Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

Il y a 20 ans, le 12 janvier 1997, s’éteignait le dernier romantique

« Pour moi le luxe est une espère de protestation morale contre le conformisme de la société »

Edern, du nom de ce village breton où trônait le manoir de famille. De Jean-Edern, on peut dire qu’il a animé les décennies 70-80 de sa plume, de ses frasques, de ses coups, de folie et de génie. Un touche-à-tout de talent(s), un animateur télévisuel et mondain, un pur produit du milieu culturel parisien mais en même temps, un emmerdeur anti-système, ennemi de tout reniement.
Debout sur le pont, derrière un nuage d’embruns de plus en plus violents, ce capitaine des Lettres avait senti, 20 ans avant tout le monde, les changements profonds qui allaient ébranler la société française : l’américanisation (accélérée comme par hasard pendant l’ère « socialiste »), le marketing-roi, l’entreprise de défrancisation, la chute programmée du niveau culturel, et l’étranglement de la liberté d’expression. Un des premiers résistants de la démocratie socialo-sioniste.

« Le Pen représente beaucoup de Français de la France profonde. Il faut réconcilier Doriot et Thorez » (1991)

Il ne croyait pas au socialisme, mais il a aidé Mitterrand à gagner en 1981. Pour cela, il a démoli l’image de Giscard dans un pamphlet méchamment torché, Lettre ouverte au colin froid, dont le titre seul suffit à mettre le Tout-Paris de son côté. Malheureusement, l’écrivain ne sera pas récompensé par le poste qu’il guignait, celui de ministre de la Culture. Aurait-il été trop incontrôlable ? On peut imaginer qu’il n’aurait pas tenu le coup dans un univers technocratique aussi étouffant.

Mitterrand lui préférera Jack Lang, l’homme de tous les réseaux, bien en vue chez les gens de la scène théâtrale et musicale. Cette nomination déclenchera un changement à 180 degrés chez Edern, qui tirera à boulets rouges sur le président socialiste, menaçant de révéler son cancer et sa fille cachée. Finalement, il balancera le premier dans un articulet du Matin de Paris, journal socialiste aujourd’hui disparu, et négociera la non-divulgation du second (dans un manuscrit) contre l’arrêt des poursuites fiscales à son encontre. Avec notamment Tapie aux basses œuvres... Il sera l’homme « le plus écouté de France », parmi les 3 000 que Mitterrand fera mettre sur écoute, pas toujours par nécessité politique.

 

 

Mais Jean-Edern, ce n’était pas que bras de fer ou chantage. C’était aussi un vrai styliste, trop foutraque pour travailler en silence et en solitude et laisser une littérature à la postérité. C’est pour ça qu’il fera écrire les autres, dans sa maison d’édition (Éditions Libres Hallier) et dans L’Idiot international, son canard, son anti-Canard enchaîné qui envoyait du lourd. Ce fut un vrai titre subversif, avec des contre-pieds parfaits par rapport à la pensée dominante, qui ne s’appelait pas encore comme ça. Mais ça pointait. Et lui, malin comme un singe, mettait les pieds dans les plats avec une hargne réjouissante, arrosant socialistes au pouvoir et bourgeois ennuyeux de sa verve iconoclaste.

 

 

Le principe de L’Idiot, quelque chose comme la droite des valeurs... qui se perdaient. On y trouvait de Benoist, Soral, Guigne, Limonov (le petit voyou), de Negroni, Beigbeder (Lui), Taddeï, Matzneff, Martin-Chauffier (la plume de Match), Cau, Dutourd (Au bon Beurre), Vergès (Le Salaud lumineux), Nabe, Déon (Hidalgo s’opposerait au retour de ses cendres à Paris), Sportès (l’affaire Halimi), Houellebecq, Besson (Patrick, pas Philippe), Muray, Sollers (quand il était encore un peu antisioniste), Séchan (le frère à la plume acérée, pas le sioniste bourré), et Cruse.

Cruse ? Jean-Paul Cruse, le cégétiste, l’homme du contact électrique rouge-brun, qui fit couler tant d’encre dans la presse de gauche flippée. Le premier prototype de l’alliance entre la droite des valeurs et la gauche du travail. Un projet politique mille fois dénoncé, mais visiblement inarrêtable, parce qu’il semble inscrit dans les racines de la France. La France du pacte gaullo-communiste des années 60, mais d’avant aussi. Si les grands esprits se rencontrent, ils se sont rencontrés à L’Idiot, pas à Charlie Hebdo, l’hebdo qui reprit du service après la guerre du Golfe (1991), tapant sur des cibles mortes depuis longtemps, pour mourir une vingtaine d’années plus tard sous les balles de kalachnikov. L’Idiot, lui, mourra comme un journal doit mourir, pilonné par les procès, ce qui est un gage d’authenticité.

« L’abjection règne. Elkabbach aux mains moites de frousse… »

 

Il y a 20 ans mourait Edern-Hallier, dans des circonstances aussi troubles que sa vie : son appartement sera nettoyé aussitôt après sa mort dans une « chute » de vélo… laissant place à toutes les suspicions. Car il avait des ennemis. Avant tout le monde, il essuiera les plâtres des « associations » qui deviendront de plus en plus actives dans la répression des idées non-conformes.

Après Edern, le dernier des Mohicans, sortira une France peureuse, craignant le bâton oligarchique par-dessus tout. Un bâton qui se lèvera sur Dieudonné en 2004, puis sur toute la réinfosphère. On peut dire qu’Edern est mort d’avoir essayé de résister au rouleau compresseur des puissances du Mal qui allaient imposer leurs valeurs : la duplicité (il dénonçait les magouilles des prix littéraires, qui accouchaient de plus en plus de romans de merde), et le mensonge (L’Idiot le bien-nommé balançait sur les people et les médias connivents). Des puissances en réseau capables d’infliger une triple punition, financière, juridique et médiatique.

 

Edern sur Radioscopie de Chancel en 1988 :

 

Nous saluons aujourd’hui cet homme qui mélangeait dans une posture christique le romantisme d’une défaite annoncée et le charme de la ruine, exhibant les stigmates d’un corps meurtri par les juges du nouveau Sanhédrin.

Pour cerner Jean-Edern Hallier
lire sur Kontre Kulture

 

Edern, puis Soral, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1642698

    Un petit air de Céline.

     

    • #1642775

      Absolument !


    • #1642783

      Il y a bien des ans, en 1983 à Nice, il avait rappelé publiquement que François Chalais était un ancien de "Je suis partout", ce dernier répliquant en le traitant de "salaud", ce qu’il était . Plus tard il traitera le physicien essayiste Louis Leprince Ringuet de "facho" . Hallier se vantait d’avoir des ascendants israélites . Un héritier à Ferrari qui s’encanaillait au milieu de la plèbe . N’a évidemment jamais parlé de Céline - dont il n’était pas digne de cirer les pompes .


  • #1642736

    Sauf erreur, ’animal’ vient du latin ’animus’ qui veut dire esprit...


  • #1642743

    Le ton hagiographique ressemble un peu aux nécros de salopards dans la presse mainstream : tous les défauts sont gommés, le talent était immense, le combat toujours juste, etc.

    Pas forcément le dernier romantique, mais un type courageux... au service de l’ego. Il en rajoutait dans la posture d’opposant pour mieux s’accepter devant le miroir.
    L’Idiot international avait quand même un point commun avec Charlie Hebdo. Ce qu’on y lisait pouvait être si écoeurant qu’on décidait brusquement de ne plus l’acheter. Je l’ai fait pour les deux.
    Je n’ai rien contre les racistes instinctifs ou idéologiques - ils ont leurs opinions. Mais supporter les métaphores animales de Limonov sur les africains et appeler ça la droite des valeurs et la liberté d’expression, je n’y arrivais pas.
    Une fois qu’on a eu compris que Hallier n’avait pas de projet politique sinon dégommer Mitterrand avec ses pauvres moyens, il restait quelques jolies plumes réactionnaires. On peut s’en contenter.

     

    • #1642764
      le 14/01/2017 par Georges 4bitbol
      Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

      J’adhère totalement à votre analyse, l’opposition a f Miterrand pour des raisons peu convaincantes ne fait de J.E Hallier ni un héros posthume de la dissidence, ni un résistant bien efficace au systéme. La posture romantique confuse de ce polémiste a nuit aux aspects politiques intéressants qu’il a pu développer, le temps lui rend hommage par le peu d’intérêt que son œuvre littéraire suscite.


    • #1642777
      le 14/01/2017 par La rochejaquelein
      Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

      @ Mike

      Je ne sonderai pas son égo, ni son cœur, mais je ne crois pas que l’Idiot fut un journal de suprématistes blancs. Ces vainqueurs plus certainement.


  • #1642754

    Les animaux ont une âme,
    ce sont les êtres humains qui n’en ont plus...

    Que dire après Jean Edern Hallier ?
    Brillant et profond ,romantique et réaliste .
    Mitterrand lui préféra Lang symbole de son époque .
    Quant à sa disparition ,mystère... ?
    Merci à l’auteur du beau texte de présentation et d’hommage .


  • #1642759
    le 14/01/2017 par réGénération
    Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

    Heureusement qu’il y a E&R pour rappeler qu’il existait une France avant d’être le territoire occupé qu’on connaît aujourd’hui - depuis une quinzaine d’années -, car les médias n’en parlent pas, ni des hauts personnages ni des hauts faits !


  • #1642807
    le 14/01/2017 par sociologiedemesdeux
    Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

    ...le luxe protestation morale contre le conformisme de la société : j’espère que c’est une plaisanterie ? ou bien la liberté c’est le capitalisme, et l’aristocrate le surhomme...

     

    • #1643911
      le 16/01/2017 par MagnaVeritas
      Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

      Ton niveau d’incompréhension est impressionnant. Tu es un cas d’école je crois. Un tel niveau de confusion est un défi lancé aux esprits brillants.

      En plaçant une synonymie entre luxe et argent et protestation morale, tu en déduis que le capitalisme est la liberté et l’artistocrate le surhomme, c’est-à-dire que le capitalisme serait la protestation et le surhomme, courageux et moral, serait l’aristocrate.

      Le luxe n’est pas l’argent mais le privilège, en l’occurrence il est la rébellion contre la pensée unique indécente actuelle. C’est le sens de la phrase. Ton incompréhension du mot luxe t’a fait tenir un discours de fou.


  • #1642833

    Beaucoup de gens dépeignent le "fou hallier" comme un pamphlétaire avide de succès et de reconnaissances (en témoigne ce fameux "faux" enlèvement). Est-ce vrai ou avait-il un vrai cœur de romantique authentique ? Comment l’en attester ?

    Ma question est sérieuse.

     

    • #1642878

      allez, en notant de 1 (Nabe) à 10 (Céline), je lui mettrai 4,
      le talent ne suffit pas il faut aussi de la valeur humaine.
      cela dit, je me rappelle qu’il avait animé pendant quelque temps une émission de critique littéraire sur une chaîne nationale , il se présentait avec la pile de bouquins du mois, avec à côté de lui une grosse poubelle et une table basse, chaque bouquin avait son sort :
      le plus souvent direct poubelle sans commentaire si ce n’est le titre,
      parfois un commentaire rapide pour expliquer le choix direction poubelle ;
      et enfin les quelques bons bouquins étaient critiquées et avaient le droit à la table basse. un vrai régal ça dépotait sec tout en étant de la vraie critique littéraire pour ce qui en valait le coup.


    • #1642896

      Lisez quelques uns de ces romans pour vous en convaincre.


    • #1643004
      le 14/01/2017 par georges 4bitbol
      Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

      L’émission littéraire où il jetait à la poubelle des livres stupides après en avoir fait une critique expéditive et pertinente était une véritable révolution iconoclaste qui a marqué les esprits. Disons qu’il avait une forte propension à vouloir séduire tout en n’ayant crainte de déplaire. Le système le coinçait dans ses contradictions et lui a fait la peau. Ce qui tend à prouver qu’il était certainement quelqu’un de bien, à débarrasser d’un fatras romanesque dont il s’encombrait lourdement.


