Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Fouché, l’inventeur de la police politique moderne : génie ou salopard ?

Les deux mon capitaine ! Un génie du mal, dont Bonaparte ne pouvait se passer...

 

Les Fouché d’aujourd’hui, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Joseph Fouché est né en 1759 et non en 1792.


  • En fait, 1792 est l’année où il commence à jouer un rôle important dans la révolution.


  • Un être redoutablement intelligent, ça ne fait pas de doute ! Froid, plein d’aplomb, dépourvu de scrupules, en même temps un père de famille très aimant et attentionné, et à qui on doit la police moderne. Mais en même temps, un être dédié tout entier à sa soif de pouvoir, donc qui ne sert que son propre intérêt en prétextant servir la France.

    Et je n’oublie pas non plus les massacres de Lyon et de Nantes, ni son vote pour la mort de Louis XVI. Ce type a beaucoup de sang sur les mains, j’espère que le Seigneur l’aura jugé comme il faut et qu’il lui a fait une pension complète dans un endroit TRES au chaud !

    Il y a au moins une justice immanente : lui qui était au faîte du pouvoir, il en a été chassé par celui-là même dont il pensait n’avoir rien à craindre, et il est mort seul, en exil, pauvre et oublié de tous ! Il a eu le temps, pendant 5 longues années, de contempler sa déchéance, même s’il est très probable qu’il n’a jamais rien regretté. On ne prend pas impunément la vie de Louis XVI !


  • Génie du mal à la rigueur.
    Il a accompagné toutes les formes de gouvernance, pendant la terreur, sous l’empire et même jusqu’au retour du roi.
    Toujours au sommet du pouvoir, mais en coulisse, sans ostentation, ce qui lui a permit de survivre à toutes les purges sans jamais rendre de compte pour ses trahisons successives.
    Méprisé par Robespierre, Napoléon, il leur a survécu.

    - Il a voté la mort du roi, contre ses convictions initiales.
    - Il s’est comporté comme un fanatique révolutionnaire, un bolchévique avant l’heure, avec des exactions et des humiliations commises contre l’aristocratie et le clergé. (d’où son sinistre surnom "du mitrailleur de Lyon")
    - Pourtant,il poussera même le vice de se marier religieusement à l’église, une fois fortune faite.

    Justice immanente du temps, les aristocrates de retour aux affaires, l’enverront enfin à la niche, sa juste place.
    On peut toujours faire l’éloge de son habileté à faire régner l’ordre dans cette période troublée, cet homme fut une des plus belles ordures de l’histoire politique française.

     

    • il y en a beaucoup des comme lui dans les polices !
      beaucoup de policiers du bloc de l’Est on fait pareil
      Et je suis persuadé que les policiers à Macron ne valent pas mieux.

      Faire régner l’ordre par tous les moyens (pensez à toutes les techniques avancées qui nous menacent., et à l’obsession "sécuritaire" de l’UE..) est de plus en plus l’alpha et l’oméga des sociétés modernes, le "Libéral-Fascisme".


  • Chateaubriand l’a vu à l’Assemblée Législative : " Il ressemblait à une hyène habillée ".


  • Fouché, pas plus que Talleyrand, ne se relèvera du portrait qu’en a fait Chateaubriand dans ses mémoires . Chapitre : "Marat et ses amis" au couvent des Cordeliers : … " Fouché, accouru de Juilly et de Nantes, étudiait le désastre sous ces docteurs : dans le cercle des bêtes féroces attentives au bas de la chaire, il avait l’air d’une hyène habillée . Il haleinait les futures effluves du sang ; il humait déjà l’encens des processions à ânes et à bourreaux, en attendant le jour où, chassé du club des Jacobins, comme voleur, athée, assassin, il serait choisi pour ministre " .


  • Pour avoir lu sa biographie écrite par Emmanuel de Waresquiel, je peux dire qu’il n’a jamais trahi son pays. C’était un homme très bien renseigné qui connaissait les faiblesses des uns et des autres.


  • Surtout individualiste à fond, lui d’abord, il va où là souffle le vent et n’ aucune conviction politique. Ca n’est pas son sujet, seul sa peau l’intéresse. Je vous conseille ce livre excellent ( Fouché de Zweig Stefan Editions Grasset, paru en 1969, collection Diamant ) sur ce qu’il était réellement : un génie pour ses tactiques et un salopard quand on sait connait ses tactiques. Et "l’inventeur" du fichage, donc du chantage politique ! Mais après tout, pourquoi pas, vu que ceux-ci ne sont pas tous des irréprochables !


  • Le fameux passage des Mémoires d’Outre-Tombe : "... Je m’assis dans un coin et j’attendis . Tout à coup une porte s’ouvre ; entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M de Talleyrand marchand soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant loi, pénètre dans le cabinet du roi et disparait . Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l’évêque apostat fut caution du serment " .



  • génie ou salopard ?



    J’aurais juste dit "Gros enculé".

    Si ce n’était ce qu’il a fait à Lyon, mais le principe de loi suffisamment floue pour pouvoir faire coffrer qui l’on veut, ça vient plus ou moins de lui. Il est le père du totalitarisme mous "à la Française".
    Pas de censure, mais de l’encouragement à l’autocensure via une classe artistique hors-sol.
    Pas de tribunal idéologique, mais des juristes "libres" d’appliquer l’idéologie qu’ils entendent dans leurs jugements, quitte à mépriser la loi et l’esprit de la loi.
    Pas de camp de déportation, juste de l’humiliation publique systématique et des attaques au portefeuille.
    Pas d’exécution sommaire, une balle dans la nuque derrière le commissariat, mais des groupes de nervis suffisants pour vous intimider et, au pire, si vous insistez trop, une mise en contact dans votre cellule avec de purs tarées, un "suicide" en prison ou des menaces sur vos proches jusqu’à ce que vous soyez complètement isolé, bon pour péter un câble ou vous suicider passivement (informez-vous sur comment est vraiment mort Pascal Sevran pour vous rendre compte qu’en France on tue bel et bien ceux qui pensent mal).

    Fouché est le père de ce totalitarisme à la Française, issu directement des thermidoriens (ceux qui ont exécuté Louis XVI et tout mis sur le dos de Robespierre), qui n’assume pas ses crimes et tient à garder les apparences de la dignité "républicaine" et de la "liberté" ... de cette oligarchie bourgeoisie est hyper-violente, insupportable contre qui les gens manifestent depuis des années sans pouvoir la nommer.
    Cette même oligarchie était derrière nos guerres d’expansion post-révolutionnaires qui ont fait de la France une puissance détestable aux yeux du monde jusqu’en 1815 et, depuis, s’apercevant que le Français n’est plus le meilleur combattant à ses yeux, elle préféra s’appuyer sur les puissances militaires extérieures pour assouvir sa soif de sang et de profit.
    Depuis, elle s’est toujours sentie tout sauf Française, ce pays de ploucs...de gaulois récalcitrants...de racistes, elle a collaboré comme personne en 40 puis qui s’est faite pro-israël jusqu’au bout des ongles aujourd’hui. Elle suce les USA & sucera demain la Russie ou la Chine pourvue qu’elle puisse garder son petit pouvoir.
    Le seul moyen de se débarrasser de cette vérole, anti-aristocratique, c’est qu’une calamité ne s’abatte sur la France (un météore qui s’écraserait sur Paris, au mieux, ou une bonne crise économique aux dimensions bibliques).


  • Peut-être un salopard de génie, tout simplement.. :


  • C’était un salaud qui n’aimait personne à part le fric . Une sorte de Pasqua puissance 100 .

     

  • Ce qui est fascinant chez lui, c’est son absence de convictions profondes.
    Pendant la révolution, il est modéré quand les modérés sont majoritaires.
    Quand les jacobins sont dominants, il devient naturellement un fanatique, puis redeviens modéré quand Robespierre et ses amis tombent en disgrâce.
    Il devient un serviteur zélé et efficace de l’empereur, puis conspire sans vergogne contre lui quand ce dernier est au bord du précipice.
    Il négocie en coulisse pour le retour du roi, contre un os à ronger, sans se rendre compte de l’énormité du procédé, lui qui avait personnellement persécuté la famille royale et le clergé.
    Les proches de Louis 16 et l’église, gens de longue mémoire, n’oublieront pas ce renégat de haut vol.

    Bref, l’arrivisme de cet homme était sans limité, du grand art !

     

  • Son père était capitaine de bateau négrier à Nantes.
    Marat était son complice.
    Son aspect est patibulaire.
    Son "intelligence" est orientée vers le profit personnel et la destruction de ce qui est noble et beau.
    Il a commis tous les crimes.
    Il a réussi à indigner Robespierre.
    Il a le teint crise-de-foie de Lallement, mâtiné de Nunez.
    Les lèvres serrées d’un meurtrier en série.
    Il me rappelle nos zélites.
    Il a même dû s’adapter à l’enfer, où il trie les déchets, pour les jeter sur le monde.

     

  • Jouait-il aux échecs ?


  • Fouché = Castaner ,rien de nouveau en raie-publique


Commentaires suivants