Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Union européenne s’intéresse à la technologie blockchain

Dernier épisode en date de la guerre du socialisme international contre la haute finance et ses lucratifs rouages, la Commission de Bruxelles a lancé jeudi l’Observatoire et le forum du blockchain de l’UE, avec le soutien du Parlement européen, en vue de suivre pas à pas les développements de cette technologie qui permet de contourner ces institutions de conservation sûre de données que sont les banques et autres offices notariaux. Comme l’a d’ailleurs montré le Bitcoin, aujourd’hui largement copié par d’autres crypto-monnaies, le blockchain permet d’échanger et de vendre des devises virtuelles ou de les utiliser comme moyen de paiement en court-circuitant totalement l’intermédiaire bancaire.

 

D’aucuns ont voulu y voir un moyen d’échapper au pouvoir des banques et de la haute finance. Cela n’est pas faux mais en même temps on assiste à une virtualisation croissante et sans aucun doute aussi à un moyen potentiel de contrôle centralisé sans précédent, et à une ruée des grandes institutions globalistes sur le phénomène.

 

Du blockchain au Bitcoin, l’outil rêvé contre le pouvoir des banques

À l’instar du Forum économique mondial, l’Union européenne ne cache pas son soutien à cette très récente technologie qui permet de tenir des comptes et de transmettre des documents de manière absolument sûre (pour autant que cela soit possible sur Internet !) en faisant valider chaque opération par un réseau d’ordinateurs détenant les clefs numériques nécessaires. Tout le monde se moque bien d’ailleurs du fait que ce sont des opérations extrêmement énergivores : limiter les émissions du CO2, ça va un moment.

Totalement traçables, impossibles à modifier, les données dans les blockchains peuvent servir aussi bien aux institutions financières, aux assureurs, aux informations de santé, aux services administratifs qu’aux dépôts de marque et autres brevets. Et ce pour un moindre coût, vante Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission chargée de la stabilité financière, des services financiers et de l’union des marchés de capitaux. Grâce à cet observatoire, a-t-il expliqué, la Commission entend mieux déterminer sa politique.

 

La Commission de Bruxelles finance la recherche sur le blockchain

L’UE cherche donc à mettre en place un marché unique numérique. Comme l’a expliqué Mariya Gabriel, commissaire européen pour l’économie et la société numériques et benjamine de la Commission – elle veille notamment sur la politique à l’égard des « fake news » –, l’idée du marché unique permettra à tous les citoyens d’en bénéficier, « mieux qu’un patchwork d’initiatives ». Le but affiché est altruiste, mais il y a surtout une volonté de contrôle.

La Commission européenne finance des projets relatifs au blockchain grâce aux divers programmes de recherche de l’Union européenne depuis 2013, engloutissant jusqu’à 340 millions d’euros d’argent du contribuable pour rester à la hauteur et créer des projets qui s’appuieront sur cette nouvelle technologie. Parmi ses préoccupations, le rôle des autorités publiques, des régulateurs et de la surveillance par rapport à ces pratiques innovantes.

 

La gouvernance globale n’a pas besoin des banques : elle veut le pouvoir

À quand la création d’une monnaie virtuelle européenne ? À quand, puisque nous y sommes, la création d’une monnaie virtuelle mondiale ? En 1988, rappelle Bitcoin Magazine, le magazine britannique The Economist annonçait la possibilité que dans 30 ans – nous y sommes – le monde entier ou en tout cas les pays les plus riches puissent faire leurs courses au moyen d’une seule devise à laquelle il donnait le nom hypothétique de phénix… En votant avec leur portefeuille, disait alors l’auteur, les acteurs de l’économie mondiale, grands et petits, faciliteraient le passage à l’union monétaire totale, au prix d’une « forte perte de souveraineté économique ».

The Economist prédisait même que l’offre mondiale de ce « phénix » de ses rêves pourrait être fixée par une nouvelle banque centrale, éventuellement héritée du Fonds monétaire international – institution qui aurait la main sur le taux d’inflation mondiale et même, dans une moindre mesure, sur le taux d’inflation de chaque nation. Ou la gouvernance globale en acte.

Êtes-vous prêts ?

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Faîtes donc mes sieurs,vous avez que ça à foutre....continuez à tuer les pays d’Europe.

     

    • « en faisant valider chaque opération par un réseau d’ordinateurs détenant les clefs numériques nécessaires » et si, par le plus grand des hasards, le réseau de ces ordinateurs se situe dans une géographique à forte densité de population donc de valideurs connectés ? Sont-ce les pays les plus peuplés ou les plus voraces, les plus technologiques qui deviendront les meilleurs valideurs ? Ou pas forcément, certains initiés de la spatule se seraient entendus pour dériver ce système ? Et pourquoi pas assistés par des bots valideurs implémentés blue brain ? Ou encore avec l’armée de réserve en Inde qui saisit massivement les faits de l’IA en cours de conception ? Ça ne peut pas se détourner ce système de validation, notamment par usurpation ? En cas de pré entente occulte sur le service ou le produit objet de la transaction ? Nan parce que nous avons vu que le réseau mondial pouvait être détenu par un très petit nombre en fait ! Comment faire confiance à ce truc ? Je ne comprends rien ! Oh je sens que je vais investir dans la bonne terrrrrre pour faire pousser mes patates en regardant avec consternation tout ce nouveau cirque encore !


    • Très bon dialecte,et je t’en remercie.Discutons,pour ma part,j’ai fait le minimum requis au niveau militaire,attend,j’ai fait mes 12 mois de service,je suis de la 90/02,j’ai maintenant 50 balais(suis sergent-civil,tu me crois ou pas),là ou es le problème,c’est que je suis issue de parent franco/hongrois,et mon père a tjrs respecté les lois ,voilà,je suis peut-être dur dans mes propos mais je serais TOUJOURS francais dans mon coeur et mon âme....amicalement.


  • Je ne crois pas aux monnaies virtuelles.
    Le bitcoin a été créé par les services de renseignement américains pour financer rapidement l’activité du renseignement des USA, RU et Canada dans les différents pays du globe.

     

    • "Je ne crois pas aux monnaies virtuelles."

      Signalons au passage que l’Euro rentre également dans cette catégorie... La différence, c’est que cette monnaie est sous le contrôle des banques, alors que les cryptomonnaies ne le sont pas.

      Je ne dis pas pour autant que c’est la panacée, mais c’est intéressant.


  • Ceci est un texte de vulgarisation rapide. Alors pas de commentaire de geek ou de financier.

    Le blockchain n’a rien de révolutionnaire, ce n’est qu’une base de donnée de confiance répartie entre des milliers de serveurs de confiance sur un réseau.

    Voyez cela comme une chaîne de milliers de petits comptables relié par réseau avec chacun un livre de compte sécurisé dans lequel il note les mouvements de fond reçus de tous les autres comptables. Lui même peut faire des mouvements et ils les envoie aux autres comptables de la chaîne. quand la majorité des comptables a noté le mouvement de fond dans leur livre de compte, celui ci est considéré comme valide. Il est en quelque sorte "notarisé" comme une vente/achat chez un notaire. Dans notre cas une chaîne de très nombreux notaires qui peuvent être "en principe" n’importe qui connecté sur le réseau avec un PC et le bon logiciel.

    Au début ce système avait l’avantage que n’importe qui pouvait faire le comptable avec un simple PC connecté sur internet. C’était donc un système de notarisation réparti sur les citoyens.

    Sauf que avec le volume et le système de sécurité qui est très consommateur, maintenant seuls les grandes organisations peuvent s’intégrer dans le réseau blockchain !

    Un petit pc n’a plus la capacité d’écrire et de valider le flux de mouvement diffusé par la chaîne, (trop de comptables et de mouvements) il est donc éjecté rapidement de la chaîne.

    Donc fini le blockchain avec des petits PC chez les citoyens.

    Donc tout cela se terminera dans les grandes banques, et à mon avis, ce système ne sera pas utilisé pour le bon peuple car trop consommateur. Pour le bon peuple, il y a et il y aura VISA. T’es pas content ? Plus de carte.

    Une remarque "politique" : Tout cela était prévisible dès le début. Les personnes qui ont lancé ce système ( le bitcoin utilise le blockchain) avaient prévu qu’il retomberait automatiquement aux main des grands groupes.

     

    • Vous avez raison, le Capital n’autorise que ce qu’y le renforce. Cette logique est respectée dans le cas de cette évolution.

      Néanmoins, la technologie avance vite et a déjà résolue les problèmes dont vous parlé. Certaines cryptomonnaies récentes consomment très peu d’énérgie comparé a l’ancien bitcoin.

      La technologie n’en est qu’à ses débuts, il y a donc de grandes chances que le système économique et étatique soit chamboulé dans les années à venir. VISA aura disparue.

      En effet, les monnaies nationale vont disparaître à terme pour laisser la place à un système d’échange de valeur mondiale décentralisé qui permet d’atteindre tout les consommateurs potentiels.
      Fini donc les impôts et taxes (l’évasion fiscale sera incontrôlable), et donc fini les états nationaux, le marché sera roi. Nous vivrons comme dans un hôtel mondial, sans frontières.

      L’essor du Capital trouvera un nouveau souffle actuellement à la peine avec le problème de la dette.


    • Enfin un commentaire qui remet la blockchain à sa juste place sur le plan technique !


    • Merci pour votre commentaire très compréhensible.
      Vous avez su éviter les commentaires techniques et abscons qui souvent sentent l’orgueil et la suffisance de" l’expert.Et puis dans un style lapidaire "t’es pas content plus de carte"


    • La plupart des blockchains vont passer au proof of stake
      C’est a dire preuve de depot dans un portefeuille sans besoin de puissance
      Le vericoin par exemple est asic resistant et ne peut etre miné que par cpu

      Tout ça pour dire que le totalitarisme n’est pas plus facile sur les blockchains qu’ailleurs
      N’importe qui peut creer une nouvelle blockchain indépendante sans etre un expert
      Et il peut rester independant si il le veut


  • On est plus à une chaine prés...

     

  • Le pouvoir des banques est avant tout juridique, pas technologique.

    En outre le bitcoin est lié à une consommation ahurissante et en croissance continue d’énergie. Tout système qui necessite une croissance continue dans un monde fini nous mène vers la fin.


  • C’est tout à fait logique, ils vont se servir des crypto-monnaies pour finaliser leur domination bancaire, la seule solution serait qu’un organisme indépendant (non relié aux banques) en garde le contrôle, mais il semble que cela deviendra de plus en plus difficile car nous savons qui définit les "règles du jeu".

    Une autre solution serait que chaque pays crée sa propre monnaie virtuelle, le problème est que les mondialistes peuvent bloquer par le biais d’internet et des régulation toute crypto-monnaies provenant de tout pays qui leur déplaît.

    La Russie a-t-elle toujours l’intention de créer sa propre crypto-monnaie ?

    J’ai le sentiment que tout le monde attend de savoir ce qui va se passer, de voir comment les Banksters mondialistes veulent nous entuber.

    De toutes façon quoi qu’on invente, le système nous le piquera toujours d’une façon ou d’une autre, car il contrôle pratiquement tout et nous rien du tout (à part nous mêmes et ce que nous pensons). Je pense qu’on est dans la mouise profonde quoi qu’on fasse, il sera difficile d’éviter une dictature bancaire totalitaire, nous y sommes déjà en fait...

    Mais bon, rien de neuf, les prophéties ne font que se dérouler devant nos yeux. Personne ne pourra empêcher les grandes tribulations, ça fait partie du "deal" divin pour se purifier.

    Je pense que l’Europe va devenir un gigantesque camp FEMA à ciel ouvert, sauf pour ceux qui se soumettront intégralement au satanisme (LGBTQ, pédophilie, destruction et inversement des valeurs, etc.). Il faudra être très fort pour résister mentalement et spirituellement, il suffit de voir déjà comment Dieudo et Soral sont attaqués.