Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Éveil des consciences – Conférence de Frédéric Delavier à Mulhouse

L’équipe d’E&R Alsace a reçu Frédéric Delavier le 27 octobre 2018 à Mulhouse pour une conférence de présentation de son ouvrage L’Éveil des consciences.

 

La conférence :

 

Les questions du public :

 

Retrouvez Frédéric Delavier en conférence le 1er décembre :

>

Retrouvez Frédéric Delavier chez Kontre Kulture :

Prolonger la conférence avec Kontre Kulture :

Frédéric Delavier, sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Delavier a d’excellente compétence en anatomie et en musculation. Mais le corps comme substrat de l’esprit est une prémisse fondamentale fausse.
    Cette erreur est d’une certaine façon à l’origine de la chute de l’ange et du pécher originel, cela revient à confondre « la connaissance humaine » et la connaissance céleste ».
    Le corps et le mental sont des frères jumeaux situé dans un domaine de la réalité. L’esprit est au-delà de l’espace temps, et ne peut pas être réduit á une image quelconque anthropomorphique ou autre. La statue ou la représentation physique divine ne peut être confondu avec la divinité. C’est pour empêcher cette erreur fondamentale que certaine religion interdisent la représentation de Dieu et des saints. Vue l’ignorance humaine, c’est certainement une bonne idée.

     

    Répondre à ce message

    • #2087333

      Dans la bible, le corps est le temple ; de manière plus profane, le "véhicule" de l’esprit.

      Historiquement, c’est le corps qui est créé en premier, en puisant dans l’énergie fournie par la mère, dans la matrice.
      Puis l’âme - ou l’esprit (mais j’ai jamais compris la différence entre les deux) - "descend" dans le corps, l’investit, vers le 5ème mois - c’est peut-être ce que vous appelez "la chute de l’ange". C’est pas scientifique hein, j’ai lu çà dans "Messages d’éternité" de Nicole Delatour, mais çà me paraît plausible.
      Peut-être aussi que cet ange qui chute est issu d’un dédoublement du corps céleste, dont une partie "reste au Ciel", et qu’on appellerait communément "l’ange gardien", qui serait en fait notre double "original" si vous voulez et agirait comme un guide...

      Pour moi en tout cas c’est plus constructif d’essayer d’échaffauder voire de comprendre des choses "à partir d’en-haut", que de fouiller dans la longue histoire humaine des origines dont les preuves manquent tout autant, mais qui confine surtout à une conception matérialiste de la Création, stérile et fermée, si on ne relit pas celle-ci... au Créateur !

       
    • #2087366

      « l’âme - ou l’esprit (mais j’ai jamais compris la différence entre les deux) »
      Le corps relève de la manifestation grossière ("matérielle")
      L’âme, de la manifestation formelle subtile.
      L’esprit, de la manifestation informelle.
      Ce sont des termes qui catégorisent un ensemble d’états de l’être qui n’ont pas de solution de continuité. Mais l’âme et l’esprit ne sont pas des synonymes.
      Lire Guénon Les états multiples de l’être.

       
    • #2087489

      C’est plus complexe.
      Frédéric Delavier, si on veut transcrire sa pensée en "philosophie académique", n’est pas un matérialiste pur. Il pense au contraire, en dernière instance, que toute la richesse de l’être humain se trouve dans sa (la ?) conscience.
      Conscience qui, parce qu’elle est indéfinissable selon des moyens matériels, est toute "idée". Ce qui renvoie bien au monde des idées de Platon.

      La manifestation de l’esprit serait donc ce qu’on appelle "conscience", et uniquement cela.

      En dernière instance, ça ne va finalement pas dans le sens contraire d’une différenciation entre ce que vous appelez "connaissance humaine" et "connaissance céleste". Mais on peut dire que ça la peaufine. On pourrait même dire, que, in fine, Delavier exprime mieux votre propre théorie que vous-même ! (je taquine... mais pas sans fondements !)

      Puisque finalement, Delavier donne une définition plus claire que vous de ce qu’est la "connaissance céleste" par rapport à la "connaissance humaine", en lui identifiant justement la "conscience".

      Personnellement, je pense que Delavier opère, sûrement sans en avoir l’intention, mais par produit d’une grande curiosité et d’une grande pureté d’esprit, un dépassement dialectique de l’opposition idéalisme/matérialisme, en identifiant justement l’idée à la conscience. Pour moi, la pensée est bien plus intéressante qu’elle ne le prétend (et c’est tout à son honneur).

       
    • #2087667

      Puis l’âme - ou l’esprit (mais j’ai jamais compris la différence entre les deux)



      L’âme c’est ce qui "anime", c’est à dire le souffle de vie. Du latin anima. Donc même un animal possède une âme car lui aussi a ce souffle qui le fait respirer. Une plante aussi a une âme. Elle est manifestation de la vie.

      L’esprit n’appartient qu’a l’Homme, il est ce qui le relie à Dieu par le spirituel. Un chien ou une plante ne peuvent croire en Dieu, car s’ils possèdent la vitalité dépourvus en d’esprit ils ne peuvent se tourner vers le Ciel.

       
    • Si Dieu se situe au-delà de l’espace-temps, il est impossible de dire quoique se soit sur ce qu’il est, néanmoins nous pouvons dire ce qu’il n’est pas. Pour Dieu, il n’y a pas d’histoire, d’affirmation ou négation, ni d’existence, ni de preuve.
      Les preuves sont indispensables à un certains niveau, mais pour les choses de l’esprit, croire que la conscience passe seulement par le mental est une bêtise. L’esprit n’est pas le mental et ne vient pas du corps. Pour l’âme (à l’échelle individuelle) c’est la même chose.
      Tout les êtres humains ont une âme, même les pires criminels, et l’autre caractéristique que nous partageons c’est de ne pas savoir ce que nous savons au très profond de nous même. Il y a naturellement des exceptions.

       
  • Dommage qu’il déroule sa conférence avec tant de certitudes.

    Ca aurait été plus digeste si il précisait que cela était sa vision des choses, ses théories, ses hypothèses...

    On peut renommer ca : Conférence sur la théorie de Darwin, venez apprendre ce que vous savez déjà.

     

    Répondre à ce message

  • #2087392

    Delavier a du bons sens, et il veut le partager, c’est déjà très bien.

    Il passe sur E&R : respect.

    Pour le reste, comment et pourquoi l’homme est devenu intelligent, personne ne détient la vérité.

    Et au fait, est-il si intelligent que cela ?

     

    Répondre à ce message

  • Certes, celui qui a touché à la philosophie, à la biologie ainsi qu’aux sciences humaines et sociales n’apprendra rien de nouveau lors du visionnage de cette conférence. Cependant, outre le fait que nous ne sommes point tous dans ce cas, monsieur Delavier, qui, il le dit lui même, a pratiqué l’école de la rue, a certainement du redoubler d’effort pour accéder à un niveau de conscience qui exige tout de même plusieurs années de lectures exigeantes et difficiles. J’ai dans l’espoir que ceux qui n’ont pas vécu une telle situation, que je ne souhaite à personne, puissent comprendre le courage d’une telle démarche. Prouesse que je salue.

     

    Répondre à ce message

  • #2087606

    J’aurais aimé lui poser cette question :
    Les évolutions sociétales récentes (émancipation des femmes, GPA, PMA,...) sont-elles téléguidées par l’intention d’un groupe d’esprit humain ou bien sont-elles juste une conséquence naturelle de l’Histoire ?

    Si quelqu’un a une opinion la dessus, je suis preneur.

     

    Répondre à ce message

    • Les changements culturels n’apparaissent pas par pur hasard mais par la conjonction de facteurs biologiques et environnementaux. La culture est le produit des gènes et de l’environnement, mais la culture influe aussi sur les gènes (du groupe) et sur l’environnement. Pour une espèce sociale, l’environnement c’est aussi la culture et donc les gènes des autres, par conséquent culture, gènes, environnement ne sont pas dans une relation de subordination stricte mais interagissent dans un système chaotique où chaque facteur influe sur les autres.

      Pour ce qui est d’être téléguidé, je pense que Delavier a répondu dans sa conf, si cela ne te suffit pas tu peux lire Spengler et Marx : Ce sont les innovations techniques qui permettent les changements culturels en modifiant l’environnement (social), mais n’y obligent pas - il faut que ces changements confèrent un bénéfice pour un groupe qui y voit une manière d’augmenter son pouvoir au sein du groupe. Ce groupe promeut ces évolutions de manière naturelle - et voit dans les autres groupes qui s’y opposent des ennemis malveillants qui veulent lui nuire sans raison valable (de leur point de vue).

      Prenons un exemple : si demain était inventé un implant qui augmente le QI mais jusqu’à une certaine limite (mettons 130). Les individus au QI de 0 à 129 y verraient un avantage évident mais ceux dont le QI dépasse 130 n’y verraient qu’une menace à leur privilège (celui d’être plus intelligent que 95% des gens et donc de les contrôler et d’en extraire une rente sans qu’ils s’en rendent compte, ou bien de savoir fabriquer des outils complexes que seule une élite intellectuelle peut concevoir).

      A partir de là, il est facile de deviner quels groupes promeuvent quels changements culturels et pour quelles raisons. Pas de téléguidage la-dedans mais uniquement l’intérêt bien compris de surclasser le plus d’individus possibles dans la société..

       
    • #2089313

      Merci pour votre retour,
      Mais s’il n’y a pas de téléquidage, comment expliquer que ces évolutions sociétales ont lieu simultanément dans des pays de culture différente ? Surement une conséquence de la mondialisation des informations disponibles diffusées dans les médias ou sur le net.

      D’ailleurs, La GPA et la PMA ne sont pas forcément des évolutions culturelles mais plutôt cultuelles par l’athéisme de masse en désacralisant le vivant.

      Ce cycle s’inversera sans doute avec l’évolution des consciences...

       
  • #2087938

    Nous sommes le fruit de rapports sociaux :
    La prédation animale porte déjà l’embryon du rapport maitre/esclave, quand l’antilope accumule docilement des calories pour le lion.
    La peur de la mort ne s’envisage que dans la projection à soi-même de celle de l’autre.
    Le verbe n’est pas apparu pour que l’on vocifère seul.

    La réflexion est intéressante malgré le manque de références et de concepts, le titre en souffre affreusement. Il faut s’imaginer la surprise du lecteur bobo/newage/vegan quand il tombe sur les biscotos de Mr Delavier. x)

     

    Répondre à ce message

  • #2089880

    Frédéric Delavier a l’imagination fertile. S’il croie qu’il descend du singe, cela n’engage que lui mais il ne peut pas parler au nom de l’humanité. Il n’y pas une espèce sur terre dont on a apporté la preuve qu’elle ait évoluée ou mutée. C’est de la divagation darwiniste pure propagée pour les raisons que l’on sait.

     

    Répondre à ce message

  • Jésus, Marie, Saint Joseph !
    Cet homme croit vraiment pouvoir "comprendre" le monde (ou du moins l’homme) seul à partir de sa pensée perso et "surtout" son expérience vécue.
    Le résultat ? Une "sagesse" et un "savoir rare" acquis. Sans dieu, sans s’appuyer sur aucune tradition, si ce n’est pour les piller pour illustrer son puzzle perso.
    Pathétique, de prétention, d’audace et de confusion de genre.
    Incroyable ! Même l’écouter en bruit de fond et faire autre chose est impossible, tellement il affirme des "certitudes" égarées.

    Le gars en lui-même pourrait être par ailleurs sympas. Dommage.
    Mais ouf ! On dirait un prophète profane. Prophète de poulailler.

    Bienvenu ami à E&R. Mais bon sang, continue encore à apprendre je t’en supplie !

     

    Répondre à ce message

  • Il n’est pas du tout certain qu’avant la néolithisation, le partage des taches aient été aussi sexué qu’on pourrait le penser.
    Il s’est certainement plus au départ partagé entre "faibles" et "forts" ou plutôt selon les capacités des uns et des autres.
    Il ne faut pas oublié le rôle des vieux et notamment des "grand mères" ménopausées déchargeant les jeunes femmes et les mères pour l’éducation des enfants...
    Par exemple, pour la chasse dangereuse des grands animaux de l’hémisphère nord qui demande un grand nombre d’individus, il n’est pas du tout exclu que d’une part elle ait pu réunir plusieurs groupes mais aussi que des femmes jeunes non atteintes par le "sang périodique" et non gestantes aient pu y participer.
    Ce qu’on peut supposer par contre, c’est que si la chasse quotidienne étaient essentiellement masculine ce n’était pas tant par nécessité que par goût.

    En tout état de cause il est très difficile d’extrapoler à partir des sociétés "chasseurs cueilleurs" modernes parce que la plupart pratiquent l’agriculture et sont des sociétés qui ont pu pour beaucoup d’entre elles, passer de sociétés essentiellement agricoles et pastorales à ce mode de vie plus ancien.

    Ce que l’on sait c’est que ces sociétés tendent à ne pas avoir de structures sociales hiérarchiques et un pouvoir décisionnaire égalitaire et non sexué et que c’est le stockage qui est la source des inégalités.

    Ainsi on sait que pendant des dizaines de milliers d’années l’humanité fut bien plus égalitaire tant au niveau social que sexuel et que le patriarcat et l’inégalité sociale s’impose vraiment dans les sociétés agricoles et pastorales, par le stockage, accompagné spirituellement par l’importance grandissante du soleil au dépend de la lune mais aussi de part la frustration des hommes née du travail et surtout par la guerre, l’avènement des guerriers.

    En définitive si la nature même implique la division sexuelle des taches, celle ci fut bien plus relative qu’on ne pourrait le penser et s’accentua, se cristallisa très récemment, rapporté à l’histoire humaine.

     

    Répondre à ce message

  • A propos de la musique :

    Je pense que Frédéric DELAVIER a raison quand il parle de cet art et de ses effets sociaux. On est éduqué par son milieu et son histoire à aimer une certaine musique voire à en détester d’autres.

    Mais en même temps, il y des exceptions : certains chercheurs en neuroscience ont fait un constat empirique : tout le monde quel que soit son milieu social, son origine ethnique, son pays de résidence aime les Beatles et Mozart. Des chansons ont eu un destin planétaire par exemple "Cucurrucucú paloma" et ont été adaptées dans plusieurs langues car la mélodie plaisait partout.

    Les scientifiques cités plus haut, se demandent donc si certaines mélodies n’ont pas le pouvoir d’agir sur les circuits neuronaux du plaisir quelle que soit notre culture.

    De la même manière, la couleur préférée aujourd’hui dans le monde serait le bleu. Le monde musulman fait exception car cette couleur y est associée au christianisme.

    Là encore, cette couleur est connue pour avoir un effet apaisant.

    Ce sont des circuits neuronaux qui seraient activés indépendamment de notre culture.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents