Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

Avec l’inauguration de la Fondation Vuitton , la réouverture du musée Picasso, et l’ouverture de la Foire internationale d’art contemporain , à partir de ce jeudi jusqu’à dimanche au Grand Palais, Paris se retrouve au centre d’un marché en forte croissance dans le monde.

Entre juillet 2013 et juillet 2014, selon le site de cotation des artistes Artprice, ce secteur n’a jamais été aussi compétitif et spéculatif. En moins de quatre ans, le chiffres d’affaires mondial réalisé dans les salles de ventes a presque doublé, établissant un record de 1,5 milliard d’euros (+ 33 % par rapport à l’année précédente).

La cote des artistes nés après 1945 n’a jamais été aussi haute, avec des prix qui ont flambé de 70 % en dix ans. Cette année, 179 enchères ont dépassé le million d’euros, treize oeuvres ont été adjugées plus de 10 millions d’euros. Le record ? Le Balloon Dog géant orange de Jeff Koons, maître incontesté du kitsch, vendu plus 38,8 millions d’euros sous le marteau, le 11 novembre 2013...

Lire l’intégralité de l’article sur leparisien.fr

 

Revoir l’analyse d’Alain Soral sur l’art contemporain (29 janvier 2009) :

Voir aussi, sur E&R :

Sur l’art et la poésie, chez Kontre Kulture :

Retrouvez Alain Soral et Éric Naulleau chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1009519

    C’est bien que les milliardaires sionistes achètent les ordures de leurs coreligionnaires, ça permet aux "aryens" qui aiment la belle peinture et la belle sculpture d’acheter des œuvres un prix modique, puisque les caques - qui n’aiment que ce qui leur ressemble - les délaissent . Un superbe portrait de femme de Vigée-Lebrun adjugé 500 000 euros il y a quelques mois à Drouot, alors que le caniche gonflable de Koons a fait 38 millions d’euros , 76 fois plus !

     

    • #1009714

      @Rosemberg :

      Tout à fait d’accord ! Faut bien trouver des raisons de positiver...


    • superbe portrait de femme de Vigée-Lebrun adjugé 500 000 euros

      Ce qui est tout de même un très belle somme pour un portrait. Mais en comparaison c’est sur que l’inversion est flagrante.


    • 500000 euros, une broutille !


    • #1011405

      Louise-Elisabeth Vigée-Lebrun est, à mon avis, l’une des plus grandes artistes portraitistes de tous les temps. Je vous recommande le site suivant : http://www.batguano.com/vigee.html qui a pour ambition de présenter la totalité de ses oeuvres. On notera, de plus, que ce site a été créé par M. Kevin J. Kelly, de Tucson, Arizona, ce qui devrait amener certains à réviser leur jugement (hâtif) sur « l’inculture des Américains ».
      Mme Vigée-Lebrun a merveilleusement représenté la beauté des femmes de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, et elle était elle-même une très jolie femme comme en témoignent ses autoportaits.
      Mais outre l’aspect artistique, la vie même de Mme Vigée-Lebrun est un témoignage particulièrement intéressant sur cette période « troublée » de la révolution et de l’empire. Je vous recommande la lecture de ses mémoires, que l’on trouve en version numérique sur le site de la bibliothèque nationale Gallica en 3 volumes (édition de 1835) :
      vol 1 - http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bp...
      vol 2 - http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bp...
      vol 3 - http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bp...
      On ne peut qu’admirer le courage de cette femme, qui a échappé de peu à la guillotine, bien que non noble, mais qui avait commis le crime impardonnable d’être trop proche de la reine Marie-Antoinette. Abandonnée par un mari faible et lâche (M. Lebrun) elle a élevé seule ses enfants et a acquis une grande renommée grâce à son talent reconnu dans toute l’Europe, notamment en Russie où elle a passé plusieurs années, à une époque (pas si lointaine) où le rayonnement de la France était encore réel et où toute la cour du tsar parlait français.


  • C’est qu’il y a de plus en plus d’argent à blanchir, avec tous ses butins de guerres qui circulent depuis la guerre d’Irak, avec les trafics de drogue, d’armes d’organe, d’enfant, ect... Il va en falloir des pseudo œuvre à disposition.

     

    • #1009886
      le 24/10/2014 par survivant des camps sionistes
      FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

      Oui 100 % d’accord au minimum blanchiment de fraude fiscal et creation d’une bulle artistique.Donner de la valeur a ce qui n’en a pas c facile pour eux, le dollard est un bon exemple.


  • un homard acheté dans un magasin de jouet et pendu : ou est l’oeuvre d’art ? qu’est que l’art ?
    le problème est simple , y a des mecs qui cherchent à faire du pognon facilement avec la crédulité et la betise des gens : c’est vieux comme le monde et cela s’appelle de l’escroquerie , cela ne va pas plus loin .
    cela devient très grave si les autorités permettent et organisent ce genre de forfaiture dans des lieux publics
    la brune est un escrocq et elle se sent protégée c’est quand meme grave
    ==> revolution

     


    • un homard acheté dans un magasin de jouet et pendu : ou est l’oeuvre d’art ? qu’est que l’art ?



      Pour moi, l’art, c’est une association entre, d’une part, un goût du beau et, d’autre part, et un savoir-faire et un travail fourni pour créer une œuvre. En ce sens, de la merde étalée sur une toile ou une baignoire de lentilles exposée au Centre Pompidou-Rothschild, ce n’est pas de l’art, car ce n’est ni beau, ni intéressant, et ça ne réclame aucun savoir-faire particulier.


    • S’il n’y avait qu’elle !





    • Euh faut pas pousser quand même, le homard n’est pas un vulgaire jouet accroché mais une véritable sculpture (pour le prototype), ensuite un vrai travail d’orfèvre est réalisé (pour les "tirages") puisque entièrement réalisé en métal pour finalement être peint à l’epoxy.
      L’effet est saisissant mais bon Koons c’est quand même un peu éxagéré toute cette folie autour de lui


  • Pour investir autant d’argent dans ces merdes, il n’y a que eux possibilités : ou ils sont fous à lier, ou c’est un moyen de blanchiment d’argent/ placement hors-circuit entre-soi.
    Au passage, il ne s’agit pas d’art. Le marché de l’art est oxymore. Le premier a tué le deuxième.

     

    • #1009674
      le 24/10/2014 par caniche en zinc
      FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

      "ou c’est un moyen de blanchiment d’argent/ placement hors-circuit..."
      c’est du pantalon à une jambe !!!!!!
      à l’arrivée le proprio du truc est moins riche que s’il avait acheté 500 tonnes de malabars.


    • Le marché de l’art est oxymore. Le premier a tué le deuxième.

      Tout est dit dans cette phrase, à laquelle je rajouterais pour l’humour :

      Le marché de l’art est un Garcimore. Il transforme n’importe quelle merde en valeur marchande.

      PS : citation de José Garcia Moreno dit "Garcimore" (1940-2000) - "Je suis décontrasté".


  • Je valide l’analyse de Soral, c’est bien vu et bien analysé l’expression de "non art avec du non argent"


  • Belle époque où le "maudit" AS avait le droit de s’exprimer ! c’est bien dommage que le paf se prive de lui.


  • #1009574
    le 24/10/2014 par horizons lumineux
    FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

    Comme toujours les interventions d’Alain SORAL sont très nettement au dessus du lot.


  • Me voila rassurée, j’avais peur que les riches ne sachent plus dans quelle gabegie investir leur argent et qu’ils ne soient contraints de venir en aide aux petits vieux qui font les poubelles des marchés pour se nourrir.


  • #1009613

    Et bien, un passage d’Alain + un compliment en demi-teinte de la part du petit jeune, ça fait plaisir ! :) Même si ça commence à dater...


  • l’art n’est plus qu’une valeur refuge facilement dissimulable, discrète et quasiment non imposée qui s’échange sur fonds de consensus par l’oligarchie. C’est l’un des plus grand scandale et une des plus grosses arnaque financière et fiscale du 20 et de ce début de 20eme.

     

  • #1009630

    Soral est de loin l’invité le plus brillant de ce débat .
    En plus du fond de son propos, je le trouve très posé et relativement calme par rapport a d’autres de ses prestations télévisés un peu plus énervées.

    Il me semble personnellement , qu’ hormis le coté business de l’art moderne , on a confié le soin à des "artistes " de mettre certaines déviances et autres perversions sous une lumière "artistique " plus favorable a l ’acceptation .
    Faire croire au public qu’être " rock and roll" c’est n’être plus choqué de rien .
    Bien plus que le plug anal de Mac Carthy c’est sa sculpture de l’enfant qui sodomise une chèvre qui m interroge et me fait dire que si l’on continue sur ce chemin , le fichier zandvoort sera un jour lui aussi un " oeuvre" d’art cotée et " rock and roll ".


  • Ha ! l’histoire et les cycles... autant dire Byzance et les Ottomans...
    Allez ! retour à la rencontre du troisième type...
    https://www.youtube.com/watch?v=UzW...


  • cela s’appelle des allé retour sur un meme actif !!! je pourrai gonflé sa valeur autant que je voudrai ou me l’achetant à moi meme à travers une sté ecrans anonyme et puis le reacheter à travers le hoding de la famille (c’est une affaire de riche) et puis par moi meme et puis par un amis et puis par la premier sté ecrans ... tous çà en augmentant sa valeur à chaque transaction !! faisons augmenter par la suite le chiffre d’affaire de l’art et mon actif qui pourra me servir de garanti sur des million d’euro de pret !!!
    alors que son cout reel c’est la toile et les tubes de couleur depensé et la commission sur chaque transaction et sa valeur utilitaire est quasi nul (contempler ne fait pas vivre) !!!
    et ce jusqu’à ce qu’un pigeons vienne hors du cartel (sté écran-holding cousin amis ...) qu’on lui fourgue l’œuvre pour une reele entré d’argent !!!
    c’est un tour de passe passe mais pas comme les actions en bourse ou on fait passer la bombe jusqu’à ce qu’elle explose chez les moins initier !!! dans l’art c’est une bombe maitriser et son déclenchement est à la sortie du cartel !!!
    (c’est le truc de la blague talmudiste des jeans déchiré qui ne sont fait que pour etre vendu et acheté et non pour les portés)
    ma mere est artiste et il est difficile de se faire de l’argent avec !!! je lui ai proposer de faire çà avec deux trois sté et quelque amis avec des expos par ci part là jusqu’à ce qu’on arrive à le fourguer avec un prix interressant !!! mais conscience oblige comme c’est dit dans le coran (j’ai oublier le verser exact) mais le sens est ne fait pas au gens ce que tu n’aime pas qu’on te fasse !!!
    excusez les fautes je ne ss pas français en plus d’un fat-finguer avec le phone c’est pas pratique !!!


  • #1009665


    ...d’ailleurs, comment peut-on appeler cela de l’Art ????
    Art con-temporain = Art-naque = Art dégénéré,.... comme le sont tous ses promoteurs


  • Très bonne analyse d’Alain Soral. Je connais bien le domaine pour avoir moi-même exposé dans le cadre d’une Ecole d’Art contemporain à Luxembourg. Nous étions une vingtaine d’étudiants à exposer un seul travail et le professeur en a estimé le prix à la vente. L’un d’entre nous s’est offusqué du prix beaucoup trop bas pour son tableau...ayant fait acheté par un ami directeur de banque de nombreux travaux...ce qui lui valait d’avoir une cote impressionnante sans correspondance avec sa production !! Les expositions dans les galeries d’art lui était également facilitées.
    J’ai connu le même phénomène avec un copain dans la littérature et particulièrement poésie qui voyageait dans le monde entier aux frais de la princesse car il connaissait les gens aux commandes ( FM) et donc de distribution de tels avantages !
    L’immatériel est très difficile à valoriser et il ne fait pas de doute que pour la création artistique actuelle les valeurs sont largement faussées en vue de favoriser un groupe, une communauté, une idéologie etc...
    Je constate que l’art est devenu une industrie, comme pour les concerts de chanteurs. Tout n’est pas à rejeter dans l’art contemporain : Le circuit à billes monumental de Jeppe Hein est un exemple réussi...le mouvement est dans l’oeuvre et l’interaction avec le public se fait naturellement....c’est un art vivant porteur de sens et non mort ou morbide...Art inversé !


  • En fait, si l’on regarde bien, c’est le pantalon à une jambe mais dans l’art...

    Tu achètes, tu vends, tu achètes, tu vends (de la m...., mais c’est fait pour) et le dernier qui casque est le crétin qui a enrichi tous les escrocs.

    Si l’on met une de ces toiles dans son salon, on fini constipé.

    L’art conceptuel dans toute sa splendeur : payé une boite de conserve le prix d’un yacht...
    Il faut bien qu’il y ait un c.... au final pour régler la note... tant pis pour lui.

     

  • #1009736
    le 24/10/2014 par bhlebolamemcombat
    FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

    Cette société est monstrueuse ! Elle a déjà transformée en Führer Allemand un jeune Autrichien amoureux d’art pictural qui voulait seulement faire l’école des beau arts, et maintenant elle recrute un critique d’art et un chansonnier métisse (qui n’est pas critique d’art donc, c’est normal si il n’est pas présent sur le plateau).. pour remplacer le Führer Allemand (ils n’ont pas trouvé un seul type avec le charisme nécessaire depuis 1945..) Le monde de l’Art serait-il peuplé de monstres en sommeil ? Quand A.Hitler était petit et qu’on lui demandait ce qu’il voudrait faire comme métier plus tard, celui-ci répondait :_" j’hésite entre artiste très connu ou alors, Führer très connu. Le métier m’importe peu du moment que je sois connu ! "..


  • #1009746

    il a une gueule ce homard !!


  • #1009752

    Vers 13’, Alain démontre parfaitement la mascarade du rôle refuge (monétaire) éminemment abstrait, dématérialisé et volatile de ce qui est désigné comme "art" contemporain...

    Sur cette base et définition, en rapport au contexte économique actuel, comment voulez-vous que cet "art" ne soit porteur...

    Mais la palme du ridicule revient à l’opulente et décatie Laurenz, véritable ignorante qui s’ignore débitant des absurdités à l’image de son ego et qui évoque, non sans gène, le récurrent argument de l’inculture comme élément déterminant de l’incompréhension et/un du rejet de "l’art" contemporain... l’hôpital qui se fout de la charité.

    RM.


  • #1009781

    Débat très intéressant, qui n’aurait pas pu avoir lieu il y a 30, 20 et même 10 ans auparavant.
    Alain Soral est très efficace, Alain Noleau et Mazarine sont brillants.

    Dans la même veine : un reportage décapant sur la FIAC 2013 sur France Inter ...
    http://www.youtube.com/watch?v=l8qQ...

    Et Aude de Kerros via -notamment- "1983-2013 Années noires de la peinture".


  • #1009853

    C’est vrai que ca a l’air d’être tres simple, "j’achete un homard dans un magasin de jouet et je le pend au plafond", mais en fait c’est plus complique que ca en a l’air.Oui c’est de la merde c’est moche et sans interet, et c’est amusant de voir le parallèle qu’on pourrait faire entre la femme en rouge et noir (qui ce n’est ps surprenant est encore une mademoiselle) qui quand elle justifie la qualite d’oeuvre du homard a un discours qui rivalise de mauvaise foie et de non sens avec celui d’une Caroline Fourest qui justifie la grandeur des Femmen.
    Quand je disais que c’est quand meme complique d’accrocher un homard au plafond de Versailles, c’est ce que l’on ne nous explique pas...dans le debat sur la fable de l’art contemporain , c’est a dire comment ca va être le jouet que toi tu as achete qui va finir a Versailles et faire que tous les jouets que tu accrocheras seront cotes en millions de dollars..
    La, il y a un boulot a faire, et ce n’est pas de l’art, pour qu’a 40 ans tu ais assez de supports pour t’imposer a Versailles.
    la femme en rouge et noir, elle dit en gros que ce qui decide de ca c’est la cote que tu peux avoir aux enchères, soit le deuxième marche. Mais c’est bidon comme explication, car si ca s’appelent deuxieme marche, c’est que pour y arriver il faut bien avoir deja vendu les oeuvre dans le premier marche soit les galleries etc..et aujourd’hui quand on sait que la majorités de ces galleries ne veulent meme pas recevoir de submissions d’artistes qu’elles ne connaissent pas (peut être de vrais nouveaux genies) comment sont découvert les faiseurs de homard ???
    et la effectivement on peut réellement se poser la question de savoir si ce sont vraiment des artistes, ou alors devoir redefinir, a base d’inversion comme pour tout maintenant, le mot artiste. Ce qui est sur c’est que ce n’est pas l’oeuvre qui fait le discour mais bien l’inverse.
    Ca on en parle jamais dans les débats sur l’art contemporains, comme il y des choses dont on ne parlent jamais dans les debats sur le 11 septembre ou sur la liberte d’expression ou le fait de savoir si l’on vit en democratie ou ploutocratie etc..etc...


  • L’Art sera de retour quand il y aura de vrais artistes capables de s’unir pour répondre à toute cette sous-culture de masse !

    Les gens aimeraient sûrement voir autre chose que les éternelles expo sur les impressionnistes ! Mais pour l’instant, rien de qualité qui s’inscrive suffisamment dans la durée et qui remettrait un peu d’esprit dans tout ce paysage noyé de toute cette médiocrité internationale subventionnée !


  • #1009964
    le 24/10/2014 par Sa Sainteté Sainte Quenelle
    FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

    Ne connaît pas la crise...ben vous connaissez un meilleur moyen de planquer du pognons au moment où on en pique ?
    L’art contemporain est pour moi une invention subtile qui permet sous couvert de la Culture de cacher son patrimoine dans des "oeuvres" dont les propriétaires décrètent la valeur qui les arrangent avec un jury acheté qui est là pour aquiesser (et dont seuls les auteurs connaissent le sens de l’oeuvre, sens qu’ils ont inventé, et qui permet defaire croire que l’oeuvre est profonde et mystique alors qu’il ne s’agit que d’un résultat proposant une équation, et non d’une équation proposant un résultat, ce qui est pour moi l’art.
    Bien sur tout celà est convenu entre gens de même caste : par exemple, un tableau de merde est décrété magnifique par la doxa de l’art et est estimé par cette dernière qui fait foi à un prix convenu de manière tacite (ben oui, il faut rincer tous ceux qui participent à dire que c’est beau quand c’est nul, et qui font monter la valeur dans leur revues d’art de mes deux genre la gazette de l’Hôtel Drouot et consorts, à dire qu’une merde est belle, comme par exemple le plug anal vert, qui serait trés joli et profond selon les amateurs d’art. Ah ben àa oui, il est profond !!! :D.

     

  • #1009973

    Depuis que les casinos sont démodés on pas trouvé meilleure lessiveuse que l’art et le cinéma !


  • #1009993
    le 24/10/2014 par Sa Sainteté Sainte Quenelle
    FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

    Ne connaît pas la crise...ben vous connaissez un meilleur moyen de planquer du pognons au moment où on en pique ?
    L’art contemporain est pour moi une invention subtile qui permet sous couvert de la Culture de cacher son patrimoine dans des "oeuvres" dont les propriétaires décrètent la valeur qui les arrangent avec un jury acheté qui est là pour aquiesser (et dont seuls les auteurs connaissent le sens de l’oeuvre, sens qu’ils ont inventé, et qui permet defaire croire que l’oeuvre est profonde et mystique alors qu’il ne s’agit que d’un résultat proposant une équation, et non d’une équation proposant un résultat, ce qui est pour moi l’art.
    Bien sur tout celà est convenu entre gens de même caste : par exemple, un tableau de merde est décrété magnifique par la doxa de l’art et est estimé par cette dernière qui fait foi à un prix convenu de manière tacite (ben oui, il faut rincer tous ceux qui participent à dire que c’est beau quand c’est nul, et qui font monter la valeur dans leur revues d’art de mes deux genre la gaze... de l’Hô... Dro... et consorts, à dire qu’une merde est belle, comme par exemple le plug anal vert, qui serait trés joli et profond selon les amateurs d’art. Ah ben àa oui, il est profond !!! :D.


  • #1010028

    Cet article m’a donné envie de revisionner un excellent sketch des inconnus qui tourne ce monde de l’art en dérision : http://www.youtube.com/watch?v=1yKay8HDjPU


  • #1010064

    Sylvana Lorentz en tant que prof d’art plastique ment !

    L’art contemporain est bel et bien enseigné dans les facs (je l’ai vu il y a 10 ans) !
    Seulement, il n’est pas enseigné comme il le devrait comme n’importe quel autre mouvement.
    Tout comme de nombreux livres que j’ai pu lire il y a 15-20 ans, on ne fait pas allusion au contexte de l’époque à laquelle il s’est crée vu le manque de recul ou le refus des réalités actuelles, ce qui permet de passer sur le fait qu’il a été une rupture avec la tradition (comme savoir dessiner académiquement un nu qui n’est plus un impératif des écoles d’art).
    Un court ressemble à un artiste + un autre atiste + encore un autre artiste, ect...
    De plus, ces cours sont dans l’incapacité totale d’expliquer comment des mouvements pouvant être un peu plus vulgarisés comme le Pop Art ou l’art conceptuel sont complètement opposés. Il n’explore pas non plus les tensions sociales qu’il pouvait exister entre les artistes de ces mouvements.

    De plus, Sylvana Lorentz se garde bien de dire qu’il y a aussi des théoriciens dans l’art.
    Si il y en a bien un qui est très étudié, c’est bien Walter Benjamin de l’école de Francfort comme Théodore W.Adorno ou Herbert Marcuse !
    Je doit préciser qui ils sont ??? Vous chercherez vous-même...

    Si il pouvait y avoir des Denise René qui exposaient dans leur galerie privé, cet art rejoint l’espace publique, mais pas n’importe lequel ! Exposer un Jeff Koons ou un McCarty place Vendôme vise à valoriser l’exposition de ces artistes qui tapent largement dans le kitch ou la subsulture populaire car les nouveaux espaces comme le Palais de Tokyo les aplatissent trop.

    Il faut rappeler que Bernard Arnaud n’est pas là pour se cultiver, mais pour faire des affaires.
    Faire le mécène, c’est aussi pour humaniser le personnage.
    Depuis 40, il y a une main mise des trotskistes dans les institutions culturelles ou les universités pour mettre en avant leurs œuvres. Ça permet de faire la promotion aux étudiants manipulables et crétins de leur faire vendre des billets et du livre sur ces artistes. Donc c’est tout bénef !
    Et la soumission à cet art peut commencer très tôt !!! Je sais de quoi je parle !



    APPEL À MARION SIGAUT



    Il serait très intéressant que vous nous parliez un jour des changements dans les institutions artistiques pendant la révolution Française.
    Il serait très pertinent de le mettre en perspective avec la création du ministère de la culture sous De Gaulle et ce que c’est devenu...

     

  • On peut faire caca dans les allées de la fiac et devenir millionnaire rien qu’en se torchant le cul avec les billets que le public vous tend.
    Essayez si vous ne me croyez pas !


  • #1010606

    Meilleur moment de l’émission , tout au début quand Mazarine dit " Et mes diplômes ??!! " une quenelle bien profond dans le cul de la vanité ...


  • #1010752

    Coup de pub à la FIAC de Paris au Grand Palais ou mise en garde ?
    Pervertere en latin, c’est " mettre sans dessus-dessous, détourner quelque chose ou quelqu’un de sa vraie nature." Mais retourner ou dévier ne signifie pas changer de nature. Nous ne pouvons pas nous détourner de dieu, nous sommes faits de sa substance, quelque forme qu’elle prenne. Par contre, la négation du principe de vie amène au suicide individuel ou collectif et c’est contre cela qu’il faut lutter dans ce règne de la stupidité. Le diable a toujours été un loser (un naze) en couche-culotte.

    Dans les grottes du paléolithique, l’’art est une tentative naturelle et collective de communication divine. Aujourd’hui c’est une propagande de destruction qui veut faire reconnaitre la monstruosité comme norme comportementale. La volonté du marché de l’art est de rémunérer des agents marketing pour qu’ils produisent de la perversité et de l’infantilisation. C’est le fait de cerveaux malades qui imposent leur univers névrosé aux autres. C’est l’escroquerie bourgeoise moderne qui tend vers la médiocrité mafieuse communautaire. Soral a raison quand il dit que cela amène au robot ménager, à l’objet industriel, projection de notre esclavage moderne, de la négation de l’être par son avilissement, vers un rien civilisationnel par la haine du sain et du vivant.

    Faire passer ces grands riens sponsorisés pour ces petits riens spontanés qui font la vie, satan abuse des gens en leur faisant croire qu’il tend vers dieu. Le diable impose la reconnaissance de la copie sur l’œuvre, du vice sur la vie, du hideux sur l’idée. C’est la négation du principe générateur, de beauté, d’unité. La création contemporaine c’est l’absence de création, c’est l’anti création.


  • #1010786

    C’est marrant comme les faux artistes ont un mépris souverain pour les outils qu’ils ne maîtrisent pas. Ils appellent "artisans" ceux qui ont les moyens de donner vie à leurs messages. Parce qu’un artiste aurait un message et que l’artisan n’en aurait pas...

    Ces faux artistes n’ont en réalité aucun message. Ils n’ont que leur haine pour parvenir à crier leur misère. Le silence d’un artisan est plus beau que le bruit de toutes ces merdes !

    Des messages... tout le monde en a. Un artiste qui n’est pas d’abord un artisan est un voleur, un imposteur. Un artiste n’a pas besoin de message pour s’adresser directement aux sens. Pour parler aux sens, il faut du talent et la maîtrise de ses outils.

    La reine d’Angleterre est aussi une artiste. Elle n’a qu’à faire un caprice pour produire une oeuvre d’art...


  • #1011946
    le 26/10/2014 par actionspacifiques
    FIAC : l’art contemporain ne connaît pas la crise

    Essai :

    " L’art(naque) contemporain est l’expression du nihilisme financier visant à se réfugier dans le vide culturel "

    Une allégorie : le dieu Chaos pour régner utilise Hypnos et Thanatos, les dieux du sommeil et de la mort pour préparer le règne de Chaos.

    Les médias = Hypnos
    La finance = Thanatos


  • #1012309

    Le problème avec ce qui est contemporain, c’est la différence entre la laideur et la beauté. Retracer une époque d’abominations est forcément abominable alors, non, l’art contemporain ne connaît pas la crise, c’est l’art véritable qui la subit.


  • #1012746

    La foire internationale, ça porte bien son nom.


Afficher les commentaires suivants