Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

E&R Midi-Pyrénées rencontre un représentant syndical de La Poste

Les militants d’E&R Midi-Pyrénées ont interviewé un représentant syndical de La Poste lors des mouvements de contestation sociale liés à la reforme des retraites :

Retrouvez les entretiens de la section E&R Midi-Pyrénées sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mon ancêtre direct a fait toute sa carrière à "La poste" les années 50, 60, et 70.

    En fin de carrière il disait qu’il était content de partir car le travail devenait de plus en plus "con".

    Dès lors on peut imaginer ce qu’il en est aujourd’hui, où le dernier facteur titulaire à pris sa retraite l’année dernière, sur notre secteur.

    Il convient de noter par ailleurs, que le facteur qui passe le plus souvent sur la tournée, n’a pas proposé de calendrier comme de coutume en fin d’année.

    La poste comme toutes les autres administrations a été privatisée, pour remplir les poches des actionnaires. Le service public c’est mort.

    Si cette économie à l’anglo-saxonne plaît à ceux à qui elle rapporte, nous les usagers, devenus clients, nous n’en voulons plus, car ce n’est pas dans notre culture, nous ne sommes pas anglo-saxons, et nous disons à bas le mondialisme, et tous les pourris qui le contrôle.

     

    • Tout à fait ! Je n’ai pas eu de calendrier, j’ai dû l’imprimer moi-même ! Chienlit !

      Chez moi (78), mes facteurs sont tous basanés et c’est jamais le même (alors qu’avant j’avais toujours la même factrice, blanche), le mec comprend pas qu’il faut sonner à l’interphone au lieu de laisser 2 avis de passage (c’est-à-dire que le mec repasse mais toujours sans sonner), ou bien il rentre le colis de force et le livre est gravement amoché ! - je ne parle pas des Kontre Kulture dont le travail est irréprochable (livres emballés dans une boîte en carton, no problemo).


    • Le nombre de fonctionnaires a augmenté.

      La part du PIB consacré à la dépense publique aussi.

      Mais il y en a toujours pour dire que c’est l’ultra libéralisme qui règne en France et que c’est fait pour enrichir les actionnaires. Je ne sais pas ce qu’il vous faut. 57% du PIB consacré à la dépense publique c’est pas assez ?

      Au passage la Royal Mail fonctionne parfaitement, on reçoit ses colis en temps et en heure, rien à voir avec la Poste remplie de fonctionnaires.

      Libéralisez, ou soyez préparé à devenir la Roumanie de l’Europe. Virez les fonctionnaires, supprimez le statut de la fonction publique et de La Poste/EDF/SNCF ou vous allez finir avec l’IDH du Ghana.


    • à Scipion :

      Détrompez-vous, il n’y a quasiment plus de fonctionnaires à la Poste. Les derniers concours pour l’être ont eu lieu il y a une vingtaine d’année. La plupart des facteurs que vous croisez sont des salariés. Moi compris. Dans mon bureau, ils ne sont plus qu’une poignée (de fonctionnaires) et ont tous plus de 50 ans (et bossent tous très bien, donc c’est pas leur statut le problème)

      Du coup, on a pas les avantages que peuvent avoir des fonctionnaires ; et facilement virables au moindre écart (j’en ai vu se prendre des mises à pied pour des raisons risibles).

      Et au contraire, depuis que La Poste embauche des prestataires et des CDD à la pelle c’est devenu un gros bordel.


  • Jovanovic l’appelle la poste bancale.
    Quand ils ont viré Dieudo j’en suis partis. (ccp)
    Mon livret A c’est moins d’ 1 € à l’ année.


  • C’est un travail pénible, qui commence tôt, les intérimaires en camionnette électrique volent les colis (avant c’était au centre de tri directement). Mais en discutant avec leur personnel, je ne les regretterais pas du tout, toujours pour le pouvoir en place, leurs syndicats vivant grassement mais n’obtenant jamais rien...
    Pareil pour la SNCF de sud qui arrivait systématiquement en retard. Bon, c’est mieux que les colis ou lettres "égarés" chez les bigarrés.


  • #2470585
    le 25/05/2020 par Terence, mangeait souvent des haricots en fait !
    E&R Midi-Pyrénées rencontre un représentant syndical de La (...)

    À écouter ce ’’ représentant ’’ ils sont déjà considérés comme des
    robots et traités comme tel depuis longtemps mais y a apparemment
    un tas de tarés à l’image de ce manche qui voudront toujours
    servir ce modèle. Dans un contexte de surpopulation, ils pourront
    pousser ce petit jeu jusqu’au bout et vous serrez tous bien avancés ...

    Stop aux représentants d’esclaves !!!!


  • Il y a du vrai, mais aussi du faux, dans ce que dit ce représentant syndical.

    Non, les facteurs n’ont pas d’obligation de faire du chiffre. C’est conseillé, mais si vous vendez que dalle l’année écoulée, votre chef ne pourra pas vous le reprocher au moment de l’entretien annuel. Du moins, dans le bureau où je suis, ça n’est jamais arrivé, ça ne fait pas partie des objectifs obligatoires.

    Après, dans l’idée c’est pas con, pouvoir vendre des lettres affranchies et des timbres à des petits vieux isolés, je dis pas non, mais faudrait que ça soit pris en compte dans le temps de travail, ce qui n’est actuellement pas le cas.

    Tout comme l’idée selon laquelle les représentants syndicaux ne pourraient plus intervenir dans les bureaux, ça me semble un peu gros ça ...

    Pour le reste, je valide ses propos. J’ai maintenant presque 10 ans de boîte et depuis 3-4 ans ils m’ont complètement dégouté de ce boulot alors qu’à la base j’étais vraiment fier d’être facteur, du rôle qu’on avait, et ce que ça représentait. Et je suis pas le seul à être dans ce cas là.