Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Kerry réaffirme "l’amitié" et "l’alliance" Washington-Riyad

Le baiser de la mort ?

Le secrétaire d’État américain John Kerry a affirmé dimanche, juste avant de quitter Riyad, que les États-Unis avaient « une relation solide », « une alliance claire » et « une amitié forte » comme « cela a toujours été le cas » avec l’Arabie saoudite.

« Rien n’a changé [juste] parce que nous avons œuvré à éliminer une arme nucléaire d’un pays de la région », a précisé M. Kerry dans une allusion à l’accord international sur le nucléaire iranien.

Le secrétaire d’État américain venait d’effectuer une visite de 24 heures à Riyad essentiellement pour rassurer l’Arabie et ses alliés du Golfe qui redoutent un désengagement américain et un rapprochement de Washington avec Téhéran.

S’exprimant à l’ambassade des États-Unis juste avant de partir pour le Laos, John Kerry a cherché à modifier certaines perceptions.

« Des gens disent : “Les États-Unis ne sont peut-être plus aussi enfermés dans cette ancienne relation avec l’Arabie saoudite et leurs autres amis du Golfe. L’accord [avec] l’Iran a peut-être changé les choses et il y a maintenant un nouvel alignement régional” ».

Or « nous avons une relation solide, une alliance claire et une amitié forte avec le royaume d’Arabie saoudite, comme cela a toujours été le cas », a-t-il affirmé.

Et « nous continuerons à travailler dans la région avec nos amis et nos alliés » afin « d’amener la stabilité et la prospérité », a dit le secrétaire d’État, ajoutant : « Personne ne cherche le conflit. Nous essayons de résoudre ce conflit. »

La rivalité entre l’Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite a dégénéré début janvier en crise ouverte avec la rupture de leurs relations diplomatiques après la mise à sac de l’ambassade saoudienne à Téhéran. Celle-ci faisait suite à l’exécution par l’Arabie saoudite d’un dignitaire chiite saoudien, virulent critique du régime des Saoud.

L’Arabie saoudite a dit avec force samedi devant John Kerry tout le mal qu’elle pensait d’un éventuel rapprochement entre les États-Unis et l’Iran. « Je ne vois pas les États-Unis et l’Iran aller ensemble. L’Iran demeure le chef mondial du soutien au terrorisme », a affirmé le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Kerry n’est pas allé Ryad, comme vous le suggérez dans le sous-titre, donner le baiser de la mort mais pour rassurer les Al Saoud et leur taper sur les doigts pour qu’ils se calment. Peut-être a-t-il également été question de l’avenir de l’entité arabe car il est question au sein des Al Saoud de partager le pays en émirats (façon EAU) entre les différents clans de la famille, c’est une idée qui fait son chemin de plus en plus sérieusement !
    L’Iran est une puissance qui compte, c’est déjà acté tout comme la paix à venir dans une Syrie unie sous la coupe de Bachar Al Assad. Les intérêts des États Unis les obligent à parvenir à ce constat et à revenir aux conclusions du rapport Baker-Hamilton (appelé au début Iraqi study group) qui établissait la politique générale pour le Moyen Orient sur la base de l’échec de l’intervention en Irak et qui conclut notamment que l’Arabie des Al Saoud et l’entité sioniste ne peuvent plus être les socles sur lesquels se bâtit la politique moyen oriental des États Unis.


  • Une seule chose peut résumer à elle seule le pourquoi du comment : ARAMCO


  • Il y a quelques jours, le grand mufti d’Arabie Saoudite a rendu (par une fatwa) , illicite les jeux d’échec ! Oui, oui, les jeux d’échec... Par contre se lier d’amitié et de soutiens avec les USA, l’un des ennemis les plus durs avec l’islam et les musulmans du monde entier ; une entité qui a fait tant de mal, non seulement aux musulmans, mais aux peuples du monde entier, ça c’est licite, c’est permis monsieur le Mufti de l’islam.

    Croyez moi, la grande majorité des peuples musulmans du monde savent depuis longtemps que cette caste saoudienne n’est qu’un pantin des Usa .
    (je viens d’acheter un jeu d’échec pour mes enfants, ça les rendra plus intelligent).


  • C’est ça ! Serrez-vous comme des petits oiseaux qui ont froid.
    Guettez le blizzard de l’Est.