Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

En vert et contre vous : des écolos pour une cohabitation humaine avec rats et punaises de lit

Les habitants du quartier Neudorf de Strasbourg peuvent remercier la municipalité écolo. En effet, le 24 février dernier, on apprenait, en lisant les Dernières Nouvelles d’Alsace, que des rats avaient littéralement envahi un immeuble de ce quartier. Or, lors d’un conseil municipal en septembre dernier, une élue écolo avait émis l’idée que les rats et punaises de lit ne devraient plus être classés sous la terminologie « nuisibles » mais « liminaires ». Le terme « commensaux » fut évoqué, mais le camp « liminaire » l’emporta.

 

Enchantée par ce changement d’appellation, la population pourra désormais se targuer d’employer un mot savant : « Figurez-vous, ma chère, que nous sommes envahis par des liminaires. » Ce à quoi la voisine répond : « Qu’est-ce qui vous a pris d’acheter tous ces luminaires ? Nous, on est envahis par les rats dans la cave et les punaises dans les matelas. » Quelques quiproquos amusants apportent un peu d’animation dans le quartier.

Lassée par l’inertie de la municipalité face à la prolifération de ces ex-nuisibles, l’élue du groupe « Strasbourg ensemble », Rebecca Breitman a exhumé la vidéo de ce conseil municipal de septembre 2020 dans laquelle la conseillère Marie-Françoise Hamard exprime son souhait « d’avoir, par rapport à tous ces animaux, une approche plus bienveillante ».

Une société de dératisation qui parlerait aux animaux avant de les éliminer pourrait emporter le marché. Des équipes spécialisées dans l’écoute de la punaise de lit sont recherchées par la mairie. Quelques valses de Vienne avant pulvérisation… Un peu d’humanisme, que diable !

Le surréalisme monte encore d’un cran après l’intervention de l’élue évoquant les situations d’insalubrité subies par les habitants. La dame ratophile a sa définition toute personnelle de la notion d’habitant : « Ces animaux, il faut bien comprendre, ils sont incapables de retourner vivre à l’état sauvage et par conséquent ils n’ont nulle part où aller. » Pourquoi ne pas réquisitionner un hôtel Formule 1 ? Les matelas foisonnent, le local poubelle est accueillant.

« J’évoque une régulation douce parce que c’est l’unique moyen de pouvoir – si je peux employer ce verbe – cohabiter au long cours avec ces animaux », continue la dame. « Je me demande si on n’est pas un peu en train de dérailler », lui répond en riant son interlocutrice.

Alors que la vidéo s’interrompt, le spectateur imagine que la brave animaliste a ensuite évoqué la détresse du virus face au vaccin, la désespérance du pou, la crise du logement chez les morpions. D’autres causes viendront : l’expropriation des habitants de Neudorf pour laisser place aux rats, punaises et autres termites. Ah, le termite et les jolies galeries qu’il creuse dans les charpentes ! Charpentes taillées dans des arbres décédés. C’est affreux ! La tâche de Mme Marie-Françoise Hamard est immense. Le retour de l’homme dans les cavernes semble la seule issue de son combat. À moins que les chauve-souris n’en prennent ombrage…

 

Qu’en pense Aymeric ? À lire, sur E&R :

 






Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Pour ma part, lorsque j’ai eu un cas de nuisance sonore, des écolos mélomanes, nouveaux arrivants, ont voulu me faire entendre que le son ne pouvait pas revenir à son état initial en retournant dans l’enceinte puis, repassant par le fil de cuivre s’en retourner à sa forme analogique ou numérique propre à la transformation de ce qu’il en fut capté au préalable, lorsque deux « paf ! » se firent entendre, en écho l’un de l’autre : le gonze venait de bouffer une beigne sauce barbare tandis que le bitume, jaloux, vint lui en offrir une seconde : con de goudron, impossible pour lui de revenir à son état naturel ou de remonter la filière industrielle de distillation des pétroles bruts, qu’il s’était retrouvé rigide plutôt que liquide, par la métamorphose. Auquel cas contraire aurions-nous entendu « splash ! ».
    Depuis, les musico-écolos ne confondent plus échos et stéréo car il n’est plus besoin de le leur dire deux fois ou de leur tirer les oreilles.
    Voilà qui amuserait Prof. l’exactitude de voir - désormais - un potentiomètre fonctionner comme par une incroyable rencontre des esprits et une télépathie consensuelle...

     

    Répondre à ce message

  • Le rôle des "écolos" est de "castrer" toute velléité de réaction quel que soit le sujet !
    Leur "moraline" soporifique ne s’attaque qu’au troupeau qui ne sait pas se défendre, mais ils se gardent bien de s’opposer aux grands groupes pollueurs défendus par une armada d’avocats stipendiés.
    Nous nageons en plein délire.
    D’où le grotesque de la situation décrite avec humour dans l’article en question...
    L’inversion accusatoire très bien étudiée par un Lucien Cerise confine ici au ridicule, mais, hélas, celui-ci ne tue plus !
    Au contraire, il envahit toutes les strates de notre quotidien.
    Alors que nos taxes locales ne cessent d’augmenter,
    - nous sommes tenus de trier nos déchets consciencieusement sans constater une baisse de la T.E.O.M dans notre feuille d’impôts,
    - les espaces verts ne sont plus entretenus, les rats et les insectes prolifèrent, pire, ils migrent sous nos cieux hospitaliers, avec le frelon asiatique et le moustique tigre qui nous pourrissent la vie.
    Essayez de contacter votre Mairie ou même l’A.R.S en cas de piqûres multiples et invalidantes, ils s’en lavent les mains (au gel hydroalcoolique) et vous conseillent d’acheter en pharmacie, avec vos propres deniers, des produits cutanés très chers et dangereux...
    Donc, vos élus et ces planqués de la Santé, grassement rétribués pour ne rien faire, s’abstiennent et vous interdisent d’utiliser des produits phytosanitaires sur la flore (dangereux pour qui au fait ?) mais vous recommandent de vous asperger régulièrement de produits contenant des molécules approchantes (la citronnelle ne sert à rien, il faut monter en gamme !)
    Tout cet écran de fumée a préparé l’arrivée du "virus" que l’on ne peut voir à l’œil nu, celui-là ! pour enfin bien nous confiner au sens propre et figuré et surtout nous emprisonner mentalement.
    Jusqu’où les laissera-t-on aller ?

     

    Répondre à ce message

  • Vous auriez du regarder ce documentaire d’Arté qui nous propose les chiffoniers du Caire comme le modèle le plus "éfficace" de recyclage au monde.

    Vivre au milieux des poubelles et autres substances cancérigènes/carcinogènes est donc devenu une preuve suprème d écologie appliquée.
    Mourrir dans la misère à 45-50 ans d’avoir recyclé les déchets des riches est a priori une démarche ecologique.

    Donnez moi 15000tonnes de plastiques, je vous fabriques 15000t d’ecologie.

     

    Répondre à ce message

  • Même Groland n’aurait pas osé !! xD

     

    Répondre à ce message

  • Les habitants du quartier du Neudorf sont faits comme des rats désormais. Punaise !!!

     

    Répondre à ce message

  • Cohabiter avec des rats et des punaises ! Mais c’est pas déjà le cas dans le milieu politique ou dans le quotidien de ces Français qui vivent la "mixité sociale" dans leur quartier ?

     

    Répondre à ce message

  • L’humain, comme le rat, est adaptatif, pour le meilleur et surtout pour le pire. Les rats dans le film ce sont nous. On pullule pour les bâtisseurs des pierres de Géorgie. Ces bâtisseurs sont simplement en train de nous exterminer jusqu’à ce que l’on ne soit plus que 500 millions.

    Cette information est connue de la majoritée des rats que nous sommes dans le film, des vrai rats si ils savaient ça s’organiseraient pour leur survie. Ils ne se boufferaient pas entre eux pour accélérer leur propre éradication. Notre humanité est donc pire que des rats, et sera donc effectivement exterminée en majorité. Je ne connais pas l’avenir et ne peut donc dire si le scénario du film ne subira pas quelques retouches de dernière minute, donc 500 millions ou un peu plus, ou un peu moins. Mais vu l’état actuel de l’humanité et sa propension à s’exterminer elle même comme c’est écrit dans le scénario, il y a des chances que ça soit comme c’est dit dans le scénario que la majorité des adultes dégénèrés connaissent aujourd’hui.
    On a juste le droit d’espérer individuellement, que lors de notre trépas on soit considéré meilleurs que des rats pour le film du Scenariste de la vie après la mort... Ce film là étant certainement le seul que les scénaristes de notre film actuel n’ont pas écrit et sur lesquels ils n’ont aucun droit de regard.

    Mais vous pouvez continuer d’accuser des rats que l’on vous autorise à accuser, ça aussi c’est dans le scénario. Je ne sais pas par contre si ça vous sauvera pour la vie après la mort, si c’est une humanité suffisante pour avoir un bon rôle dans le film d’après. Tellement de choses que je ne sais pas, en tant que rat rejeté par ses congénères, en tant que rat solitaire en quelque sorte.

     

    Répondre à ce message

  • Franchement, vous aurez écrit "article fake new", j’aurai ri. Mais c’est vrai... Perso, j’ai déjà eu des punaises de lit, et c’est un enfer. Alors, peu importe la qualification, le seul maître mot est l’éradication de ces nuisibles !

     

    Répondre à ce message

  • #2679298

    Total Delirium... Nous vivons dans un univers parallèle... Une espèce de crevasse métaphysique ou l’esprit ne peut s’y attarder sans y laisser quelques gouttes de sueurs froides.

     

    Répondre à ce message

  • Quand la vermine s invité a ton endroit pour te vampiriser cherche a capter quel conditions sont a l oeuvre pour favoriser ton anéantissement.
    Le capitaliste des mortificateurs en est une la liberté sans limite du marché ne cachera pas longtemps l envers de leur medaille de pute l esclavage du vivant au chiffre marchand des satanistes décomplexé

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents