Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

Julien Rochedy a lu Le Mythe de la virilité, le dernier livre de la philosophe féministe Olivia Gazalé.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

Comprendre l’importance de la virilité avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1884035

    C’est le bon sens même ! La fonction de l’homme est la protection de la famille aussi il doit être armé pour cela, et ce sont les qualités qu’offrent sa virilité qui vont lui permettre de mener à bien cette fonction. Les piètres efforts des femmes pour devenir viriles sont d’un ridicule...les femmes policiers...quelle caricature !
    Aussi messieurs, je vous encourage à développer votre virilité dans le sens de la protection, du respect de la féminité. La femme retrouvera par votre exemple la place que les sirènes du NOM lui ont fait perdre.

     

    • #1884101

      Plus pragmatiquement il est plus facile de féminiser l’homme que de viriliser la femme.
      La solution est alors de niveler par le bas.
      De même que le principe "d’égalité homme/femme" ne consiste pas de hisser le femme au niveau de l’homme.. mais d’abaisser l’homme au niveau de la femme (toujours nivelé par le bas).
      La femme alors ne gagne absolument rien dans cet "égalité".
      Plus clairement le concept n’est pas de faire "gagner" (et puis quoi encore !) mais de faire perdre des acquis.
      En somme, une calculette qui ne marche qu’avec des opérateurs "-" et "/".
      Où les touches "+" et "x" n’existent pas pour le citoyen de base.

      Ainsi tout est numérique. tout passe par le nombre.
      On parle d’égalité hommes/femmes mais on ne voit que des quotas.
      Or l’inégalité chez l’humain n’est pas dans le nombre (même s’il était numériquement strict)... mais le statut.
      Qu’est-ce qu’on en a à faire qu’il y ait un strict quota hommes/femmes chez les chats... et un strict quota hommes/femmes chez les souris.


    • #1884180

      La force physique était valable à une époque où elle servait encore à quelque chose, de nos jours même dans la guerre moderne un grand mâle musclé de 120 kilos est le 1er à se faire tuer par une femme de 50 kilos qui a juste à appuyer sur un bouton.
      Une balle court plus vite qu’un homme...
      A notre époque défendre sa famille signifie la défendre socialement. Apprenez qu’une femme se contrefiche de vos boeufs musclés bêtes comme leurs pieds, le niveau social est autrement plus prioritaire que les muscles.
      La famille est d’avantage protégée avec un homme qui se bat intellectuellement et physiquement pour un avenir brillant, qu’avec un homme idiot qui se bat avec ses poings et qui livre sa famille aux dangers des quartiers. Vous pouvez ranger votre inutile épée... A méditer musclor.


    • #1884296

      @ nove :

      C’est très vrai ce que vous dites. La position sociale dans nos sociétés occidentales évoluées représente la vraie force, la vraie protection sur un plan global. Mais elle ne suffit pas toujours.
      Il y a des situations dans la vie courante où il faut pouvoir faire preuve de virilité sur le plan physique, on vit quand même dans une société violente, en apparence évoluée mais aussi peuplée de milliers de désaxés en tous genres, de dégénérés, de malades mentaux agressifs, de psychopathes qui peuvent s’en prendre à nous et à nos familles. A partir de là, votre position sociale ne vous sert à rien. Il faut pouvoir faire peur, tenir en respect ou se défendre physiquement. Cette virilité peut s’acquérir aussi avec la culture physique, qui donne de la confiance en soi.
      Après, c’est sûr que si vous vivez cachés, vous ne risquez rien. Mais du moment que vous sortez en société, que vous voyagez, que vous allez à des événements, vous pouvez être confrontés à toutes sortes d’incivilités et d’agressions.


    • #1884397

      @Chris

      L’évitement du danger est la première intelligence. La fuite a sauvé plus de vies que la bravoure, la nature est comme ça. Un homme socialement aisé choisira le meilleur endroit de vie pour sa famille et leur évitera les problèmes.


    • #1884950

      La virilité est une conscience presque surnaturelle (la verticalité), une sorte de "lumière" qui se manifeste chez quelqu’un, à un moment dans la vie, ou durant une vie entière.
      L’intensité de la virilité peut se manifester où bien lui semble, dans un geste, une pensée, un silence, un corps.
      Contrairement aux films d’Hollywood, le crime, le mensonge n’est pas l’apanage de la virilité, c’est plutôt la patience, la sagesse, la ténacité, la foi. L’image de la virilité s’est dégradée...
      Côtoyer la virilité c’est spontané et un peu comme faire de la voile, il faut savoir mettre le bateau dans le bon sens et dans le juste timing et être très très patient, vigilent et savoir agir à l’instant même quand il faut.
      La virilité vient de la racine latine "Vir" : homme et/ou héros (en Hindi, c’est la même chose).
      Un héros n’est pas automatiquement celui qui a plein de médailles ou encore celui qui suit des ordres aveuglément sans se soucier de la valeur réelle de ses actes. Un militaire sans conscience est un criminel en puissance.
      Viril... probablement intelligent et avec un grand cœur qui sait écouter ce qui l’entoure et surtout le Ciel, en ayant l’action d’un juste.
      On vit à une époque de désordres qui est le signe des temps et aussi de la folie humaine qui incarne le destruction et le mal.
      Quand il n’y a aucune intention maligne ou en présence d’un ego maladif, être un héros ou être viril doit pouvoir, d’une certaine façon, se conjuguer aussi au féminin, c’est le ciel qui décide.
      Ni les hommes, ni les femmes ne peuvent déterminer absolument quelque chose. Que cela nous plaise ou non.


  • #1884053

    Entretien viril sur la crise de la masculinité, du féminisme, des écarts de salaires homme-femme, sur les transgenres et les militants radicaux avec Jordan Peterson sur Channel (cette vidéo a été vue plus de 2 millions de fois en anglais).
    Le professeur Jordan Peterson de l’Université de Toronto est devenu culte dans l’anglosphère (600.000 abonnés sur YouTube).
    La vidéo est sous-titrée en français (par incrustration) :
    https://vimeo.com/251927876

     

  • #1884055

    J’aimerais bien avoir l’avis de ces "féministes" à propose de gens comme Charles Ingalls, qui ont fait l’Amérique, qui ont porté leur familles au confins d’une Amérique sauvage, j’aimerais bien la voire moi, la Foureste entrain de changer une roue de chariot sous la pluie avec les enfants qui braillent et les peaux rouges qui guettent...

     

    • #1884125

      Dans le concept "égalité hommes/femmes" la femme ne gagne rien. C’est l’homme qui perd tout.
      Car le principe n’est pas de faire gagner (et puis quoi encore, faut pas rêver ils sont pas fous !) mais de faire perdre des acquis.
      Une sorte de lit de Procuste où il est plus facile de couper ce qui dépasse que d’étirer à la bonne longueur (qui est plus difficile et improbable).
      Quoiqu’il en soit, si vous avez des doutes, êtes dubitatif et ne savez quoi penser, il faut toujours se dire qu’il s’agit avant tout "de faire perdre"... et jamais de "faire gagner".
      On va aux urnes comme on va au casino "pour y gagner".
      Non, tout faux !
      On y va pour perdre !
      Si le casino faisait gagner il s’effondrerait. Et s’il vous arrive de gagner un peu... c’est l’argent de pauvres bougres qu’on a plumé mais pas celui du casino.
      Le casino, lui, se porte toujours bien. Car tout ce qu’il possède appartient à ceux qui y entrent.


    • #1884931

      Excellent commentaire Drago.


  • #1884071

    « [...] cette situation qui ôte à l’homme son caractère viril et à la femme sa féminité sans être en mesure de donner à l’homme une réelle féminité et à la femme une réelle virilité [...] »
    Friedrich Engels, La situation de la classe laborieuse en Angleterre, 1845.


  • #1884088
    le 21/01/2018 par STEF de MARS
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    "Philosophe Féministe" c’est contradictoire.


  • #1884116

    « la philosophe féministe Olivia Gazalé »

    Est-ce cohérent de se dire philosophe (recherche de la sagesse) en se revêtant de son contraire (l’idéologie) ?
    Est-ce que c’est même l’intérêt d’une femme de rechercher la sagesse... Rien que le titre du bouquin prouve qu’elle a manqué de sagesse pour se laisser embarquer dans ce projet féministe (ou viriliste c’est pareil).


  • #1884124
    le 21/01/2018 par ProtégeonslaPalestine
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Il nous suffit de voir comment les Siciliennes, les Maghrébines et les femmes corses élèvent leurs fils pour se convaincre qu’il n’y a pas de civilisation institutionnellement forte sans exaltation de la virilité. Une grande partie du métissage, donc de l’attrait des Caucasiennes pour les hommes non européens s’explique par le fait que ces hommes ont conservé et développent le culte de la virilité, contrairement à "Jean-Baptiste-en pantalon slim et mocassins pointus- ultra pacifiste et altermondialiste-qui écoute sa part de féminité -parce que c’est dégueulasse d’être homophobe et fasciste". Cette créature métrosexuelle, psychologiquement hybride inventée par un féminisme rageur et castrateur, n’attire plus que certains hommes.

    Les bourgeoises lui préfèreront mille fois un homme exotique ou un agriculteur, deux survivances modernes du parangon de la virilité.

     

    • #1884179
      le 21/01/2018 par Matthieu01
      Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

      Les femmes modernes semblent s’acharner à vouloir élever le genre d’hommes dont elles ne veulent pas...condamnant leurs propres fils pour sauver une idéologie en contradiction avec la réalité.

      Pour ce qui est de votre dernière phrase par contre, elles ne préfèreront ceux-là, peut-être, que pour la bagatelle (et encore, les agriculteurs ne bénéficient pas de l’image positive des violestins).


  • #1884142
    le 21/01/2018 par temet.nosce
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    A la 5min :24 sec. il dit que les hommes se sont "virilisés" parce que le "monde" était dangereux, je suppose qu’il parle bien de l’homo-sapiens, non ?


  • #1884145

    Déjà introduire un néologisme tel que virilisme suggère que l’auteure veut brouiller la pensée. Féminisme comme tous ces termes en -isme, sont des chimères, des trous noirs !

    Pourquoi se dit-elle féministe au lieu de se vivre comme une femme tout simplement ? Et pourquoi toujours revendiquer d’être ce qu’on EST puisque c’est déjà donné par Dieu, LE PÈRE ? y’a-t-il besoin de revendiquer ce qu’on EST en principe dans son physique & mental ? merde ...

    Le terme « viril » selon son étymologie s’applique à ceux qui sont vertueux, qui recherche la vertu, les vertus.

    Les Vertus sont donnés par LE PÈRE (le Masculin de l’ÊTRE, tout potentiel et puissance) et se manifestent dans le regard de LA MÈRE (le Féminin de l’ÊTRE, la Matière ou Mater) en qualités humaines pour former le Fils que nous sommes en croissance de devenir d’ÊTRE afin d’entrer par la Porte des Hommes avant celle des Dieux. Ça s’appelle l’INITIATION.

    Les Vertus deviennent qualités. Chacun dans son sexe les honore à sa manière/

    Certains dénaturent, pervertissent, se méprisent ..

    Nos sociétés sont saturées matériellement. Les qualités humaines ont été transférées dans l’automation, la cybernétique et l’ingénierie.informatique. Les facultés de la force physique masculine et celles de son intelligence ont été récupérées par les neurosciences cognitives d’où le malÉTRE de la gent masculine mais aussi celle des femmes par contrecoup car il n’y plus de réels EFFORTS à fournir extérieurement.

    Là où il fallait une dizaine d’hommes pour ramasser à la pelle un camion de sable, un mini-bull dozer suffit. La miniaturisation s’accentue. On comprends mieux pourquoi les mecs s’entretiennent par la musculation ou autre discipline sportive.

    La croissance désormais s’effectue à l’intérieur des êtres d’où l’importance de la spiritualité non contrainte mais accepter par libre-arbitre.

    À moins de tout foutre en l’air, l’homme et la femme redeviendront ce qu’ils furent aux Temps médiévaux voire bien avant : des rustiques costauds endurcis.

    S’il y a trouble de l’identité sexuelle et mélange des genres - pas très réjouissant tout ça - c’est signe que les profondeurs de l’ÉTRE sont ébranlées par ce qui se passe à l’extérieur. Cela ne génère-t-il pas trouble et angoisse en la vie intérieure de l’âme de chacun d’autant que les forces démoniaques sont déchaînées et à l’affût !

    L’histoire des Adam & des Ève (et Lilith) nous aurait-elle vraiment tout dévoilée ?


  • #1884169

    Si la Gazalé avait fait un travail honnête de déconstruction de la dimension constructiviste / mythologique des sexes, elle aurait dû intituler son livre : les mythes de la virilité et de la féminité.

    (dommage que M. Rochedy n’ait pas pris conscience de ce point qui démontre le point de vue égocentré et en réalité sexiste de l’auteur)

    Mais de son point de vue faux-ministe, il s’agit en réalité plus ou moins consciemment de castrer les hommes (de leur ôter leur puissance d’agir spécifiquement masculine) en niant l’existence d’une composante biologique de la virilité, tandis que la féminité existe réellement et que ses caractéristiques sont à valoriser (sans toutefois enfermer les femmes dans une définition car elles doivent rester - dans l’illusion - d’être libres de la vivre à leur façon ! ).

    Or les hommes castrés n’en seront pas pour autant des femmes (ils n’atteindront pas une féminité authentique et ne seront pas capable de gestation) et deviendront un sous genre inférieur aux femmes : le rêve pour celles qui en réalité, n’ayant pas été capable d’investir leur féminité, se vivent - là encore plus ou moins consciemment et à tord - comme des êtres inférieurs aux hommes.

    Le ressort profond du faux-minisme est une jalousie/haine des hommes, un insurmontable complexe d’infériorité.*

    *une complexe d’infériorité n’est pas une infériorité objective mais une infériorité simultanément ressentie et déniée. Les réussites des personnes qui ont un complexe d’infériorité ne leur permettent que très rarement de surmonter ou même d’apaiser leur complexe. Cela explique en partie pourquoi plus le faux-minisme obtient de victoires, plus il devient véhément et hégémonique. Un complexe d’infériorité est un puits sans fond, une sorte de trou noir jamais comblé.

    PS : si j’utilise toujours le terme de faux-minisme, que je recommande vivement en lieu et place de "féminisme", c’est que les principaux ressorts de ses revendications sont construits sur des données et statistiques égocentriques, biaisées, falsifiées et mensongères.


  • #1884171

    Être viril est pour moi, c’est avant tout servir Dieu.
    Donc dans l’ordre, choisir :
    - l’écoute de l’intelligence du ciel (si on en y est intéressé)
    - l’intelligence tout court
    - le cœur pour servir autrui
    - Faire du corps "un temple" qui sert le sens de ce qui a été dit, ou moins faire un effort dans ce sens

    Je sais que ce que je dis ici, est très prétentieux, mais je ne me vois pas dire quelque chose qui s’éloigne de ça, en considérant aussi que j’ai perdu aussi beaucoup de temps à "des bêtises".


  • #1884189
    le 21/01/2018 par STEF de MARS
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Tout prédateur fait croire à sa proie qu’elle ne court aucun danger.
    De même, le système nous fait croire que la paix règne désormais tout autour de nous, que nous n’avons plus besoin d’être virils puisqu’il n’y a plus rien à combattre. Ni la finance, ni l’émigration, ni la délinquance, ni la misère... ne mérite d’être considérée comme un danger, alors féminisons-nous sans retenue, mais restons tout de même intransigeants envers tout ce qui ressemble, de près ou de loin, aux effluves nauséabondes qui s’échappent du ventre encore fécond de la bête immonde qui, il y a 80 ans, a persécuté ces êtres de lumière qui, aujourd’hui, rendent notre monde si merveilleux.

     

    • #1884593

      C’est tout à fait ça. La société qui est exposé dans le film démolitionman est un bel exemple (pour ceux qui ne l’ont pas vue).
      Le future est une société (pseudo) paisible où tout ce qui peut être synonyme de violence ou virilité est bannis. Ce qui entraîne des citoyens complètement en proie à une personne mal attentionné. Si l’on réfléchit, un prédateur qui gouverne un peuple de pacifiste inoffensif a tout gagné. Car ce peuple ne se révoltera plus jamais, ne s’opposera plus jamais hormis par la parole, mais que devient le poids de la parole lorsque que l’on essaie de traiter avec des puissants qui ont toutes les cartes du jeu en main ? Si les puissants n’ont plus à craindre une révolte du peuple, alors le peuple est voué à être esclave de ses prédateurs.
      La violence (mais plus exactement les actes) n’est pas une réponse, mais un garde fou contre ceux qui nous gouvernes. Je pense que dans pour des puissants la société idéale pour eux est une société où le peuple reste et "doit" rester divisé, contrôlé et pacifié.
      Cela rempli le cahier de charge pour éviter toute insurrection et opposition.


  • #1884202

    "Les femmes ont beaucoup travaillé à la virilité de l’homme" : très vrai aussi dans la société médiévale, où la bravoure est la qualité la plus recherchée par les femmes, tel que cela ressort tout au moins dans la littérature romanesque (Chrétien de Troyes, etc).


  • #1884209

    Les sociétés dévirilisées disparaissent un jour où l’autre : c’est ce qui est arrivé à Byzance, haute civilisation du point de vue culturel, mais dont les hommes ne voulaient plus se battre et s’en remettaient à des mercenaires : lorsqu’ils ont appelé à l’aide les Francs, ils ont signé leur arrêt de mort. Même chose pour les autres civilisations du pourtour méditérannéen oriental, que les Arabes, très virils, n’ont eu aucun mal à soumettre. C’est une leçon à méditer pour aujourd’hui : les nouveaux envahisseurs, issus d’un monde dangereux, perçoivent très nettement la perte de virilité de l’Occidental : en moyenne vieux, gros et assistés. Si nous disparaissons, ce sera par notre manque de virilité, en dernière analyse.


  • #1884223
    le 21/01/2018 par MisterPINK
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Est-ce qu’il y a une différence entre masculin et viril ? Un psychiatre québécois (Dr. Mailloux) a déjà dit que la virilité c’est la capacité à l’érection et la masculinité c’est les traits de personalité de H (Weininger). Je crois que l’on confond souvent les deux.


  • #1884238
    le 21/01/2018 par Clara Imbert
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Instinctivement, j’ai toujours pensé que nous devions pousser nos hommes et les encourager... Je le fais avec mon frère !


  • #1884248
    le 21/01/2018 par Cap Falcon
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Avec un peu de présomption, je découvre deux types de commentaires sur E&R :
    - Les premiers s’inscrivent dans la tradition de l’homme féminisé en fustigeant les féministes et en "se crêpant le chignon" avec elles.
    - Les seconds beaucoup plus lucides et masculins dans leur raisonnement, ont l’intelligence de faire leur introspection et comprendre que le problème vient de l’homme occidental et non des femmes.

    Ne voyez dans les comportements qu’on pourrait qualifier de dégénérés des féministes, qu’une simple névrose.
    Névrose dû au fait qu’elles ne trouvent pas d’hommes qui puissent les guider et les tenir.
    Lorsque l’homme renonce à guider la femme, celle-ci, inconsciemment, se met à avoir un comportement irrationnel.

     

    • #1884599

      Vous n’avez rien compris à ce que dit Julien Rochedy alors. Et vous allez plus dans le sens des pro féministes. Vous parlez de l’homme occidentale mais il n’est pas question QUE de l’homme occidentale je tiens à souligner.
      Concernant votre deuxième type de commentaire.


    • #1884622

      Il est étrange de dire que « les seconds sont plus lucides » et ont « l’intelligence » de comprendre que le « problème vient de l’homme occidental et non des femmes », pour ensuite parler dans le paragraphe suivant de ... névroses féminines dues au fait que les femmes ne trouveraient pas d’homme pour les « guider » et les « tenir » (sic) ! J’aurai à mon tour la présomption de penser que vous devriez mettre un peu d’ordre dans vos idées. D’accord avec « @voxpop donc.


    • #1885006
      le 22/01/2018 par Cap Falcon
      Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

      Relisez messieurs mon commentaire, il est parfaitement cohérent.
      Pour ceux qui pourraient avoir quelques problèmes de compréhension, dans mon raisonnement :
      - Les comportements et revendications irrationnels de certaines femmes sont dus au renoncement des hommes à être dominants et à être des guides.
      - Partant de ce constat, les hommes ne devraient pas se plaindre des féministes mais ils devraient plutôt pointer du doigt la cause (renoncement des hommes) plutôt que la conséquence (irrationalité féministes).
      J’espère avoir été suffisamment clair.


    • #1885106

      C’est formulé plus clairement cette fois-ci. Les vrais hommes critiquent les chieuses et autres pimbêches, par contre ils ne se plaignent pas des féministes plus que ça puisqu’ils ne les côtoient pas en toute logique. Sans quoi ce sont effectivement des soumis. Après il y en a à qui ça peut plaire après tout. Les gens normalement constitués apprécient les relations équilibrées, ce qui ne veut certes pas dire pour autant que certains rôles peuvent être plus ou moins sexués.


    • #1885109

      Je reprends mon commentaire en corrigeant la fin
      C’est formulé plus clairement cette fois-ci. Les vrais hommes critiquent les chieuses et autres pimbêches, par contre ils ne se plaignent pas des féministes plus que ça puisqu’ils ne les côtoient pas en toute logique. Sans quoi ce sont effectivement des soumis. Après il y en a à qui ça peut plaire après tout. Les gens normalement constitués apprécient les relations équilibrées, ce qui ne veut certes pas dire pour autant que certains rôles ne peuvent pas être plus ou moins sexués.


    • #1885199
      le 23/01/2018 par Pierre Paul
      Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

      Je ne suis pas d’accord avec cette logique : ça revient a prétendre escamoter un problème en ne le côtoyant pas ("ils ne se plaignent pas des féministes plus que ça puisqu’ils ne les côtoient pas en toute logique")...
      Le problème des "féministes" (qui sont parfois simplement des "lesbianistes") est qu’elles sont médiatisées à outrance et quelle ont in impact important dans la societé, dans le "debat" (ou le dictat) d’idées. Elle sont employées stratégiquement dans une entreprise de destruction..
      Ce n’est donc pas une simple affaire de psychologie masculine ou feminine... Quant à la virilité, c’est aussi une question de justesse (ni trop, ni pas assez)


    • #1885230

      Ne pas fréquenter des chômeuses est vivement conseillé, plutôt logique quand on n’est pas masochiste, ce n’est donc en rien « escamoter un problème ». Tant que les gens ne font pas un travail sur eux-mêmes en cessant de chercher systématiquement la faute sur autrui, les problèmes non seulement ne s’arrangent pas mais on même une fâcheuse tendance à s’envenimer :-) C’est un peu aide-toi et le ciel t’aidera. Mais je suis d’accord avec vous que ce n’est pas un problème de psychologie féminine ou masculine car les choses ne sont pas à ce point cloisonnées, même si ce n’est pas la norme certains hommes pouvant être plus féminins que certaines femmes, et inversement certaines femmes plus masculines que certains hommes. On en revient toujours à l’incontournable Weininger.


    • #1885284

      « Ne pas fréquenter les chieuses », et non les chômeuses ! Dans ce cas on peut bien évidemment ! :-) Ça fait deux raisons de payer l’addition !


  • #1884306
    le 22/01/2018 par Johnnyhalidade
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Très bon rappel sur la pacification de l’Occident liée à la dévirilisation de l’homme.

    Juste un point que Julien Rochedy oublie de préciser lorsqu’il émet l’hypothèse que l’homme occidental va se reviriliser parce que l’Occident va redevenir compliqué (violent et dangereux) et reprotéger sa communauté (femme et enfants).

    Très bien pour la causalité et les conséquences actuelles, mais qu’en est t’il de la direction ?

    De quelle nature de danger à venir parles- t’il ?
    De quel communauté présente à protéger dans le futur parles-t’il ?
    Contre quel envahisseur se protéger ?

    La nature du danger ne sera plus une guerre physique et sa réponse ne sera plus le muscle. La nature du danger sera économique, le risque sera la précarité, le RSA ou le "salaire universel", tout musclé et vaillant au MMA que soit la victime.
    L’homme viril le sera économiquement, par son intelligence, ses idées.
    L’homme musclé est déja dédié au batiment.

    Les communauté sont déja disloquées par l’Europe.

    La femme cherchera cette virilité économique.

    Les envahisseurs ne viennent plus les armes à la main mais en investisseurs.

    ...


  • #1884310

    Ce n’est pas que le monde était plus dangereux par le passé mais c’était que les communautés humaines étaient en grande partie responsables de leur propre sécurité physique, économique...En effet si avant l’avènement de la modernité il existait déjà des formes d’état centralisés (royaumes, empires, républiques primitives...), l’Etat omniprésent, omnipotent, s’ingérant dans les moindres détails de la vie quotidienne tel qu’il existe aujourd’hui était inconnu. Les hommes s’organisait en communautés, guildes, corporations...qui assumaient la quasi entièreté des responsabilités nécessaire à leur survie. Même dans la société médiévale européenne où la sécurité physique était assurée par l’aristocratie qui faisait la guerre, il n’y avait pas d’agents de police, des commissariats...à tous les coins de rue. De plus la virilité ne concerne pas seulement l’aspect martial des choses mais aussi l’aspect économique, c’est à dire la capacité pour les communautés de se prendre en charge, de s’auto-organiser et d’assumer sans faillir jour après jour les tâches nécessaires à la survie et au bon fonctionnement de la communauté...aujourd’hui un médiocre salarié peut décider de se mettre du jour au lendemain au RSA, se contenter d’un petit appartement à louer pour lequel il touchera des APL, ou d’une piaule chez maman, il survivra tant qu’il a les moyens de s’offrir une connexion internet...par le passé celui qui refusait d’assumer ses responsabilités au regard de sa propre survie et celle de sa communauté était condamné à mort ou à une vie épouvantablement misérable...
    Ce que l’homme moderne appelle "sécurité" c’est sa dépendance à un système de production qu’il ne contrôle pas ni ne maîtrise. L’homme moderne n’est plus responsable de la production du nécessaire à sa survie, il se contente de toucher un salaire en contrepartie d’une activité économique qui faute d’être spirituellement, intellectuellement épanouissante est en général confortable (à l’abri du froid l’hiver, demande peu d’effort physique...) et lui permet d’acheter ce dont il a besoin auprès de complexes structures de production et de distribution qu’il ne maîtrise pas. Mais si ces structures devaient s’effondrer, si des politiciens malveillants avaient l’idée de les saboter cela générerait une hécatombe au sein de ces masses populaires infantilisées complètement dépendantes de ces structures.

     

    • #1884488

      @ goy pride : bien d’accord avec toi, on parle beaucoup de virilité mais on devrait parler d’autonomie, pour être viril il faut d’abord être autonome et donc responsable. autrement il ne reste que la pure violence pour manifester cette virilité (la violence des banlieues en est un parfait exemple, c’est pas pour rien que les meilleurs soldats proviennent de la racaille.
      Personnellement, je me méfie de cette virilité exacerbée car non maitrisée on peut lui faire faire n’importe quoi. virilité n’est pas synonyme de violence mais de valeur


  • #1884485

    La science démontre que les humains sont le résultat de l’évolution. Si l’homme est violent, c’est parce que les femmes ont sélectionné les hommes les plus violents (Evopsy). Pour se protéger, se défendre, comme il est dit dans la vidéo.


  • #1884819
    le 22/01/2018 par Indépendances nationales
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Julien Rochedy nous dit très bien que le virilisme s’est imposé (aux femmes ET aux hommes) dans les sociétés où le monde est dangereux, parce qu’alors l’homme violent est nécessaire pour protéger sa femme, ses enfants, sa tribu, sa communauté.

    Et que si ce virilisme est critiqué (notamment par les féministes) c’est parce que les sociétés occidentales ont été pacifiées et que les individus y bénéficient maintenant d’une bien plus grande sécurité (physique et sociale).

    Mais on pourrait plutôt dire que TOUTES les sociétés sont en réalité dangereuses, qu’il n’existe pas vraiment de sociétés pacifiées, mais que dans les plus modernes et complexes, l’Etat s’est arrogé le monopole de la violence.

    Il y a bien toujours des hommes virils chargés de défendre les plus faibles par la violence physique, ce sont les policiers et militaires. C’est devenu une fonction spécialisée, tout comme par exemple les enseignants professionnels ont pris de plus en plus la place des parents dans l’éducation des enfants, ou encore comme on a recours de plus en plus souvent aux médecins, même pour les petits maux soignables à domicile par des recettes de "grand-mère".

    En revanche, quand l’État ne remplit plus cette mission de protection des citoyens (en particulier lors des guerres), alors ceux-ci doivent à nouveau se défendre seuls. Le virilisme individuel non professionnel réapparait alors et ceux qui en sont dépourvus sont plus facilement tués.

    Le débat n’est donc pas tant entre virilisme ou non-virilisme, mais plutôt entre "virilisme privé diffus" ou "virilisme étatique professionnel spécialisé".


  • #1893770
    le 03/02/2018 par Ragnar Lödbrök
    Julien Rochedy – Pourquoi l’idéal viril ?

    Place à une nouvelle virilité équilibré et épanouie, regardez et achetez la vidéo :

    Le sang du père un meutre universel réalisé par Sylvain Durain
    https://www.youtube.com/watch?v=mMz...

    L’Europe et les hommes européens doivent retrouver leurs couilles et leur phallus et savoir comment s’en servir, avant que nos femmes se soient toutes faites "prendre", dans tous les sens du terme...par les allogènes extra-européens et autres pseudo migrants, faux réfugiés et vrais envahisseurs...

    En tant qu’homme nous devons défendre deux choses primordiales sans lesquelles notre civilisation ne peut perdurer. Il s’agit de notre territoire et de nos femmes, et force est de constater qu’aujourd’hui nous sommes en train de perdre les deux, alors Messieurs il va falloir réagir, vite et bien...
    Trouver une femme de qualité de chez nous et avoir des enfants pour redonner un futur à notre pays et notre civilisation.. !!!

    Bon courage à vous et encore bonne année 2018 !!!

    salutation viril

    Ragnar


Commentaires suivants