Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Irak cherche 88 milliards de dollars pour se reconstruire

L’Irak, meurtri par trois ans de guerre contre le groupe État islamique (EI), cherche à récolter 88 milliards de dollars pour se reconstruire, un chantier titanesque entamé lundi avec l’ouverture d’une conférence internationale à Koweït.

 

Pendant trois jours, des centaines de responsables politiques, d’ONG et d’hommes d’affaires doivent participer à cette conférence. Bagdad mise notamment sur le secteur privé pour lever des fonds au plus vite, alors que des milliers d’habitations sont détruites et plus de 2,5 millions de personnes déplacées.

 

JPEG - 52.6 ko
Conférence internationale pour la reconstruction de l’Irak, ouverte le 12 février 2018 à Koweït

 

Ravagé depuis les années 1980 par les guerres à répétition et un long embargo, notamment après l’invasion du Koweït en 1990, l’Irak a annoncé il y a deux mois la « fin » d’une nouvelle guerre, cette fois contre les jihadistes de l’EI qui s’étaient emparés d’un tiers de son territoire à partir de 2014, menaçant son existence même. Mais la reconstruction du pays, deuxième producteur de pétrole de l’Opep, s’annonce longue et difficile.

« Nous estimons que les besoins totaux de reconstruction en Irak s’élèvent à 88,2 milliards de dollars (71,9 milliards d’euros) », a déclaré le ministre irakien de la Planification, Salmane al-Joumeili, à l’ouverture de la conférence. Ces fonds « serviront d’abord à réhabiliter les personnes déplacées et reconstruire les services publics », a-t-il ensuite précisé à l’AFP. Selon Qusai Abdelfattah, directeur général au sein du ministère de la Planification, 22 milliards de dollars de ces fonds sont nécessaires de façon urgente, et le reste à moyen terme.

« Nous avons lancé des programmes de reconstruction (...) mais ce que nous avons accompli est inférieur à 1% de ce dont l’Irak a besoin », s’est alarmé Mustafa al-Hiti, président du fonds de reconstruction pour les zones touchées par les combats contre l’EI. « Plus de 138.000 maisons sont endommagées, dont la moitié sont complètement détruites », a-t-il souligné.

Autre défi de taille, l’Irak devra parvenir à surmonter ses divisions intercommunautaires et la corruption endémique qui gangrène le pays, classé 166e sur 176 États dans ce domaine par Transparency International en 2017.

 

Retour des déplacés

Outre les destructions matérielles, l’Irak fait face à une grave crise humanitaire, avec 2,5 millions de déplacés. La conférence de Koweït doit ainsi permettre de financer leur retour « volontaire », estime le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR). « Si les combats à grande échelle sont terminés (...), les stigmates demeurent dans tout le pays : les villes ont été durement endommagées, les communautés ont été disséminées et une génération d’enfants risque d’être perdue », a rappelé Bruno Geddo, représentant de cette organisation en Irak.

Lire l’article entier sur lorientlejour.com

 

Qui veut « remodeler » le Proche-Orient ?
Lire sur Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1899767

    Si il y avait une communauté internationale digne de ce nom (libre et fondé sur une véritable justice), elle imposerait aux usa et à la grande Bretagne de donner ces sommes en dehors des sanctions dont elles devraient être passibles pour leur totale responsabilité dans le désastre irakien

     

    • USA...Grande Bretagne...on peut y ajouter la France ...Israel...et plein de pays qui depuis 1990 participent à la destruction systématique de l’Irak...C’est vraiment une honte pour les "démocraties " , de quoi faire regretter Saddam !


  • Il faudrait demander à ceux qu’ils l’ont détruite .On doit savoir qui sait ,sans chercher bien loin .Mais là ,il y a moins de courageux .


  • Qu’ils fassent comme la FED et la BCE ils n’ont qu’a Fabriquer du faux argent

     

    • C’est ce que les banques font toujours, même pour un crédit misérable de 1000 euros. Et puis après tu payes les intérêts pour ces clics de souris extrêmement épuisant.
      On voit bien que la Banque se nourrit de guerres.

      C’est des génies ces banquiers !


  • #1899802

    Ceux qui sont responsables de ce désastre vont maintenant prêter l’argent que ca leur a rapporté pour reconstruire une belle démocratie et en plus il faudra dire merci.


  • Il est vrai que même les ventes de pétrole doivent être volées par leurs occupants de l’OTAN.


  • Bonjour,
    le titre est trompeur : mieux écrire "Le sud de l’Irak cherche....... pour se construire".
    Car l’argent récolté servirait à seulement 2 villes sunnites détruites parmi les centaine détruitespar Daech. Fallouja la meurtrie ne sera concernée par aucun projet. La centaine d’autres projets concerne ( normale ?) la partie chiite de l’Irak où précisément Daech n’a pas sévi.
    Les arabophones ont lu hier avec stupéfaction l’appel de la société civile irakienne sunnite qui ne comprend pas cette distinction entre zones.


  • L’addition devrait etre présentée à tous les pays qui été pour une intervention en Irak

     

  • Voilà ce qu’il en coûte aux peuples qui veulent échapper à la dette éternelle : ils sont détruits, puis contraints de mendier du crédit et enchaînés jusqu’à la fin des temps.

     

  • Les irakiens doivent bien le regretter Sadam Hussein.
    Le chaos voulu et imposé par Israël et ses alliés dont les USA, qu’ils paient.
    J’ai souvenir au moment de la chute de Sadam que tous les bâtiments concernant les administrations du pétrole etc étaient protégés par les militaires américains, tous ceux qui concernaient la culture l’histoire du pays etc NON et ont été pillés officiellement par les irakiens en réalité par les américains pour revente d’oeuvres d’art historiques sur Internet. Comment tuer un pays ? Enlever toute son histoire et sa culture.


  • Il faudrait faire un ICO (levée de fonds en cryptomonnaies, pour initial coin offering), certaines ont levé 300 millions en quelques heures car il est obtenu un jeton qui est spéculatif au terme de l’ICO. Vous pouvez vous faire accompagner ou conseiller parfois même gratuitement sur des sites comme chainem ou cocoricos. Cela demanderait 2 à 3 mois de travail mais avec de la passion on peut y arriver.


  • ça fait cher la fiole ...."droidelomiste".


  • 88 milliards de dollars pour une fiole ?

    méfiez vous de celui qui va se présenter avec un litron....


  • 88 milliards c’est qu’imprimait la BCE au plus haut de son programme de quantitative easing .... par mois.
    Aujourd’hui, elle doit en imprimer 40 ou 60.


Commentaires suivants