Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

Un peu moins Donald Trump, BHL et la CIA

Le JDD, l’hebdo du dimanche de la maison Lagardère (Jr), a osé interviewer le réalisateur et musiciens serbe non aligné Emir Kusturica. Son tropisme poutinien l’a quelque peu éloigné des médias occidentaux. Avec lui, c’est comme dans ses films, ça peut vite partir en cacahuète, mais en bonne et croustillante cacahuète. Après une pause de 10 ans, le double palmé d’or à Cannes sort On the milky road.

 

En fait, depuis son dernier opus, qui n’a pas bien marché commercialement, Promets-moi en 2007, Emir ne s’est pas endormi sur ses lauriers. Il a joué un peu partout dans le monde avec sa formation de rock, The no smoking orchestra, il a publié deux livres et participé, déclare-t-il au JDD, « à la construction de deux villages en Serbie ». Mais l’autre explication de son éclipse relative est double : d’abord, le cinéma a évolué vers le numérique, ce qui selon lui fait perdre de la qualité d’image, et il a malgré ses Palmes du mal à financer ses projets. En outre, il n’a pas de star – hormis Monica – au générique et ça, pour les banquiers du métier, c’est un moins. Mais le réalisateur a une vision du monde assez noire :

« Depuis l’invention de la radio, nous expérimentons tous les moyens possibles pour nous contrôler les uns les autres. On ne peut pas rembobiner le film pour effacer nos conneries. On doit en payer le prix et assumer les conséquences. Nous entrons dans une phase de destruction finale. »

On rappelle que On the milky road (Sur la route lactée, comme la voie du même nom), est une histoire d’amour romantique entre deux cinquantenaires, avec Monica Bellucci à l’affiche face à Kustica acteur. Aussitôt, le journaliste du JDD passe à l’attaque :

Vous dites ça à cause de Trump ?
Moi, j’étais contre Hillary Clinton car elle a bombardé mon pays. Au Moyen-Orient règne le chaos, les leaders occidentaux ont anéanti les régimes les uns après les autres pour les ressources énergétiques [et le Grand Israël, NDLR]. C’est la nature même du capitalisme. Maintenant, ils essayent de venir en Russie, mais ce n’est pas évident [Rires.]. Napoléon y a échoué, Hitler aussi. Alors Trump...

Et on en vient au nœud de l’interview, les relations de Kusturica avec Poutine, ce qui intéresse en diable les journalistes occidentaux : on a là un croisement entre le people, le culturel et le politique lourd. Du miel pour les ours ! Et Kustu ne va pas les décevoir...

Est-il vrai que vous entretenez de bonnes relations avec Poutine ?
Oui, c’est un type bien. À son arrivée au pouvoir, la nation serbe a commencé à se sentir respectée. Aujourd’hui, les occidentaux le présentent comme le diable. Mensonge ! C’est un homme honnête qui souhaite se faire accepter par l’Ouest. Trump, lui, est un incompétent qui cumule les bourdes, fomente des complots et monte les pays les uns contre les autres. Cela dit, la France n’est pas innocente non plus. Elle a vendu pour 13 milliards d’armes au Qatar et à l’Arabie saoudite. Le danger est omniprésent. Le monde serait meilleur avec la coopération et non la domination. Le terrorisme est, hélas, la punition ! Allez, j’arrête, tout ce que je dis finit toujours par se retourner contre moi. Je plaide coupable d’humanisme.

On ne va pas recopier toute l’interview, la confraternité nous l’interdit, ainsi que la justice française, prompte à punir toute vélléité d’indépendance journalistique, un peu comme le milieu du cinéma maintient Kusturica à l’écart. C’est pourquoi il lance :

« Je deviens paranoïaque, mais j’ai de bonnes raisons : Joshua Levine, le reporter de “Vanity Fair” qui a publié cette allégation sur Cannes [Levine disait que son film n’avait pas été retenu à Cannes à cause de ton tropisme poutinien], m’a aussi traité de “cannibale” ! Il fait partie des journalistes payés par la CIA pour nuire aux travailleurs honnêtes dans le monde. Je suis sans arrêt accusé de faire de la propagande pro-serbe. Mais je suis serbe ! En 1995, Bernard-Henri Lévy et Alain Finkielkraut avaient même écrit des articles dans “Le Monde” et dans “Le Point” pour me calomnier sans avoir vu “Underground” [La Palme d’or 1995, NDLR]. Je m’en fous. »

Et Emir termine par une tirade très voltairienne sur l’homme qui se retire du monde et de son fracas pour cultiver son jardin et produire son « propre jus de fruits bio »... En passant, il en profite pour tirer à boulets rouges sur Hollywood, les blockbusters, Bruce Willis et toute la bande des larbins de la CIA, tout en faisant un appel du pied à Netflix qui passe au-dessus de la distribution classique, source de censure ou de blocage des projets alternatifs. On a retrouvé Kustu !

La bande-annonce de On the milky road :

 

 

Monica chez Ruquier le 17 juin 2017 raconte le film et sa relation (toute professionnelle) avec le réalisateur :

 

Même Yann Moix a été envoûté, c’est dire (à 9’00) :

« C’est un des 15 meilleurs films que j’ai vus de ma vie. C’est un mélange de la Nuit du chasseur et de l’Odyssée d’Homère. »

Et pour la jolie Vanessa Burggraf, qui quitte l’émission ONPC à la rentrée, « c’est un chef d’œuvre ».

Une triangulation de qualité pour approfondir les propos de Kusturica,
tout cela sur Kontre Kulture

 

Kusturica, Cannes et Poutine, sur E&R :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1765138
    Le 12 juillet à 13:54 par berla
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    Ouais bof, jamais pu voir un film de Kusturica, même une moitié. Ce style luxuriant et désordonné m’a toujours débecté. C’est bizarre, j’adore Soral et Bruce Willis, Moix lui c’est Kusturica et BHL. Comme quoi, tout est relatif.

     

    Répondre à ce message

    • #1765154
      Le 12 juillet à 14:32 par nono86
      Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

      Ouai, tout est relatif...

       
    • #1765171
      Le 12 juillet à 14:46 par Erkaa
      Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

      Et bien je ne sais pas mais n’as tu jamais entendu cette maxime "les gouts et les couleurs ...." ?
      Mais quand meme ... Au bout d’un moment quand tu as vu "underground" et quand tu as vu les quelques docus qu’a fait Kusturica... je ne sais pas ... Peut-etre met toi à regarder le "sarment de Tobrouk" de BHL s’il le faut tu vas kiffer grave !!

       
    • #1765216
      Le 12 juillet à 16:14 par Be-ser
      Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

      Que tu ne puisses voir un film de Kusturica en entier, c’est compréhensible puisque ceux-ci ont TROP de clin d’oeil pour les cinéphiles, historique.... Kusturica et bhl ? vous plaisantez j’espère ! Quel est le rapport ?

       
    • #1765265
      Le 12 juillet à 17:26 par envolées_des_incultes
      Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

      Il faut dire aussi que les musiques de ces films, elles te pètent les dents tellement t’es crispé en les écoutant. Une vraie torture. Il vaut mieux prendre rencard chez le dentiste avant d’en voir un, on ne sait jamais.

       
    • #1765397

      Rencard chez un dentiste pour un problème de bruxisme ou tout bonnement chez un psychiatre s’il ne s’agit pas de ça. Personnellement je recommande " Chat noir chat blanc ", absolument hilarant. C’est un grand réalisateur.

       
  • #1765140
    Le 12 juillet à 13:57 par Borntogrowl
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci
  • #1765142
    Le 12 juillet à 13:59 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    "le cinéma a évolué vers le numérique, ce qui selon lui fait perdre de la qualité d’image"

    Fausse excuse grossière.
    Lorsqu’on voit ce que Michael Mann fait de cet outil...

    Sinon, Monica Belluci, à son âge, dans ce rôle, c’est parfait, c’est l’alignement des astres gagnant-gagnant.

     

    Répondre à ce message

  • #1765148

    C’est incroyable comme de véritables artistes, capables de faire des chefs-d’œuvre , n’ont pas besoin de lécher des culs . Émir Kusturica est un artiste réalisateur brut de coffrage .Oui Mr Ruquier, vous pouvez vous extasier, ainsi que votre bande de zozos devant l’ART .Cela change des guignols que vous recevez à longueur d’années pour venir se faire applaudir en crachant leur venin, car ils n’ont plus que ça pour se faire aduler . Lorsqu " on est au-dessus du lot, comme dirait Émir Kusturica, on s’en fout.

     

    Répondre à ce message

  • #1765160
    Le 12 juillet à 14:40 par VIVACHAVEZ
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    Ok pour la bande annonce, mais désolé, ruquier, j’ai pas pu regarder. Je ne supporte pas ce cloporte. Ah mince, j’ai fait une rime sans le vouloir !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #1765182
    Le 12 juillet à 15:22 par Marko
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    Emir Kusturica c’est de la spontanéité, de la gentillesse et de l’intégrité, rien de parano. Monica Bellucci, la cinquantaine, qui parle serbe : je fonds littéralement.

     

    Répondre à ce message

  • #1765192
    Le 12 juillet à 15:35 par kialum
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    j’ai revu Chat Blanc Chat Noir, et l’Emir n’est pas si gentil avec les russes ni les "blancs". Etait-il alors dans le logiciel de lumière ?.

     

    Répondre à ce message

  • #1765337
    Le 12 juillet à 19:01 par lamino
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    Je n’aime ni kusturica, ni bellucci. Je ne déteste pas non plus, mais je suis relativement neutre sur le premier, et trouve la deuxième artificielle dans son rôle de "diva". Pourquoi je me permets d’étaler mon propre avis sur ce sujet, somme toute, assez trivial ? Parce que en ce moment, de plus en plus, j’ai l’impression que nous autres, contributeurs de ce site, nous basculons du "côté obscur de la force", en critiquant vertement, et en rabaissant ceux qui sont à la périphérie des avis dominants exprimés. En gros, on devient comme ceux contre lesquels on a une dent. Il est donc bien de rappeler que, même si nos goûts et couleurs sont différents, ce n’est pas la "substantifique moelle" (comme dirait l’autre) qui nous rassemble ici. Tout ne doit pas devenir doxa.

     

    Répondre à ce message

  • #1765418

    Je suis d’origine serbe et je ne suis pas spécialement un grand fan de Kusturica. Mais "le temps des gitans" est certainement parmi un des plus grands chef-d’oeuvre de l’histoire du cinéma, et je conseille d’aller voir.
    Pour bien cerner le personnage Kusturica, il faut connaître son histoire. Je n’avais pas vu un de ses premiers films, "Arizona Dream", quand j’ai été voir un concert de Goran Bregovic (compositeur musical de plusieurs films de Kusturica et accessoirement un des pionniers de la scène rock du temps de la Yougoslavie), et qu’il s’est mis à jouer le fameux titre de la bande son dudit film, "In the death car" chanté par Iggy Pop, j’ai compris quand le public s’est excité tout d’un coup sur la musique que c’était des bobos... "Arizona Dream" ayant cartonné auprès d’eux pour son côté poético-déjanté, moi je n’ai pas accroché... je pense que Kusturica en a eu assez d’un tel public, et du milieu du cinéma composé par ces mêmes bobos, et qu’il leur envoie régulièrement des tacles. Son film, "promets-moi", qui je trouve ne tournait enfin plus sur le thème des tziganes et les guerres yougoslaves, est une comédie rigolote mais qui ne présente pas vraiment les meilleurs aspects de la société serbe. Voilà pourquoi je n’en suis pas trop fan.

     

    Répondre à ce message

  • #1765419
    Le 12 juillet à 22:18 par Medusaraft
    Emir Kusturica adore Vladimir Poutine et Monica Bellucci

    J’ ai redécouvert "Underground" cet hiver et Kusturica est un génie. Jamais vu une scène plus poignante que ce zoo qui se fait bombarder par l’ aviation allemande et la musique qui l’ accompagne est juste sublime. Alors tous les pisse-froid qui trouvent le moyen d’ en redire sur son talent, je vous plains car vous n’ aimerez jamais rien de votre vie. Dire qu’ à Cannes ils ont refusé ce film ( dont je suis sûr que c’ est un chef d’ œuvre de plus dans sa filmographie ) alors qu’ ils ont accepté cette sinistre daube de BHL...
    Nul n’ est prophète en son époque pourrait-on dire. Mais on vit vraiment une époque de fin de tout.
    Et Monica Bellucci, je viens juste de voir sur Wikipédia qu’ elle a 52 ans, ce n’ est pas possible... Mais tout le mérite en revient au réalisateur, ce cher Emir !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents