Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Fronde antimasque : "La seule chose que le port du masque permet d’éviter, ce sont les amendes"

 

La grogne monte à propos de la généralisation du port du masque, décidée pour faire face à la montée du Covid-19. Près d’un quart des Français pourraient défier l’injonction gouvernementale de le porter au travail. Une obligation qui révolte René Chiche, professeur de philosophie et vice-président d’Action et Démocratie. Il s’est confié à Sputnik.

 

La France avance masquée. C’est la direction choisie par l’exécutif afin de lutter contre la « recrudescence incontestable de l’’épidémie » de Covid-19 qui « progresse sur tout le territoire ».

 

 

​Selon les données de Santé publique France, plus de 5000 cas de coronavirus ont été enregistrés en France le 26 août, un record depuis la fin du confinement en mai dernier. « Le taux de reproduction du virus se situe au-dessus de 1, ce qui signifie qu’’il gagne du terrain. Nous étions redescendus à 0,7 en mai. Nous sommes remontés à 1,4 », et « la positivité augmente pour toutes les tranches d’âge », a précisé le Premier ministre Jean Castex.

 

« Hypocrisie totale »

Afin de lutter contre la propagation du virus, le port du masque se généralise donc : à l’école, en entreprise, et même dans la rue. Le 27 août, le Premier ministre Jean Castex a annoncé qu’il serait désormais obligatoire dans les rues de Paris. C’est déjà le cas à Marseille, deuxième ville de France.

« Ce à quoi nous assistons relève de l’hypocrisie totale. C’est la solution du pauvre qui est choisie au lieu de vraies mesures qui seraient à la hauteur de la crise sanitaire, si crise sanitaire il y a. L’exécutif se contente du service minimum et impose le port d’un masque qui était encore jugé inutile il y a quelques mois », explique au micro de Sputnik René Chiche, professeur de philosophie et membre du Conseil supérieur de l’éducation.

D’une manière plus générale, le chef du gouvernement a expliqué que les Français devront porter un masque dans tous les espaces fermés où se situent plusieurs individus, « qu’’il s’’agisse d’’un train, d’’une salle de réunion ou d’’un supermarché ». Mais sans donner de date.

 

 

​René Chiche relève le virage à 180 degrés de l’exécutif sur la question du port du masque. Sur TF1, le 13 mars, Édouard Philippe, l’ex alors Premier ministre, déclarait : « Le port de masque, en population générale dans la rue, ça ne sert à rien. » Dans Le Point du 16 avril, c’est Emmanuel Macron lui-même qui y allait de son commentaire : « Je refuse de recommander le port du masque pour tous et jamais le gouvernement ne l’a fait. »

« Je pense que le manque de crédibilité de la parole du gouvernement est encore plus inquiétant que la crise sanitaire, qui n’est objectivement pas si grave que cela. La crise morale engendrée par la parole sans contenu qui est celle de l’exécutif est préoccupante », se désole René Chiche, également vice-président du syndicat Action et Démocratie CFE-CGC.

Alors que la rentrée du 1er septembre approche, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, a apporté des précisions concernant les règles du port du masque. Ce dernier a expliqué qu’il serait obligatoire à partir du collège, y compris à la récréation pour cette rentrée scolaire. Pour les professeurs, le port du masque obligatoire est systématique de la maternelle au lycée.

 

 

​Une obligation qui révolte René Chiche, qui envisage déjà une grève du silence :

« Je ne ferai pas cours avec le masque. Si l’on m’impose de le porter, je ne pourrai pas déroger à la règle, mais je ne prononcerai pas un mot », martèle René Chiche.

Le masque deviendra-t-il un bâillon ?

« Le gouvernement connaît la situation depuis le mois de mai. Il avait quatre mois pour préparer une rentrée sérieuse. Au lieu de cela, il ne s’est occupé de rien et se contente d’édicter à quelques jours de la rentrée des règles qui ne sont pas compatibles avec l’exercice du métier d’enseignant », ajoute le professeur de philosophie.

Non-port du masque : 700 verbalisations par jour

Ces mesures sanitaires provoquent beaucoup de critiques. D’après une récente enquête de la plateforme de recrutement par intérim Qapa, 38 % des Français ne veulent pas porter un masque dans leur entreprise, alors qu’e Élisabeth Borne, le ministre du Travail, a annoncé qu’il serait obligatoire à partir du 1er septembre. Plus précisément, 12 % refusent le port du masque s’il n’est pas obligatoire et 26 % défieront la règle imposée par le gouvernement. Une majorité de Français (62 %) se plieront à la consigne, 36 % par obligation et 25 % volontairement.

 

 

Du côté des professeurs, des voix s’élèvent pour critiquer les mesures du gouvernement. L’enseignant et essayiste Jean-Paul Brighelli exprimait récemment sur Sputnik sa colère face à « une situation de panique qui vire à la psychose ».

 

Même son de cloche du côté de René Chiche :

« Il aurait fallu faire une différenciation territoriale. Il est absolument absurde d’imposer la même règle partout sans tenir compte de la circulation du virus. De plus, un dédoublement des effectifs permettant d’assurer une distanciation physique en divisant par deux de manière provisoire et ponctuelle le temps scolaire aurait été plus efficace. »

Jean Castex s’est montré ferme. Il a brandi le chiffre de 700 verbalisations par jour pour infraction aux règles du port du masque. Depuis le 17 août, les autorités ont procédé dans les établissements recevant du public à 30 000 contrôles, qui ont donné lieu à 1900 mesures de police et 53 fermetures.

« Il ne suffit pas d’’édicter des obligations, encore faut-il veiller à leur respect », a affirmé le locataire de Matignon. D’après lui, il incombe aux autorités locales de décider « de l’’intensification de ces actions qui, je ne le cache pas, est parfois nécessaire ».

« On rend la vie impossible aux gens. Ma femme, pour plaisanter, dit que la seule chose que le port du masque permet d’éviter, ce sont les amendes. Je pense que les Français sont dans une situation d’exaspération. Ils ont bon dos d’accepter des mesures aussi absurdes et contradictoires. À un moment donné, ils pourraient ne plus obéir », conclut René Chiche.

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

123 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Si la deuxième vague n’existait pas, il faudrait l’inventer !

    « La seule chose que le port du masque permet d’éviter, ce sont les amendes » ni plus ni moins, car le temps de l’ingénierie sociale est révolue, la supercherie de cette hystérie plandémique saute aux yeux, et cette fronde fait paniquer le pouvoir en place et trembler la pyramide.

    Ces tarés triés sur volet par l’oligarchie moribonde procèdent toujours par paliers, un véritable terrorisme d’État qu’il faut éradiquer.

    Ce scénario tellement prévisible et grotesque pour la rentrée pousse à l’exaspération des peuples. Nous arrivons au mois de septembre, et subitement, ces sociopathes rendent le port du masque obligatoire partout en France sur un ton autoritaire à l’aide de la pressetituée avec l’emploi à outrance du mot "durcit" et la répression à coup d’amende de 135 euros, après nous avoir bourré le mou et psychosé juillet et août avec des chiffres bidons et des images de cimetière, de combinaison spatiale, de test et j’en passe, en guise d’illustration théâtrale, et n’oublions pas que nous sommes passés par la fameuse attestation de sortie au début de cette mascarade sans l’obligation du port de la muselière.

    Les médias ! Les chemins de fer du mensonge, de la désinformation, la manipulation, la propagande, la lâcheté et cerise confite sur le cake, la corruption.

    En comparaison, le moustachu excentrique autrichien passe pour un farceur à coté de ce gouvernement despotique, ces ennemis du peuple, ce qui laisse à réfléchir sur la définition de la dictature. Je dirais même plus, il serait choqué de cette guerre insidieuse contre les peuples, car en toute objectivité, je n’ai pas pour mémoire que le moustachu s’en était pris à l’intégrité physique voire la vie de son propre peuple, bien au contraire, ce qui laisse un arrière goût de pisse planétaire après 1945.

    À force de jouer avec le feu, on finit par se brûler, ras la kippa de cette république Judéo-Maçonnique nuisible, le peuple se réveille face à ces mesures liberticides, le vent tourne, la tempête se lève, fertig.

    Courage, on les aura !

     

    Répondre à ce message

    • #2535253

      "Le peuple se reveille face à ces mesures liberticides", c’est pas gagné au vu du nombre de vengeurs masqués volontaires dans les rues ou pire dans leurs bagnoles, bientôt dans leur propres chiottes pour ne pas sentir leur merde.

       
    • Pourquoi vous dites, et je lis souvent cela, que l’élite est aux aboies etc.. ? Vous croyez vraiment ce que vous écrivez ? Moi non. Elle n’est ni aux aboies ni mauribonde. Elle vous domine, nous domine, point. Elle n’a jamais été aussi puissante sinon comment expliquez vous qu’elle fasse ce qu’elle veut de nous ?! Et avec le sourire ! Le jour où ils auront vraiment peur, vous n’en verrez plus un seul sortir.

       
    • A keuf you...

      Plus une autorité est forte et puissante et moins elle a besoin de le montrer ( comme un homme)..

      Si c’est une telle merde c’est clairement qu’il y a des cailloux dans les rouages et à tous les niveaux, ils merdent en permanence et ça se voit, ça dégouline de tous les cotés.

      La seule véritable question c’est : est ce que tout ce merdier, cet amateurisme, cette puanteur visible était prévue, fait partie du plan ou est ce que ça leur échappé ?

      De la réponse à cette question doit dépendre notre réaction en tant que prolétariat !

       
    • D’accord avec vous Keuf you. Le pouvoir n’est pas aux abois, bien au contraire ! Avant, ils nous la mettait bien profond, mais avec vaseline, aujourd’hui ils ne croient même plus nécessaire d’user de lubrifiant, c’est à sec qu’on se fait mettre ! à la hussarde ! D’où les couinements de certains, habitués à plus de douceur ... mais on s’habitue à tout dans ce pays ...

       
  • Hier, j’étais dans un supermarché dont l’enseigne commence par un "L" (je donne pas le nom). J’avais mis un bandana sur le pif, comme les cow-boys en guise de masque. Ben je me suis fait alpagué par le Cerbère de l’accueil... Vielle caissière qui a loupé sa vocation d’auxiliaire de police. "Monsieur, votre masque !" "Quoi mon masque ? "Il faut qu’il soit chirurgical et si vous n’en avez pas on en vend ici !"
    Moi : "il me semble que la nature du masque n’est pas précisée dans le décret madame ; et pour cause... Avez-vous des FFP2 à me vendre ; les seuls qui arrêtent les virus... "Le Cerbère : "heu quoi ? " "Ben des masques qui arrêtent les virus ; pas comme le votre !"
    Ce matin j’y suis retourné avec un masque chirurgical porté invisible sous mon bandana... Rebelote ! Monsieur, monsieur... Et là, je soulève mon bout de tissu et hop ; "Quenelle épaulée !" La tronche de la bonne femme !!!
    Moi je dis qu’il faut les emmerder comme ça... Être plus con qu’eux ! Sinon on va se faire bouffer par ces petits flics improvisés ! Résistance passive, en équilibre sur le fil sans jamais tomber sous le coup de la loi... Et la prochaine fois, je repasserai avec mon bandana sans masque en dessous et la conne de service n’osera plus rien me dire !

    Surtout ne pas acheter de masque ! Tapons les au portefeuille !

     

    Répondre à ce message

    • J’ai personnellement continué d’aller faire mes courses comme avant. La technique consiste à aller remplir mes cabas le plus possible avant d’aller à la caisse.

      Une fois que vous avez réussi à entrer dans le magasin (pas de vigile ou il ne vous a pas vu) alors essayez de faire vite. Si on vous fait des remarques dans les rayons continuez sans fléchir.

      Une fois à la caisse on vous empêche de payer rappelez leur que vous avez de quoi payer et donc qu’il s’agit d’un refus de vente répréhensible par la loi.
      Rappelez aux vigiles qu’ils ne sont pas détenteur de l’autorité publique, qu’ils ne sont pas des fonctionnaires de police.

      Par la suite on vous dit "Nous avons appelé la police" laissez traîner, la police ne se déplace pas pour ce genre de chose et pour preuve cela m’est arrivé quatre fois.

      Si des clients vous insultes alors rappelez bien fort au vigile que c’est sont métier d’éviter toute violence dans le magasin. Il sera en dissonance cognitive totale (c’est du vécu) et ne dira plus rien ni même pour vous protéger des autres.

      Enfin videz vos cabas bien remplis sur le sol sans rien casser et repartez simplement. Charge à eux de tout ranger et de jeter les fruits et légumes que vous avez emballés et pesés...

      La clé c’est de ne jamais insulter ni menacer les clients, les vigiles et les caissières. En respectant cette procédure il ne peut rien arriver. Si par miracle la police venait vraiment et que vous avez 135€ d’amende, eux en auront 400. Bien entendu contestez cette amende.

       
  • Manifestation Samedi 29 août à Paris.

    Place de la Nation à 13 h.

    https://m.vk.com/video444549918_456...

     

    Répondre à ce message

  • Et si je me mets à le fenêtre, il me faut la muselière ?

    Allez vous faire e.... !

     

    Répondre à ce message

  • Discours mou et creux dont les locataires du gouvernement se fichent royalement. Ils en rient même. 25% de volontaires, ça fait beaucoup d’imbéciles. Pas un mot sur les risques liés au port du masque et du même coup son inutilité sanitaire totale (sauf pour éviter les postillons lorsque l’on vends de la nourriture par exemple.).
    Un exemple parlant : au judo ou la lutte, port du masque obligatoire dans le dojo mais lors de l’entraînement ou d’un "combat" non, et la distanciation (inutile) n’existe plus ! On aura compris que tout est bidon.

     

    Répondre à ce message

  • Vivement le 1er Septembre pour observer les journalopes respirer leur haleine pestilentielle sur tous les plateaux TV...ou alors ce sera un grand moment d’hypocrisie car il faut savoir que ces propagandistes qui ne cessent de culpabiliser ceux qui refusent le masque ont demandé une exemption car paraît-il le covid ne se balade pas en plateau TV (l’air y est déjà trés toxique, aucun virus n’y survit).

    En tout cas messieurs les bouffons du roitelet on sera contents dans les deux cas :

    - Cas 1 : vous portez le masque et ne plus voir qu’une moitié de vos gueules avec le son qui passe moins bien va faire un bien fou à la planéte.

    - Cas 2 : vous ne le portez pas et ça fera jurisprudence, on pourra vous citer comme exemples à nos employeurs.

    Mesdames les presstituées...à vos masques, prêt, partez !

     

    Répondre à ce message

  • Les 2 arguments principaux des larbins de tous poils .

    1- Tu n’es pas médecin . Réponse : Bill Gates non plus.

    Ou encore les rengaines culpabilisantes du genre :

    Le masque protège les autres et en particularité les personnes âgées et fragiles. donc : Tu es un assassin , car tu veux tuer ta grand mère en refusant de le porter.

    Ce dernier argument étant d’un cynisme absolu car il est le plus souvent utilisé contre le peuple INNOCENT par ce gouvernement d’ordures CRIMINELLES qui a objectivement TOUT FAIT POUR TUER les personnes âgées et fragiles.

    - Soit en les privant de soin dans les Ehpad ou dans les hôpitaux
    - Soit en faisant interdire un médicament qui aurait pu les sauver.

    Je ne sais pas ou ces gens veulent nous emmener, mais il faut les arrêter avant, et les faire payer pour leurs crimes présent, passé, et ceux qu’ils projetaient pour le futur.

    A noté l’absence TOTALE de l’opposition politique sur ces questions CAPITALES du futur apocalyptique de nos civilisations, vers lequel on nous projette de force.

    Ces lâches ont ils peur de faire leur VRAI BOULOT d’opposant pour ne surtout pas être traités de "complotistes " par ceux qui distribuent le pouvoir ?

    On voit maintenant clairement a quel point les politiques ne servent a rien , et le salut ne viendra pas d’eux .
    De l’extrême droite a l’extrême gauche, tous soumis, ils ne seront jamais du coté du peuple.
    C’est maintenant ou jamais qu’on a besoin d’un parti de la résistance.

     

    Répondre à ce message

  • Le masque n’est qu’un "détail de l’histoire" ! Dans l’ordre des priorités nationales, qui devraient mobiliser les foules, c’est :
    l’invasion migratoire et les 11 vaccins obligatoires administrés à nos enfants ! A t-on vu les masses manifester sur ces sujets
    _ ? Aucune grogne de la population !

     

    Répondre à ce message

    • "grogne de la population"....Tu es trop gentil, cher Karl : c’est l’échafaud dressé en place publique qu’il faudrait, pour ceux qui ont commis Haute Trahison et crîmes contre l’Humanité !

      Dans la longue Histoire de France, on en a envoyé ad Patres pour beaucoup moins que ce qu’ils sont en train de faire !

       
  • Mon masque commence à être un peut crade...normal au bout d’un mois ! Mais avec un peu d’huile essentielle et un coup d’éponge pour lui redonner une seconde jeunesse, c’est parti pour un second mois !

     

    Répondre à ce message

  • j’ai des lunette fictives avec un masque collé juste au dessous...il faut un peu le lester mais c’est génial, on peut respirer !!!

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents