par la soumission avec l’Allemagne, excusez moi mais je pense que c’est clair ! Aujourd’hui, une partie de nos dirigeants - bon pas tous, hein - aime sans doute la France, mais ils pensent que la seul manière de la sauver se trouve dans la soumission, consciente ou pas d’ailleurs en fonction souvent de l’échelon à laquelle ils appartiennent. Ensuite, bon sang, je ne défend pas l’épuration ! Déjà, c’est pas 20 000 morts mais plus autour de 10 000 en général, en fonctions des différentes enquêtes. Vous avez néanmoins raison sur le nombre de ceux qui furent jugés. Alors ensuite je n’ai pas compris votre raisonnement sur la quatrième république - si vous pouviez précisez plus clairement, Ce que je voulais dire c’est que le vrai, c’est le tout et qu’on ne peut résumer de Gaulle à la seule épuration ; je ne pense pas que de Gaulle aurait accepté les exécutions sommaires d’ailleurs.
      Pour les chiffres, j’ai pas envie de dire de bêtises mais : les pertes militaires s’élèvent à 250 000, je suis d’accord. Mais les pertes civiles s’élèvent, elles, à 350 000. Donc si je reprends vos chiffres, j’ai 70 000 + 40 000 + 20 000 (en disant 20 000 donc et pas 10 000) = 130 000 tués environ par les alliés. Or 350 000 - 130 000 = 220 000. Donc on voit, il me semble, que l’axe est responsable de plus de pertes que les alliés, et ceux de manière non négligeable ; mais je suis pleinement conscient que ce n’est pas une raison pour oublier les crimes alliés !
      Pour la 1er guerre, je suis d’accords : les proportions furent plus importantes et les puissances de l’argent, ainsi que la franc-maçonnerie ont joué un rôle non négligeable dans ce charnier. la Révolution, c’est plus compliqué ! Danton ce n’est pas du tout Robespierre ! Le premier pensait à ses intérêts et à ceux de la bourgeoisie, le second - malgré des défauts nombreux - au peuple, et véritablement ! pourtant, ils étaient tout deux Franc-maçons...


    • (À Alburi) Votre cœur est-il plus dur que celui de Churchill ou bien estimez-vous que les Alliés avaient le droit de passer sur les cadavres de nos civils por abattre Hitler ? Tandis que les Allemands étaient des criminels à mener comme ils l’ont fait la guerre que NOUS leur avions déclarée.
      Je ne vous accuse pas de DÉFENDRE l’Épuration mais de l’ABSOUDRE puisque vous vomissez sur les collabos, c’est votre droit, sans un mot de compassion spontanée pour les victimes presque toutes innocentes de l’Épuration. De Gaulle n’a pas fait condamner les criminels de l’Épuration sauvage. Il a permis aussi de couvrir, par sa réputation intacte, le retour des corrompus de la IIIe République qui, avec les criminels de l’Épuration sauvage, furent la cause de la décadence de la IVe. Elle sombra dans le sionisme et la franc-maçonnerie et s’effondra. Alors vint le de Gaulle qui voulut rendre à la France son indépendance, mais il le fit sur le sable mouvant de ce qui subsistait de la IVe, donc ce fut l’échec, et c’est ce qui a laissé la France sur sa pente actuelle. Sur une pente, on glisse de plus en plus bas, notre déclin continue.
      Ne me rèpondez plus, je vous prie, il est évident que vous n’êtes encore qu’au début d’une prise de conscience plus large, et je suis las d’enfoncer avec vous des portes ouvertes, de redire sans fin ce que chacun sait. Dans quelques années, vous verrez que vous avez été injuste. Par exemple en traitant de "soumis" des gens qui ont assumé tous leurs actes, même les pires, ce qui est l’inverse de la somission, qui offre l’impunité. Soumis, Brasillach qui aurait sauvé sa vie s’il était resté quelques années mais se livra à une mort certaine pour qu’on libérât sa mère emprisonnée comme en otage... Laval qui voulut dans les années trente nous renforcer contre le IIIe Reich, qu’il avait remarquablement isolé, puis risqua gros pour empêcher cette folie, cette seconde moitié du suicide collectif européen de 1914 : notre déclaration de guerre à l’Allemagne qui, quoi qu’il dût advenir, impliquait que nous ne serions plus autonomes. La défaite qu’il avait voulu éviter vint... Il collabora, assuma tout, refusa le bandeau et demanda à commander le peloton d’exécution ! Soumis, Doriot, qui s’était battu contre l’Allemagne mieux qu’un lion, lui dont toute la vie fut une longue révolte et qui, au lieu de se retourner quand il pouvait sauver sa vie, pour assumer sa actes s’enfonça encore, jusqu’à prendre l’uniforme SS quand la défaite était certaine...


    • On peut préférer les chiffres de mon contradicteur ; voici, selon les sources récentes les plus sûres que je connaisse, les pertes françaises pour 39/45 : dues à l’Axe, 205 000 militaires et 145 000 civils ; dues aux Alliés, un peu plus de 125 000 civils et un peu moins de 60 000 militaires ; dues aux bombardements aériens : 70 000 par les Alliés, peut-être 25 000 par l’Axe. Total 535 000 soit 1,3% des 41,8M d’habitants, contre près de 5% en 14/18 et plus de 5% sous la Révolution. Et, en sus de toutes ces horreurs, la perte de notre indépendance.


  • Tiens l’avant garde de la République d’alors ?


  • On ne vous l’a pas dit mais sur les plages de Normandie les américains étaient venus pour pècher la crevette .

     

    • ...des crevettes anglo-américaines dont les bombardements ont tout de même fait 90000 morts français !..et ce n’était pas des morts d’indigestion ! Morts dont les familles ne percevront pas d’indemnisation comme certaines ! Des morts anonymes qui ne valaient pas un sou !

      ....et c’est bien pour cela que , de Gaulle, qui ne prisait pas forcement ce type de crevettes, s’est toujours refusé à être présent lors des commémorations du débarquement de Normandie !



  • Si l’armée allemande n’avait pas été défaite en URSS, jamais de Gaulle n’aurait réussi ce qui fut le plus gros coup de poker menteur de l’histoire. Planqué durant quatre ans à Londres pendant que la France souffrait (faute à ses élites de l’époque qui l’ont poussée dans une folie), il ose revenir en sifflotant durant les derniers mois du conflit et alors que les carottes sont déjà cuites pour le Reich. Si ce dernier l’avait emporté, de Gaulle serait resté ce qu’il a été pendant tout ce temps : un soldat félon, ayant bâti son mythe sur la légende d’une France qui aurait dû poursuivre le combat en 40, alors que tout était déjà largement perdu (et que ses amis anglais l’avait lâchée). Le terme de "débâcle" ne doit rien au hasard...

    On notera au passage qu’il saura faire oublier l’immense popularité dont jouissait Pétain durant toute l’occupation, une réalité, qu’on le veuille ou non.

    Dommage qu’il ait attendu la fin de sa vie pour ouvrir les yeux, et donner ses lettres de noblesse à ce que l’on nomme aujourd’hui "gaullisme", et dont la France a bien besoin.

    E&R, j’adhère à 99,99 %, mais comme symbole de réconciliation nationale, y’avait mieux à trouver que de Gaulle, qui fut plutôt un diviseur professionnel et un créateur de haine post-44.

     

    • De gaulle etait a Londres pour negocier des fonds,des armes et autre nerfs de guerre pour la resistance.


