Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Donald Trump fragilise l’accord sur le nucléaire iranien, sans le “déchirer”

Ce sont les médias israéliens, très présents sur Twitter, qui ont annoncé en premier et avec satisfaction la position de Trump sur l’accord irano-américain.

 

 

Littéralement : « Netanyahou a le dernier mot après la décertification de l’accord nucléaire passé par Obama avec l’Iran ».

Sa remise en cause possible est l’assurance d’une déstabilisation internationale que les Israéliens appellent de leurs vœux. Donald Trump a plié devant les intérêts israéliens. Il reste au Congrès à retoquer la décision du président ou à aller plus loin...

Et comme une bone nouvelle n’arrive jamais seule, c’est Audrey Azoulay, considérée comme « candidate juive française » par Haaretz, qui remporte l’élection au poste de directeur général de l’UNESCO :

 

 

Première réaction de l’IRIS :

 

 

- La rédaction d’E&R -

 


 

Lors d’une allocution très attendue prévue en fin de journée, le président américain pourrait ne pas certifier que l’Iran respecte ses engagements. Cette remise en cause partielle de l’accord de 2015 ne signerait pas le retrait des États-Unis de l’accord, mais ouvrirait une période de grande inquiétude.

 

Après des mois de spéculations, Donald Trump se prononce ce vendredi sur le sort de l’accord sur le nucléaire iranien, qu’il devrait fragiliser sans aller jusqu’à le « déchirer » comme il avait menacé de le faire pendant sa campagne. Le président américain a prévu de faire son allocution à 12h45 (18h45 à Paris) depuis la Maison-Blanche. Cette probable remise en cause, au moins partielle, de l’avancée de son prédécesseur Barack Obama pour empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique sera scrutée avec attention à Washington comme à travers le monde. Elle s’annonce déjà comme l’une des décisions les plus controversées de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir il y a neuf mois.

Le président américain, qui considère que l’Iran ne respecte « l’esprit de l’accord », est, de fait, très isolé sur ce dossier : Téhéran bien sûr, mais aussi tous les autres signataires de ce texte historique – Moscou, Pékin, Paris, Londres et Berlin – ont mis en garde contre un retour en arrière aux conséquences imprévisibles. S’il ne devrait pas se retirer de cet accord conclu en juillet 2015 par l’Iran et le Groupe des Six, Donald Trump pourrait ouvrir une période de grande incertitude en refusant de « certifier » le fait que Téhéran respecte ses engagements, en dépit des assurances en ce sens de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

« Cela pourrait sérieusement aggraver la situation concernant le dossier nucléaire iranien », affirme ainsi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Des actions de ce genre vont assurément affecter la prévisibilité, la sécurité, la stabilité et la non-prolifération dans le monde entier. » Pékin a aussi appelé vendredi matin Washington à préserver cet accord, « important (...) pour la non prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité de la région ».

 

Le Congrès tranchera

Depuis son entrée en fonction, Donald Trump a accepté de certifier à deux reprises cet accord, une démarche obligatoire par laquelle le président américain informe tous les 90 jours le Congrès du respect par l’Iran des engagements pris sur le contrôle de son programme nucléaire.

Une « non-certification » enverrait la balle dans le camp du pouvoir législatif américain : les parlementaires auraient alors 60 jours pour décider de ré-imposer, ou non, les sanctions levées depuis 2015. Un retour des sanctions signerait clairement la mort de cet accord âprement négocié. Mais d’autres scénarios sont possibles, d’autant que plusieurs membres de l’administration Trump, au premier rang desquels le général Jim Mattis, chef du Pentagone, ont affirmé que le texte était dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis.

 

Que vont faire les élus américains ?

« C’est notre inquiétude », reconnaît un diplomate occidental, pressant les sénateurs de trouver un « compromis pour ne pas tuer l’accord ». Les détracteurs de l’accord espèrent que cette phase permettra de convaincre les Européens de le renégocier pour le rendre plus strict encore. Mais la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, dont les entreprises ont commencé à réinvestir le marché iranien, ont écarté toute possibilité de rouvrir les débats sur le texte lui-même. « Si les États-Unis prennent une position hostile à l’égard d’un accord international », « ils ne s’opposeront pas seulement à l’Iran mais au monde entier », a assuré de son côté le président iranien Hassan Rohani, tandis que le président du parlement iranien, Ali Larijani, a mis en garde Washington : « Si les États-Unis sortent de l’accord sur le programme nucléaire de l’Iran, cela marquera la fin de cet accord international ».

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Trump pris en tenaille par l’atlanto-sionisme,
lire chez Kontre Kulture :

L’évolution de l’accord Iran-USA, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A voir si cette taupe va faire "déclassé" Hebron... ?


  • Donal trump suit le calendrier israelien comme tous ses prédécesseurs....

     

  • Comme prévu.
    Les manœuvres coréennes masquent la véritable cible qu’est l’IRAN

     

  • On sent l’influence ( négligée par certains au début ) ,du gendre et ses petits camarades !
    j’avais rajouté à l’époque , que sa fille et ses petits enfants étaient convertis ... et quand la politique s’infiltre ainsi familialement , notre homme aurait d’énormes difficultés .
    Ça se confirme ?!

     

  • Trump est en train de rendre un très grand service aux anti-sionistes et aux anti-imperialisites ! Tous ces peuples vont se tourner vers le seul pays qui ne trahit pas sa parole et qui possède les armes capables de tenir la dragée haute aux armées de l’otan ! Toutes les guerres menées par l’occident consistait à bombarder leurs victimes sans capacités de réplique de ces derniers ! Mais la vente par la Russie tous azimuts de batteries anti -aériennes S300,S400 ... et la fabrication par des pays comme l’Iran de ses propres missiles et autres systèmes de défense, qui bien sûr ne gagneront pas les guerres futurs mais qui infligeront des pertes matérielles et humaines si importante que les criminels de l’otan vont réfléchir à deux fois avant de détruire
    de nouvelles Libye, Syrie, Irak, Afghanistan, Serbie ! Dans beaucoup d’endroits la guerre des lâches n’aura plus lieu , à moins d’en payer le prix fort ce que les peuples occidentaux même lobotomises et anesthésie n’accepterons pas !!

     

  • Trump non seulement est dans la continuité, mais en plus radical, plus pro-israel qu’Obama. Il l’avait annoncé durant sa campagne. Il a été diabolisé non parce qu’il serait contre l imperialisme americain, mais parce qu il montre un visage plus laid.


  • Rien de nouveau sous le soleil, Trump était un laquais d’Israël et un hystérique anti-iran avant son élection et il continue sur sa lancée après celle-ci. Que je sache l’état profond lui tord le bras maintenant mais il ne contrôlait pas sa langue pendant la campagne électorale ??


  • Trump est imprévisible. Il fait tantôt une politique pro israélienne, tantôt une politique pro russe. En réalité personne ne sait ou il va. Dans le monde des multinationales dans lequel il vivait n’a qu’une seule vocation : gagner. Peut-importe combien de pas il fera en arrière, de l’humiliation qu’il subira, ou des moyens qu’il utilisera. L’objectif de Trump est simple utiliser le peu de pouvoir qu’il a pour tromper les lobbys qui l’entourent et peut-être créer des zizanies entre les gens de l’état profond.

    Notamment en s’attaquant systématiquement au LGBT, aux immigrés et à la communauté musulmane. Il divise le camp mondialiste et les soutiens naturels des minorités aux Israéliens. Israël, plus elle gratifie Trump plus elle perd en popularité et plus elle est en définitive isolée.