Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Gérard Depardieu : "Je fais confiance à Poutine, tout ce qu’il fait, il le fait pour la Russie"

Gérard Depardieu a donné une interview exclusive à Komsomolskaya Pravda. C’est un ami de Gérard, le producteur Arnaud Frilley, qui maîtrise admirablement la langue russe, qui a aidé les journalistes et l’acteur français à communiquer.

Komsomolskaya Pravda : Gérard, voilà plus d’un an que vous êtes citoyen russe. Qu’est-ce que c’est, aujourd’hui, pour vous ?

Gérard Depardieu : Je ne fais jamais de bilans ! Je ne regarde pas en arrière – je me contente de vivre. Cette année avec la Russie a été merveilleuse. J’ai rencontré des gens magnifiques, tourné des films, découvert de nouveaux lieux.

K. P : Comment avez-vous réagi à l’apparition soudaine d’un nouveau réalisateur pour la version russe du film Raspoutine ? (Pour mémoire, il s’agit de cette série franco-russe au casting de star : Depardieu, Khabenskiï, Machkov, Fanny Ardant etc. Réalisée par Josée Dayan. Mais pour le grand écran, le montage a été confié au réalisateur russe Irakli Kvirikadze, ndlr)

Gérard Depardieu : Comme avant, je considère que le travail fait par Josée Dayan est excellent. La série est passée sur les écrans de télévision d’une cinquantaine de pays.

K. P : Après le tournage du film Viktor, vous avez eu un autre projet, au Kazakhstan, cette fois. Quels sont vos autres plans – au cinéma et en affaires ?

Gérard Depardieu : Au Kazakhstan, nous avons tourné un film « contemplatif » : La voix des steppes (Depardieu y jouait un spécialiste de l’acoustique, un homme au don rare, presque extra-sensoriel, ndlr). En ce moment, avec Arnaud, nous préparons un nouveau projet en Russie – pour 2015.

Arnaud Frilley : C’est une comédie où joueront des acteurs russes et français. Nous travaillons aussi sur une série télévisée sur la Seconde Guerre mondiale – pour les 70 ans de la Grande Victoire. Il y a aussi un projet de film sur une danseuse du théâtre Bolchoï. Et puis une adaptation d’un roman, dont le tournage se déroulera sur le Baïkal. Enfin, dans les plans, nous avons un projet de film musical, dont l’action se passe à Saint-Pétersbourg à la fin du XIXè siècle.

K. P : Il y a un an, à la question de savoir ce que vous auriez demandé à Vladimir Poutine lors de la traditionnelle « ligne directe », vous avez répondu : pour le moment, je préfère écouter. Et cette année, avez-vous écouté le président ?

Gérard Depardieu : Oui, j’ai regardé la « ligne ». Et cette fois-ci non plus, je n’aurais pas posé de question : je fais confiance à cet homme sur le plan politique ; tout ce qu’il fait, il le fait pour et au nom de la Russie.

K. P : Et de quoi avez-vous parlé, lors de votre rencontre informelle avec Vladimir Poutine ?

Gérard Depardieu : Vladimir m’a parlé de son père – Vladimir Spiridonovitch. Il avait été blessé pendant le blocus de Leningrad. Son épouse allait le voir à l’hôpital. Et il lui donnait une partie de sa ration, pour qu’elle puisse nourrir leur enfant, le frère aîné de Vladimir – Viktor. Ensuite, on a interdit à sa femme de visiter le blessé. Et puis, après sa sortie de l’hôpital, quand il est rentré chez lui, il a croisé des gens qui emportaient les victimes du blocus, les morts de faim et de froid. Parmi les corps, il a aperçu son épouse. « Laissez-la, elle est vivante ! », a dit le père. On lui a répondu que ça n’avait aucun sens, qu’elle mourrait de toute façon… Il a emmené sa femme et lui a sauvé la vie. Le frère aîné de Poutine, Viktor, est mort. Un destin comme ça…

K. P : Gérard, vous êtes évidemment au courant de ce qu’il s’est passé à Kiev et du référendum en Crimée ? La politicienne française Marine Le Pen est parmi les rares à avoir reconnu la légitimité des résultats de ce référendum.

Gérard Depardieu : On ne peut pas juger de la situation en Ukraine sans connaître le contexte historique. Et malheureusement, je suis confronté chaque jour, dans les journaux, à l’ignorance. Quoique, ces derniers temps, on a vu surgir d’autres points de vue : on n’a plus les « méchants Russes » et les « bons Ukrainiens ». J’ai beaucoup d’amis en Ukraine. Je connaissais bien le président Iouchtchenko. Certes, c’est de la politique, mais on ne peut pas choisir entre les intérêts politiques et l’unité du pays. Je suis certain que la Russie ne souhaite pas le moins du monde « ouvrir les portes au chaos » en Ukraine.

K. P : Avez-vous eu l’occasion de regarder les Jeux olympiques de Sotchi ?

Gérard Depardieu : Évidemment, j’ai regardé les jeux, et j’ai été très déçu par l’équipe russe de hockey. Je comptais me rendre à Sotchi, j’avais été invité. Mais pour des raisons personnelles, ça n’a pas pu se faire.

K. P : Qu’avez-vous pensé des célébrations du 70ème anniversaire du débarquement allié en Normandie ?

Gérard Depardieu : Ça a été un grand succès. La présence du président Poutine et l’interview qu’il a donnée aux médias français ont provoqué des réactions indéniablement positives dans la société française.

Arnaud Frilley : Je voudrais ajouter que les Français et les Russes partagent une grande histoire. L’idée que la Russie est aujourd’hui impopulaire à l’étranger : c’est la version des médias. Mais dans la rue, les gens ont une autre opinion. La Russie est toujours autant admirée pour sa culture, elle est enviée et respectée. Et avec la France, il y a un lien particulier. Dites à un Français : « Ce soir, c’est soirée russe ». La réaction ne se fera pas attendre !

K. P : L’été dernier, immédiatement après le tournage à Moscou, vous êtes allé sur les berges de l’océan. Vous aimez les vagues ?

Gérard Depardieu : En réalité, non ! Je vais là-bas pour me reposer, et maigrir. Je fais du sport, je mange de la soupe de poisson. Quiberon – c’est une baie sur la côte occidentale française – est un lieu inoubliable. J’y vais deux ou trois fois par an.

K. P : Comment s’organise une journée ordinaire, pour vous, à Paris ?

Gérard Depardieu : Je ne suis pas souvent à Paris. Mais quand j’y vais, je m’occupe de mes restaurants et de mes vignes. Je rencontre des fermiers, des producteurs – et puis, j’aime énormément la ville elle-même.

K. P : Comment se portent vos affaires en Russie ?

Gérard Depardieu : Le premier restaurant, baptisé « Gérard », ouvrira à Moscou en octobre. Ce sera de la cuisine simple, comme je l’aime, des plats de France et de Russie. J’espère que nous pourrons également ouvrir des restaurants à Saint-Pétersbourg et Saransk.

K. P : Les journaux ont parlé de votre passion pour les femmes russes… Et comment s’appelle votre petite amie française ?

Gérard Depardieu : Vous savez, la vie privée n’est pas toujours intéressante. Je vis avant tout pour mes enfants. Le reste, c’est comme les saisons – parfois, c’est l’été, parfois, l’automne…

K. P : Avez-vous quelque chose à dire à nos lecteurs ?

Gérard Depardieu : Je rencontre des Russes dans le monde entier. Et quand j’entends parler russe, mon cœur s’emplit de joie. Vous m’intéressez. J’ai un lien très fort avec la Russie !

Voir aussi, sur E&R :

En savoir plus sur l’ami de Gérard Depardieu, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Poutines est un patriote : or les sionistes se méfient de tout patriotisme, le seul qu’il tolèrent c’est le patriotisme Israélien, ils ne sont pas loin de penser que les autres patriotes sont tous des "terroristes" .


  • Après avoir lu ces propos , cela me donne l’impression que gégé s’en paye une bonne tranche , ( de vie), dans un pays qui l’accueille à bras ouverts ( au sens propre ), qui le respecte et lui de même ; dans ce pays il se sent libre contrairement à sa patrie d’origine où il continue néanmoins à faire encore bosser des centaines de personnes dans ses entreprises ! Bon ben il attend des jours meilleurs à la France ! mais a les moyens d’échapper à la moise actuelle . -on va pas le blamer non -


  • il a raison, le peuple français aime la Russie et sa culture, et ce n’est, que parce que nos élites traitres sont américanophiles, que la sous culture américaine est diffusé en masse. d’ailleurs comment comparer un joueur de bingo avec un joueur d’échec.


  • En rapport avec les propos d’Arnaud Frilley :
    J’aurais bien une idée pour que les russes (mais pas que) puisse entendre un autre son de cloche que celui des médias occidentaux.
    Une lettre adressée au peuple russe, envoyée aux médias russes (écrite en commun par les membres les plus influents de la dissidence Soral, Dieudo, etc) et cosignée par plusieurs centaines de milliers voir un million ou plus de français ferait bien chier les élites.
    Je ne sais pas si c’est une idée folle ou débile mais je me demande les répercussion que cela aurait.

     

  • On lui parle de Marine mais il esquive. On me fera pas oublier qu’encore en 2012 il a sponsorisé le nain hongrois.

     

  • En Russie il revit ! Il se ressource ! La Russie est un pays dure mais qui déborde d’une énergie, d’un enthousiasme communicatif ! Il n’y a pas ces gueules taciturnes de dépressifs au bord du suicide que l’on rencontre en France... C’est un peu l’ambiance de la France des années 50 et 60 où les gens étaient heureux, où l’Etat jouait son rôle juste ce qu’il fallait, présent sans pour autant être intrusif dans la vie des gens...où l’ouvrier le moins qualifié était en mesure d’acheter son appartement ou sa maison sans avoir à s’endetter sur 40 ou 50 ans...Certes certains diront que c’était une prospérité "artificielle", basée sur la reconstruction d’un pays qui avait été détruit durant la seconde guerre mondiale, soutenu par l’abondance d’un pétrole bon marché...et qu’aujourd’hui on ne pourra pas retrouver de telles conditions en France pays qui ne détient aucun gisement des sources d’énergie classiques sur lesquelles est basé le modèle industriel. C’est vrai, toutefois la gravité de la situation actuelle tient plus d’une volonté de sabotage et de pillage délibérée de notre pays que d’un problème structurel lié à l’énergie. Il y a d’autres pays à travers le monde qui ne produisent pas non plus leur propre énergie et qui se porte bien mieux que la France et l’Europe en général. Toutefois si la France veut survivre elle doit impérativement miser l’essentiel de ses efforts sur l’agriculture tout en mutant ce secteur vers un système moins gourmand en énergie fossile et créatrice d’emplois. En effet, complot ou pas complot en dernière instance la désindustrialisation sera une réalité inévitable faute de ressource nécessaire pour entretenir le modèle économique basée sur l’industrie. En l’absence d’une grande politique d’un renouveau de l’agriculture on va se retrouver avec un pays sans industrie ni agriculture...la mort assurée...


  • Perso je trouve que ce monsieur est un lâche car il a abandonnée son pays au lieu d’y rester et de faire comme Soral, Dieudo ou Jean-Marie et tenter de le sauver des mains des bandits qui la détruisent a petit feu ! Avec son couvert médiatique d’acteur il aurait pu facilement faire quelque chose pour aider la cause !

     

    • Et toi qui est si courageux et prompt à dénigrer, tu fais quoi ?


    • je respecte tout à fait votre point de vue mais ne le partage pas : pour certains prendre le large , ou s’expatrier peut etre un moyen plus efficace de contre pouvoir puisqu’ allié à une puissance trés influente ! ( Degaulle l’a fait , bon nombre lui ont reproché , à tord ou à raison, peu importe, mais le procédé a fonctionné) . Par contre gégé n’a pas la vocation ni l’envie que Degaulle avait !....c’est un bon vivant , il s’en paye une tranche , dans un pays accueillant , sans oublier quand même ses salariés de France ! chacun fait ce qu’il peut ! tout le monde n’a pas la vocation de "sauver" la FRANCE et je dirais fort heureusement ! Mais l’état n’aime pas les trublions qui sortent des sentiers battus ( de leur job) , et assènent des vérités ou portent des jugements sur son incapacité à gérer convenablement le pays , surtout s’ils sont soutenus par des élites etrangères ...donc au final la démarche paye ! ( ceci n’est que mon point de vue mais s’il peut aider a avoir un autre éclairage ? )


    • tu n’as pas compris, le fait de choisir la Russie comme seconde patrie est un acte politique important et symbolique.
      Gégé est un parfait représentant du français dans l’imaginaire de tout le monde et quand il fait honneur à la Russie contrairement aux médias qui lui crache dessus et lui prefere l’empire americano-sioniste. Gégé envoie un signal tres fort aux français et au reste du monde, voilà ce que aiment les français, voilà vers quoi la vrai France devrait pencher, tel est le message de notre Gégé national .


  • Respect total à Depardieu !


  • La France est une terre d’Israel, on tolère les goyim comme on tolère les vaches laitières, c’est utilitaire. Ce qui ne sont pas convaincus, je les invites à réfléchir, tout est devant leurs yeux.
    Gégé l’a bien compris, il se fait adopter par une terre encore libre , la Russie. Il n’a pas besoin de parler le Gégé, on a tous compris le message, il est un des notre et on l’aime encore plus