Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Henri Guaino veut un vrai chef pour la France. D’accord, mais pas Zemmour !

La seule chose qu’on peut reprocher à Henri Guaino, dans cette excellente interview [1], c’est d’avoir conseillé Sarkozy et que ce dernier ne l’ait pas écouté. Le conseiller conseille, le Président écoute, puis il décide. Il ne faut pas exagérer l’importance du ou des conseillers : Guaino écrivait les discours plutôt franco-nationalistes de Sarkozy président – on précise franco car avec Sarkozy, on ne savait pas trop si on était une succursale d’Israël ou des États-Unis, à moins que ce ne fut des deux... –, mais ça n’a pas fait pencher la balance en faveur des Français. Ensuite, c’est vrai, avec Hollande puis Macron, ça a été pire. On peut donc prévoir, à moins d’un sursaut national, quelque chose d’encore pire en 2022.

 

Le conseiller politique de droite aborde donc la question de la lettre puis de la tribune des militaires. Et sort du débat en portant son attention sur le rôle destructeur de Macron à la tête de l’État. Nous ne dirons pas qu’il fait un constat-solution à la Zemmour, mais au départ, c’est la même lucidité. C’est ensuite que les avis divergent. Car Guaino ne veut pas, lui, de la guerre civile annoncée par le national-sionisme (tiens, comme en Palestine).

La première tribune ne faisait que pointer ce que vivent tous les jours des millions de Français : le délitement de la société, la montée du communautarisme, de la violence, de la haine et qu’à continuer de glisser sur cette pente, il y aurait un risque que tout cela se termine un jour en guerre civile. Parce qu’elle était signée par des vieux généraux, elle a provoqué les cris d’orfraie de ceux qui pour exister ont besoin de voir partout l’ombre de l’extrême droite, du fascisme et du putsch. Mais refuser de regarder en face cette haine et cette violence qui montent inexorablement depuis des années et qui débordent est autrement plus dangereux pour la paix civile et les libertés que la menace d’un putsch imaginaire dont le texte, que l’on a par ailleurs le droit de ne pas aimer, ne faisait aucune mention, même en creux.

La solution Guaino ? Un chef. Tout ce que le progressisme incarné par Macron abhorre. Ce n’est pas un hasard : Macron est tout sauf un chef. C’est un petit dictateur énervé, un enfant capricieux qui joue avec des boutons dangereux. Et qui jouit de ce pouvoir démoniaque qui consiste à faire du mal. Il est nettement plus difficile de faire le bien.

On touche là au cœur de la crise de l’autorité. Depuis dix ans, les enquêtes d’opinion indiquent avec une grande régularité que plus de 80 % des Français réclament l’autorité d’un chef, preuve qu’elle leur manque, même si chacun a son idée bien à lui du genre de chef qu’il attend. Mais pour devenir un chef, encore faut-il avoir réfléchi à ce que cela veut dire.

Guaino n’attaque pas Macron directement, mais on devine, en creux, le portrait du vaniteux velléitaire de l’Élysée. Petite pique en passant, dans la liste des chefs historiques, Guaino ne cite pas Sarkozy !

Il ne suffit pas de proclamer qu’on est chef pour l’être. Que pour être chef, il ne suffit pas d’être nommé, ni même élu, qu’il faut en plus être reconnu, ressenti comme tel, comme le furent Clemenceau, Churchill ou de Gaulle. Qu’est-ce qui a fait des Alexandre, des Napoléon que leurs soldats étaient prêts à suivre jusqu’au bout du monde ? Qu’est-ce qui a fait des Lyautey, des Leclerc, des Bigeard, si différents les uns des autres mais suscitant la même ferveur, sinon qu’ils avaient du sang froid et de la fermeté, mais aussi qu’ils savaient donner à ceux qu’ils commandaient le sentiment qu’ils les respectaient et qu’ils les aimaient ?

Ces grands anciens ne diront rien aux jeunes, mais dans cette période de déconstruction historique, où tout ce que la France a fait de grand, en bien ou en mal (c’est selon l’appréciation de l’époque) est détruit par la propagande mondialiste, cela rappelle que le relèvement est possible. Le pire n’est jamais sûr ! Sauf qu’on y va tout droit, avec Macron et sa chambre des dé-putés inconscients du mal qu’ils font au pays. C’est simple : on dirait que le programme politique, c’est le chaos total.

Il faut y ajouter cette tentation délétère de laisser les mouvements sociaux s’user contre les forces de l’ordre. La police et la gendarmerie ne sont pas faites pour ça. On ne peut pas les utiliser de la même manière contre des ouvriers, des pêcheurs ou des paysans désespérés et contre des voyous, des trafiquants, des black blocs, des casseurs professionnels.

Les Français n’oublieront jamais la répression ignoble qui s’est abattue sur les Gilets jaunes, répression qui épargne curieusement la racaille. Qu’on se le dise, au « sommet ».
Guaino passe alors à la casse sociale voulue par le néolibéralisme, qui ne libère rien, à part les forces du Mal. Et surtout, la casse de la colonne vertébrale de notre pays, qui nous permet de résister encore un tant soit peu au mondialisme vorace : l’État. Centralisateur, fort, bonapartiste.

Les violences contre les policiers, les gendarmes, les enseignants, les pompiers, les maires… L’autorité de l’État est en ruine, comme celle de tous les corps intermédiaires, les syndicats, les partis. Elle n’endigue plus la montée de la violence, notamment la plus inquiétante de toutes, la violence physique. On dira que c’est l’évolution de la société. Mais ce n’est qu’en partie vrai. Les corps qui servent l’État, ceux qui le gouvernent, ceux qui font ses lois et ceux qui les appliquent ont été les artisans de leur impuissance grandissante. Ils ont désarmé l’État matériellement, juridiquement, ils l’ont démembré en autorités indépendantes et brisé le lien entre le national et le local, ils l’ont emprisonné dans une hiérarchie des normes qui prive d’effet nos lois. Il faut cesser de mentir aux Français, l’autorité de l’État ne sera pas rétablie si nos choix économiques et budgétaires ne sont pas remis en cause, si notre édifice juridique n’est pas revu de fond en comble, si nous ne reprenons pas la maîtrise de nos frontières.

 

Le problème de Guaino, c’est d’avoir appartenu à cette « droite » chiraquienne qui est passée de Maastricht à Lisbonne, du « non » de 1992 (pour le RPR) au « oui » de Lisbonne en octobre 2007. Ce texte scélérat a été « adopté » pour la France par Sarkozy en février 2008 au mépris du vote par référendum des Français du 29 mai 2005, ce moment de la cassure entre l’élite pro-UE et le peuple, anti-UE. Treize ans plus tard, les élites se prendront les Gilets jaunes dans la gueule. Et cela ne fait que commencer. Poursuivons l’analyse de Guaino.

Mais le problème est plus profond. Il touche à la dislocation de notre imaginaire collectif, de toute culture commune, de toute morale partagée. Une partie croissante de la jeunesse n’a jamais appris à aimer la France, à éprouver de la fierté à être français, quand elle n’est pas élevée dans la haine de la France, de son histoire, de sa civilisation et de sa civilité. En laissant faire, en abandonnant la culture générale, en cédant à toutes les minorités agissantes qui veulent déconstruire ce qui nous permet de vivre ensemble en éprouvant une communauté de destin, nous réduisons dramatiquement les chances de vivre en paix. C’est le socle de toute légitimité qui est atteint. Quelle autorité pour l’État, quand pour quantité de jeunes, la police n’est plus qu’une bande comme une autre ?

Guaino dit tout comme nous, mais sans aller chercher les commanditaires de cette grande opération antifrançaise. Une opération qui a quand même ses stratèges, ses tacticiens et ses exécutants. C’est la limite de la parole politique dans le champ médiatique autorisé. Nous, on va plus loin, et c’est pour ça que, malgré la censure impitoyable, nous sommes lus et entendus. D’ailleurs, on ne peut empêcher un discours de vérité d’infuser dans la nation, la vérité finissant toujours par trouver un chemin. Les embûches artificielles ne tiennent pas dans le temps. C’est cela : la vérité est un processus naturel, comme le temps, la gravité.

Mais comme lorsqu’il conseillait Sarkozy, le discours lucide de Guaino peut avoir un inconvénient : être capté par les nationaux-sionistes, qui ont bien compris comment exploiter le renouveau du sentiment patriotique français, le besoin d’un chef, le besoin d’ordre, de paix civile. Mais c’est de bonne guerre, et nous sommes en guerre contre les ingénieurs sociaux du chaos. Justement, dans son dernier billet du Figaro, Zemmour (qui doit déjeuner avec Guaino pour trouver son inspiration) dit en substance la même chose :

 

 

L’astuce des NS (nationaux-sionistes) est bien de capter le constat logique et populaire d’E&R, mais de le tourner à leur avantage, c’est-à-dire au profit du sionisme. C’est possible, car tout le monde n’a pas le sens de la nuance, de la profondeur historique, et les griefs sont forts contre le progressisme aux commandes depuis 50 ans. Le moment de retourner la veste sioniste de gauche à droite est bien choisi, reconnaissons-le !

 

Le Nouvel Ordre sioniste

Dans sa chronique du 14 mai 2021, Zemmour s’en prend à la dernière décision de Macron.

L’abaissement du préfet est à l’image de celui de l’État, assailli par une société d’individus-rois qui le regardent comme un simple dispensateur de droits. La disparition du corps préfectoral lui enlève sa dernière force. Macron est sûr de la popularité de cette décision, en tout cas auprès des faiseurs d’opinion. Cette démagogie facile va redonner du lustre à son image initiale de modernisateur, qui défait l’archaïsme français pour adapter le pays des « Gaulois réfractaires » à la nouvelle norme mondialisée du management et de la gouvernance.
Sauf que Macron est un moderne ringard. Un « en même temps » qui ressemble à un oxymore. Son engouement pour la mondialisation et ses valeurs n’est plus partagé que par une minorité de Français qui rêvent d’un retour à l’ordre musclé. Sa frénésie à détruire tous les héritages nationaux ressemble de plus en plus à un nihilisme frénétique.

« L’ordre musclé », pour ceux qui n’ont pas compris ou ne veulent pas comprendre, c’est celui de l’armée israélienne à Gaza. Et dans ce tableau, les Gaulois réfractaires, qu’ils soit chrétiens ou musulmans, Gilets jaunes ou racailles, seront – sont déjà – considérés comme des Palestiniens, c’est-à-dire des ennemis à abattre, eschatologiquement. Gaza n’est que le laboratoire du véritable sionisme en action, de ce que le sionisme veut faire au monde. Que ceux qui ont des oreilles entendent !

 

 

Guaino veut un nouveau de Gaulle

 

 

Guaino timide face à Attali en 2017

Un Henri prudent à 6’39 : « Je suis pour le maintien de l’euro mais je ne suis pas sûr que l’euro va se maintenir... »

 

Zemmour face à Guaino (13 novembre 2020)

 

 

Et toujours, la pétition contre le national-sionisme !

Notes

[1] L’article du Figaro est payant mais il nous a semblé important d’en parler.

Résistance, sur E&R :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2727142

    Marie-France Garaud a totalement raison à propos de Chirac...

    pour ma part, je suis de ceux qui pensent que les dépouilles de Giscard, Mitterrand et Chirac doivent être déterrées, et jetées dans l’océan au-delà des eaux territoriales... leur corps ne peuvent même pas reposer dans la Terre de France.

    (au pire, on peut les envoyer en DHL à leurs maîtres à Wall-Street si ils préfèrent). En tous cas, il faut purger le territoire national des os de ces traîtres. Et cela calmement et sans haine, avec ordre et discipline.

     

    Répondre à ce message

  • #2727165

    personnellement, je fais une différence entre la république gaullienne et l’état cosmopolite post-68. Je fais une différence entre la France de 1900 et la France de l’an 2000. On peut toujours rêver mieux, évidemment... mais il y a une hiérarchie même dans l’enfer.

    Il est évident qu’une partie de la classe dominante française essaye d’organiser une "sortie à droite" de cette impasse historique. Mais Poutine a fait la même chose en Russie. Pourquoi forcément remettre en cause leur sincérité ? Je pense que leur sentiment patriotique est réel, même si il ne va pas assez loin pour certains. D’un autre côté, ils offrent une issue concrète et dans un délai tangible. Ils peuvent nous éviter une guerre intérieure (guerre civile) et une guerre extérieure (avec les "partenaires" occidentaux), ce qui n’est pas rien. En interne, ils peuvent fédérer les classes populaires, une partie de la bourgeoisie provinciale et une partie de l’oligarchie française. En externe, ils peuvent "rassurer le capital international" et se poser en "bonne solution". Alors, même si ce n’est pas entièrement satisfaisant, on ne peut pas balayer du revers de la main cette option.

     

    Répondre à ce message

    • Le problème c’est qu’il ny a aucun Poutine en France ! Croire que des généraux en charentaises vont sauver le pays est faire preuve d’une naïveté consternante ! La droite la plus bête du monde croyait aussi que sarko serait un bon président pour la France !

       
    • #2728476

      @ Cocurico !

      Poutine était un inconnu, un ancien officier un KGB communiste, ayant accompagné les oligarques des années 1990 à Saint Petersbourg, appelé au pouvoir par Eltsine, et promouvant un lien avec les Occidentaux... Il s’est révélé au pouvoir fort différent de ce qu’on pouvait croire. Si il existe un Poutine français, nul ne le sait à ce stade. L’Histoire révèle les hommes. De même Erdogan (quoi que je pense de lui par ailleurs) a été amené au pouvoir par les Européïstes de Bruxelles (qui doivent aujourd’hui s’en mordre les doigts). Nous ne connaissons pas l’intégralité des officiers supérieurs et généraux français, et je ne doute pas qu’il y en ait d’excellents tant militairement qu’intellectuellement et politiquement.

      Les "généraux en charentaises" c’est le vocabulaire dévalorisant de l’ennemi (et d’ailleurs comment seraient-ils en même temps en charentaises et de dangereux factieux ?). Les militaires se sont intégrés pendant des décennies au jeu du pouvoir tel que le voulaient les français. Les français n’ont pas soutenu le Putsch l’Alger en 1961. Puis les français (en majorité) ont malgré tout approuvé la société de consommation. Les militaires, de ce point-de-vue, furent respectueux des volontés du peuple français. Mais il semble que depuis quelques années l’opinion du Peuple change.

      En outre, les militaires sont intégrés au pouvoir réel. Se mettre hors-la-loi pour eux n’est pas une galéjade. Ils savent pertinemment à quel pouvoir ils ont affaire. Ils savent qu’il faut jouer de ruse serrée pour ne pas se faire disqualifier politiquement par le système. Ils adaptent leur tactique à l’ennemi qu’ils affrontent. Il existe une fenêtre historique qui s’ouvre, pour une éventuelle "sortie de route du mondialisme" euro-atlantiste. Mais je crois le combat profondément politique.

      Sur le point-de-vue militaire, l’Armée française a déjà gagné. Personne ne peut la défier militairement sur le strict territoire français (l’Armée française ne peut pas conquérir le monde, mais le monde ne peut pas conquérir la France). Donc, la question est profondément celle de la victoire politique de l’idée nationale.

       
  • Déjà les gaullistes qui ne rejettent pas la domination atlantico -sioniste sont disqualifiés ......Et le vaccin Pfizer, qui a réussi à s’imposer en quasi exclusivité dans l’ Union Européenne est un excellent exemple de domination atlantico- sioniste

     

    Répondre à ce message

  • Comme dirait mon directeur de publication...

     

    Répondre à ce message

  • Le problème n’est pas De Gaules, Mitterrand, Giscard ou Chirac, ils sont mort !
    Et les successeurs sont des mort-vivant.
    Le problème c’est Zemmour et Attali ; et Guaino n’est pas clair !

     

    Répondre à ce message

  • #2727409

    En politique, les personnes sont l’incarnation passagère d’une idéologie : elles ne comptent pas.

    Puisqu’elles ne font que passer.

    Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est le procès de la République.

    Qu’elle soit incarnée/représentée/défendue par EZ ou Attali ne change pas son procès ni son enterrement en cours.

    Si la République meurt c’est que l’idéologie qui la portait meurt.

    Que cet évènement nous apparaisse salvateur, justifié ou au contraire triste et injuste n’a aucune importance puisque de toute façon, la République se meurt.

    Allez-vous voter contre la mort de votre grand-mère qui est en train de mourir ?

    Qui tue la république ? Son idéologie.

    La république, tous ceux qui l’ont suivie meurent de leur christophobie congénital

    Elle meurt d’avoir inscrit sur ses fonts baptismaux : "Nous ne sommes plus catholiques, Dieu est un con !".

    Et pour que ce soit bien clair "Tout ce qu’Il aura défendu sera obligatoire et tout ce qu’il aura permis sera interdit !"

    Qui est la politique constante de la République depuis 250 ans.

    Maintenant, laissez EZ, Guaino, Attali, s’agiter : ils ne sont pas plus forts que le Ciel.

    Qui leur fait un bras.

    Vous connaissez la formule de Dieu à Balthazar, dernier roi de Babylone (qui l’avait pris pour un con) :

    " Tu as été pesé
    Tu as été jugé léger
    Tu ne fais pas le poids"
    (Livre de Daniel)

    3 heures plus tard, B était mort , Babylone avec lui, et Darius roi des Perses les remplaçait.

    Marianne, en 250 ans, le Ciel t’a pesée.
    Et tu as été jugée léger.
    Profite bien de tes 3 dernières heures d’agonie.

     

    Répondre à ce message

  • #2727425
    Le 18 mai à 05:14 par Un pain tradition (dans la gueule)
    Henri Guaino veut un vrai chef pour la France. D’accord, mais pas Zemmour (...)

    Si Zemmour passe, c’est les tradis qui vont être heureux.... ils l’attendent depuis tellement longtemps.... vont pouvoir faire leur reconquista, si fantasmée dans leurs chapelles

     

    Répondre à ce message

    • Tu confonds les tradis avec les zozos racialistes se revendiquant du paganisme et/ou du nazisme, qui conspuent le Christ car il était juif alors qu’eux mêmes fonctionnent sur un logiciel purement talmudique.
      PS : Je n’ai rien contre la volonté légitime d’un peuple à vouloir préserver sa cohérence ethno-raciale, en revanche je suis contre le racialisme en tant qu’idéologie radicale bornée qui est exactement celle appliquée par le peuple élu avec les conséquences funestes que nous connaissons : un peuple brillant mais qui en raison de son refus d’accéder à l’universel en intégrant à son projet civilisationnel l’autre en tant qu’égal, n’a jamais été capable de fonder une civilisation à la mesure de ses ambitions et de son génie, et a été réduite de manière éternelle au statut de minorité jalouse et complotant contre les civilisations brillantes qui les accueillent...

       
    • Je ne comprends même pas comment on peut prendre l’hypothèse Zemmour au sérieux... Aucun prolo ne votera pour lui, il pue trop la droite d’affaires. 10% des voix ce serait le bout du monde.

      Ce qui va se passer on le sait tous, c’est une victoire confortable de Macron contre le Pen, et ce sera reparti pour une tournée de gauche des valeurs et de droite du travail.
      Je me demande même si ce scénario ne se répétera pas en en 2027. On ne change pas une martingale.

       
    • @ Jacques,

      Vu que les intentions de vote pour la Marine commencent à faire vraiment peur en haut lieu, "ils" vont tout faire pour qu’elle ne puisse pas se présenter aux élections... Fillon s’est pris une veste (sans jeu de mots), et la Marine va se se faire couler corps et biens pour une bricole qui sera montée en épingle par les merdias aux ordres !

       
    • @goy pride
      https://laportelatine.org/actualite...
      J’aimerais savoir ce qu’en pense Saint Pie X justement
      FSSPX veut dire Fraternité Sacerdotale Saint Pie X

       
    • #2728007

      @ goy pride
      Tu dois pas connaître les tradis, sinon tu aurais compris
      Les 3 quart ont les livres de Zemmour, et pour eux, la ligne Zemmour, est la bonne

       
    • @goy pride
      Tu atterris, ou quoi ?
      Tu étais où, lors de la manif pour tous ?
      Les tradis ont pour la plus part, une mézouzah inconsciente dans leur logiciel, il ne jurent que par l’islam, les banlieues et le pauvre prolo
      Ils ont des problèmes de versaillais, on peut pas leur en vouloir, mais faut pas compter sur eux

       
  • C’est juste moi ou la Ferrari est insupportable surtout à 30 mn . Quel air supérieur imbuvable !

     

    Répondre à ce message

  • Rappelons que le pseudo-patriote Gaino était pour la guerre en Libye
    Donc sur ce coup là, Sarko l’américain était raccord avec son conseiller.

     

    Répondre à ce message

  • Toujours sidéré par une droite mole qui se revendique de De Gaulle pour siter une personne qui n’existe plus et cela évite de s’engager réellement. Toujours sidéré par les De Gaullelatres qui n’ont retenu de lui que la propagande judéo-gaulo-communiste de l’après-guerre. Oui il adit une belle phrase qu’on répète à l’envie mais elle ne dédouane pas toutes autres et toutes ses mensonges et trahisons. Mon opinion est que temps qu’on n’a pas fait dans sa tête le vide des gauleries on a pas l’esprit ouvert pour un avenir social-national.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents