Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

#JeSuisCute : quand les femmes pratiquent le harcèlement pour dénoncer le harcèlement

Depuis #JeSuisCharlie, les « hashtag » grégaires revendiquant une subjectivité agressive se multiplient comme des petits pains virtuels. Le dernier bébé révolutionnaire issu de la matrice néolibérale à la sauce Schiappa : #JeSuisCute. Lancé par Marina, « une jeune femme agacée par la "Police des Mœurs" qui sévit sur les réseaux sociaux dès qu’une partie d’un corps féminin est divulguée », ce cri de désespoir antisexiste est soi-disant devenu « viral » au point que « des dizaines de femmes ont publié des photos d’elles dénudées en soutien à une femme harcelée ».

 

 

Pour la petite histoire officielle, tout serait parti d’un selfie en petite culotte d’une « internaute de 18 ans » envoyé sur Twitter et « partagé plus de 800 fois ». Un cliché qui aurait déclenché une vague de « haine » insoupçonnée, la jeune femme assurant avoir reçu injures et menaces, ce qui en 2018 confine automatiquement au « harcèlement » si cher à notre bonne Marlène.

« J’ai posté la photo parce que je l’aimais bien, sans arrière-pensées. »

Heureusement, « de nombreux internautes ont souhaité apporter leur soutien à la jeune femme ». Parmi eux, une modèle française flairant probablement le bon coup de com’, Manny Koshka, qui « dénonce des violences sexistes insupportables ».

 

JPEG - 319.1 ko
Manny Koshka le modèle qui dénonce "l’amalgame entre nudité et pornographie"

 

« On voit que les mentalités ne changent pas. Le #JeSuisCute est simplement un mouvement classique de femmes qui cherchent à se réapproprier leur corps, qui est le leur. »

 

 

Bref une énième resucée du credo féministe en parfaite imbrication avec la société de consommation libérale : le fameux « Mon corps m’appartient ». Sauf qu’en période de crise économique et de radicalisation communautaire, il ne s’agit plus seulement de « revendiquer la fierté de disposer de son corps » mais aussi de l’exhiber au plus grand nombre possible tout en exigeant la mise à mort des insatisfaits...

Un paradoxe typique de notre société américanisée à outrance qui consiste, comme de l’autre côté de l’Atlantique, à mêler puritanisme et hypersexualisation, judiciarisation et harcèlement publicitaire propre au Marché du désir. En résumé : pornographie partout, sexualité nulle part.

À l’image de Marlène Schiappa indignée par les remarques sur son décolleté, la mauvaise foi des élites se calque parfaitement sur l’hypocrisie de la jeune femme de gauche qui érige l’individualisme victimaire en modèle social indépassable. Une apologie de la déresponsabilisation qui ne profite in fine qu’à ceux qui ont les moyens financiers de s’en extraire ou le cas échéant d’en assumer les conséquences !

« Manny Koshka réfléchit à engager des poursuites contre les auteurs des messages. Ces derniers risquent gros. Début juillet, trois hommes ont été condamnés à six mois de prison avec sursis pour avoir harcelé une journaliste sur le forum jeuxvideo.com. Le Code pénal prévoit une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 d’amende dans le cas d’une menace de mort. »

Propagé pour lutter contre le harcèlement, #JeSuisCute ne semble être rien d’autre qu’une nouvelle manifestation du système de domination néolibéral diabolisant les valeurs traditionnelles et la virilité.

À se demander qui harcèle qui !

 


 

Vous aimez les articles de la Rédaction d’E&R ?
Participez au combat via le financement participatif :

À ne pas manquer, sur E&R :

La réalité des rapports hommes-femmes, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

110 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ces filles sont idiotes. Pourquoi en parler ?
    Elles sont sur leur fin.
    Le serpent se mord la queue. On assiste à ses soubresauts.

     

  • #2016621

    Que le meilleur gagne !


  • J’ignorais que le mot cute faisait aussi partie maintenant de la langue française. J’aurais peut-être mieux fais de rester anglophone.

     

  • Décidément l’orthographe s’étiole méchamment #jesuisPute


  • #JeSuisCute ! À une lettre près, elle avait tout bon ! :-)

     

  • "cute" cela ne fait pas partie du dico donc je me suis dis que c’est quand même ballot de lancer un "mot dièse" avec une faute de frappe ... mais le "c" et le "p" ne sont pas voisin sur mon clavier ... du coup #jesuisperplexe et vous ?


  • Je me fous à moitié à poil mais si tu me regardes (même en fermant ta gueule), c’est 90 € !


  • C’est du grand classique, le harcelé ne peut s’empêcher d’adopter des comportements qui vont aggraver sont cas et ce sans même s’en rendre compte la plupart du temps. Le mieux qu’on puisse faire pour aider ces pauvres femmes en souffrance c’est de ne pas en parler, pour ne pas alimenter ce cercle vicieux...


  • Quand je vois les photos, c’est plutôt #JeSuisPute le hashtag pertinent.


  • Et un phénomène éphémère de plus, un ! Demain, je pourrais tout aussi bien trouver les rues de ma ville dégueulasses et me déverser un seau de merde sur la tronche pour dénoncer cet état de fait, si je le publiais sur internet, je suis sûr que cela remporterait un succès énorme. Où est le sens là-dedans ?

     

    • Vous avez mis le doigt dessus (pas dedans, attention hein ! ).
      Phénomènes éphémères.
      Mais ce n’est que l’hameçonnage, et il va en pleuvoir de plus en plus et de plus en plus rapidement jusqu’à ce qu’on ne se rappelle même plus d’où l’on vient.
      Le but se rapproche de ce que Lucien Cerise décrit dans ces bouquins, une démolition furtive et chaotique pour nous déstructurer le plus possible, nous amener à un état de pâte à modeler, modulable à souhait.


  • La liberté ultime du féminisme c’est la prostitution (cf. les pamphlets de Victoria Bateman féministe hystérique de l’université de Cambridge qui est venue à une réunion nue sans jamais être inquiétée par l’université).

    Les femmes recherchent toujours de l’attention et utilisent naturellement leur attractivité sexuelle (phénomène naturel)

    Les réseaux sociaux sont la pire ingénierie sociale et addiction qui puisse accéder les femmes.


  • La belle rouquine en robe latex peut me harceler quand elle veut, je ne porterai pas plainte.


  • Je viens de finir deux ans dans une université en France métropolitaine pour mon diplôme, et je n’ai absolument pas envie d’y retourner. Je n’ai rencontré que des féministes progressistes, etc. L’horreur qui rend fou. Je préfère rester chez moi en Outre-Mer...


  • J’en arrive à redouter que dire simplement "bonjour" à une femme que l’on trouve jolie devienne un délit. On en a pris le chemin n’est ce pas ?

     

    • Rassurez-vous, peu de choses ancestrales se perdent : j’avais (mal) lu #jesuispute, c’est dire !
      Entendons-nous bien : pas celle qu’évoquaient nos grands-mères ou arrières-grands-mères (sans parfois valoir guère plus sur d’autres registres), ni celle issue d’une philosophie déambulatoire sonnante et trébuchante, mais de celle, forgée par le système contemporain, qui paye l’ego et l’apparence à coups de likes virtuels, qui valent au centuple (parfois plus) les deux "quel joli cuI" lâchés subrepticement dans le réel de l’existence, autrefois : deux étant du harcèlement ; 100, 1 000, 100 000, le début de la notoriété.
      En n’omettant de nous rappeler que "le" harceleur a, soit une sale gueule, soit un phrasé masqué par l’anonymat, qui ne convient pas à la déviante. Si c’est un bon parti, le type peut espérer le jackpot... à tout le moins la reconnaissance de l’effeuilleuse.

      Je n’ai pas abandonné le "joli cuI" de circonstance : mais, comme Bel Ami, il passe par les signifiants et signifiés : "Que ce pantalon vous sied à merveille !" (Sous-entendu si c’est un 36-38 : auquel cas contraire, #moncutesurlacommode)
      En revanche, la machine selfie faisant masse, il est plus difficile qu’à l’accoutumée que de pouvoir en dessiner les galbes et les courbes à l’objectif, à la gouge, au pinceau ou au fusain. L’objet du délice étant désormais le plus souvent sa propre artiste : sans pourtant abandonner le prétexte originel à faire accroire les fumeuses sornettes : "Je le fait parce que ça me plaît... je trouvais ça joli...
      Jamais pour plaire.
      Mais oui, joli cuI... c’est toujours ton intelligence et ton savoir qui m’ont attiré en premier.


  • C’est comme une certaine communauté haineuse et oppressante qui passe son temps à dénoncer la haine et l’oppression dont elle serait victime.


  • Ce n’est pas gênant, il suffit de ne pas aller sur les tweets de ses pouffes...


  • #JeSuisPute

    Entre le C et le P, une différence d’une courte jambe....


  • Pas de regard appuyé sur les photos sinon c’est 750€ la prune.


  • Avec une "P" les filles... c est bien plus juste


  • Sur les réseaux sociaux, entre les faux profils, les doublons et les robots de discussion pilotés par une "Intelligence Artificielle", il y a moins de 30% de profils de "vrais humains" (estimation personnelle). Les "Hachtag" soi-disant viraux et autre soi-disant "buzz" sont montés de toutes pièces, on peut même acheter des lots entiers de "followers" bidons. Tout ce cirque hystérique est artificiel de A à Z. C’est une pseudo-tempête dans un pseudo-verre d’eau "twitté" par des pseudo-humains.

    Si un vrai humain lit ce message et que dans le fond d’un tiroir, il lui reste une jolie carte postale de chez lui et qu’il avait la gentillesse humaine de me l’envoyer par la poste et bien ça me ferai réellement plaisir de la recevoir.


  • #2016703

    Tout ce baratin féministe pour en arriver toujours à la même chose : montrer son cul.
    Comme disait un type sur Tweeter : avant je devais baratiner les filles pendant des heures pour avoir un nude, maintenant je vais sur jesuiscute et ça tombe tout cuit ! "Trop top !"
    La libération finale sera certainement la coloscopie.
    Ces filles n ont tout simplement rien d autre à proposer.


  • "Le #JeSuisCute est simplement un mouvement classique de femmes qui cherchent à se réapproprier leur corps"

    et donc pour se réapproprier son corps on le jette en pâture sur internet ?


  • Il y a 20 ans, des photos postés comme ça se récupèraient pour être vendues au plus offrant site porno. Ça m’étonnerait qu’elles auraient osées...

    Je propose à tous les hommes un peu gras du bide de montrer leur fierté sous le dièse

    #Iamgrassouillet

    Buzz ou pas buzz ?


  • Cet exhibitionisme virtuel semble s’afficher en soutien à celui qui, dans une moindre mesure, règne quotidiennement dans la rue. Ou alors, le harcèlement sexuel de rue qui vise tous les hommes n’est peut-être plus suffisant pour exacerber suffisamment la dialectique homme-femme.
    N’est-on pas confronté, dès que l’on est dans la rue, à cette mode qui a ravagé tous les cerveaux féminins de 7 à 77 ans et qui les a convaincus que montrer des moulages parfaits de leurs culs dans des pantalons ultra-collants était une affirmation de leur liberté, de leur indépendance et de leur droit à disposer de leurs corps, au dedans comme au dehors.
    Si ces femmes, réfléchissaient un peu, elles pourraient peut-être percevoir que ce choix n’est pas le leur, mais qu’il leur est imposé par le complexe culturo-industriel, cette gauche made in Hollywood, fidèle à son agenda culturo-marxiste et qu’elles sont devenues ses outils obéissants de harcèlement sexuel du mâle à toujours culpabiliser.
    N’a-t-on pas atteint un niveau remarquable de féminisme et d’émancipation, lorsqu’on peut convaincre ces pauvres créatures sous influence, de porter fièrement des pantalons lacérés aux genoux, qu’elles n’ont pas payés au prix d’occasion bien sûr, car ils sont d’une marque extrêmement convoitée, dont elles veulent se pavoiser pour épater leurs copines.
    Maintenant, se montrer en petite culotte sur Youtube est peut-être seulement une autre étape, car il va falloir constamment augmenter la dose et la pornographie est à deux pas de devenir une banalité. A la fin, elle risque de trahir le féminisme.

     

    • Que l’on se rassure, si la pression est forte sur ces oies sensibles à leurs atours personnels et rien qu’à elles, en narcisse qui se respire, je suis allé droner la chaîne des puys : vu d’ici, le #cute dont il est question au sein de la sphère virtuelle semble être une pathologie isolée. En effet, sur les pentes des volcans, vaque le bidochon : il y a Nénesse avec bobonne (dont se moquent les vaches de Salers, pour le coup, bien moins laitières), accompagnés de leurs moutards élevés à l’huile de palme, lesquels se sont mis à ressembler aux vrais veaux, pour parfaire au symbole avancé par De Gaulle. Certes le selfie est là aussi de rigueur, modernité oblige, mais il faut bien remplir le Facebook des bourrins afin que Mémée et Tata se rendent compte à quel point elles n’ont pas à rougir de leur statut apparent de ruminant, qu’il en est ainsi de toute la smala et qu’il y aura toujours une comique pour liker "Trop belle ma cousine !" (de 93kg).
      Non, franchement rien de cute aux sommets. Les seules fluettes qui pourraient se prêter au jeu du galbe sont ces espèces de baba cool qui traînent leurs guêtres et guitares sur les pentes : toutes uniformes cependant... et un tantinet négligées, camping de sdf sauvage oblige : non, décidément, rien de cute en pleine nature ; ce doit être comme le dahu, improbable. Ou un truc de citadine oisive et/ou mal baisée...
      Et encore, l’on n’inclut pas ici la pétasse de quartier ou de cité qui vient, en touriste ignare, dans son survêt moulant la culotte de cheval et ses baskets clinquantes galbant des mollets d’éléphant, déblatérer sa réthorique de racaille.


  • Je vais montrer ma bite #jesuisenrut, voir combien de temps mon post va rester sur tweeter...

     

    • vous aurez bien sûr saisi que, pour ma part, une caméra "grand angle" est de mise.. mdr, plus sérieusement... et c’est la que le bât blesse, si j’ose dire ; peu d’hommes sont assez cons pour embarquer dans pareille niaiseries...

      ça fait réfléchir... pas de "e", remarquez !



  • En résumé : pornographie partout, sexualité nulle part.



    Un résumé remarquable de justesse et de concision !


  • Mais c’est tout bénef ça !!!!
    Des femmes qui montre leur cul sans qu’on leur demandent ! Quand je pense qu’il y a des rageux qui disent que c’était mieux avant. Même les koalas nous envient, quel évolution extraordinaire ! Bientôt on poura montrer son organe sur tweeter #JeSuisMaBite !


  • Merci encore à ces féministes de défendre si bien la cause des françaises qui veulent juste se promener sans se faire insulter,
    pourquoi s’étonne-t-on du vocabulaire des banlieues ?


  • les commentaires se précipitent dans le quiproquo, comme un troupeaux de bites que le loup pousse dans le ravin.
    "CUTE" qui se traduit par mignon/mignonne, est un terme qu’ utilise les jeunes femmes (15/25) par opposition à "hot, horny, fancy, etc.."
    "cute" veut dire donc "joli mais sexuellement inintéressant ou inoffensif"
    dans ce contexte, le message de la gamine serait "je veux montrer un peu de jambon sans pour autant pour une cochonne"...
    message qui d’ailleurs ne s’adresse probablement pas aux garçons.


  • Je pense clairement qu’il faut arrêter de les draguer à partir de maintenant étant donné que sois disant elles ne veulent plus ce qui en toute vérité est faux. N’ayant jamais vraiment dragué j’ai pu remarqué que moins je leur parlais plus c’était justement elles qui venaient me draguer, ce qui est un comble. Je vois ça comme un comportement de "diva" entre guillemet parce que ce ne sont pas ce qu’elles sont, et tout ce qu’elles veulent avec ce mouvement c’est prétendre qu’elles se font draguer pour gonfler leur égo (rien de pire pour ces séductrices de pacotilles de ne pas se faire désirer).
    Au passage, il m’est arrivé de recevoir des demandes d’amitié sur facebook de la part de femmes totalement siliconé que je ne connaissait absolument pas et je me suis contenté de les refuser j’en ai pas fait un mouvement révolutionnaire.
    C’est du cinéma pour rien tout ça il y a des sujets nettement plus important que ça.

     

    • Tout à fait d’accord .
      Contrairement à l’adage qui dit que "Les hommes ne pensent qu’à ça !", je pense que les femmes sont beaucoup plus obnubilées par la "question" que les hommes . Car les femmes ne pensent qu’à ça, ne vivent que pour ça ... tout dans leur comportement ne vise qu’à séduire .
      Ne les regardez pas, ne leur parlez pas, ne les sifflez pas, ignorez les ... et vous les rendrez folles de vous.
      Cela demande de la patience, du contrôle ... mais l’enjeu en vaut la chandelle, croyez moi .


  • Ces photos ne m’intéressent pas : je ne suis pas zoophile.


  • je vous dis pas le bordel avec la loi de merde sur les regards entr autre appuyés !!! en fait j me mets le cul a l air pour que tout le monde matte mais je porte plainte a ma convenance parce qu un mec me deplait ou justement me mate pas ( car pour prouver un regard il va falloir etre superman car c pas les cameras qui pourront le faire et les policiers ont autre chose a faire car la perte de temps va etre incroyable pour un detail ) !!
    voir meme un collegue qui me plait pas et hop ! ou je vais faire une crasse à ma voisine ou a u,e fille en disant que son mari me mate en regard appuyé !!
    ca peut pas passer impossible ..... mais en fait vu qu on est pire que ss hollande avec schiappa dont le mari doit actuellemnt s acheter des lunette de soleil je suis plus trés sur que la loi sera sur ces regards recollée !


  • Il ne prend jamais de vacances, satan. En ce moment, il besogne même à fond. C’est vraiment de pire en pire.


  • Petit fait amusant :

    Si vous tapez "jesuisCute" sur DuckDuckGo [mode "images"], vous tomberez (du moins ça semble être le cas pour le moment) sur plein de jolis dessins tous mignons de Jésus ! :D ...

    Du style :

    http://img04.deviantart.net/8e9b/i/...

    http://sweetclipart.com/multisite/s...

    http://img14.deviantart.net/bd86/i/...

    ...Quelque chose me dit que le moteur de recherche a dû comprendre "JesuS is cute" (ou juste "Jesus Cute") ^^

    (pas sûr que ça plaise aux femens...^^)


  • Elle a mal cadré la photo ,on ne voit pas la grille tarifaire,

     

  • Franchement, c’est déprimant.

    Mes contemporain(e)s vont d’injonctions en injonctions sans percevoir la manipulation sous-jacente de ce genre d’opération. Entre ego-trip et narcissisme outrancier ils revendiquent et s’affirment en relayant des mots d’ordre prémâché qui sont autant de décharges électriques envoyées sur les jarrets du troupeau pour qu’il se déplace dans la direction voulue. Comble de la perfidie tout cela est présenté et vécu comme un mouvement émancipateur.

    Et puis ces poses, attitudes, tenues vestimentaires (du moins ce qu’il en reste) qui reprennent les codes de la pornographie et ces # dans lesquels l’anglicisme monosyllabique règne en maitre me font gerber.

    Ces femmes qui se prennent en photo devant un miroir et dont le visage est caché par un Smartphone c’est tout simplement la mise en abime de la féminité et l’apex de l’ultramoderne solitude.

    La pauvreté de l’argumentaire déployé pour mobiliser l’opinion, le recours systématique à l’émotion dans ce genre de campagne, annonce la fin de notre civilisation du logos.

    Je ne parle même pas du paradoxe qui consiste à montrer son cul pour lutter contre le harcèlement qui ne fait qu’annoncer pour le bétail un surcroit de violence verbale, physique et sexuelle.

    Quant on voit ça, on se dit que la fin des temps est proche.


  • "Twitter", "ashtag", etc ; le symbole même du culte de l’apparence.
    Texte limité à la petite phrase, exacerbation de l’idée de buzz plus que celle de communication entre connaissances... Et en gonflant quelques chiffres on va nous faire croire n’importe quoi.
    Qui peut vraiment penser qu’il puisse exister un quelconque "engagement" par twitter ??? #ActivitéDébileEtInsignifiante


  • Franchement ,le portable ,elle feraient mieux de s’en servir que pour téléphoner ,parce que le mode photo rend de plus en plus con et narcissique .La nouvelle communication devient un fléau .


  • Titre de l’article :"quand les femmes pratiquent le harcèlement pour dénoncer le harcèlement".
    _ !?
    "les" ou "des" ?
    Grande différence entre un article défini et in indéfini.

     

  • Certains veulent me faire croire que la France s’islamise !


  • Elles excellent dans le brassage de vent (s ?)...


  • Pfff. Elles cassent les couilles avec tous leurs hashtags. Les femmes ne sont-elles pas capables de réactions plus dignes et moins puériles que de balancer des hashs à tout va ?! On voit vraiment que l’américanisation gagne du terrain. L’hystérie collective a désormais acquis une nouvelle forme avec l’émergence des réseaux sociaux.


  • très bonne initiative, je vais publier mon braquemart pour les soutenir.

     

  • Il parait que les mamies solidaires s’y mettent #JeSuisCuite . Le facteur temps limite l’arrogance crétine que leur beauté octroie , vient le moment ou il n’y a plus rien en réserve et il n’y a pas de crédit . Ces tordues finiront par revendiquer la prostitution comme l’action ultime de la revendication féministe , tu parles d’un progrès c’est pour ça que les sociétés patriarcales ont établie le mariage , un contrat de prostitution légalisée, un deal ou chacun sait ce qu’il vent ou achète . Mais l’enjeu pour la femme comme pour l’homme est de se garder purs et vertueux devant Dieu en transformant ce qui n’est que de l’ordre de la bestialité naturelle de ce monde en devoir et responsabilité, il s’agit d’assumer et d’engendrer . On offre un lieu de passage , un refuge temporaire pour un être vivant au cours de ses pérégrinations.
    Aujourd’hui mêmes les animaux éduquent mieux leurs petits .


  • Pauvres femmes victimes de leur vanité...
    Se réapproprier son corps c est le protéger des regards dégradants en évitant de l’exposer. Mais qu’ont elles dans la tête !
    C’est vraiment affligeant cette société qui condamne la femme à n’être qu’un objet sexuel tout en lui faisant croire qu’ainsi elle se libère !!!
    Après elles vont se plaindre du harcèlement des comportements masculins alors que ce sont elles qui harcèlent et provoquent les hommes ! Mais comment les hommes peuvent-ils respecter ce genre de femmes ?
    Quelle hypocrisie ! Quelle manque de dignité !
    Je précise que je suis une femme pudique et fière de l’être.

     

    • Merci Madame,
      il n’y rien à ajouter, cette pornographie permanente est a vomir. Quand vont les hommes se révolter contre les images publicitaires ou de pauvres esclaves miment, souvent dénudées, la ouverte l’extase, pour nous vendre n’importe quoi. Il me prend des envies de m’acheter une tenue « islamiste »


  • Elles montrent tout : leur corps, leur cul, leurs gamins, leurs grossesses, leur intérieur et sa nouvelle déco, leurs vacances avec papy et mamie, leurs sorties au resto...

    Et l’homme (ou le sous-homme) a intérêt à approuver gentiment et avec le sourire : ne pas contrarier madame et son portable, à travers ses nombreux canaux de diffusion.
    C’est qu’elle fait des vues la salope.

    T’essaies de construire un nid, sur des valeurs, elle, te balance tout sur le trottoir : "regardez c’est à moi ! tu veux voir mon cul ? mon mari dira rien je pense !"


  • il fait chaud, donc j’emmène mes gosses à la plage... tôt, vers 9h, à la pointe rouge à marseille. J’entends la marseillaise, lancée dans les HP par les policiers sauveteurs.... Puis une stagiaire, qui dit qu’il est interdit de jouer au foot sur la plage, de boire de l’alcool. OK. puis qu’il est interdit de fumer de la BEU.... Incroyable.... Elle a ensuite tenté de dire çà en anglais en espagnol en italien.... Comme si ces étrangers venaient à la pointe rouge pour voir la mer méditerranée... Par contre, sauf cette fliquette stagiaire "mal réveillée de la fiesta de la veille, cad encore dedans sûrement", aucun problème sur la plage ! On a comme protection ce qu’on mérite ! Tu me diras, on n’a pas tous la chance d’avoir Alex Ben Allah !


  • #2017111

    Bon il arrive quand Jesus !
    Je suis une femme, oui il existe des gros cochons dans les rues qui matent et font des réflexions degueulasses , oui ça existe ; mais il existe des hommes qui leur foutent un gros coup de poing dans la gueule quand les limites sont dépassées ; Derrière qui on se planque généralement quand il y a danger, ben derrière un BONHOMME ! Faut qu’elles arrêtent ces pouf ! elles ne représentent que leur derrière, qu’elles ont donné à beaucoup d’hommes et de femmes aussi pour ne serait-ce qu’avoir une place dorée ! qu’elles arrêtent ! leur moralité à deux francs six sous....Jesus ! on t’attend !


  • Imaginons un mouvement #jesuisriche, exhibant montres, bijoux, voitures, villas, et dont les auteurs se plaindraient ensuite de se faire détrousser dans la rue...

    Vivre en société c’est comprendre qu’il y a parfois des règles implicites à respecter.


  • En tant que femme c’est devenue insupportable cette exhibition hystérique et agressive de ces folles en mal d’attention. Je conspue cette engeance pute à clics qui se repaît de sa popularité virtuelle.
    Le pire c’est que ces dégénérées sont les premières a agresser des mères qui allaitent en lieux publics ( véridique)
    leur vision du corps m’ecoeure au plus haut point.

     

    • Toutes ces filles sont manipulées jusqu’au trognon à la manière de ces crétins d’antifas. Elles défendent sans s’en rendre compte un ordre qui a fait d’elles de petits soldats d’une idéologie mise en place par leurs propres ennemis. Lucien Cerise pourrait analyser ça. Comment la notion de pudeur a été retournée pour être dénoncée comme une prison par, allez, soyons primaires, le mondialisme. Prison des corps, mais aussi prison des âmes. Alors ? Alors il faut se foutre à poil. C’est ça, être libre ! C’est ça, être libérée ! Moyennant quoi, elles sont toutes tombées dans le piège tendu : celui de la concurrence. Qui c’est qui va en montrer le plus ? Ah bah, il faut rester dans la course ! Les plus narcissiques entraînent celles qui ont des doutes, les un peu complexées qui pensent qu’il faut qu’elles soient "modernes", "de leur temps". Et qui se désolent de ne pouvoir garder un mec... La pornographie vient aussi de là : il faut se libérer !

      Même principe qu’avec les tatouages, une mode qu’à titre personnel, je trouve absolument immonde ( = des maladies de peau qui ne guérissent pas et qui deviendront de plus en plus ignobles au fur et à mesure qu’elles vieilliront... ) et à laquelle, concurrence oblige, très peu de jeunes femmes sont en mesure de résister : "toutes mes copines l’on fait, moi aussi je veux mon tatouage". Elle estiment que ça leur donne une valeur ajoutée qui les remet à niveau. Rester dans la course ! En attendant la prochaine mode ! Que, bien entendu, on suivra, parce que, vous comprenez, on est libres ! On est tellement libérées !

      Esclaves et fières de l’être ! Bon, évidemment, il y a les mêmes phénomènes chez les garçons : tatouages aussi, coiffures de footballeurs, gestes de sportifs imités jusqu’au grotesque, etc.


    • Merci Madame,
      Vous êtes « Belle »,
      ni cute ni soumise assurément.


  • Je suis "cute" traduction : "je suis mignonne"
    En générale quand on trouve quelqu’un mignonne c’est plutot par rapport à son facies qu’à son derrière ?! Et puis s’auto-proclamer "mignonne" ça manque un peu de modestie...
    Allez les filles rhabillez-vous !!
    PS : La mannequin rouquine est particulièrement moche, je comprend qu’elle ai besoin de se foutre à poil pour attirer l’attention.


  • J’ai parcouru les commentaires (ceux des Dames notamment). Je propose : « JeSuisCuite ».


  • Hahahaaaa Excellent, qu’est-ce qu’elles vont pas chercher pour avoir l’excuse de montrer leur fion...


  • et #je suis conne#


  • Pour bien démontrer la schizo de ces mouvements féministes :
    https://www.francetvinfo.fr/societe...
    Donc on peut montrer son corps au monde entier, mais pas envoyer une carte postale montrant des femmes un peu dénudées... Allez comprendre.

    De plus, des femmes seins nus sur la plage, il y en a. Des jeunes, des vieilles, des dans leur maturité. Et on voit tout de suite celles qui se pavanent, et celles qui en ont rien f...aire (et elles ont bien raison). Le problème, c’est interdit d’avoir un "regard appuyé" ^^


  • Putain y’en a un qui a posté une photo d’Anne Franck en signant #JESUISCUITE. J’ai failli crever ! ^^


  • Le corps de la femme lui appartient certe, mais dès qu’elle le montre aux publics ce n’est plus le sien...mais le publics peut dire ce qu’il pense et, librement.

    NB : Dès qu’une personne, homme ou femme, veut un peu de célébrité sortent de l’ombre avec des idioties irresponsables.


  • Avec ce genre de conneries, les gens satureront peut-être enfin des réseaux virtuels et cesseront de marcher dans la rue tête rivée sur l’écran... Continuez mesdemoiselles !


  • Les hashtag #jesuisceci imposent l’individuation... et "l’individuation est totalitaire.." a déclaré récemment Hervé Juvin, ce qui serait intéressant à développer car le néo-libéralisme ( et le NWO) a quelque chose de stalinien dans sa finalité... le "tout-à-l’égo" est une maladie : les universitaires US (qui ne font pas que des théories foireuses LGBT) parlent de "narcissistic pathologic deseases" (maux et maladies narcissiques pathologiques)...


  • Ce n’était pas la maire de Cologne qui conseillait aux femmes de ne pas s’habiller trop sexy pour ne pas tenter les violeurs ?
    Si cela se trouve dans quelques années le foulard sera nécessaire pour circuler sans danger dans certains quartiers.
    Alors elles me font rire avec leur hashtag à la noix.

     

  • « J’ai posté la photo parce que je l’aimais bien, sans arrière-pensées. » Sérieusement, elle parle vraiment au premier degré ?? Elle ne nous prendrait pas plutôt pour des abrutis congénitaux ?? En tant que femme, je suis humiliée de l’idée que donnent ces créatures du QI féminin...
    Poster une photo pareille, c’est chercher à provoquer des réactions ! Dont la plupart ne vont évidemment pas être très subtiles ! Mais si on cherche à susciter le respect, l’intérêt sincère et l’envie d’échanger entre êtres humains, on s’habille correctement, miss, ou déjà... on s’habille tout court. On marche droite et digne, sans rouler du postérieur sur des talons de 15 cm, et on préfère la jupe de longueur raisonnable (parfois longue) au short. OK, on peut parfois quand même se prendre des remarques grossières, mais c’est assez rare : on entend plus souvent des compliments vraiment respectueux du style "Vous avez vraiment de très beaux yeux, Mademoiselle", et désintéressés car le mec ne s’arrête parfois même pas, il sait que vous ne lui donnerez pas votre numéro. Enfin, ça, c’était avant, maintenant les compliments seront verbalisés car il ne faut pas déconner, donc les hommes à qui on plaît baisseront le nez. Il va faire bon vivre en France.

     

  • "...une femme qui cherche à se réapproprier son corps..."

    Effectivement, Satan l’habite.

     

  • Le féminisme l’escroquerie du siècle, du business oligarchique sioniste.


  • J’approuve. Tous ces gars incapables de respect ou incapables de contrôler leurs pulsions quand une femme est sexy me répugnent. Une femme devrait pouvoir se balader nue sans être harcelée, agressée ou insultée.
    Avant le déluge d’inepties et de préjugés, j’ai du succès et j’ai eu de nombreuses relations, certaines mêmes très longues. Donc, je connais les femmes et ne les idéalise pas du tout. Je pourrais même en dire beaucoup de mal sur certains aspects mais ce n’est pas le sujet. Les féministes extrémistes, en général, je ne peux pas les encadrer mais le #jesuiscute est légitime.
    Pour mieux comprendre, je viens aussi d’un endroit où les nudistes et les plagistes ordinaires se mélangent sans que ça ne gêne personne. Je viens d’un coin où les gens sont évolués. Donc tous ces abrutis qui justifient le viol sur la tenue des femmes me débectent. Nous sommes en France, un pays évolué.

     

    • Tout le monde se contrôle et personne ne prône le viol des impudiques ici. Il n’est question que des conséquences psychologiques de ce harcèlement féminin sur les hommes.

      Du reste votre hystérie castratrice relève du puritanisme misandre le plus virulent, qu’on a d’abord observé dans certaines sectes paléo-chrétiennes, tels les Adamites, à l’origine du naturisme, dont le but était la destruction du désir érotique par la banalisation du corps des femmes, la sexualité étant perçue comme fondamentalement impure.

      Dans une société évoluée comme vous dites, les hommes se contrôlent ET les femmes les ménagent en dissimulant un minimum leurs charmes, à commencer par leurs seins. Mêmes les peuples primitifs vivant nus ont des règles très strictes en ce qui concerne le corps des femmes (interdiction de regarder les seins, tourner le dos quand on s’adresse à un membre de l’autre sexe, etc. je vous renvoie aux travaux de Hans Peter Duerr).
      Le problème, c’est que vous confondez évolué et castré, en raison de votre héritage puritain dont je tairais les origines pour ne pas en froisser certains.


    • Vous avez raison. Mais la biologie prend le pas dans ce cas de figure (regard insistant, propositions et insultes indessantes, voire pire, attouchements et le pire du pire, l’agression sexuelle). Autant je suis pour la meuf qui veut s’habiller légèrement et qui affronte le regard des hommes, autant je comprends la femme voilée avec ses tenues amples. Mais comme dirait notre Président, M.Soral : "tout n est pas binaire dans la vie". Alors, perso, des nanas en petites tenues, c est mimi mais je regrette, l homme équilibré dans sa tête va contempler 1 seconde et ça se arrête là. Naturel et logique, il est doté d’yeux comme une Femme. Quant à l’homme désiquilibré, il ne pourra se contenir. Il va devoir tôt ou tard, passez-moi l expression, "se décharger".

      Et puis, soyons honnête, quand une meuf montre sa féminité, que l on soit homme ou femme, on la regarde (un peu comme si on regardait une affiche publicitaire avec une charmante femme)


    • @ Chris

      Oui t’as raison on est bien en France, un pays très évolué. Mais dis moi, est ce que la décadence et, cette marchandisation exhibitionniste du corps est pour toi une évolution ? Franchement !


    • @ Leïla,
      Curieux de citer Soral pour appuyer les propos libéraux-puritains de Chris. Alain Soral a toujours dénoncé le harcèlement sexuel féminin (tenue provocatrices, nudité, etc.) que Chris défend ici au nom du sempiternel "contrôle des pulsions masculines" (expression pudique pour ne pas dire castration).


    • @ Wilfried,

      Je crois savoir qui se cache derrière cet autre pseudo.

      Quand je cite Alain Soral sur son "tout n’est pas binaire", c’est d’une manière générale, globale.

      Vous n’avez pas saisi le fond de ma pensée et puis, si c’est vous (à qui je faisais allusion), franchement, autant ne pas épiloguer.

      Merci de ne pas me reprendre ou de me faire la leçon !


    • @ Wielfried :

      De quelle castration parlez-vous ? Le désir se nourrit de l’imaginaire et quelqu’un de normalement constitué contrôle cet imaginaire. Vous le faîtes vous-même au quotidien. C’est juste que nous ne nous comportons pas comme des animaux, car nous sommes dotés d’une conscience, qui nous permet de voir et de juger ce que nous sommes en train de faire. Peut-être faut-il vous le rappeler.
      Rien ne nous empêche d’avoir du désir et de regarder 2,3 secondes comme dit Leila, voire même fantasmer autant que vous voulez. Mais rien ne justifie le reproche, l’insulte et l’agression.
      Donc je serais un libertaire-puritain. Pourquoi pas ? Je trouve que ça me va assez bien. Je peux regarder une femme nue sur la plage sans perdre la raison, puis faire l’amour moi-même à ma copine sur cette même plage au coucher du soleil, à l’abri des regards. C’est savoir faire la part des choses, être équilibré. On est loin de vos inepties "paléo-chrétiennes" ou je ne sais quoi.

      @ becalme :

      "Mais dis moi, est ce que la décadence et, cette marchandisation exhibitionniste du corps est pour toi une évolution ?"

      C’est de fait une évolution, même si elle peut être négative. Le problème, c’est quand ça devient un "modèle de société". En gros, oui à la liberté sexuelle mais non à ce qu’elle prenne le dessus sur tout le reste.


    • @ Leïla
      Détrompez vous, j’ai parfaitement saisi votre pensée libérale-puritaine. Pour le pseudo, dites toujours.


    • @ Chris (vous portez bien votre pseudo)

      Le désir se nourrit du mystère et de la rareté induits par la pudeur, là où l’exhibition normalisée l’assèche. « La pudeur est le parfum de la volupté ; la satiété est l’arôme du dégoût. Et la pudeur accroît la volupté, comme la satiété l’écœure » disait André Suarès.
      Et justement, à vous lire, on dirait que la vision d’une (belle) femme nue vous fait autant d’effet qu’un beau paysage. Le corps de la femme aseptisé, vidé de sa charge sensuelle. N’en demeure que le côté esthétique (très apprécié des créateurs de mode, malgré leur homosexualité). C’est bien que l’érotisme, ce désir magique décuplé par la pudeur, n’est plus. Evidemment, aucun problème de "contrôle" dans ces conditions.
      Le but puritain des paléo-chrétiens est donc atteint. La sexualité a été détruite, en la vidant de sa puissance qui se nourrissait de l’érotisme. Elle est réduite à une activité fonctionnelle, équivalente à la bouffe. Et c’est d’une incommensurable tristesse.
      « Si je tonne contre la destruction des digues libérant un flot (par exemple) d’érotisme fessu, pileux et mammaire, ça n’est pas parce que fesses, poils et mamelles me choquent, mais parce que, à force de répandre le vice, les sources profondes d’où il jaillissait seront taries » - Jean Cau.
      Castration concrète.

      Du reste, encore une fois : dans une société réellement évoluée le contrôle de la sexualité incombe aux hommes (retenue des pulsions) et aux femmes (dissimulation a minima des charmes provoquant universellement ces pulsions viriles). L’homme cédant à ses pulsions et agressant la femme viole donc la règle... de même que la femme qui s’exhibe devant l’homme en public, provoquant en lui un désir qu’il n’a pas demandé, et tous les désagréments allant avec (frustration, parasitage de l’esprit, etc.). Reproche justifié donc.
      Mais voilà qu’aujourd’hui - et votre commentaire l’illustre à merveille - on exige que le contrôle de la sexualité incombe au seul mâle. La femme peut carrément aller nue, l’homme lui est tenu à une stricte chasteté en toutes circonstances. Dans certains monastères du XIIe siècle, on forçait les moines à dormir avec des jeunes nonnes pour les mêmes raisons.
      Dans ce contexte indigne, les femmes immorales s’adonnent à cœur joie à leur perversion favorite : la frustration du mâle par l’exhibition de leurs charmes interdits (la "démarche perverse de frustration" pour reprendre les mots de Soral).
      Castration symbolique.

      Aucun équilibre dans tout ça.


    • @ Wilfried

      Ben oui, Chris étant le diminutif de Christophe, qui porte le Christ, je suis à l’image de celle que vous vous faîtes de la chrétienté. Par ailleurs, même si nous ne sommes pas d’accord sur tout, j’aime bien votre plume. Vous êtes assez brillant, même si certains de vos raisonnements semblent alambiqués.


    • Il y a une différence majeure entre la femme qui se fait dorer tranquillement la pilule toute nue sur la plage et la petite crétine qui pose des photos de son cul sur les réseaux sociaux pour que tout le monde puisse bien le voir et qui s’étonne de réveiller le désir sexuel.

      Le corps n’est pas un bien de consommation qu’il faudrait couvrir ou découvrir, du short ultra-moulant jusqu’au voile, on est toujours dans la logique du fétichisme de la marchandise.


  • #jesuiscute ou encore #jesuisunesalope mdr. Continuez à vous dégrader c’est bien.

     

  • Elles cherchent quoi ces féministes, à nous faire virer notre Cutie ?


  • J commence à en avoir marre, de toit ces #, tout ces manspreading, slut shaming. On nage en plein délire, c’est fou.

    En vrai c’est les plus âgés qui doivent se sentir le plus largués.

    N*QUE.


  • T’as le droit de regarder (mais pas trop appuyé) du matin au soir :
    - shorts courts dans la rue omniprésents
    - reseaux sociaux bourrées de filles mettant leurs meilleures photos
    - pornographie sur ton PC
    Mais pour toucher il faut payer d’une maniere ou d’une autre et c’est risqué de tous les côtés (tu crois que ça va te couter X mais en fait ça te coute X^i).
    En fait, le seul droit qui reste aux hommes c’est d’adorer les belles femmes comme des déesses, de les abreuver de pouces vers le haut et de compliments, de regards timides pleins de désir, de services rendus divers et variés.
    Je commence à croire que la lutte contre le feminisme devient la mère de toutes les batailles, devant même la bataille contre le systeme monetaire d’argent dette.
    Coucher gratuit c’est vraiment maitriser l’art de la guerre. C’est dire à quel point M. Soral est un combattant hors pair.

     

  • Erreur de frappe, correction



    #JeSuisConne




    Mille pardons

     

  • Si tu mets du papier tue-mouche un peu partout chez toi tu ne te sent pas coupable de l’hécatombe
    de mouche puisqu’elles sont assez connes pour venir s’y coller envoutées par les phéromones qui imprègnent le papier . Après tu expliques que tu n’a rien contre les mouches mais qu’elles te harcèlent ? Ok mais de quel côté se trouvent la perversité et la cruauté ? Chez la mouche ? Une abeille en réalité rendue folle par les couleurs, les formes et les odeurs d’une vaste prairie, butinant d’une fleur a l’autre , enivrée de nectar et incapable de repérer les fleurs carnivores .


  • Si tu montres ton cul ne sois pas surprise que l’homme arrive avec sa bite .
    Affiches plutôt le prix .


  • Ce que les femmes n’ont pas compris, c’est que la tenue sexy n’est pas un choix libre mais une mode issue du système marchand fondé sur la propagande publicitaire et cinématographique qui exalte l’individualisme et le narcissisme consumériste. Ce qu’elles ne voient pas c’est que liberté de séduire est surtout une liberté de consommer... donc un devoir de travailler. Depuis que le Capital les a envoyées au charbon, elles sont condamnées à faire les putes alors autant le faire avec un peu de pudeur.

     

  • Il est #Cute lui aussi
    Comme quoi on peut-être #JeSuisCute et de bonne compagnie


  • Les exhibs ça a toujours existé, sauf qu’avant y avait pas internet...


Commentaires suivants