Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Histoire de la fête nationale du 14 juillet

« C’est plus qu’une fête nationale, c’est une fête universelle. le 14 juillet. C’est la chute de toutes les bastilles, la fin de tous les esclavages, la fête de toutes les nations. » (Victor Hugo)

Partie 1 :

Partie 2 :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #186576
    le 14/07/2012 par Christophe
    Histoire de la fête nationale du 14 juillet

    Chateaubriand : "Le 14 juillet, prise de la Bastille. J’assistai, comme spectateur, à cet assaut contre quelques invalides et un timide gouverneur : si l’on eût tenu les portes fermées, jamais le peuple ne fût entré dans la forteresse. Je vis tirer deux ou trois coups de canon, non par les invalides, mais par des gardes-françaises, déjà montés sur les tours. De Launay, arraché de sa cachette, après avoir subi mille outrages, est assommé sur les marches de l’Hôtel de Ville ; le prévôt des marchands, Flesselles, a la tête cassée d’un coup de pistolet ; c’est ce spectacle que des béats sans cœur trouvaient si beau. Au milieu de ces meurtres, on se livrait à des orgies, comme dans les troubles de Rome, sous Othon et Vitellius. On promenait dans des fiacres les vainqueurs de la Bastille, ivrognes heureux, déclarés conquérants au cabaret ; des prostituées et des sans-culottes commençaient à régner, et leur faisaient escorte. Les passants se découvraient avec le respect de la peur, devant ces héros, dont quelques-uns moururent de fatigue au milieu de leur triomphe. Les clefs de la Bastille se multiplièrent ; on en envoya à tous les niais d’importance dans les quatre parties du monde. Que de fois j’ai manqué ma fortune ! Si moi, spectateur, je me fusse inscrit sur le registre des vainqueurs, j’aurais une pension aujourd’hui."

     

  • #186583

    En réalité la fête du 14 juillet fait référence à deux 14 juillet...
    - la prise de la Bastille de 1789
    - le rassemblement des fédérations 1 an après en 1790.

    cette date de fête nationale a en fait été décidé en 1880 et dans le décret il n’y a aucune mention de la prise de la Bastille du 14 juillet 1789, seulement "la fête nationale sera le 14 juillet". Car les révolutionnaires de l’Assemblée voulait le 14 juillet en référence à 1789, les nostalgiques de la monarchie n’en voulait pas à moins que ça soit en référence au 14 juillet 1790, rassemblement de fédérations, du roi etc.

    Donc, on ne peut pas dire que le 14 juillet on célèbre la prise de la Bastille, c’est vrai et faux en même temps, en réalité il y a ambiguïté, on célèbre le 14 juillet 1789 ET 1780.

    voir "L’ombre d’un doute" — docu sur le 14 juillet assez bien fait, je recommande :
    http://www.tv-replay.fr/l-ombre-d-u...


  • #186594

    Si le 14 juillet était vraiment une fête du peuple alors il aurait été supprimé depuis longtemps... La vrai révolution c’est celle du 10 août 1792.


  • #186651
    le 14/07/2012 par Christophe
    Histoire de la fête nationale du 14 juillet

    Il existe quoi comme bon beaucoup d’approche "nationaliste" sur la question du 14 juillet ?

    J’ai un livre sur la révolution française de Pierre Gaxotte qui est très intéressant, mais rien sur le 14 juillet spécifiquement...


  • #186863

    Pour un patriote français et catholique que je suis, la seule fête nationale est la fête de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie conçue sans péché, c’est-à-dire le 15 août depuis que Louis XIII a consacré à l’intercession de la bienheureuse Mère de Dieu le royaume de France !

    Le 14 juillet est une fête maçonnique et le symbole de la décadence de la France depuis plus de deux siècles !

    PAX +

     

    • #187077
      le 15/07/2012 par Véritéoblige
      Histoire de la fête nationale du 14 juillet

      Lu sur le net concernant le 14 juillet 2012 : La Comédie du l4 juillet :
      C’est une comédie d’une part parce que le Président de la République ne décide rien en fait, c’est l’Otan et l’UE qui décident.
      C’est de la comédie car Ayrault n’a de socialiste que le nom, c’est un type qui a été condamné pour trafic d’influence et corruption et qui veut absolument construire un aéroport inutile à Nantes.
      C’est une comédie car le 14 Juillet a été décidé par les Francs Maçons et pas par la population qui fut manipulée bien entendu et ensuite sacrifiée avec la Terreur, les génocides de la république, puis les carnages de Napoléon...
      C’est une comédie parce que Hollande a voulu rendre hommage aux soldats de l’ONU, les casques bleus, dont nous savons qu’ils servent les intérêts des Américains et d’Israel.

      C’est ce qu’on appelle ne pas tergiverser !


    • #187086
      le 15/07/2012 par JFK executive order 11110
      Histoire de la fête nationale du 14 juillet

      La sainte vierge Marie (et sa mère saint Anne) est un symbole païen rappelant la déesse de la fécondité (pour l’abondance de la vie) et le centre de l’univers.
      Une vierge portant un enfant a été adopté par de nombreuses religions.
      Le catholicisme utilise une mixture de symboles païens pour regrouper un maximum de gens de la campagne.
      Pour moi, le plus important dans la religion chrétienne sont les valeurs de Jésus.


    • #187348

      La vierge n’a rien a voir avec la déesse de la fécondité, c’est d’ailleurs son exact opposée, la vierge marie est la mère de dieu, elle enfante Dieu, une et une seule fois, alors que la déesse de la fécondité qui est vénérée depuis la nuit des temps, n’est que la pondeuse perpétuelle de l’humanité.

      D’un coté nous avons donc une déesse aux formes plantureuses qui enfanterait l’humanité toute entière à la chaîne, et de l’autre nous avons le divin contre pied où c’est une humble femme qui, choisie entre toutes, en vient à enfanter un dieu. Quelle ironie n’est-ce pas ? L’humour de Dieu, c’est quelque chose !

      Je ne vais pas prétendre qu’il n’y a pas de lien entre le paganisme et le christianisme car les peuples de gaule avaient le culte de la vierge qui doit enfanter, et c’est sans doute pour cela d’ailleurs que leur évangélisation a été grandement facilité. Et donc ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’historiquement la gaule a été vers le dieu chrétien grace à Marie, et non pas comme vous le prétendez qu’il y a eu d’abord seulement le christ et qu’ensuite on a voulu rajouter le culte de Marie au dessus pour que ça plaise au plus grand nombre, non ça c’est des fadaises.
      Voila aussi pourquoi, en France la place de Marie est si grande. En France on a tout compris les premiers, puisqu’on est passé par Marie pour aller au Christ.

      Dans la divine comédie de Dante, c’est d’ailleurs le so frenchy Saint Bernard qui prend la parole et démontre tout ça de manière on ne peut plus claire :

      Vierge Mère, fille de ton Fils,
      humble et élevée plus qu’aucune créature,
      terme fixe d’un éternel conseil,
      tu es celle qui tant a ennobli
      l’humaine nature, que son auteur
      ne dédaigna point de s’en revêtir.
      En ton sein se ralluma l’amour,
      par la chaleur duquel dans l’éternelle paix
      ainsi a germé cette fleur.
      Ici, pour nous, tu es en son midi le flambeau
      de la charité, et en bas, parmi les mortels,
      tu es la vraie fontaine d’espérance.
      Dame, tu es si grande, et si grand est ton pouvoir,
      que celui qui désire la grâce et à toi ne recourt point,
      son désir veut voler sans ailes.
      Ta bonté non-seulement secourt
      qui demande, mais d’elle-même, souvent,
      elle prévient le demander.
      En toi miséricorde, en toi pitié,
      en toi magnificence, en toi se rassemble
      tout ce que dans les créatures il y a de bonté.


    • #187469
      le 16/07/2012 par Frank Hammer
      Histoire de la fête nationale du 14 juillet

      JFK,

      C’est occulter les fondements bibliques et purement chrétiens du culte marial que de le présenter comme une simple récupération.

      http://v.i.v.free.fr/pvkto/vx-bible...

      De même, lorsqu’on a le soucis des âmes et de la vérité et qu’on est convaincu que le Credo Catholique répond à ces attentes-là, quoi de mieux que d’y aller "en douceur" et de reprendre ce qu’on estime bon dans les croyances pré-existantes à l’apostolat de l’Eglise ?


    • #189242
      le 19/07/2012 par charles antoine
      Histoire de la fête nationale du 14 juillet

      @JFK executive order

      Désolé mais les révélations de la Trés Sainte Vierge Marie à Fatima, Lourdes, et à la Salette contredisent tes élucabrations intellectuelles...

      Elucubrations propres à ceux qui analysent sociologiquement, un phénoméne religieux transcendant, qui par définition n’est pas une oeuvre purement humaine.


  • #186918

    Mort de philippe II de France alias Philippe Auguste ?


  • #186986
    le 14/07/2012 par Léon Bloy
    Histoire de la fête nationale du 14 juillet

    [Sur le 14 Juillet] « Cette fête, vraiment nationale, comme l’imbécillité et l’avilissement de la France, n’a rien qui l’égale dans l’histoire de la sottise des hommes et ne sera certainement jamais surpassée par aucun délire. »


    La Femme pauvre
    , Léon Bloy, éd. Union Générale d’Editions, coll. 10-18, 1983, p. 283


  • #187012
    le 15/07/2012 par Le Lion du désert
    Histoire de la fête nationale du 14 juillet

    La Révolution de 1789 ne fut qu’un changement dans le processus de légitimation. Dans l’Ancien Régime, le roi et les Etats privilégiés tiraient leur légitimité de la religion, c’est-à-dire de la croyance collective selon laquelle Dieu (via l’Eglise) accordait aux dominants le droit de régner (droit divin). Depuis 1789, la légitimité provient du suffrage électoral. Quant au pouvoir réel, il est resté dans les mains des mêmes. La bourgeoisie a profité de sa nouvelle légitimité pour accroître et renforcer le pouvoir qu’elle détenait.
    Le célébre penseur et écrivain Alexis de Tocqueville a une analyse pertinente de la Révolution Française dans son ouvrage "L’Ancien régime et la Révolution".


  • #187073
    le 15/07/2012 par charles antoine
    Histoire de la fête nationale du 14 juillet

    Je cite : « C’est plus qu’une fête nationale, c’est une fête universelle. le 14 juillet. C’est la chute de toutes les bastilles, la fin de tous les esclavages, la fête de toutes les nations. »

    Et quel libération !!! celle qui permit à la futur bourgeoisie industrielle post révolutionnaire de se liberer des chaînes qui l’entravait pour mieux exploiter des gamins de 7 ANS dans ses mines de charbon, et forcer l’exploitation industrielle d’une population française majoritairement paysanne, dés lors contrainte de travailler le jour du seigneur !

    Population majoritairement paysanne qui avant 89 ne connaissait pas encore la division travail/loisirs, ni l’hyperspécialisation industrielle facteur de dépendance/perte d’autonomie qui déja constituait le terreau propice au futur "paradis" immédiat consumériste.

    Qui plus est comment peut ont célébrer une république judéo-maçonnique qui repose sur le meurtre abominable d’un pan entier de la population française, hommes, femmes et enfants ?

    Cette France du 14 juillet judeo-maçonnique qui commémore la "liberation" de la bête immonde par ses serviteurs membres de la synagogue de Satan, n’est pas LA FRANCE légitime héritière du baptéme de Clovis et fille ainée de l’Eglise !


  • #187134

    Le 14 juillet, c’est un rituel voué à la guerre et pourtant tout le monde veut la paix, enfin la plupart.