Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Flavia Groșan, pneumologue : c’est le protocole Covid qui tue les malades !

« Une pneumologue roumaine fait des miracles : elle a guéri 100% de ses malades du Covid » – C’est sous ce titre que vient de paraître un article assez long dans le quotidien roumain National, vendu dans tout le pays. Le secret de cette femme médecin d’Oradea ? Pour guérir ses patients, elle n’applique pas le protocole médical dont l’usage est devenu obligatoire presque partout.

 

L’entretien publié par le National a aussi été mis en ligne en langue hongroise sur ce site, qui reprend, concernant l’épidémie, diverses nouvelles alternatives que la presse de grand chemin refuse de publier. Nous ne sommes pas en mesure de vérifier la crédibilité des matériaux souvent touffus que reprend le site, mais nous pouvons, en revanche, évaluer celle de la traduction hongroise de l’entretien : le contenu de la traduction hongroise correspond bien à l’original. Voici donc cette traduction, à laquelle nous n’avons ajouté que d’infimes améliorations stylistiques.

Le portail d’informations national.ro vient de publier un entretien intéressant, dans lequel une pneumologue d’Oradea nous explique que, décidant de ne pas tenir compte du protocole Covid officiellement en vigueur [en Roumanie], elle a préféré se baser sur sa propre expérience de la pneumologie pour traiter de façon traditionnelle ceux de ses patients atteints de pneumonie suite à une infection virale – y compris ceux qu’on dit « souffrant du Covid », méthode débouchant sur un succès impressionnant : pratiquement 100% de ses patients ont guéri sans le moindre soin hospitalier. D’après ce médecin, c’est en réalité le protocole Covid actuellement appliqué qui tue les patients dans les hôpitaux.

Le docteur Flavia Groșan, pneumologue à Oradea (département du Bihor). Elle est l’un de ces médecins qui ne sont pas d’accord avec le protocole de guérison actuellement prescrit par le ministère [roumain] de la Santé, et en fonction duquel sont censés être traités les malades infectés par le Covid-19. Laissant de côté cette prescription, elle guérit les patients infectés avec ses propres méthodes, en partant des connaissances qu’elle doit à son expérience de médecin, et tout semble indiquer qu’elle s’y prend très bien : son traitement a été appliqué à presque mille patients arrivant chez elle à des stades différents de la maladie causée par le SarS-CoV-2. 100% de ses patients ont guéri, sans la moindre prise en charge hospitalière.

 

Le docteur Groșan traite les conséquences de l’infection par le virus SARS-CoV-2 comme une pneumonie atypique. Elle a aussi déclaré que les hôpitaux commettent d’énormes erreurs, et que c’est en réalité le protocole Covid qui tue les patients.

« Le Covid est une pneumonie – certes atypique, mais une pneumonie – et doit être traité comme tel », a-t-elle affirmé.

« Dès l’annonce de la pandémie, mon but a été qu’aucun patient ne finisse intubé, car c’est un procédé qui entraîne la mort. J’applique mes traitement classiques, médicamenteux, qui incluent la clarithromycine, un antibiotique de la famille des macrolides. Cette famille ne compte que trois antibiotiques : l’érythromycine, que tout le monde connaît, l’azithromycine et la clarithromycine. Je n’aime pas trop l’azithromycine, qui est une copie affaiblie de la clarithromycine. J’ai participé à des recherches cliniques très intéressantes sur les pneumonies, au cours desquelles j’ai pu constater le pouvoir qu’a la clarithromycine de réduire l’inflammation comme aucun autre antibiotique ne sait le faire. »

La pneumologue fait remarquer que les surdoses d’oxygène administrées en milieu hospitalier provoquent des œdèmes cérébraux, qui constituent l’une des causes de mortalité des patients.

À ce sujet, elle a tenu les propos suivants :

« Au-dessus de 80% de saturation, je n’administre que de très petites doses d’oxygène à mes patients, de l’ordre de 2-3 litres par minute, sous la forme d’administrations quotidiennes courtes, de 4 à 5 heures tout au plus. Il faut en effet savoir qu’un excès d’oxygène inhibe le cerveau, car en général, c’est le cerveau qui contrôle notre corps, et non un appareil. Sur ce point, j’ai été en total désaccord avec le protocole Covid en vigueur : les fortes doses d’oxygène qu’il prescrit, de l’ordre de 20 litres, conduisent à l’acidose, provoquant des œdèmes cérébraux chez les patients… lesquels, à leur tour, conduisent bien entendu à leur décès. »

Flavia Groșan voit comme une lourde erreur l’administration aux malades de Covid de Kaletra et de codéine, qui ne peuvent qu’aggraver les symptômes de la maladie.

