Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

Ou l’élimination du dernier pacifiste à l’aube des années Reagan

Les Américains ont une faculté qu’on ne peut leur retirer : ils transforment tout en dollars ou en victoire, même leurs plus gros mensonges, leurs pires crimes ou leurs pires défaites. L’assassinat de JFK en 1963 ? Son père était un mafieux antisémite... L’assassinat de Bob Kennedy en 1968 ? Un Palestinien fou qui abat un rêveur ivre de vengeance... L’assassinat de John Lennon en 1980 ? L’œuvre d’un fan dérangé... Le 11 septembre 2001 ? Un commando de djihadistes « afghans » soutenus par des Saoudiens jaloux de la grandeur de l’Amérique...

 

Revenons sur le cas David Chapman. Que les amateurs de théories complotistes à la Rudy Reichstadt accrochent leur ceinture, leur cœur va faire des petits bonds. Nous n’allons pas traiter ici dans la profondeur le cas Lennon/Chapman – ça prendrait un livre –, juste pointer quelques informations éparses qui, une fois rassemblées, donnent une tout autre tonalité à ce fait divers tragique.

 

Ils étaient trois petits événements qui formèrent une triangulation...

Décembre 1980, John est heureux, le fils qu’il a eu avec Yoko, Sean, a 5 ans. Il l’adore et vient le voir chaque soir dans son appartement du Dakota Building, en rentrant de ses séances d’enregistrement. Car il fait toujours de la musique mais à son rythme, pas sous la coupe d’un manager véreux comme Allen Klein (dit « le voleur de catalogues ») ou d’une major qui lui impose un album par an et épuise son inspiration. Lennon est célèbre, riche, libre, il fait ce qu’il veut et dit merde aux emmerdeurs.

Sa petite phrase sur les Beatles « plus célèbres que le Christ » a choqué en Amérique, et deviendra le mobile du tueur, qui l’abat le 8 décembre 1980 de 5 balles (dum-dum) dans le dos : « J’ai pris ces balles pour m’assurer qu’il allait bien mourir. Mais je ne voulais pas qu’il souffre. » Le tueur déclarera : « J’étais obsédé par une chose : le tuer, pour que je puisse devenir quelqu’un. 35 ans plus tard je vois quelle horrible décision c’était, et à quel point c’était égoïste. »

Chose curieuse, depuis Chapman, et même avant lui, on ne connaît pas de fan dérangé qui ait voulu devenir célèbre en butant sa star préférée (en général les fans préfèrent faire l’amour avec leur star), mais admettons.

Un mois plus tôt, le 4 novembre 1980, Ronald Reagan, la sale balance des années maccarthystes à Hollywood(1953-1955), est élu 40e président des États-Unis après avoir obtenu la tête du pauvre Carter, abandonné par l’armée. Son élection marque la fin de la contestation gauchiste (1965-1975) corrélée à la guerre du Viêt Nam. L’Amérique enterre ses 58 000 morts, oublie les millions de victimes asiatiques et passe tout au bulldozer libéral : ce seront les années fric, les années coke, les années disco, celles de l’enrichissement éhonté des traders et autres grands trafiquants, mais aussi celles de la paupérisation programmée de la classe ouvrière. Nixon, 8 ans auparavant, avait négocié avec Mao et Zhou la cession de l’industrie américaine à la Chine. Dans ce contexte socio-économique, John (Lennon) incarne une contestation de gauche résiduelle, cet antimilitarisme qui dérange les gros pontes du pouvoir profond, liant le Pentagone aux intérêts de Wall Street.

 

La nouvelle droite au pouvoir ne peut pas vanter l’argent et la guerre, la victoire des riches et la défaite des pauvres, et tolérer ce petit son de cloche lancinant venu de cet Anglais décalé qui donne des conférences de presse dans son pieu avec sa salope de femme, japonaise de surcroît, et qui dénonce l’hypocrisie de l’Amérique vorace et belliqueuse. Le FBI est sur son dos, car John est capable de rameuter 500 000 manifestants pacifistes – Give peace a chance – sur un seul appel. Un opposant sérieux pour le pouvoir visible et le pouvoir profond, ce qui représente un danger au carré.

 

« En 1972, craignant que les activités pacifistes et le soutien de Lennon au démocrate George McGovern ne coûtent sa réélection à Richard Nixon, le gouvernement américain tente de chasser le chanteur du pays. En effet, en février, John Lennon est cité dans un rapport confidentiel de la Commission à la sécurité intérieure, au sujet de militants de gauche en pleine campagne anti-Nixon : “Ces gauchistes, notamment Rennie Davis, déjà arrêté pour des participations à des actions de ce type lors du rassemblement du parti démocrate à Chicago en 1968, prévoient d’utiliser John Lennon afin de recruter le plus de gens possible”. En conséquence, Nixon lui-même aurait personnellement demandé que Lennon soit désormais surveillé. De plus, le sénateur Strom Thurmond considérait que “l’expulsion pouvait être une contre-mesure stratégique” contre Lennons. Par ailleurs, certaines chansons du musicien sont interdites et il est constamment suivi, selon ses dires, par des agents du FBI, qui ne cherchent même pas à se cacher : “J’ouvrais ma porte, et hop ! Il y avait un gars en faction de l’autre côté de la rue. Ils me suivaient partout, tout le temps ! Et surtout, ils tenaient à ce que je m’en rende compte !” » (Wikipédia)

En vérité les ennuis de John ont commencé dès 1971, quand il organisa un concert en faveur de l’activiste anti-guerre John Sinclair qui écopa de 10 ans ferme pour possession de marijuana, les trois jours de musique provoquant finalement la libération du « criminel » gauchiste. Une gifle absolue pour Edgar Hoover, le roi du renseignement intérieur américain (dont les vidéos de galipettes homosexuelles étaient entre les mains de la mafia, ceci expliquant son incroyable mansuétude à l’égard de la nébuleuse du crime). Depuis ce jour-là, écrivent les biographes, John était sur la liste.

C’est un résistant à l’ordre américain, quoi qu’on en dise. Même si pendant la période Beatles (1963-1970), leur manager Brian Epstein leur avait demandé de ne pas toucher à la politique, c’est-à-dire à la contestation, histoire de ne pas troubler le business : il fallait taper dans toutes les générations, ne pas froisser l’Angleterre bourgeoise. Les Beatles louperont le virage contestataire des années 60 et s’en mordront les doigts. John se rattrapera largement dans les années 70, comme le décrit Wikipédia. Mais le Système ne le lui pardonnera pas.

En 1980, John a un nouveau producteur, David Geffen, qui sera plus tard un des trois pieds de SKG, Spielberg-Katzenberg-Geffen, les rois du film d’animation qui feront les beaux jours de leur distributeur Disney. En attendant Geffen produit le premier disque de Lennon depuis 1975 et malheureusement, John est assassiné deux semaines après la sortie de Double Fantasy. L’album quasi posthume se vendra à des millions d’exemplaires, lançant la boîte de David. Qui ensuite se dirigera vers la production cinéma, encore plus lucrative.

Troisième point et non le moindre, parce qu’il faut trois points pour une triangulation, le cas Chapman, et derrière ce gros fan sans histoire, qualifié de lone nut – crétin solitaire – dans l’ouvrage Who Killetd John Lennon ?, on devine possiblement un pion de la CIA. Et là on tombe dans le projet MK-Ultra : si aujourd’hui tout le monde admet l’existence d’expériences de formation de tueurs inconscients par la CIA dans les années 60, les années de toutes les éliminations (Kennedy 1, Kennedy 2, Martin Luther King et compagnie), c’est la série grand public des Mémoire dans la peau qui popularisera la création in vitro de tueurs politiques sans commanditaires. Un peu comme les attentats de France (2015-2016)...

 

 

Le projet MK-Ultra, en deux mots si c’est possible, c’est l’utilisation à des fins d’élimination ciblée du contrôle mental exercé sur des individus, qui sans cela n’auraient aucun mobile. Le contrôle à distance permettant d’éliminer toute possibilité de remontée jusqu’aux programmateurs. Que ce soit par l’hypnose ou des implants, les tueurs en question auront tous des difficultés à expliquer leur geste autrement que par une « voix intérieure » qui les enjoignait de tuer la cible. Parfois, il suffisait de travailler une personnalité déjà dérangée, et en rapport avec la cible, pour monter l’opération. L’expérience du mind control n’a jamais été admise par la CIA, la reine des opérations secrètes plus ou moins avortées. Aujourd’hui, après une expérience possible de LSD sur un village français, on parle de guerre bactériologique avec la maladie de Lyme, dont les tiques sont les vecteurs.

À noter que la série des Jason Bourne n’est pas à l’origine de la popularisation du programme MK : c’est The Mandchurian Candidate, sorti en 1962, un an avant l’assassinat de Kennedy !, qui inaugure le scénario du tueur programmé avec des voix dans la tête. Aux USA on appelle ça du brainwashing. Dans ce film de John Frankenheimer, ce sont les Soviétiques qui s’emparent d’une section américaine pendant la guerre de Corée, l’emmènent en Mandchourie, lavent le cerveau de deux sous-officier et officier afin de les réimplanter aux USA pour des opérations secrètes au bénéfice du communisme...

« Pendant la guerre de Corée, un peloton de soldats américains est capturé par l’ennemi communiste. Une fois libéré, de retour aux États-Unis, Raymond Shaw (Laurence Harvey) reçoit la médaille d’honneur pour faits d’armes. Cependant, Bennett Marco (Frank Sinatra), commandant à l’époque ce peloton, est assailli d’étranges cauchemars récurrents qui vont l’amener à enquêter sur Shaw. Il découvre que, durant sa captivité, Shaw a subi un lavage de cerveau qui a fait de lui le jouet d’un agent communiste qui s’avère être sa propre mère (Angela Lansbury). Celle-ci le programme pour qu’il assassine le président des États-Unis. L’objectif de ce complot est de faire élire président des États-Unis, à sa place, le sénateur John Iselin (James Gregory), beau-père de Shaw qui se fait passer pour antibolchévique mais qui, en réalité, est un agent communiste… » (Breizh Info)

 

On ne peut s’empêcher de comparer les modus operandi et les explications de l’assassin de Bob Kennedy en 68 (Sirhan Sirhan) et de John Lennon en 80. Le doute subsiste pour les deux assassins : ont-ils vraiment tiré sur Bob et John (idem pour Lee Harvey Oswald sur JFK) ? Rien n’est moins sûr : l’auteur du livre sur l’assassinat de Lennon a trouvé une piste étonnante. Le jour du meurtre, le gardien de service au Dakota Building où John vivait était Jose Perdomo, un exilé cubain qui bossait pour la CIA depuis 1961 et qui avait joué un rôle actif dans l’épisode tragique de la Baie des Cochons, ce débarquement raté contre Castro. Perdomo était notamment le second de Franck Sturgis, l’homme de la CIA qui avait entraîné les Cubains qui devaient reprendre l’île au profit des États-unis. Imaginez la coïncidence...

 

 

Fenton Bresler, l’auteur de l’enquête sur Chapman, révèle que Perdomo a discuté avec Chapman à l’extérieur du Dakota building au moment où Chapman attendait Lennon, le jour du meurtre. Un autre journaliste, Salvador Astucia va plus loin : pour lui, c’est Perdomo qui a appuyé sur la gâchette. Chapman n’était qu’un pigeon plutôt qu’un agent dormant manipulé par du mind control.

« Il est passé devant moi et j’ai entendu dans ma tête : “Fais-le, fais-le, fais-le”, encore et encore, disant “Fais-le, fais-le, fais-le”, a avoué plus tard Chapman. « Je ne me souviens pas avoir visé. J’ai dû le faire, mais je ne me souviens pas de l’avoir eu dans ma ligne de mire ou peu importe comment vous l’appelez. J’ai appuyé cinq fois sur la détente. » Il a ajouté qu’il ne ressentait « aucune émotion » en pressant la détente, « pas de colère, [juste] un silence mort dans le cerveau », un fait noté par l’auteur Fenton Bresler, qui décrit Chapman comme une « victime » programmée dans son livre, « autant la victime de ceux qui voulaient tuer John Lennon que Lennon lui-même ».

Et c’est Perdomo qui informera l’officier de police Pat Cullen que Chapman avait appuyé sur la détente... Cullen avouera par la suite qu’il ne croyait pas Chapman capable d’avoir tiré, « avec sa tête de banquier ». Mais Chapman avoua. Perdomo lui dit d’ailleurs, après le crime : « Te rends-tu compte de ce que tu viens de faire ? » « Je viens d’abattre John Lennon », fut la réponse de Chapman, qui parlera ensuite des « voix » aux enquêteurs... Pour la petite histoire, Perdomo ne sera jamais cité comme témoin dans le procès Chapman.

Le détective Arthur O’Connor a interrogé Chapman la nuit du meurtre :

« Il est possible qu’il ait été utilisé par quelqu’un. Je l’ai vu la nuit du meurtre. Je l’ai étudié intensément. Il ressemblait à quelqu’un qui avait été programmé. »

L’axe Geffen-Clinton-Epstein-Abramovitch

Voilà pour la triangulation. Et Geffen, que vient-il faire là-dedans, au milieu de ce panier de crabes ? Le « malheureux » producteur juif, fils d’Abraham Geffen et Batya Volovskaya, a produit Lennon l’année de sa mort. Il n’y est évidemment pour rien, mais il est tombé au plus mauvais moment... sauf pour les ventes posthumes. Plus tard, Geffen deviendra encore plus riche grâce à la revente ou plutôt au partenariat de son studio DreamWorks SKG (Spielberg, Katzenberg, Geffen) avec la major Disney.

 

JPEG - 147.2 ko
Geffen & Clinton

 

Deux-trois mots sur Geffen, d’accord ? Démocrate convaincu et riche, ce juif de gauche soutiendra financièrement les campagnes de Bill Clinton, avant de s’éloigner du président américain, une prise de distance peut-être en rapport avec la réputation de plus en plus sulfureuse de Bill, grand copain d’Epstein, chez qui le Président ira officiellement 23 fois. Geffen, à la tête de 6,8 milliards de dollars, pourra s’offrir le yacht de Roman Abramovitch pour 300 millions. Une histoire qui finit bien (pour lui).

Pour la petite histoire, les trois patrons de SKG ont tous une orientation sexuelle non définie, à part Geffen qui a déclaré ouvertement son homosexualité. Spielberg, de son côté, a une approche de la sexualité beaucoup plus complexe, nous le verrons dans le 3e volet de notre série de l’été L’Empire du faux.

 


 

Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

101 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2252451

    "Chose curieuse, depuis Chapman, et même avant lui, on ne connaît pas de fan dérangé qui ait voulu devenir célèbre en butant sa star préférée (en général les fans préfèrent faire l’amour avec leur star), mais admettons." => faux
    Il existe au moins un autre cas : le cas de Ricardo Lopez qui a tenté de tuer la chanteuse Björk ; il s’en ai fallu de très peu : le 12 septembre 1996, il a envoyé une lettre piégée avec de l’acide sulfurique à sa résidence à Londres, puis est rentré chez lui et a filmé son suicide. La police a retrouvé le corps et les agendas de López quatre jours plus tard. ils ont contacté la police britannique, qui a intercepté le colis. Björk était indemne.
    Pour le reste, je suis d’accord dans le sens que Chapman a servi de bouc émissaire mkultra-isé, tout comme Sirhan Sirhan et dans ces deux cas, ce ne sont pas eux qui ont tiré le coup "fatal", il y avait toujours un pro pour terminer le travail.
    https://www.greffiernoir.com/l-assa...

     

    Répondre à ce message

  • #2252483
    Le 5 août à 00:06 par Club dorothee
    L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

    Le Dakota building est aussi le lieu ou se deroule l’action du film de Polanski,Rosemary’s baby.
    https://www.americas-most-haunted.c...

     

    Répondre à ce message

  • #2252501
    Le 5 août à 00:56 par fela kuti
    L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

    Si ils savaient, dans les années 80, lobotomiser une personne pour la manipuler, je constate qu’ils ont réussi à faire ça à la masse, je n’ai juste qu’à sortir de chez moi et parler à la 1er personne qui passe pour m’en rendre compte.

     

    Répondre à ce message

  • #2252763
    Le 5 août à 15:26 par Alençon
    L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

    contrairement à ce qu’ indiquait son arrogance, et sa fierté d’ enfant blessé ; il n’ avait pas une maîtrise intellectuelle de son destin/oeuvre aussi sûre qu’ il nous sembla.
    jamais Mac Cartney ou g. Martin n’ auraient pu se retrouver sous la "direction" d’ une cinglée comme yoko par exemple !
    la 10aine d’ année de carrière solo de john a été pour lui une immense "reprise en mains" de sa production artistique, et "le joug" de yoko lui a semblé bien plus léger que celui des Beatles (Mc Cartney, Martin) finalement...il était le genre d’ artiste qui a besoin d’ être émus par ses propre créations ; mais en trouvant le bonheur avec yoko, l’ inspiration que procure le dépit affectif s’ est tarie pour faire place aux idéologiques infantiles de la japonaise.
    (notez qu’à la mort de john, elle s’ est comportée comme une rapace, sans pitié pour l’ autre fils (julian Lennon) issue d’ un 1er mariage)

     

    Répondre à ce message

  • #2252971

    J’aimais bien Lennon, les Beatles, etc., dans ma jeunesse. Dans cette période de révolte ultra-sentimentale, j’ai moi aussi gueulé contre toute forme d’autorité, j’ai moi aussi scandé "Ni Dieu ni maître" et autres fadaises d’ado défoncé...
    Heureusement je suis sorti de cette bouillasse, j’ai découvert René Guénon (et Schuon, Evola, Coomaraswamy) et vu les vraies racines du monde moderne et de sa crise... A partir de là tout est devenu enfin clair, j’ai enfin pris conscience de la véritable manipulation...
    Mais non, Lennon n’était un danger pour rien ni personne dans ce système, il n’a été efficace que pour enfoncer le clou pour le mondialisme, contre les religions (cf sa chanson "God is a concept"...). Son idéologie a porté ses fruits dans la société actuelle : effacement des genres, de la famille, de la virilité, de l’identité nationale. Quant aux "possessions", comme l’a dit un camarade plus haut, il pouvait chanter contre, mais il vivait largement pour elles...
    "Ni Dieu ni maître" : la société d’aujourd’hui vit largement dans cette illusion, le peuple s’en targue en tout cas, s’affirmant athée et libre, oubliant qu’il est soumis à l’ordre, non pas de maîtres, ça serait leur faire trop d’honneur, mais d’un gang drôlement bien organisé...
    Les vrais maîtres servent à nous guider.
    Dieu sert à ce que nous soyons des hommes.
    Sans Dieu ni maître, nous avons le monde d’aujourd’hui, et celui vers lequel on glisse, de moins en moins lentement, de plus en plus sûrement. On peut s’en féliciter. Ou pas

     

    Répondre à ce message

    • #2253880

      C’est ce que j’ai toujours dit aux anars : quand on crie ne plus vouloir ni Dieu ni maître, c’est qu’on chante les louanges d’un contre-dieu, en trimant sous les ordres d’un contre-maître aux cadences toujours plus folles.

      De même qu’il y a toujours le communisme réel tout au bout des longues marches au drapeau rouge, il y a toujours l’anarchisme réel tout au bout des fiestas et des chienlits au drapeau noir. L’anarchisme réel, présenté comme le pouvoir pris par les petites communautés de village ou de quartier, il existe par exemple en Italie du Sud et en Sicile : c’est le règne des mafias, organisation communautaire locale souveraine s’il en fut, fédérée avec toutes ses semblables dans le monde.

      Les longues marches au drapeau rouge avec leurs luttes ont beau souvent ne pas parvenir à destination et c’est tant mieux, on a beau les faire en fait seulement dans l’intention de faire peur aux bourgeois et des les faire cracher de meilleurs salaires et conditions de travail, ces avantages bien minces et temporaires sont toujours obtenus dans le sens de la bureaucratisation lente mais inexorable du capitalisme ambiant et si on gratte un peu on s’aperçoit que le marxisme fut toujours vendu en premier lieu par la très grande entreprise.

      Les grandes fiestas au drapeau noir ont beau ne pas parvenir à leurs objectifs de destruction le plus souvent et c’est tant mieux, on a beau les faire surtout dans l’intention de se donner du bon temps, ce bon temps bien temporaire se paie à chaque coup par une emprise toujours plus grande des mafias et des intérêts de type mafieux à tous les détours de l’économie. Et si on gratte un peu on s’aperçoit qu’absolument tous les chanteurs et idéologues au drapeau noir font partie d’organisations préparant des âges sombres.

      La contre-culture des années 1960-70 fut une catastrophe intégrale et dépourvue de tout bon fruit, en fait mieux vaudrait à la limite avoir la nostalgie des chants militaires allemands des années 1930 que des airs d’un Lennon ou d’un Gainsbourg. De toute façon le monde du spectacle sur scène est toujours dans toute société ce qu’il y a de plus purement satanique, par définition. Si vous voulez savoir quelle direction une société doit éviter de prendre en priorité, faites la moyenne de ses chanteurs les plus charmants et les plus efficacement charmeurs. Psychiquement parlant une scène de spectacle est un WC et toutes les valeurs humanistes qui y sont chantées y sont en fait excrétées par le corps social.

       
  • #2253056
    Le 6 août à 09:37 par JM.Debrieux
    L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

    Quand vous en arrivez à utiliser la violence, vous jouez le jeu du système. l’ l’establishment vous irritera, tirera sur votre barbe, vous giflera au visage pour vous pousser à vous battre. Parce que dès qu’ils vous ont rendu violents ils savent comment vous manipuler. La seule chose qu’ils ne savent pas contrôler c’est la non-violence et l’humour. J. Lennon



    C’est bien une réflexion d’intellectuel qui se croit intelligent à faire le sage. Ici on ne parle plus de musique des années 80 mais de politique. On a vu ce que les sittings non-violents des peace&love manipulés par la CIA ont produit. Et George Carlin a dû faire trembler le "système" de rire.

    1- Quand le "système" (c’est quoi au juste ?) te pousse à la violence c’est qu’il n’est plus dans son droit. Et si le droit n’est plus...
    2- L’establishement vous giflera... C’est qui ce vous ? un individu isolé, une foule, le peuple d’un pays ?

    Voilà donc définies les deux causes de votre malheur : le manque de courage à remettre la loi en place et le manque de dignité à affronter la violence. Je comprends que cela soit douloureux et que vos réactions soient épidermiques.

     

    Répondre à ce message

  • #2253228

    a l’époque j’ai eu un doute

    quand bob marley est mort, je n’ai plus eu de doute.

     

    Répondre à ce message

  • #2253735

    Merci pour cet article.

    Le fait que Mark chapman ait expliqué son geste très en détails m’a toujours étonné.
    On a rarement vu un déséquilibré donner une interprétation tangible sur les raisons qui le poussent à tuer. Son témoignage est trop logique pour être vrai.

    Quant au mobile, il est gros comme une maison.

     

    Répondre à ce message

  • #2253950
    Le 7 août à 18:37 par poopii max
    L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

    La grande majorité des personnes intervenant sur ce sujet déteste Lennon, ou plutôt la personne qu’il est devenu après les beatles... Par curiosité j’aimerai savoir si vous le considerez comme un grand compositeur de chansons ?

     

    Répondre à ce message

    • #2254102
      Le 8 août à 00:23 par Alençon
      L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

      un des plus grands compositeurs de la musique rock et pop-rock sans aucun doute !
      si on considère son oeuvre collective, c’ est bien simple, (presque) toutes les star du rock avouent que le duo Lennon/mc Cartney reste indépassé à ce jour...plus fort que : jagger/richard, plant/page, waters/gilmour, simmons/stanley, les frères young, mercury/may ou bono/the edge.
      maintenant, en solo ; il reste 1 bon compositeur, mais n’ est plus aussi certain de figurer parmi les tout meilleurs compositeurs (ses compos solo restent au dessous de celles de polnareff ou cat stevens par exple)

       
    • #2254286
      Le 8 août à 13:02 par Jean Krass
      L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

      Je me souviens d’une vidéo du patron qui disait que les Beatles ça volait pas haut, musicalement parlant. Que les gars faisaient une chanson avec 3 ou 4 notes. Dans une autre vidéo Alain parle de la puissance de la mélodie anglo-saxonne. Tu vois.

       
  • #2254432
    Le 8 août à 17:25 par .John Lemon
    L’Empire du faux (2/3) : l’assassinat de John Lennon

    Merci d’avoir ouvert ce dossier. Cela faisait un petit moment que je me questionnais sur ma propre mort...

    Je vais peut-être enfin pouvoir rejoindre ce monde de paix que j’ai tant imaginé.

    J’ai hâte de chanter main la main en farandole avec tout ces capitalistes, ces tortionnaires, ces faux-menteurs de guerres, ces politiques crédules et tout les petits enfants du tiers-mondes moralisateurs... (Sans oublier tout nos copains les animaux musiciens, sacrifices du temple de la consommation de masse).

    Pour l’occasion je revêtirai seul mon habit de lumière et j’orchestrerais un colin-maillard. Nos âmes, elles ; dévêtues de toutes les tentations que la condition physique impose ; pourrons se mélanger entres-elles, sans craindre quelconques dérapages transgressifs.

    Il n’y a plus de temps, plus d’âges, plus d’héritage. Nous ne formons plus qu’un...

    Amen.

    Signé, John Lemon.

    Ps : Un citron dans le fion, ça picote un peu, mais ça permet de se sentir toujours bien vivant...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents