Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Russie réfléchit à un système financier orthodoxe sans prêt à intérêt

Un casus belli pour l’Occident usurier ?

Un important débat est en cours en Russie depuis l’imposition des sanctions financières occidentales aux banques et aux sociétés russes en 2014. Il fait suite à une proposition présentée par le Patriarcat de Moscou de l’Église orthodoxe. La proposition, qui ressemble à bien des égards aux modèles bancaires islamiques sans intérêts, a été dévoilée la première fois en décembre 2014, face à la profondeur de la crise du rouble et au prix du pétrole en chute libre. Depuis août, l’idée a reçu un énorme coup de pouce avec l’approbation de la Chambre de commerce et d’industrie de Russie. Elle pourrait changer l’histoire pour le meilleur selon ce qui en sera fait et où elle conduit.

 

Il y a vingt ans, pendant l’ère Eltsine, dans le chaos de l’hyperinflation en Russie suite à la thérapie de choc du FMI, l’Église orthodoxe russe a présenté une proposition alternative pour des services bancaires sans intérêts. Pendant cette période, une tripotée d’économistes russes libéraux, adeptes du marché libre, dans l’entourage de Eltsine, comme Yegor Gaider, ont prévalu. Ils ont livré les actifs de l’État russe au pillage par les banques occidentales, les hedge funds et les corporations.

Lors de ma première visite en Russie, en mai 1994, pour donner une conférence dans un institut économique russe sur la thérapie de choc du FMI, j’ai vu de première main la mafia sans foi ni loi, la mafia Russkaya, fonçant à travers la rue Tverskaya presque vide, près de la place Rouge dans la nouvelle limousine Mercedes 600 dernier modèle, sans plaques d’immatriculation. Ce fut un temps dévastateur pour la Russie, et Washington et les technocrates du FMI savaient exactement ce qu’ils faisaient en favorisant le chaos.

 

Les sanctions américaines concentrent l’attention

 

En 2014, beaucoup de choses ont changé en Russie. Plus important encore, l’engouement qui existait il y a deux décennies pour tout ce qui venait de l’Amérique a naturellement disparu. Les sanctions financières du Trésor américain ont été lancées par étapes en 2014 contre des individus spécifiques autour du président Poutine, puis des banques et des sociétés ciblées dépendant du crédit étranger. Elles ont eu pour effet de forcer un réexamen critique de la part des intellectuels, des représentants du gouvernement russe et du Kremlin lui-même.

Les attaques de Washington, actes de guerre contre une nation souveraine légalement parlant, ont été lancées par le Bureau du Trésor américain sur le terrorisme et le renseignement financier, la seule agence de finances publiques dans le monde ayant son propre service de renseignements. Le Bureau a été créé sous le prétexte d’identifier et de geler les avoirs et les comptes bancaires des cartels de la drogue et des terroristes. C’est une chose pour laquelle cette agence semble étrangement inapte si l’on juge la minceur de leur dossier concernant des groupes comme ISIS ou al-Qaïda en Irak. Elle semble beaucoup mieux s’en sortir concernant des pays indésirables comme l’Iran et la Russie. Elle possède des bureaux dans le monde entier, y compris à Islamabad et à Abu Dhabi.

Ces sanctions financières guerrières du Trésor américain et la perspective d’autres bien pires à venir ont suscité un profond débat en Russie sur la façon de défendre la nation contre de nouvelles attaques. La vulnérabilité de leur système bancaire aux sanctions occidentales a conduit la Russie et la Chine à développer une version russe interne de paiements interbancaires pour remplacer SWIFT. Maintenant, la nature même de l’argent et son contrôle sont au cœur du débat.

 

Proposition orthodoxe non-orthodoxe

 

En janvier 2015, au plus profond de la crise financière, avec un rouble valant la moitié de ce qu’il valait quelques mois plus tôt et des prix du pétrole en chute libre à la suite de l’accord de septembre 2014 entre John Kerry et le Roi Abdallah, le Patriarcat de Moscou a réitéré son idée.

Dmitri Lubomudrov, le conseiller juridique de l’Église orthodoxe, a déclaré aux médias à l’époque :

« Nous avons réalisé que nous ne pouvions pas rester dépendants du système financier occidental, mais nous devons développer notre propre système. Comme avec le système islamique, celui, orthodoxe, sera basé non seulement sur la législation, mais aussi sur la moralité orthodoxe, et sera une invitation aux hommes d’affaires en quête de sécurité dans un moment de crise. »

Parmi ses caractéristiques, il y aurait l’émission de crédit sans intérêt et l’interdiction des investissements dans les casinos ou dans des activités allant à l’encontre des valeurs morales de l’Église.

Puis au début août de cette année, le plan orthodoxe pour la création d’argent sans intérêt a gagné un soutien supplémentaire majeur. Sergei Katyrin, à la tête de la Chambre de commerce et d’industrie russe, après une rencontre avec Vsevolod Chaplin, un haut clerc orthodoxe supervisant le projet, a annoncé :

« La Chambre de commerce et d’industrie soutient la création du système financier orthodoxe […] et elle est prête à fournir sa plate-forme pour une discussion approfondie et professionnelle de ces questions avec les commissions compétentes de la chambre. »

La proposition vise à réduire la dépendance de la Russie au système bancaire occidental, une exigence essentielle de sécurité économique nationale.

Tout comme les modèles bancaires islamiques ont interdit l’usure, le système financier orthodoxe ne permettrait pas d’intérêts sur ces prêts. Les participants à ces systèmes partagent les risques, les profits et les pertes. Tout comportement spéculatif est interdit, ainsi que les investissements dans le jeu, la drogue et d’autres entreprises qui ne respectent pas les valeurs chrétiennes orthodoxes. Il y aurait une nouvelle banque ou organisme de crédit à faible risque qui contrôle toutes les transactions des fonds d’investissement ou des sociétés qui investissent à la source et organisent la médiation lors du financement du projet. Cela permettrait d’éviter explicitement des opérations présentant des risques financiers. « La priorité serait d’assurer le financement du secteur réel de l’économie » a déclaré son porte-parole.

Fait intéressant, la plus grande république autonome islamique de la Russie, le Tatarstan, a récemment introduit la banque islamique en Russie pour la première fois et cela a été soutenu positivement par German Gref, PDG de l’entreprise publique Sperbank, la plus grande banque de Russie. En mai dernier, M. Gref a qualifié cela d’instrument très important au vu des problèmes actuels de collecte de fonds sur les marchés internationaux. En juillet, la Sberbank et la République du Tatarstan ont signé un accord sur la coopération dans le domaine de la finance islamique.

Sous le tsar Alexandre III et son ministre des Finances Nicolas Bunge, la Russie a créé la Banque foncière des paysans, au début des années 1880, pour accorder des prêts sans intérêts aux paysans qui avaient été libérés du servage en 1861 par son père, Alexandre II, et à qui on avait donné de la terre. La Land Bank a investi dans la modernisation de l’agriculture russe, les agriculteurs ne payant qu’un petit supplément pour la gestion des crédits. Le résultat a été une augmentation spectaculaire de la production du blé russe, et d’autres céréales. La Russie est devenue le grenier à blé du monde jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale, dépassant la production combinée des États-Unis, de l’Argentine et du Canada de quelque 25%.

 

Les propositions de Glaziev

 

La nouvelle importance du modèle monétaire orthodoxe dans les discussions russes vient à un moment où l’un des conseillers économiques de Vladimir Poutine, Sergueï Glayzev, la personne conseillant le président sur l’Ukraine ainsi que sur les relations avec les autres membres de l’Union économique eurasienne, a présenté un plan pour renforcer la sécurité économique et financière nationale de la Russie. Cela dans l’hypothèse tout à fait raisonnable que les sanctions financières et maintenant des pressions militaires de la part de Washington et de l’OTAN ne soient pas un accident fortuit, mais une stratégie profonde pour affaiblir et détruire économiquement l’une des deux nations qui se dressent sur le chemin d’un Nouvel Ordre mondial américain globaliste.

En mai 2014, quelques semaines après que l’administration Obama a imposé une série sélective de sanctions sur des individus russes importants, des banques et des sociétés d’énergie, frappant au cœur de l’économie, Glazyev a donné une interview au journal financier russe Vedomosti, dans laquelle il a proposé un certain nombre de mesures défensives prudentes. Parmi celles-ci, il s’en trouvait plusieurs qui sont maintenant la politique officielle. Cela incluait un échange de crédit et de devises avec la Chine pour financer les importations indispensables ; un changement de règlement sur les devises nationales, le rouble et le renmimbi ; la création d’un système russe d’échange d’informations interbancaires analogue à SWIFT pour les paiements et les règlements au sein de l’Union économique eurasienne et d’autres pays partenaires.

Une proposition stratégique de Glazyev pour que l’État impose un moratoire sur toutes les exportations d’or, de métaux précieux et de terres rares, et exige que la Banque centrale achète l’or sur les marché internationaux pour renforcer les réserves de ce métal. Cette dernière proposition a malheureusement été refusée par le Gouverneur de la Banque centrale, Elvira Nabiullina, qui a dit à la Douma :

« Nous ne croyons pas qu’un moratoire soit nécessaire sur les exportations d’or. Nous sommes en mesure d’acheter assez d’or pour diversifier nos réserves d’or et de devises. »

Nabiullina a été critiquée par les membres de la Douma pour être beaucoup trop lente dans l’accumulation de réserves d’or pour conforter le rouble. La Russie est aujourd’hui le deuxième plus grand producteur d’or au monde, après la Chine, et la Chine a accumulé au cours des dernières années, via la Banque populaire de Chine, des réserves d’or à un rythme effréné. Les banques centrales occidentales, menées par la Réserve fédérale, depuis que le soutien de l’or pour le dollar a été abandonné en août 1971, ont tout fait, y compris des manipulations de marché, pour décourager dans le monde entier la constitution de réserves d’or en vue d’y adosser des devises.

Plus récemment, le 15 septembre, Glazyev a présenté une nouvelle série de propositions économiques au Conseil de sécurité présidentiel russe pour, comme il le dit lui-même, réduire la vulnérabilité aux sanctions occidentales au cours des cinq prochaines années et préparer les fondations pour une croissance à long terme et la souveraineté économique. Parmi ses propositions, il y avait la création d’un Comité d’État sur la planification stratégique auprès du Président de la Fédération de Russie, et un Comité d’État pour la science et le développement technologique, calqué sur un système créé en Iran dans les années 1990 suite à l’introduction des sanctions occidentales.

La première mesure, la création d’un Comité sur la planification stratégique, fait écho au très réussi modèle français de planification nationale introduit sous la présidence de Charles de Gaulle, qui a été crédité de la transformation de la France, d’une économie largement paysanne stagnante en une nation industrielle avancée moderne et innovante au début des années 1970.

Dans les années 1960, la France a eu un Commissariat général au Plan, qui a analysé l’ensemble de l’économie pour identifier les faiblesses critiques nécessitant une attention particulière pour un développement national global. Il devait fixer des objectifs pour les cinq prochaines années. Les membres de la Commission générale étaient des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprise, des syndicats et d’autres groupes représentatifs. Chaque plan proposé était ensuite envoyé au parlement national pour un vote d’approbation ou des amendements.

La différence cruciale entre la planification quinquennale de la France et le modèle soviétique de planification centrale, lui aussi quinquennal, était que le français était indicatif et non impératif comme le fut le plan quinquennal soviétique. Les entreprises privées ou étatiques pouvaient décider librement de se concentrer sur un secteur tel que le développement des chemins de fer, sachant que l’État encouragerait l’investissement avec des incitations fiscales ou des subventions à faible risque pour le rendre attrayant. Cela a été une grande réussite jusqu’au milieu des années 1970, lorsque que, suite aux chocs pétroliers massifs et à l’augmentation des directives réglementaire supranationales de Bruxelles, il est devenu de plus en plus difficile à mettre en œuvre.

Il y a d’autres points dans la proposition détaillée de Glazyev. Parmi les plus intéressants, il propose d’utiliser les ressources de la Banque centrale pour fournir des prêts ciblés pour les entreprises et les industries en leur fournissant de faibles taux d’intérêt, entre 1% et 4%, rendus possible par un assouplissement quantitatif [planche à billets, NdT] à hauteur de 20 milliards de roubles sur une période de cinq ans. Le programme suggère également que l’État supporte les entreprises privées au travers de la création d’obligations réciproques pour l’achat de produits et de services à des prix convenus.

La Russie est dans un processus fascinant qui repense chaque aspect de sa survie économique nationale, du fait de la réalité des attaques occidentales. Cela pourrait conduire à une transformation très saine, loin des défauts mortels du modèle financier de libre marché anglo-américain.

F. William Engdahl

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Poutine a conscience de sa place potentielle dans l’histoire et il a décidé de ne pas faire les choses à moitié ! Et à côté de ça qu’avons-nous ? Des Juppé (notre future président, c’est programmé), des Fabius, des Hollande, des Sarkozy...Pauvre France !


  • Voilà des pistes très saines , à mon avis , en plus venant de l’église orthodoxe , c’est beaucoup plus vivifiant et davantage chrétien que les gesticulations et reptations du plus haut dignitaire catholique en faveur de la communauté qui ( elle ) est à la Base de l’usure , et en a fait un système de domination mondiale !.... Ce hiatus des élites cathos , démontre s’il le fallait encore , leur soumission à la " bête" : courage fuyez bon peuple !!

     

    • Cher Monsieur, c’est tout à fait cela. Pour être fixé sur le degré de soumission de l’église catholique au vrai pouvoir, il suffit d’écouter RCF (Radio chrétienne de France), hormis de thèmes parfois intéressants à écouter, la propagande et la soumission au système y sont absolues et quotidienne, de même que la manipulation par les bons sentiments des catholiques post Vatican 2. Prenez le temps d’écouter plusieurs jours de suite, vous verrez c’est flagrant.


  • Sur le grand échiquier international Poutine a un coup d’avance sur l’oncle Sam... mais la partie risque d’être encore longue.


  • Et pendant ce temps, notre président … qui a fait H.E.C, Science Po et l’E.N.A. dont il est sorti "auditeur à la Cour des Comptes" … dirige un pays surendetté À DESSEIN, comme c’est le cas dans tous les pays occidentaux, pour enchaîner les peuples au système bancaire par le prêt à intérêt. En fait de gestion, il y a quand même des coups de pied au cul qui se perdent.

    Lire "Les confessions d’un assassin financier" de John Perkins.
    http://www.egaliteetreconciliation....

     

  • Cela va dans le bon sens et c’est un magnifique projet.
    Si j’ai bien compris, une telle banque fonctionne avec un accord préalable sur une somme fixe qui sera versée à la banque à la fin de la transaction.


  • Effectivement, l’OTAN ne laissera pas passer un tel outrage. La réaction sera brutale, mais si cette initiative finit par aboutir, Poutine rentrera définitivement dans l’Histoire.

     

    • L otan ne peut rien face à la Russie.


    • Je pense pas non plus que l’OTAN pourra faire quelquechose...

      Ceux qui dirigent vraiment, ceux dont même un Pierre Hillard ne saurait dire les noms, vont utiliser des ruses encore bien plus sournoises et discretes ...

      ça sent les petites cellules cancereuses pour Vladimir Poutine s’il met ça en place.
      Surtout que je le vois à travers mon entourage dont les croyances mainstream sont fortes, Poutine est respecté malgré toute la propagande contre lui. Il est un homme fort, et on le respecte pour ça.
      Donc s’il donne une alternative à l’usure, la riba, il sera plus qu’une menace.


  • Très intéressant mais comment vont-ils incorporer l’inflation (forte en Russie) ? Si quelqu’un peut m’expliquer le prêt sans intérêt ? Comment peut-il faire vivre le prêteur ?

     

    • Le prêt sans intérêt est possible si c’est l’Etat qui l’organise .


    • Les banques prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas ni ne possèdent : les avoirs sont ceux des épargnants (qu’elle rémunère des broutilles), cela représente au mieux un douzième de ce qu’elles prêtent, le reste étant de la création ex-nihilo.
      Pour un milliard d’avoir, la banque prête douze milliards, et aujourd’hui il semblerait que ce plafond ait explosé, certaines banques prêtant 50 fois ce qu’elles ont en dépôt. L’arnaque totale.


    • Bonjour,

      Je vous l’explique : Dans le systeme classique , comme vous le savez, la banque ou le prêteur donne de l’argent au désirant sur la base de l’argent lui même , c’est à dire que la banque est toujours gagnante sans se soucier des gains ou des pertes du client. Aujourd’hui les banques prêtent même de l’argent qu’ils n’ont pas et se font d’énormes gains. Cela crée une constante augmentation des inegalités sociales( une classe ,qui a de l’argent, qui s’enrichi et une autre qui s’appauvrit) .
      Dans le modele islamique : la banque et le client sont associés. Le client qui vient avec une idée qui necessite de l’argent , la banque doit être sûre que le projet est rentable car si le client perd elle aussi perd de l’argent. Les bénéfices sont partagés aussi.
      Dans le systeme usurier : la banque te prête 1000 et reçoit 1300. Les 300 n’ont pas de valeur travail, la banque centrale doit juste les imprimer, c’est l’inflation.


  • La Russie est le modèle.ce système peut être mis en place en France mais pour cela il faut redonner à ce pays sa dimension spirituelle chrétienne qui elle sera légitime pour unifier le pays et tranché les divergence entre les autres religion sur son territoire.Ce modèle creera du patriote en série car légitime et les autres commautees seront sur d’avoir un chef juste mais ferme.Quand tu vois que des millier de tchétchène prête serment pour aller la ou poutine les enverra et il sont musulmans cela donne de l’espoir au autre mais pour cela il faut être indépendant et se faire respecter.


  • En attaquant le prêt à intérêt, Poutine s’aventure dans la tanière de l’Antéchrist. Le Sheikh Imrane Hossein a peut être raison en disant que le salut de l’humanité viendra des chrétiens orthodoxes, d’où une alliance nécessaire avec les musulmans comme l’avait prédit le Prophète de l’Islam (Paix et bénédictions sur Lui).
    Je pense qu’en France on pourrait faire la même chose, si les chrétiens se réveillent et daignent enfin respecter les enseignement de notre guide Jésus (Paix et bénédictions sur Lui).


  • Faudrait voir le truc, parce qu’il y a sans usure, et avec usure, mais déguisée en sans usure, par une ruse (même dans cette finance qui sera alors prétendument Islamique), puis si en plus il y a toujours "création" de monnaie à partir de rien... ?


  • Les quenelles russes sont comme leurs missiles... d’une puissance de feu démesurée...


  • « au très réussi modèle français de planification nationale introduit sous la présidence de Charles de Gaulle, qui a été crédité de la transformation de la France, d’une économie largement paysanne stagnante en une nation industrielle avancée moderne et innovante au début des années 1970 »

    Crédité oui, mais à juste titre ou pas ?
    Il faut quand même rappeler des aberrations comme le fumeux (si j’ose dire) plan Calcul

     

    • Crédité à juste titre, les plans quinquennaux ont fait la puissance de groupes comme Airbus, Ariane, Alstom ou Sagem et ce sont eux qui ont permis à la France d’avoir l’un des développement des infrastructures les plus élevés du monde (réseaux ferré, autoroutes, réseaux électrique et centrale nucléaire).

      Il n’y qu’à voir ce qui s’est passé quand Mitterrand a pris la décision de supprimer définitivement notre secrétariat au plan national pour confier la direction du développement stratégique à la commission de Bruxelles sous contrôle Allemand : depuis le développement des infrastructures Française stagne, les fonds investis par la France étant principalement dirigés vers des projets "européens" Allemands et les grands groupes périclitent.
      Les mesures salutaires pour poursuivre tant bien que mal le développement Français sont aujourd’hui décidées unilatéralement ou bilatéralement au forceps, ensuite elle font l’objet d’un dénigrement systématique et intensif par la presse "nationale" et voit affluer des cohortes de militants "écologistes" du monde entier qui viennent se battre avec la police et bloquer l’avancement du chantier. On pense évidement au développement des TGV Lyon-Turin, Bordeaux-Saint-Sebastien, des élargissements et des prolongations d’autoroutes, du projet de 2eme aéroport international Français ou des projets scientifiques d’ampleur majeurs comme le synchrotron de Saclay, le laser Mégajoule ou le projet ITER.
      Bizarre tout ça quand on voit qu’aucun des grands journaux "français" n’est allé gueuler sur le coup économique pour l’état ou sur l’impact écologique de la ligne de TGV Gênes-Munich décidé par le secrétariat Bruxellois des Allemands et subventionné par les cotisations de tous états de l’union. Vous ne trouvez pas ?

      Le développement ça doit se penser stratégiquement pour être cohérent et il faut une structure pour ça. Tout les grands états qui réussissent en ont une, la Chine, le Brésil, l’Inde et même l’Allemagne (même si elle l’appelle Européenne pour attirer les financements des autres). Normal que la Russie repense une structure si elle n’en avait plus.

      L’opposition stérile consiste à s’opposer pour s’opposer parce que vous considérez que ceux qui prennent les décisions et qui ne pensent pas comme vous ne peuvent pas prendre de bonnes décisions précisément parce qu’ils ne pensent pas comme vous, donc pas la peine d’analyser le bilan des décisions prises.


  • Le Coran est descendu sur terre pour les gens qui veulent comprendre. Le prophète Muhamad décrit cette monaie, le dinard or comme la seule qui puisse servir l’homme. Cherchez longtemps, aidez vous du livre " le standard or d’Anoine Fékété, des principes révisés de Pierre Jovanovic sur les dérives de la monnaie mis à plat dans le livre 666. Lisez tout et vous conviendrez au final que l’absolue vérité est déja écrite dans Les livres saints.
    C’est navrant pour un expatrié de voir ses compatriotes s’époumoner à chercher des vérités énergivores articulées autour d’un concept laïque.

     

  • Organiser le prêt sans intérêt, c’est toucher au coeur du système. C’est la chose la plus révolutionnaire depuis 2 siècles. Effectivement, ce n’est peut-être pas complètement généralisable. Ce pourrait être des prêts de l’état pour des grands travaux d’intérêt général dans un premier temps.
    La question est de savoir comment rémunérer les autres prêts.

    Petite remarque : éliminer le prêt à intérêt, c’est raréfier l’argent et peut-être diminuer sa circulation et donc faire moins de croissance (ce qui pourrait être un bienfait lorsque cette croissance est inutile) et c’est peut-être aussi un moyen de diminuer l’inflation.


  • Alors là c’est clair l’avenir c’est la Russie...


  • Tous ceux qui critiquent ou doutent des banques islamiques (à juste titre d’ailleurs) sont en extase devant le projet de banque orthodoxe....à méditer


  • Sous titre fort à propos, pour la FED, qui est le vrai lieu de pouvoir de l’empire, ce serait la goute d’eau je pense.
    Nous sommes véritablement à l’orée d’un conflit mondial d’une ampleur sans précédant. L’humanité n’aura jamais dansé les yeux bandé aussi prêt du gouffre.
    Absit omen.


  • Si ça marche, y en a qui vont se retrouver avec un stock de pantalons à une jambe invendus !


  • Effet d’annonce ?


Commentaires suivants