« Heureusement, il y a eu quelques infirmières – celles que je considère comme de vraies héroïnes – qui ont observé les malades, et les ont avertis, leur conseillant de ne pas avaler le Kaletra et de jeter les médicaments. Après quoi, les médecins venant procéder à leur contrôle s’étonnaient de l’absence de diarrhée, et du fait qu’ils se sentent bien. La raison en était qu’ils n’avaient pas pris les médicaments prescrits par le protocole. C’est ainsi que ces soignantes ont véritablement sauvé la vie de leurs patients. »

« En cas d’utilisation de la codéine, la toux étant bloquée, le malade ne peut pas cracher les sécrétions qui se forment dans les poumons, et ce sont ces sécrétions qui l’étouffent – pas les caillots sanguins, mais l’accumulation des sécrétions. Arrivés à ce point, les malades, comme on pouvait s’y attendre, entrent en état de panique, car ils n’arrivent plus à respirer : du coup, on leur administre des calmants et on les place sur respirateur – à partir de là, il n’y a plus que la miséricorde divine pour les sauver ! »

 

Cette méthode couronnée de succès et cette attitude intrépide ont aussitôt assuré à cette pneumologue d’Oradea une popularité nationale. D’innombrables organes de presse ont rendu compte de la méthode qu’elle applique. Sur cette vidéo, elle répond aux questions d’une chaîne nationale basée à Bucarest, dont les journalistes adoptent à son égard un ton plutôt hostile et accusatoire, mais madame le docteur reste inébranlable. Voici un résumé de l’entretien télévisé :

La pneumologue applique son propre protocole. Elle consulte en ligne, et traite ses patients en partant du principe qu’ils souffrent d’une pneumonie atypique. Elle a par exemple guéri les cinq membres d’une même famille, dont les âges allaient de 37 à 97 ans ; le traitement a eu tant de succès que cette famille a déjà pu fêter Noël réunie.

Les malades ont très peur – affirme-t-elle –, tout le monde veut être hospitalisé, alors qu’on peut guérir en restant chez soi et en prenant des médicaments. Elle a déjà été dénoncée par l’un de ses collègues pour ne pas suivre le protocole prescrit, mais cela la laisse indifférente, car elle voit que le protocole prescrit n’est pas correct, et que son protocole à elle, en revanche, est le bon – le principe de ce dernier étant que, dès l’apparition des premiers symptômes, même avec une température de 37.1°, elle place ses patients sous clarithromycine.

Elle se déclare perplexe en voyant les sommités médicales se succéder à la télévision pour effrayer la population, car pour elle, il était clair d’entrée de jeu qu’elle a à faire à une pneumonie, et que c’est cette constatation qui doit aussi déterminer la mise au point du traitement.

 

Traduit du hongrois par le Visegrád Post.

La médecine qui tue :

 






Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je plussoie à cette Roumaine, courageuse. Elle a mille fois raison, et il est étonnant de ne pas l’avoir deviné plutôt...

    En revenant de la Rochelle, en août 2019, j’ai attrapé un drôle de syndrome : fièvre légère matin et soir, quelques petites fatigues dans la journée... Je prenais des H.E. comme toujours en cas de grippe ou état grippal. Trois semaines après, le haut du thorax me faisait mal, avec difficultés à prendre une aspiration profonde...
    Je suis allé chez mon médecin : son remplaçant a vite compris que j’allais mal, et m’a prescrit un générique de clarythromycine (que je ne connaissais pas) et un générique anti-inflamatoire.
    Guérison en même pas deux jours... mais ce remplaçant n’a jamais compris ce qui m’était arrivé et restait perplexe car je ne revenais pas d’Afrique, mais ... de la Rochelle.
    Quand même !

     

    Répondre à ce message

    • Même chose camarade en Février 2020 état grippal classique et évitant les médecins tant que possible j’ai lutté 2 semaines. Jamais malade et pensant que mes anticorps allaient faire le boulot. Au bout d’un certain temps impossible de dormir j’avais la tremblotte façon Manu même avec 3 pulls une doudoude et la couette, et impossible de prendre une grande respiration. Urgences du pays où je réside : pneumonie carabinée. Clarythromicine et amoxiciline et RAS après 3 jours. Dieu merci la folie Covid était encore fraîche sinon je finissai surement en réa. Aujourd’hui je cours le 10km en 45mn et tjs un ou deux verres de rouge bien sur :D
      Amicalement

       
  • Le remède c’est d’incarcérer tous ces fous furieux qui ont mit le monde dans cette situation où même le diable lui a échappée.

    Vaccin : dix ans pour mise sur le marché, les tueurs nous ont dit : avec cette avancée technologique 6 mois ont suffit !

    Traitement : Des siècles durant existés et ont prouvés leurs efficacités, les tueurs nous ont dit : il n’existe aucun traitement actuellement.

    La technologie vaccinal -vs- traitements archaïque. Faites vos paris

     

    Répondre à ce message

  • hé hé, elle traite le covid comme une simple pneumonie atypique.
    et elle a bien sûr raison, le covid 19 n’est pas un nouveau virus mais un virus dont on n’a découvert l’existence qu’en janvier 2020. avant il était bien présent mais les maladies qu’il provoquait passaient comme des pneumonies atypiques.
    La preuve, elle vient d’arriver :
    Selon l’INSERM, au moins sept Français participant à un programme scientifique présentaient en novembre 2019 des anticorps au coronavirus, avant l’apparition du patient zéro.
    https://www.francetvinfo.fr/sante/m...
    Cette info rejoint d’autres découvertes du même genre faites dans d’autres pays. la vérité va finir par sortir.
    il n’y a pas plus de pandémie que de beurre en branche

     

    Répondre à ce message

  • Le covid est un sacré alibi pour ces assassins. Ils tuent nos vieux avec des traitements volontairement mortels. Ils tuent les patients en réa par surdose volontaire d’oxygène. Ils tuent les gens en bonne santé avec les vaccins volontairement mortels. Ils tuent les gens atteints de cancer et autres pathologies en reportant les diagnostics, les traitements et les opérations. Ils vont bientôt s’en prendre à nos enfants.
    Autour de moi je suis le seul à tourner comme un lion en cage. Quand je dis qu’un génocide est en cours je vois bien qu’on me prend pour un illuminé. La grande réinitialisation vers le nouvel ordre mondial, c’est sous nos yeux pourtant.

     

    Répondre à ce message

    • Salut LaKovid NoPoche,
      Non, tu n’es pas le seul. Et sur ce site, de nombreuses autre personnes partagent surement ton point de vue.
      Je pense que le terme de génocide (intéressant au niveau pédagogique ; c’est précis et audible) n’est pas pleinement approprié.Ou alors, au regard de tes propos, si on ne l’applique qu’aux vieux, et encore...
      Car tu l’as bien noté, tout cela est lié à l’instauration du nouvel ordre (économique) mondial , et nous connaissons la méthode : ordo ab chaos. Shock and awe (destruction contrôlée), puis Diviser (séparer) afin de faire émerger la nouvelle république.
      Seulement, le terme génocide est incomplet. Il s’applique plutôt, historiquement, à des stratégies d’épuration ethniques ou de conquête de territoire. Or, là il s’agit du terrain monde qui est à conquérir. Et les 7 milliards d’agents économiques doivent être formatés afin qu’ils aillent dans la bonne direction (Cf. les travaux de Lucien Cerise et la série ER le grand reset).
      Il y a donc une dimension économique et globale (mondiale), liée à la mutation du grand Kapital qui se redéploie sur des sphères qu’il n’a pas encore vampirisé (corps humains, espace, greenwashing, etc.).
      Je parlerai donc davantage d’écocide ou d’économicide.
      Ou bien, pour faire simple, comme l’a dit l’autre communiquant en chef 6 fois, je parlerai de guerre. Et là c’est très intéressant au niveau pédagogique car tout le monde connaît le principe. Alors s’il s’agit de déterminer les camps. Je dirai équipe A) l’humain pile, B) les prométhéens en herbe (GAFAM et big pharma notamment) avec leurs relais médiatico-politico-financiers. Si on détermine les armes : masque, confinement, rivotril, remdesivir, virus, vaccin, etc. Si on s’intéresse au terrain d’affrontement : nos cerveaux, les rues civiles, les vaccinodromes à venir, etc. La durée du conflit : 5 ans selon la banque mondiale. Etcetera.
      Désolé mais génocide est un terme trop doux pour définir de qui arrive. Car nous ne sommes plus dans le viol et l’égorgement de masse, mais dans la prédation continuelle de son prochain (neuromarketing, escroquerie de la dette, hyperinflation à venir du à la planche à billet délirante hélicoptère) et maintenant l’impossibilité à vivre : intrediction de changer de pays, interdiction de respirer librement, interdiction de faire du sport (à noter après la politique du stop, à noter le go du 20 mars).
      Et puis les mercenaires et les organes externes : milices environnementales, l’UE, la contreintellingence

       
  • #2694643

    Là on ne peut plus parler d’incompétence car on est dans l’ingéniérie sociale la plus perverse,la guerre psychologique contre les peuples et le génocide programmé et planifié.
    Et oui messieurs-dames, il faudrait que vous ayez l’obligeance de crever le plus vite possible pour faire avancer l’agenda de l’oligarchie cosmopolite,satanique et transhumaniste car les milliardaires mondialistes et leurs larbins qui dirigent les 2/3 de la planète ne veulent plus que vous respiriez le même air qu’eux !!!
    Entre parenthèse,avez-vous remarquez que là où il y a concentration de riches
    (Courchevel,Megève,
    Île de Ré,Monaco,Suisse,Luxembourg,nord de la Sardaigne etc...)le port du masque n’est pas obligatoire ou du moins pas dans la rue...

    Pour les "jeunes" (moins de 45/50 ans) ils hésitent encore mais pour les autres c’est plié:ils nous ont observé,mesuré et pesé et ce qui se passe aujourd’hui sous vos yeux n’est que le résultat de 40 ans d’abrutissement progressif des masses occidentales.

     

    Répondre à ce message

  • basileus,
    La planète Covid19 en émoi :
    "Allo Houston ? On a un problème"

     

    Répondre à ce message

    • La force tranquille de cette roumaine, droite dans ses bottes, lui vient sans doute comme notre Alexandra HC nationale de son catholicisme !
      Alors prions pour elles ce sont des soldates envoyées par l’archange St Michel !!!
      Et comme dit l’autre “la femme est l’avenir de l’homme”
      Nous rendons grâce à Dieu

       
  • Etant moi-même médecin généraliste, je traite mes patients depuis le début avec azithro ou clarithromycine, voire un peu de solupred si desaturation, oxygène uniquement 1-2 litres/min si saturation vraiment basse. Comme je l’ai toujours fait avec mes patients avec pneumonie atypique depuis 10 ans que je suis installé. Résultat : aucun mort, aucune hospitalisation. Pour la petite histoire, lors de réunions skype avec des pneumologues du secteur qui nous diffusent la bonne parole, on m’a fait comprendre que selon eux, je ferais n’importe quoi.... très, mais très, heureux d’entendre enfin une pneumo qui n’est pas devenue dingue... pour info, j’ai eu des cas chez des patients de p98 ans, avec diabète, cancer, etc... Amitiés à tous

     

    Répondre à ce message

  • Le dormeur doit se réveiller.

     

    Répondre à ce message

  • Quelqu’un le dit dans son commentaire un peu plus bas, on ne compte plus les avancées médicales pour soigner et guérir les gens qui sortent des sentiers battus des académies et de la vérité officielle imposée par les Diafoirus !

    Ce docteur roumain a droit à toute mon admiration, elle est l’héritière d’Ambroise Paré et de tous ceux qui considèrent d’abord leurs patients !

     

    Répondre à ce message

  • Je suis content de voir que nous sommes nombreux à vouloir comprendre et dénoncer toute cette mascarade. Finalement, et j’avoue que c’est malheureux, nous pourrions voir le bon côté des choses si le plan se déroule comme prévu. Une extinction massive des moutons cobayes gentils toutous avec leur joli masque à la mode. Quand ils en auront tué des millions ils arrêteront peut-être leur jeu macabre. Il faudra bien quelques survivants pour continuer à amuser cette petite élite et nous serons là pour leur présenter la facture. Éveillons autant que possible notre entourage, nos familles, nos amis, nos vieux. Pour ceux qui pensent que Manu est le sauveur et que le masque de marque c’est trop tendance, je leur souhaite bon voyage. Décollage pour l’au-delà prévu dans quelques mois pour ces bipèdes cobayes, sans remord. Nous sommes en guerre.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents