Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’armée irakienne massacre les derniers terroristes de Daech dans Mossoul

Les derniers jours de la bataille contre l’EI, les soldats irakiens ont reçu un dernier ordre, très dur, de tuer tout ce qui bouge. Écrasés sous les décombres, on peut trouver ceux qui en ont fait les frais.

 

 

Mossoul, Irak. Le soldat irakien jette un coup d’œil à l’extérieur de la pièce où il se trouve, tenue par trois murs, à travers une friche de gravats s’effondrant abruptement jusqu’aux rives du Tigre. Il réfléchit à ses derniers jours, très violents, de combats contre le groupe État islamique (EI).

« Nous les avons tous tués », raconte-t-il calmement. « Daech, les hommes, les femmes et les enfants. Nous les avons tous tués. »

Ce qu’il reste de cette partie de la vieille ville de Mossoul, où les combattants de l’EI ont livré leur dernier combat, est un endroit terrible. Et ce qui se trouve en dessous trahit les sombres derniers jours de la bataille pour Mossoul.

Des centaines de corps gisent, à moitié enterrés dans la maçonnerie effondrée et les décombres de ce qui avait été autrefois un quartier historique et trépidant. La puanteur des corps en décomposition, qui arrive rapidement dans les 50°C de la chaleur de l’été, submerge les sens.

Les pieds sont les restes que l’on remarque en premier. Et il y en a beaucoup, perçant à travers les décombres.

Ces meurtres de masse ont laissé des traces terribles.

Au cours de la semaine dernière, des bulldozers blindés ont roulé, en avant et en arrière, sur les maisons toutes froissées, compressant des centaines de corps dans les décombres.

Mais les morts ne s’en vont pas. Le rouge-brun des morceaux de corps en train de pourrir tranche avec le gris pâle de ce paysage irrégulier de gravats, de poussière et d’immeubles détruits.

« Il y a beaucoup de civils parmi les corps », explique un commandant de l’armée irakienne à Middle East Eye. « Après l’annonce de la libération, ordre a été donné de tuer tout ce qui bouge. »

Témoignant sous couvert d’anonymat, le commandant admet que les ordres n’étaient pas bons, mais les militaires devaient les exécuter sans discuter.

 

« Nous arrêtons très peu de personnes »

L’argument avancé par certains soldats irakiens selon lequel les prisons de Bagdad sont trop remplies pour accueillir davantage de prisonniers de l’EI fait rire le commandant.

« Ce n’est pas vrai, nous avons plein de prisons, mais maintenant, nous ne sommes pas en train de traiter les prisonniers comme nous le faisions avan », reconnaît-il. « Plus tôt dans la guerre, nous arrêtions de nombreux combattants de Daech et nous les amenions aux services de renseignement. Mais maintenant, nous arrêtons très peu de personnes. »

Lundi, plusieurs journalistes ont vu un prisonnier de l’EI se faire traîner dans les rues en ruines de la vieille ville par les soldats des forces spéciales.

L’homme était attaché et avait une corde nouée autour du cou. Les soldats ont confisqué les cartes mémoire des journalistes et on nous a ordonné de quitter la ville.

« Ici, il n’y a plus de loi maintenant », souligne le commandant. « Chaque jour, je vois que nous faisons la même chose que Daech. Les gens descendent vers le fleuve pour avoir de l’eau parce qu’ils meurent de soif, et nous les tuons. »

JPEG - 244 ko
Des soldats irakiens sur les rives du Tigre. Compressés dans les gravats à leurs pieds, plusieurs centaines de corps

 

Les corps tapissent maintenant les rives du Tigre. Tués par des frappes aériennes, des combats ou des exécutions, morts de faim ou de soif, certains ont été ramenés par le fleuve sur les rives pendant que d’autres flottent encore dans les eaux bleues. Certains des corps sont très petits. Ce sont des enfants.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux le 17 juillet ont montré des hélicoptères irakiens en train de mener ce que l’on pense être les derniers raids aériens de la bataille pour Mossoul, qui a duré neuf mois.

Au son d’une musique joyeuse et victorieuse, les hélicoptères ciblent des personnes désespérées qui essaient de s’échapper de la vieille ville en nageant dans le fleuve, grand et dangereux.

Tout près, des soldats posent pour les photos de la victoire, un drapeau irakien enfoncé au bout d’une pile de décombres et de morceaux de corps.

Ils sont devenus insensibles au paysage de mort dans lequel ils se déplacent. La brutalité de ce long conflit et la barbarie de leur ennemi ont pris le dessus sur les forces armées irakiennes. Il ne reste plus beaucoup d’humanité.

Les soldats – la plupart le visage enveloppé dans des écharpes pour se protéger de l’odeur oppressante de la mort – fouillent dans les décombres et les corps, tragiquement à la recherche de modestes butins de guerre. Des pièces d’AK47 brulées et cassées, des magazines vides, quelques boîtes de munitions.

 

JPEG - 240.8 ko
Des corps flottent dans les eaux du Tigre

 

Les derniers civils à sortir des décombres ressemblaient à des victimes d’un camp de concentration, et plusieurs ont rapporté ne pas avoir mangé depuis deux semaines. Certains étaient presque mourants.

[...]

Près de la rivière, Hussein, qui conduit des bulldozers, explique que son métier consiste à manœuvrer sur les décombres, pour combler les trous suspects où une activité de l’EI a été identifiée.

« Je remplis les trous avec des gravats pour que Daech ne puisse plus sortir », explique-t-il en admettant qu’il n’est pas tout à fait sûr de ne pas enterrer des gens vivants.

« Certains des tunnels s’étendent sur une longue distance et peut-être peuvent-ils sortir à un autre endroit. Mais mon boulot est de m’assurer qu’ils ne puissent plus sortir de ces trous. »

Lire l’article entier sur middleeasteye.net

 

Dans ce sujet, le reporter explique le modus operandi des troupes anti-Daech à Mossoul. Dès qu’un nid de terroristes est débusqué, leurs coordonnées précises sont fournies à l’artillerie (française) et l’aviation (américaine), et après l’écrasement des bâtiments incriminés sous les bombes, l’armée de terre irakienne passe à l’attaque. C’est là qu’ont lieu les éliminations des survivants.

 

Dans ce sujet, on assiste à l’émimination quasi-systématique des prisonniers de Daech par les forces irakiennes :

 

Ceux qui essayent de fuir en traversant le Tigre sont abattus sans sommation :

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Autour de Mossoul, sur E&R :

*

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1774556

    Maintenant que cette victoire semble définitivement échapper à l’Empire, attention aux portraits de barbaries et autres atrocités nécessaires que vont nous dessiner les médias, en toute objectivité impartiale bien évidemment.
    On lit déjà les titres ’’THEY WON, but lost their soul’’... ’’Victoire de guerre contre l’humanité’’... ’’La victoire à tout prix ? Sont-ils encore humains ?’’.
    La réponse est non, nous devrons les bombarder d’avantage.

     

    Répondre à ce message

    • L’empire a gagne en Irak, il a pille le pays pendant 7 ans et la reduit en cendre , c’etait l’objectif initial, monter daech et s’en debarasser a la fin.
      On peut predire encore 20 ans d’attentats en Irak sunite/chiite si toutefois la guerre n’eclate pas nouveau d’ici la.

       
  • #1774562

    Encore une occasion manqué de promouvoir Dieu et l’Homme plutôt que le diable et la bête ; des musulmans chiites qui massacrent leurs prisonniers ; je croyais qu’en Islam on devait respecter les prisonniers ?

    Et les religieux chiites ? On ne les entend pas du tout sur ces massacres...

     

    Répondre à ce message

  • #1774568

    Les EU sont à l’origine de la destruction de l’Irak mais ils auront toujours le beau rôle à travers leurs médias, celui des vaillants boys aidant à la lutte contre le terrorisme, de vrais « pompiers pyromane » professionnels. Dans la mesure où « mémoire » est un terme inconnu de l’américain moyen (à part peut être pour omaha beach) tout ça marche très bien. Et les pékins du tiers monde seront toujours obligés de coopérer avec ceux qui les soumettent, s’ils ne veulent pas une nouvelle fournée de terrorisme fou furieux, laquelle ne saurait tarder de toutes façons... La seule question demeure, quand est-ce que ce cycle infernal cessera.. ?

     

    Répondre à ce message

  • C’est ça la guerre, tuer en masse. A ceux qui s’en émeuvent, vous serez peut-être la cible de demain. Je préfère pleurer sur Charlie, le Bataclan, Nice,... et bien surveiller jusqu’aux enfants soldats qu’on va laisser revenir de Syrie sur notre sol.

     

    Répondre à ce message

  • #1774585

    Rappelons quand même, d’une part que si les Américains n’avaient pas détruit l’Irak en 2003 (avec la complicité du gouvernement actuel, qui par sa politique anti-sunnite, a favorisé l’émergence de l’EI), cette guerre ne serait pas ; et que d’autre part, les mêmes qui pleurnichaient sur Alep "saluent" la libération de Mossoul, pourtant au moins aussi violente.

     

    Répondre à ce message

  • #1774619

    Ah les fameuses frappes chirurgicales de nos amis étasuniens qui laissent une ville en ruines. Et puis dans la 1ere vidéo à 15 mn 32 s il s’agit d’un hélicoptère Mi-28 irakien de fabrication russe. Le commentaire de MSNBC sur les "american aistrikes" fait pschiiiit

     

    Répondre à ce message

  • Faut que ce qu’à dit France31 soit répété :



    Je ne peux m’empécher de penser aux femmes et fillettes Yézidis enlevées et reduites en esclavages sexuels par ces ordures et retenues captives à Mossoul, assassinées par l’armée sensée les libérer. L’horreur jusqu’au bout. Prions pour elles.


     

    Répondre à ce message

  • C’est très bien comme ça, pas pitié pour les assassins armés par Fabius et consort ...

     

    Répondre à ce message

  • #1775839
    Le 30 juillet à 22:04 par point en suspension
    L’armée irakienne massacre les derniers terroristes de Daech dans (...)

    Par définition un soldat est un meurtrier, l’ armée est une organisation criminelle, l’ état est son commanditaire, la pyramide est son donneur d’ ordres et le peuple est leur troupeau.

    "Qui veut la guerre prépare la paix."

     

    Répondre à ce message

  • #1776183

    Je voulais avec ce commentaire, afficher, communiquer toute ma désolation et mon effroyable mépris pour l’espèce humaine.
    ok ! les ordures de daesh ne méritent aucune compassion : mais se conduire comme eux font que ses sois disant rebelle qui luttent pour la sois disante liberté et contre le térrorrisme est une effroyable imposture.
    OUI comme le rappelait plus haut :tout a commencé en 91(irak) et s’est dangeureusement perpétré avec l’assassinat de Kadhafi.
    nos gouvernement ont mal opéré et de manière inconsciente et surtout égoiste pour leurs peuples : ces guerres.
    résultat, cela fait plusde connard islamique, d’intégriste : car meme si le enculés de daesh sont affaiblis : helas ! il y a pleins de petit cons et connes qui sont prêt a planter, a se faire sauter dans nos villes occidentale : et c’est pas notre petit roi macron qui va etre efficace face a ces ordures d’intégriste ou d’incultes.
    LA violence engendre la violence : l’homme est con pour l’eternité : l’histoire nous la prouvé du christianisme jusqu’à ce jour : si il existe des hommes et femmes de valeurs : ils restent minoritaire face aux barbares ou aux assoifés de fric.
    comme chantait un groupe de rock médiocre : car je préfère les stones ou Iggy pop:mais force de reconnaître que ce morceau etait sympa :
    "je revais d’un autre monde"
    AVEC MOINS DE CONS ET DE CONNES. ça c’est de moi.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents