Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Autorité palestinienne contre le peuple

Mise en place en 1994 comme organisme politique de transition pour servir de guide dans le processus d’indépendance palestinienne, l’AP s’est transformée en bras sécuritaire servant de première ligne de défense à l’armée israélienne, en plus de protection de ses propres intérêts.

Saeb Erekat est un personnage énigmatique. Malgré une popularité minimale chez les Palestiniens, il est omniprésent, fait des apparitions régulières à la télévision et s’exprime avec l’autorité morale d’un dirigeant accompli dont l’héritage est riche en éloges et se caractérise par une clairvoyance, une perspicacité sans faille.

Lors d’un sondage auprès des Palestiniens fait par le Jerusalem Media and Communications Center (JMCC), très peu de temps avant le début de l’actuelle Intifada, il n’a recueilli que 3% d’avis favorables – comparés aux pourtant bien maigres 16% d’avis favorables de son chef, le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas.

Même ceux que l’on désigne souvent comme des dirigeants de rechange – le dirigeant du Fatah, Marwan Barghouti, et l’ancien Premier Ministre du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismail Haniyeh – étaient loin derrière avec respectivement 10,5 et 9,8% des sondages.

C’était comme si les Palestiniens nous disaient à nous et à leurs directions traditionnelles, en particulier, qu’ils en avaient assez de la vieille rhétorique, des perpétuelles trahisons, de la corruption éhontée et de la culture pure et simple de la défaite dans laquelle baigne l‘élite politique palestinienne depuis une génération.

Abbas a géré sa fonction politique en se fondant sur l’hypothèse que, tant que les Palestiniens recevaient leur salaire mensuel et se contentaient de ses promesses creuses et de ses menaces occasionnelles – de démissionner, de résister à Israël, de faire un discours explosif à l’ONU, etc. – alors personne ne serait susceptible de contester son règne dans les zones A et B – minuscules cantons à l’intérieur de la Cisjordanie et de Jérusalem occupées par Israël.

Erekat a été le principal artisan de cette mascarade de l’AP, car c’est lui le ‘négociateur en chef’, dont le mandat à rallonge à ce poste précaire n’a rien négocié qui ait une quelconque valeur pour les Palestiniens.

En 2002, j’ai suivi l’invasion israélienne des zones prétendument autonomes sous contrôle de l’AP en Cisjordanie, lorsque Erekat en appela, sur la chaîne de télévision arabe Al-Jazeera, au gouvernement israélien pour qu’il fasse preuve de raison et de bon sens. Toute la prestation de la direction de l’AP faisait la preuve, au-delà du tragique, qu’elle n’avait aucune autorité réelle propre, et aucun contrôle sur les évènements qui se déroulaient sur le terrain, alors que les combattants palestiniens luttaient contre la ré-invasion de l’armée israélienne. Il en appelait à Israël comme s’il se sentait sincèrement trahi par son offensive militaire.

Quand Al Jazeera publia des milliers de documents secrets en janvier 2011, révélant des discussions à huit clos entre les négociateurs israéliens et palestiniens, la part du lion de la responsabilité revenait à Erekat. Muni d’un mandat clair de ses supérieurs, il semblait ne pas être intéressé par de nombreuses aspirations politiques des Palestiniens, y compris la souveraineté palestinienne sur Jérusalem-Est occupée – l’étincelle qui mit le feu aux poudres de l’actuelle Intifada et de la précédente.

Lire la suite de l’article sur info-palestine.eu

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.