Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Ils ont voté le pass sanitaire : ces députés ne représentent plus la nation

Dernière minute : le pass sanitaire en ballotage défavorable

La veille au premier jour de l’examen du projet de loi, les députés avaient pourtant donné un premier feu vert à la création de ce pass. Cette mesure-phare du texte, introduite par le gouvernement en commission des Lois, avait fait l’objet d’un tir de barrage des oppositions avec à la clef de longues discussions et de nombreux amendements de suppression ou de précision. (BFM TV)

Contre toute attente, l’Assemblée a finalement voté contre le pass sanitaire, un projet liberticide inclus dans l’article global de la sortie de l’état d’urgence (qui devrait durer jusqu’au 31 octobre 2021). Cela ne veut pas dire que le pass sanitaire ne sera pas appliqué, puisqu’un deuxième vote est prévu. Ce sont les députés MoDem qui ont fait défection à la loi préparée par LREM. L’article sur le pass a été rejeté par 108 voix contre 103.

La France a fait lundi soir un premier pas vers la création par le gouvernement d’un « pass sanitaire ». Malgré les réticences et mises en garde des oppositions et du Modem, les députés ont donné un premier feu vert à cette mesure au premier jour de l’examen d’un projet de loi qui doit desserrer l’état d’urgence sanitaire sans pour autant baisser la garde face au Covid-19.

« Le pass sanitaire doit nous permettre de rouvrir des établissements recevant du public, des festivals, des lieux de rassemblement. Si nous n’avions pas le pass sanitaire, nous devrions attendre beaucoup plus longtemps », a prévenu le secrétaire d’Etat en charge du numérique Cédric O. « C’est la condition de la liberté », a vanté le député LREM, Roland Lescure. (20 Minutes)

Le principe démocratique de la représentation – un député en moyenne pour 108 000 habitants – s’est effondré pendant la crise économique majeure provoquée par l’oligarchie et renommée « pandémie Covid-19 ».

 

Alors que les Français n’ont pas été autorisés à se soigner normalement du fait de la politique mortifère de l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, compagne du trop longtemps directeur de l’INSERM Yves Lévy, que les Français se méfient – et avec raison – comme de la peste de la vaccination de masse, beaucoup de personnes fragiles ayant été poussées à l’injection par la collusion entre l’autorité médicale et les médias mainstream, que l’obligation aberrante de port du masque perdure, et que l’état d’urgence sanitaire sans fondement autre que celui de la saturation calculée des hôpitaux est voté et revoté en permanence par les mêmes députés dits du peuple, on peut affirmer que le système politique français a été utilisé contre les Français. L’État protecteur est devenu l’État déprotecteur, répressif, tueur : un État antifrançais.

 

 

Quand on entend le message gouvernemental « l’important, c’est de s’isoler vraiment », on comprend qu’un ennemi a mis la main sur l’État, c’est-à-dire l’Argent, la Police et la Justice. Il n’y a donc plus d’argent pour les Français (les aides et autres prêts, c’est terminé), plus de police pour défendre les citoyens, et encore moins de justice.

Alors que les Gilets jaunes ont été tabassés pendant 18 mois (novembre 2018 – avril 2020) par une police (aux ordres du) politique, les racailles sont laissées libres de détraquer la vie quotidienne des Français pour instaurer un sentiment d’insécurité permanent qui arrange les élites.

Le programme est simple : oui au chaos social, non à la justice sociale. Tabasser, énucléer, amputer les Français qui manifestent, les policiers seront couverts par la hiérarchie ; toucher à un cheveu d’un dealer, et le ciel tombe sur la tête du flic.

« Les forces de l’ordre n’en peuvent plus de revoir toujours les mêmes auteurs les narguer après avoir été déférés au tribunal et être ressortis libres » (Tribune de syndicats de police)

Du coup, les multirécidivistes s’en donnent à cœur joie. Les antifas ont le droit de casser du flic, les racailles de les tuer.

 

 

Finalement, après une cavale, deux jeunes hommes ont été appréhendés. La mère du tireur présumé parle :

 

 

Comprendre que c’est la hiérarchie policière qui débloque et qui, par carriérisme ou soumission au politique, trahit le peuple français, qu’elle ne défend plus, bien au contraire. Mais ce n’est pas une raison pour cracher sur les forces de l’ordre, comme le fait le bourgeois Mathieu Kassovitz, qui se pense protégé par son statut communautaire.

« Bande de batards. 7g !!! 24 policiers !!!!! Vous êtes une belle bande de bon à rien » (Tweet datant de 2017)

Pour ce « fils de », les épisodes ultraviolents qui se multiplient en France ne sont que des « faits divers », c’est-à-dire de tout venant, rien que du très normal. De plus, le cinéaste gauchiste n’assume pas ses insultes antiflics.

« Si le débat est resté un temps modéré, les échanges entre Mathieu Kassovitz et Matthieu Valet, secrétaire national adjoint du syndicat indépendant des commissaires de police se sont rapidement envenimés.
"Vous avez dit que vous étiez quelqu’un d’une origine assez riche, vous habitez Vincennes. Qu’est-ce qui vous a poussé sur une opération de police à traiter les policiers de ’bâtards’, alors que les policiers ne vous ont, à mon sens, jamais rien fait ?", lui a demandé le représentant de la police.
"Je n’ai pas traité les policiers de bâtards, monsieur", lui a répondu le cinéaste, visiblement amusé par cette question. "C’était une blague et c’était sur Twitter", lui a-t-il précisé quand il l’interrogeait sur sa condamnation.
"C’est peut-être ça la décadence de notre société : quand on insulte les policiers gratuitement", lui a rétorqué son interlocuteur. » (Télél-Loisirs)

 

La suite de l’échange, résumée en deux phrases :

Kassovitz : « Vous avez un niveau d’imbécillité qui est étonnant ! »
Policier : « Quand on est dans l’insulte, c’est qu’on n’a plus d’idées. »

 

La trahison de l’élite – politique, médiatique, policière, culturelle – est totale, le peuple français est abandonné à lui-même et aux problèmes qu’on lui a imposés, sciemment, pour l’affaiblir. Pas besoin de guillotine, l’élite s’est décapitée de son peuple toute seule. Pour s’en sortir, il ne devra compter que sur ses propres forces.

 

Le débat sur le pass sanitaire

 

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

76 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Philippot lui a glissé une magistrale Quenelle à la fin de l’interview.

     

    Répondre à ce message

  • Dans les faits le "Pass Sanitaire" existe déjà à l’hôpital.
    Mon père à l’obligation d’un test PCR négatif s’il veut pouvoir avoir une biopsie pour un cancer. Le milieu médical est dans son immense majorité ignoble, corrompu, hautain, mesquin et dangereux.
    Même pas sûr que ça pète en 2023 quand macron baissera toutes les aides de l’état dont les retraites à la façon grecque.

     

    Répondre à ce message

    • Ce qui peut s’interpréter ainsi :
      Le test PCR n’est pas fiable, donc laisse la possibilité au soignant de choisir ses patients. Ceux dont il ne veut pas seront testés "positif". Il suffit d’injecter une papaye.
      De qui ne veut-il pas le soignant ?
      Du pauvre, a priori. Le mauvais pauvre, l’Européen pauvre. L’envahisseur du tiers-monde a droit, lui, en tant que sous-armée d’occupation pour le gouv UE, à un traitement au moins minimal, et parfois même scandaleux (remboursement des frais de "changement de sexe").
      Le soignant ne peut pas ouvertement laisser le malade à la porte, comme dans le tiers-monde - encore que. Mais pour raison de lèpre contagieuse, il peut.
      Malin, le soignant.

       
  • C’est incroyable le communautarisme de ce sécrétaire syndical d’alliance. Je suis d’accord qu’il défende la Police, mais dans le cas de ce policier abattu, il dit que la peine de prison doit être obligatoire pour le criminel dealer sans donner la durée minimale de la peine. Pourquoi pas quelques jours de prison, même une journée de prison devrait suffire ? Il semble qu’il ne veulent pas prendre de risque face à la justice. Peut-être travaille t’il en secret main dans la main avec la justice. Allez savoir ! En tout cas, si un citoyen avait été tué à la place du policier, il n’y aurait pas eu de représentants pour demander la condamnation à vie du tueur.
    On voit que dans cette démocratie de merde, chacun reste dans son rôle mais sans vouloir prendre de risque politique, trop content de toucher son indemnité de syndicaliste à la fin du mois, pour ne pas défendre fermement la Police. Tout cela pu la merde !

     

    Répondre à ce message

  • Le 1er délinquant de France sont les médias.

     

    Répondre à ce message

  • Est-ce que les prostititués demanderont une passe sanitaire ?

     

    Répondre à ce message

  • Florian Philippot, merci, excellent argumentaire.
    Cependant un référendum sur le pass sanitaire ne s’impose pas plus qu’un référendum sur le coupage de main des voleurs ou le vampirisme ou la saignée systématique des malades.
    C’est un abus sidérant, ce pass.
    Enorme. Inacceptable et même inenvisageable.
    Les criminels de l’UE doivent être punis pour cette idée-là, cette prédation-là, cette promotion du malheur, de la solitude imposée, du désert culturel.
    Ces gens de l’UE prétendent examiner votre sang à tout instant, et le faire examiner par des plantons incultes, pour autoriser une vie "culturelle" et sociale. La culture saignée à mort étant d’ailleurs déjà dans leurs mains écailleuses.
    Le sang, le sang ! Ils en veulent toujours plus, de n’importe quelle façon.
    Mon sang, mon choix ! Arrière Satan !

     

    Répondre à ce message

  • Phillipot ou l’art de tout dire sans rien dévoiler... C’est fort ! Mais ça n’informe pas les moutons innocent. Si le médecin a une conscience et un cœur, ça peut le "retourner" mais a ce stade de dégradation de l’ âme, c’est fort peu probable.

     

    Répondre à ce message

  • #2723488

    Le choix entre "vaccin" ARN ou PCR, c’est choisir la peste ou le choléra ! Le test PCR est aussi nocif et peu fiable que le vaccin ! Un goupillon douteux qu’on vous enfonce jusqu’au cerveau, ça n’inquiète personne ? Où en sont les tests salivaires ? Pourquoi ne sont-ils pas admis pour leur pass ?

     

    Répondre à ce message

  • On est sur RT ou sur France 2 ? Cette dinde vendue qui s’empresse de dire à Philipot que ses propos "n’engagent que lui, on est pour le masque sur RT". Journalope comme les autres.

     

    Répondre à ce message

  • #2724115

    Idées pêle-mêle pour déjouer le pass sanitaire :

    - organiser de petits rassemblements de moins de 1000 personnes dans plusieurs zones proches géographiquement les unes des autres.
    - réserver ses voyages à l’Hexagone, ça fera du bien à l’économie
    - attaquer en discrimination la loi qui apparemment ne prévoit que l’utilisation numérique du pass sanitaire. Pour ceux qui n’ont pas de smartphone, c’est de la discrimination
    - perdre son téléphone et déclarer sa perte en gendarmerie - même chose pour vos documents papier, s’ils devaient accepter le pass papier.
    - faire pression (pétition en ligne, réseaux, etc) pour qu’un traitement se mette en place - ils sont bien capables de pondre un vaccin en 6 mois, non ?
    - s’appuyer sur ceux qui en ont le plus bavé jusqu’ici : commerçants, intermittents du spectacle, restaurateurs
    - sortir de la ville, s’organiser, rester solidaire, parce-que l’objectif c’est de nous isoler, de nous affaiblir et de nous rendre incapables d’aller les chercher. Les GJ leur ont fait peur. "Notre seule force, c’est le nombre" Alain Soral

    NB. Il existe évidemment d’autres façons encore moins légales de tromper leurs documents de bureaucrates, laissez libre cours à votre imagination !

    Par ailleurs (si, si, c’est lié) : quand on vous demande votre avis en ligne pour de sondages téléguidés officiels, ou de renseigner des informations personnelles sur le net, ne dîtes PLUS JAMAIS la vérité sur vous. La société en distanciel et über-numérisée ne pourra pas tenir très longtemps. Ils nous mentent et nous prennent pour des cons ? Faisons pareil !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents