Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Italie : le parcours d’un militant des Brigades rouges et ses résonances actuelles

Un documentaire italien retrace le parcours d’Aggripino Costa, passé de la rupture sociale à la délinquance puis à l’extrême gauche radicale et violente des Brigades rouges, non sans quelque résonance actuelle.

 

À 73 ans, Aggripino Costa est l’unique protagoniste de Ossigeno (Oxygène), de l’Italien Piero Canizzaro, qui sortira en février en France. Dans cette longue interview, il revient sur sa vie rocambolesque de délinquant, la violence de l’ultra-gauche, la prison, puis le refuge de la poésie et de la peinture.

Ayant perdu sa mère très jeune, il a vite rejeté l’autorité de son père policier. « À 12 ans, j’étais déjà en fugue », a-t-il raconté à l’issue d’une projection cette semaine à Rome.

À près de 20 ans, il débarque à Marseille (sud de la France), sans un sou, en rupture tant avec sa famille qu’avec la société italienne.

« Je voulais déjà changer le monde, la réalité, je ne rêvais que d’évasions », explique celui qui a finalement été détenu plus de 20 ans de sa vie, dans les prisons les plus dures d’Italie.

Mais la politique est encore loin et c’est la délinquance que le jeune rebelle embrasse. Il part en Suisse pour « le casse du siècle » dans la villa du président de la Croix-Rouge internationale de l’époque : argent, bijoux et tableaux de maître, dont rien de moins qu’un Boticelli.

« On a eu du mal à passer la frontière avec cinq valises, mais on y est parvenus », raconte-t-il. Les casseurs ne sont cependant pas d’une grande finesse : une fois en France, ils prennent un train dans le mauvais sens qui les ramène en Suisse.

« J’ai tiré le signal d’alarme et on a pu s’enfuir ». Pas pour longtemps : ils sont arrêtés et Agrippino Costa entame alors une longue vie derrière les barreaux, où il rencontre des militants d’extrême gauche, dont Renato Curcio, l’un des fondateurs des Brigades rouges.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

Les Brigades rouges, conscience politique radicale, ou simple terrorisme ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il aurait fallu développer un peu plus. Alberto Franceschini, le fondateur des Brigades rouges, publie en 2005 son penchant pour la thèse d’infiltration des Brigades Rouges par une organisation secrète financée par la CIA (il s’avère qu’il s’agit de Gladio) dont la finalité par des false flags imputés à l’extrême gauche, fut d’empêcher les partis communiste et socialiste italiens d’accéder au pouvoir.
    C’est un sujet de manipulation politique qui est très d’actualité.

     


  • dans la villa du président de la Croix-Rouge internationale de l’époque : argent, bijoux et tableaux de maître, dont rien de moins qu’un Boticelli.



    Seul élément interessant de l’interview qui montre une fois de plus le dévouement désinteressé des ONG.

    Sinon Aggrippino, l’idiot utile du Capital, ne semble toujours pas avoir compris a quoi il a servit.