Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël utilise la démission d’Hariri pour provoquer une guerre contre le Hezbollah

Dimanche 5 novembre 2017, sayed Hassan Nasrallah, intervenant dans une allocution en différé, a observé l’incongruité de la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri, non pas depuis le Liban, mais depuis l’hôtel Ritz-Carlton de Riyad en présence de Mohamed Ben Salmane (« MBS »). Il a accusé l’Arabie saoudite d’ingérence dans les affaires intérieures libanaises.

 

Lundi 6 novembre au matin, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Jubair, déclarait sur CNN que le tir d’un missile par les rebelles Houthis contre l’aéroport de Riyad était un acte de guerre. Puis, son adjoint, le ministre des Affaires du Golfe Thamer al-Sabhan, qualifiait sur Al-Arabiya cette fois le discours d’Hassan Nasrallah de « déclaration de guerre contre l’Arabie saoudite ».

Selon la chaîne de télévision israélienne 10, le gouvernement Netanyahou a adressé dans l’après-midi, un câble à toutes ses ambassades pour leur demander :

- d’entreprendre un lobbying auprès du gouvernement auquel elles sont attachées afin de lui expliquer le point de vue israélien sur la démission du Premier ministre libanais Saad Hariri. Ce type de démarche est très rare ;

- de persuader le gouvernement que cette démission prouve à quel point l’Iran et le Hezbollah sont dangereux pour la sécurité du Liban ;

- d’affirmer que cette démission dément l’argument selon lequel la participation du Hezbollah au gouvernement libanais stabilise le pays ;

- de soutenir l’Arabie saoudite dans sa guerre contre les rebelles Houthis du Yémen et d’affirmer que le tir de missile contre l’aéroport de Riyad appelle à renforcer la pression contre l’Iran et le Hezbollah.

De fait, la presse internationale traite la démission de Saad Hariri indépendamment du coup de Palais qui a suivi à Riyad, alors qu’au contraire tous les éléments révélés depuis conduisent à penser que cette démission n’était qu’un élément du coup de Palais et donnent raison à Hassan Nasrallah.

Israël n’envisage pas d’attaquer une nouvelle fois le Hezbollah compte tenu des risques militaires et diplomatiques d’une telle opération. Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu pousse l’Arabie saoudite à attaquer à sa place la Résistance libanaise et prépare l’opinion publique internationale en ce sens.

En lien, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • ils sont vraiment intelligents ces Israéliens
    Chapeau bas..


  • Batailles par procuration... ces fouines sont douées. Ça forcerait presque le respect...


  • @davidjuda
    Je ne pense que cela soit exactement ce qu’on pourrait appeler de l’intelligence.
    Je pencherais plutôt pour le stupidité des arabes en ce moment ( les gouvernants)
    En effet face à un tel niveau de couardise (gouvernants) il est facile de polichinelliser ces gros lards.
    Israel voudrait déclencher une guerre contre le hezbollah ? Je ne pense pas. Ils savent que ce n’est pas le même profil d’arabes et que ces derniers sont loin d’être des couards (gouvernants) et ont déjà botter le cul des chars israéliens.
    Donc à voir si Harriri ne sera pas utilisé (USA+Arabie) pour recréer des guerres inter communautaires au Liban.
    Ne varietur
    Lavrov.


  • Le Liban est inquiet mais loin d’être déstabilisé. Désolé, hein...
    Rendez-nous notre Premier ministre, histoire qu’on connaisse sa version de l’histoire - sans script.
    Plus personne ne veut la guerre ici, à part ceux qui en profitent.


  • La stratégie de l’arabie saoudite est de trouver des prétexte bidon pour crée une déstabilisation au liban entre le gouvernement centrale et Hezbollah qui, par ailleurs, c’est la menace n°1 d’Israël pour vous dire que, aujourd’hui, l’arabie saoudite ne cache plus qu’elle est vraiment un alliée objective de l’état israélien, en résumé, l’arabie saoudite veut crée une situation pour qu’il ait une confrontation politique et bientôt militaire avec le hezbollah, qui d’ailleurs, a des soutient de le part des chrétien libanais, pour faire en sorte que le hezbollah ait un double front contre l’arabie saoudite et Israël plutôt que Israël tout seul, car, dans cette situation là, la puissance militaire de hezbollah sera divisé en deux sur deux front Arabie saoudite+israel ce qui arrange très très bien Israël .


  • Hahaha, il ne s’agit pas de guerre au sens militaire, les Saoud se prennent déjà des gifles de la part des valeureux combattants Houtis en tongs. Alors le Hezbollah... Par contre souffler sur les braises et attiser des rancunes internes à l’aide d’Hariri (qui n’est libanais que de papiers...) c’est tout à fait dans leurs cordes à ces sous-fifres !


  • Les actions de ( les couches) Pampers vont faire un bond !