Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Fin du bac, délocalisation (cours en distanciel) : Blanquer achève l’école publique

Ah, on le voyait arriver, le changement de paradigme dans l’école publique, qui va permettre, comme dans le domaine des retraites ou des assurances privées, de basculer une partie de l’instruction dans le camp du privé. Qu’on ne s’y trompe pas : la fausse crise sanitaire sert à camoufler la destruction des derniers bastions du service public et de l’économie productive des indépendants. Le Covid a le dos large, trop large.

 

 

Le ministre de la Destruction scolaire, Blanquer (comme Darmanin est le ministre de la Destruction de la sécurité publique, et Le Maire celui de la Destruction de l’économie traditionnelle), vient d’annoncer clairement la fin du bac pour 2021, tout en durcissant les mesures sanitaires dans les lycées où, on le sait, les élèves ne risquent pas grand-chose (Blanquer répertorie 3258 élèves positifs, ce qui ne veut rien dire, surtout sur 12 millions d’élèves). Il vient de décider, tout seul, comme dans toute dictature néolibérale qui se respecte, de flinguer ce qui tenait encore debout dans l’école dite républicaine, ou égalitaire :

« Tous les élèves doivent travailler pendant la totalité du temps scolaire ordinaire, que ce soit en cours, en classes virtuelles ou en autonomie », précise-t-il. Mais chaque établissement peut s’organiser comme il le souhaite en privilégiant « l’accueil en demi-groupes », « l’accueil par niveau » ou « le travail à distance un ou deux jours par semaine ». M. Blanquer demande qu’une « attention particulière soit apportée aux lycées professionnels pour lesquels la mise en œuvre de l’enseignement à distance est rendue plus complexe. » (Le Monde)

Traduction : les familles qui pourront épauler culturellement leur progéniture seront sauvées, ou se sauveront toutes seules. Les autres, les sans-moyens, qui n’ont pas le niveau culturel pour élever leurs enfants, au sens littéral du terme, eh bien, tant pis, poubelle sociale. Il faut dire les choses crûment, dans une France empoisonnée par les euphémismes. On se dirige tout droit vers une privatisation de l’enseignement, avec la ruse du télétravail. Les écarts, si nocifs pour la cohérence de la société française, vont s’agrandir encore, et les écarts sociaux sont, l’Histoire le prouve, sources de violences. De toute façon, l’inégalité sociale est déjà une violence !

 

 

Blanquer, qui a viré sa cuti par rapport à 2017, propose donc tout simplement de délocaliser l’école, ce qu’on avait soupçonné, sur E&R. Mais là, on n’est plus dans la prospective : on y est, et les deux pieds dedans ! Il ne restera plus aux lycéens, menacés par un virus fantôme qui n’est que l’agression mondialiste contre les peuples et leurs traditions, que 50 % de présentiel. Il n’y aura quasiment plus d’épreuves, du coup, tout se fera en contrôle continu.

Il s’agit là, derrière le paravent sanitaire, d’une mesure déjà martelée par les néolibéraux qui voyaient dans le bac quelque chose d’inutile et coûteux. En outre, le niveau avait été tellement abaissé que le bac n’était plus la grande porte qu’il était encore dans les années 70-80. Merci le socialisme égalitaire de Jack Lang et consorts ! La jeunesse a été blousée, et elle va s’en rendre compte très vite, car nous vivons une accélération de l’Histoire.

 

 

L’instruction publique est lâchée dans la nature, et les parents doivent bien comprendre ce que ça signifie. Cela signifie qu’ils devront compléter ce qui manque à leurs enfants par rapport à l’école d’antan, c’est-à-dire beaucoup. Ce sont les parents, déjà durement éprouvés par la crise économique programmée par la Banque, qui vont devoir faire feu de tout bois pour compenser la perte d’instruction qui était auparavant dévolue à l’État. Ruée sur les cours privés à prévoir, et là on ne parle pas d’école privée, mais de cours privés hors cursus. Donc d’argent à sortir en plus des impôts qui vont à l’Éducation nationale (6000 euros par an et par élève).

Le Covid est bien l’accélérateur des destructions néolibérales. Les services publics ne sont pas les seuls touchés : les millions d’indépendants souffrent, et des secteurs économiques entiers sont voués à la casse, ou presque.

L’aéronautique (schéma de Paris Match), qui fait vivre 350 000 travailleurs et qui représente le premier poste à l’exportation, a pris un coup dans l’aile... Ce que préconisait Attali, pour qui les industries de la voiture et de l’avion appartenaient au passé. Pour lui, il faut se concentrer sur l’économie verte et l’économie de la vie, sous-entendu de la santé. Ben tiens ! Le Big Pharma avec son vaccin universel et le mirage vert contre l’économie productive qui n’intéresse plus la Banque !

Après les sans-culotte, les sans-masque !

Pour la petite histoire, l’article du Monde fait remonter les réactions des syndicats, qui se disent globalement satisfaits de ce « cadre national ». Complices de la destruction ! Décidément, les corps intermédiaires ont failli. Les Français doivent se trouver une nouvelle élite, et vite. Nous sommes vraiment entrés dans la période révolutionnaire.

 

 

Bonus : le mage Attali veut détruire l’aviation et l’automobile françaises

Comment définissez-vous ce concept de l’économie de la vie ?
Cette économie de la vie regroupe à la fois les secteurs nécessaires à la santé et les secteurs liés à l’environnement. Il est étonnant que face à une crise sanitaire, la plupart des pays répondent par la résolution de problèmes de l’environnement. On aurait pu s’attendre que l’on évoque plutôt les moyens accordés à la santé. Cette économie de la vie inclut donc des secteurs comme la santé, l’hygiène, l’alimentation, l’agriculture, la recherche et l’innovation, la logistique, la distribution, le logement, le recyclage des déchets, la gestion de l’eau, l’énergie propre, l’éducation, l’information, le crédit, l’assurance, la culture, la sécurité... Le projet de toute société devrait être de s’orienter vers cette économie de la vie.

 

L’aviation et l’automobile sont-ils des secteurs « zombies » qu’il ne faut plus soutenir ?
Ce sont des secteurs qu’il faut totalement ou partiellement reconvertir. L’industrie automobile peut parfaitement devenir un secteur de l’économie de la vie, si elle se reconvertit en se concentrant sur des véhicules autonomes, sur des véhicules collectifs... On peut aussi utiliser les technologies et les immenses compétences dans ce secteur pour produire des équipements médicaux. L’industrie automobile ne doit surtout pas rester ce qu’elle est actuellement.

 

Le secteur aérien est actuellement aidé à coup de milliards...
Il est évident qu’il s’agit d’un des secteurs les plus touchés par la crise. Il est urgent qu’il subisse aussi une reconversion. Le secteur doit faire énormément de recherche pour se diriger vers des avions beaucoup plus économes en énergie. Je suis moi-même un grand client des compagnies d’aviation. Mais aujourd’hui, ce n’est pas un secteur prioritaire. D’autant que la crise nous a appris que l’on pouvait faire beaucoup de choses sans effectuer des voyages grâce aux visioconférences. (lecho.be)

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • La nature a horreur du vide. Les chinois lancent déjà leurs moyen et longs courriers. Soit Attali est très con, probable, soit il se positionne avec sa boîte comme consultant pour l’aéronautique chinois.
    pour info, je pars a bogota dans une semaine et le gv colombien vient de retirer l’obligation de tests pcr à l’arrivée...

     

    Répondre à ce message

  • A quoi nous sert le bac aujourd’hui honnêtement ? Tout le monde s’en fout.

     

    Répondre à ce message

  • J’en peux plus qu’ils masquent les élèves en primaire, c’est un crime contre l’humanité.

     

    Répondre à ce message

  • À propos de la grippe, le gouvernement a annoncé qu’il allait prendre en charge les frais d’envoi des livres commandés auprès des librairies indépendantes pendant la durée du confinement.
    C’est dans Le Point.

    KK est une maison d’édition mais aussi une librairie puisqu’elle assure une offre de distribution de produits de type "livres physiques".
    C’est donc au libraire de faire la demande de remboursement (a priori au Ministère de la Culture puisqu’ils parlent de R. Bachelot).
    Bon, il n’y a pas de mystère, ils vont vous carotte pour une raison à la c0n, mais si on peut rire un peu...

     

    Répondre à ce message

  • en tant qu’ancien prof (10 ans quand meme !) je peux vous dire que la fin du bac est une tres bonne nouvelle pour tout le monde...cette arnaque...je developpe pas jai la flemme

    et les cours en distanciels...c’est la transition vers les cours virtuels...un prof pour 10 000 eleves...sur youtube

    les gosses en savent plus que leurs vieux profs dans la plupart des cas grace a internet de toutes facons...lecole n’est plus qu une garderie...notre famille de prof s’arretera la...a part si on retourne boser en irlande a 5000 euros par mois avec 3 mois de vacances d’ete...c’est le seul truc attractif dans l’education...les vacances !

     

    Répondre à ce message

  • On ne peut pas dire que l’enseignement soit privatisé car, si c’était le cas, on aurait la liberté du hors contrat ou de l’école à la maison.
    Il s’agit plutôt d’un processus stalinien avec la médiocrité en plus.
    Nous abons affaire à des destructeurs. Dans tous les domaines.

     

    Répondre à ce message

  • La contradiction : imposer l’ecole obligatoire des 3 ans, mais instaurer le lycée a domicile voire "en autonomie"...a moins que...on ne suppose que l’endoctrinement soit si efficace qu’il soit jugé inutile de garder les gamin au delà de 13 ou 14 ans..

     

    Répondre à ce message

  • #2588023
    Le 7 novembre à 10:11 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Fin du bac, délocalisation (cours en distanciel) : Blanquer achève l’école (...)

    l’école, c’est une grosse perte de temps

    tu y apprends quoi ?

     

    Répondre à ce message

  • Il est bon temps que la france(et tous les pays d’afrique francophone) se debarasse du BAC. Ce genre de tests ne prouvent absolument rien.

    Je suis un Camerounais qui a fait ma terminal s en France. Malheuresement je n’ai pas passer le bac en france. Mais apres avoir bouger aux USA, j’ai pu aller a l’universite et etudier electrical engineering. Aux USA j’ai renconter plusieurs personnes qui n’ont pas pasees le bac en France, mais qui peuvent aller a l’universite en amerique.

    Les Americains viennent du principe que tout le monde peut apprendre si donne l’opportunite. Et le resultat de cela est que leur pays et rempli de profesionnel en tout genre, et de technicien.

    Le seul but du bac est de trier et d’eliminer certaine personnes et de limiter le nombre de persoones qui aillent a l’universite. Un pays comme les USA prove bien que le bac ne represente pas le potentiel d’un individu.

     

    Répondre à ce message

  • distancer les citoyens , les enfermer devant leurs ordinateurs et puis controler et censurer le web . ceci à déjà commencé avec les encarts qui s’affichent pour vous demander si vous acceptez ou refusez de vous faire tracker par les sites.

    voyez les parents qui masquent leurs gamins et les envoient à l’école , les files d’attentes pour se faire tester , les délateurs et les mauvais regards des hypnotisés et tout le délabrement psychique des gens qui ont 20 ans de tv réalitée et de jt dans le crane .

    les clones de la république sont préts pour jouer à la guerre civile et à la soumission vaccinale sans prendre le temps de s’informer sérieusement dans un domaine qui est pas toujours à la portée de tous (la médecine) mais dont internet pour l’instant relaie des personnes valables et dignes d’étre écoutées (mais beaucoup préférent écouter veran parce que tout le monde le dit à la tv et qu’au boulot déjà que c’est une ambiance de merde faudrait pas en plus se faire ostraciser).

    la comédie qui s’est déroulé sur la place à toulouse est la parfaite synthése de la france matrixée , ils adorent faire les gens "pas méchants, validés par l’imagerie culturelle mediatique" qui pour montrer pattes blanches s’expriment comme dans les séries hollywoodiens , parce que le signal est bien engramé , le formatage est méme breveté pour s’adresser à ceux qui vous chient dessus , tout en faisant du snobisme aux gilets jaunes ( nous on casse rien , ! ont suit les régles ! on est gentils !)

    la dictature est là et les mecs se mettent à faire des chorégraphies ou restent masqués sur les marches des préfectures alors que des videos sur la fabrication du covid et la finalité mortifére de la vaccination par l’institut pasteur circulent .
    leurs maitres télévisuel les guident vers l’abattoir et ils respectent parfaitement le parcours.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents