Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Frédéric Taddeï, inviteriez-vous encore Alain Soral ou Dieudonné aujourd’hui ?"

Interrogé par Konbini à propos d’Alain Soral et Dieudonné, Frédéric Taddeï ne ferme pas la porte à une invitation (« Ça dépend dans quelle condition. [...] Ça donnait de vrais débats. ») tout en prétendant : « Ils ne sont pas sortis vainqueurs de leurs passages dans mon émission. » Le public tranchera.

 

La question intéressante à 2’43 :

 

Quelques extraits, pour rafraîchir la mémoire de Frédéric Taddeï :

 

Alain Soral sur le plateau de l’émission Ce soir (ou jamais !) présentée par Frédéric Taddéi, le 17 janvier 2011 :

 

Alain Soral face à Clémentine Autain :

 

Alain Soral explique le populisme sur le plateau de Ce soir (ou jamais !) en 2009 :

 

Alain Soral sur le plateau de Ce soir (ou jamais !) en 2008 :

 

Alain Soral sur le plateau de Ce soir (ou jamais !) en 2007 :

 

Dieudonné face à Thierry Lévy :

 

Dieudonné explose Christophe Alévêque :

 

Voir aussi, sur E&R :

Alain Soral et Dieudonné chez Kontre Kulture :

Un ouvrage à conseiller à Frédéric Taddeï :

 






Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je vais sans doute pas me faire des amis ici, mais dans l’émission sur le populisme, j’ai trouvé l’historien Michel Winock plus intéressant que Soral, pour qui j’ai beaucoup de respect, mais qui est resté attaché à la notion vide de "peuple" (qui n’existe pas plus que les "affreuses méchantes élites"), ou que l’artiste bohème surexcité. Je ne parle même pas du libéral venu défendre son dogme sur le plateau. Quant au neurobiologiste, j’ai peine à comprendre le sens de son intervention dans ce débat.

     

    Répondre à ce message

    • Le peuple n’existe pas ? Elle est bien bonne, celle-là !

       
    • Sauriez-vous définir ce qu’est le "peuple", ce que sont les "élites" ? Si c’est le cas je vous présente mon chapeau.
      A la rigueur, on peut donner une définition du peuple, mais quelque chose me dit qu’elle ne correspond pas à celle des populistes... ^^

       
    • @Antonius

      Seules les élites mal intentionnées et ceux qu’ils ont lobotomisés ont prétendu que le peuple (donc les élites) n’existaient pas.

      Les élites bien intentionnées, elles, parce que bien intentionnées, ont toujours reconnu qu’elles existaient, et ont même fait plus, elles s’en sont excusé.

      Elles ont dit, s’adressant à nous : "nous sommes nés pour vous servir et non pour nous servir ou se servir de vous".(ils appelaient cela "marcher dans les pas du Christ Sauveur").

      Petit rappel : ça a marché à peu près correctement pendant 1200 ans, sans changement de régime, et de cette stabilité le monde civilisé doit d’être né.

      Vous connaissez la suite (malheureuse) de l’Histoire :

      Les mauvaises élites ont pris la place des bonnes (ou les bonnes sont devenues mauvaises) uniquement en partant de cette idée infranchissable que leur cul avait plus de valeur que celui du Christ (et donc du nôtre) pour l’excellente raison qu’on avait jamais vu celui du Christ et qu’en conséquence on n’avait pas à prendre en compte le nôtre.

      La pédagogie résidant dans l’art de la répétition, je vois qu’on vous avez fini par croire cette erreur fatale à la Vérité et vos intérêts.

      Je vous propose donc cette réflexion à défaut d’une définition :

      la frontière entre le peuple et les élites, c’ est l’impôt.

      Le peuple paie l’impôt qu’il ne décide pas
      L’élite décide de l’impôt qu’elle ne paiera jamais.

      Si vous êtes lobotomisé comme je le soupçonne vous me rétorquerez que nos hommes politiques paient l’impôt ou du moins font semblant avec leurs prébendes (donc notre argent).

      Eh bien, comme cela, je vous remercie : les hommes politiques qui font semblant de décider de l’impôt qu’on a décidé pour eux font donc semblant de le payer avec NOTRE argent qu’ils se sont octroyé.

      Ils décident de leurs émoluments mais pas de l’impôt
      Émoluments qu’ils prélèvent sur nos impôts en dehors de notre accord.

      Je viens de vous donner la définition de l’escroc.
      En plus de vous avoir décrit la frontière entre le peuple et l’élite
      Soit, de nos jours, entre la Vertu et le vice.

      Il y a plus grave.
      Qui ne paie pas l’impôt et donc nous dirige ?
      Ceux qui ne résident pas en France.
      Voilà pourquoi nos mauvaises élites étaient tant attachées à vous faire accroire que vous et donc eux n’existent pas.
      Parce que la France est gouvernée par des étrangers et des apatrides qui sont convenus de nous saigner à blanc en détournant l’impôt par la dette.


      Vous avez l’identité de nos élites.

       
    • @Antonius

      Au fait, vous avez oublié vos classiques.

      Pas Soral.

      Le peuple c’est ceux qui bossent qui font le Bien (laboratores)
      Ce que A.S. définit "comme les producteurs" " ceux attachés au principe de réalité"

      Les élites ce sont ceux qui disent le Bien (Oratores)
      Et ceux qui défendent le Bien (Bellatores)

      Ceux qui font le Bien : vous en faisant vos miches de pain à 5H du matin
      Ceux qui vous disent ce qu’est le Bien : les curés qui prient la nuit pour vous (la souffrance pour vous est leur impôt)
      Ceux qui défendent le Bien : les Gens d’armes qui meurent pour vous

      Chacun a son impôt à payer :

      les laboratores en argent ou matière
      les oratores par leurs voeux de pauvreté, de chasteté et d’humilité
      les bellatores par l’impôt du sang (ils paient l’impôt en mourrant sur le champ de bataille)

      Mais ça c’était AVANT

      Aujourd’hui,

      Les laboratores paient l’impôt d’argent et de sang et donc tout l’impôt
      Les oratores que sont nos intellectuels et medias ne paient aucun impôt et surtout pas de pauvreté, chasteté et humilité. La fortune, la licence, et la vanité les ont remplacées
      Quant aux bellatores, les politiques, ils ne combattent plus que pour leur carrière et l’organisation de leur dictature.

      Tant qu’il y aura du pain à Rome, le pain fera supporter cette ’injustice.
      Mais le jour où il viendra à manquer alors l’insurrection éclatera.

       
    • @ Francois Desvignes
      Georges Dumézil n’est malheureusement plus là pour témoigner, mais il me semble que son propos se rapportait aux sociétés indo-européennes anciennes, pas les sociétés modernes dont la sociologie est totalement bouleversée.
      L’impôt, la majorité de la population le paie théoriquement, et parmi ceux qui ne paient pas -pour une raison ou une autre- il y en a certainement autant parmi les riches -nos politiques par exemple, en effectuant un raccourci- que les pauvres.
      Non décidément, le discours populiste sur le "peuple" (intrinsèquement bon, tellement qu’il plébiscite depuis trente ans des partis libéraux et européistes soit dit en passant) et les "élites" ne me plaît pas. C’est fourre-tout, vraiment pas sérieux.
      Un prof fait-il partie du "peuple" ou de l’’élite" ? Du "peuple" ? Il exerce pourtant, à l’instar du policier, du médecin ou du journaliste, une "domination" (intellectuelle et culturelle ici). Un affreux membre de l’"élite" alors ? Pourtant, avec quelques centaines d’euros au-dessus du SMIC, on ne peut pas dire qu’il occupe franchement une position élevée dans la société.
      Un cadre supérieur du tertiaire qui gagne 6000 euros par mois fait-il partie du "peuple" ou de l’"élite" ?

      La lutte des classes au moins a le mérite de reposer sur quelque chose de concret : avec Marx, Bourdieu, Clouscard, on est capable de définir ce qu’est la bourgeoisie, le prolétariat, la classe moyenne inférieure, etc.
      Bien entendu, cela ne veut pas dire que cette lutte des classes n’est pas à repenser eu égard aux changement sociaux et sociologiques à l’œuvre depuis la Seconde guerre mondiale.

       
  • Ooooh Thierry Lévy ! Ça va ? Pas trop chaud là où t’es ? Pas trop de coup, après la justice ?

     

    Répondre à ce message

  • La tête qu’il fait !! Il a été préalablement torturé, soumis à la question ?

     

    Répondre à ce message

  • Le "juda" de dieudo est glissé de façon...Y’a pas de mots pour décrire, n’empêche Alévêque on peut dire ce qu’on veut est resté sur le plateau...il avait encore un reste pour rester sur le champ de bataille...(bon en quel état, c’est sur qu’il était pas en forme...).

    Et les interventions d’Alain Soral...ce sont celles ci et surtout celles de chez Ardisson qui me l’ont fait connaître...Une baffe...Donc pas vainqueur...je doute...

    D’ailleurs pourquoi autant se sont remis a se réapproprier les concepts politiques (marxisme, banque, capitalisme etc) après l’avoir écouté ? Même un prof de philo au lycée ne suscite pas autant d’intérêt à ses élèves !

     

    Répondre à ce message

  • Comment elle se fait retourner la Clémentine !!! C’est épique !!! Cela dit, c’était une émission qui dénotait vraiment dans le PAF, il y a eu des joutes verbales incroyables, avec des invités qu’on appréciait ou pas mais cela avait le mérite de provoquer le débat. Quand on voit la télé actuelle où tout est verrouillé, ensablé on se dit à Dieu vat...

     

    Répondre à ce message

  • Tadeï est un journaliste courageux et honnête,parce que pour inviter les irréductibles gaulois faut quand même le faire,car c est quand-même formidable , dès qu’on sur le plateau des gens qui essaie de remuer les choses,de rendre la vérité au petit peuple,les gens commencent à frémir je le répète depuis des lustres on peut aimer ou ne pas aimer Soral ou Dieudonné, mais ne pas reconnaître qu’ils sont tous les deux dans le vrai c’est vraiment de la mauvaise foi,moi petit musulman du quotidien élevé à l’ancienne,je comprends le logos de Soral et j’y adhère. Peux être pas de la même façon. Et même si j’avais presenti d’avance et sans prétentions le virement de Marine qui donc m’aurait cru ? Alain à souvent eu raison mais il a eu tort parfois, mais au moins il a été au charbon, il a mis les mains dans le cambouis.le combat que nous menons actuellement est dur ,sans pitié,cruel mais nous vaincrons. Et si tu me lis Alain ,je te souhaite tous mes meilleurs vœux à ta petite famille et à toi et j’espère un Si Dieu le veut manger et discuter avec toi.
    Merci à E&R qui fait un sacré boulot et à KK.

     

    Répondre à ce message

  • La bio wikipédia de Taddeï est très instructive.
    Il a commencé à la télé sur Canal+, faut le savoir ! Un des seuls types corrects à être passé par cette chaîne.

     

    Répondre à ce message

  • Putain ce que c’est triste quand je lis tout ces commentaires, je comprend que cette émission est vraiment fini, et qu’elle fait vraiment partie du passé, oui car je constate que nous sommes légion à avoir aimé cette émission, la seule émission télé que je regardais encore sur mon PC, Bientôt il ne restera que Ardisson, Zemmour, Ruquier, quel age il a Ardisson ? Tu déconnes....Quoi ? Si jeune ???

     

    Répondre à ce message

  • #1875695

    "Frédéric Taddeï, inviteriez-vous encore Alain Soral ou Dieudonné aujourd’hui ?"

    Non, il n’en a pas le droit.

    Au nom de la liberté d’expression, des droits de l’homme, et tous les autres trucs auxquels vous devez vous soumettre.

    Et encore, t’es pas employé de Pierre Bergé.

     

    Répondre à ce message

  • Il a une tête très singulière ce Mr Taddeï.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents