Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Jordanie : accusé de complot, l’ancien prince héritier a été "assigné à résidence" par l’armée

L’ancien prince héritier et demi-frère du roi Abdallah II de Jordanie a annoncé avoir été « assigné à résidence » dans son palais d’Amman, après avoir été accusé par l’armée d’activités contre « la sécurité du royaume ». Dans une vidéo transmise à la BBC par son avocat le 3 avril, le prince Hamza a affirmé que le chef d’État-Major de l’armée s’était rendu à son domicile et lui avait signifié qu’il n’était « pas autorisé à sortir ». Il a nié avoir pris part à un complot et a accusé les autorités de son pays de « corruption » et d’« incompétence ».

 

L’agence de presse officielle Petra avait indiqué plus tôt que les autorités avaient arrêté un ancien conseiller du roi, Bassem Awadallah, et un nombre indéterminé d’autres personnes pour « des raisons de sécurité », alors que le quotidien américain Washington Post faisait état pour sa part d’un complot visant à renverser le roi. Dans un communiqué, le chef d’État-Major jordanien, le général Youssef Huneiti, a précisé que le prince Hamza avait été « appelé à arrêter des activités qui pourraient être utilisées pour porter atteinte à la stabilité et la sécurité du royaume », mais a démenti son arrestation. « Personne n’est au-dessus de la loi. La sécurité et la stabilité de la Jordanie passent avant tout », a déclaré le général Huneiti.

« Toutes les mesures qui ont été prises l’ont été dans le cadre de la loi et après une enquête approfondie », a-t-il ajouté. Des vidéos sur les réseaux sociaux ont montré un déploiement massif de la police près des palais royaux, dans le quartier de Dabouq à Amman.

 

« Complot complexe »

Selon le Washington Post, le prince Hamza est visé par une enquête après « la découverte de ce que des responsables du palais ont décrit comme un complot complexe et de grande envergure » visant à renverser le roi Abdallah II.

« [Ce complot] comprenait au moins un autre membre de la famille royale ainsi que des chefs tribaux et des membres de la direction de la sécurité du pays », a-t-il ajouté, citant un haut responsable d’un service de renseignement du Moyen-Orient.

« Je ne fais partie d’aucun complot ni d’aucune organisation malfaisante », s’est défendu le prince dans la vidéo, regrettant qu’il ne soit plus possible, selon lui, d’exprimer son opinion ou de critiquer les autorités « sans être intimidé, harcelé ou menacé ».

Le pouvoir jordanien pense que « ses intérêts personnels, ses intérêts financiers, sa corruption est plus importante que la vie, la dignité et l’avenir des dix millions de personnes qui vivent ici », a encore accusé le prince Hamza.

« Malheureusement, ce pays s’est enfoncé dans la corruption, dans le népotisme et dans la mauvaise administration, avec pour résultat l’anéantissement ou la perte de l’espoir », a-t-il poursuivi.

 

Dépouillé de son titre

Hamza est le fils aîné du roi Hussein et de son épouse américaine, la reine Noor, née Lisa Halaby. Conformément au souhait de son père, décédé en 1999, il avait été nommé prince héritier lorsque Abdallah était devenu roi. Mais en 2004, Abdallah l’avait dépouillé du titre et l’avait donné à son fils aîné Hussein.

La personne dont l’agence Petra a annoncé l’arrestation, Bassem Awadallah, a été chef de cabinet du roi de 2007 à 2008 puis chef de la Cour royale jusqu’en 2008. Cet ancien ministre des Finances et du Plan était très proche du souverain jordanien mais aussi une figure controversée.

Bassem Awadallah avait démissionné de son poste de chef de la Cour royale en 2008 après avoir été accusé par certains députés et autres politiciens ainsi que par des journalistes de s’ingérer dans les plans de privatisation du pays.

Deux alliés de la Jordanie ont vite apporté leur soutien samedi au roi Abdallah II. « Le roi Abdallah est un partenaire clé des États-Unis, et il a tout notre soutien », a déclaré le porte-parole du département d’État américain, Ned Price.

En Arabie saoudite, le palais royal a également fait part dans un tweet de « son appui total au royaume hachémite de Jordanie [...] et aux décisions et mesures prises par le roi Abdallah II et le prince héritier Hussein pour sauvegarder la sécurité et la stabilité [dans le pays] ».

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a affirmé son « soutien au royaume frère de Jordanie » et à « toutes les mesures qu’il prendra pour assurer sa sécurité et sa stabilité ».

L’assignation à résidence du prince et les arrestations surviennent à quelques jours de la célébration du centenaire du royaume. Le 11 avril 1921, le roi Abdallah, dirigeant du nouvel État de Transjordanie, avait formé son premier gouvernement, après la création de l’émirat en mars 1921, aux côtés de la Palestine pendant le mandat britannique.

À lire, sur E&R :

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le roi doit être content du soutien arabe.

    Il espère pouvoir compter sur les fins couteaux du cousin, experts en découpe et transformation en pâtée pour chat.
    On ne sait jamais...

     

    Répondre à ce message

  • Le roi de Jordanie, a signé son arrêt de mort en ne soutenant pas le processus de normalisation de certains pays arabe avec Israël.

    Le prince Hamza proche de Tel Aviv et des émirats était donc tout désigné pour remplacer le Roi et lancer la Jordanie dans la normalisation. Vu le sujet, l’histoire n’est pas fini et je crains fort pour la stabilité de ce pays dont le chute serait une catastrophe pour la Syrie et l’Iran. Ces deux pays étant sous embargo la Jordanie et ses banques servent de paravent Financier à la contrebande qui contrecarre les sanctions internationale. Les enjeux sur la Jordanie concernent donc directement tout l’arc de la résistance (comme au Liban)

    Il faut noter que "The Washington Post" a sorti l’information plus de 3 heures avant que celle ci ne soit révélée en Jordanie même ou dans les ambassades occidentales. Comment ce journal Américain a t’il eu l’info avant même les services occidentaux ? (Il fut un temps ou personnes ne bougeait sans au minimum informer votre gouvernement ! je peux vous dire que l’ambassade de France a appris la nouvelle à la télé Jordanienne)
    Affaire a suivre de très près,
    Le Carthaginois

     

    Répondre à ce message

    • Merci à vous. Je crois que c’est ainsi que les médias de l Axe de la Résistance voient les événements puisque Abdallah a déjà fait face à un début de printemps arabe il y a quelques temps, or il a aussi refusé de prolonger un accord avec Israël datant de 1994 (portant sur un "partage" de terres agricoles, si mes souvenirs sont exacts)
      La position de la Jordanie n’est pas facile. Elle rappelle un peu celle de la Tunisie, je trouve.

       
  • La jordanie est un état créé ex nihilo en 1946 par la grande bretagne comme soupape de sécurité pouvant servir un jour comme état pour les palestiniens spoliés de leurs terres. D’ailleurs le budget de l’état jordanien sera financé pendant de nombreuses années par la grande bretagne. Concernant le rôle du roi de Jordanie, il est le même que celui du Qatar, du Maroc ou d’arabie saoudite, celui de veiller aux intérêts impérialistes, défendre Israel, et fournir (trahir) des informations sur les pays progressistes de la région (Irak, Syrie...). Israel a par exemple reconnu que le roi Hussein de Jordanie et Hassan II du Maroc ont donné des informations décisives concernant le déclenchement des guerres israelo arabes (enregistrement de reunions de la ligue arabe, plans d’attaque ...) contribuant directement par cette trahison aux défaites des pays arabes dans les guerres contre Israël.

     

    Répondre à ce message

  • 2021 : en ce bas monde, si vers 40 ou 50 piges tu n’es pas comploteur ou complotiste tu as raté ta vie...

     

    Répondre à ce message

  • A ben si on.voit les usa et la saoudie soutenir le roi abdallah , c’est que la verite la justice etc sont de sont cote c est sur !!

     

    Répondre à ce message

  • Jordanie construction, une fois de plus, occidentale. Royaume de pacotille.
    Retirez les Palestiniens, les irakiens, les libanais et autres Syriens de ce territoire qui est la Palestine il en restera un tas de bédouins incultes incapables de manger le poisson cuit !

    Les constructions americo europeo sionistes sont des châteaux de cartes un s’effondrent et vous avec :) très très très réjouissant :)

     

    Répondre à ce message

  • Au centre d’Amman ce trouve une immense base américaine avec aéroport. Les pick-up Toyota spéciaux pour combattre dans ces pays et livrés à Daesch seraient fabriqués par Toyota Jordanie.

    Il parait difficile de penser que s’il y a une intention de coût d’Etat ou de déstabilisation du régime jordanien, les Israélos-US ne soient pas informés sinon à l’origine.

    Il faut aussi prendre en compte la prochaine étape des forces d’occupation de la Palestine, celle de s’emparer de la Cisjordanie

     

    Répondre à ce message

  • Intéressant : cette toute récente assignation à résidence du demi-frère du roi Abdallah II de Jordanie pourrait-elle avoir un lien avec le projet de nouvelle "route" des fibres optiques diffusant l’internet ?

    https://reseauinternational.net/com...

    Pour rappel, la nouvelle route des câbles passeraient par Israël et l’Arabie Saoudite. Le contrôle de la nouvelle route serait un atout majeur pour certains états (suivez mon regard). Les rapports de force liés à la mise en place de cette route pourraient avoir un lien avec (1) les normalisations en cours entre Israël et les Etats du Golfe (2) la toute récente assignation à résidence du demi-frère du roi Abdallah II de Jordanie (pays par lequel passerait la nouvelle route) ? (3) le récent blocage du canal de Suez par l’Evergreen. Concernant ce troisième événement, j’avais été étonné de combien la situation de blocage semblait catastrophique, et comment elle avait pu être débloquée rapidement…

     

    Répondre à ce message

  • La Jordanie tenait la route sous l’autorité du roi Hussein... mais comme l’Histoire le montre si souvent, les grands rois ont pour successeurs des gouapes qui sont capables de vendre la ferme et les chevaux !

     

    Répondre à ce message

  • c’est comme cela que ça se passe dans les dynasties arabes, lisez l’Histoire , ça baigne dans le sang, mais aujourd’hui à part les saoudiens qui découpent encore à l’ancienne, on exile en ruinant c’est plus cool...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents