Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Dur pour les riches : les stations de ski forcées de repenser leur modèle

Notre pointe d’ironie en titre ne doit pas cacher la dure réalité pour les régions concernées : les habitants des Alpes ont besoin de cette économie, mais il semble que pour une triple raison – le manque de neige, les changements d’habitudes vacancières et la crise économique – il faille réorienter un peu les activités de loisirs.

 

 

En été, par exemple, il y a désormais plus de VTTistes que de randonneurs. Le cyclotourisme a supplanté la marche. Pourtant, les régions montagneuses françaises sont accueillantes, typiques et pleines de ressources. La montagne, c’est autre chose que la mer, bordel ! On y respire mieux, on y mange mieux, on s’y ressource mieux, on s’y fait moins voler...

Certes, il y a moins de boîtes de nuit, on y drague un peu moins mais il n’y a pas que le sexe dans la vie, il y a aussi le grand air, les paysages magnifiques, l’effort récompensé... Quelqu’un a-t-il déjà trouvé de la spiritualité sur la côte d’Azur ?
Bon.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Dimanche matin, tous les télésièges de France sont restés à l’arrêt après l’annonce, ce samedi 14 mars 2020, par Édouard Philippe de la fermeture jusqu’à nouvel ordre des lieux publics non indispensables à la vie du pays. Quelques semaines avant la fin habituelle de la saison, c’est un nouveau coup dur pour les domaines skiables, qui souffrent déjà d’un enneigement de plus en plus faible et d’un déclin de leur fréquentation.

 

Les controverses récentes sur le transport de neige par hélicoptère pour pallier l’absence de « l’or blanc » dans une station pyrénéenne ont en effet remis en exergue la fragilité des stations et leur très forte dépendance au ski.

Parallèlement, la traduction citoyenne du résumé pour décideurs issu des derniers travaux du GIEC souligne bien l’accent mis sur les impacts du changement climatique dans les zones de montagne, réaffirmant notamment la vulnérabilité de ces territoires en matière d’enneigement.

 

 

Les stations de ski cherchent en premier lieu des solutions pour pallier le manque de neige (canons à neige, principalement…), et pour cause : le poids économique des stations en matière d’emplois locaux mais aussi à l’échelle de la filière touristique (équipementiers des stations, bureau d’étude, etc.) est colossal.

Mais les « canons à neige » ne suffiront pas à chasser un débat récurrent sur le devenir des stations et de l’économie montagnarde qui y est associée. Les évolutions qu’elles connaissent ne s’arrêtent d’ailleurs pas aux transformations climatiques. Les séjours « tout-ski » ont désormais moins la côte, et les touristes souhaitent également profiter d’offres de bien-être, de ressourcement ou d’autres activités ludiques.

 

 

La fusion des intercommunalités ainsi que la consécration de leur rôle en matière touristique, conséquences de la loi Notre, ont par ailleurs bouleversé les équilibres territoriaux.

Parfois noyées dans des intercommunalités allant de la plaine à la montagne, les préoccupations particulières des communes peuvent se retrouver à la fois diluées par des considérations plus ordinaires de planification foncière (zones d’activité ou urbanisation résidentielle par exemple), et isolées pour assumer leurs responsabilités en matière de gestion des remontées mécaniques, de sécurité sur les domaines skiables ainsi que leur rôle de chef d’orchestre des aménagements touristiques.

 

Le ski ne disparaîtra pas partout

Avec le changement climatique, les incertitudes d’enneigement que connaissent les stations s’intensifient et le niveau de vulnérabilité économique augmente.

Face à de telles évolutions, les stations françaises répondent essentiellement par l’amélioration des techniques de damage du domaine skiable et dans la production de neige de culture. En 2015, le taux de couverture en neige de culture des domaines skiables français s’élevait à 32 %.

 

 

Ayant fait d’autres choix technologiques et organisationnels, les stations autrichiennes peuvent en moyenne couvrir potentiellement 66 % de leur domaine skiable et ce taux peut monter jusqu’à près de 100 % dans certaines régions italiennes. Il avoisine les 40 % aujourd’hui dans le massif des Alpes.

D’ici à 2050, la neige de culture pourra ainsi compenser globalement le manque de neige naturelle. Cette perspective positive ne doit cependant pas occulter la diversité des situations (topographie, climat), ainsi que les grandes disparités de situations quant à la disponibilité de la ressource en eau, en coûts énergétiques et encore plus en capacités financières des stations et des communes concernées pour assurer l’investissement et le fonctionnement de ces équipements en neige de culture. Dès lors, d’autres voies d’adaptation doivent être imaginées.

Lire l’article entier sur theconversation.com

Vers la fin des vacances pour tous ?

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La saison de ski stoppée net à la mi mars, la super classe va-t-elle s’octroyer les pistes et jouir pleinement d’aucune présence des gueux dans les stations mondaine ?
    Berlusconi étant dans les alpes à cette heure...

     

    • Monté vendredi à Verbier, j’ai appris la nouvelle vendredi soir, toutes les station de ski fermé en Suisse.
      Samedi matin au réveil, j’ai jamais vu autant d’héliporté pour skier en hors pistes....
      Pour les moins riches, c-à-d les vrais skieurs, c’était peaux de phoques pour rejoindre les sommets, jamais vu autant de monde en peaux !


  • Ca va "peut être" permettre à certains de s’interroger sur leurs modes de vie - Boulot-resto-ciné-vacance . Reste juste le dodo qui échappe au monde marchand ... et encore !


  • La neige de culture, c’est avant tout de L’ÉNERGIE gaspillée pour que quelques gens glissent sur des planches en composite hors de prix !
    Pour que les mêmes, avant de glisser, remontent les pentes ; il faut aussi de L’ÉNERGIE !

    L’article dit "en 2050, la neige de culture....."

    Parce que vraiment ces gens croient qu’en 2050, il y aura assez de fossiles dispo pour se permettre de les gaspiller pour des plaisirs superficiels de gamins attardés ?

    Là, ils rêvent tout debout les pauvres gens....

    Ou alors le coût des conneries à la neige, augmentera de 500 % minimum, et l’énergie brûlée pour ces conneries, ne se retrouvera pas dans les réservoirs des véhicules d’urgence, et des gens mourront !

    Pas grave, ça sera en majorité des sans-dents, "ceux qui ne sont rien", comme disait l’autre pauvre type là !

    Renseignez-vous sur la notion de "stress énergétique", visionnez les confs de Jancovici........comme par hasard, le couillonavirus offre une possibilité aux puissants de parquer les gueux,a vec interdiction de bouger : "restez chez vous et fermez vos gueules, c’est pour votre bien" !

    Premier essai, premier test.......ça obeit bien, la prochaine fois, on pourra introduire le rationnement des fossiles.eh oui, faudra bien ça pour qu’ils gardent quelques hectolitres, pour leurs jets privés et leurs amusement, ces "zélites" sataniques !

    Pendant ce temps, on conduira les malades en charrette à cheval, et quand l’hosto est trop loin ( merci Bachelot et Sarkozy qui se sont bien amusés à fermer les hostos de proximité), ben le sans-dent aura largement le temps de crever en route.....Ça sera tout bénèfs’, pour toujours les mêmes.....

    C’est que ça ne va pas vite un percheron !

     

  • Ah bien, plus aucun touriste de merde pour polluer mon environnement, vous voyez pas les dégâts sur les forêts, le bruit des voitures qui montent tout les jours, les dynamitages alors que les marmottes sont censées hiberner, que c’est hyper chère, et que j’ai profite à 0% de tout ce tourisme.

     

    • C’est sûr, mais la faute à qui ? A ceux qui ont défiguré vos sites pour se faire du fric et aux " locaux" qui sont bien contents de voir arriver des pigeons à plumer ! Ces stations de ski sont une horreur, un crime contre la nature au même titre que les éoliennes !!!


  • Le ski, c’est 90% de ma joie de vivre. J’aurai skié 4 heures précises cette année. Il restera toujours les Grands montets à 3400 m d’altitude. Ce n’est pas forcément un sport de riche, quand j’y vais je mange des rations, dors dans ma voiture et me lave au bord de la route avec une bouteille d’eau.


  • L’avenir du ski en France est obéré par le fait que les nouveaux "djeunes" ne sont pas intéressés par ce sport, d’où baisse de la clientèle . Si les stations de ski veulent avoir plus de clients, qu’elles baissent leurs tarifs . A quand des stations low-cost ?

     

  • Pourquoi ne font-ils pas venir un pan de banquise ? Ils pourraient le haler avec un chalutier jusqu’à la côte, puis lui faire gravir la montagne en péniche.

    Il suffirait de construire un canal avec des écluses entre la côte et la station de ski.

    Les riches ont sûrement moyens de faire ça.


  • Ce n’est pas une activité réservée qu’aux riches.
    1 fois tous les deux ans quand les finances s’y prêtent c’est agréable d’emmener ses enfants pour un week-end dans les petites stations.
    Je crains qu’avec les techniques nécessaires pour enneiger artificiellement les budgets ne soient plus accessibles même aux revenus moyens.
    Ce n’est pas une activité indispensable mais cela fait une bonne coupure sportive, même sur 1 ou 2 jours, pendant les longs mois d’hiver.

     

  • On skie en Grèce, au Liban, au Maroc.... Alors ces bêtises sur le manque de neige sont des manipulations. On a eu des années plus ou moins enneigées.Au jour de l’an 1963,il n’y avait pas de neige à 2000m.C’est un lieu commun.


  • Qu’ils ferment leurs stations pour friqués qui adorent se faire plumer ! Quant aux autochtones de ces régions ils n’ont qu’à se reconvertir dans les métiers traditionnels pour faire revivre l’authentique et les traditions au lieu de miser sur la "neige de culture" !!!

     

    • La plupart des éleveurs sont double actifs, l’hiver les bêtes à l’étable, une fois la traite finie, ils bossent en station, perchman, moniteur, sauveteurs, quasi toutes les plus petites exploitations tiennent grâce à l’argent gagné au ski pendant l’hiver...


  • #2408883

    Le problème de notre époque, on a fait de la montagne un lieu de loisirs/plaisir/jouissances pour tous, au lieu de trouver sa récompense spirituelle dans l’effort de l’ascension , on va y chercher l’adrénaline de la descente, de la glisse, de la vitesse, aidé par toutes les technologies possible afin de s’y sentir le plus confortable possible, donc ce n’est plus l’ascension par la rudesse de l’effort mais la rapidité de la montée suivie de la descente sous une forme ou une autre pour obtenir son schoot d’adrénaline, principalement pour oublier sa vie dénuée de spirituel dans la vallée ou dans les plaines. Au final les montagnards sont devenus des entrepreneurs/profiteurs/jouisseurs comme les autres ou presque, ils vivent quand même la majorité du temps bien plus confortablement que le reste de la population avec l’argent accumulé grâce au tourisme de masse. Certes la montagne spirituellement c’est pas la côte d’azur, mais au final mis a part le plaisir de l’oxygénation et de la prise d’altitude par rapport au reste du monde, c’est devenu la même merde dès qu’on croise d’autres jouisseurs/vacanciers avec leurs guides de haute montagne (ou sans) . C’est devenu un réseau social virtualisé comme un autre, la montagne. Dites moi si j’ai tord merci.

     

    • Etant un habitant de cette region je peux vous garantir que la majorite des "montagnards" qui se font du buisness par le tourisme dans la region ne sont pas plus montagnard que moi qui suis breton ou parisien. Ils ne sont pas originaire de la region ou alors d’une generation seulement. Ayant une grande partie de ma famille ici aucun ne profite du tourisme. Bien au contraire nous le subissons aujourd’hui avec une vie extrement cher et autrefois agreable car peu de monde à l’époque c’était Paris qui faisait rever. Lorsqu’on aime un endroit sa beaute sa tranquilite on le preserve du tourisme de masse qui detruit tout. Et cest vrai quon se fait beaucoup d’argent a payer une baraque a 500k€ alors qu’ailleurs ça ne coute pas autant. Tous ça a cause de la suisse et du tourisme mondialisé.


    • La montagne comme provoquant des "éjaculations morales", selon Rolland Barthes. "Le guide bleu affectionne les lieux élevés, les défilés sauvages, lieux d’éjaculation morale".

      C’est en effet curieux de constater les réflexions d’ordre moral déclenchées par la contemplation de la "montagne". A une époque assez récente, la montagne était considérée comme inhabitable et plutôt à fuir. Que s’est-il passé ?

      Je pense personnellement que la "montagne" et la "mer" sont des inventions des guides touristiques pour anglais. Il y a Chamonix et avant il y a eu Dinard, Saint-Briac et Saint-Lunaire.... Tiens, les snobs prénomment parfois leur lardon "Briac" mais pas "Lunaire"

      Et à chaque fois que les anglais s’installent quelque part, ils foutent en l’air le paysage. Pierre Loti a écrit un livre : "l’Inde sans les anglais". Ah ! Le monde sans les anglais ! Leur "comfort", leurs "sport". L’aversion qu’ils inspirent.


  • Les habitants des Alpes ont besoin de cette économie, pourtant ils ont très bien vécu sans des milliers d’années. L’industrie touristique déstructure les liens sociaux et culturel avilie l’individu au dieu de l’argent. Les skieurs s’y rendent non pour découvrir la montagne mais pour la consommer voir et se faire voir.Les stations n’ont rien d’écologique elles participent à l’artificialisation de la nature, à l’anéantissement du vrai, du beau, du vivant au même titre que les parcs d’attractions, zones industrielles, et autres cochonneries à faire du fric du monde libéral.

     

    • Ah toujours là pour tapper sur le méchant libéralisme qui n’existe pas en France.....j’ai comme l’impression qu’en France vous avez un rapport bizarre avec l’argent ,l’économie de marché et la libre entreprise. Peut être est-ce du à votre religion catholique ( jai remarqué ce problème dans d’autres pays catholiques,) comme si votre rapport à la marchandise était tabou


    • "Peut être est-ce du à votre religion catholique ( jai remarqué ce problème dans d’autres pays catholiques,) comme si votre rapport à la marchandise était tabou".

      Le dernier que j’ai entendu dire que l’homme n’était pas "une marchandise comme les autres" n’était pas très "catholique".......




    • .j’ai comme l’impression qu’en France vous avez un rapport bizarre avec l’argent ,l’économie de marché et la libre entreprise. Peut être est-ce du à votre religion catholique



      Un huguenot exilé à Genève ?


  • Eh oui, il n’y a pas de neige, alors on en fabrique, et ceux qui vont au ski vont vous parler d’écologie pour le pauvre con qui aura des difficultés à passer sa voiture d’occasion au CT pour aller bosser .Eh oui ! il faut rentabiliser l’industrie des sports d’hiver avec les studios à 1500 euros la semaine à 6 dedans à bouffer des pizzas ,les remontes pentes et tout le reste .Ça fait cher la glissade .Mais bon ,chacun ses gouts .


  • Effectivement étant natif de cette région (Annecy) ça fait du bien de voir que les Touristes ne vont pas venir nous polluer cette année mais bon ça ne durera qu’un temps. Tant que la suisse aura besoin de frontalier et que l’industrie Française sera détruite la Haute Savoie ne sera plus qu’un champ de mondialiste de merde et de frontalier, qui pétés de tunes, pensent qu’ils sont plus haut dans la société, méprisant tout le monde.

    Plus de place pour les locaux qui ne veulent pas de cette invasion touristique qui achètent des maisons ou appartements secondaires pour leurs vacances de merde et qui nous empêches de pouvoir vivre tranquillement. Y a 30 ans en arrière tous ces connards se la pétaient d’avoir un appart en face de la tour Eiffel et nous narguaient qu’on habitait dans la campagne (nous les bouseux) maintenant il veulent tous un chalet à Chamonix certainement due à l’esprit ecolo de merde pour se la péter devant le mont blanc (d’ailleurs il ne manque plus qu’un escalator pour handicapé pour accéder au sommet). Ils ne font que parler d’écologie pourtant jamais on a construit autant d’hôtels qui détruisent tout l’environnement, je ne vais plus en station ces endroits bétonnés ne ressembles plus à la magie qu’il y avait quand j’étais enfant. Donc si ça peut disparaître ce serai pas plus mal mais bon on peut rêver.

     

    • Excellent votre commentaire, j’avais l’impression de lire le témoignage de ma région d’origine, devenue bronze-cul de Paris et de l’europe en général !

      Visiblement chez nous, on a les mêmes que vous, mais nous c’est en été !

       :-)

      Et ils nous pourrissent la vie pareil, font monter les prix, nous prennent pour de cons ( et des fachos, dès qu’il y a eu une élection et que le Sud-Est a "mal voté").......

      Ca et les voilées qui prolifèrent (il n’y a que 5 ans en arrière, on en voyait pas...), ma pauvre région d’origine est mal barrée....

      A tel point que je me suis barré !

      Amicalement à vous et bon courage.


    • La montagne redeviendra belle (peut-etre, car en fait tout ce qui tient à la "Nature" n’est ni beau ni laid. Remarque de Spinoza) mais il faudra tout monter à pied. Pour s’apercevoir une fois en haut que cela ne sert à rien et qu’il n’y a rien à voir. On aura enfin compris la montagne : elle ne sert à rien et si elle était plate, cela serait mieux..


  • ben quand t’en a marre du froid et que tu peux aller dans les caraibes tu vas pas aller te geler au ski ou en plus faut faire des efforts et supporter la queue au tire fesse...rien a voir avec polanski...je le jure


  • #2408919

    Aahhh le ski gratuit "quand il neige j’entends ^^ " au Mont Aigoual.
    Le ski,surtout les stations dites "huppées" : baisser vos tarifs bande guignols !!


  • Toute façon moi je ne vais plus qu’à Gstaad, et en hélico qui me dépose au pied de l’aile sud de mon chalet. Ça m’évite tout un tas de problèmes.

    Nan mais sans déconner, vous y allez pas un peu fort avec votre "les riches font du ski" ?
    Trouver un chalet dans une petite station, amener la bouffe avec soi puisque c’est hors de prix sur place, préparer les casse-dalle pour le midi, acheter du matos d’occasion...

    Si, si je vous assure ça se fait. Y’a des gens qui se saignent, et ce souvent, pour faire plaisir aux gosses.
    Moi j’y vais pas faute de moyens mais il me viendrait pas à l’idée d’appeler "un riche" un soudeur qui tourne à 2000 nets après 15 ans de boîte. Là franchement votre raisonnement m’échappe.


  • Si plus de neige, alors ils pourraient transformer Courchevel en centre pour migrants. Ils pourront faire de la luge sur gazon.


  • Si ça se trouve, Michel Blanc est toujours bloqué sur son télésiège.


  • Nice, samedi 14 mars, entendu par la fenêtre d’un HLM :
    "- Et avec le coronavirus pour ta grand-mère, alors qu’est-ce que vous allez faire ?
    - On l’a montée à la montagne, au moins là-haut, y a personne ( voix d’un jeune type de 20-25 ans)... "

     

  • eh oui c’est comme ça quand on dépend du tourisme. Ainsi les égyptiens ! ils avaient pris l’habitude de vivre des touristes. Mais vers 1990 il y a eu une grande vague de terrorisme des Frères Musulmans (vous savez le truc conservateur dont la création avait été encouragée par les britanniques). Résultat beaucoup moins de touristes.
    J’y suis allé à ce moment à : pour moi c’était bien il paraît qu’en temps ordinire il y a des files d’attentes pour visiter Louxor, etc ; Dément ! Là c’était relativement cool.
    Mais pour les éyptiens. Imaginez pour ces milliers de petits vendeurs à la sauvettes, plus de clients , il étaient amassés comm des mouches dans l’espoir de grapiller un client. Le pire c’étaient les conducteurs de calèches à Louxor. Il attendaient désespérement le rare client, et Ils étaient maigres comme clous , affreux ! encore pire l’état de leurs chevaux : la peau sur les os....
    Je sous assure pour tous ces gens c’était nettement plus dur que pour les entrepreneurs des stations alpines.


  • Si la France post pompidolienne n’avait pas été livrée à la franc maçonnerie des promoteurs véreux genre Ziad Takieddine, la montagne aurait été laissée au populations indigènes autochtones qui ont le droit ancestral d’y vivre, c’est à dire aux villageois et paysans français et savoyards.

    Le spectacle que donnent ces stations de ski est à vomir : elles sont polluantes, laides, vulgaires, et tueuses pour finir. Et même snobes et prétentieuses pour les plus luxueuses. En bref, ce sont des aires de jeu pour gros cons.

    Et ces crétins qui se cassent des membres sont hors de prix pour la collectivité. Même la rééducation, les jacuzzi et les massages thaï et des trajets en hélico leur sont remboursés et même gratuits ! Scandale. Il suffirait d’interdire à ces abrutis de prendre la moindre assurance et de leur foutre à la gueule que la sécu française ne rembourse rien et de les obliger à assumer financièrement leurs roulades dans la neige pour que toutes les stations ferment d’un coup.

    On croit que cela n’arrivera jamais ? Hé bien on s’en rapproche avec l’épidémie.

    .

    ,


  • Monter un col en vélo est une épreuve qui forge la volonté. Une arrivée au Galibier ou à l’Iseran est une récompense ineffable.

     

  • Je suis du Grand Bornand (Station de la 1ère vidéo). J’ai grandi dans cette station et j’ai toujours eu depuis que je suis petit le forfait ski saison (le forfait Aravis qui couvre aussi les stations de La Clusaz et La Croix Fry/Manigod).

    J’ai observé depuis mon enfance le changement de clientèle et de mentalité. Lorsque j’étais gamin, dans les années 80 je côtoyais à l’école du coin les enfants de paysans et le village avait gardé cette mentalité. Malheureusement, depuis les années 70 la station a construit beaucoup trop d’habitations. Après le changement (ou doublement) des téléskis par des telesieges, l’arrivée de la neige artificielle et enfin équipement de tous le domaine en montées débrayable le prix du forfait atteins quasiment les 40 euros la journée pour ce qui reste un tout petit domaine. Je ne parle même pas tarifs et qualité des services proposés, complètement délirant la pluspart du temps (surtout dans l’immobilier et la restauration) même s’il reste quelques trucs sympas...

    Bref, ce pourrissement d’ambiance à fait fuir la clientèle locale et pour la première fois depuis que je suis gamin, au vu du prix du forfait saison, cette année je n’ai fait que du ski de randonnée (bien visé avec le Coronavirus :)).

    Je vie en partie du commerce de cette station mais la baffe que nous sommes en train de nous prendre est bien méritée (Enfin... la saison fini plus tot mais elle a été excellente).

    J’espère que cette vallée (Aravis) va arrêter son délire et repartir sur une exploitation plus raisonable !

     

  • À l’heure où l’on ne sait plus comment emmerder l’automobiliste, jugé coupable des pires pollutions, je ne comprends pas comment personne ne s’élève contre l’utilisation aberrante, des canons à eau. L’eau est un élément vital, dont on nous dit qu’il est de première nécessité. La cinglitude de la société, atteints des sommets alarmants.


  • Economiquement, ils ont raison. Et puis développer des activités hiver-été n’est pas idiot.
    Ceci dit, la neige, ça va, ça vient. Dans les années 95-2000, on disait déjà que les sports d’hiver, c’état fini !


  • Un vrai cauchemard ces vacances d’hiver au ski ! Se taper 10h de voitures (le train c’est pire !) et péages sur des routes embouteillées, se faire chier à s’installer, s’équiper et se faire plumer et arnaquer par les commerces, les hôtels et les restos, pour retrouver les foules sur les pistes et dans les remontées mécaniques comme dans le métro à 18h !!! Et apres tout ça il y a le retour aussi cauchemardesque, mais le compte en banque vide ! Et y’en a qui aiment ça et qui en redemandent tous les ans ? mais moi, même en me payant le séjour, je n’irais jamais !

     

    • C EST SANS DOUTE PARCE QUE TU N AS JAMAIS EU LE PLAISIRS DE DESCENDRE UNE PISTE OU MIEUX UN PARCOURS HORS PISTE EN PLEINE POUDREUSE QUE TU RAISONNES AINSI....


    • Detrompe-toi Francky, j’ai beaucoup pratiqué le ski en Autriche et c’est un autre monde !. Gens accueillants, prix pas plus élevés qu’ailleurs, jolis chalets en bois, pas de béton ni d’immeubles, propreté et surtout pas de gueules de cons ni sur les pistes ni en station ! De plus, on se sent en Europe et entre nous, si tu vois ce que je veux dire ... !


    • Pour cause de coronavirus, je termine prématurément une énième saison de ski en tant que chauffeur de car et navettes, jadis (années 80) j’étais skiman. J’ai bien vu l’évolution et la révolution du business de l’or blanc
      Bertrand Duguesclin a tout à fait raison les vacances aux sports d’hiver sont un vrai piège à cons.

      Le fait que les hivers sont moins rigoureux, favorise les stations tout béton de haute altitude
      du carton pâte, de la neige artificielle, de la pollution à outrance.. etc
      L’époque des stations de basse altitude, villages authentiques, avec une vraie vie est révolue.
      Je n’achète plus aucun forfait depuis des années, pour moi, c’est ski de randonnée, promenade en raquettes dans les vallées perdues, randonnées a pieds en été...Lorsqu’un un touriste me demande ce qu’il y a à voir ou a faire, je l’oriente vers tout ce qui n’est pas en station....
      Bien souvent il reste médusé......
      Je suis conscient de profiter de ce système, et ce n’est pas facile pour moi de dire qu’il faut que cela cesse. Pourtant ce tourisme de masse me sort par les yeux un peu plus chaque années.


    • Effectivement, le ski c’est un sport et il faut apprendre pendant plusieurs années avant se faire plaisir.
      Avoir subi le froid, l’effort pendant des heures...comme tous les sport de plein air.
      Le canapé, la littérature, la télé, la musique, le cinéma, le dog-sitting, c’est peut être plus abordable financièrement et/ou physiquement...
      M’est avis que -14 ° en haut de la roche de Mio avant de monter au glacier (la Plagne) ou la vue sur le Mont Blanc en haut du Mont joli, ça vaut bien un petit effort financier et physique.
      Mais, tant pis pour vous !


    • @franky

      j’ai des amis secouristes en montagne qui ont eux le grand privilège de ramasser des morts sous les avalanches à cause de connards comme toi qui ne respectent rien !
      Si le ski hors piste est interdit c’est justement pour éviter les avalanches et éviter des morts inutiles ! Faudrait peut-être le comprendre !


    • Depuis quand le hors piste est-il interdit ? Il y en a qui veulent faire les connaisseurs en insultant les autres, mais à l’évidence ils n’y connaissent rien.


  • Le tourisme , façon les "les bronzés" à la mer ou à la montagne, serait il pas une forme de prostitution ?...


  • Sinon, pour le manque de neige, il y a Mouthe, le village le plus froid de France.... mais les pistes de ski n’y sont pas terribles, je le crains ;


Commentaires suivants