Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’IVG comme réponse à la logique d’externalisation des fonctions maternelles

Le marché derrière toutes les saloperies

L’arrêt Roe v. Wade est un arrêt historique rendu par la Cour suprême des États-Unis en 1973 sur la question de la constitutionnalité des lois qui criminalisent ou restreignent l’accès à l’avortement.

 

Le 24 juin 2022, la Cour annonce qu’elle annule l’arrêt Roe dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization au motif que le droit à l’avortement n’était pas « profondément enraciné dans l’histoire ou la tradition » de la nation américaine ni considéré comme un droit lorsque la clause de procédure régulière a été ratifiée en 1868. Cette décision laisse le libre choix à chaque État de faire sa propre loi sur l’avortement. Cela revient donc à dire que le peuple décide, État par État, ou par ses représentants, si l’avortement est autorisé ou non et dans quelles conditions.

Les anti-avortement peuvent remercier Donald Trump qui a fait grimper à 6 (sur 9) le nombre de conservateurs à la Cour suprême, permettant un tel revirement. Aussitôt, huit États ont interdit l’avortement : le Missouri, le Dakota du Sud, l’Oklahoma, l’Arkansas, le Kentucky, l’Alabama, la Louisiane et le Wisconsin.

En France, en 2020, il y a eu 30 IVG pour 100 naissances (source : INED). Depuis 1976, le nombre d’avortements a peu bougé, les chiffres évoluant entre 27 et 34 pour 100 naissances. Ainsi un enfant sur quatre est avorté !

Remi Tell, cofondateur du mouvement Le Peuple libre, Anne Trewby, cofondatrice du collectif Antigones, et Aude Mirkovic, juriste, reviennent sur la volonté du gouvernement d’inscrire l’IVG dans la Constitution.

 

De l’avortement en France et dans le monde :

 






Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je suis une femme de mon temps, j’ai grandi avec l’idée que l’avortement c’est normal ("un droit") et que de toute façon ça ne concerne qu’un embryon ("amas de cellule" sans âme). Même les bébés, je les imaginais avec des réaction primaires d’animaux (faim, mal) et sans intelligence.
    Vous voyez : j’étais franchement au ras des pâquerettes où sont encore les militants pro avortement que j’entends.

    Faut dire que le très peu de fois où j’avais dû aller à l’Eglise, je n’en entendais pas parler et que les rares cathos de mon entourage étaient "pour" ou se taisaient.

    Mais j’ai été enceinte (grossesse à risque et bombardée d’examens très tôt).
    Et j’ai entendu son coeur battre à 4 semaines puis je l’ai vu bouger à 7 semaines à l’écho puis encore à 11 semaines quand il semblait faire le plongeur sous-marin (avec une étonnante coordination jambes/bras !).
    Je l’ai vu bouger à 7 semaines quand j’avais mal durant un examen gynéco vaginal alors qu’il ne bougeait pas le reste du temps. Etrange non ? Comme si ce soi disant "amas de cellules sans âme ni sensation" ressentait ma douleur ou mes émotions. Ca m’a tellement bouleversée que j’en ai parlé au gynéco qui n’était pas surpris "bah oui il bouge bien déjà"
    Bref,
    comme y’a que les cons qui ne changent pas d’avis,
    de partisane de l’avortement, je suis devenue une farouche opposante car j’ai compris que la Science n’explique pas encore tout (et qu’elle ne le veut pas puisqu’elle est tenue actuellement par des idéologues/politiciens).

    En devenant maman, je confirme que ça m’a radicalement changée : je suis devenue meilleure car +douce et humaine. Moi la terminator-du-boulot j’ai découvert la compassion face à la faiblesse du tout petit et donc de l’humanité en générale. Ca rend +tolérant que toutes les histoires gaucho-LGBTIstes auxquelles j’adhéraient avant !

    PS : comme c’est l’Eglise qui se dresse encore un peu contre l’avortement de masse et l’eugénisme, j’y suis retournée : A-Dieu, fin du sociétalisme me concernant
    C’est peut être ça aussi que le Grand Capital et l’Ennemi de Dieu craignent : que l’on redeviennent humains.

     

    Répondre à ce message

    • #2984918
      Le 30 juin à 13:57 par Szczebrzerzyszczykowski
      L’IVG comme réponse à la logique d’externalisation des fonctions (...)

      Merci beaucoup pour ce commentaire très intéressant.
      _ :)

       
    • Beau témoignage qui mérite notre respect. Je me permets de dire : vous êtes une belle âme. Votre Charité (au sens caritas, amour) est indéniable.
      Conseil : méfiez-vous des catholiques issus du dernier concile. Ils sont protestantisés. Seuls les catholiques qui sont restés fidèles à la doctrine qui avait cours jusqu’à Pie XII peuvent se dire VRAIMENT cathos.

       
    • C’est à 14 ans et par hasard que j’ai vu le documentaire "le cri silencieux", j’étais à Lourdes en pèlerinage plus soucieuse d’échapper aux prières on m’a proposé d’aller au "cinéma" voir un film sur Sainte Bernadette, c’est sur ce film que je suis tombée. Ce film m’a profondément marquée, j’ai grandi dans une famille de catholiques assymptomatiques qui pensait que l’avortement était comparable à une amputation, je n’ai jamais adhéré à cette vision des choses. Mon père, pour étayer ses propos m’a dit : si ma fille de 14 ans rentrait un jour enceinte à la maison je la ferais avorter direct" malgré l’admiration que j’avais pour lui je lui ai rétorqué que si une de ses filles rentrait un jour enceinte ce serait à lui d’assumer car cela voudrait dire qu’il ne l’avait pas suffisamment protégée. Ca vaut ce que ça vaut...Aujourd’hui j’ai 8 enfants, ma dernière s’est manifestée quand j’ai eu 47 ans, j’ai pleuré tout ce que j’ai pu car je savais qu’elle risquait de perdre ses parents très jeune et que je risquais moi aussi d’y passer, mais l’idée d’avorter ne m’jamais traversé l’esprit, tuer une vie pour avoir pris quelques minutes de plaisir, inconcevable . C’est un risque, en effet, elle aura de vieux parents, plus patients, plus rigoureux mais surtout encore plus émerveillés par cette petite vie ! Personne ne sait ce qui va se passer, personne ne peut prédire de ce que sera sa vie, l’avortement est un crime odieux, aucun argument n’est valable pour le justifier.

       
  • C’est à nous les hommes de donner aux femmes l’envie de faire des gosses. Si notre attitude n’est pas parfaite, le rouleau-compresseur de la propagande aura le dessus.

     

    Répondre à ce message

  • Je ne comprends pas qu’on manifeste pour avoir le droit de zigouiller son enfant, , et quand on refuse la peine de mort pour des criminels, il s’agit d’avortement de masse, et des délais de plus en plus repoussés, jusqu’àu neuvième mois, et là c’est carrément un infanticide, quel medecin acceptera de faire un tel crime ? Sans doute on en trouvera...L ’avortement devrait être exceptionnel, réservé à des cas exceptionnels, ou extrêmes, viol de mineure, inceste, santé de la femme, un ami dans la profession m’a dit qu’en fait l’ivg est devenu un moyen de contraception, certaines y recourent 3 ou 4 fois, et elles ne sont pas en détresse, pourtant notre "belle "époque connaît la pilule, fournie gratuitement aux jeunes filles, l’avortement devrait être restreint, et non remboursé, depuis la pilule et l’ivg, les hommes et les femmes sont déresponsabilises et déculpabilises, l’acte sexuel banalisé, et c’est une catastrophe, toutes ces personnes prêts et prêtes à supprimer la possibilité d’une vie ne seraient pas là si leurs parents avaient usé de ce " droit", avorter n’est pas un droit, mais une possibilité technique à utiliser avec précaution comme les autres, et d’un point de vue moral, mais objectif, une barbarie, non, mesdames, il ne s’agit pas de votre corps, mais de celui d’un autre être qui vit déjà en vous, et qui dépend de vous, alors réfléchissez et prenez bien soin de votre corps, respectez le, car de plus cette intervention n’est pas du tout anodine, oui je pense que nous aussi reviendrons en arrière ainsi que sur les autres "progrès " sociétaux , mariage gay, pma gpa, euthanasie, qui n’en sont pas !

     

    Répondre à ce message

  • Citation : " À l’âge réel d’un mois, l’être humain mesure quatre millimètres et demi. Son cœur minuscule bat déjà depuis une semaine, ses bras, ses jambes, sa tête, son cerveau sont déjà ébauches. À deux mois d’âge, il mesure de la tête à la pointe des fesses quelques trois centimètres. Il tiendrait replié dans une coquille de noix. À l’intérieur d’un poing fermé, il serait invisible, et ce poing fermé l’écraserait par mégarde sans qu’on s’en aperçoive. Mais ouvrez votre main, il est quasiment TERMINÉ, mains, pieds, tête, organes, cerveau, tout est en place et ne fera plus que grossir. Regardez de plus près encore, avec un microscope ordinaire, et vous déchiffreriez ses empreintes digitales.
    La génétique humaine se résume à un credo élémentaire : Au commencement il y a un message, ce message est LA VIE. Et si ce message est un message humain, alors cette vie est une vie humaine. "
    Professeur Jérôme Lejeune, père de la génétique moderne.

     

    Répondre à ce message

  • Donner la totale liberté aux femmes et elle deviennent tueuses en série juste pour leurs plaisirs, et non nos corps ne nous appartiennent pas, cette enveloppe charnelle est plutôt un prêt.

     

    Répondre à ce message

  • #2985286

    NÉOLOGISME

    ASSASSINATAL

    Merci , au-revoir .

     

    Répondre à ce message

  • Liquider les derniers restes de la morale chrétienne, trop protectrice envers les faibles, et offir à la place l’opportunité de pouvoir revendiquer le pire au nom de valeurs perverties et inversées : "l’amour" , "la liberté" ou "l’égalité" .
    Nous sommes bien dans le satanisme.

     

    Répondre à ce message

  • #2985424

    Cela va les perdre. Il faut voir la têtes des manifestantes pour l’IVG, surtout aux USA (des pauvres filles en idiotes utiles). Dans le réel, il y a eu l’élection récente dans le district le plus hispanique de Mayra Flores (36 ans, parents venus du Mexique qui ont fait tous les petits boulots agricoles, républicaine, catholique, pro-life, ...), est le futur des US, pas du tout les globalistes Kamala Harris.

     

    Répondre à ce message

  • A mon avis le meilleur militant pro-vie français est également critique du transhumanisme, il s’agit de Tugdual Derville, voir sa conférence sur le Wednesday Event sur EnTube.

     

    Répondre à ce message

  • L’IVG est à mon sens un outil de la science qui est mis à disposition des gens. Ce n’est pas un droit.
    A ce titre d’outil, de la même manière qu’il a été mis à disposition, il peut se voir disparaitre et ne plus être à disposition.

    Personnellement, je suis pour la mise à disposition de l’IVG dans les cas de viols et autres cas similaires mais contre l’avortement que je qualifierais de confort.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents