Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Entretien avec Vladimir Poutine sur les relations internationales

Un résumé incisif des grands principes de la politique étrangère russe

Dans une interview tirée du documentaire Ordre mondial diffusé ce dimanche par la chaîne de télévision Rossia 1, le président russe a expliqué ce qui devrait animer les pays sur le grand échiquier des relations internationales, a dévoilé les principes essentiels de la politique russe et s’est prononcé sur l’éventualité d’une guerre mondiale.

 

Sur les intérêts comme clé de voûte des politiques extérieures

Vladimir Poutine estime que ce sont les intérêts qui jouent un rôle prépondérant dans les relations entre les États et ceci indépendamment du degré d’estime qu’ils ont les uns pour les autres.

Ainsi, selon le président russe le problème de l’Europe réside dans le fait qu’elle ne mène pas une politique étrangère indépendante.

« Elle (l’Europe, ndlr) a confié une partie de sa souveraineté, peut être une des parties les plus importantes de sa souveraineté, à l’Alliance (…), mais en réalité c’est au leader de l’OTAN qu’elle l’a confiée, à savoir aux États-Unis », a précisé le président russe dans le documentaire Ordre mondial diffusé samedi par la chaîne de télévision Rossia 1.

Mais, selon Vladimir Poutine, les intérêts des pays européens consistent à unir leurs efforts dans les domaines économique, politique, écologique, ainsi que dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée : « Unissez vos efforts avec la Russie. Nous sommes prêts à travailler avec l’Europe, nous n’avons pas l’intention de bouder à cause de ces sanctions. Nous attendons, nous attendons tous ceux qui sont prêts à coopérer avec nous », a souligné le président russe.

 

Sur les relations avec la Turquie après la destruction de l’avion russe

Le président russe fait bien la distinction entre le peuple turc et les dirigeants de la Turquie et ne tient aucunement à ce que les relations amicales entre le peuple russe et le peuple turc se dégradent.

« Je l’ai déjà dit dans ma déclaration (à l’Assemblée fédérale, ndlr) et je tiens à le répéter une fois de plus : nous considérons le peuple turc comme un peuple ami, et ne voulons pas du tout que nos relations avec ce peuple soient mises en veilleuse. Quant à la direction turque actuelle, rien n’est éternel sous la Lune », a relevé le chef de l’Etat.

 

Sur l’Ukraine et sa dette envers la Russie

Vladimir Poutine estime que la position des Occidentaux sur l’Ukraine est liée non pas à la protection des intérêts ukrainiens, mais aux tentatives d’empêcher la recréation de l’Union soviétique alors même que la Russie ne poursuit pas ce but.

« La simple évocation de cette hypothèse trouble le sommeil de nos partenaires », indique le président, en expliquant ce fait par les craintes des pays occidentaux de voir l’Ukraine plus compétitive dans l’économie mondiale.

Pour le moment l’Ukraine est en piteux état : le niveau de vie chute, le PIB est considérablement réduit, la désindustrialisation du pays bat son plein. En outre, la proposition russe de restructurer la dette ukrainienne n’a même pas été étudiée.

« Ils (les pays occidentaux) ne veulent même pas partager ce risque. Cela signifie qu’ils ne croient pas à la crédibilité de l’Ukraine et à la stabilisation de son économie. Néanmoins, ils changent les règles du FMI, car ce ne sont pas les États-Unis qui fournissent des financements, ce sont tous les membres de cette organisation internationale. Autrement dit, ils font porter un fardeau financier pour leurs propres erreurs politiques à la communauté financière internationale », indique Vladimir Poutine.

 

Sur la transparence et l’honnêteté de la politique russe

Selon le président russe, la Russie arrive aisément à communiquer avec tout le monde parce qu’elle s’en tient fermement à sa position.

« Quant à la crise syrienne, nous discutons sans problème avec le président Assad et les Etats-Unis. J’en ai récemment parlé avec le président américain Barack Obama et avec nos amis d’Arabie saoudite et d’autres pays arabes », a déclaré M. Poutine.

« Pourquoi sans problème ? Tout simplement parce que nous ne remuons pas la queue devant tout le monde et ne changeons pas notre position », a ajouté le président.

Selon lui, Moscou a clairement exposé sa position concernant le processus de paix en Syrie.

« Nous avons d’abord demandé aux gens s’ils préféraient que nous agissions de telle ou telle manière, s’ils étaient d’accord ou non. Tout le monde s’est mis d’accord sur les paramètres principaux du règlement de la crise. Nous avons alors formulé notre position reposant sur des idées raisonnables et acceptables par tout le monde, c’est pourquoi nous restons constants et ne changeons pas d’avis à tout bout de champ », a conclu le chef de l’État russe.

 

Sur une guerre éventuelle

En répondant à la question du journaliste sur la probabilité d’une guerre, Vladimir Poutine a exprimé son souhait de ne pas voir de guerre mondiale éclater, car ce serait une catastrophe d’une ampleur planétaire.

« J’espère qu’il n’existe plus sur terre d’hommes assez fous pour oser utiliser des armes nucléaires », a déclaré le président.

Néanmoins, selon M. Poutine, « étant l’une des principales puissances nucléaires, la Russie se réserve le droit d’améliorer son armement stratégique, celui-ci étant compris comme un moyen de dissuasion. La triade nucléaire est au cœur de notre politique de sûreté nucléaire. Nous n’avons jamais brandi et ne brandiront jamais cette massue, mais elle occupe une place appropriée et joue un rôle non négligeable dans notre doctrine militaire ».

 

L’entretien (traduction amateur) :

Voir aussi, sur E&R :

L’empire contre la Russie, à lire chez Kontre Kulture :

Le point de vue d’un journaliste britannique
sur l’histoire des relations internationales, à découvrir chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1351837

    Rien sur la boîte noir de l’avion abattu..qui serait "illisible" selon le gouv russe ??

     

    • #1351898

      Quelle étrange coïncidence... pourtant selon des experts il est très rare que ce genre de chose arrive, surtout que l’aspect externe semble tout de même en bonne état, que voulez-vous certains sont plus chanceux que d’autres...


    • Vu l’éclairage particulier que la Russie a donné à l’ouverture de cette boîte noire, avec un direct vidéo sur Sputnik, je ne pense pas qu’il était dans l’idée d’alerter l’attention internationale pour mentir en annonçant un contenu illisible. Surtout dans le cas d’un crash d’avion militaire où le public ne s’attend pas à ce qu’on révèle le contenu de boîtes noires.

      La Russie veut donner l’image d’un pays ferme mais franc.


  • Merci de partager cette traduction, tout le monde n’a pas la chance de parler russe et le point de vue de Vladimir Poutine permet quelques éclaircissements d’importance pour comprendre la situation actuelle et l’esprit Russe.
    Merci à E&R pour ce relais.


  • Merci infiniment pour cette traduction .


  • Comme dit Francis Cousin, les USA veulent un monde unipolaire dirigé par eux si possible, et Poutine un monde multi-polaire... mais çà reste le capitalisme, le système de la marchandise qui est voué apparemment à s’effondrer.

    Question à Mr. Poutine : peut-on moraliser le capitalisme ? Peut-on avoir une stabilité mondiale - et non une croissance - qui assure en même temps le bien-être des peuples, et pas seulement matériellement, en restant dans le capitalisme ?

    C’est çà la question de fond, parce que si çà revient au même d’être dans un monde multi-polaire, c’est alors juste une question de temps avant le grand collapsus, et dans ce cas qu’on soit américanisé ou poutinisé, la question n’est pas de savoir avec qui on fait alliance, la vraie question est bien plus radicale : comment imposer la morale et sur quelles valeurs avant toute transaction inter-nationale, et pour quel type de marché !
    Je comprends bien l’intérêt de Poutine qui cherche des alliés, mais finalement il ne pose pas ce genre de question. Le fait même de continuer à produire de l’armement
    montre que la question morale n’est pas à l’ordre du jour, et c’est bien dommage !
    J’arrête là, je chauffe !

     

    • Un début de réponse : Bonne lecture !

      http://www.egaliteetreconciliation....


    • La diffference entre un philosophe et un Politique au sens noble du terme. Chacun apporte sa pierre à l edifice mais l’un est el concept et l autre dans le réel.... Les deux se rejoigne cependant pour denoncer l’oligarchie bancaire...


    • souvenez vous qu’il faut toujours la bonne réponse à chaque attaque. je comprend votre étonnement, mais ça reste simple : on ne devient pas jongleur en un jour, Poutine a déjà accompli beaucoup en contre pouvoir dir multipolaire, et j’espère que cela n’est qu’une étape. cela étant, vous voudriez changer la nature humaine d’un trop grand pas, alors que les changements se font sur la durée, tous les exemples sont là (Europe, mondialisme, tafta, FM, sionisme, gouvernance ...) ... j’aimerai tant que des gens bons dirigent la france, mais c’est une utopie, alors si cela était possible, j’aimerai comme première étape un Poutine français ...


    • Je vous rejoint sur votre analyse et la ou les questions de fond que soulèvent le modèle capitaliste où plutôt libérale capitaliste (sa forme ultime).
      Cependant cela est impossible à envisager pour Poutine, la Chine et encore moins pour les USA puisque le dernier protagoniste est engluée dans une logique géopolitique agressive depuis au moins Richard Nixon. Il ne faut pas oublier le rôle pervers d’Israël dans la région et donc dans les choix politiques Américaines, dont la stratégie n’est plus un secret en dehors des moutons qui ne se posent aucune questions.
      L’Europe n’en parlons pas, elle est tellement soumise à son fédérateur outre-atlantique et incapable du moindre consensus et d’une véritable politique commune qui ne court-circuiterait pas la souveraineté des Etats de l’Union que la situation est inextricable.
      Face à un tel schéma, une corruption globale, une pénurie énergétique annoncée et une dérive des institutions financières internationales toujours pas résolu, la question morale semble bien loin des préoccupations de nos oligarques, enfin sur le court terme parce que le moyen et le long terme, ça ne les concernent vraisemblablement pas.
      On sent que Poutine est préoccupée par la situation et oeuvre (cela n’a pas toujours été le cas) à une résolution en partenariat avec l’Occident mais il n’y a pour l’instant personne en face avec qui discuter. Sans dialogue comment voulez vous aborder la question d’une hypothétique alternative au capitalisme, dans un monde en guerre perpétuelle ?
      Pour la plupart des gens (surtout en occident) c’est de la science fiction ou cela ne fait pas partie de l’agenda !


  • Merci pour la traduction !


  • Ce qui me frappe toujours avec V.V.Poutine, c’est son regard toujours franc, il regarde toujours son interlocuteur droit dans les yeux, une voix tjs posée, bref, il donne une impression forte de penser ce qu’il dit
    Ce qui est totalement le contraire des autres "dirigeants", quand on voit par ex Hollande s’exprimer, c’est l’image totalement inverse qu’il renvoit
    C’est peut-être un détail sans importance pour beaucoup, mais, à mes yeux, c’est capital

     

    • @ Alicia

      C’est toute la différence entre « penser ce que l’on dit » et «  à ce que l’on dit » !


    • tu m’étonnes !!! et quand c’est des sujets houleux comme la double nationalité , il préfère envoyer Taubira , qui s’exécute - faut que les larbins du système justifient leur salaire !!!!


    • C’est aussi l’intérêt d’être interrogé par un homme (dont la virilité semble à la hauteur de celle de son interlocuteur) : il n’y a pas ce trouble devant une femme qui rend émotifs nos pantins politiques et qui déplace sournoisement l’intérêt de l’entretien vers un spectacle érotisé...
      Tout le monde n’est pas Chavez, imperturbable en 2009 devant Vicky Davila quand il dénonce l’économie colombienne fondée sur le trafic de drogue


  • Cela fait quelque chose d’entendre un Politique qui se veut responsable, cohérent et structuré.
    Cela change... de ce que l’on rencontre habituellement.
    Et au passage, cela nous rappelle qu’avant Sarkozy et Hollande, nous avons eu Chirac. Et que rester dans les clous du gaullisme avait du bon.


  • Petit papa Noël quand tu descendras du ciel, apportes nous un grand et "vrai" président comme Monsieur Poutine, car nous en avons besoin, merci d’avance cher Petit papa Noël .

     

    • Lorsque l’alliance judéo anglo-saxonne s’effondrera, qui croyez-vous prendra la relève du monde ?
      sinon les slaves ! Les forces de Saint-Michel, préservant la Sainte et Vierge Marie, contribueront à redonner aux nations leurs identités et par là même aux Hommes !


  • Ukraine grenier à céréales de l’Eurasie ou l’hectare de terre est vendu à moins de 1000 euro - ça intéresse tout le monde d’en acheter - of course !
    1000 hectares pour un million d’euro


  • Formidable interview de Vladimir Poutine, elle montre un homme qui a l’art consommé de la psychologie et de la politique (en mélangeant sentiments et fermeté), bien que le regard reste glacé. Pourtant, ce regard respire l’intelligence, jamais ne sont évoquées explicitement les thèses complotistes de l’implication américaine en Ukraine ou en Syrie. Si ce sont les USA qui derrière l’Otan dirigent l’Europe, le putsch à Kiev - que n’ont malheureusement pas contesté les Européens - a pour origine le mécontentement populaire, la position occidentale sur l’Ukraine étant ensuite liée "non pas à la protection des intérêts ukrainiens, mais aux tentatives d’empêcher la recréation de l’Union soviétique alors que la Russie ne poursuit pas ce but", s’agissant de briser l’Ukraine à cause de son potentiel économique. Les propos ont leurs cibles et suscitent un questionnement : la Russie est prête à travailler avec l’Europe, elle n’a pas l’intention de bouder à cause des sanctions, le peuple turc est un peuple ami, elle ne veut certes pas la guerre mais s’y prépare. Très habile.


  • Poutine semble honnête et plein de bonne volonté mais il n’a pas l’air de se rendre compte qu’en face de lui il a affaire à des sionistes qui ne reculeront devant aucune abjection, devant aucun procédé normalement déshonorant, pour l’abattre .

     

    • salut,les russes dans leur histoire ont toujours laissé une impréssion de ne pas juger comme il se doit leurs ennemis les plus mortels,mais a la fin ,demandez aux chevaliers teutoniques,aux tatars,a napoleon , a hitler, qui a prit l’autre a la légère ?...


  • #1352158
    le 23/12/2015 par mamie grisée bleu et gris.
    Entretien avec Vladimir Poutine sur les relations internationales

    La politique n’ est pas une simple facette de l’ activité humaine au service de la cité puisqu’elle contrôle l’arsenal juridique du pays, ainsi que ce qui relève de la protection des hommes et des biens (militaire, industrielle, numérique..) . En France le président est le chef des armées, même si, et c’est le cas de l’actuel, il arrive aux manettes du pays avec une maigre maitrise des dossiers internationaux.
    Poutine a une longueur d’avance en terme de stratégie et même comme diplomate. Sans être fourbe, il maitrise l’art de la ruse en bon oriental qu’il est et sait notamment se replier à bon escient (« Unissez vos efforts avec la Russie. Nous sommes prêts à travailler avec l’Europe, nous n’avons pas l’intention de bouder à cause de ces sanctions. Nous attendons, nous attendons tous ceux qui sont prêts à coopérer avec nous », a souligné le président russe.)

    Des aspects de cet homme dans cette figure du combat sans relâche :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheva...


  • Dans notre malheur ,encore heureux que nous ayons cet homme qui fait front devant cette bande de chacals .Imaginons le contraire.


  • Et nous on a ...flamby.


  • Perso il me scotche ce président. On peut ne pas être d’accord avec tout ce qu’il fait mais franchement respect c’est le genre de gars qui n’a qu’une parole.

    On devrait exiger d’avoir des répresentants de cette trempe.

    Sur la fin, on sent dans son regard un véritable espoir d’éviter la troisième guerre mondiale. Puisse Dieu le soutenir.


  • Une fois de plus,en écoutant Poutine parler,on a le sentiment d’avoir un vrai personnage politique de carrure HISTORIQUE,très difficilement remplaçable ;.... contrairement au petit ramassis de sous-merdes qui sont sensés gouverner ici en France et ailleurs en Europe...


  • #1353052

    La guerre mondiale arrive...


  • A côté de Vladimir Poutine, les dirigeants européens vassalisés, font figures d’individus d’une profonde médiocrité.

     

  • Cet homme est impressionnant !
    Il a pour lui la durée de l’histoire et s’en sert.

    Je me suis repassé 5 fois la seconde où il répond à la question "Y-aura-t-il une guerre..."
    J’ai scruté l’imperceptible tic de son visage. Incroyable...

    Amis Russes, vous avez de la chance.
    Vous pourriez avoir mieux (?) Vous avez Poutine, nous avons des marionnettes.


Commentaires suivants