Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Erdoğan : "La Turquie n’a pas besoin de l’UE"

Et "les États-Unis mentent à tout le monde"

Alors que plusieurs dirigeants européens menacent de mettre fin aux négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’UE, le chef d’État turc a affirmé que la Turquie ne cherchait plus à rejoindre l’Union.

 

La Turquie est prête à la suspension des négociations d’adhésion à l’UE, a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdoğan, s’exprimant devant les gouverneurs à Ankara.

« L’UE nous fait attendre. Nous patientons. Si vous êtes honnêtes, faites une déclaration, finissons-en. Nous n’avons pas besoin de vous », a indiqué M. Erdoğan.

Les relations entre les Européens, Allemagne en tête, et la Turquie, se sont nettement détériorées avec les accusations de dérive autoritaire portées contre le président turc depuis qu’il a réchappé à une tentative de coup d’État en juillet 2016.

La chancelière allemande Angela Merkel s’est prononcée au début du mois en faveur de l’arrêt des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

La question de la Turquie sera abordée en octobre lors d’un sommet organisé à Bruxelles, mais aucune décision formelle ne devrait être prise avant le printemps prochain.

 


 

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a accusé de mensonges les représentants américains, qui avaient affirmé qu’ils ne pouvaient pas rencontrer l’employé du consulat général des États-Unis à Istanbul arrêté il y a quelques jours.

 

Les autorités américaines sont hypocrites et ne disent pas la vérité, a lancé le chef d’État turc Recep Tayyip Erdoğan lors d’un discours à Ankara en commentant la situation autour de l’arrestation en Turquie d’un employé du consulat général américain à Istanbul.

« Les États-Unis mentent à tout le monde. Personne n’a demandé d’organiser un rendez-vous avec l’employé de leur consulat après son arrestation le 4 octobre. Ont-ils besoin d’un document [portant sur les accusations, ndlr] ? C’est le tribunal, pas le ministère des Affaires étrangères, qui va le faire parvenir », a expliqué le président turc.

Il a en outre pointé l’hypocrisie des États-Unis qui se présentent comme des partenaires de la Turquie.

« Lors de nos entrevues en privé, ils nous font des promesses et nous donnent des garanties mais, derrière notre dos, ils mènent leurs jeux vilains, qui ont pris un tel caractère qu’il est impossible de le cacher », a résumé Recep Tayyip Erdoğan.

Depuis quelques mois, les relations entre Ankara et Washington sont au plus bas. Les missions diplomatiques turques sur le territoire américain ont suspendu la délivrance de visas aux citoyens américains, hors visas d’immigration, invoquant la nécessité « d’étudier de nouveau la question des engagements du gouvernement américain concernant la sécurité des missions diplomatiques turques et de leur personnel ». Par cette démarche, Ankara espère « réduire au minimum » le nombre de visiteurs des ambassades et des consulats aux États-Unis.

La même annonce avait été faite la veille par l’ambassade américaine à Ankara. Les États-Unis avaient suspendu la délivrance de visas non immigrants aux citoyens turcs après l’arrestation à Istanbul de Metin Topuz, employé du consulat général américain.

(Source : fr.sputniknews.com)

Recep Tayyip Erdoğan, sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1819893
    le 15/10/2017 par matrix le gaulois
    Erdoğan : "La Turquie n’a pas besoin de l’UE"

    Une bonne nouvelle pour les pays européens...et une excellente nouvelle pour les turcs.

    Angela aurait été ravie, en plus des migrants, d’avoir, en remplacement de l’US Army, une armée turque devant jouer les forces supplétives afin de servir les grands desseins européistes de la Commission...et de plus, je ne suis pas certain que le traitement économique infligé aux grecs aurait été pareillement apprécié par les turcs.

    Mais je peux me tromper.

    Après tout, si les grecs ont pu vendre leurs îles sans rechigner...Ça vous aurait dit de vendre Tep Kapi pierre par pierre pour rembourser la sacro-sainte dette au nom du sacro-saint équilibre budgétaire prôné par le super-sacro-saint-des-saints ordo-libéralisme allemand ?

    D’autant que si les kurdes sont les alliés de Washington, donc de l’UE, vous auriez été tenu par Bruxelles de leur laisser faire un référendum sur la juste indépendance que vous leur devez, petits galopins (ironie) ... Non, mais franchement, à l’heure où les anglais se barrent de ce titanic, à l’heure où les grecs prient pour que l’UE s’écroule et où les espagnols préfèrent se déchirer entre eux plutôt que de continuer à supporter cette mascarade, je n’arrive pas à comprendre que certains puissent vouloir encore adhérer à cette infamie ... à moins d’être aussi demeuré qu’un nazi ukrainien, peut-être ?

     

    • #1820129

      @matrix le gaulois
      "je n’arrive pas à comprendre que certains puissent vouloir encore adhérer à cette infamie ... "

      Peut-être pour les avantages destinés aux nouveaux arrivants et aux... USA,
      - Avant l’adhésion, L’U.E distribuant généreusement quelques milliards à ces pays afin qu’ils se mettent en conformité avec les normes de Bruxelles.
      - Adhésion à l’OTAN, préalable requis pour être admis au sein de l’U.E.
      - Après l’adhésion et pendant quelques années, nouvelle distribution de quelques milliards pour relancer leur économie au service des USA et de l’Allemagne essentiellement, comme, par exemple, la Pologne qui a pu moderniser ses ports et construire des "raffineries" afin de pouvoir réceptionner le couteux gaz de schiste américain et plomber les achats de gaz russe.


    • #1820151

      @Matrix Le Gaulois
      En effet.
      J’ai bien aimé votre phrase de conclusion. :-)
      Le dessous des cartes comme dirait un composite de chez Arte.
      Ne varietur
      Lavrov.


    • #1821210
      le 17/10/2017 par matrix le gaulois
      Erdoğan : "La Turquie n’a pas besoin de l’UE"

      la Pologne qui a pu moderniser ses ports et construire des "raffineries" afin de pouvoir réceptionner le couteux gaz de schiste américain et plomber les achats de gaz russe.



      L’exemple polonais n’est pas mauvais mais il n’est pas probant non-plus, la Pologne surjoue la paranoïa anti-russe parce que c’est Poutine (un modéré) qui aux manettes au Kremlin, le jour où un nationaliste un peu plus dur ou un communiste arrivera au pouvoir : les polonais vont vite comprendre à nouveau pourquoi il vaut mieux ne pas mettre en colère un ours qui possède des dents nucléaires.

      D’autant qu’ils ne sont pas mieux lotis avec les allemands qui, on le rappelle, on tuer bien plus de polonais que n’en ont tué les russes :

      - obligation d’acheter du gaz de schiste américain bien plus cher que le gaz russe
      - obligation de célébrer la gay pride et la shame-pride dans la très catholique Pologne
      - le retour des nazis aux frontières sud devrait quand-même rappeler à certains des heures pas très éclairées (oui, ce sont les nazis ukrainiens qui ont fait la shoah par balle)
      - mesures de rigueur budgétaire en vue (qu’est-ce qui fait monter la ligne pro-groupe-de-Visegrad à votre avis ?
      - obligation d’accueillir quelques millions de migrants...donc augmentation des tensions civiles et de risques du terrorisme.

      Je ne savais pas que les polonais furent si nostalgiques de l’URSS qu’ils veulent de nouveau plier sous l’équivalent du soviet suprême en la personne de la commission européenne.


  • #1819950

    Si M.Trump ne parle pas de la Turquie, c’est qu’il n’y a pas de problème avec les USA, Israël ou l’OTAN en tout cas, pas sur le fond. Le reste ce sont des broutilles, des faux semblants et du fumigène à usage interne.
    La Turquie ne s’est jamais aliénée les USA ou l’OTAN même au plus fort de la supposée crise avec Israël au sujet du navire le " Marmara".
    L’alliance Turquie, Otan, Usa, Israel ne s’est jamais démentie depuis 1949 et elle n’est pas près de l’être pour des raisons stratégiques qui relèvent de la dépendance du 1er envers les autres et notamment sur les plans de l’acquisition d’armements performants et de dépendance énergétique et d’accès aux marchés.extérieurs pour l’industrie et l’agriculture turques.
    La structure de l’économie turque est basée sur la croissance des exportations.
    La balance commerciale turque présente un déficit structurel lié aux importations d’énergie et à la nature des biens moyenne gamme à faible valeur ajoutée des produits industriels majoritairement exportés ainsi que des faibles résultats de la R&D qui se traduit par une dépendance aux licences de brevets étrangers, qui reste forte, et qui contribue à aggraver le déficit commercial.
    Même si le ration de la dette/PIB a eu tendance à baisser ces dernières années : 34,5% en 2012, c’est dû en partie au fait que le PIB ait fortement augmenté entre 2008 et 2015.
    La croissance de l’économie turque dépend essentiellement des investissements étrangers et à sa capacité à mobiliser des financements sur le marché mondial des devises qui est détenu majoritairement par ses alliés.


  • #1820014

    Personne ne veut faire parti de ce club de loosers ! Pologne, Hongrie...font pour l’instant partie de l’UE pour toucher les grâces subsides payées par les braves contribuables français, allemands et britanniques...sinon aucune raison de vouloir entrer dans cette maison de fous !

     

    • #1820063

      D’ailleurs Monaco n’y est pas, Andorre non plus, Saint-Marin non plus, Liechtenstein non plus...

      Bref toutes les vraies nations séculaires et souveraines chez elles.


  • #1820182

    Aussi antipathique que soit le président Erdogan, il faut lui reconnaître une paire de "balloches" qui fait cruellement défaut, aux autres chefs d’état, dévirilisés consentants, qu’ils sont. En matière de relations avec les autres états, Erdogan s’exprime avac l’autorité qui sied à un CHEF. Même avec Israël, c’est dire !

    Qui est-ce qui nous a foutu toutes ces "gonzesses" et leur clique, à la tête des pays occidentaux ? Et la parité : vrais mecs/tafioles, c’est pour quand, nom de Dieu ?

     

    • #1820331

      Erdogan parle de cette façon aux chefs des états occidentaux , car en 2023 la Turquie va faire 100 ans après la signature de défaite qui interdise à la Turquie de nationaliser le passage de Bosphore et du aussi à la renégociation des contrats de la défaite de la Turquie .


    • #1820695

      Qu’est-ce que c’est que ce délire Ahmed ? En 2023, il ne va rien se passer du tout ; le passage par le Bosphore a été négocié depuis bien longtemps déjà. Et le traité de Lausanne n’interdit aucune exploitation à la Turquie. Depuis, 1923 est plutôt une victoire de la Turquie, qui revenait ainsi sur le désastreux traité de Sèvres et récupérait l’Anatolie.