Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Finkielkraut "attristé" par la soralisation des Gilets jaunes

Une tristesse en rapport avec la prise de LSD ?

Alain Finkielkraut, l’indéboulonnable philosophe de la communauté de loupiote, a osé sortir dans L’Obs qu’il incarnait « la résistance au politiquement correct », alors qu’il est en plein dans le fascisme national-sioniste actuel. Mais passons. Ce qui nous intéresse, c’est son analyse des Gilets jaunes et de leur dérive soralienne. Qui n’est pas une dérive, soit dit en passant, puisque les Gilets jaunes lucides retombent immanquablement sur la ligne incarnée par Alain Soral. Dur pour Finky, mais bon pour le moral des Français.

 

L’Obs : Quel est votre regard aujourd’hui sur le mouvement des Gilets jaunes ?

Alain Finkielkraut  : J’ai soutenu les Gilets jaunes au début du mouvement parce que c’était un sursaut de dignité d’une France négligée : Issoudun, Villeneuve-sur-Lot, des petites villes dont on ne parlait pas parce qu’on avait les yeux rivés sur les métropoles et les quartiers sensibles. Tout à coup, des gens revêtent un gilet fluorescent pour dire « on existe, notre vie n’est pas facile », et en plus, ils se réapproprient les ronds-points, ce grand symbole de l’âge des flux, pour en faire des places de village. Mais le mouvement s’est vite corrompu du fait de sa trop forte médiatisation. Les manifestations étaient diffusées en intégralité comme les étapes du Tour de France. On interviewait les chefs de file, ils passaient sur toutes les chaînes, ils ont pris la grosse tête. C’est dommage, quelque chose s’est perdu. Et puis le « soralisme » (l’idéologie d’Alain Soral, NDLR) a diffusé parmi les Gilets jaunes. Tout d’un coup, le sionisme a surgi au cœur des griefs de la France périphérique. Évidemment, ça m’a attristé, mais nous aurions tort de mépriser le mouvement. Cette France-là, qui habite dans des pavillons, qui n’est pas entourée par la beauté du monde, mérite d’être prise en considération.

Leader officiel contre leaders naturels

Drôle, quand Finky dénonce la médiatisation des leaders naturels des Gilets jaunes qui « ont pris la grosse tête », lui qui n’a jamais été un leader naturel chez les intellectuels, privilégié qu’il a été par son origine élective...

Il est certain que d’un point de vue purement intellectuel, son influence sur les Gilets jaunes est nulle. Ces derniers sont évidemment et de manière écrasante plus soraliens que finkielkrautiens. Ceci explique peut-être pourquoi les pouvoirs, visible et invisible, se sont acharnés sur eux à un point qui a choqué les observateurs étrangers.

Le 19 février 2019, peu après son agression (verbale) lors d’un samedi jaune, Finky donne une conférence organisée par la LICRA et animée par FOG...

« Il y a plusieurs fractures en France. Le vivre-ensemble est un mot inventé pour cacher la disparition de la chose. Pour réparer les amitiés françaises, il faut laisser les grandes incantations et faire le diagnostic le plus pertinent possible, fût-il douloureux. On ne va pas recouvrir cette violence avec des appels à la fraternité. La haine est là. Regardons-la en face pour pouvoir en sortir. Malheureusement, pourrons-nous le faire  ? »

 

Heureusement, Finky, qui est invité partout, même quand il n’a rien à dire ou qu’il rabâche le même programme national-sioniste, est interrogé par Le Monde pour parler de sa « difficulté d’écrire »... De la promo même quand on n’a rien à vendre, ça c’est la gloire ! Le sujet est signé Jean Birnbaum (Poirier, en allemand), on ne va donc pas découvrir la face noire du philosophe, ne rêvons pas, on est au Monde, le journal des Marchés et des Lobbies. Le thème de la discussion entre les deux grands esprits, le Finky et le Poirier, c’est dire « je » ou pas dans ses livres, un débat essentiel.

« Je suis très désolé de vous avoir frustré et déçu, ironise Finkielkraut. Je n’ai pas écrit une autobiographie, j’ai voulu en rester à l’essentiel, au risque de l’allusion, oui. C’est moi, c’est ma manière d’exister “à la première personne”. D’ailleurs, au début, le livre était encore beaucoup plus court, il était squelettique, à un moment j’étais complètement bloqué, et Ran Halévi, mon éditeur chez Gallimard, m’a porté à bout de bras pendant plus d’un an. »

Comment rester insensible devant des aveux aussi sincères que profonds ? La suite est pas mal non plus, et elle n’est pas de nous, on préfère le souligner :

« Le blocage, la paralysie, voilà l’un des aspects qui rendent ce nouveau livre ­attachant : le texte exhibe son malaise essentiel, son embarras à naître, il se déploie comme épreuve. “Aujourd’hui comme hier, chaque ligne me coûte”, note l’auteur d’À la première personne, lequel insiste sur le fait qu’il répugne à se considérer comme un écrivain, lui qui a publié, de fil en aiguille, livre après livre, sans chercher à bâtir une œuvre, encore moins un système. »

« Chaque ligne me dégoûte »... On imagine un Gilet jaune qui lui aurait crié, au lieu de « sioniste de merde », ce qui est inélégant et imprécis, « chacune de tes lignes me dégoûte ! » Ensuite Poirier évoque la période LSD de Finky, et on se demande si le philosophe national-sioniste est redescendu de ses trips...

« Mathieu Lindon, qui m’avait appelé pour me dire : “Viens, on va prendre du LSD chez Foucault”, était très fâché, parce que, en quittant l’appartement, je lui avais demandé : “Est-ce que tu peux quand même me ­donner ma pilule maintenant ?” Il avait trouvé ça mesquin, et s’en était ouvert à Foucault, qui m’avait défendu ! Moi, je n’ai jamais cédé au romantisme de la toxicomanie mais, à chaque fois que j’ai pu prendre de l’acide, ce fut une délivrance. Pour ma génération, fumer un joint était une sorte de commandement, mais moi j’étais souvent en rade. Car je ne sais pas fumer, je crapote… Avec le LSD, on était tous à égalité, on riait beaucoup, on avait des hallucinations douces. Je me souviens d’un voyage aux Antilles avec une amie, j’étais allongé par terre, et les nuages prenaient des formes extraordinaires ! »

BHL qui gobe des amphètes comme des bonbecs, Finky qui se pète la ruche du LSD... Vous allez voir qu’on va apprendre qu’Élisabeth Lévy se met minable à la vodka ! Au secours, le sionisme est complètement défoncé !

La fin de l’article est à la fois triste et pleine d’espérance :

« Combien de fois par semaine Thomas Finkielkraut, le fils du philosophe et de son épouse, l’avocate Sylvie Topaloff, vient-il déjeuner à la maison ? Je n’ai pas osé poser la question. Mais, revenant sur cet enjeu crucial de l’impossible héritage, sur l’angoisse et la paralysie que cette faille pouvait provoquer, j’ai demandé à Alain Finkielkraut comment son unique enfant, scénariste de 31 ans, s’en sort, lui, maintenant. Il a répondu ceci : “Il y a quelques jours, mon fils a décidé tout seul, dans son coin, d’aller à Varsovie, la ville où ont grandi mes parents. Il a loué un appartement et a visité le quartier juif, ou ce qu’il en reste. Dans sa décision, je sens l’influence de mes parents. Il les a connus tard, mais, petit, il allait chez eux chaque semaine, et je me rends compte aujourd’hui que ça a beaucoup compté. Effectivement, mes parents lui ont transmis quelque chose, par-dessus moi. Il a eu la chance d’avoir des grands-parents.” Et donc aussi, peut-être, celle de connaître la joie d’hériter, le bonheur d’écrire. »

Aïe, le fils Finky arrive. On leur signale qu’on a déjà le fils Enthoven, le fils Glucksmann, ça fait beaucoup.

 

 

L’impayable et irremplaçable Finky, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ah, ce pôvre Finky, je l’avais presque oublié, celui-là …..
    Mais bon, puisqu’il parle d’Alain Soral, même si c’est pour dire des sottises, on lui pardonnera !!!


  • l’académichiant de la chialerie.

     

  • " Il y a plusieurs fractures en France. Le vivre-ensemble est un mot inventé pour cacher la disparition de la chose."
    dixit un des artisans de la haine anti française mise en place avec sos racisme.

    calculateur, fourbe . finky la malice qui chouine et qui met des coups dans le dos . sacré filousof qui n’a rien créé , rien inventé.


  • Quand on va sur les pages Facebook Gilets Jaunes, on est surtout dans le gauchisme bébête.

    Très loin du début ! A la limite, je dirais presque que le mouvement était + soralien au début.


  • Le mec a quand même zéro légitimité pour parler, surtout pas des Gilets Jaunes. C’est comme si Hitler prétendait parler au nom des Juifs !
    Quand à la solarisation, pardon, soralisation, personnellement, je ne vois plus que du gauchisme dans ce mouvement. D’ailleurs des natios comme Ryssen appellent à éviter de participer à ce qui est devenu une récupération et une mascarade gaucho-progressiste en train de pourrir sur pied, comme tout ce que les gauchistes touchent.
    Les premiers "épisodes" que Finkel revendiquent étaient précisément les plus "droitards". Manque pas de culot lui....


  • Apparemment Alain a prit du LSD , c’est pour cela qu’il est toujours resté perché ...

     

    • #2281670

      Ouais mais bon la facilité marche dans tous les sens. Il se peut dire aussi de n’importe quel dissident qui défend le drapeau de ses droits ( entendre, tant qu’il ne fait chier personne) que, puisque il a pris telle ou telle substance, ses actes quel qu’ils soient sont déraisonnables ou irrationnels. Raisonnement de femelle domestiquée et humour de merde, l’un ne va pas sans l’autre au cas où vous ne l’auriez pas remarqué.

      Le coté " c’est pas très catholique" tel qu’on peut le trouver un peu partout en France devient l’étendard de toutes les soumissions à la crétinerie de l’ennui, de la raison, de la crasse bêtise : "Va travailler ça ira mieux, paye tes impôts et ferme ta gueule !" ou mieux encore : "Soumets-toi, et demande à ce que les lois deviennent encore plus étranglantes pour que ceux qui ne veulent pas se soumettre à cette vie du travail et de l’effort, et à ses commentaires du match de foot de la veille sur canal plus foot, soient définitivement rayés de la carte de notre France historique".

      Quand on laisse parler les cons, toutes les définitions sont a revoir.

      Au moins ce type à le courage de dire ça. Ceux qui préfèrent se palucher devant leur De Gaule et autres mannequin de la représentation nécessaire aux manques de repères de l’abrutis lambda, ceux qui fantasment Napoléon sans savoir qu’il s’était converti à l’Islam lors d’un voyage, ceux qui jalousent les riches mais qui colleraient un auto-collant "breiz for ever" si on leur donnait une Ferrari GTB, tout cela sont des crevards, tiens.

      C’est toujours tendre tendre tendre, savoir le fait de tendre, pas la tendresse. Eh bien lorsqu’on tend, tend, tend, on se prend le flex en pleine gueule ! Bam ! Tu l’as pas volée celle-là !

      Et que ce personnage adule De Gaule, il me semble que tel est son cas, n’enlève rien à tous les propos : Lorqu’on est accusé de versatilité, c’est bien qu’à un certain niveau on se tient dans le vrai, puisque les contingences infinies du territoire politique mouvant tel des sables, ne peuvent engendrer qu’un perpétuel mouvement : Alors soit l’on se tient dans la dimension politique pure, quitte à devenir un monstre, soit on s’en éloigne en se contentant de garder les pieds sur terre pour être en mesure d’aider réellement ceux qui en ont besoin.
      Imaginer une foule qui par convictions stupides préfèrent se tenir la main, les coudes et les épaules, groupés sur un ballon mou, en décrétant que " c’est ça la vie".
      Moi, je dis, Tire un coup de 22 dans ce ballon de merde !"


    • Jacques, t’en a trop pris..
      Quant au "courage" d’avouer ça, tu plaisantes.
      Amusant d’ailleurs, on est au coeur du monopole de vente et d’un certain plan psy-sociétal d’un certain groupe.. Limite un peu de pub, au passage, quoi.
      C’est tellement cool et pas scrogneugneu, de se bidouiller le divin et la capacité d’empathie chimiquement...


    • « Jacques, t’en a trop pris..« 
      Purée, c’est clair ! Ça a l’air puissant et ça fait des ravages !


  • Il veut quoi Finkielisation des Gillets Jaunes, mais il est fou !


  • C’est marrant, beaucoup de commentateurs réacs sur les réseaux ont également accusé le jeune salafiste qui zozotait d’avoir dit la France est à « nous » en signifiant sa propre chapelle qui serait l’Islam uniquement au vu des signes extérieurs religieux du mec.

    N’est ce pas un peu trop facile de lui faire dire ce que l’on veut ?

    Le seul hic... c’est qu’il y a surtout dans la vidéo des accusations de racisme (sale raciste de merde casse-toi !) qu’il est accusé d’être un haineux voué à l’enfer... et que tout le monde crie : le peuple c’est « nous » (les gilets jaunes et non pas les figures médiatiques non-élus démocratiquement).

    Il faut préciser que le jeune salafiste n’a pas une barbe teinte au henné... En effet, les barbes rousses teintes de henné, il faut que le poil soit blanc ou blond..

    Le mec est châtain avec une barbe de même couleur pas du tout teinte. Et le mec est un français de souche !!! Entouré de beaucoup d’autres français de souche... si il secoue son écharpe au motif palestinien, c’est qu’autour de lui d’autres secouent leur gilet jaune !!!...

    La France elle est à « nous » : le Peuple dont les gilets jaunes sont les représentants légitimes... et beaucoup sont pro-palestiniens (anti-sioniste) : c’est pour ça qui secoue lui aussi son écharpe..

    À un autre moment, le jeune converti est même prudent qu’il n’y ai pas d’amalgame en disant à ceux qui sont autour de Finkielkraut que les insultes sont uniquement contre cette célébrité télévisuelle.

    Pour résumé... de toutes les caméras d’actualité présentent... on a le droit à une sélection d’un clip avec un son sonore amplifié de ce que filme la camera ( je dit amplifié vu le brouhaha général)... Ça n’est même pas sure avec les dizaine de mec qui gueulaient que Finkielkraut a pu l’entendre distinctement notre salafiste en direct live et non pas en retransmettions dans son salon..

    En tout cas ce qu’on a entendu clairement face caméra.. en réalité Finkel ne l’a pas du tout entendu de la même façon que nous..

    Nous l’audience, à qui on a sélectionné un bout de réalité.. sous un angle.. en atténuant le bruit et le parole autour pour amplifier le bruit (la parole) de ce qui est filmé. Bien d’autres caméras ont enregistrées d’autres angles et d’autres sons (paroles).

    Le filousophe est décidément dans un malhonnête restitution des faits... La barbe au henné étant la cerise sur le gâteau..


  • #2281462

    "Avec le LSD, on était tous à égalité, on riait beaucoup, on avait des hallucinations douces. "
    Je conseille alors à Finky de prendre du LSD pour écouter Soral et rire avec Dieudonné. !


  • "Tout d’un coup, le sionisme a surgi au cœur"

    Le Sacré cœur de notre Seigneur Jésus Christ et le cœur immaculé de la Vierge Marie sont attaqués. France, fille aînée de l’Église, relève-toi et bats-toi !


  • Je comprends mieux l’hystérie récurrente les tics nerveux surréalistes. L’amie avec laquelle il a pris du LSD, ce serait pas Elisabeth Lévy des fois ? :-) Elle non plus n’est toujours pas redescendue.


  • #2281545

    Sacré Finky, toi tu prends du LSD et les GJ prennent du LBD !

     

  • Malheureusement, comme le disait Ryssen, le mouvement des Gilets Jaunes a été totalement pourri par les gauchistes. Y a pas mieux qu’eux pour servir de supplétifs au grand Capital.


  • Il a pas un nom français celui la. Encore un étranger qui mange le pain des français.

     

  • Parler du LSD, c’est juste pour ne pas dire qu’il est cocaïnomane !
    [ du pur LSD, il n’y en a plus depuis 1980 environs ]
    A l’extrême limite, il est sous amphétamine et ses dérivés !

     

  • #2281581

    Fynki, il est où ton dealer,parce qu’elle a l’air sympa !


  • "Cette France-là, qui habite dans des pavillons, qui n’est pas entourée par la beauté du monde, mérite d’être prise en considération.", elle est ou ta beauté du monde dans les synagogues parisiennes peut-être ? et bien non connard, elle est partout en France.

     

  • #2281613
    le 20/09/2019 par Aiguiseur de guillotines
    Finkielkraut "attristé" par la soralisation des Gilets jaunes

    Finky au LSD.
    Je comprend mieux maintenant... ^^


  • En gros ficky est pour sioniser le mouvement des GJ


  • Les giletsjaunes habitent des pavillons dit il.......
    Certains mais pas tous, loin s en faut ! Discretement il fait passer le message que les gilets jaunes ont quelques difficultes mais sans plus ! Il sous entend que ce sont des bourgeois soucieux de leur confort en quelque sorte ! Enfoire !


  • Ces nullités sionistes trustent les médias et empêchent les véritables talents, tous aryens, de percer . Obstruction . La France ne rayonne plus à l’étranger à cause de ces merdes .


  • "Viens, on va prendre du LSD chez Foucaut"... Malheureux ! Autant dire : "Finky, jette-toi dans l’anal !"


  • Et moi qui croyait qu’il n’y avait plus eu de grands parents pour ces pauvres enfants.


Commentaires suivants