Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’antisémite du mois : Michel Audiard

"Le juif nous casse les couilles et vous pouvez l’écrire en toutes lettres" (1980)

Un ami m’a offert un vieux magazine. Il s’agit d’un mensuel belge intitulé Le Nouvel Europe Magazine datant de décembre 1980. Quel intérêt ? Il contenait un entretien exclusif avec l’inénarrable Michel Audiard.

Le dialoguiste et réalisateur inoubliable s’y livre à un discours politiquement incorrect, qu’il serait impensable de prononcer de la sorte aujourd’hui. Attention, ça décoiffe !

 

Michel Audiard et la peine de mort

 

Dans plusieurs films et, surtout, dans « Le Pacha », vous mettez dans la bouche de Jean Gabin des prises de positions favorables à la peine de mort. Est-ce votre opinion propre ?

Michel Audiard : Oui. (…) je crois que la peine de mort conserve ; alors là, je suis peut-être « béret et baguette de pain », un caractère exemplaire, quoi qu’on en dise, parce que le voyou qui est arrêté croit toujours qu’il se tirera. Il pense qu’il s’évadera. (…) Alors, quand on lui coupe la tête, je n’aime pas dire cela mais il n’emmerde plus personne !

 

Michel Audiard, Jean Gabin et la politique

 

Mais comment voyait-il (Jean Gabin) le monde politique ?

Michel Audiard : Il ne le voyait pas car il avait un mépris total, complet, pour le monde politique. Incroyable même. Chez Gabin, tout est incroyable parce que tout est excessif. Ses amitiés, ses antipathies, tout. Les hommes politiques, ça lui donnait des boutons. À telle enseigne, c’est impensable mais c’est vrai, qu’il n’est plus allé chez son coiffeur où il allait depuis vingt ans, au Rond-Point des Champs-Élysées, le jour où il a su que son garçon coiffeur coupait les cheveux à Edgard Faure. C’est vous dire. Il ne pouvait pas les sentir ! Il partait du principe : quand un homme politique vous serre la main ou vous dit bonjour, c’est qu’il attend quelque chose de vous. Il ne pouvait penser que quelque chose de gratuit puisse venir d’un homme politique.

Il a haï De Gaulle et détestait Giscard avec le même entrain.

 

Michel Audiard, Céline et les juifs

 

Céline et vous, c’est toujours le grand amour ?

Michel Audiard : Alors là, toujours. (…) Le cas Céline est très simple : il y a ceux qui avouent avoir été influencés et ceux qui ne l’avouent pas. C’est tout. Mais ce qui est certain, c’est qu’on écrivait autrement la veille. (…) Même la Série noire est inspirée de Céline. Parce qu’on n’écrivait pas de cette façon avant. On n’employait pas les mêmes mots. (…) On a oublié que les fameux écrits antisémites qu’on lui a tant reprochés ont été écrits bien avant la guerre. Donc, avant l’occupation. Alors, pourquoi cette hargne ? Jusqu’à plus ample informé, on avait bien le droit d’être antimaçon ou antisémite. Si on n’avait pas pu, il fallait le dire. Fallait le faire savoir : « Il est interdit d’être antisémite, sous peine de prison ». Alors, il aurait été arrêté. Mais il fallait prévenir. On a donc été de mauvaise foi avec Céline.

Mais où je m’insurge aussi, c’est au moment où les avocats et défenseurs de Ferdinand disent qu’il n’a jamais été antisémite. Alors là, c’est de la connerie. C’est idiot. Cela ne le diminue en rien, bien au contraire. (…) Car finalement, au milieu de cette apocalypse qu’il nous a proposée, la seule chose qu’on retient contre lui, c’est son antisémitisme. Il avait le droit de dire du mal de tout le monde sauf du Juif. Alors là, le Juif nous casse les couilles et vous pouvez l’écrire en toutes lettres.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1256078

    une synthese...

     

  • #1256103

    21 avril 1939 : le décret Marchandeau interdit les propos racistes et modifie la loi sur la presse de 1881 . Il s’agissait en fait de faire retirer de la vente Bagatelles et l’Ecole des cadavres, pamphlets antisémites par PACIFISME, les Juifs poussant à la guerre . " Je suis le seul qui tire " écrivait Céline à propos des écrivains antisémites, et c’était donc lui qui était visé par le décret : il ne fallait pas démoraliser Bidasse qui allait se retrouver en guerre 5 mois plus tard . Le décret infâme sera abrogé par Vichy le 16 août 1940 . A la Libération on ne pouvait poursuivre Céline pour ses deux grands pamphlets anti-juifs car les lois ne sont pas rétroactives en France, on ne pouvait le poursuivre qu’à propos des "Beaux draps", pamphlet court et secondaire publié en 1941 .


  • #1256106

    Un vrai Français.


  • #1256107
    le 29/08/2015 par muntzer
    L’antisémite du mois : Michel Audiard

    Cet entretien nous dévoile deux perceptions populaires transhistoriques de notre vieux pays :

    - un mépris évident, au moins latent mais explosif, de toutes les cliques politiques, du pouvoir séparé et de la médiocrité étatique

    - une aversion intuitive pour les élites communautaires historiquement dominantes au sein d’un système abhorré ; élites communautaires dont l’indécence et la nocivité ont toujours exaspéré le "bon sens populaire".

     

    • #1256764

      Une inversion intuitive pour les élites communautaires (incrustés,implantés dans la politique) Les valeurs républicaines sont bafouées !... Il faut se battre pour que, l’anti-communautarisme d’état, soit appliqué ! Médiatique etc...


  • #1256117
    le 29/08/2015 par karimbaud
    L’antisémite du mois : Michel Audiard

    une France qui n’est plus, loin des bigots du mondialisme et de la procédure à tout va...pas encore non plus saignée par l’usure...bref un petit reflet de paradis, et la liberté de ton pour le dire .

     

    • #1256143
      le 29/08/2015 par The Shoavengers à la plage
      L’antisémite du mois : Michel Audiard

      On voit qu’il n’y a pas une once de méchanceté dans ses réflexions, juste un caractère bourru, bien trempé, qui admettait qu’on ne s’aiment pas tous, qu’on pouvait se le dire franchement, et choisir de fréquenter ou d’éviter qui on voulait et qu’ainsi chacun vivait sa vie selon ses convictions sans se renier. Il existait à l’époque, le vivre-ensemble. Tout çà n’engendrait pas de malheur.


  • #1256122
    le 29/08/2015 par FranceLibre
    L’antisémite du mois : Michel Audiard

    Je suis exactement sur les mêmes ondes !!
    Hommage à Michel Audiard !


  • #1256127

    1980, liberté de parole sans polémiques ou poursuites médiatiques. Cette époque a bel et bien existé, merci Michel Audiard !

     

    • #1256192

      Et toute la clique post soixante-huitarde a voulu nous faire croire que avant 1981 il y avait pas de liberté dans les médias et que le ministre imposait ce que l on pouvait dire ou pas dans la presse écrite et à la télé...
      La rigolade quand on compare effectivement "avant" et "après" comme dans les pubs pour les régimes. ..


  • #1256153
    le 29/08/2015 par PIERDCN
    L’antisémite du mois : Michel Audiard

    Je conseille vivement à tous les sympathisants d’E&R, de lire "La nuit, le jour et toutes les autres nuits" de Michel Audiard, bien sûr.
    Pour ma part je le relis régulièrement tous les quatre ou cinq ans, avec toujours le même plaisir. L’idéal, d’ailleurs, serait qu’il soit réédité chez KK, mais côté des ayants droit, ça risque de bloquer...

     

  • #1256252
    le 30/08/2015 par autrichien
    L’antisémite du mois : Michel Audiard

    J’ignorais que Jean Gabin était un homme aussi éclairé sur la réalité profonde de la politique en général. Dans mon esprit, de par les rôles qu’il a joué au cinéma, il représente un bon sens populaire qui semble avoir presque disparu de nos sociétés occidentales. Notamment ici en ce qui concerne la politique. En effet, il faut s’en méfier, ne jamais leur donner le bénéfice du doute et leur donner le moins de pouvoir possible sur nos vies (on n’est jamais à l’abri d’une trahison...). Quand on voit le poids qu’à pris l’Etat dans nos vies ces dernières décennies, on n’a pas de quoi être rassurés. Peu importe qui arrive au pouvoir, le risque qu’il en abuse pour avantager tel ou tel intérêt particulier (souvent le sien) est énorme. Le pouvoir corrompt, alors donnons leurs en le moins possible.

     

    • #1256319
      le 30/08/2015 par Jean d’Artois
      L’antisémite du mois : Michel Audiard

      Si vous grattez un peu , l’avènement de l’état mondialiste , auquel nous participons , malgré nous , est la mise en esclavage des peuples soumis , et la prise en charge par l’état du " citoyen" , du berceau au tombeau ! ( la liberté de pensée c’était l’attrape " nigaud" mis en exergue au siècle dernier , pour anéantir ce qui restait de l’ancien monde , afin de créer le leur , mettant au servage les populations par l’usure , le nouveau code " immoral" , le mélange forcé par l’apport des allogènes , et la liste est longue .)


  • #1256331

    Attention ! J’attends le jour où Valls trouvera une loi qui interdise de le penser.

     

  • #1256354

    Bon , tout cela est une question de bon sens, d’honnêteté, d’intégrité ... Je pense qu’il y aura de plus en plus de témoignages de ce genre. Quant à la peine de mort, je ne partage pas du tout l’argument de Mr Audiard.

     

    • #1256366
      le 30/08/2015 par Heydrich n’écoutait pas de rap
      L’antisémite du mois : Michel Audiard

      La peine de mort n’effraie que les honnêtes gens. Pour le reste, t’as joué, t’as perdu, c’est fini. Personne ne t’as demandé de jouer : Guy Georges et son Opinel, etc...

      L’erreur judiciaire, c’est le problème qui met au grand jour les classes sociales bien distinctes "à pas mélanger", l’organisation en réseaux d’intérêts personnels de nos "démocraties".
      Une longue peine de prison demeure une invitation hypocrite au suicide.

      Peine de mort et arsenal juridique assorti pour condamner l’hystérie médiatique le cas échéant.
      Pas de sépulture, pas de starification, pas de "martyr".
      Suivant.


  • #1256356
    le 30/08/2015 par tonio ferdine
    L’antisémite du mois : Michel Audiard

    Gabin, Audiard, Celine : des vrais français de la tête au pied : humains, avec des burnes et le coté punk : a part jean-marie je n’en vois plus : Jeanne, au secours !!!

     

    • #1256400
      le 30/08/2015 par Heydrich n’écoutait pas de rap
      L’antisémite du mois : Michel Audiard

      Les trois ont effectivement de bonnes bases, mais on n’est plus à leur époque, qui ne reviendra jamais, dans un monde fatalement en perpétuelle évolution (ce n’est pas un jugement de valeur, juste un constat à l’adresse des "j’aime/j’aime pas").

      "Jeanne, au secours !!!" : aide-toi, le Ciel t’aidera.


  • #1256387

    Lisez Céline ! Le voyage et mort à crédit.
    Petit conseil, commencez par mort à crédit où ilr raconte son enfance.

     

    • #1279987
      le 29/09/2015 par Michel Platini
      L’antisémite du mois : Michel Audiard

      Surtout pas, malheureux !
      Voyage au bout de la nuit, puis Mort à crédit.
      Il vaut bien mieux lire les livres d’un auteur dans un ordre chronologique pour des tas de raisons que je ne saurais toutes citer ici.


  • #1257036

    Je suis né en 1971, et donc c’est déjà trop tard pour moi à l’époque, mais c’est vrai que j’ai une drôle de nostalgie des années 1970-1980 - non pas que le monde était plus beau et les gens meilleurs mais, je me rends rétrospectivement compte qu’on sentait beaucoup moins la main de fer à l’intérieur du gant de velours.
    Pierre Desproges et Coluche avaient le droit de cité. L’écart était moins grand entre les gens (entre les différentes classes et les différents groupes de la société). On connaissait le nom de son facteur, en poste depuis de longues années et l’heure à laquelle il passait (salut à vous, M. Blanc) et tous les voisins se parlaient, dans mon petit immeuble suburbain de classe moyenne/retraités.

    C’était avant les sociétés de sécurité systématiques dans les supermarchés et les salles de concert, avant le haussement à deux mètres en parpaings des murs des pavillons quand un grillage et une haie suffisaient. Avant les 4x4 diesel prétentieux de marque étrangère des bobos qui achètent bio pour leurs enfants. Avant le string, le préservatif et le mobile. C’était pendant la continuation de la déferlante migratoire extra-européenne. Mais c’était avant, quoi.

    Mais depuis, l’accord de Maastricht est passé par là, la chute de l’Union soviétique aussi, et l’expertise en démolition contrôlée de tours à vocation commerciale, itou.

    (soupir).


Afficher les commentaires suivants