Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Histoire du prince Arthur Sadoun de Publicis

Adoubé par le vieux roi Maurice Lévy

Arthur Sadoun, c’est l’histoire d’une réussite fulgurante. Ou comment devenir patron de Publicis Conseil à 36 ans, puis dauphin officiel à 44 ans du très influent Maurice Lévy.

Pas issu des grandes écoles prestigieuses comme la majorité des membres de la nomenklatura française, c’est avec un bac D et un diplôme d’école de commerce secondaire qu’il entame sa carrière de publicitaire. À 21 ans, en 1992, au Chili. Ensuite, tout s’accélère : il revend son agence à BBDO, entre dans le groupe TBWA, en devient directeur général deux ans plus tard (!), et saute en 2007 à la présidence de Publicis Conseil. Un poste d’influence dans les médias et le monde économique, et donc, politique. Puis c’est Publicis Worldwide en 2013, et enfin la tête de Publicis Communications ce 2 décembre 2015. À 41 ans, le « génie » de la pub, parti de presque rien, dirige 12 000 personnes dans 110 pays, et gère désormais 40 % du chiffre d’affaires du Groupe, établi en 2014 à près de 7 milliards d’euros. Adoubé par le tycoon Maurice Lévy, qui fait la pluie et le beau temps dans la presse française, par le biais des gros annonceurs (Procter, Renault, Sanofi, Toyota), dont il gère l’image, le jeune roi Arthur a pour mission de réorganiser la maison pour en faire une entreprise en pointe sur le numérique. Car c’est là que se situent les nouveaux gisements de ressources pour les publicitaires. Même si les internautes sont quelque peu réclamo-réticents, surtout sur leur mobile.

 

« Arthur Sadoun, devenu très vite PDG » (Le Monde du 10 mars 2004)

 

En réalité, Arthur n’est pas parti de rien. Il est issu d’une famille elle-même d’influence. On ne fera pas la bio de ses grands-pères (un président de Thomson) et de son oncle, mais son père, Roland, a longtemps dirigé la maison IFOP, en charge les premiers sondages politiques en France, dans les années 1960. Importée des États-Unis, cette technique a permis de parfaire la communication des hommes politiques de l’époque, à savoir le général De Gaulle. Officiellement, Roland Sadoun et son entreprise privée étaient « indépendants » des partis ; dans les faits, il participait à l’amélioration de la communication présidentielle. Gaulliste de gauche, résistant à 20 ans, il travaille pour la France libre dans le renseignement, et ne quittera jamais vraiment l’entourage du Général – il est notamment invité en mars 1969 avec une dizaine de personnalités de la société civile à un déjeuner à l’ambassade des États-Unis avec le président Nixon et son ministre Henry Kissinger. Un an auparavant, en février 1968, Roland est d’un autre déjeuner avec De Gaulle et Tabarly, plus tout le premier cercle gaulliste. En 1954, une mission lui est confiée en Indochine pour négocier les accords avec le Vietminh, et en 1972 en Iran. Roland Sadoun aura toujours une « activité internationale », que ce soit auprès des gaullistes, ou pour l’IFOP (à partir de 1972). En tant que patron de l’IFOP, il sera critiqué par des membres de l’opposition mais aussi par des sociologues, lui reprochant un système de questions orientées.

Faire du jeune Sadoun un personnage aussi influent dans la sphère politico-économico-médiatique que son père ou Maurice Lévy – Siècle, Trilatérale, Bilderberg, Davos, CAC40, AFEP, France Israël et B’naï B’rith – serait un procès d’intention. Mais avec une traversée aussi rapide des couches successives de la dominance, et de tels moyens de contrôle sur les médias et donc le politique, il est à penser que le jeune roi Arthur fera encore parler de lui dans les années à venir.

 

Revoir l’analyse d’Alain Soral sur le groupe Publicis (extrait de l’entretien d’avril 2012) :

Voir aussi, sur E&R :

Découvrir chez Kontre Kulture l’analyse de Werner Sombart
évoquée par Alain Soral :

À lire également, chez Kontre Kulture :

Soutenir Alain Soral dans les épreuves qui l’attendent
en faisant un don par Paypal :

Vous pouvez aussi effectuer un don par chèque à l'ordre d'Alain Soral, à envoyer à cette adresse :

Alain Soral
Égalité & Réconciliation
3 rue du Fort de la Briche
93200 Saint-Denis
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1337409
    le 04/12/2015 par Arrière garde
    Histoire du prince Arthur Sadoun de Publicis

    C’est lui qui est dans le bordel socialiste terra nova ?

     

  • #1337451

    Lapix, Salomé etc....finalement femme, fille etc...appartenant à une ploutocratie aux commandes du bateau France.
    Forcément que la France va mal avec la médiocrité de ces élites très matérialistes. Je croyais que la République était basée sur la méritocratie, en fait elle se base sur l’appartenance de classes.


  • #1337477
    le 04/12/2015 par NoLandsMan
    Histoire du prince Arthur Sadoun de Publicis

    LA communauté = l’Avant Garde (foutaises).
    Voie tracée de père en fils, en petit-fils, en arrière-petit-fils, ...
    Elle est où l’égalité des chances ?
    Je suis directeur d’entreprise dans la Santé, un de mes fils a fait son Master II Médico-social à Paris-Dauphine.
    Je me refuse de l’« aider » à trouver son premier job, car en faisant ceci, je vole la place à tous les autres jeunes qui n’ont pas cette chance.
    C’est l’un des piliers du vivre ensemble et d’une société juste et équitable.
    Malheureusement, LA communauté ne voit pas les choses de cet oeil là.
    Et tant qu’elle le restera, il n’y aura pas de monde meilleur.
    Bon WE électoral à tous les Hommes justes de notre pays - dommage que RECNAT ne soit pas au Rendez-vous !

     

    • #1337812

      Tu ne fais partie du peule élu. Normal. En plus, les élus participent à l’égalité des chances : ils donnent du boulot aux Arabes et aux Noirs dans leurs entreprises de sécurité !!!


  • #1337486

    la premiere bio de l article, comme d ailleurs les passages radio chez rtl et europe1 ressemblaient plus a de la propagande digne des ceausescu qu autre chose...on sent bien qu il est un dominant parmi ceux qui nous dominent ce levy...un etre de lumiere, forcement un genie...et son dauphin qui avec son bac d s’envole pour l amerique du sud et devient pdg en 2 ans...putain la chutzpa...l’art de nous prendre pour des cons...

    alors pour une fois on n a pas eu droit a l aieul dans les camps de la mort...donc il etait forcement resistant...bien sur...
    il y a curieusement tres peu de juifs non impliqués (par exemple planqués dans des palaces de la cote d’azur) ou meme collabos a vichy dans l histoire officielle...pourtant si on creuse un peu...
    et sinon quels ont été les faits de resistance du pere sedoun, de son oncle ou de son grand pere ?
    et dans l entre deux guerre ont ils soutenu le patriotisme francais et les financements de l armee francaise ? juste pour etre pret au cas ou ? ou bien, ont ils appuyé pour une destruction des patriotismes goyim ?
    ont ils cherché a eviter la 2 eme guerre mondiale ou l ont ils appelée de toutes leurs forces avec tous leurs reseaux et tout leurs pognon ? sachant qu on est sans cesse emmerdés et insultés par ces guignols et que nos aieux se sont faits massacrés on aimerait savoir...


  • #1337549
    le 04/12/2015 par Arrière garde
    Histoire du prince Arthur Sadoun de Publicis

    D’après zemmour, les petits dealers sont noirs et arabes, mais les patrons ?

     

  • #1337719

    Pas sûr que ça leur face de la bonne pub...


  • #1337838

    Lévy-Sadoun : même caste, même centres d’intérêts...


  • #1337892

    Bon, ma remarque est superficielle je vous l’accorde mais :
    Qu’est ce qu’ils sont laids....monstrueux...
    Ils portent en eux, sans aucun scrupules, tout le malheur du monde...

    Bien à vous,

    Marie


  • #1338652

    Pas un mot du fiston Bolloré, Yannick, parachuté PDG d’Havas à 33 ans par son père ? Le prince Sadoun de Publicis comme il est appelé ici a au moins la politesse de présenter quelques lignes dans son CV.