Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

John Wayne flingué par une école de cinéma pour ses propos sur le suprémacisme blanc

Icône du cinéma américain, feu John Wayne semble aujourd’hui en disgrâce. Suite à une campagne menée par des militants antiracistes, l’une des plus grandes écoles de cinéma d’outre-Atlantique va supprimer une exposition permanente dédiée à l’acteur.

 

L’USC School of Cinematic Arts, une des plus prestigieuses écoles de cinéma des Etats-Unis, a décidé le 10 juillet de mettre un terme à son exposition permanente dédiée au monstre sacré du cinéma américain, John Wayne.

Cette décision fait suite à une campagne menée par des étudiants et anciens élèves de l’école depuis octobre dernier. L’acteur mythique américain se voit notamment reprocher un entretien donné au magazine érotique Playboy en 1971, au cours duquel il avait eu des déclarations controversées.

« Je crois en la suprématie blanche tant que les Noirs ne seront pas formés au point de pouvoir exercer des responsabilités », affirmait-il notamment au sujet de la militante antiraciste Angela Davis.

Concernant la communauté afro-américaine, il avait refusé de « se sentir coupable du fait que voici cinq ou dix générations, ces gens étaient des esclaves », et assurait que « certains Noirs tentent de forcer la main pour entrer à l’université alors qu’ils n’ont pas réussi les tests et n’ont pas le bagage requis ».

L’acteur, entre autres entré dans l’histoire du cinéma pour ses rôles de cow-boy dans des westerns américains, avait aussi déclaré au sujet des Indiens d’Amérique et de la conquête de l’Ouest :

« Je n’ai pas le sentiment que nous avons fait quelque chose de mal en nous installant sur leur territoire […] C’était simplement une question de survie. Beaucoup de gens avaient besoin de terres et les Indiens voulaient toutes les garder pour eux. »

John Wayne relégué aux archives

Dans un communiqué diffusé sur le réseau social Twitter, Evan Hugues, responsable de la diversité et de l’intégration de l’école de cinéma, a assuré que cette décision avait été prise dans le contexte du mouvement antiraciste Black Lives Matter.

[...]

En décembre dernier, l’USC School of Cinematic Arts avait pourtant refusé de supprimer l’exposition, assurant vouloir plutôt y ajouter des contenus permettant d’enrichir les points de vue concernant le cinéma américain. Mais sous la pression et les accusations de « soutien à la suprématie blanche », l’école a finalement cédé.

L’aéroport John Wayne sur la sellette ? Le 30 juin, le Parti démocrate du comté d’Orange (Californie) avait condamné « les déclarations racistes et sectaires de John Wayne », et demandé que son nom soit retiré de l’aéroport situé à quelques kilomètres de Los Angeles.

Cette demande avait fait bondir Donald Trump, qui l’avait alors qualifiée de « stupidité incroyable ».

Lire l’article entier sur francais.rt.com

Du mythique au pitoyable, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je suis pas un grand fan de John Wayne, mais là on continue le processus de coupage de couilles, au moins John Wayne représente le cow-boy qui dit ce qu’il pense et qui en a rien à secouer...

     

  • Il faut quelle formation pour devenir "responsable de la diversité" ?


  • Et le délire continue, tant que les blancs mettront un genou à terre et seront gouvernés par des fiottes ! Justin Trouduc en est un beau spécimen ! Vous avec aussi La Merluche, dit Jean-Luc Mechancon !

     

  • Ceux qui doivent rigoler à gorge déployée sont les asiatiques et les africains d’Afrique, devant tant de conneries !

     

  • Le grand ménage continu. Mais attention, l’unique but est d’attiser la haine et raviver les conflits interraciaux. Tout le reste n’est que foutaise. Il faut du conflit permanent afin d’assurer un contrôle total de la population et continuer les innombrables magouilles dans son dos


  • Va y avoir du monde dans la charette : John Wayne... + Griffith, John Ford, Raoul Walsh, Howard Hawk... etc...


  • Le vrai problème n’est pas le " blanc",à qui,jusqu’à preuve du contraire,on doive toutes les inventions du monde moderne depuis des décennies,le vrai problème,est que la bêtise semble se développer plus vite que l’intelligence.
    Le fait de ne pas reconnaître que les inventions viennent du monde blanc est déjà malhonnête et stupide en soi.Si énoncer une évidence devient raciste montre que les anti-racistes sont complexés.Par ailleurs, être complexé parce que notre civilisation,de par ses valeurs,sa philosophie,réussit ,fait preuve d’hypocrisie pour ne pas dire plus.Bien sûr,ceux qui souscrivent à cette grossière manipulation sont naïfs ou
    mal-intentionnés.Toujours est-il qu’on peut en rigoler,car celà ne nous en touche même pas une,on continuera à inventer et on les ...

     

    • Quelques inventions :
      Le capitalisme et son contraire = moyen de domination des masses
      le vaccin = le poison
      l’école = destruction de l’individu dés son plus jeune âge
      l’alimentation = complément du poison
      le cinéma = la magie moderne accessible même aux incultes
      les voyages dans l’espace = accessoire de magie pour faire semblant d’élever l’être humain
      l’automobile = un impôt de plus
      la rémunération = moyen de privation de liberté et de domination
      ... à compléter, merci.


    • Le problème n est pas d avoir inventé ou pas. C est surtout cette manie de la mémoire pour le coup inventée car en d autres siècles on célébrait pour ne pas oublier. Le devoir de mémoire est devenu une obligation de se culpabiliser à chaque génération et bien entendu ils le perpétuent pour chaque souffrance passée où à venir, peu importe du moment que l on se divise à tort ou à raison, la manipulation réussira car chacun peut se trouver un coupable violent envers lui ou sa civilisation. Une ingénierie satanique, elle ne fait que commencer.


    • Attention à ne pas confondre civilisation et technologie, cette dernière servant de cache misère à la première, et permettant de masquer son absence.


    • Les grandes inventions proviennent du monde blanc, méditerranéen dans son ensemble, ainsi que de l’Asie. Me corriger si je me trompe


    • @ABH ;
      Permettez-moi de douter de votre intention !
      Une civilisation qui prospère est une civilisation qui s’enrichit à tous niveaux,non seulement au niveau technologique,qui n’est pas là pour masquer son absence,mais bien au contraire pour la mettre en valeur !Or une civilisation qui prospère démontre que son niveau spirituel n’est pas absent:celà se traduit dans ses arts par ex. et la France à ce niveau est très bien placée,comme tout le monde occidental du reste,que celà soit en littérature,en philosophie,en peinture,en sculpture,en architecture,en musique etc,etc..Et les évolutions dans tous ces domaines ont été constants au fil du temps,.sans spiritualité,sans essor de la civilisation,points d’arts !
      Vous le constaterez aisément en regardant d’autres civilisations qui sont restées depuis des lustres sans rien inventer,ni dans les arts,ni au niveau scientifique ou technologique,rien,zéro,et on les voit souvent voulant nous donner,à nous, des leçons de spiritualité !Comme si leur civilisation était attrayante !On pourrait dès lors se poser la question du pourquoi ils veulent venir si ce n’est pour avoir les avantages civilisationnels que nous avons.
      Non,la réussite civilisationnelle attire du monde comme vous le constaterez.Le plus marrant est que ceux qui viennent en Occident veulent garder leur spiritualité d’un autre âge souvent,et dont on peut douter qu’elle ait fait ses preuves dans quelque domaine que ce soit.


    • @Florent qui écrit "Les grandes inventions proviennent du monde blanc, méditerranéen dans son ensemble, ainsi que de l’Asie. Me corriger si je me trompe"
      Vous vous trompez partiellement, bien sûr il y eu de grandes civilisations provenant du monde blanc et moins blanc autour du bassin méditerranéen et en Asie, mais les grandes inventions des temps modernes proviennent en majeur partie des peuples européens en incluant les Russes.


    • @le vengeur masqué
      Vous confondez attrait économique et identification à une civilisation, le capitalisme a joué un rôle déterminant dans l’expansion de la civilisation occidentale autant matériel que morale, ou tout simplement politique. Sa modernité est aussi à mon sens la cause de la perte de spiritualité ou de la tradition..., vous pouvez le constater par vous même sans remonter trop loin dans le temps. L’évolution des moeurs est dictée par des mastodontes de la communication du type Hollywood ou autres médiats à la solde de ce même capital, Dieu est dans les oubliettes quand jadis il était dans les cœurs, bref... vous devez certainement vous douter de ce semblant de société ou civilisation avancée vers un progrès qui l’étouffe à petit feu, voulu pour ne plus faire humanité, mais un individu face à son sort...Quand on a dit ça, on ne devrait plus s’étonner de la non adhésion à notre soi disant civilisation technologique ou simplement en perte de spiritualité de certains récemment arrivés sur notre sol, ou entre nous ils n’ y ont rien à y faire, à force de passer notre temps à les blâmer, on se refuse le droit de nous reconnaitre pour être mieux armés face à toute intrusion d’où qu’elle vienne, on continue le massacre de nos traditions, et notre vraie civilisation, pas celle imposée par les sbires du capital qui nous pompe toute vitalité collective.


    • Observateur humain : à compléter en effet, donc maintenant vous retournez la médaille, et vous sortez le bon. Et globalement, vous verrez que le monde occidental est à l’origine de l’évolution ( dans beaucoup de domaines ) dans une civilisation, la preuve en est en regardant les pays qui sont encore à l’âge de pierre et ceux qui se sont modernisés, ils le doivent à qui ? Comme avait dit feu le Roi du maroc Hassan II en parlant des saoudiens : " s’ils n’avaient pas eu la technologie occidentale pour leur pétrole, ils seraient encore assis sur leurs ânes au lieu de rouler en rolls ".


    • Passons sur le procès d’intention. Je vous propose de lire L’esprit famillial de Mgr. Delassus qui définit le moteur et les critères principaux d’une civilisation : la qualité de la vie de famille et l’entraide entre les classes sociales. Le développement materiel (maîtrisé) est un fruit de la civilisation mais n’en est pas un critère infaillible. La modernité donne l’exemple d’une profonde décadence civilisationnelle couplée à une fuite en avant technologique qui est, je le répète, un cache misère.


  • John Wayne était (est encore) l’une des idoles (avec Eastwood ou Howard Hawks ou Leone) d’un des plus brillants élèves de l’USC : John Carpenter.

    Question : Les journaleux gauchistes de la culture pop’ vont-ils retourner leur veste en prétendant que finalement, John Carpenter n’est plus " trop talentueux pour être réac’ " et un "grand révolutionnaire" ?


  • J’ai toujours détesté John Wayne et Gary Cooper dans leur rôle du cow-boy glamour rasé de près, bien fringué et parfumé, les cheveux toujours bien peignés et hydratés au gel. Des cowboys bien élevés toujours prêts à défendre la veuve et l’orphelin face aux "hordes indiens". Le western hollywoodien est une vraie caricature, de la pure propagande, d’un coté les gentils cow-boys, de l’autre les méchants indiens. Il a fallu attendre Sergio Léone pour qu’il restitue la réalité historique de la sauvagerie du Far-West avec des personnages poussiéreux et violents qui correspondent plus au profils de l’époque.

     

    • Voyez "Stagecoach" (1939), "My Darling Clementine" (1946), "She Wore a Yellow Ribbon" (1949), "The Searchers" (1956), "The Man Who shot Liberty Valence" (1961). Ce sont tous des "western" de John Ford, tous avec John Wayne. L’idéal est de les regarder 5,10, 20 fois en essayant d’analyser la forme et le fond (le discours, l’idéologie) Vous ne comprendrez pas comment vous avez pu écrire ce commentaire. Bon cinéma !


    • @Nabil :
      - " Le western hollywoodien est une vraie caricature, " : Oui.
      - " de la pure propagande, " : Tout à fait.
      - "d’un coté les gentils cow-boys, de l’autre les méchants indiens " : Parfaitement.

      Et si c’était précisément le but recherché ? Depuis quand le cinéma est-il au service de la Vérité ? À Hollywood, le champion de boxe, c’est ROCKY, le Blanc déclassé. Dans la réalité, le champion de boxe, c’est MUHAMMAD ALI, le Noir qui savait penser.

      Le cinéma, et les arts en général, ont pour vocation d’édifier et de propager la légende d’une race déterminée. Le Western est donc ce genre censé glorifier l’intrépidité, le code de l’honneur, l’esprit pionnier, l’idéal libertaire et transgressif du mâle blanc ; Les films sur l’esclavage glorifient la résilience du peuple noir ; les films de Woody Allen esthétisent la névrose de l’anti-héros Juif en errance dans un monde post freudien, les films de Polanski travaillent à la déification du Juif comme figure de la résistance à l’oppression.

      Par conséquent, tout cinéma n’est que propagande et idéologie, sous couvert de divertissement : le cinéma a toujours été le terrain d’expression des suprémacismes.


    • Pardon, "My Darling Clementine" était avec Henry Fonda. Un autre western de Ford avec Wayne c’est "Rio Grande" (1950), excellent, puis il y a aussi "Fort Apache" (1948). Si Ford était vivant aujourd’hui, je me demande s’il ne serait pas un peu soralien (voir "The Grapes of Wrath" (1940) et "How Green Was My Valley" (1941). Il était du côté du peuple, de la famille, de la nation, il croyait dans la solidarité entre les hommes. Son regard est un peu froid et objectif sur le sort des Indiens d’Amérique, mais il sait souvent aussi reconnaître leur valeur et leur courage, exprimer de la compassion pour eux et s’indigner des promesses non tenues à leur endroit. Il s’était authentiquement lié aux Navajos je crois, qui habitaient la région de Monument Valley où il tournait ses films. Il les a supporté économiquement. John Wayne quant à lui a incarné parfaitement le héros "fordien" avec toutes ses valeurs, c’est bien ce que lui reprochent les antiracistes.


  • Le changement de population s’accélère !!!


  • Non, mais on croit halluciner ! À mon humble connaissance,
    - les empereurs chinois de la dynastie Ming vantaient l’hégémonie asiatique ;
    - les rois de Namibie et d’Ethiopie exaltaient l’aristocratie subsaharienne ;
    - les croisés d’Allah en charge de l’expansion de l’Islam célébraient la suprématie arabe au combat ;
    - les Blancs, et bien on la ferme, parce que...

    Je constate que les peuples qui ont failli au devoir de glorifier leur propre supériorité ou n’en n’ont pas eu l’intuition (Amérindiens d’Amérique du Nord et latine et de l’Amazonie, Inuits d’Alaska), sont ceux qui ont fini assimilés, acculturés, décimés. Survivre aux contingences de l’Histoire présuppose une conscience de soi, exagérée s’il le faut, car la grande geste civilisatrice qui fait émerger cultivateurs, bâtisseurs, inventeurs, soigneurs, éducateurs, forces défensive et offensive, artistes et artisans, s’apparente à un mouvement épique de la conscience collective, qui ne peut trouver naissance que dans l’hypertrophie, la bouffissure hyperbolique, voire la mythification de la représentation d’une race par elle-même.

    C’est cette intime conviction de leur bon droit et de leur supériorité de race qui a permis aux Noirs réduits en esclavage de prospérer en nombre et en force physique malgré leur statut, et qui permet aux Palestiniens, par exemple, d’avoir en moyenne 6 à 7 enfants par femme, en dépit de leur taux de mortalité politiquement programmé.

    Donc interdire aux Blancs de déclamer, avec la même grandiloquence que les autres, le récit de leur propre supériorité de race, résonne comme une condamnation à mort. Qui bono ? Qui a intérêt à faire passer pour raciste ce qui est de l’ordre du symbolique ? Si les autres le font, alors les Blancs auraient tort de s’en priver... Sous peine de finir au Muséum d’Histoire Naturelle.

     

  • Perso, ce qui me dérange dans les propos de John Wayne, ce ne sont pas du tout les propos sur les noirs, qui ne sont pas si terribles : en gros, il dit qu’à cause d’un passé culturel et sociologique particulier, ils n’étaient pas habitués à prendre des responsabilités sociétales telles que la civilisation occidentale concoit ces responsabilités. Ca mange pas tant de pain que ca, et c etait vrai aussi a certaines epoques pour les asiatiques egalement. Il y a eu des epoques où les japonais n avaient pas non plus de societe a l occidentale, ni les chinois non plus. Et alors ? Tout change avec le temps. J Wayne n a pas essentialisé le racisme, il l’a juste relativisé et a dit "tant que", c’est pourtant clair.

    Par contre, ce que je trouve ignoble et pourri dans ses propos, c’est de dire qu il n y a eu aucun tort à envahir le territoire americain et à massacrer les indiens pour leur voler leurs terres. Ca, c est indéfendable, très hautement criminel, et il ment, les indiens n’avaient pas la force nécessaire pour resister aux blancs, et il n etait pas du tout necessaire de les massacrer presque en totalité, de leur refiler volontairement des maladies, le cholera, l’alcool, et cie. Sinon, on peut justifier que tout le continent africain a le droit d’envahir l europe sous pretexte qu il n y a plus de place viable la bas (trop de déserts), que la chine a le droit d envahir japon, coree, pakistan, etc, et que l inde a le droit d envahir l australie pour cause de surpeuplement. C est débile et criminel, les gens n ont qu’à tenir leurs couilles qu’ils prétendent avoir et arreter de se reproduire comme des lapins. A quoi sert de pretendre avoir des couilles si on n en a pas la maitrise ? Vous me voyez venir : spirituellement, le passé paraissait plus viril, mais c est un leurre, un conte pour naifs, les anciens etaient deja des tapettes, etre un criminel n’est pas de la virilité, c’est un crime et donc de la lâcheté, ca equivaut au LGBTisme actuel, qui est la suite logique.
    Rien ne résume mieux l Histoire que cette sortie d Audiard : "merde, on tourne en rond, merde, on tourne en rond, merde, on tourne en rond....."
    Sans spiritualité, tout est déjà mort.


  • " C’était simplement une question de survie. Beaucoup de gens avaient besoin de terres et les Indiens voulaient toutes les garder pour eux. "

    J’encourage donc tous ceux qui ont du mal à survivre à débarquer sur les terres des descendants de John Wayne pour les accaparer.

     

    • La terre est à tout le monde. C’est cela que John a voulu dire et je lui donne entièrement raison !


    • C’était un autre époque, on ne va pas refaire l’histoire des déplacements voire colonisations de tout poil au travers des millénaires, qui ont donné la construction des pays actuels, la majorité des pays sont tous indépendants, et ceux qui ne le revendiquent pas sont intéressés par rester dans le giron de leurs " colonisateurs ", business, protection et avantages sociaux obligent. Aujourd’hui, il y a des frontières et les pays ne doivent plus être touchés, chacun chez soi et les vaches seront bien gardées comme on dit. Quoique nos frontières d’Europe ne sont plus que des passoires. Quoiqu’il en soit la chasse aux blancs, au monde occidental dans son ensemble, ça fait plus de 40 ans c’est organisé, et tout est bon à remettre sur le tapis pour l’étayer, comme dernièrement pour St Louis, et bien d’autres vont avoir le même sort.


  • A Hollywood ordre a été donné à certains stufios de ne plus embaucher que des Noirs, des femmes et des LGBT , mais plus aucun Blanc ! (source : dp) .

     

  • Au delà de l’acteur merveilleux avec un très grand A parce que ce grand Monsieur a à son actif des centaines de films, John était quelqu’un d’extrêmement croyant et il n’a pas hésité dans l’un de ses films à écrire lui même un texte sublime d’une sacrée force. Je ne crois donc pas à toutes ces conneries qu’on raconte sur lui, John a toujours eu beaucoup de respect pour les héros de la guerre, les vrais hommes. Il a lui même financé et produit certains films issus d’histoire vraie pour montrer le sacrifice ultime des combattants et leurs faire honneur. Salir la mémoire de ce grand Monsieur c’est purement degueulasse !

     

    • Antoine,

      Tu es assez buté et sophiste, parlant d’une chose pour ne pas parler du sujet.
      Car personne n’a nié que c’etait un acteur d’exception, courageux, etc. On est d’accord là dessus. Le sujet, ce sont ses propos qu’il a tenu, rapporté ici par ER, et qui sont réels.
      Idem pour Corinne ci-dessous qui dit que c’est un "grand acteur" , sans parler du sujet.
      Bien sur que c’est un tres grand acteur (dont j’apprécie les films), mais vous, vous devez apprendre à argumenter de facon précise, sans faire diversion avec des "à côtés" hors sujet.


    • Justement quand on connaît l’acteur et l’homme derrière l’acteur on sait aussi qu’il a dit : ‘il y a le bien et il y a le mal et il faut choisir parce que sinon on est aussi mort qu’un hibou empaillé’.. Alors que l’on arrête de sortir les phrases de John de leur contexte et qu’on s’intéresse à tout ce que cet homme a fait. Les actes parlent bien plus que les mots sortis de leur contexte.


  • Ils déterminent l’avenir des peuples, contrôlent le présent, réécrivent le passé.

    Qui sont-ils ?...

     

  • Ils peuvent balancer leur venin John a des ailes cela ne l’atteint même pas. Demandes à n’importe quelle personne sur cette planète ´quel est pour vous le plus grand acteur de western ?’ et tu verras la réponse.


  • ll fut longtemps où j’ai cru que les Natives étaient des sauvages et les conquérants de l’Ouest des héros dont John Wayne était (selon les chevauchées) la figure tutélaire, quand bien même je lui préférais ce crooner - alcoolo - de Dino et, plus tard, m’éclatais avec Blondin, tout en portant - éternellement - au pinacle du genre le « Il était une fois dans l’Ouest » dirigé par la baguette du génie d’Ennio Morricone... À moins que ce ne fût le regard de Jill McBain qui m’éveillât : ses épaules ? Plus bas ?
    ...
    Peut-être la soif d’aventure, l’explorateur qui demeure en chaque être humain un peu curieux.
    Et puis, l’on apprend plus en profondeur et l’on se rend compte, aussi, que le cannibale qui joue dans King Kong peut être aussi un pasteur qui se fait buter un jour d’avril 1968, parce qu’il a fait un rêve.
    "Because no lie can live forever."
    Aussi, dans mon for intérieur, je me suis toujours demandé quand la figure Davy Crockett, seul sur son Fort Alamo, finirait rattrapé par la patrouille : nous sommes en 2020 et la trompette entonne El Deguello... derechef.
    Envoyez les tambours !

    1985, « Shoah », 1985 encore, « Touche pas à mon Pote », 2013, « Black Lives Matter » et maintenant ? GéronimoOOo... ?

    Mais que les gonzes ne s’y trompent pas : d’attiser les tensions en forgeant les rencontres, les « retrouvailles » de manière brutale et intéressée, ne se fait pas dans la guimauve.
    Tu me diras, il faudrait étudier ce qu’est la réconciliation, jusqu’à la congruence.

     

  • Sur la partie sur les Afro-américains, il n’y a pourtant pas grand chose à contre-dire. Il ne parlait pas d’infériorité raciale d’un point de vue biologique mais plutôt de connaissances et expériences, ce qui est compréhensible dans l’Amérique de cette époque. Il dénonce des attitudes qu’on vit pleinement aujourd’hui comme la repentance des générations non-concernées et de la "discrimination positive".

     

    • Tout à fait d’accord. La partie des indiens est selon moi une bêtise (je note que vous ne l’avez pas défendue d’ailleurs), mais tout le monde a le droit de dire des bêtises !
      Y compris les acteurs à qui on a pris cette stupide manie de demander leur avis sur des sujets politiques, donc très variés, alors qu’ils en sont aussi spécialistes qu’un comptable en physique nucléaire !
      Et concernant la partie sur les noirs, il considère juste un retard en matière d’innovations et de formation "moderne", disons. Aucun jugement de valeur sur les capacités intellectuelles innées à l’horizon ! Et quand bien même ç’aurait été le cas, il aurait le droit de dire une bêtise.


  • Et sinon l’annexion de se qu’il reste de territoires palestiniens illégalement par Israël ses bobos de l’USC Cinematic School Of Arts ils en pensent quoi ? *Bruit de crickets*

    Il est impératif de mettre fin à cette politique d’auto-flagellation nationale appelé couramment repentance, il est indigne pour toutes nations de se répandre en excuse pour leur politique expansionniste. Si il y a eu des abus qu’ils soient expliqués dans les livres d’histoire correctement, contextualisés et que les faits soient rappelés sans être biaisés afin que les nations ne reproduisent pas les mêmes erreurs. Les bourreaux se doivent d’être humbles et les victimes se montrer digne et ne pas mettre en scène sans cesse leurs souffrances en spectacle pour se faire un billet !

    Il n’y a rien de mal à se qu’à dit cet homme et je ne vois pas l’intérêt d’aller s’épancher ni même de condamner les propos d’un mort, cette gauche nécrophile n’a de cesse de me débecter.


  • L’école de cinéma ferait mieux de s’occuper de son cul, parce qu’ils ont encore fort à faire .John Wayne en a que foutre de vos états d’âme, il a fait ce qu’il avait à faire, c’était loin le meilleur des acteurs, mais je vous souhaite de faire la même carrière, ce qui ne risque pas de vous arriver, surtout avec des idées à la con comme ça et le cinéma ce qu’il est devenu (comme le reste) qu’il repose en paix, point .


  • Au cinéma, les personnages de John Wayne combattent la morale des faibles décrite par Nietzsche. John Wayne ressemblait à ses personnages. Et ce n’est pas la mise en scène anachronique d’une citation qui pourra détruire son travail. Se battre contre des morts : voilà les faibles !


  • Quel dommage, John Wayne fut pour moi un idole, quand j’etais petite, il incarnait encore l’homme viril et protecteur , invincible, et il me faisait rêver dans ses western de l’epoque, mais aussi, " la taverne de l’irlandais" ou bien " qui a tué Liberty Valence " , un acteur sans compromis, vraiment, l’idéologie mortifère progressiste est en train de tout détruire , à commencer par les rêves auxquels les jeunes gens ont droit, et dont ils sont privés, accompagnés de valeurs telles que véhiculées par un John Wayne, et remplacées malheureusement par du sordide, de l’avillissement, de la corruption et finalement un néant physique et psychologique !


  • Quelle hypocrisie tout de même, on peut remonter jusqu’à l’avènement de l’humanité comme ça et on trouvera toujours un sujet pour alimenter les pleurnicheries (ce qui en fait le dogme de certains).
    La véritable question c’est qu’est-ce qu’on fait maintenant ?
    On se tape sur la gueule ou alors on retrousse les manches pour ne plus reproduire les mêmes erreurs...
    Pour ce qui est de Wayne il a simplement émis des réflexions qui n’engagent que lui, ce n’est quand même pas lui qui a décimé les amérindiens et vendu des Esclaves. Il est juste le fruit d’une idéologie qui faisait que tu naisses blanc ou noir il fallait s’adapter...
    George Floyd aurait été blanc les choses auraient été différentes


Commentaires suivants