Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La mort de Giordano Bruno : un crime de l’Eglise ou une mystification anticléricale ?

Dans la série « On vous raconte des histoires sur l’Histoire », celle de Giordano Bruno tient une place intéressante.

Le martyre de ce malheureux libre-penseur de la Renaissance, brûlé vif après avoir eu la langue arrachée en 1600 pour avoir osé penser par lui-même, soulève encore l’indignation. Laïcards, athées, libres-penseurs, francs-maçons et anti-cléricaux de tout poil n’ont pas de mots assez durs pour fustiger la barbarie de l’Eglise.

Un petit passage sur les sites de la Libre-pensée, d’Athéisme.org ou du blog de Christine Tasin donneront un aperçu de la ferveur avec laquelle les anticléricaux défendent la mémoire de cet athée victime de l’infâme.

Du temps que, alertée par la découverte de quelques mensonges un peu gros sur des crimes attribués à l’Eglise mais commis par d’autres, je cherchais une vraie atrocité réellement commise par l’affreuse Eglise catholique, j’ai trouvé ça :

La légende tragique de Giordano Bruno
COMMENT ELLE A ÉTÉ FORMÉE, SON ORIGINE SUSPECTE, SON INVRAISEMBLANCE
par Théophile DESDOUITS
Paris, E. Thorin, 1885

A déguster.

Marion Sigaut

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est très intéressant mais... qui diable est Théophile Dédouits ?

    Sans remettre en cause l’analyse de ce personnage, j’ai toujours un peu de mal avec les arguments type "tout le monde sait bien que..." et le caractère affectif de l’analyse qui ne joue jamais en faveur de la crédibilité de l’auteur.

    En dehors de ça, ce commentaire me semble pertinent. Reste peut-être l’analyse philologique de la lettre de Schopp et certaines archives au Vatican.

     

    • Il fut professeur d’Histoire sous la IIIe République, et le catalogue de la BNF donne 21 entrées sur son nom.
      En son temps j’avais rouvé une fiche biographique que je ne retrouve plus.


    • Merci pour les précisions, je me renseignerai. J’aime bien savoir d’où parlent les gens qui produisent des analyses. Non pas que ça invaliderai lesdites analyses (bien que dans certains cas ça mérite discussion) mais ça permet d’élargir un peu la perspective. Monsieur Soral ne dit-il pas lui-même "dis-moi qui te paye, je te dirai qui tu es". ^^


    • Si tu cherches qui est ce Théophile Dédouits , je te donne un titre de livre

      Philosophie de KANT d’après les trois critiques
      par Théophile Dédouits ....qui serait donc : professeur agrégé de philosophie au lycée de versailles , docteur ès lettres .

      C’est peut être pour celà qu’il est " inconnu aux bataillons " !


  • le supplice de Giordano Bruno avait été déjà mis en doute dans les commentaires du site et j’avais prié au commentateur de donner des arguments, pour pouvoir comparer différents sons de cloche. Marion Sigaut m’a exaucé ! Je ne connais de Bruno que ce qu’en a écrit Jean Rocchi, qui prend pour argent comptant cette fameuse lettre (je crois qu’il la cite en introduction de son ouvrage ’Giordano Bruno après le bûcher’). Concernant le texte mis en lien qui doute de l’existence du procès de Bruno, Rocchi cite des archives du Vatican : le ’sommaire du procès de Giordano Bruno’ publié par le Vatican en 1942 et qui serait apparement la seule trace du procès dans les archives du Vatican. Rocchi fait aussi mention du cardinal Bellarmin qui aurait instruit le procès sur décision de Clément VII. Je pense qu’il faudrait aussi répondre à ça pour continuer la ’révision’ historique. Ca ne remet pas en cause dans mon esprit l’intérêt de la philosophie de Bruno, continuation de la pensée grecque, mais ça donne à réfléchir sur l’exégèse anti-catholique de l’histoire du catholicisme !
    Bref, ce travail d’historien est passionnant, merci Marion Sigaut !

     

  • il n’était pas juif ? alors on se fiche de son histoire.
    Il était juif ? c’est un crime contre l’humanité, les lumières. c’est retour de la barbarie et il faut le citer en exemple, nommer une place, une bibliothèque, le canoniser.
    Il aurait pu être juif ? ne peut-on lui trouver un ancêtre bijoutier ou bottier, son grand-père ou le facteur ? une dérivation sur son nom ou son nez ? ah, vous voyez. Une preuve de plus de l’extermination biblique par la bête immonde ou le contraire.
    Question : marion, pourquoi cette fascination pour la souffrance, les supplices ? (je vous aime, continuez votre travail, l’un des meilleurs sur contre culture)

     

    • Giordano Bruno n’était pas juif, et on parle encore de son histoire.
      Votre ironie tombe complètement à côté de la plaque.



    • pourquoi cette fascination pour la souffrance, les supplices ?




      Aucune fascination pour la souffrance, Je n’ai jamais vu un film d’horreur (et quand un film en montre je mets la main devant ou je sors de la pièce) ni lu les détails d’un supplice, à part celui du malheureux Damiens, et au dernier moment, quand je ne pouvais plus faire autrement pour écrire mon mémoire... Quand j’ai dû lire le récit de la torture qu’on lui fit subir le matin de son exécution, j’ai failli me trouver mal et j’ai dû appeler une copine qui m’a expliqué comment faire : iconographe, elle est confrontée au quotidien à l’horreur des images...
      Je vis en permanence dans cette situation paradoxale de vouloir dénoncer des horreurs (pour contribuer à les faire cesser) tout en refusant de donner des gages aux amateurs d’atrocités, que je combats.
      Pas toujours facile.
      Si vous saviez ce que je suis contente d’apprendre que Giordano Bruno est probablement mort dans son lit...


  • et pourquoi l’Eglise n’a-t-elle jamais protesté ?


  • A tout ceux qui ne rejettent pas dogmatiquement toute vérité révélé, je conseille également la lecture de l’ouvrage suivant, disponible aux editions delacroix :

    "La vérité sur l’inquisition" de l’Abbé Henri Hello

     

  • On peut également évoquer le cas de Galilée, fameux "martyre" de la science ..
    lequel était un imposteur et un affabulateur, incapable de justifier ses dires face au cardinal Bellarmin, un honnête et consciencieux inquisiteur
    précisons que Galilée n’a jamais été torturé, n’a pas fait un seul jour de prison et n’a été condamné qu’à une simple pénitence (qu’il n’a d’ailleurs pas accompli)
    chapeau le "héros"de la science ..

     

    • .
      En quoi Galilée était-il un "imposteur et un affabulateur" ? et "incapable de justifier ses dires" ? de quels "dires" parlez-vous ? Vous pouvez développer ?

      J’avoue que ça me fait vraiment marrer tous ceux qui ici s’en prennent régulièrement (mais à quel titre au juste ?) à des scientifiques de premier ordre alors qu’ils sont incapables de résoudre une équation du second degré...
      .


  • (...) si, comme on le croit vulgairement, le célèbre philosophe a péri à Rome sur un bûcher, son supplice aurait eu lieu en 1600 ; or l’histoire de cette mort tragique (dont personne ne semble avoir entendu parler à cette époque) n’apparaît dans la seconde moitié du dix-septième siècle qu’à l’état de récit incertain et invérifiable.

    Un poil léger comme argument infaillible.Les opposants à l’incarnation du logos fait chair il y a deux mille ans utilisent le même procédé,(juifs,musulmans,athées,agnostiques,matérialistes) si tant est que Flavius Josèphe ne soit pas lui-même un personnage fictif ??? Certes,mon intervention peut paraître "cavalière",il n’empêche concernant la vie et la mort de G.Bruno que des documents existent et dont la source nous est fournit par le Vatican lui-même ! Quant à l’athéisme que lui prêtent tous ces récupérateurs laïcistes et libertaires,mon avis est qu’ils cherchent un symbole qui était aux antipodes de leurs conceptions hédonistes et matérialistes !
    il semblerait que G.Bruno déclaré comme hérétique défendait une vision "hermétiste",héritage de la sagesse ésotérique de l’ancienne Egypte chère à Hermès trismégiste , tout comme Julien l’Apostat défendait un Christ cosmique et pas simplement la caricature purement humaine qu’en fera le jésuitisme quelques siècles plus tard !

     

    • je ne crois pas que Bruno était un ’gnostique’ adepte des mystères égyptiens. Il a bien lu des alchimistes ’hermétistes’ mais comme Newton qui avait dans sa valise de voyage aussi bien la Bible que des livres d’alchimistes ! Newton n’est pas un sorcier alchimiste pour autant. Bruno était un "trans-courant" si j’ose dire, qui a lu tout ce qui lui tombait sous la main. Très tôt convaincu par les arguments mathématiques de Copernic, il a eu une éducation de frère dominicain, il aurait lu en cachette tout ce qu’il pouvait des Grecs antiques. C’était un touche à tout, acide observateur de ses contemporains aussi bien que penseur profond (la tête et les jambes si j’ose dire) : pièces de théâtre, traités sur l’univers, sur la mémoire, etc.
      Un peu comme Spinoza après lui, il voit Dieu comme la logique du monde.
      Ce qui est très différent de la gnose mystique.


    • à Robert Pierre : votre intervention est pertinente.Il n’empêche ,certains concepts propre à l’hermétisme (Âme du monde (approche néo-platonicienne) et comment à la suite de Copernic il établit certaines relations révolutionnaires pour son temps : microcosme/macrocosme ...considérant les astres comme des mondes parfaitement analogues à notre Terre.Tout ceci,est l’objet d’un ouvrage très intéressant de Frances Yates : Giordano Bruno et la tradition hermétique.-Dervy grâce auquel j’ai appuyé mon intervention.
      Quant à une approche gnostique mystique qui serait antinomique d’une reconnaissance du divin comme logique ultime du monde n’est que votre représentation subjective issue des concepts que vous associez à ces termes.Elle n’engage que vous.


    • Bruno ne prend pas les astres pour des mondes : il distingue, surement le premier, astres, émettant de la lumière, et planètes, réflechissant la lumière. Par ses intuitions intellectuelles, il laisse Copernic loin derrière (Copernic pense l’héliocentrisme mais garde les sphères ptoléméennes censées porter les planètes dans leur mouvement ; Bruno lui est le premier à penser une notion de force physique, semblable à celle que nous utilisons aujourd’hui en physique, cad immanent à la matière, qui ne voit pas son moteur extérieur à elle-même)
      Je ne sais pas si Bruno et Copernic ont parlé des rapports microcosme/macrocosme...Bouddha peut-être...
      Jean Rocchi répond très bien à Frances Yates qui fait de Bruno un encapuchonné voulant ressusciter la magie egyptienne...(style Rose-Croix). Je vous suggère son livre ’Giordano Bruno après le bûcher’
      De plus vous n’avez pas compris je crois la contradiction que je pose entre gnose mystique et Dieu comme logique du monde matériel : le monde est matière et trouve sa logique dans son propre déroulement, pour Bruno Dieu est le nom de cette immanence qui fait que les planètes bougent selon leur masse et leurs interactions entre elles. Ce monisme est pur immanence et est en contradiction logique, irréductible, avec une transcendance gnostique (ou toute transcendance).
      Ca résonne avec les atomistes grecs, avec le matérialisme dialectique de Marx.
      Et évidemment, ce que je dis n’engage que moi


    • Pourquoi user d’autant de suffisances ?
      Je ne sais pas si Bruno et Copernic ont parlé des rapports microcosme/macrocosme...Bouddha peut-être.

      Cet axiome que connaissez les anciens n’a rien de surprenant : les forces qui sont à l’oeuvre en l’homme sont aussi à l’oeuvre dans l’univers.Ne pas en reconnaître l’évidence c’est embrasser une vision dualiste (ou faussement moniste ?) irréductible entre l’homme et l’univers ! Et pour sûr que Bouddha Gautama en connaissait un rayon !

      Vous citez plus haut ce cher Isaac Newton s’intéressant à l’alchimie avec sa tendance toute matérialiste,qui lui a empêchée d’aller plus avant dans cette voie.Ces travaux sur la réfraction de la lumière ne sont que "le petit poucet " en face du génial Goethe et de sa théorie des couleurs....largement ignorée,elle ! Et franchement associer alchimie et sorcellerie relève de l’imposture intellectuelle ! (cf.travaux de Fulcanelli,Burensteinas,Patrick Rivière..)

      Enfin,essayer de créer une prétendue filiation entre Giordano Bruno qui n’avait pas l’expérience immanente de l’esprit mais voyait une Âme (comme logique divine dites-vous ) derrière les phénomènes et les astres,et la naissance du matérialisme à la suite d’Anaxagore et Démocrite jusqu’à Marx (matérialisme historique ) me paraît assez douteux.A la suite de Bruno,il ne me semble pas que les églises aient été incendiées,détruites ou vidées de leurs sacralités comme l’ont exécuté les légataires marxistes-léninistes au XXème siècle !


    • suffisance, suffisance.. j’suis un peu taquin voilà tout.
      je ne dis pas que Giordano Bruno c’est Marx, j’insiste juste sur la filiation hellénistique. De plus, réduire les réflexions de Marx au bolchévisme c’est une caricature.
      Moi, ce qui m’a le plus impressionné chez Bruno, c’est ses intuitions scientifiques : héliocentrisme, infinité des mondes, force physique inhérente à la matière, champ gravitationnel, ... des siècles avant formalisme mathématique et confirmation expérimentale.
      Et le monisme c’est effectivement pas le matérialisme dialectique.
      alors bon, c’est une question philosophique à creuser, mais moi j’arrête là.


  • Déjà le premier mensonge, c’est de dire que Bruno était athée, alors qu’il avait dit aux Inquisiteurs pour se justifier de ses propos hérétiques sur l’existence d’autres mondes : "Comment osez-vous poser des limites au royaume de Dieu ?"


  • Analyse d’une intelligence rare.

    Vive le Roi !


  • bon, le but final de cet article est visiblement de dénouaner l’Inquisition de ses crimes. C’est un but et une méthode douteuse, il faut quand-même se rendre compte par exemple de ce que c’était que la chasse aux sorcières, par exemple en Flandres à Bailleul : http://morel.and.co.free.fr/sorcieres54.html

     

    • C’est surtout que l’on maintient généralement la confusion entre les tribunaux civils (assuré historiquement par les parlements régionaux, les seigneurs locaux, au nom du roi) et les tribunaux ecclésiastiques (faits pour juger si une doctrine est conforme à la foi chrétienne, au nom du pape). La plupart des méfaits sont du fait des tribunaux civils (comme dans le cas que vous relatez).

      L’inquisition, c’est aussi l’invention de la justice moderne, basée sur des procédures codifiées (redécouverte du droit Romain), ce qui est une amélioration par rapport aux lois coutumières de la noblesse germanique, qui étaient assez sadiques, il faut bien le dire. L’inquisition, c’est encore et surtout l’invention de la procédure inquisitoire (procédure que pratiquent les juges d’instruction).

      Il est patent que la justice a toujours souffert de nombreuses dérives.

      Mais l’inquisition a fait beaucoup moins de morts en 5 siècles que les quelques années révolutionnaires en France.


    • Judicieux de rester anonyme quand on attribue à un tribunal d’Inquisition une sentence rendue par un tribunal seigneurial.


    • C’est un but et une méthode douteuse, il faut quand-même se rendre compte par exemple de ce que c’était que la chasse aux sorcières, par exemple en Flandres à Bailleul : http://morel.and.co.free.fr/sorcier...

      Le problème n’est pas la chasse aux sorcières. C’est que ce sont des sorciers noirs qui ont traqués ceux qui pratiquaient la magie blanche. Car basé sur les même procédé, les mêmes techniques modulo les intentions. Rien de tel alors pour éliminer tout un espace de connaissance qui se transmettait d’initié en initié.

      Finalement, au vingtième siècle que restera-t-il ? Un espace dégénéré idéal pour tout les charlatans du amour/travail/santé à 75€ la passe. De la divination de pacotille, des cartomanciennes liftées et maquillées comme des putains du bois de Boulogne. Pendant ce temps là, je serais curieux de visiter les archives interdites du Vatican, celle qui contient des livres qu’on a confisqué à l’humanité. On y apprendrais beaucoup de chose j’en suis certain.


  • J’avais lu la version éditée par les amis-du-Christ-Roi-de-France, celle-ci est identique avec un appareil de notes au complet.

    Dans la même veine des légendes anticatholiques lire :
    - "Erreurs et mensonges historiques" de Charles Barthélemy sur divers sujets : inquisition, "massacre" de la saint Barthelemy, "affaire" Galilée, révocation de l’édit de Nantes, etc...

    - "Le protestantisme assassin" de Michel Delaye, le titre est assez explicite.

    - "Histoire du vandalisme" de Louis Réau (lui-même protestant), sur la fureur destructrice et iconoclaste des calvinistes, zwingliens et autres réformés fous furieux.


  • Très curieux que ne soit pas mentionné l’ouvrage "La cena delle cenere" (la cène des cendres, en quelque sorte prémonitoire avant-bûcher ...) !
    Autre limite aux éruditions webbesques de Céans, l’absence de toute référence à l’ouvrage incontournable de notre ami le Pr Jacques Gapaillard "Et pourtant elle tourne, histoire du mouvement de la Terre" où cet auteur MATHEMATICIEN ET HISTORIEN prend en compte Bruno dans le registre de la "provocation" anti-dogmatique bien plus que dans
    celui de la démonstration rationaliste ...
    Pour autant ce Giordano téméraire mérite une pensée chrétienne sincère ...


  • Je ne comprend pas.
    Quel est le but de cet article ? Montrez que cet homme n’est pas mort executé sur un buché ? soit, très bien. Mais alors pourquoi est-ce que cet article me donne l’impression, de par la façon dont il est rédigé, de vouloir faire passer (comme beaucoup de gens sur ce site) les athées pour des idiots ou des monstres ? J’ai de plus en plus l’impression que sur ce site, si l’on est athée on y a pas sa place, car on va se faire traiter de tout les nom. Je pari que le prochain article nous dira que l’inquisition était une organisation sans reproche ayant oeuvrer pour le bien de tous et victime (elle aussi ça alors) d’un complot.
    Je suis ouvert aux études sérieuses etc... mais si c’est pour être méprisé quand on a des idées différente (athéisme par exemple), je pense que je vais pas rester longtemps car le mot "réconciliation" a l’air d’être là que pour faire joli.

     

    • Je suis d’accord avec toi Someone ...sur le fait que ...sur un buché...en traversant la route ou peu importe où et comment ??Ce n’est vraiment pas l’important dans cette histoire !
      Je pense que ce qui est important c’est de savoir que " l’histoire " c’est une sorte de chronologie tu temps passé à nos jours, qui nous est inculquée par des " spécialistes " qui souvent .....comme dirait je ne sais plus qui " regarde où vont les décorations et les honneurs et tu sauras ....." ! pour qui ils " oeuvrent " !
      Donc je pense que dans toute analyse ..faut savoir en premier
      1 Quand on parle de " l’église "..c’est comme l’OTAN où l’ ONU . Qui sont réellement ceux qui .... ?
      2 Quand on parle d’ "hérésie " où de terrorisme ..... Qui sont ceux que l’on prend ...pour...... ?
      3 Et quand on essaie de nous faire avaler certaines choses ...Qui sont ceux qui nous prennent vraiment pour ..... ?


    • Tu n’as pas bien saisi que ce site s’efforçait de lutter contre la propagande du libéralisme philosophique, contre les médiamensonges et les falsifications historiques.
      La propagande nous présente l’athéisme comme le sommet de l’évolution intellectuelle et philosophique de l’humanité. ER est aussi là pour démonter ce mensonge et faire monter le niveau de compréhension de ses lecteurs, mais ça nécessite une certaine dose de curiosité et d’humilité de sa part...


    • Ce n’est pas le libéralisme philosophique mais économique qui est nuisible. Soral l’a lui même dit dans une vidéo si je me souvient bien. Je ne dit pas que l’athéisme est le summum de l’évolution intellectuel mais qu’il ne faut pas non plus déclarer que l’athéisme est la plus grande bétise de l’histoire. Ceux qui pense que les athée sont des gens sans moral ni valeur sont aussi bête que ceux déclarant que les croyant sont des illuminés. Etre athée est un droit.
      Tu n’a pas le droit de dire que je ne suis pas humble ou curieux car tu ne me connait pas (et ce n’est pas le sujet).


    • Pour un athée, après la vie c’est le néant et parfois même c’est pendant.


    • Mandrake : Si tu n’es pas athée tu n’as pas droit de dire ce qu’est leur vie. Un athée peut être très heureux dans sa vie de tout les jours.


    • Je sais que ce sera censuré mais bon...
      Mandrake : tu n’as pas le droit de dire que la vie des athées est le néant car tu n’est pas dans leur peau. Un athée peut être très heureux dans sa vie de tout les jours.
      Soral dit lui-même qu’il veut aidé les gens à réfléchir par eux même, dans le but qu’ils s’épanouissent j’imagine, mais si une personne apprend à réfléchir par lui-même mais continue de penser qu’il s’épanouira dans l’athéisme, vouloir lui imposé la foi n’est-il pas une autre forme de propagande/pensé unique ? Le traité de tout les noms pour son athéisme une forme clair de mépris ?


    • A partir du moment où certains athées s’érogent le droit de pisser, de chier et j’en passe sur le Christ pour en faire des oeuvres d’art subventionnées par les fonds publics, j’estime légitime de dire ce que je veux sur ces athées quand bien même je n’ai que dit et souligné que le fait du vide de l’existence de certains (je ne parle pas de toi, je te connais pas). Continue à pérorer sur l’athéisme si ça te chante, pour moi j’ai dit ce que j’avais à dire. Tiens j’en ai une autre, "athée, c’est arriver de nulle part pour y retourner".


    • Correction on dit "s’arrogent" et non "s’érogent" pour les puristes à l’affût qui ne laissent rien pisser...


    • Et on dit que c’est les athées les moins humble ? A aucun moment je n’ai été méprisant envers les croyants et vous faîtes preuve de plus de mépris que d’autres en disant que je ne fait que pérorer alors que je dis ce que j’ai à dire, ce que je pense, tout comme vous.
      Quand on pense que seuls "certains" on une vie vide, alors il faut bien le préciser sinon cela créer des malentendus. Je ne vais pas me répéter en reprécisant longuement qu’athéisme et vie heureuse ne sont pas antinomique. La réconciliation, c’est aussi entre les athées respectant les croyants (les bons athées si vous voulez) et les croyants n’imposant rien aux athées. Le respect entre tous, sans mépris ni haine, est la clé de la réconciliation. Cela vaux pour tout le monde et dans tout les domaines.


    • Bonjour Someone,
      Je suis désolée que vous ayez l’impression que le but caché de cet article ou de ce site soit de discréditer les athées, qui ne seraient pas les bienvenus ; il me semble que cela n’a rien à voir. Il s’agit simplement de faire le ménage dans l’Histoire officielle qui, en France, c’est un fait, colporte depuis des décennies mensonges et calomnies sur l’Eglise afin de lui faire perdre toute crédibilité, de susciter envers elle un rejet instinctif, pavlovien dirais-je. Depuis les "philosophes" autoproclamés des "Lumières" jusqu’aux profs d’histoire gauchistes et les journalistes d’aujourd’hui, la désinformation bat son plein. Croyez-moi, pour les catholiques ce n’est pas drôle tous les jours. Essayez de transposer, et d’imaginer qu’on vous aboie dessus régulièrement en vous disant : "Tu es athée ?? pauvre idiot, tu ne sais donc pas que les athées sont machistes, obscurantistes, qu’ils n’ont cessé de fomenter des complots pour asseoir leur domination sur les esprits ?? D’ailleurs ils disaient à la télé hier que les athées sont contre le progrès, etc." N’auriez-vous pas envie de rétablir la vérité ? On peut très bien être athée et, par souci de justice et de vérité, reconnaître que l’Eglise n’est pas cette institution obscurantiste et malfaisante qu’on nous dépeint, et que globalement, même si ses membres ont bien sûr commis des erreurs dans l’Histoire, elle a globalement un bilan positif sur le plan humain, artistique et intellectuel. Si chacun est vraiment instruit de façon objective, alors il pourra choisir librement de croire ou non, et respecter ceux qui ne partagent pas son opinion. Je suis convaincue que c’est votre cas, mais pas celui de tout le monde hélas, comme l’affaire des Pussy Riot (entre autres) le montre.


  • Certaines des pièces du procès de Bruno sont publiées dans l’ouvrage ci-dessous.
    http://www.lesbelleslettres.com/liv...


  • Effectivement Giordano BRUNO était en " cabane " durant déjà 6 ans à ROME , et donc il n’y a pas grand monde qui pouvait avoir contact avec lui !
    Donc c’est une période de sa vie qui est assez obscure , je pense que l’on peut comprendre pourquoi !
    Les seuls " documents " qui attestent de cette période ....nous viennent du vatican !
    IL N’Y A RIEN A AJOUTER


  • Et qu’est ce qui innocente l’église concernant Hypatie ? Lucilio Vanini ? le chevalier de la Barre ?

     

  • Giordano Bruno athée ?

    Le monde est infini parce que Dieu est infini. Comment croire que Dieu, être infini, aurait pu se limiter lui-même en créant un monde clos et borné ?

    « Il n’y a qu’un ciel, une immense région éthérée où les magnifiques foyers lumineux conservent les distances qui les séparent au profit de la vie perpétuelle et de sa répartition. Ces corps enflammés sont les ambassadeurs de l’excellence de Dieu, les hérauts de sa gloire et de sa majesté. Ainsi sommes-nous conduits à découvrir l’effet infini [le monde] de la cause infinie [Dieu] ; et à professer que ce n’est pas hors de nous qu’il faut chercher la divinité, puisqu’elle est à nos côtés, ou plutôt en notre for intérieur, plus intimement en nous que nous ne sommes en nous-mêmes. » (Giordano Bruno, Le Banquet des cendres).

     

    • Super ce passage de Bruno par DE PASSAGE .

      Je crois que nous mélangeons RELIGION et Histoire
      Pour comprendre la RELIGION il ne faut pas se raconter des " histoires " !
      Chacun sa spécialité.... !
      Un bon historien ne sera pas obligatoirement un bon théologien ...2 mondes différents !
      Donc lorsqu’un historien parle de l’ église qui a condamné ...celui ci , celui là , je pense que la 1ère des questions à se poser , serait ....qui sont ces " religieux " qui créent des histoires de toute pièce , ou comme ça les arrange ... ??
      Sont ce vraiment des religieux , ou n’étaient ils religieux que pour " faire des histoires " ????
      DU VU , DU DéJA VU ET ENCORE A VOIR !



    • Le monde est infini parce que Dieu est infini.



      Qu’appelez-vous par "monde" exactement ? L’univers j’imagine. Et bien justement à ce propos il n’est pas du tout certain qu’il soit "infini"...étrange !
      .


    • lorsque l’on nomme " quelque chose " nous donnons à ce quelque choses .....des limites !
      Ayant des limites , il ne fait plus parti du monde ( ou de l’univers ...au choix ) sans limites !
      Et qu’il n’est pas certain que l ’univers soit infini.....démontre également qu’il n’est pas certain qu’il soit fini !
      Egalement étrange !
      Comme chez " jacques martin " TOUT LE MONDE A GAGNé !


  • J’ai tenté d’apporter une légère modification à l’article de Wikipédia de Giordano Bruno : elle a tenu onze minutes ! On me parle de "consensus savant" sur son sort ; quelle bonne blague !


  • Ce travail est rendu passionnant par son côté "détective de l’histoire". Un jeu de piste à la Conan Doyle. Madame Sigaut, vous êtes une sorte d’Indiana Jones Française. Rassurez-vous, personne ne vous demandera de porter un chapeau et un fouet, si vous me permettez ce trait d’humour.
    Respectueusement.

     

  • Ce qu’il faut savoir sur la Sainte Inquisition :

    1 - La plupart des historiens du 19éme siècle ayant traité de l’inquisition adhéraient à l’imposture idéologique des "Lumières", et ne pouvaient donc pas êtres impartiaux quant aux raisons véritables qui amenèrent l’Eglise à crée les tribunaux d’inquisition.

    2 - Lorsque l’inquisition fut crée, elle répondait avant tout à la demande d’une population Chrétienne exaspéré par toutes sortes d’illuminés n’ayant de cesse d’attaquer leurs Foi (juifs) ou de la remettre en question (héretiques). Ainsi contrairement aux croyances modernes fondés sur des mensonges idéologiques, les inquisiteurs furent trés favorablement acceuillis par la grande majorité des populations du môyen âge, voir même par certains de ses ennemis qui ainsi pouvaient désormais échapper à une "justice" populaire par trop aveugle et expéditive.

    3- Par ailleurs, sans l’intervention des tribunaux d’inquisition et leurs enquêteurs, de nombreuses familles juives innocentes des crimes d’usure causés par certains membres de leurs communautés, ainsi que des pauvres bougres innocents des crimes de sorcellerie dont ont pouvait les accuser à cause d’un simple différent d’ordre privé, n’auraient pas pu échapper à la justice expéditive d’une population qui avant l’apparition des tribunaux d’inquisition, ne menait aucune espèce d’enquête avec témoins et preuves, et ne tenait absolument aucun registre quant aux nombreuses sentences qu’elle appliquait.

    Pour en savoir plus, lire l’ouvrage de l’Abbé Henri Hello intitulé "la Vérité sur l’inquisition".


Afficher les commentaires suivants