Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Exploit : Alain Jakubowicz bat son propre record d’antiracisme

Faut-il débaptiser le quartier de la Négresse à Biarritz ?

À l’approche des fêtes du quartier de la gare, cette question, relayée par le président de la Licra, agite les réseaux sociaux.

La question n’est pas nouvelle, mais elle enflamme cette fois les réseaux sociaux. Tout a commencé lundi, par ce tweet posté par une enseignante.

 

 

Il aurait pu passer (presque) inaperçu s’il n’avait trouvé un soutien de poids en la personne d’Alain Jakubowicz, président de la Licra, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme.

 

 

Critiqué par de nombreux twittos, il s’est fendu de deux autres messages.

 

 

Messages qui ont dopé la polémique, les twittos réagissant avec plus ou moins d’humour et de violence (que nous ne retranscrirons pas ici).

Tweets choisis :

 

 

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur sudouest.fr

Voir aussi, sur E&R :

Rendre service à l’antiracisme authentique
en signant la pétition pour la dissolution de la LICRA !

Sur la question raciale, chez Kontre Kulture :

Offrir un mug à Alain Jakubowicz pour égayer sa cuisine !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je passe tous les jours devant cette banderole pour aller travailler et je n’avais même pas vu le visage ! Même si l’image n’est pas des plus heureuses (mais en quoi est-ce "raciste" ?), se prononcer pour un changement de nom de ce quartier est tout simplement ridicule mais a priori, le président de la LICRA n’a plus peur du ridicule.
    La doctoresse en communication fait parler d’elle. A-t-elle joint le comité des fêtes pour s’en plaindre ? Je ne le saurais pas mais sa réaction a été de foncer illico presto sur les réseaux dits sociaux pour...faire parler d’elle. Et Mr Alain Jakubowicz...pour faire parler de lui !


  • S’il avait pu toucher 1€ par connerie racontée AJ aurait été milliardaire à l’age de 12 ans, la vie est parfois tellement antisémite quand on y pense...


  • Le mot « nègre » est un très beau mot de la langue française qui ne devrait pas avoir de connotation péjorative, tout comme le mot « race », qui signifie lignée ou famille chez Racine. « Noir » est moins beau et plus hypocrite, je trouve.
    Non au terrorisme linguistique sioniste !

     

    • Aux USA on fait la chasse au mot "nigger" que pourtant les noirs eux-mêmes utilisent. Ça sert à diminuer le blanc et à victimiser le noir.

      Alors en France il nous faut aussi notre "nigger" et "nègre" semble être le bon candidat. Sauf qu’il est issu du mot "Negro" qui veut dire noir. Évidemment, le mot "Negro" est aujourd’hui injurieux mais il ne l’a pas toujours été. Si Jaku aimait véritablement l’histoire au-delà de sa version sioniste hollywoodienne, il s’enticherait de savoir en l’HONNEUR de quelle femme noire on a nommé ce quartier.


    • Salut.

      Nigger est nettement connoté péjorativement par opposition à black people. Il a donné l’argotique to nig, qui signifie se comporter comme un nigger, c’est-à-dire selon les standards du gangsta-rap avec seau de poulet KFC et tranche de pastèque en prime. Par contraction de nigger et piglet — porcelet — il engendre aussi niglet. L’exemple est donc mal choisi. L’équivalent du français « noir », si l’on veut éviter les périphrases tordues ou la novlangue du type mélanoderme des prétendus antiracistes empêtrés dans leurs classifications dignes du XIXe siècle, on peut utiliser negro, vieilli cependant. D’ailleurs on parle de Negro spirituals, jamais de Nigger Spirituals.

      En français, « nègre » est plutôt ressenti péjorativement, même si son origine latine est sémantiquement neutre. Je ne me vois pas dire « Tiens, le nègre de l’étage d’en-dessous m’a dit bonjour. » J’ai des voisins noirs, pas nègres. Notons l’exception dans l’expression « Arts nègres » lorsque le contexte est précis : arts africains mis en avant par les Cubistes ou par Senghor (Festival mondial des arts nègres de 1966). Dans le dernier cas, de même qu’avec le terme négritude, il s’agit plutôt du retournement sémantique d’une insulte. C’est le même mécanisme qui conduit des noirs aux États-Unis à s’apostropher d’un "My nigger !"

      « Black » dans la langue de Molière n’existe pas. Il est typique des personnes qui n’ont pas tiré au clair les choses, comme s’ils avouaient qu’il y avait un quelconque problème racial qui vaille la peine qu’on s’y attarde. Il s’agit de signifier la même chose en changeant de signifiant, comme si l’on disait en disant que l’on ne dit pas. On le trouve en usage souvent chez les semeurs de discorde professionnels poursuivant des objectifs de politique extérieure, et chez les grandes consciences moralisatrices de la « gôche », jamais en retard pour faire traîner l’agenda social. Vous n’aurez pas, lecteurs, de difficulté à classer la LIC(r)A dans l’un de ces deux tiroirs.

      Après tout, le seul problème sérieux se résume à savoir quelle part de la richesse produite par le travail retournera aux travailleurs noirs ou blancs.


  • Une magnifique quenelle claquée la dernière réponse, bien résumé...


  • Parcequ,il faut absolument que ce terrorisme intellectuel cesse, voila ce que je viens d envoyer à la section régionale de la Licra...

    "Bonsoir, j ai assisté à 2 de vos conférences à la maison des associations dont celle avec la présence de votre inénarrable président Monsieur jakbubowich avec pour volonté de me faire un avis personnel sur les critiques qui vous sont adressé, sa récente et grotesque sortie sur le nom d’un quartier de Biarritz "La négresse" et le partie pris général de vos publication ont forgé mon point de vue
    Vous desservez grandement la cause que vous dites défendre, mieux par myopie et entêtement et votre attitude péremptoire vous participez au climat délétère sur le sujet.
    Votre cause est noble mais votre président par ses déclarations, son sectarisme et son indignation sélective est sûrement la meilleur chose qui puisse arriver au le racisme..."

    Frederic Max

     

    • Vous vous êtes fatigué pour rien. Ces gens ne défendent que leur cause à eux, et s’ils ont ajouté la lutte contre le "racisme" à leur boutique (au départ c’était la LICA), c’est uniquement pour ne pas qu’on voie qu’ils sont une officine communautaire qui travaille à défendre et imposer les droits (qu’ils s’octroient) de notre nouvelle noblesse issue de la tribu prétendument élue. Il n’y a pas plus raciste qu’eux, le racisme en Europe ou aux USA, ils n’en ont absolument rien à foutre, il faut bien le comprendre. Il ne leur sert que si ça permet de réprimer les peuples autochtones (par la tyrannie des minorités).


  • #1204515

    on est bien loin des bus israeliens interdits aux arabes .
    voila pour l’histoire source wiki :
    La Négresse (Biarritz)
    Origine du toponyme
    Le toponyme semble venir du début du XIXe siècle, une serveuse noire ou mulâtre d’un restaurant du hameau ayant marqué les esprits de soldats de l’armée napoléonienne.

     

  • L’attitude d’Alain Jakubowicz est ridicule car les termes "nègre" et "négresse" n’avaient aucune connotation raciste jusqu’au début du XXe siècle. En ce temps-là on disait "nègre" et "négresse" comme aujourd’hui on dit "noir" et "noire".

     

    • A ma connaissance, le mot "Nègre" était précisément utilisé pour ne pas dire "noir", considéré irrespectueux : une subtilité de langage pour désigner la couleur comme un attribut plutôt qu’une nature.
      L’utilisation du mot "Noir" est donc une régression sémantique et philosophique.
      On observe au passage un exemple de l’incontournable inversion des valeurs.


  • Il faut bien qu’ils continuent à faire croire qu’ils luttent contre le racisme ces racistes.


  • Sans parler de "la revue negre" de Joséphine Baker. cf. images sur google

     

    • Au château des Milandes (musée J.Baker) on dénombre plus de 100 fois les mots "nègre" ou "négresse"... qu’attend la LICRA pour faire fermer le lieu... ?
      Qu’attend la Licra pour intenter procès aux ayant droit de Léo Ferré (Chanson "Dieu est nègre") et de J.R.Caussimon (chanson "Monsieur Williams")... ?


    • @dudule
      La LICRA est l’un des "élus" de dieu, c’est elle qui doit définir le vrai et le faux. Qu’est ce qu’il faut changer ou pas quand ça l’intéresse et l’avantage. Heureusement le RIDICULE ne tue pas.


  • d’une connerie sidérale ! on croit réver !


  • Quelle imposteur, ce Jaku !

    Et le dessin de la LICRA pour illustrer les migrants, dans la plus pure caricature de l’époque de la colonisation, tu l’as déjà oublié celui-là ?


  • Il en a rien à foutre du mot "négresse", pas plus que du racisme ou de l’antisémitisme. Son boulot s’est d’accélérer l’affaissement de la nation française, de travailler à l’avènement d’une Europe américanisée et au renforcement d’Israël. Pourquoi pas ? En tout cas, pourquoi pas tant qu’une majorité de français se laissera beurrer la raie sans tousser.
    C’est un métier, tartineur de raies françaises ? Oui, s’en est un. Et bien payé. Lobbyiste...
    Prenez Raphaël Glucksman... Dans son dernier "bouquin", il se dit auteur et essayiste (de mémoire). Comparez avec son CV publié sur ce site (et par Faits et Documents). Croyez-moi ce sera pas le jeu des sept différences. Entre un "essayiste", un "responsable associatif" et un terminator sioniste, ou neo-conservateur, il y a une marge. Celle dans laquelle nous tombons tous.


  • Sassoon, ce n’est pas très Français ... ni très Basque ! Qu’ILS s’occupent de la condition des Nègres d’Israel, ces deux là ...


  • la LICRA de Jakubowicz touche chaque année plus de 500 000 € de "subventions" de l’état
    (sans compter toutes les autres) !!


  • Il s’auto-quenelle tout seul maintenant !
    Et puis il est pas un peu grand pour faire autant mumuse avec twitter ?

     

  • Alain Jakoubo cache bien son jeu ...
    Devant la télé ça joue aux antiracistes mais dans sa vie de tous les jours ça se mélange pas, et ça fait tout pour que ses enfants ne se mélangent pas non plus.
    Ces gens prônent le métissage mais ceux sont les premiers à vomir leur estomac dès que leur progéniture leur présente un non juif ...


  • #1204773
    le 11/06/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Exploit : Alain Jakubowicz bat son propre record d’antiracisme

    Virginie Sassoon :

    Docteure en science de l’information et de la communication, Responsable éditoriale de la plateforme numérique #RacismeOrdinaire” (Huffington Post)

    Rien que le titre, ça décoiffe !

    "Docteure en science de l’information et de la communication" = experte en manipulation et propagande communautaires ?

    Une affaire de famille quoi ! M’est à vis qu’elle serait parfaite pour faire les shampoings dans un salon de coiffure...


  • Sacré Jacobin-witz . Il a raison , il faudrait la rebaptiser "Rue des esclaves dont le marchandage fut principalement organisé par des entrepreneurs de confession Juive en bizbi avec des chefs de tribu Africaines " (voir Serge de Beketch ou Louis Farrakhan sur le sujet)
    La rue se serait appelée Rue Des Bicots il aurait rien dit !
    T’as un probleme va demander des comptes a Bernard !


  • Les agitateurs sionistes se doivent de susciter en permanence des polémiques ,contreverses et débats sans intérêts dans le but d’occuper le temps de cerveau disponible des Goyims .Accessoirement, la zizanie ainsi mise ne place clive toujours un peu plus une société qui n’en à pas besoin,bien au contraire.Leur jeu n’en ai que plus clair ,le dormeur doit se réveiller.

    https://youtu.be/wDOjHhVOjzo


  • Un juif qui se pose en défenseur des noirs.
    s’il n’y a pas là une imposture historique...
    Est il prêt à les défendre assez en exigeant des descendants d’armateurs juifs s’étant enrichis par la traite des esclaves de leur verser un billet de dédommagement ?
    Non ?
    Qu’il se taise à tout jamais alors...


  • Le problème avec les gens inutiles à la société, c’est qu’ils se sentent toujours obligés de brasser du vent pour exister...

     

  • Il est nécessaire d’indiquer à Jaku qu’il y a aussi le drapeau Corse qui doit être modifié. C’est vrai quoi, cette tête de Maure...Peut être bien que les Corses n’aimeraient pas que ses siono-interventions viennent "remodeler" l’histoire de leur île...^^


  • Après avoir chassé à cour le "nègre" dieudonné en bande organisée, la communauté que l’on ne peut pas nommer essaie de se racheter

     

  • Je crois que c’est aimé Césaire qui avait demandé que le mot « nègre » ne soit pas retiré du dictionnaire, dans un souci de mémoire.

     

  • #1204853

    Il faut d’urgence, priorité nationale ô combien plus impérative que l’emploi et la crise, supprimer le mot nègre du dictionnaire ; ainsi que le mot france et tous ses dérivés : français, francophone, franchouillard. De même pour tous les mots se rapportant à une ethnie, une race, un peuple particulier. La langue française est d’ailleurs tellement raciste en soi, qu’il faudrait l’interdire. Le premier qui parle, sauf ayant droit du CRIF et de la LICRA, devrait être sévèrement puni : 6000000 d’euros, confiscation des biens et emprisonnement sans jugement à vie.
    Je suis indigné ; j’ai enfin trouvé une cause juste à défendre qui ne me fasse pas perdre mon temps ! Pensez-vous, avant, j’étais indigné par l’avortement, l’euthanasie, les crimes d’Israël, BHL, la dette... que des causes futiles en somme. Ma vie va changer à présent. A qui dois-je adresser mon chèque pour qu’enfin se taisent les méchants racistes qui ont dit "nègre" et qu’ils payent pour leurs forfaits ?

     

  • J’ai vraiment pas pu m’éclater de rire : est-ce la bonne réaction ou pas ?
    Ils devraient aussi rajouter un concours "plus Négresse qu’elle tu meurs !"


  • beltxa serait de rigueur, tous ces non basques barrura (mdr). Il doit vvraiment s’ennuyer ferme Jaku, dans son monde à lui.


  • Moi, c’est le mot "Youppie !" qui m’a toujours choqué. Faut faire quelque chose. Interdire toutes les festivités susceptibles d’occasionner la profération de ce terme. J’dis ça...


  • ALERTE INFO un groupe de rock renonce a se produire dans le quartier de la négresse par crainte de représailles de la LICRA et consort ? Il s’agit du groupe "Les négresses vertes"

     

  • Faire des polémiques sur du rien. On dirait qu’il n’a que ça à foutre ; brasser de l’air et payé pour ça. Affligeant Jakubowicz, affligeante LICRADE...


  • Et le film "rue cases-nègres" faut-il aussi lui retirer son titre ?

    film réalisée par la grand-mère de Pascal Légitimus.


  • C’est histoire de dire vous voyez la Licra bosse pour tout le monde !

    A part ses tweets qu’à t-il fait ? That’s all folks !!!

     

    • Vous avez misé juste. Le Jacubobo voulait juste faire parler de lui et de la LICRA, pour faire croire aux noirs qu’il les aimes et les soutient, alors qu’en réalité c’est bien le dernier de ses soucis. Il faut lui reconnaitre une certaine habilité dans la récupération de situations.


  • Ce qui est juste curieux avec Jakubowicz, c’est qu’il n’aie jamais fait la proposition de débaptiser les rue dédiées à Pierre Mendès-France. En effet la plupart des citoyens ignorent que l’ancien Président du Conseil de la IVème république est issu d’une longue lignée d’esclavagistes bordelais.
    L’un de ses ancêtres Isaac Mendes avait défrayé la chronique judiciaire dans les années précédant la Révolution Française. Il était revenu des Antilles françaises à Bordeaux avec deux esclaves Guillaume Pampy et Amynte Julienne dans ses bagages Or, si à cette époque l’esclavage était en vigueur dans les colonies françaises, ce n’était pas le cas en métropole. Lorsque les deux esclaves antillais découvrirent le pot aux roses, lassés des mauvais traitements qu’ils subissaient ils firent faux bond à leur propriétaire. Ce dernier, furieux de perdre sa propriété intenta un procès pour rentrer dans ce qu’il considérait être ses droits. Malheureusement pour lui les juges de Bordeaux confirmèrent la liberté des deux noirs antillais, condamnèrent Mendès aux dépens et à payer à ses serviteurs un gage pour les services rendus depuis leur arrivée sur le sol français métropolitain. Celà pourrait être le sujet d’un édifiant film antiraciste, mais, compte tenu de la forte représentation d’une communauté dans les milieux du cinéma et de la télévision, il n’est pas sûr que l’on verra de sitôt, deux jeunes esclaves antillais dans le rôle des héros positifs, luttant pour leur liberté et leur dignité et un juif bordelais dans le rôle de l’esclavagiste cupide !


Afficher les commentaires suivants