    • Vous faites parti de ces français qui ne veulent pas voir la fierté là où elle est. De Gaulle était animé par la passion de son pays, il a tout fait pour rendre la France digne, indépendante et surtout fière d’elle. Sachez aujourd’hui cher monsieur que si la France compte encore un peu dans le monde c’est grâce à lui, son talent de visionnaire l’a guidé vers la mise en avant de nombreux talents français, il a fait de notre pays l’un des leaders mondial de l’aéronautique (tiens ça marche encore 50 ans après)... Concorde... Caravelle, Airbus.. et j’en passe. Il a fait de la France l’un des rares pays doté de l’arme nucléaire, donc capable d’être un minimum indépendant. Il a mit la France sur la voie du développement industriel dans l’après guerre, nucléaire, ferroviaire, armement, énergie, et j’en passe.
      Arrêtez de juger sur ses faits de guerre, regardez plutôt ce qu’il a offert à la France lorsqu’il était président, sa capacité à la faire rayonner à l’international, il a fait de la France le premier pays à reconnaitre la République populaire de Chine (aujourd’hui les Chinois s’en rappellent encore et ont finnancé la restauration de la Croix de Lorraine de Colombey les Deux Eglises), que dire encore de son triomphal "Vive le Québec Libre" qui lui a attiré les foudres des anglo-saxons ? Que dire de sa visite historique en URSS alors que les pays occidentaux n’osait à peine prononcer le mot URSS ? Que dire de sa visite dont le Mexique se rappelle encore dans les années 60 ? Stoppez votre ignorance, il était insolent comme son pays, et a su rendre à la France tout son prestige à l’international, il était fier d’être français, animé par l’intérêt général et se foutait éperdument des américains.
      Révisez votre histoire et regardez tout ce qu’il a fait pour la France... sans lui nous serions sous administration soit allemande, soit américaine, alors arrêtez vos histoires, quand on n’y connait rien on ne dit rien. Dois-je vous rappeler qu’il s’est battu après la libération de la France pour éviter d’avoir une monnaie américaine en France ? Qu’il s’est battu pour mettre des préfets français dans les régions ? Qu’il a claqué la porte de l’OTAN car on ne respectait pas sa patrie ? Et tant d’autres fais mémorables. Il aimait son pays à sa juste valeur, il croyait en lui et n’entendait pas se faire dicter sa politique par des allemands ouUSA
      Le problème est la trahison des dirigeants d’après, indignes de la fonction qui ont entaché le prestige qu’il avait laissé.


    • Jean, l’argent de la France gaulliste lui était donné par les partisans de la guerre, qui voulaient passer pour une coalition de nations et auraient de toutes façons utilisé toutes leurs ressources à la guerre. Jusqu’au ralliement de l’armée de Vichy en A.F.N. (novembre 1942), de Gaulle ne représentait rien militairement, et bien peu après (1,3M de combattants français en 1945, presque entièrement dépendants pour les armes, munitions, vivres et carburants, contre 5M de combattants anglo-saxons en Europe, largement ou entièrement autonomes, et 12M de soviétiques soutenus par une immense force industrielle).
      Jean-Pierre, je suis d’accord avec vous, et souhaite ajouter que, selon les enquêtes des renseignements généraux, 58% des Français avaient à l’automne 1944 une bonne opinion du maréchal Pétain, et que le grand parti gaulliste d’après-guerre, le M.R.P., était justement surnommé "machine à ramasser les pétainistes".


  • Très juste, Pelagia ! Je voudrais ajouter que M. Philippe de Gaulle a dit que son père détestait ce discours, à cause du mensonge consistant à prétendre que Paris se serait libérée elle-même.
    Ce discours fait parti des mythes qui entourent ces années, comme la fameuse question prêtée à Hitler : "Paris brûle-t-il ?" Mensonge ! Il n’a jamais dit cela !
    Le seul avantage du discours du 25 août est qu’on ne peut pas en dissimuler les mensonges, puisqu’il est enregistré, contrairement à celui du 18 juin 1940.

     

  • Toutes ces commémorations, en dépit des apparences, sont de la pure propagande juive, croyez-vous que les patriotes ISRAELIENS de l’Elysée célèbreraient un évènement qui ne leur aurait pas été profitable ?

     

    • Exact.
      De Gaulle a fait le sale boulot pour la communauté qu’on n’a pas le droit de nommer pendant la guerre, il faut bien qu’il soit remercié pour ses services...


    • OMG ca existe encore les gens qui pensent que les Alliés ont fait la 2nde guerre mondiale pour sauver les juifs ? Surtout que De Gaulle a toujours eu des propos antisemites (à raison). Tout cela n’a été qu’une question de pouvoir et de victoires sur l’Allemagne. Le sauvetage des juifs n’a été qu’une conséquence "miraculeuse".


  • Pourquoi de pas mettre la figure de De Gaulle sur la bannière du site ? Je m’étonne qu’il ne soit pas une des premières personnes à y figurer.

     

    • Parceque c’est "grâce" à De Gaulle qu’on est dans la situation actuelle.
      Ce que les médias appellent "la libération", n’a été que le début de la descente aux enfers de la France : immigration massive, endettement massif, chomâge, féminisme, antiracisme....


  • Les crétins de service, les pétainistes rabougris et autres préposés au commentaire oublient un fait essentiel : de Gaulle agissait en tant que politique en 1944, et pas comme auteur révisionniste en 2014 avec 70 années de recul historique. Son rôle était de remobiliser autour de lui en recomposant au plus vite l’unité nationale, pas d’analyser le "dessous des cartes" ni de commencer à accabler les Français (la repentance, ça vous plaît ?) ou de se mettre à délirer au micro sur la banque Rotschild !

    Ah, les fameux "patriotes", tu parles...

     

    • Tout à fait d’accord. Ca fait plaisir de voir des commentaires positifs vis à vis de de Gaulle au milieu de toutes ces critiques.


    • Il a été tout sauf un rassembleur : aveuglé par un égo démesuré et ses rêves de grandeur personnelle, il a tout fait pour créer cette fable qui a permis cette horreur que fut l’épuration, non sans donner certains gages, notamment aux communistes.

      Jacques Isorni (un vrai homme libre, lui) démontre parfaitement dans ses mémoire le personnage controversé que fut le général de 44.


    • Comentaire en partie exacte, sauf concernant la banque Rotschild qui elle est responsable de tous les maux...


  • Vive la France, vive de Gaulle !


  • Tous ceux qui auraient pu être de potentiels rivaux politiques de De Gaulle ont eu des "problèmes." Darlan (bien qu’à Vichy il se rapprochait de plus en plus des américains), Leclerc, Jean Moulin. C’est étonnant.
    Il lèchait les bottes du Maréchal avant la guerre, puis l’a désavoué. Il a même désavoué le grand résistant Colonel Rémy pour son pétainisme. On parle même pas de son ouvrage Le fil de l’épée traduit en allemand juste avant la guerre où il évoque les manques de notre armée.
    J’ai du respect pour le Président de la République mais pour le reste c’est malheureusement un oportuniste qui avait besoin de salir l’image de Pétain pour prendre sa place.


  • Il y a tant à dire et à redire sur De gaulle (notamment sur sa mégalomanie), mais il fait parti du roman national.
    Et puis quand on voit ceux qu’il l’on succédé....
    Un lien intéressant https://www.youtube.com/watch?v=-Qr...


  • @ Vive de Gaulle

    Que je sache, ce n’est pas l’Allemagne qui a déclaré le conflit de 1939, mais bien Chamberlain et Daladier, en totale illégalité !!!

    Par contre, c’est bien l’Allemagne qui a proposé, à plusieurs reprises, un désarmement multilatéral comme le prévoyait le traité de Versailles. Désarmement refusé par les alliés…et la SDN !!


    - C’est bien l’Allemagne qui a proposé que sa flotte n’atteigne jamais les 2/3 des tonnages des flottes Anglaise et française cumulées !
    - C’est bien l’Allemagne qui a proposé, à plusieurs reprises, la signature de traités de paix et de non agression sur 25 ans.
    - C’est bien l’Allemagne qui a proposé le 6 octobre 1939, à l’Angleterre et à la France de signer un traité de paix ! …. refusé (encore) illégalement par Chamberlain et Daladier !
    - C’est bien l’Allemagne qui a de nouveau proposé , le 19 juillet 1940 à l’Angleterre un traité de paix sans dommage de guerre !

    ..et bien d’autres initiatives, officielles et officieuses, pour éviter la catastrophe ont été formulées par l’Allemagne soucieuse de la paix en Europe !

    - C’est bien l’Allemagne qui en 1944 a encore lancé une proposition de paix séparée avec les alliés en échange de l’expulsion de 500000 juifs en contrepartie de la livraison de 10000 camions destinés au front de l’est afin de mettre un terme à la dictature stalinienne.

    Pourquoi ne trouve-t-on aucune trace de ces propositions avérées et aisément vérifiables dans nos manuels d’Histoire ?

    Symétriquement, nous pouvons légitimement nous interroger sur l’absence totale d’initiative de règlement pacifique des conflits par les diplomaties alliées qui ont toujours préféré les menaces à la politique du bras tendu et les réunions autour d’une table ronde. Pourquoi ???

    L’examen des faits montrent donc clairement de quel coté se trouvaient les pacifistes et de quel coté se trouvaient les va-t-en-guerre ! Toutes les tentatives de règlements pacifiques ayant échoué, l’Allemagne n’avait d’autre choix que d’assurer sa survie par les armes !

    En France les pacifistes, patriotes et réalistes, ont été rebaptisés pour la circonstance « collabos », et souvent assassinés pour leurs clairvoyantes et humanistes convictions.

    Si ces martyres avaient été entendus, l’humanité aurait fait l’économie de 70 millions de morts et évité que ne coulent des flots de sang et de larmes !!!....Pourtant il était très facile d’éviter cette boucherie !!!!.... mais certains en avaient décidé tout autrement...... !

     

    • Pourrait-on avoir les sources de toutes ces informations ?


    • C’est pourquoi, en Mai 1945 quand l’écrivain américain Ezra Pound fut fait prisonnier par ses concitoyens, il déclara à un reporter :

      "Hitler fut comme Jeanne D’Arc. Il fut un saint et un martyr."

      PS : "Le travail et l’usure" d’Ezra Pound est disponible sur Kontre Kulture.


    • #946068

      100% sur votre ligne a propos de ce sujet. Lucien Rebatet et Maurice Bardèche confirment vos arguments dans leur ouvrages, pour le premier " les décombres" et pour le dernier " Nuremberg ou la terre promise".


    • @ alburi /

      Pour ce qui est de la période qui a précédé le conflit de 39/45, vous trouverez confirmation de mes propos dans excellentissime ouvrage de Benoit-Méchin "Histoire de l’armée allemande 1918-1939" de quelques 1500 pages. Ouvrage de référence, bien connu des spécialistes !!! Ouvrage parfaitement référencé relate en quelque sorte l’histoire de l’Europe et nous éclaire sur les (vraies) origines du conflit. Cet ouvrage est indispensable pour celui qui désire structurer sa vison sur cette période. De Gaulle avait fait acheter 150 exemplaires de cette édition pour l’Ecole de Guerre. Je ne doute pas qu’aujourd’hui, que ces exemplaires aient disparu des étagères de notre glorieuse école.

      Pour les propositions de paix des 6/10/39 et 19/07/40 il faut se rapporter aux discours du chancelier fait au Reichtag à ces 2 dates. Discours de forts retentissements, par lesquels il fait au peuple allemand le compte-rendu des propositions de paix formulées et informe ses compatriotes qu’en réponse à ses propositions, les alliés l’avaient qualifié de couard, de lâche et de poltron refusant le combat. Notons le niveau de responsabilités de nos gouvernants de l’époque et leur volonté d’engager puis de poursuivre la boucherie sans bien entendu en référer au peuple ! Il faut lire ces textes et non les résumés totalement déformés que l’on trouve un peu par tout.

      Notez, qu’avec un peu de temps, tout est aisément vérifiable sur le net ;

      En complément, pour ceux que cela intéresse, je recommande la lecture d’un autre ouvrage non moins excellentissime de Benoit-Méchin, " Les 60 jours qui ébranlèrent l’occident !", en quelques 1300 pages fortement référencées , l’auteur relate les évènements avérés et validés qui se sont succédés entre mai et juillet 1939. Le canevas des évènements fait apparaître un scénario bien éloigné de l’Histoire officielle et des fameuses zeures sombres de notre histoire et surtout des responsabilités de nos politiques-donneurs-de-leçons dont bon nombre ont embarqué sur le Massilia, et certains avec leur famille, pour aller siroter confortablement un thé à la menthe dans les douillets hôtels de Casa, d’Alger puis de Londres au frais des contribuables qui vivaient avec les tickets de rationnement.


    • Merci de m’avoir donné les références ; je vais voir cela de plus près lorsque j’en aurai le temps.


    • Alburi, parmi les sources de Julie Zahak, il peut y avoir Paul Rassinier (député socialiste, pacifiste, résistant, déporté, premier révisionniste), TOUS les journaux de l’époque, TOUS les historiens... n’importe quelle encyclopédie... D’où tiendriez-vous une autre version que celle admise jusqu’ici ? Vos sources !


    • Si dans les faits, ce que vous dites est vrai (tandis que les manuels d’histoires ne l’ont jamais rapporte) notamment le fait que l’Allemagne ait cherché une armistice avec les Alliés, il ne faut pas non plus se leurrer.
      D’un côté, si l’Allemagne voulait cette fameuse paix, c’est parce qu’elle l’avait durement mérité en écrasant ses adversaires. Ils voulaient au plus vite la paix à l’Ouest pour s’occuper de la Russie. Nullement pour une quelconque stupide volonté de paix. Et n’oublions pas le fameux pacte de non agression qu’ils avaient signé avec les Russes avant de les poignarder sauvagement (notamment à Brest Litovsk).
      D’un autre côté, les Alliés ne voulaient pas de cette amitié car ils préparaient la contre offensive en forçant les US à rentrer dans le conflit. Ils se savaient plus forts avec les Etats Unis et la 2nde guerre mondiale n’a jamais été une volonté de sauver leurs juifs mais une simple question de pouvoir. Comment contrecarrer les plans d’une Allemagne grandissante et économiquement puissante ? Voila leur seule réelle question.

      Quant aux collabos, étant donné que la France était en conflit avec l’Allemagne, si l’on veut être patriote, on ne peut se résoudre de trouver des excuses ridicules et pitoyables telles que celles-là. S’il y avait eu une espèce d’alliance France - Allemagne , je ne dis pas (et ne me parlez pas du régime ridicule de Vichy). En bon patriote, on ne peut tolérer et accepter ce que son ennemi nous dit de faire et de le faire gracieusement. Après, Pétain a toujours été patriote et a voulu sauver son peuple. Il a été victime de son amour pour la France, mais aussi de son entourage malsain. Il s’est sacrifié pour la nation en jouant le méchant.


  • #945485

    De Gaulle ... ... c’est pas un type qui disait devant un micro en 1958 (décidement c’est un abonné au micro, le général ...) a Mostaganem un certain 6 juin, (et cette fois pas sur un poste a galène) :
    " Vive l’algérie française !!!".
    Il n’a pas fait que de dire conneries, il les a faites aussi c’est pour cela qu’on a donné son nom a des boulevards et des avenues, parce que ça fait chic.


  • J ’ai vraiment l’impression quand je vois certains commentaires que d’aucuns auraient souhaité la victoire du reich. Pauvre de vous, vous n’etes ni français, ni humains. Vive De Gaulle et vive la France !

     

    • Dizam25, je suis désolé que vous vous pensiez cela. Je crois seulement que je serais ignoble d’accepter qu’on ne pleure que les victimes innocentes des vaincus. Jamais celles des vainqueurs. La libération de Paris ? Michel Audiard avait écrit que la prostituée qu’il aimait avait été, en plein jour, violée et torturée à mort, ses assassins, en riant, pissant ensuite sur son cadavre. Voyez (de 6m31s à 7m39s) : http://m.youtube.com/#/watch?v=3mzi... De 15 000 à 20 000 fois ça, impunément (je confirme mes chiffres). D’autres cas : http://m.youtube.com/watch?v=uAS6QP... Lire aussi les ouvrages de Paul Rassinier, bouleversants d’honnêteté. Si l’on croit que la France a gagné les deux guerres mondiales, c’est qu’on en a pas mesuré le coût, irréparable.


  • Afficher les commentaires suivants