  • #1642893

    On l’ oublie trop souvent, mais Edern Hallier était aussi un grand écrivain ! lisez " la cause des peuples" et "l’ évangile du fou" pour vous en convaincre .


  • #1642894

    Je recommande à tous de lire :
    "Bréviaire pour une jeunesse déracinée", précédée par "La sous-culture journalistique".
    Ce sont pour moi de purs chefs-d’oeuvre, des brûlots incendiaires et d’une modernité et d’une actualité incroyables. Peut-être à rééditer par KK ?


  • #1642912

    Je me souviens de Jean-Edern-Hallier lors d’une intervention télévisuelle qui tétanisa la bien-pensance bobo-judéo-sodo parisienne. C’était lors d’une émission (dont j’ai oublié le nom et le thème), il poussa un cri de colère que je n’oublierai pas : "Libérons la Palestine !". Waouw ! Mais c’est qui ce type, je venais de le découvrir. C’était il y a 25 ans, c’était avant Soral.

     

    • #1643744
      le 15/01/2017 par Rahan Abitbol
      Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

      Je l’ai découvert dans l’émission de Dechavane “coucou c’est nous” où il parlait de BHL qui à l’époque était la coqueluche des couche-tard :
      (... de mémoire) « Mais qu’est ce qu’on peut bien avoir à faire de ces petits humanistes à la con qui passent leur temps à nous faire des leçons de morale à tout bout de champs du fond de leurs bureaux douillets ... »
      Bien habillé pour l’hiver, du sur-mesure !


  • #1642971

    On peut relire ses chroniques dans l’Idiot International, mais revoir ses vidéos me replonge dans un monde que je ne regrette pas : La téloche à papa *
    Il était à la limite du comique... toute une époque, sur laquelle BHL a pompé.
    Sous chapitre : la ringardisation de son vivant !


  • #1642992

    j.h c’est un français qui vie et qui refuse le politiquement correcte et qui pense se qu’il veut..aujourd’hui la liberté est à l’honneur alors ! fait se que tu veut faire et vie se que tu vie..


  • #1643285

    Il manque à cet article une précision et une anecdote.
    Jean Edern avait soutenu Chirac et participé à sa première campagne électorale tout particulièrement en prenant un train affrété pour cette occasion.

    Le croisant sur le quai de la gare, en guise de question, un journaliste local lui avais demandé s’il reconnaissait l’auteur d’une chanson et lui avait chantonné, avec l’accent belge, la Vie s’écoule, la Vie s’en va... de Vaneigem.
    Triste, Hallier, entouré de notables et de plumitifs, avait hoché la tête sans répondre.

    Grosse tristesse ce jour-là...


  • #1643375
    le 15/01/2017 par tonio ferdine
    Jean-Edern Hallier contre les puissances du Mal

    Ce mec me fait penser à Céline : et tout comme lui à son époque, on lui à vomit dessus de la manière la plus ginoble qu’il soit ! Aujourd’hui il aurais un énorme auditoire sur le web à n’en pas douter et serais plus que certainement "parmis nous". Repose en paix Jean Edern


  • #1643547

    Il a sans contexte une certaine intelligence c’est sûr , mais c’est un
    personnage exubérants et imbu de sa personne , parfois même blessant
    et méprisant à la hauteur, d’ailleurs , de son orgueil , donc très blessant .

    Je crois qu’il avait eu quelques histoires avec Mitterrand , qui lui , était
    tout autant imbu de sa personne , cruel aussi et dominateur , c’est sûr
    que les échauffourées ont dû être assez brutales .

    Mais en dehors de cela , il avait une intelligence assez fine pour
    prévoir ce qui allait se passer dans notre monde , ce qui n’allait pas
    et là dessus ont doit dire qu’il a eut raison , tous les jours nos mesurons
    la décadence ambiante que nous vivons .

     

  • #1643734

    A propos de la première vidéo j’avais lu quelque part qu’il s’était fait prêter le chien pour faire cette émission de 30 Millions d’Amis et parler de lui et son dernier livre :)


Commentaires suivants