Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Harcèlement moral à l’hôpital : des médecins brisent l’omerta

La pression tue

Un an après le suicide du professeur Mégnien, les plaintes de soignants pour harcèlement se multiplient. Marisol Touraine a reçu vendredi le rapport de l’IGAS sur cette affaire.

 

Le week-end dernier, les amis du cardiologue Jean-Louis Mégnien [photo], qui s’est défenestré le 17 décembre 2015, se sont rassemblés sur les lieux du drame à l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris. « Nous étions une trentaine venus pour honorer sa mémoire », relate son fidèle copain Philippe Halimi. Ce chef du service de radiologie, « témoin impuissant » du « harcèlement qui a conduit à la tragédie », déplore qu’aucun membre de la direction de l’établissement, ou du siège des hôpitaux parisiens, n’ait passé une tête à la petite cérémonie.

 

« L’attitude de la directrice a été préjudiciable à notre collègue »

Un an après le suicide, la colère des proches collègues du professeur Mégnien, qui ont fondé une association de lutte contre la maltraitance au sein de l’hôpital public, est loin d’être apaisée. Sans doute parce que les deux magistrats parisiens chargés de l’information judiciaire ouverte en avril pour harcèlement moral n’ont pas encore terminé leurs investigations. Sans doute aussi parce que les protagonistes du drame travaillent toujours ensemble dans le grand bâtiment de verre et de béton. [...]

Quelles sont les causes du mal qui gangrène les équipes hospitalières ? « Le drame de notre ami a mis au jour un problème structurel : le pouvoir exorbitant de l’administration. Il faut un rééquilibrage au profit des gens de terrain », dénonce Philippe Halimi. Dans son sillage, certains médecins réclament une refonte de la gouvernance hospitalière mise en place par la loi Bachelot de 2009. Promoteurs et détracteurs de cette réforme, médecins de base ou chefs d’établissement, jusqu’au président de la Fédération hospitalière de France et élu (LR), Frédéric ­Valletoux, tous incriminent le régime sec auquel sont soumis les hôpitaux et qui met équipes et directeurs sous pression.

Lire l’intégralité de l’article sur lejdd.fr

 

Revoir l’analyse d’Alain Soral sur la crise de l’hôpital français (extrait de l’émission Soral répond ! du 14 février 2016) :

Pour visionner l’émission Soral répond ! en intégralité :

Sur la santé, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les médecins se suicident sur leur lieu de travail supposé apporter du soin aux gens magnifique !


  • Corbyn pourrait bien declencher un nouveau seisme politique. Mais a la différence de Trump, son "populisme" ne se base pas sur le rejet des étrangers, mais sur la denonciation d’un Parlement dominé par des élites economiques et politiques, travaillant systématiquement contre les intérêts des gens ordinaires. Lors des Primaires, alors en tete dans les sondages, son adversaire Miliband avait joué la securite, et choisi un discours centriste. Cette voie est desormais barrée à Corbyn. Les recents sondages, affligeants pour les travaillistes, encouragent et nécessitent donc une approche plus radicale.
    http://www.independent.co.uk/voices...


  • On diminue le personnel hospitalier et on augmente le nombre de patients par un phénomène de gratuité international (AME) les salaires ne suivent pas ,les heures supplémentaires, ne sont pas payées ,au final ,raz le bol ,fatigue ,déprime,et pour les plus fragiles suicide .