Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Emmanuel Macron et le pari russe

"Cette opération humanitaire a été décidée à l’Élysée, pas au Quai d’Orsay"

La distribution conjointe d’aide humanitaire par la France et la Russie, malgré les couacs qui l’accompagnent, est un signe supplémentaire de l’inflexion diplomatique qu’est en train d’opérer Paris sur le dossier syrien. C’est l’avis du journaliste et spécialiste du Moyen-Orient Christian Chesnot.

 

Le 20 juillet, un avion-cargo russe Antonov An-124 a décollé de Châteauroux pour la Syrie. À son bord ? Environ 50 tonnes d’aide humanitaire : médicaments, tentes et couvertures fournis par la France pour un montant d’environ 500 000 euros selon les informations de Libération. D’après le quotidien, qui cite une source diplomatique, cette opération conjointe a été décidée après les rencontres des Présidents Vladimir Poutine et Emmanuel Macron le 24 mai à Saint-Pétersbourg et le 15 juillet à Moscou. Certes, au matin du 25 juillet, les fournitures destinées aux habitants de la Ghouta orientale, la banlieue Est de Damas reprise par les forces gouvernementales en avril 2018, étaient toujours à la base russe de Hmeimime (nord-ouest de la Syrie). La faute à un enchaînement de couacs, notamment sur la participation ou non de l’ONU à la livraison de cette aide humanitaire aux côtés du Croissant-Rouge syrien, organisation réputée proche de Damas. Après plusieurs jours de flou artistique qui ont même vu des membres des Nations unies se contredire, il semble que la distribution de l’aide soit imminente.

​Ces atermoiements sont loin de constituer le cœur de l’affaire pour Christian Chesnot, journaliste spécialiste du Moyen-Orient retenu otage de terroristes en Irak durant 124 jours en 2004. D’après lui et comme le révèle Libération, citant un spécialiste du dossier, « cette opération humanitaire a été décidée à l’Élysée, pas au Quai d’Orsay ». Le palais présidentiel semble vouloir prendre le contrôle du dossier syrien. Mais pourquoi ?

« Emmanuel Macron a toujours plus ou moins gardé la main concernant la Syrie. Pourtant, cette décision de mener une opération humanitaire conjointe avec la Russie est un signe supplémentaire de l’inflexion dans la politique diplomatique de la France concernant la Syrie », explique Christian Chesnot à Sputnik.

D’après lui, la nomination le 27 juin de François Sénémaud, ancien directeur du renseignement à la DGSE, en tant que représentant personnel du président de la République pour la Syrie constituait déjà un indicateur. L’homme qui prendra ses nouvelles fonctions le 27 août est l’actuel ambassadeur de France… en Iran. Ironie du sort, depuis 2014, le dossier syrien était piloté au Quai d’Orsay par Franck Gellet. Ce dernier a été récemment nommé ambassadeur de France… au Qatar. De plus, Christian Chesnot note qu’Emmanuel Macron a rencontré son homologue russe à deux reprises, le 24 mai et le 15 juillet, en marge de la finale de la Coupe du Monde de football qui a vu la France s’imposer.

Mais pourquoi ce revirement ? Depuis le début du conflit syrien en 2011, la diplomatie française s’est presque toujours calquée sur celle de Washington et s’est montrée hostile au gouvernement de Damas. En avril dernier, Paris s’est joint aux États-Unis et au Royaume-Uni pour bombarder plusieurs sites en Syrie après une prétendue attaque chimique perpétrée par Damas. Pour Christian Chesnot, le rapprochement avec Moscou tenté par Emmanuel Macron s’explique par une analyse pragmatique de la situation sur le terrain :

« La Russie a gagné en Syrie. C’est un fait. Damas a repris quasiment tout le pays, les rebelles ont pratiquement été effacés du sud. La France s’est retrouvée hors-jeu. Elle veut revenir sur le terrain. Emmanuel Macron a juste analysé la situation de manière pragmatique et s’est dit que l’on entrait dans une nouvelle phase. Une phase où il faut renouer contact avec la Russie. »

Et pour le journaliste de France Inter, l’humanitaire est le prétexte parfait pour entamer un rapprochement :

« Depuis le début du conflit, la diplomatie française a eu deux constantes : la ligne rouge concernant l’utilisation d’armes chimiques et l’acheminement d’aide humanitaire. Cette opération conjointe avec la Russie donne l’occasion à Emmanuel Macron de renouer le dialogue tout en ne perdant pas la face. »

D’après Christian Chesnot, c’est une stratégie gagnant-gagnant. Il assure que les Russes sont « très contents » de ce possible rapprochement. « Moscou aura besoin d’alliés pour reconstruire la Syrie, qu’il y ait une transition au niveau du pouvoir ou pas. La Russie ne pourra pas le faire toute seule », analyse le journaliste.

Quid du « lobby néo-conservateur » au Quai d’Orsay, composé de « pro-OTAN, pro-États-Unis, anti-Iran, anti-gouvernement syrien » comme le décrit Christian Chesnot ? Et bien selon le spécialiste du Moyen-Orient, même s’ils voient d’un mauvais œil un rapprochement avec Moscou, ils n’auront pas d’autre choix que de suivre l’Élysée. Avant de conclure : « De toute façon, le pays qui les préoccupe le plus, c’est l’Iran. »

En lien, sur E&R :

La vérité sur la Syrie, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2014815
    Le 29 juillet à 21:01 par Juju
    Emmanuel Macron et le pari russe

    Les souffrances du peuple syrien vont peut-être s’achever enfin. Je l’espère car elles ont trop duré. Il faudra des années et du dévouement aux politiciens français pour se faire pardonner leur soutien aux "rebelles".
    Autant je n’ai rien à battre de la colonisation et de la guerre d’Algérie, à cause de la politique française en Syrie j’ai vraiment honte d’être français.

     

    Répondre à ce message

    • #2014882
      Le 30 juillet à 01:03 par Jay
      Emmanuel Macron et le pari russe

      Les souffrances du peuple syrien vont peut-être s’achever enfin.... et celles du peuple iranien vont donc reprendre....

       
  • #2014821
    Le 29 juillet à 21:13 par Odyle
    Emmanuel Macron et le pari russe

    C’est la raison de l’affaire Benalla...Macron ne suit plus la ligne de ses maîtres qui contrôlent les media et on voit bien qui dirige finalement.
    Quant à l’Iran les producteurs automobiles français se souviennent des marchés qui sont passés aux mains des Américains qui avaient demandé le boycott !

     

    Répondre à ce message

    • #2014858
      Le 29 juillet à 23:05 par Fred
      Emmanuel Macron et le pari russe

      Il semblerait bien que Macron ait été tenté à l’exemple de Poutine de vivre libre !!!
      Il s’est laissé aller un instant à rêver et à jouir de la liberté que donne la sincérité, la resistance, la persévérance et la droiture. Cet instant fut bref mais il a été jugé trop long par ses maîtres ....il est donc rappelé à l’ordre et il encourt des sanctions qui peuvent aller du blâme à la decheance de presidentialité.

       
    • #2015057
      Le 30 juillet à 11:17 par Michelly58
      Emmanuel Macron et le pari russe

      Macron est tout sauf droit.

       
    • #2015074
      Le 30 juillet à 12:01 par Brigitte
      Emmanuel Macron et le pari russe

      Message 1/2

      C’est bien la raison de l’affaire Benalla.
      La secte neocon sioniste du quai d’Orsay a été doublée par Macron qui a traité directement avec Poutine. La presse neocon sioniste qui avait fait élire Macron est donc intervenue pour punir Macron.

      Quand à L’Iran, c’est bien la prochaine cible obligatoire sur la liste américaine, et les pressions sont en cours pour une attaque imminente, entre aoüt et les prochaines élections intermédiaires aux US.
      Trump a montré une subite patte blanche vis-à-vis de la Corée du Nord pour se faire l’image pacifique de celui qui a évité la guerre nucléaire. Juste avant d’attaquer l’Iran. C’est exigé par Israel et l’Arabie Saoudite, et les impérialistes anglo-saxons.

      Steve Bannon avant d’être écarté par Trump affirmait partout "Nous allons faire la guerre contre la Chine tôt ou tard".

      Il y a environ 10 ans j’avais lu un whistleblower américain raconter la stratégie des neocons pour piéger la Chine en déclenchant une guerre contre l’Iran. Ils pensaient à l’époque que la Chine interviendrait par une réponse nucléaire. Leur but était d’y forcer la Chine, et de faire ensuite une guerre bactériologique type grippe espagnole pour éliminer une partie de la population chinoise.

       
    • #2015205
      Le 30 juillet à 15:38 par Brindavoine
      Emmanuel Macron et le pari russe

      "La raison de l’affaire Benalla" : tout ce barouf à propos de trois fois rien n’avait qu’un seul but : retarder le vote de la Réforme Constitutionnelle et donc l’instillation d’une dose de proportionnelle aux législatives .

       
  • #2014873
    Le 30 juillet à 00:24 par Frobenius
    Emmanuel Macron et le pari russe

    On se souvient de Vlad disant à Jupiter de ne pas avoir peur, ou disant à Trump de ne pas laisser tomber la balle.

     

    Répondre à ce message

  • #2014973
    Le 30 juillet à 08:00 par Regulus
    Emmanuel Macron et le pari russe

    Mouais... participer à la reconstruction de la Syrie, avec les opportunités de contrats juteux, cette affaire sent le gaz (naturel), pour ensuite essayer de récupérer le marché Iranien duquel les amerloques nous ont chassé à grands coups de pompe au derrière et on a dit merci...

    Je ne suis pas sûr que le président Assad l’entende de cette oreille...

     

    Répondre à ce message

  • #2015010
    Le 30 juillet à 10:04 par Slav
    Emmanuel Macron et le pari russe

    « Moscou aura besoin d’alliés pour reconstruire la Syrie »

    Voila la raison de ce théâtre de l’aide humanitaire. La France veut juste remporter des marchés pour la reconstruction de la Syrie. Il n’y a aucune cohérence dans la diplomatie française, juste une navigation à l’aveugle. C’est de toute façon un aveu de l’erreur de la position pro-Washington de la France sur le dossier Syrien. Poutine n’accepte le revirement de la France qu’en l’échange de quelque chose. L’arrêt des sanctions économiques peut être ?

     

    Répondre à ce message

  • #2015055
    Le 30 juillet à 11:15 par Michelly58
    Emmanuel Macron et le pari russe

    Les syriens n’accepterons jamais l’aide des français, ils leur lanceront des cailloux, mais ne voudront de leurs médocs.

     

    Répondre à ce message

  • #2015166
    Le 30 juillet à 14:37 par Norbert
    Emmanuel Macron et le pari russe

    Geste de rapprochement avec la Russie, dose de proportionnelle promise dans la réforme constitutionnelle, choses intolérables pour les sionistes . Promis je dirai moins de mal de Macron .

     

    Répondre à ce message

  • #2015169
    Le 30 juillet à 14:45 par Aymard de Chartres
    Emmanuel Macron et le pari russe

    Moscou ayant exercé une influence décisive sur la question du rapatriement des forces françaises d’intervention extérieure qui ont été stoppées et mises hors d’état de nuire par les autorités syriennes de la défense nationale, l’Élisée a pris acte de l’intervention diplomatique Russe à l’égard de la France et en remerciement a répondu favorablement à la demande du Président Russe, Vladimir POUTINE, d’accorder, en contrepartie de la décision Syrienne portant sur la libération des mercenaires professionnels français mis aux arrêts, une aide humanitaire d’un demi million d’€.

     

    Répondre à ce message