Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Être une femme, c’était mieux avant ?

Mœurs en direct : un émission diffusée sur Antenne 2 le 28 septembre 1983.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2173913

    Merci E&R pour avoir partager ce petit reportage. Ma grand mère a quasi les mêmes reponses. Que de tristesse dans ses yeux quand elle se rend compte que mon grand père lui a fait mener cette vie. Je me rends compte à quel point je suis avec un homme formidable. Merci. Une femme de 30 ans.


  • #2173914
    le 08/04/2019 par marmotte
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Si les hommes s’étaient conduits plus humainement avec leur femme à une époque, nous aurions moins de féministes aujourd’hui et tout irait mieux.

     

    • #2173939

      On le voit bien dans le reportage,
      cette femme qui avait un homme beau,travailleur,gentil et qui le regrète, vit une une relation absurde avec un homme plus jeune...

      Je ne suis pas convaincu que l’homme et son comportement sont à la source (la cause) du féminisme.


    • #2173942
      le 08/04/2019 par Pitchou
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      Vous avez loupé un épisode, les féministes ne sont pas là pour que les femmes aillent mieux, c est pour que les hommes aillent plus mal. Au final tout le monde ira mal, regerdez autour de vous et vous verez comment les femmes vont mieux.


    • #2173944
      le 08/04/2019 par le cuir.
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      Les deux sont des pièges.
      Le machisme tordu est un piège tout comme le féminisme.


    • #2173958

      Oui. Le féminisme est le fruit pourri du machisme.
      Les copines de ma grand-mère étaient toutes maltraitées ou battues.


    • #2173967

      De façon générale, quand on donne à des humains trop de pouvoir sur d’autres humains, beaucoup (mais pas tous !) ont tendance à en abuser et à utiliser ce pouvoir de façon injuste.
      A l’époque les hommes avaient le pouvoir dans le couple et beaucoup se comportaient mal avec les femmes.
      Aujourd’hui les femmes ont le pouvoir dans le couple et beaucoup se comportent mal avec les hommes.
      Tout ça pour dire qu’il n’y a pas un des deux sexes qui est plus vertueux que l’autre. La bonne éducation, la religion/tradition et les lois fixées par l’Etat sont censées empêcher ces abus de pouvoir et établir un équilibre, mais dans un système libertaire dans lequel il est "interdit d’interdire", il n’y a plus aucune régulation et tout le monde finit malheureux et/ou seul.


    • #2174010
      le 08/04/2019 par le cuir.
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      La consommation ! Pour nous pousser à la consommation !


    • #2174089

      « Vous avez loupé un épisode, les féministes ne sont pas là pour que les femmes aillent mieux, c est pour que les hommes aillent plus mal. Au final tout le monde ira mal, regardez autour de vous et vous verrez comment les femmes vont mieux. » (Pitchou)

      Je plussoie.
      Le féminisme, et tout particulièrement dans sa forme actuelle, est la pire réponse au machisme qui pourrissait nos sociétés traditionnelles.
      Tout abus de pouvoir est mauvais.


  • #2173916
    le 08/04/2019 par Lovyves
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Eh oui, au temps des "faiseuses d’anges", c’était mieux.

     

    • #2179221
      le 16/04/2019 par Zacharie
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      Ne venez pas nous dire que vous êtes satisfaite d’avoir pu avorter dans de "bonnes conditions" a l’hôpital, vous irez brûler en enfer pour cela comme les "fraiseuses d’anges" et vos aïeuls.
      Cordialement


  • #2173930

    Décidément, ni avant ni aujourd’hui. Mais je dirais qu’aujourd’hui les femmes ont plus la possibilité de choisir de rester seule plutôt que mal accompagnée (autonomie financière), et cela nous permet d’avoir des rapports plus "d’égal à égal" avec les hommes plutôt que de soumission comme l’avaient ces respectables femmes d’ antan de la vidéo. Cela dit, même à leur époque, je pense qu’il y a eu des femmes heureuses, si elles tombaient sur des hommes bons et justes avec elles. En fait je ne crois pas que les femmes soient plus ou moins malheureuses depuis les avancées du féminisme. Seulement aujourd’hui, nous sommes plus actrices et responsables de nos choix de vies. Sur le plan individuel c’est quand même une bonne chose. Sur le plan collectif, ça dépendra de la proportion de femmes qui font de bons choix, pour elles et pour le collectif justement..

     

    • #2173947
      le 08/04/2019 par JEAN MARIE
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      c’est précisément là que la doxa du système oriente vers le mieux ou le pire. Les bons choix pour 90% des gens sont ceux qu’on leur dicte.


    • #2173985

      Faites juste un bilan de la France de la "libération des femmes" disons 1970 par rapport à aujourd’hui : chômage réel, crimes et délits, immigration invasion, natalité de souche catastrophique, effondrement de la culture etc...
      Puis vous en déduirait un peu ce que vous voudrez quant au rapport des hommes ou des femmes avec le "collectif" comme vous dites


    • #2174017

      Mouai : Effectivement, après constat, il y a l’air d’avoir une faible proportion de femmes qui utilisent leur liberté pour faire de bons choix pour le collectif, parmi les françaises "de souche"...


  • #2173952

    Merci De Gaulle encore une fois !!...
    De bons ouvriers communistes leurs bonhommes alcooliques ... !!
    Ça fait une peu plus de quarante ans que l’oligarchie se régale du malheur des gens !!...


  • #2173962
    le 08/04/2019 par Lillie62
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Intéressant et triste à la fois après on va nous dire que la contraception cela a été pour favoriser les divorces alors que c’etait un problème parmi d’autres.

    Pour un pays qui se définit comme chrétien vu le comportement des hommes ils n’étaient pas très chrétiens c’est le moins qu’on puisse dire ...

     

    • #2174086

      Il suffit de lire "Bagatelles pour un Massacre" au sujet de la vinasse de Céline pour s’en convaincre :

      « Je sais moi, ce qu’il a besoin le peuple, c’est pas d’une Révolution, c’est pas de dix Révolutions… Ce qu’il a besoin, c’est qu’on le foute pendant dix ans en silence et à l’eau ! qu’il dégorge tout le trop d’alcool qu’il a bu depuis 93 et les mots qu’il a entendus… »

      Les églises se sont peu à peu vidées au profit des bistrots, la cellule familiale a été sapée et c’était une volonté politique : un père toujours aviné et au bistrot 90% de son temps libre ne remplit plus son rôle de père, n’est plus à l’image du Père.

      « le féminisme est le fruit pourri du machisme » (Chris).

      « [...] Quand on donne à des humains trop de pouvoir sur d’autres humains, beaucoup (mais pas tous !) ont tendance à en abuser et à utiliser ce pouvoir de façon injuste. A l’époque les hommes avaient le pouvoir dans le couple et beaucoup se comportaient mal avec les femmes.
      Aujourd’hui les femmes ont le pouvoir dans le couple et beaucoup se comportent mal avec les hommes. » (Robert)

      Je porte le même discours depuis des années et je pense que vous tapez juste, c’est même la raison pour laquelle il me parait important de ne pas idéaliser l’ancien système : il ne faut pas oublier qu’aucun système humain n’est parfait et que celui-ci pourrissait de l’intérieur, l’élite maçonnique n’a fait que profiter de cet état de fait tout en accentuant le processus pour imposer son modèle mortifère.

      Mon père était un manouche né au milieu des années 20 sédentarisé depuis 45 : il correspondait pile-poil à ce profil. Ma mère, 35 ans plus jeune et élevée dans le rigorisme protestant par un beau-père despotique (son père biologique est algérien et sa mère française de souche), n’a pas eu le loisir de choisir autre chose. Depuis son décès en 2012, elle profite enfin d’une vie relativement libre et n’a aucune envie de s’emmerder de nouveau avec un mec.
      De mon côté, le comportement violent et écrasant de mon père a engendré un rejet de l’ancien monde dès mes 18 ans... je peux remercier M. Soral de m’avoir désintoxiqué du gauchisme 10 ans plus tard.

      Mais force est de constater que dans la tête du quidam moyen, le fait de visionner des témoignages de ce genre aura pour effet de jeter le bébé avec l’eau du bain sans considérer ce qu’il y avait de bien avant 1945. On a préféré casser l’image du père plutôt que de la purifier.
      Ne tombons pas dans ce piège.

      Bien à vous.


  • #2173969
    le 08/04/2019 par le cuir.
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Moi je dis les hommes comme les femmes ont a tous perdu car on est tous tombé dans le piége de l’affrontement et du combat.
    Et ceux depuis que le capitalisme a vu le jour.
    On a tous perdu.

     

    • #2174046

      Je trouve que seules les femmes ont perdus.
      Elles n’ont plus les injustices légales d’avant (manque de soins liés auX avortement, divorce interdit même si battue etc...).
      Mais qu’ont elles gagné ?
      Le droit de baiser comme les hommes ? Non, elles n’ont plus de mort sociale comme avant mais sont toujours traitées de putes quand elles couchent.
      Ce qui les dégradent moralement et touchent leur fierté naturelle.
      De plus elles n’ont pas les besoins sexuels des hommes et se retrouvent déprimées par cette sexualité sans sentiment qui les coupe de leur spiritualité naturelle.
      Et oui la femme doit se préserver un peu...

      Elles tombent enceintes, elles n’ont plus droit à l’erreur et doivent avorter même si leur coeur leur dit non. La pression sociale c’est déplacé horriblement.
      Quand elles gardent l’enfant, monsieur peut partir à n’importe quel moment. Si elle réclame son aide, le gars peut répondre " demande des aides, après tout on est pas mariés".
      Quand aux hommes, ils avaient du mal à baiser avant le mariage beaucoup sans risque. Grâce à la contraception ils le peuvent, usant la jeunesse de femmes qu’ils jetteront après usage.
      Ils avaient du mal à baiser hors mariage sans risque, c’est aussi tout bénef car plus de mariage ne se sentent redevables de rien.
      Quant aux enfants et aux pensions, les hommes ne les payent pas ou peu.
      Au final, les femmes sont malmenées et ont la charge des enfants comme avant mais les hommes se plaignent d’être martyrisés car ils ne peuvent baiser des mannequins par wagon entier !
      Ces salopes se refusent aux 120 types qui les regardent tous les jours.
      Avant les jeunes hommes devaient aller aux putes pour la baise, sinon c’était le risque du coup de fusil par le vieux si on mettait sa fille en cloque.
      Faudrait ptet que les jeunes gars réalisent...


  • #2173971
    le 08/04/2019 par Sedetiam
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Être une fille (hétérosexuelle), c’est toujours pareil depuis la nuit des temps : elles ont en général toujours les mêmes questions : seules les réponses apportées par le(s) bon(s)homme(s) de leur choix feront d’elle la femme qu’elle deviendra.
    Pour ce qui me concerne, attentif au sujet, j’en ai connu de nombreuses à tenir ce retour d’expérience que proposent nos anciennes dans cet extrait, bon nombre, quand même, Cerbère à avoir maté leur bonhomme qui posait l’oseille sur la table sans jamais détenir les cordons de la bourse, tout en gardant à l’esprit celle qui repose dans le Taj Mahal et, pour ce qui est de la position couchée, le souvenir des Grandes Horizontales et autres Cocottes, de la Païva à la fumeuse « Virginia » Di Castiglione participant de son "oralité’ à la réunification de l’Italie, sans négliger la légendaire Shéhérazade...
    De quoi forger mes propres desiderata en la matière : avant que d’y plonger l’esprit.

    Ce qui change drastiquement la donne de nos jours, c’est la rapidité des moyens de « connexion » qui multiplient la capacité de possibles rencontres et d’échanges, dans la seconde, fortifiant le facteur aggravant souligné dans cet épisode : l’on ne racommode plus ; pas plus les bobos de l’engueulade sur un désaccord passager...
    La seule chose, elle, qui ne change pas, est le temps qui passe : avec ses réveils brutaux de phases biologiques qui sonnent lorsque l’on s’y attend le moins, embarqué que l’on est par le trépidant quotidien.


  • #2173978
    le 08/04/2019 par Le Chêne
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Mon arrière grand-mère maternelle que j’ai connue jusqu’à l’âge de 8 ans est décédée en 1986 à l’age de 93 ans. On peut dire qu’elle avait à peu près le même âge que les 3 mamies. La mienne était une picarde. C’est d’ailleurs elle qui a élevé ma mère avec mon arrière grand-père. Lui je ne l’ai pas connu. Ma mère m’a toujours dit que c’était un chouette couple. Dans mon souvenir c’était une gaillarde. Pour l’anecdote de famille, avant d’être avec mon arrière grand-père elle avait connu un jeune homme qui lui a porté la main dessus et ce qu’on m’en a dit c’est que des voisins sont intervenus pour l’arrêter car en ripodte elle l’a massacré avec une poêle à frire. Je crois que le jeune homme a passé plusieurs semaines au lit ensuite . En fait elle a vraiment failli le tuer et leur union s’est arrêtée là. La même arrière grand mère avait tenu tête a une patrouille de soldats allemands qui souhaitaient fouiller sa charrette de pommes de terre . Sachant qu’y était planqué du lard acheté au marché noir. Le résultat étant qu’ils n’ont rien fouillé du tout. Hier comme aujourd’hui le tout étant d’avoir du tempérament

     

  • #2173984
    le 08/04/2019 par Soljeanne
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    J’ai eu l’impression d’entendre ma grand-mère parlant de mon grand-père. Il ne lui a rien épargné. Alcool, violence, séquestration, dénigrement... Pourtant c’était la femme la plus douce et la plus aimante que vous puissiez imaginer...
    Les femmes devraient être heureuses d’avoir les hommes d’aujourd’hui. Mais comme le dit Valmont, "il n’est donc nulle femme qui n’abuse de l’empire qu’elle a su prendre".


  • #2173992
    le 08/04/2019 par Olivier_8
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Il y a deux choses absolument majeures à prendre en compte lorsqu’il s’agit des femmes :
    - 1 : leur état d’esprit change du tout au tout du moment qu’elles passent le tournant de leur valeur sexuelle, ce qui est dépendant de l’âge (entre 35 et 45), de leur beauté initiale, de leur charme, de leur capacité à rester désirable, etc.
    - 2 : un trait dominant de leur système cognitif, très différent du nôtre, qui est de ré-écrire l’histoire.

    > 1/ Le point de vue d’une femme, ses analyses, etc. changent radicalement, pour peut-être faire un demi-tour total, au passage de ces 35-45 ans.

    > 2/ Comme elles ré-écrivent l’histoire, on ne peut jamais vraiment prendre tel quel ce qu’elles affirment à un instant t.

    Ce qui reste invariablement vrai, en revanche, c’est qu’il y a une lutte pour le pouvoir.

    >> En tant qu’hommes, nous devons bien intégrer (surtout à l’âge jeune) cette lutte, même quand on est amoureux-fou, et nous devons absolument sortir victorieux de cette lutte, sachant qu’elle est permanente.

     

    • #2174041

      Donc les hommes peuvent évoluer ou changer d’avis avec l’expérience mais les femmes qui changent d’avis reecrivent l’histoire ?
      C’est sûrement du à leurs ovaires qui se balancent pour taper leur cerveau quand elles courent ( un peu comme l’explication de l’hystérie chez les grecs) n’est ce pas...

      Une femme peut mentir ou être hypocrite comme un homme mais l’ensemble des femmes ne sont pas une espèce demoniaque qui réécrit tout !

      J’ai bien plus vu d’hommes hypocrites et tricheurs que de femmes à vrai dire. Et la subjectivité veut qu’au bout d’un temps, 2 personnes ne se rappellent pas les mêmes choses.

      Ce que vous appeler réécriture ce sont souvent des femmes qui se taisent longtemps après avoir supporter et finissent par vider leur sac une fois le mari mort et ne risquant plus de mesquineries de sa part.

      Et oui les hommes veulent que les femmes se taisent mais elles n’en pensent pas moins, et du coup sont rancunières....Quel scoop !


  • #2173999

    N’oublions pas que la condition des hommes ne leur permettait pas d’avoir encore la parole à cet âge...


  • #2174007
    le 08/04/2019 par Arioviste
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Il ne faut pas écarter que c’est une émission d’Antenne 2 des années 80. Niveau objectivité on repassera.
    Sans nier le fait qu’il y ait eu des femmes battues je pense que c’était loin d’être la majorité des cas. Après la période était violente aussi (guerre 14/18 etc...), ça n’arrangeait pas les problèmes d’alcoolisme. Les femmes n’étaient pas les fragiles de maintenant c’étaient de sacrés tempéraments.
    En ayant souvent discuté avec les anciens j’avais surtout l’impression qu’avec le temps c’est plutôt la femme qui avait le dessus. C’est ce que j’ai ressenti de leurs expériences et celles qu’ils évoquaient de leurs parents, et pourtant ces hommes étaient loin d’être dévirilisés.
    En revanche, il est vrai que les avortements clandestins étaient réguliers.

     

    • #2174167
      le 09/04/2019 par lecteur soralien
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      @Arioviste : je ne sais pas ce que vous essayez de prouver exactement. vous pensez sincèrement que la condition des femmes était meilleur à cette époque ? sans tomber dans le gauchisme ou le féminisme 3.0, je ne pense pas que c’était la belle vie pour elles. je ne pense pas non plus que l’homme de l’époque aidait dans les taches ménagères et, considérant la natalité galopante, s’occuper de 8 ou 7 personnes c’est un sacré boulot.. surtout si la dame n’avait que des fils (je remarque qu’en France on faisait plus de garçons que de filles à l ’époque.. mais je n’ai pas creusé).

      Le mari ivre qui rentre pour faire un carton ce n’est pas juste une scène de films.

      aujourd’hui les femmes en France ont plus de pouvoir (et de valeur sociale et sexuelle) que les hommes. elles peuvent retarder (voir laisser tomber carrément) le mariage et vivre une vie de débauche en se donnant à gratuitement à ceux qui ont le moyen de payer (comme toujours), elles le payent plus tard par une vie de misère affective qu’elles noient sous des hobbies sans fin, des voyages, de la consommation de jeunes garçons esseulés et bernés par le mythe de la cougar.. puis vers la quarantaine elles n’ont plus aucune amie et doivent se soucier de leur avenir, du coup elles lévent le pied sur les voyages, les sorties.. c’est seulement à ce moment qu’elles se rendent compte qu’il leur reste 40 années à tirer en mode solo.. mais ca reste leur choix.


    • #2174220
      le 09/04/2019 par Arioviste
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      Je n’essaie rien de prouver. Relisez mon message. Apparemment vous n’avez rien compris.
      Je persiste à dire que les femmes battues même si ça a existé ce n’était pas la majorité.
      D’autre part, pour ce qui est des tâches ménagères, demandez vous ce que faisait l’homme pendant ce temps là. Il ne regardait sûrement pas la télé ou internet. Et ne me sortez pas l’argument du bistrot. Il avait ses conditions de travail (aux champs ou à la ville) difficiles elles aussi. Cela n’enlève rien à l’estime que j’ai pour les femmes de cette époque.
      La différence c’est qu’à l’époque la répartition des tâches entre l’homme et la femme était plus marquée. L’homme s’occupait du travail plus physique (chauffage etc...)
      Les 1 300 000 français morts en 14/18 étaient pratiquement que des hommes et personne n’y trouvait à redire. C’était "chacun son boulot" dans l’esprit de l’époque. Je ne fais pas de jugement de valeurs mais c’était ainsi. Relisez les livres d’Alain Soral sur le sujet.
      Je persiste à dire également que pour moi ces reportages étaient caricaturaux et que les témoignages étaient choisis.


    • #2174222
      le 09/04/2019 par Arioviste
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      Pour la natalité, faites un peu de généalogie. Vous verrez que la mortalité infantile était importante et qu’il y avait des familles avec plus de filles que de garçons. La mienne en fait partie.


  • #2174019
    le 08/04/2019 par TSM (Tout Sauf Macron)
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Nous sommes une société qui a tout donné aux femmes et a enlevé quasiment tout aux hommes.

    Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

    Du point de vu de la nature, il n’y a pas de bien ou de mal, mais du durable et du temporaire.

    Les sociétés occidentales sont toutes féministes et toutes connaissent un déclin démographique qui sera mortel à terme.

    La plupart des sociétés du tiers-monde et des sociétés patriarcales font des enfants, parfois trop, mais en tout cas : on sait que leurs descendants seront là pour écrire l’histoire, pas forcément les nôtres.

    Seul le temps nous dira si la sélection naturelle privilégie les sociétés patriarcales ; mais pour le moment, ça semble être le cas.

     

    • #2174024
      le 09/04/2019 par Toutafait
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      Absolument, voilà la vérité !!! ça clôt tout ce débat absolument stupide à mon sens de savoir si les femmes ou les hommes étaient plus ou moins heureux avant..genre si ma tante en avait etc !!!


    • #2174091

      Oui, ça semble être le cas.
      Mais j’ajouterai que c’était une volonté politique, ça me parait clair, et ça l’est encore aujourd’hui. Moraliser l’ancien système était possible, on a préféré détruire la cellule familiale.


  • #2174023
    le 09/04/2019 par АПИС
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    toujours interroger des femmes qui ont eu des problemes avec les hommes. Les femmes qui vivent bien dans leur couple ne sont jamais sollicitées. Lorsque 3 maris successifs (celle qui a eu 8 enfants) vous disent la meme chose c est qu au final ils ont peut etre eu raison ! En tant que serbe ayant vecu en France , je peux affirmer que les maris francais sont parmis les plus respecteux de leur compagnes. Certains diraient meme trop soumis , mais bon chacun son histoire et sa vision. La verité c est que les comportements sont individuels . Alors mesdames , regardez bien avec qui vous vous mariez avant de raler par la suite ! On en devient pas aloccolique ou violent le lendemain du mariage, il y a toujours des signaux et des premices ! Ouvrez les ecoutilles bon sang !

     

    • #2174505

      "Celle qui a 8 enfants"...
      Aujourd’hui certains qui trainent sur des sites comme fdesouche ou riposte laïque appelerai cette dame : "une pondeuse"... avec tout le mépris qui va avec.


  • #2174035
    le 09/04/2019 par delphin
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Pour sûr, on est passés d’un extrême à l’autre ;
    Le changement de paradigme est brutal ; certes, les témoignages consternants au début montrent bien qu’il fallait tout de même une avancée des droits ma foi légitime... sauf que ledit féminisme n’a pas su s’arrêter à temps : l’idéal aurait été l’entre-deux
    La guyanaise à la fin semble paumée, sans buts précis, ce qui préfigure déjà notre féminisme moderne ; à savoir un sentiment revanchard à la simone (de beauvoir), afin de se sentir castratrice ;
    Les mamies du début me font parfaitement penser à ma grand-mère paternelle, mélange de dévouement et de bon sens !
    Ah, une dernière chose : mes 2 grands-mère dominaient la maisonnée ; les hommes était très discrets et vivables ; féministes, à bon entendeur....

     

    • #2174124
      le 09/04/2019 par Garfield
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      « Pour sûr, on est passés d’un extrême à l’autre »...notre système ne sait pas faire dans la demi-mesure, le tempéré. C’est comme cela que nous sommes passés de la chasse aux pédés du samedi soir à la promotion de l’homosexualité presque dès l’école maternelle, de la petite famille de blonds au couple femme blanche /homme noir dans l’intégralité des publicités, de la rigidité au laissez aller le plus total. Le juste milieu est une notion semble-t-il plus que désuète.


  • #2174049

    j’aimerais bien qu’un jour un journaliste prenne la peine de réinterroger la témoin guyanaise à la fin du reportage, elle doit être maintenant à la retraite, peut-être qui si elle nous lit , elle pourrait nous dire ce qu’elle pense de ses CHOIX, 40 ans après le reportage....


  • #2174074
    le 09/04/2019 par paramesh
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    moi j’en reviens toujours à la pertinence des solutions traditionnelles qui nous apprennent que l’homme et la femme sont complémentaires et non égaux, que les rapports hommes femme sont toujours un rapport de force et de pouvoir et que tout excès est porteur de problèmes. Ce qui explique l’invention sociale de l’amour comme outil conciliateur de ces rapports de force.
    Patriarcat ou matriarcat est un faux débat car dans l’histoire les femmes n’ont jamais détenu le pouvoir de la force brute (de la coercition) donc le matriarcat est un fantasme de feministes.
    Dans les sociétés dites matrilinéaires elle n’ont que le pouvoir économique et de sa transmission ( héritage par les femmes). une société harmonieuse est donc une société où l’homme et la femme ont des domaines de compétence bien définis et où l’un n’empiète jamais sur l’autre et ce modèle est universel : la femme est maître au foyer et l’homme à l’extérieur.
    Or les sociétés où cela fonctionne le mieux sont les sociétés dites matrilinéaires car l’homme n’y perd pas son pouvoir politique et la femme est protégée par son pouvoir économique. Enfin la matrilinéarité rend l’homme moins obsédé par sa paternité,(le nom se transmettant par les femmes) ce qui le rend donc moins enclin à museler la femme (sexuellement et donc socialement).
    Dans une société idéale, l’homme sort les poubelles mais ne fait pas la vaisselle.

    Si notre monde va si mal, il y a certainement un rapport avec le triomphe du patriarcat qui n’est malgré tout que la spoliation du pouvoir économique traditionnel de la femme, la richesse traditionnelle étant à l’origine une sécurité domestique.
    Or l’homme en s’appropriant l’économique alors qu’il possédait déjà le politique a transformé la fonction originelle de la richesse économique pour en faire un outil de pouvoir politique d’où cette soif de pouvoir/richesse qui aboutira à l’exploitation de l’homme par l’homme, à la compétition, la violence sociale et enfin au capitalisme ou la marchandise est pouvoir ultime. (la femme de Bezos vient de se faire 35 milliards de dollars rien qu’avec sa chatte)

     

    • #2174529
      le 09/04/2019 par Sedetiam
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      « Enfin la matrilinéarité rend l’homme moins obsédé par sa paternité, (le nom se transmettant par les femmes) ce qui le rend donc moins enclin à museler la femme (sexuellement et donc socialement). »



      Il faudrait que je vous fasse rencontrer quelques femmes de Haredim(*) (qu’elles soient Mitnagdim, Sefardim, Hassidim ou Mizrahim) ou autres Rroms (et toutes leurs déclinaisons, Sinti ,Tziganes (Gitans ou autres), Manouches... et leurs gaziers : peu s’en faudrait que vous ne leur préfèreriez le bon alcoolique de bistrot, qui, comme le soulignait le clown Coluche, éponge l’excédent et vous réviseriez, dans l’instant, votre copie. C’est presque à se demander s’ils ne considèrent pas mieux les goyim ou les gadjos... invités à leur table. Et quand il a des invités, le gonze sait ce tenir, dirait un autre humoriste controversé, lui aussi, en son temps : on imagine alors ce que pourrait nous raconter le chat et le bois du lit (sachant que chez les haredim il n’y a pas de lit commun, les deux lits conjugaux devant être séparés d’au moins 1.50m - pour éviter que la femme, impure (ayant ses règles), se retournant en pleine nuit, vienne à frôler son lascar).

      (*) Dans l’esprit de ces premiers, n’existe ni démocratie, ni constitution, puisque c’est la Loi réligieuse qui dirige toute la vie (et la manière de vivre) dans sa totalité : l’aspect sexuel (tentation) de la femme étant principalement rejetté, ce qu’elle subit au regard de ce seul aspect, est au-delà du musèlement : à peine échappe-t-elle à l’autorité paternelle que la voici sous l’emprise de celle de son mari. La séparation des deux sexes va même jusqu’aux s’appliquer aux passages cloutés. Rajoutez tout le reste...

      Cependant, pour éclairer le sujet de la matrilinéarité sous le bon angle stratégique, elle est l’avancée sociétale communautaire (établie par les hommes) la plus subtile et pregnante en terme de continuité car, quel que soit le métissage qui pourrait s’établir (malheureusement) avec un goy ou un gadjo, la descendance dynastique serait, quoiqu’il arrive, assurée, tout en étant financée (ou non) par le type de l’autre « nation » considérée comme étrangère ou sans « essence » rromani . Le nom n’a donc ici aucune espèce d’importance. Vous naissez d’une femme de la communauté, vous appartenez à la communauté, quel que soit le père.


    • #2175330
      le 11/04/2019 par paramesh
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      vous me parlez de sociétés tribales totalement patriarcales qui, pour des raison de doute de paternité transmettent leur sang tribal par la mère et non par le père.vous faites un putain de contresens. lisez Malinowsky pour comprendre ce qu’est une société matrilinéaire et comme elle fonctionne, c’est le parfait opposé des sociétés juives ou rom.


  • #2174080
    le 09/04/2019 par disrann
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    En voyant ce reportage , j’ai un doute et je me dis " c’est pas possible les mémés ils les ont choisi !"
    En ce qui me concerne , mes 2 grand-pères n’étaient ni alcooliques ni violents avec leur femme pas plus que mon père d’ailleurs ( et je n’ai jamais entendu mes parents s’engueuler devant leurs enfants ) . Mes grand-parents maternels étaient 2 gros caractères qui avaient une relation électrique , mais point !D’ailleurs , ce g.d-père , à sa retraite , s’occupait de la maison et faisait à manger . C’était une crème avec ses petits enfants , simplement il ne se laissait pas emmerder (pas plus que ma g.d-mère ).
    Pour ce qui est de l’intimité conjugale et de l’avortement , je ne sais pas , à l’époque c’était top secret.
    J’ai eu 1 fils...Le jour où vers l’âge de 4 ans il a lever la main en direction de sa mère , je lui ai vite fait comprendre que c’était la première et la dernière (respect de la Mère).
    Ma femme ( qui a une autre histoire )considère que j’ai une famille qui vient d’une autre planète, je prétend que non . Simplement , dans le contexte actuel , ce type de réalité familiale n’intéresse personne ( les médias et l’ingénierie sociale qui y ai rattachée ).
    Et ce genre de reportage nourrit bien cette période féministe .
    Par contre on ne nous parle jamais de la violence féminine ( celle qui ne laisse pas de bleus sur le corps ...ou quelques fois aussi ). Voir à ce propos sur you tube "la théorie du genre...Yann Carrière à 9’20.

     

    • #2175216

      C’est exactement ce que j’ai pensé au sujet de la sélection des grand-mères. Effectivement, il est curieux qu’elles aient toutes été mariées avec des hommes alcooliques et violents.


  • #2174119

    Il semblerait que le plus gros problème de ses mamies nées au début du 20ème siècle soit lié à l’alcool.
    Or, vu l’époque, devenir alcoolique semble être d’avantage lié aux conditions de travail abrutissantes.
    Les mêmes hommes, avec de vrais métiers d’hommes, mais des conditions de travail plus décentes, ça aurait certainement changé pas mal la donne.


  • #2174132

    Les guerres ont fait du mal aux hommes et les femmes ne se sentent jamais assez aimées souvent délaissées un peu comme au temps d’Adam et Eve où était l’homme pour la défendre quand Eve fut tentée ? Aujourd’hui les valeurs entre homme et femme sont détruites, Kramer contre Kramer le film a fait beaucoup de mal aussi... pourtant à l"abri des conclusions des mouvements sociétaux demeure un amour qui espère la sincérité et le respect un amour qui ne se ment pas un amour sain et saint je vous laisse le deviner et le désirer .


  • #2174133
    le 09/04/2019 par Basile21
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Deux excès, machisme et féminisme. Vive le mariage chrétien. Nous sommes heureux depuis 9ans. J’ai testé pour vous, c’est bien mieux que tout ce qu’on essaye de nous vendre.

     

    • #2174175
      le 09/04/2019 par Catholique et Français toujours
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      @Basile21
      Moi bientôt 15 et 5 enfants, c’est mieux que la drogue et la sodomie-LGBT
      Oup’s on a encore le droit de dire ça ?


    • #2174203
      le 09/04/2019 par Le Cyclope des Carpates vous surveille
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      @Catholique et Français toujours
      T’as le droit de le dire, mais pas trop fort et chez toi et pas pour longtemps
      Bientôt, tu devras fermer ta gueule, même dans l’intimité de tes toilettes
      La Raie-publique des lobbys veille


  • #2174189

    Documentaire bien ciblé sur 3 victimes de l´avant féminisme plus une féministe avant l´heure. Moi les vieux que je connaissais a l´époque n´avait pas connu ca, mais une existence difficile, Guerre d´Indochine, 39-45 pour les plus vieux, et avaient pu profiter sur le tard de l´arrivée des 30 Glorieuses pour souffler.
    Documentaire trop parcellaire, les conditions de travail et l´alcool étaient un fléau dont on a peine a imaginer l´ampleur aujourd´hui, lire Claudel, Rebatet dans les Décombres ou Céline dans Bagatelles pour un massacre, qui lui donne un responsable a ces malheurs, et du bénefice de ce commerce..

    En fin de vie, ils menaient leur petit train-train avec leur petits-enfants dont je faisais parti ceux que j´ai connu.

    Ne pas oublier que ce progressisme n´est en aucun cas le fait des femmes, pas plus que la parité, mais des décisions économiques visant a faire exploser la cellule familaile traditionnelle. Lire Bernays Propaganda, 1925, ou comment il met les femmes a fumer en signe de Liberté, ne pas rire. Les femmes n´ont rien a voir avec le féminisme pas plus que les homos avec la défense des minorités.

    Était-ce mieux avant ? Je le pense. Je ne vois pas comment ca pouvait être pire que ces jeunes filles tatouées, buvant biere, fumant clopes, libérée sexuellement et adorant Simone. A lamaniere de l´Ancien Régime qui allait se réformer de lui-même, l´oligarchie a préféré tout saloper.

     

    • #2174293
      le 09/04/2019 par Faribole pour un massacre
      Être une femme, c’était mieux avant ?

      @Gilles
      Oui d’autan qu’avant beaucoup vivaient à la campagne , les métropoles n’étaient pas aussi grosses, le travail ne manquait pas dans les campagnes en milieu rural, le chômage et la drogue ne faisait pas autan de dégât, et ne parlons même pas de la délinquance et du crime inexistant si l’on compare à aujourd’hui
      Etant exploitant agricole, je fréquente encore certain de ces vieux de 80, 90 ans et plus
      Ils sont digne, sage et viril malgré leur grand age
      On est loin des Cédric Herrou ,José Bové, Cécile Duflot, Eva Joly, Aymeric Caron & Nicolas Hulot
      Tout ça c’est une arnaque ethnomasochisme, féminisation, meurtre du père, athéisme laïcard de gauchiasse, immigration, anglosionalisation, IVG, GPA, j’en passe et des Meyer
      Et quand vous aurez fini Propaganda de Edouard Bernay attaquez immédiatement La Société de consommation de Jean Baudrillard, et enchaînez avec Comprendre l’Empire de Soral
      Vous aurez vite vu l’enfumage et l’ingénierie dont nous parle si bien Lucien Cerise


  • #2174366

    Cet "avant" -là est parfaitement sans intérêt.
    Que Marion (Sigaut) vienne nous rappeler ce qu’était la vie des femmes au "Moyen Age"...
    Ou qu’on relise Régine Pernoud dans "La femme au temps des cathédrales"...
    Bref, "avant"... Vraiment "avant". Avant cette pseudo "Renaissance", fière d’avoir "tué Dieu", coupé la tête au Roi, honni des valeurs comme la noblesse, la virilité, la vertu, d’avoir mis les Marchands au pouvoir...
    Et là vous verrez comme on peut pleurer sur la femme moderne...


  • #2174571
    le 10/04/2019 par Paysan’ en colère
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Vive la France


  • #2175214

    Les premières femmes interrogées avaient des maris alcooliques et violents.Je ne pense pas que leurs témoignages soient représentatifs de ce que vivait la majorité des ménages. Cela dit, il est possible qu’il y ait eu davantage d’alcolos à cette époque, les maris ayant fait la guerre devaient en être revenus avec la tête pleine d’horreurs vues ou commises et les cafés et les verres d’alcool servaient peut-être de cellule psychologique. Il se peut aussi qu’harrassés par des journées de travail très pénibles ils aient eu besoin de boire. Je ne sais pas...


  • #2175244
    le 10/04/2019 par jpgrillon
    Être une femme, c’était mieux avant ?

    Il y a quelque chose de fondamental que j’ai mis du temps a comprendre : après la 1ere et la 2d guerre mondiale le peu d’hommes qui sont revenus avaient très certainement de gros problèmes de désordres post traumatiques (PTSD) extrêmement sévères et sont revenu a la ferme ou il a fallu reprendre le travail de suite dans des conditions extrêmement dures. Ce genre de problèmes qui ont plus que certainement formé la société d’après guerre, on en parle absolument jamais a l’école. Quand j’ai compris cela j’ai compris a quel point les instits, profs d’écoles sont la pire espèce.


  • #2175265

    La dernière femme du reportage me laisse sans voix, lorsqu’elle déclare qu’elle pense sincèrement que ce sont probablement les enfants qui ont tué sa vie de couple.
    Certes cela peut paraître une bonne excuse mais elle ajoute qu’ils habitaient un studio de 20 m2. C’est symptomatique de la plupart des personnes (homme ou femme) qui exposent leur désarroi. Ils ne voient pas les causes profondes de leur malheur, en l’occurrence le fait de ne pas pourvoir vivre dans un espace suffisant avec des enfants.
    Il n’y a pas beaucoup de couple capable de tenir lorsqu’il est contraint à vivre dans une cage à lapin, dans un environnement sans verdure et qui plus est avec des bouches à nourrir et un travail précaire.
    D’ailleurs les enfants ne sont plus que des bouches à nourrir dans ce reportage, alors qu’ils représentent l’avenir. Sans les conditions nécessaires, il n’y a point d’harmonie familiale possible et donc l’effondrement programmé et inéluctable de la société toute entière.


  • #2176070

    font chier les bonnes femmes ,,faux cheveux, faux sourcilles ,faux nez ,faux yeus ,fausses lèvres, faux seins ,la peau du bide retendue ,,,,mais vous voulez des VRAIS hommes !!!! putain vive les célibataires !!!!


Commentaires suivants