Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Événement Kontre Kulture : Combat pour Berlin, de Joseph Goebbels

En 1926, Joseph Goebbels, alors chef du NSDAP de la Ruhr, région industrielle où le parti s’est bien implanté, est envoyé à Berlin pour y prendre la direction de la section berlinoise.

 

Mais Berlin n’est pas la Ruhr ! C’est une ville d’une « agilité spirituelle sans égale », où chaque jour les journaux « crachent le poison cosmopolite à des millions d’exemplaires » ; la ville, prise entre les marxistes – jouant le rôle des antifas actuels – et les bourgeois sociaux-démocrates au pouvoir, est difficile à investir pour les nationaux-socialistes. Mais surtout, le mouvement berlinois, tiraillé par des divisions internes, est au bord de l’implosion : deux groupes s’opposent « dans une hostilité acharnée » et la scission semble inévitable. Devant l’impossibilité d’en exclure l’un au profit de l’autre, il faut imposer à tous un troisième homme, et Joseph Goebbels est choisi pour cette difficile mission.

Récit historique, Combat pour Berlin est avant tout un guide du militant, car on y retrouve, sur toute l’année que dura cette conquête, tous les ingrédients, en plus violents, que peuvent connaître aujourd’hui encore bien des mouvements : procès inéquitables, condamnations, diffamations, menaces de toute sorte, interdiction du parti et de son journal – Der Angriff – inversion accusatoire, agressions physiques dans la rue qui iront jusqu’au meurtre de plusieurs militants, sans que jamais ne s’en émeuvent les journaux « démocratiques » de la presse bien-pensante. De plus, « celui qui se proclamait alors des nôtres ne devait pas seulement faire face au terrorisme de la violence, il lui fallait aussi souffrir, jour après jour, dans les bureaux et les ateliers, le dédain glacial et le mépris souriant d’une masse indifférente, pleine d’une présomptueuse arrogance », se rappelle le chef d’une formation qui pourtant, moins d’un an après son arrivée à Berlin, y emporta l’adhésion des masses populaires.

 

Né en 1897 en Rhénanie, Joseph Goebbels, titulaire d’un doctorat en philologie classique, débuta dans le journalisme et, peu après son entrée en 1924 au NSDAP, y fut chargé d’écrire des articles et discours. Se révélant excellent orateur, il sera l’un des premiers députés du parti à entrer au Reichstag en 1928. Nommé ministre à l’Éducation du peuple et à la propagande en 1933, il se suicidera le 1er mai 1945 dans le Bunker avec son épouse, après avoir empoisonné leurs six enfants.

 

La bande-annonce de Combat pour Berlin :

 

Procurez-vous l’infréquentable Combat pour Berlin chez Kontre Kulture :

Se procurer cet ouvrage fondamental chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il ne va pas être en vente longtemps je sens !


  • #2088364

    Quelqu’un l’a t-il déjà lu ?
    Goebbels a t-il un style d’écriture fluide et agréable à la Bainville ?
    J’ai lu Mein Kampf et c’était tout sauf une sinécure.
    J’attends des retours car j’hésite à l’achat.
    Merci d’avance.

     

    • Combat pour Berlin est un livre très bien écrit qui frappe par sa modernité. Celui qui est déjà engagé politiquement chez les nationalistes depuis quelques années sera surpris de constater que les épreuves traversées par le NSDAP sont celles que nous connaissons au quotidien. Harcèlement, intimidations, discrimination à l’embauche etc...à lire, digérer, pour transformer cet ouvrage en carburant, en énergie supplémentaire pour notre combat, nous français.


    • Tout dépends de la traduction. En Allemand cela se lit très bien, langage simple, pas de philosophie, très à terre, quotidien...


    • C’est fluide et agréable à lire.
      La fin est superbe et recharge les batteries de n’importe quel militant.
      Pas étonnant si les allemands ont suivi un tel homme.

      Un membre de ER IDF. ;)


  • Et hop ! dans la hotte du Père Noël.
    Merci KK.


  • Très belle vidéo de présentation avec le fameux Wir sind des Geyers schwarze Haufen... Magnifique.

     

  • La vraie source d’inspiration de la ripoublique d’après guerre.

     

    • Le travail de Joseph Goebbels à la vue de sa terrifiante efficacité est sans aucun doute un excellent sujet d’études bourrées d’ironie à connaître pour démasquer ses héritiers (par exemple l’euthanasie remise au goût du jour par le sieur Attali).

      Aujourd’hui les méthodes ont certes changées mais les finalités restent les mêmes : maîtriser et déclenché des "processus"... bref qui contrôle le passé contrôle l’avenir...

      Edward Bernays était un contemporain de Goebbels, comparer les deux doit-être très intéressant.


  • Je cherchais une idée de cadeau de Noël pour ma fille de seize ans. Elle est intéressée par la politique et la communication. Vocation difficile dans un lycée gangréné par de jeunes antifas qu’on ne peut pas dénoncer et déporter. Pas encore.
    Je sais maintenant ce que le père noël (dans son Panzer tiré par des rennes aryens) déposera dans ses petites bottes cirées. Merci Goebbels, père entre autre du célèbre slogan "Bonne nuit les petits !" (Repris plus tard par un migrant célèbre : Nounours.)

     

    • Attention...16 ans c’est encore le jeune âge. Il est difficile de porter la contradiction à l’école...
      La fille d’une amie qui a 15 ans, lors d’un devoir dans lequel on lui demandait s’il fallait croire tout ce qu’il nous était dit, sans faire ses propres recherches et se faire sa propre opinion, a donné l’exemple des chambres à gaz...Branle bas de combat dans le collège ! Immédiatement les parents convoqués chez le directeur ! La petite devait se rétracter sinon elle était emmenée sur le champ au commissariat !!! Comme punition elle a eu un devoir à faire dans lequel elle devait parler de la shoah d’une façon politiquement correcte...Ce que je lui ai conseillé de faire. On ne peut pas faire porter une si lourde charge sur des épaules si jeunes.


  • #2088418

    Haziza va faire une attaque !


  • Offrir un livre ou un pantalon à une jambe ?
    Quel dilemme !


  • Quand le Journal de Goebbels a été publié, les droits ont été versés, non pas à ses neveux et nièces héritiers, mais à la Fondation pour la mémoire de la Shoah . Spoliation . "Petit sou s’il vous plait" .


  • Vers la fin du film "La Chute" on a droit à une des séquence les plus insoutenables du cinéma : la scène - qui semble interminable - où Magda Goebbels fait une injection fatale à ses six enfants - de superbes Aryens aux yeux bleus - après leur avoir fait boire des barbituriques .

     

    • #2088539
      le 26/11/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Événement Kontre Kulture : Combat pour Berlin, de Joseph Goebbels

      "une des séquence les plus insoutenables du cinéma"

      lol, tu n’as jamais vu de films avec Kev Adams...


    • Il ne faut pas oublier que Madga Goebbels était une mère exemplaire bien qu’étant une "vilaine nazi"...
      C’est un geste horrible, courageux... et prémonitoire quant aux conséquences qu’auraient subies ses pauvres mômes !


    • C’est vrai que cette scène a marqué les esprits. Je me souviens que plus jeune, j’ai longtemps trouvé ce choix diabolique et indéfendable. Progressivement, en vieillissant, j’ai compris son geste. Connaissant la nature humaine, le comportement de beaucoup après la guerre, qui sait ce que ces enfants auraient subi.... Aujourd’hui, je trouve son geste très courageux.


  • La Fondation pour la Mémoire de la shoah va peut-être demandé que lui soient reversés les droits d’auteur, comme elles les a obtenu lors de la publication de l’incontournable "Journal de Joseph Goebbels " .


  • C’est clair que l’Occident d’aujourdh’ui est devenu une gigantesque république de Weimar.....


  • Très beau thème musical choisi, par ailleurs...

    Référence à Florian Geyer et accessoirement à la 8ème division de cavalerie du même nom.

    https://www.youtube.com/watch?v=G9s...

     

  • Après qu’il est visionné la bande-annonce, je vois bien le petit teigneux Haziza taper sur son bureau : Nein nein nein nein nein !


  • Bonsoir,

    J’ai lu ce livre, je l’ai offert puis racheter pour l’avoir dans ma bibliothèque. C’est un super cadeau. A acheter pour les fêtes. Attention ! Ce n’est pas My Kampf. C’est l’histoire de la création et de la prise du pouvoir par le Parti des Travailleurs. Le NSDAP. C’est une baston contre les communistes. Les SA vont dans les quartiers populaires, tenu par les Rouges et propose du pain et du travail. Les débuts du mouvement sont ceux d’un vrai parti "populaire, qu’on qualifierait dans l’ancien vocabulaire (jusqu’à presque Macron) de "parti de gauche". Hitler fera un choix d’une alliance avec la bourgeoisie industrielle, dont il a besoin pour développer l’Allemagne. Ce sera la Nuit des Longs Couteaux. On pourrait qualifier cette évolution d’un passage du national-socialisme, pur et dur à l’Hitlérisme Goebbels en sera un des plus solide instrument. Les bruns-rouge (préférable à rouge-brun), j’oserai avancer "notre idéologie" (cela n’engage que moi) remettra les pendules à l’heure. Non pas comme une négation mais comme une évolution dans la réflexion.

     

  • Un ouvrage qui tombe à pic pour les Gilets Jaunes !


  • Si vous maîtrisez la langue de Shakespear ou celle de Goethe je vous conseille aussi la biographie de Goebbels par David Irving. Il fut le premier à accéder aux archives Russes en 1991.
    Ce qui m’a le plus surpris est à quel point l’influence de Goebbels sur la politique IIIème Reich était, somme toute, assez faible (Göring c’était un tout autre calibre).
    Ces histoires ambigües avec Lída Baarová (et d’autres actrices) et son faux pas concernant la nuit de cristal, lui ont valu de tomber en disgrâce auprès de Hitler pendant un long moment.

     

Commentaires suivants